• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quelqu’un a-t-il compris le discours d’Obama ?

Quelqu’un a-t-il compris le discours d’Obama ?

En me basant sur un pot-pourri de phrases de son discours (1), je m’interroge sur la santé mentale de ce Président des Etats-Unis, dont les qualités potentielles n’ont pas encore réussi à s’exprimer depuis le début de sa mandature.

Attention il y a du second degré, c’est un essai d’exploration des contradictions que font émerger l’examen de quelques conséquences logiques. Le pot-pourri du Figaro suffit largement à mes besoins, je n’ai pas lu ou écouté son discours, comme beaucoup j’ai d’autres priorités. Et donc, il faut être conscient qu’une mésinterprétation liée à la traduction ou à la décontextualisation est toujours possible.

Citations

« Mes accomplissements ne sont pas à la hauteur de ceux d’un Martin Luther King ou d’un Mandela »

Très bonnes références (mais pourquoi que des noirs, et Gandhi par exemple ?), quant à reconnaître le manque de résultat sur le plan du progrès humain, cela semble lucide et honnête.

« Les hommes et les femmes emprisonnés car ils se battent pour la liberté... ces inconnus le méritent plus que moi »

De qui parle-t-il exactement ?

Des prisonniers de Guantanamo ? De tous les prisonniers issus des guerres larvées entretenues par les USA ? En effet, pourrait-on nier que dans une large majorité ces prisonniers se sont battus pour leur liberté et celle des leurs ?

Donc, s’ils méritent plus le nobel que Barack, pourquoi ne les libère-t-il pas ? 

Pourquoi emprisonne-t-on des gens qui méritent plus le prix nobel de la Paix que Barack Obama ?

Mais je dois mal interpréter, il parle d’inconnus. Ceux qui sont dans ses geôles lui sont potentiellement connus, donc la question reste entière, de qui parle-t-il ? La réponse est-elle qu’il s’agit d’une figure de style un peu creuse, à l’instar de certaines charges d’obus ?

Ensuite, le Figaro écrit qu’Obama a défendu le concept de « guerre juste ».

Bon, pourquoi rejeter cette hypothèse théorique. Mais passons à la pratique. Au vu des données empiriques sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan, en quoi ces deux guerres sont-elles justes ?

Justes pour qui d’ailleurs ?

Approfondir cette question pourrait être de prime importance pour Monsieur le prix Nobel.

(le figaro) le démocrate a souligné « la dure vérité qui veut que les conflits armés ne seront pas éradiqués de notre vivant »

Est-ce une constatation ou un choix politique ? En quoi le Président des Etats-Unis ne serait pas capable d’éteindre le feu guerrier de ses troupes ? 

S’il peut les éteindre, la continuation des conflits armés n’est pas une fatalité.

C’est un choix.

Un choix de prix Nobel de la paix.

« Dire vouloir la paix ne suffit pas à l’obtenir »

Bon ok, les truismes maintenant. Question quand même : quels sont les pouvoirs du Président ? Ok il y a le Sénat qui n’est pas tendre. Mais au niveau des pouvoirs exécutifs et du devenir de leurs guerres, qui est au-dessus de lui ?

Il y a forcément quelqu’un au-dessus de lui, puisque qu’il n’arrive pas à faire de progrès dans l’arrêt des guerres étatsuniennes.

Ou alors, est-ce à cause du poids de l’administration ? 

Ses décisions sont envoyées par courrier interne et le courrier se perd dans les méandres de l’administration, je ne vois que çà pour expliquer son impuissance !

(le figaro) « Si la paix est l’objectif, la guerre est parfois justifiée », a-t-il insisté.

Bon. Avec des peut-être on ne va pas loin (tout est possible si on cherche bien). Qui a un bon exemple de cas où la guerre est vraiment justifiée ? Je veux dire, quelque chose de consensuel, sans point de vue pseudo-ethnique ou religieux, forcément subjectif et non-consensuel. A part la guerre contre Hitler, bien sûr. Cela dit cet exemple n’est peut-être pas valable, en effet, ce ne sont pas les alliés qui ont déclenché la seconde guerre mondiale, or, il n’y a aucune raison sérieuse de soutenir que ce ne sont pas les USA qui ont décidé des guerres d’Irak et d’Afghanistan.

