• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qui sera digne de vivre ?

Qui sera digne de vivre ?

 Nous épuisons nos ressources d’énergies fossiles. La France de 1789 peut représenter une image crédible de notre futur sans charbon, gaz ou pétrole. Elle avait 28 millions d’habitants, dont environ 80% d’agriculteurs. La noblesse comptait 400 000 personnes (soit un peu plus de 1% de la population). Le clergé, la bourgeoisie, les ouvriers, les artisans et les miséreux fournissaient le reste de la population. Le pain représentait 90% du budget des travailleurs. En ces temps, la famine survenait régulièrement et les disettes étaient presque constantes.

 Aucune solution scientifique ou technologique ne résoudra le problème de la raréfaction des ressources. En conséquence, quels sont les devenirs possibles ?

 Le plus ‘naturel’ des avenirs découle de la possibilité qu’une fraction infime de la population s’empare du pouvoir et des ressources encore disponibles en faisant plier le reste de la population sous son joug. L’élite, avec ses vastes demeures, ses piscines à vagues, ses parcours de golf, ses jets privés qu’elle doit à ses immenses responsabilités, cette élite fera travailler une très nombreuse domesticité. Absorbée par les règles du paraître, elle passe son temps en réceptions, en séminaires, en conventions, elle va d’exposition en exposition admirer ce qu’elle n’est pas capable de faire. Telle est la manière de vivre noblement, faire des travaux manuels la ferait déroger. Un être ne peut pas vivre au-dessus des autres sans les mépriser. Pour se protéger, pour se donner bonne conscience ! Les inégalités doivent être justifiées dans l’esprit des dominants par un sentiment légitime de supériorité. Les inégalités doivent provenir du mérite, d’une intelligence supérieure, de qualités humaines et non de quelque privilège. « Les Seigneurs adresseront alors leurs commandements aux grands, les grands aux médiocres, les médiocres aux petits, et les petits au peuple. »… et le peuple acceptera son sort convaincu lui aussi de ne pas posséder les dons qu’ont leurs maîtres. Le basculement au tout numérique permettra en plus de bâtir un nouveau monde qui aura en commun avec l’ancien une soif inextinguible de dominer, d’asservir. 

 Il faut encore déterminer quel sera le type d’Homme le plus digne de vivre, à quoi ressemblera la race des maîtres ? 

 Les ‘übermenschen’ auront la seule particularité d’avoir réussi. Les surHommes en puissance doivent donc tabler sur des facteurs prosaïques plutôt que sur ceux liés à une quelconque transcendance.

 - La naissance. Les lignées familiales garderont longtemps leur importance, ne serait-ce que parce que l’envol initial des plus jeunes est grandement facilité si le nid se situe en hauteur. Toutefois la seule transmission génétique naturelle ne permet pas parfaitement de se mettre à l’abri d’un rejeton ordinaire, médiocre voire dégénéré. L’analyse en laboratoire du matériel génétique est en premier pas pour éviter cet aléa. Mais une collection de gamètes issus d’hommes ou de femmes illustres par leurs performances sportives ou/et intellectuelles sera très vite disponible, mettant à disposition des SurHommes sur mesure. Certains rêveraient de recueillir un fragment de semence d’Einstein ou quelques ovocytes d’Ornella Muti, ils devront se contenter de ce qui est dans le stock… gamètes déjà coûteux toutefois lorsqu’ils sont issus de célèbrités.

 - La connaissance. La transmission de maître à élève a toujours constitué le moyen privilégié pour acquérir érudition (et domination). Il était de bon ton de citer de mémoire les sages antiques et de forger un jargon accessible seulement à quelques initiés, quelques privilégiés. Les sciences dites exactes furent longtemps épargnées par ce travers avant d’y succomber devenues plus préoccupées de faire-faire que de faire. Les encyclopédies libres et gratuites (pour l’instant) accompagnées d’une multitude de publications bien documentées permettent de remettre en cause cette façon de faire. N’importe qui muni d’un ordinateur a un nombre d’informations précises infiniment plus grand que n’importe quel lettré. Il n’acquiert pas le savoir mais la puissance. La compréhension des phénomènes demandent du temps et doit laisser place au hasard, à l’intuition. Mais cet aspect n’a aucune importance pour celui qui ne souhaite que gravir le plus rapidement possible les marches de la réussite sociale : pianoter sur un clavier suffit largement pour impressionner le plus grand nombre. 