En effet il y a un argument de poids en défaveur de l’argument du déclenchement de ces guerres en réponse à l’attaque d’Al-Quaïda : pourquoi alors entrer en guerre contre l’Irak et l’Afghanistan, et pas contre l’Arabie Saoudite le Pakistan, qui semblent nettement plus impliqués ?

Ah si, Barack donne un exemple : « Un mouvement non violent n’aurait pu stopper Hitler ou persuader al-Qaida de déposer les armes  »

Al-Qaida a déposé les armes et on ne m’a pas prévenu ?

Mais que fait la presse !

Il n’y en a toujours que pour Vercingétorix, çà doit être pour la préservation de l’identité nationale...

« Avec le sang de nos citoyens nous avons œuvré à un monde plus juste de l’Allemagne à la Corée. Nous avons amené la démocratie dans les Balkans. Nous n’agissons pas par intérêt mais nous voulons un avenir meilleur pour nos enfants  »

Bon je passe sur la Corée, par manque de jugement mûr sur ce sujet. Mais de quoi parle-t-il concernant les Balkans ? Il ne parle quand même pas du Kosovo ? Non, ce n’est pas possible, ou alors ce serait un Bush bis, entièrement déconnecté de la réalité, une pure marionnette ?

Et quand il dit qu’ils n’agissent pas par intérêt, les faits montrent le contraire, il suffit de regarder qui s’enrichit et qui meurt. Je pense bien sûr aux marchands d’armes. Je déclare que les USA font ces guerres par intérêt (économique, politique, idéologique), c’est évident, sauf pour le microcosme cotonneux qui nous sert la soupe médiatico-débiloïde.

« Même confronté à un adversaire qui ne respecte aucune règle, les Etats-Unis doivent rester la référence en matière de respect du droit dans la conduite de la guerre.  »

Leur respect du droit dans la conduite de la guerre ? Non mais il tente d’égaler Bush ou quoi ? Est-ce du cynisme ou de la bêtise ?

Sinon, à part çà, je comprends les membres du Nobel (tenter de susciter l’action est plus utile que de récompenser les faits accomplis) et je trouve que Barack a a priori du potentiel (un Kennedy bis ne serait pas déplaisant). Mais ce genre de discours théorique et de bons sentiments est assez inquiétant. Arrivera-t-il à sortir de la gangue de l’establishement qui l’entoure avant la fin de son mandat ? Rien n’est moins sûr...

Evidemment, après avoir décidé d’envoyer 30 000 soldats de plus, la rédaction du discours pour recevoir le Nobel de la Paix n’est pas un exercice facile. Et c’est vrai que si on n’y prête garde, ces phrases étonnamment peu sérieuses peuvent donner le change. Ce but suffit à son staff, apparemment.

En conclusion, si vous avez des réponses à ces questions ou même d’autres questions je lirai vos commentaires avec intérêt. Il s’agit de défricher un peu la pensée de ce Président du pays le plus puissant du monde. Si quelqu’un a un algorithme de décodage cohérent, qu’il en fasse part !

(1) article du figaro : "Barack Obama : " « La guerre est parfois justifiée » "

illustration : licence GNU

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Lapa Lapa 11 décembre 2009 12:31

    Obahma est un acteur ; comme tous les présidents US. Ce qu’il dit n’a que peu d’importance puisque c’est le script qu’on lui donne.

    Ce qui est étonnant c’est que ce mec chope le prix nobel de la paix 8 mois après sont début d’exercice du pouvoir alors qu’il était un parfait inconnu juste avant et qu’il n’y a rien eu de spectaculairement extraordinaire pour justifier ce prix au cours de son mandat .

    Je croyais que les prix nécessitaient quand même un bilan connu et des objectifs atteints...


    • Alpo47 Alpo47 11 décembre 2009 17:44

      Bien entendu,et spéculer sur l’état psychique d’Obama, à la seule lecture de discours écrits par d’autres, me semble pour le moins... hasardeux.

      Obama est l’homme que le « système » a mis en avant pour redorer l’image de l’amérique et ... défendre les intérêts de Wall street. Bonne présentation, élocution, intelligent, sourire carnassier, effets de menton ... tout y est.
      Rien n’arrive jamais par hasard, surtout à ce niveau de décision. Lorsqu’Obama a décidé de se présenter, une bonne partie des médias se sont ralliés à sa cause, tout a été conduit pour le mener au pouvoir.
      Les promesses ont suivi (tiens, ça va nous dire quelque chose également), quasiment aucune n’a été tenue (tiens...). Les soldats ne sont pas rentrés à la maison, même Guantanamo existe toujours, les USA sont encore plus agressifs, notamment en Amérique du Sud et en Orient, Israel jouit encore plus d’une totale impunité au proche orient, ses agents étant autour du président, l’amérique continue d’installer des bases militaires là où sont ses intérêts, à massacrer sans distinction ceux qui s’opposent à elle ....

      Economiquement, le nouveau président a encore mieux remplie sa VRAIE mission : Sauver et renforcer les financiers de Wall street, au détriment des contribuables US qui en ont pour des générations à rembourser, et dont des millions sont actuellement à la rue et à la soupe populaire...

      Alors ? Et bien, le pouvoir de la communication/manipulation est tel, qu’il parvient aujourd’hui à faire passer cet individu pour un homme de paix, sauveur de l’amérique ... alors qu’il est un homme de guerre encore pire que ces prédécesseurs, car sournois, menteur, trompeur.

      Et si on regardait les faits concrets et non les « apparences » ou les déclarations ?


    • jps jps 11 décembre 2009 12:32

      très tendancieux votre article. Votre seule lecture semble être le Figaro . Pourquoi occulter la référence qu’Obama a faite pour Aung San Suu Kyi ?


      • finael finael 11 décembre 2009 15:54

        C’est d’elle, et d’autres dans d’autres pays, qu’il parlait en disant « les personnes emprisonnées ».

        Personnellement j’ai écouté son discours et je l’ai trouvé excellent.

        Non la guerre ne sera pas éradiquée de sitôt, l’humanité vit avec depuis des milliers d’années.

        Il a rappelé qu’il était président des USA et qu’en conséquence il lui incombait de défendre son pays. Quant aux guerres d’Irak et d’Afghanistan, ce sont quand même les héritages de son prédécesseur.

        Il a dit que oui, après avoir reçu son prix il a bien ordonné de renforcer les troupes américaines en Afghanistan de 30000 hommes. C’est ce que réclament ses généraux pour « terminer la guerre ».

        Toute l’Obamania qui a sévi a fait croire qu’il pouvait faires des miracles. Il ne le peut pas et l’a dit.


      • joelim joelim 11 décembre 2009 16:28

        Oui mais qui lui demande des miracles ? Personne. Qu’il stoppe les guerres étasuniennes, lui qui est leur chef, çà suffirait. N’importe quel dictateur sanglant se plaignant de ne pouvoir améliorer le monde prêterait à rire. Obama n’est pas un dictateur sanglant mais la guerre qu’il poursuit en Afghanistan est inique et sanglante. Et c’est lui qui décide, normalement. Mais il se plaint de ne pouvoir rien faire. Pétri de bonne volonté, mais impuissant... il y a comme un défaut, là. Et le flux médiatico-débiloïde l’acclame. RIen de nouveau sous le soleil me direz vous.


      • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 11 décembre 2009 18:29

        L’auteur de cet article n’a apparemment jamais entendu parlé de Aung San Suu Kyi

        Il ne sait donc pas qu elle est en residence surveillée et interdite de sortie de territoire


      • joelim joelim 11 décembre 2009 19:09

        En quoi le fait qu’Obama demande la libération de cette dissidente change quoi que ce soit à ce que je dis ?

        Quel rapport avec le discours d’Obama à Copenhague ? Singapour, où il a demandé çà, n’est pas en Norvège que je sache !

        Ah oui bien sûr, le fait qu’il ait dit çà est un terrrrrrible effort, et çà change tout, çà justifie les hordes de GI surarmés envoyés par lui dans les pays pauvres pour imposer la « Pax americana », mort de rire la logique. 