 Le mérite. Pour obtenir des saints, il est indispensable de dessiner l’auréole avant de savoir qui va la porter. L’aura c’est cette exhalaison subtile s’élevant d'un corps, une atmosphère immatérielle entourant un être, une institution, une université exceptionnelles, toute manifestation irréelle mais à laquelle on croit, que l’on croit suffisamment pour provoquer, même passagèrement, une bouffée délirante. Pour obtenir cette aura qui attirera l’admiration des foules, il suffit de suivre le mode d’emploi porté au plus haut degré d’achèvement par le PSG : acheter quelques savants — si c’est le domaine de la recherche scientifique qui est visé — mettez des droits d’entrée exorbitants à votre université pour écarter le vulgum pecus, créez des fondations qui distribuent des prix, des nominations, des décorations. Ainsi, vous obtiendrez alors une flopée de génies tous ceints de la divine auréole… et vous pourrez lever des fonds !

 La fonction élective. Un dirigeant est normalement en charge de prendre les mesures difficiles mais nécessaires pour le bien commun. Les responsables des démocraties font l’inverse : ils cherchent des compromis boiteux réunissant des égoïsmes catégoriels ou communautaires. L’indécision qui s’installe permet le glissement vers des états privés : un PDG médiatique à sa tête, des directeurs sectoriels compétents, une capitalisation boursière qui jauge la bonne santé du groupe, des emprunts auprès d’investisseurs internationaux pour financer quelques dizaines ou centaines de milliers d’employés répartis dans le monde entier, une monnaie d’échange personnelle. La capacité à réunir des fonds est la pierre angulaire de la création des structures sociétales, les nouveaux dirigeants se passant de l’avis de la multitude.

 Bien entendu, une toute autre structure de société peut être envisagée même sans vouloir changer l’espèce humaine pour qu’elle se conforme à ses rêves, la plus crédible est celle associée à la fonction publique. Le travail n’est pas seulement un moyen d’obtenir un salaire, c’est aussi marquer une appartenance sociale avec ses valeurs, ses codes, son système hiérarchique, ses modes d‘évaluation, ses objectifs de vie. La cupidité ne peut pas mener à une quelconque sobriété heureuse. Par contre, des entreprises publiques (La Poste, la SNCF, la RATP, EDF, GDF…) ont montré qu’elles étaient capables d’égaler les meilleurs de leur secteur tout en offrant un cadre respectueux des individus, une stabilité de l’emploi, une préoccupation constante d’un cadre fourni par l’intérêt général. Il en est évidemment de même de la fonction publique hospitalière, de l’éducation nationale, des organismes de recherche... La frénésie associée au démantèlement de tous ces fleurons par une tranche de la population fascinée par une idéologie qui conduit au pire ne peut s’expliquer que par un désir névrotique de dominer plutôt que de servir. Pourtant, la fonction publique permettrait (peut-être) d’offrir un avenir convenable à tous, loin du mépris des nantis pour les démunis qui s’affiche chaque jour davantage.

 Mais plus important que tout, qui de la fonction publique ou du secteur privé peut conduire la transition écologique absolument nécessaire ? Poser la question c’est y répondre ! Si votre secret désir c’est d’accumuler, d’inciter à consommer jusqu’à la nausée, de dédaigner l’artisanat (hors celui qui concerne le luxe), comment guider une population vers une consommation responsable et respectueuse de l’environnement ? Jamais depuis les premières secousses qui ont ébranlé le système lors du premier choc pétrolier du début des années 1970 le secteur privé n’a démontré son savoir faire pour gérer l’incontournable raréfaction des ressources.

 Alors qu’il laisse la place à plus compétents. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 décembre 2019 08:43

    « Si votre secret désir c’est d’accumuler, d’inciter à consommer jusqu’à la nausée, de dédaigner l’artisanat (hors celui qui concerne le luxe), comment guider une population vers une consommation responsable et respectueuse de l’environnement ?   »

    l’artisanat peut-il fabriquer des smartphones,des drones télécommandés et envoyer des fusées sur la lune ? Si la réponse est « non », l’empire n’est pas preneur et ce n’est pas nous, pauvres pékins, qui décidons des stratégies de développement, ni même de mettre en place ceux qui le font. Nous somme là pour consommer, produire des pépètes et jouer à la démocratie-menteur quand onn nous le demande.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 09:15

      @Séraphin Lampion
      Nous ne sommes pas obligés de consommer n’importe quoi. Mais pour répondre à vos questions, bien sûr que la fonction publique peut envoyer une fusée sur la lune : la NASA est une agence gouvernementale.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 décembre 2019 10:01

      @Jacques-Robert SIMON

      la fonction publique c’est l’artisanat ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 10:22

      @Séraphin Lampion
      Oui, pour les égoutiers, les horticulteurs et les chercheurs par exemple.


    • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 10:24

      @Jacques-Robert SIMON

      « bien sûr que la fonction publique peut envoyer une fusée sur la lune : la NASA est une agence gouvernementale. »

      Si vous cherchez une correspondance très approximative avec la France, la NASA serait une structure entre une société d’économie mixte et un GIEC, construite dans une économie de guerre.
      Rien qui ressemble à une administration, si ce n’est une bureaucratie, mais où on peut virer du jour au lendemain les boulets.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 11:13

      @CLOJAC
      C’est certain qu’il n’y a pas la CGT à la NASA. La notion de ’boulet’ m’est étrangère.


    • Arogavox 11 décembre 2019 11:27

      @Séraphin Lampion

      * Mais plus important que tout, qui de la fonction publique ou du secteur privé peut conduire la transition écologique absolument nécessaire ? Poser la question c’est y répondre !

       * comment guider une population ?

       Deux occurrences rapprochées d’une même astuce rhétorique de manipulation des esprits par une maïeutique

      fallacieuse !

      Ces deux questions enferment l’interlocuteur dans une représentation mentale fermée et sans issue capable de dépasser le précepte caché qu’elles assènent, car ses présupposés sont :
        la population aurait vocation à être guidée
        et, une division de la population entre ’fonction publique’ et ’secteur privé’ serait indépassable.

      Alors, désolé de devoir réfuter ces questions-affirmations, mais il est nécessaire de rappeler qu’une population qui vise à un ’Contrat Social’ passant par un « chacun s’unissant à tous » permettant de « rester aussi libre qu’auparavant », peut peut-être s’accommoder d’un « arbitre » du pouvoir du peuple, par le peuple, et pour le peuple ... mais une telle population ne saurait supporter toute prétention individuelle ou partielle à vouloir la guider ou la conduire  !
       ...


    • Arogavox 11 décembre 2019 11:53

      .. piste de réflexion connexe :

      Pourquoi l’informatique va mettre les sciences à l’envers 

      https://youtu.be/EUK7I3R9a3E

      Ateliers ConférENS #3 : le temps des algorithmes — _ https://youtu.be/K1l6CI-p6dE

      ( ... culture de l’oisiveté ... des sociétés de l’oisiveté ont déjà existé par le passé ..
       democratie / voir 43:03 ... ) 

      Les algorithmes nous rendent-ils plus libres ? Gilles Dowek https://youtu.be/W4TGJyuuno8


    • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 12:09

      @kimonovert

      « La NASA est actuellement en échec et concurrence avec les intérêts privés... »

      C’est une chance que des entrepreneurs aient compris que l’espace pouvait devenir un business rentable, même si le retour sur investissement sera lent et pas garanti.
      Mais en même temps, Elon Musk et les autres milliardaires se lançant dans la course, pourraient créer une synergie avec la NASA dont les bases de données sont précieuses. Pourquoi refaire toutes les expérimentations ?

      J’impute la relative déconfiture de la NASA à 3 causes principales :
       L’absence d’un génie visionnaire après la mort de Von Braun,
       L’utilisation des crédits de la défense pour des guerres asymétriques un peu partout, puisque l’URSS n’était plus une menace, l’espace passait au second plan,
       Et l’absence de la transmission des savoirs quand les protagonistes d’Apollo sont morts ou partis à la retraite.
      Baudry a raison, avec l’ISS on tourne en rond en répétant indéfiniment les mêmes procédures.

       


    • pemile pemile 11 décembre 2019 12:55

      @Arogavox

      Super la conférence de Gérard Berry, à regarder jusqu’aux questions/réponses avec le public.


    • eau-pression eau-pression 11 décembre 2019 13:36

      @pemile
      Toutafé.
      Dommage qu’@Abou Antoun ne soit pas dans les parages, nous aurions pu discuter du miracle qui a ramené l’enseignement de l’informatique à l’EN. Ca se passe à t=46’ (en fin de vidéo)


    • pemile pemile 11 décembre 2019 13:58

      @eau-pression "Dommage qu’@Abou Antoun ne soit pas dans les parages, nous aurions pu discuter du miracle qui a ramené l’enseignement de l’informatique à l’EN."