        Et si Ahmadinejad dit une chose semblable et aussi lénifiante, sûr que çà va le transformer aussi en sauveur du monde. SuperDupont n’existe pas les mecs c’est une invention de Gottlieb !

      • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2009 19:37

        Le prix Nobel était un cadeau empoisonné, surtout maintenant.
        Je suppose que cela a été un sérieux cas de conscience pour l’accepter ou le refuser.
        Eteindre le feu allumé il y a presque 8 ans, c’est pas une mince affaire.
        Son opposant Mac Cain n’aurait jamais eu de prix, ça c’est certain.
        C’est la suite qui m’intéresse.


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2009 20:29

        Je crois que c’est intéressant de qui a reçu le Prix Nobel de la Paix dans l’histoire de ce prix.
        C’est à posteriori que l’on peut juger du bien-fondé.



      • Voris 11 décembre 2009 13:43

        Voici la recette appliquée pour poursuivre l’occupation US en Afghanistan selon l eplan Bush père et fils et la « World Company » :

        1 - faire élire un noir sympa
        2 - Lui attribuer le prix Nobel de la paix
        3 - Lui faire dire qu’il va retirer les troupes de la façon suivante : il annonce l’envoi de soldats supplémentaires - arguant de l’urgence de la situation - puis il dira dans 2 ans :"j’ai appliqué ma promesse de retrait partiel puisque je retire les troupes supplémentaires’, enfin les survivants.


        • joelim joelim 11 décembre 2009 16:29

          Merci Paul. C’est effectivement une explication compatible avec les faits.


        • Bardamu 11 décembre 2009 14:39

          Bush, c’était une main de fer dans un gant de fer.
          Obama, c’est une main de fer en un gant de velours !... bref, c’est pire !... toujours se méfier de l’emballage !... regardez Ségala : où nous mène la pub ! 


          • joelim joelim 11 décembre 2009 17:56

            Mais c’est lui qui joue au président du monde. Il pourrait redresser la barre de la politique étatsunienne, mais non, il lui est plus confortable et valorisant de se placer au niveau mondial et de dire qu’il ne peut rien faire. Mon oeil, tiens...


          • joelim joelim 11 décembre 2009 21:54

            @Papy

            Votre lecture des choses est tout à fait valable et d’ailleurs explique bien les faits.

            Cependant ne pas vouloir imposer au reste du monde : ses vues, son idéologie, sa politique, son système économique, ses symboles culturels, et j’en passe, serait, de la part des des Etats-Unis, un comportement plus clair. Non, ils veulent régenter le monde, c’est clair. Et quand Obama dit que les problèmes ne peuvent tous se régler, cela sous-entend à mon sens qu’il l’aurait bien fait s’il avait pu. Or il n’essaye pas de régler les problèmes que lui peut régler à son niveau. Ok il dit qu’il va le faire Guantamano, Irak...) mais çà ne va pas plus loin.

            Mais naturellement il ne peut qu’appliquer l’intérêt « étasunien » (désolé pour ce terme mais ni américain ni nord-américain ne conviennent), tel qu’il est défini par des gens dont on finira bien par constater l’état de cynisme et de corruption.

            L’intérêt des Etats-Unis d’ailleurs est une notion politique tout à fait intéressante mais subjective selon les goûts politiques, je doute d’ailleurs du bon sens de ceux qui le décrètent car ils ne semblent privilégier que l’effort de guerre et de production d’armes. Production financée par le monde entier lequel a fait l’erreur d’accepter de prendre leur monnaie pour référence.

          • joelim joelim 11 décembre 2009 22:00

            Et puis surtout les mongolito-médias devraient être scandalisés qu’il aille chercher son prix Nobel de la Paix après avoir décider d’envoyer 30 000 soldats de plus dans un pays qui n’en peut mais. Or tout ce monde s’en bat l’oeil ou presque.


          • dom y loulou dom 11 décembre 2009 23:41

            ce documentaire répond à bien des interrogations


            http://www.youtube.com/watch?v=eAaQNACwaLw


          • joelim joelim 11 décembre 2009 17:23

            Oui, le « concept » de guerre juste. C’est ce qui a motivé mon coup de gueule. Je pense qu’on peut ranger cette notion dans une catégorie de concepts foireux qu’on pourrait intituler « néoconcepts ». Un néo-concept étant à un concept ce qu’un trognon est à une pomme.


          • joelim joelim 11 décembre 2009 19:17

            Bah parlons du Nobel de la guerre, il l’a bien mérité en fait. 

            Le problème est que ces 30 000 GI’s supplémentaires sont incontournables pour générer les commandes d’armes nécessaires au confort financier de la monstrueuse verrue que représente le pouvoir militaro-industriel étasunien. Pouvoir qui dirige de fait les Etats-Unis, comme on peut le constater. Les accros au flouze sont de plus en plus insatiables, il y a et aura toujours des yachts de luxe plus grands et plus beaux dans les catalogues !

            Ce n’est pas leur faute, ils sont fous et ne méritent que la tutelle médicale.

          • Alpo47 Alpo47 11 décembre 2009 20:00

            J’ai même l’impression qu’il a dit, à peu près : « Je fais la guerre, pour garantir la paix... ».
            En matière d’hypocrisie et de tromperie, on ne peut pas faire mieux.

            L’homme du système.... Seul les naîfs invétérés ont cru au « nouveau messie » .
             La seule paix d’Obama sera le « Pax Americana », autrement dit, la soumission ... ou la mort.


          • joelim joelim 11 décembre 2009 20:50

            Oui, à moins qu’il émerge un jour de sa chrysalide. Son intérêt pour Martin Luther King et Mandela me semble sincère. Il doit alors être en état de méga dissonance cognitive ! Il se peut qu’un jour il envoie ses marionnettistes bouler. Il faudra alors qu’il pense à doubler ses gardes du corps. De toute manière il n’y a aucun autre espoir à l’horizon.


          • UPGF 11 décembre 2009 21:11

            La « guerre juste » c’est pas pire que la « guerre humanitaire » de Kouchner. C’est la même chose.
            Il faut bien inventer des concepts pour justifier les opérations militaires coloniales.

            Si Obama parlait de « guerre coloniale » çà marcherait moins bien !


          • dom y loulou dom 12 décembre 2009 00:46

            le gros problème est que certains confondent la liberté avec la possibilité de pourrir la vie aux autres

            ...


          • faxtronic faxtronic 11 décembre 2009 17:10

            il n a eu son prix nobel uniquement parceque c est le premier president des US noir. C est tout, point barre. Par reflexe raciste et communautariste, il est est alors evident pour beaucoup qu il est plus un ange de la paix qu un blanc. Et un noir ne peut pas etre mechant, car c est une victime par defaut, alors qu un blanc est un bourreau par defaut. Evidemment il y a des blancs gentils et des noirs mechants, mais ce sont des exceptions qui confirment la regle.
            Ce prix nobel annule tout les autres prix nobel passes et futurs. 


            • faxtronic faxtronic 11 décembre 2009 17:24

              il faut etre clair, le discours d Obama, salue d ailleurs par les neo-cons est que la guerre, c est la paix.

              Super nouveaux comme discours, et en pleinde droite ligne des autres prix nobels qui pronent plutot la non violence et l assistance aux blesses morales ou physiques.

              Non la, c est il faut faire la guerre pour qu on nous fiche la paix. je ne voudrais pas dire, a ce rythme la, n importe qu elle tyran peut avoir son prix nobel. La guerre, c est pour etre mechant, c est uniquement pour la paix et la prosperite. Toutes les guerres du monde c est pour cela : pour avoir la paix et la prosperite.

              Evidemment , vouloir la paix et la prosperite, c est bien meriter un prix nobel. La fin justifie les moyens.


            • dom y loulou dom 12 décembre 2009 00:48

              oui je suis d’accord avec faxtronic

              et les média jouent vraiment un jeu POURRI JUSQU’A L’AME


            • curieux curieux 11 décembre 2009 17:58

              Sur la photo, on voit que les illuminatis lui ont greffé un appareil dans la mâchoire inférieure comme chez les marionnettes. Comme il a voulu la place, il doit s’exécuter ou bien être exécuté


              • dup 11 décembre 2009 18:46

                il a une grimace de quelqun qui dit pas la vérité


                • joelim joelim 11 décembre 2009 19:18

                  Il a la grimace de quelqu’un qui a dû avaler de la merde.