      Une petite synthèse de 40 ans d’égarement entre l’EN et l’informatique
      https://journals.openedition.org/terminal/272


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:10

      @Arogavox
      Vous ne croyez pas que les innombrables publicités, les montagnes de commentaires dits libéraux, les nombreux experts, la plupart des médias, ne contribuent pas à ’guider’ la population. Ne serait-ce que se défaire un peu de tout ceci demande des efforts coordonnés.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2019 19:43

      @Jacques-Robert SIMON
      Pour que les riches puissent profiter des ressources qui restent et de notre belle planète, il est prévu que la population redescende à 500 millions d’habitants.
      Les autres crèveront de faim, de froid et de maladies.
      Au besoin on créera des médicaments qui rendent malades, genre Médiator...
      « Quand les Verts et le climat accouchent du malthusianisme noir. »

      .
      « Limiter la population mondiale à 500 millions d’habitants », c’est gravé dans un monument aux USA, les Georgia Guidestones (« pierres servant de guides ») dans l’État de Géorgie, aux États-Unis. Les dix commandements pour un nouvel âge de raison sont :

      1. Maintenir l’humanité en dessous de 500 millions d’individus en perpétuel équilibre avec la nature.
      2. Guider la reproduction intelligemment en améliorant la forme physique et la diversité.
      3. Unir l’humanité avec une nouvelle langue mondiale.
      4. Traiter de la passion, la foi, la tradition et toutes les autres choses avec modération.
      5. Protéger les personnes et les nations avec des lois et des tribunaux équitables.
      6. Laisser toutes les nations régler leurs problèmes externes et internes devant un tribunal mondial.
      7. Éviter les lois et les fonctionnaires inutiles.
      8. Équilibrer les droits personnels et les devoirs sociaux.
      9. Faire primer la vérité, la beauté, l’amour en recherchant l’harmonie avec l’infini.
      10. Ne pas être un cancer sur la terre, laisser une place à la nature.
       

    • Arogavox 12 décembre 2019 01:36

      @Jacques-Robert SIMON
       Je crois surtout que les innombrables publicités, les montagnes de commentaires dits libéraux, les nombreux experts restent sans influence néfaste sur les esprits curieux, ouverts au « sapere aude », qui ont appris à filtrer, domestiquer ou mieux : analyser ces sources de stimulation de l’intellect. L’essentiel de l’activité cérébrale étant consacrée au filtrage des informations captées, pas sûr que les cerveaux humains aient un impératif besoin d’être coordonnés pour apprendre à fonctionner sainement : en apprenant individuellement à trier !
       (le cerveau initial, situé au niveau du système digestif, a-t-il besoin d’être coordonné pour aiguiller nos ’besoins’ )
       C’est au contraire le luxe d’une habituation au silence qui endort à la longue la capacité à rester en alerte et aux aguets.


    • popov 11 décembre 2019 09:56

      Si les richesses du monde étaient redistribuées uniformément il n’y aurait plus que des pauvres. Quand quelqu’un décide de travailler plus (ou plus intelligemment), c’est pour améliorer sa propre situation et celle de sa famille. Si le surplus de richesses que cet effort produit était redistribué uniformément, la motivation disparaîtrait et chacun essayerait d’en faire moins que son voisin.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 décembre 2019 10:02

        @popov

        struggle for life ?


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 10:24

        @popov
        Je ne peux que répondre que la fonction publique fonctionnait parfaitement indépendamment de toutes les théories.


      • JC_Lavau JC_Lavau 11 décembre 2019 11:57

        @Jacques-Robert SIMON. Mhouais, à condition d’oublier toutes les perversions qu’elle est capable d’abriter et protéger. Ça ferait un article bien trop long à détailler, et de toutes façons mes articles sont invariablement bloqués ici car ils prennent parti contre les guerres civiles.

        Prenons l’homicide par imprudence de Brétigny sur Orge. Au moment où cette TJD a été commandée puis posée, les connaissances sur la rupture par fatigue étaient amplement diffusées, j’en ai plein de pages sur mes manuels russes et américains. Mais les boulons des éclisses n’en tenaient aucun compte  et même à présent, ça n’est toujours pas amendé. Les cheminots du site ont hurlé leur rage et leur haine quand j’ai rappelé ces faits.
        http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2014.0.html
         
        On ne fera jamais assez le procès du narcissisme, narcissisme de meute inclusivement.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:12

        @JC_Lavau
        C’est vrai qu’il est difficile de ne pas aimer ni de ne pas être révulsé par son image.


      • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2019 18:52

        @popov
        Richesse redistribuées uniformément pour travail redistribué uniformément ? Ceux qui ont essayé n’y ont partiellement et temporairement réussi que par un système autoritaire. Pourquoi pas mais c’est un choix...


      • JC_Lavau JC_Lavau 11 décembre 2019 19:00

        @Jacques-Robert SIMON. ? ? ?
        As tu compris ce que tu as lu ?


      • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2019 19:26

        @V_Parlier
        (Parce-que dans le cas contraire pas question, ça ce serait encore pire que maintenant)


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 19:37

        @JC_Lavau
        Je n’ai pas à répondre à ce genre d’insinuation.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2019 19:53

        @Jacques-Robert SIMON
        Je n’ai pas à répondre à ce genre d’insinuation.


        Vous devriez pourtant y songer, la fonction publique a réalisé de grandes choses tant que l’ Union européenne n’a pas imposé l’austérité budgétaire et la casse des services publics.
        .
        La question a été clairement posée par les Gilets jaunes, où passe l’argent des taxes et des impôts ?? Alors que plus rien ne fonctionne. Ni les urgences aux hôpitaux, ni l’enseignement, ni les services publics qui disparaissent en milieu rural etc
        .
        Les ponts s’effondrent, les voies ferrées ne sont plus entretenues, on va privatiser les routes nationales et les autoroutes gratuites et on vend le patrimoine payé par les Français aux Chinois ou aux Américains.
        Alors que l’ Europe devait nous protéger des géants économiques ...


      • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 10:02

        L’analyse des options sociétales était pertinente jusqu’au dernier paragraphe, où les poncifs écolos sont venus gâcher le propos.

        Avec une telle approche au XIXème siècle, on s’éclairerait encore à la bougie, on tirerait l’eau du puits, les pauvres iraient en chars à bœufs et les riches en chaises à porteurs. 


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 10:25

          @CLOJAC
          Les scientifiques géniteurs de toutes les inventions font ou ont fait dans leur grande majorité partie de la fonction publique.


        • JC_Lavau JC_Lavau 11 décembre 2019 10:29

          @CLOJAC. Voici bien longtemps, une comédie avec Eddie Constantine faisait prononcer cet anathème : « Quoi ? Pétrole pour le Peuple ! C’est l’anarchie ! ».
          Les problèmes miniers sont bien réels, mais les puissances minières et surtout bancaires tiennent à ce que le peuple, et sa frange de petits-bourgeois déci-instruits (voire moins que ça encore) se cramponnent au noyau psychotique qu’on leur a dicté.


        • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 10:59

          @Jacques-Robert SIMON

          « Les scientifiques géniteurs de toutes les inventions font ou ont fait dans leur grande majorité partie de la fonction publique. »

          Quand on regarde les brevets d’invention et les Nobel du XXème siècle, on ne trouve pas beaucoup de fonctionnaires français.
          Et les rares qui figurent au tableau d’honneur ont souvent été des universitaires travaillant en partenariat avec des militaires et/ou des entreprises.
          Mais bon, vous êtes libre de croire que l’inventeur du fil à couper le beurre était planton de 3ème classe au ministères des réclamations. smiley 

           


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 11:15

          @CLOJAC
          Si je suis libre de penser, merci.


        • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 11:27

          @Jacques-Robert SIMON

          « je suis libre de penser, merci »

          Dans les limites de votre QI. Ne soyez pas trop ambitieux !


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:13

          @CLOJAC
          J’essaierai.


        • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 18:53

          @kimonovert

          « Le problème c’est que c’est mettre le doigt dans l’engrenage de la sclérose... trouver des études et des projets pour justifier de son existence par le biais des budgets ! »

          Et une des causes premières de la sclérose est le mandarinat avec les phénomènes de cour que cela produit.
          D’un côté des vieux schnoques qui ne veulent pas risquer de ternir leur réputation en cautionnant des innovations hors paradigme, dont ils craignent qu’en cas de réussite elle profitent à d’autres... 
          Et d’un autre côté une ribambelle de suiveurs qui flattent le maître, lui écrivent ses articles et se disputent l’honneur de lui portent son cartable, d’en l’espoir de récolter des miettes de sa renommée et un poste de larbin attitré.


        • JL JL 11 décembre 2019 10:15

          ’’ La cupidité ne peut pas mener à une quelconque sobriété heureuse. Par contre, des entreprises publiques (La Poste, la SNCF, la RATP, EDF, GDF…) ont montré qu’elles étaient capables d’égaler les meilleurs de leur secteur tout en offrant un cadre respectueux des individus, une stabilité de l’emploi