                • furio furio 11 décembre 2009 19:10

                  les présidents des states sont des marionnettes des baltringues des Barnac. Les sectes, les entreprises et autres société secrètes tirent les ficelles.


                  • Lorenzo extremeño 11 décembre 2009 23:29

                    @ Joelim,

                    vous avez tout simplement relevé qu’il a au cul le complexe militaro-industriel qui
                    décide de ce qui sera ou pas. Le reste est pavé de bonnes intentions...
                    welcome to hell !

                    Cordialement.


                    • joelim joelim 12 décembre 2009 01:49

                      Je sais. J’essaye de le prouver aux yeux de ceux qui ne le voient pas.


                    • Png persona-nongrata 12 décembre 2009 00:19


                      Obama n’est que la marionnette , voici l’homme fort qui parle dans son oreillette et lui dicte la marche à suivre :

                      Qui est Brzezinski ? | Il n’y a rien d’étonnant, Brzezinski est membre du Council on Foreign Relations, l’organisme qui planche en permanence sur les futures orientations de la diplomatie américaine. En 1976, Brzezinski a intégré l’administration Carter afin de réaliser son projet d’Arc de Crise conçu avec Bernard Lewis et Samuel Huntington. Ce projet devait se solder par un remodelage du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale et l’arrivée au pouvoir des groupes islamistes qui auraient permis à Washington de créer un front de tempête susceptible de déstabiliser les provinces musulmanes du sud de l’URSS et de l’est de la Chine (le véritable adversaire économique des Etats-Unis). La création des talibans et la révolution islamique d’Iran étaient les deux épicentres du projet.

                      Contrairement à ce que l’on pense, les talibans ne sont pas une résultante de l’invasion de l’Afghanistan mais le contraire. Le pouvoir en place avant l’invasion était déjà prosoviétique. Par la suite, dans un entretien accordé en 1998 au Nouvel Observateur, Brzezinski a reconnu que dès le 3 juillet 1979, selon sa recommandation, le président Carter avait signé la première directive sur l’assistance clandestine par la CIA aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul.

                      Mais Brzezinski avait préparé le terrain pour que les agents de la CIA puissent intervenir sur le terrain. Cette préparation a été le renversement en 1977 de Zulfaqar Ali Bhutto au Pakistan, un an après l’arrivée au pouvoir de l’équipe Carter-Brzezinski. Bhutto a été remplacé par Zia ul Haq, un général islamiste qui se mit totalement au service du projet américain d’islamisation de la région.

                      Simultanément, les américains ont commencé une campagne de déstabilisation contre le Chah, pour éliminer le principal facteur de la stabilité de la région mais aussi un régime quisous son impulsion était en train d’éradiquer le pouvoir de l’islam en Iran et s’émanciper de son alliance avec l’Amérique.

                      L’objectif du projet d’Arc de Crise était une déstabilisation permanente de ces régions, d’où son nom : Arc de la Crise, c’est-à-dire « ondes de choc » qui devaient ébranler les autres Etats musulmans et les renverser pour exploser les pays existants et créer une balkanisation de la région.


                      • Png persona-nongrata 12 décembre 2009 01:05

                        La priorité n’est pas l’Iran pour Brzezinski et c’est pour ça que le pseudo état fasciste d’Israel fait la gueule en ce moment contrairement à la clique néocons de Bush ( Rumsfeld , Volfovitch...) qui visait l’Iran aprés l’Irak.


                        Brzezinski est beaucoup plus diabolique que ses prédécésseurs , wait an see.....

                      • Png persona-nongrata 12 décembre 2009 01:13

                        Attention Le Furtif ce qui ne m’empéche pas de penser que l’Iran a le droit à la technologie nucléaire :)

                        De plus il s’en est passé des années et l’Iran aujourd hui symbolise à mes yeux la résistance au même titre que le Hamas ou encore le Hizbollah au Liban .




                      • Atlantis Atlantis 12 décembre 2009 00:26

                        Pourquoi faire une article maintenant ? Le fait que ce soit un pro-guerre est visible depuis son discours d’investiture présidentielle. Ecoutez le une seule fois ce discours, il fait des métaphores mais il ne parle presque que de ça. ça fait des lustres qu’il a prévenu tout le monde hein ...


                        • joelim joelim 12 décembre 2009 01:44

                          Pour l’hypocrisie de son discours, le silence des médias, l’édification de ceux qui y croient encore...


                        • Alain55 12 décembre 2009 09:36

                          Le discours d’Obama est à la hauteur de son incompétence. Ce type à été élu par Wall Street, ses collaborateurs ont été choisi par Wall Street, sa politique est décidée par Wall Street et il sait que seule une bonne petite guerre (contre l’Iran) pourrait (provisoirement) retarder la mort définitive de l’économie américaine. J’entends l’économie financière pas celle du peuple dont il se contre fout. Le prix Nobel d’Obama a autant de valeur que celui d’Al Gore... ! C’est à dire que c’est le choix de quelques mafieux de l’oligarchie financière, qui font pression sur un jury déjà acquis aux causes d’outre Atlantique. La philosophie des discours d’Obama à la suave consistance de celle des petits amis du cercle de l’oratoire dont nous connaissons la sinistre prose !


                          • Thierry LEITZ 12 décembre 2009 10:12

                            Excellent article Joelim,

                            Etre prix Nobel de la paix et soutenir l’action guerrière à ce niveau est un défi à la rationalité.

                            Imaginez : Vous voulez avoir la paix avec votre voisin. Bon.
                             
                            1. Vous commencez par édifier un mur haut, hérissé de pointes avec miradors et caméras. Au premier signe suspect, vous envoyez un recommandé.

                            2. Vous dites partout que votre voisin est dangereux. Vous le rangez parmi les « méchants », les terroristes ennemis de la paix.

                            3. Comme il vous menace sans arrêt du fait même de son existence, vous envoyez dans sa propriété une équipe de sécurité armée jusqu’aux dents avec balle engagée et doigt sur la détente. Bien sûr, quand un heurt se produit, cela fait des dégats...collatéraux.

                            4. Bien sûr, vous dites partout que c’est pour le bien de tout le quartier, et que sans vos interventions courageuses, ce serait encore pire !

                            EXCELLENTE POLITIQUE pour pacifier le monde, n’est-ce pas ? Cela méritait VRAIMENT le PRIX NOBEL DE LA PAIX !

                            Comme Joelim le rappelle justement, c’est le lobby militaro-industriel extrêmement rentable aux US (en France aussi au passage) qui dicte la politique étrangère. La meilleure guerre est celle qui n’a pas de fin. Pour cela elle ne doit pas faire trop de morts US, un seuil critique a sans doute été décidé, et être acceptée, grâce aux médias, comme une opération de défense du territoire US, cause sacrée entre toutes, et qui autorise toutes les dérives.

                            La logique militaire dans toute sa splendeur.

                            Enfin, le coût d’un soldat US envoyé pour faire la « GWOT » est de 1 million de $/an. comme il y en a 150 000 cela fait 150 milliards de $/an. Et on approche la décennie.

                            Si l’Amérique (E-U) voulait aider le monde en vue de la paix, elle en aurait les moyens. A elle seule elle pourrait sortir chaque année 100 millions de personnes de la pauvreté en leur versant une « allocation de progrès » de 1500$ par an soit 4$ de plus par jour, soit un triplement de leur revenu de survie physiologique (2$/jour).

                            Cela produirait un effet d’entrainement immense, un cercle vertueux du développement équitable, cause de paix et desespoir des « lords of war » qui pourrissent le monde entier avec notre argent.


                            • Mohammed MADJOUR Mohammed 12 décembre 2009 10:39

                              L’Amérique n’existe pas ; c’est un ancien rêve de la Vieille Europe mais qui n’a jamais voulu par la suite s’éffacer devant son enfant intrépide !


                              Avec sa nouvelle cocotte au CO2, la Sorcière vient de neutraliser toutes les initiatives et toutes les ambitions du Nouveau Monde : On revient à la case départ d’une Europe centre du Monde !
                               
                              Mohammed.


                              • Jean-paul 13 décembre 2009 03:36

                                Vous ne croyez pas que c’est plutot le bordel en Europe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès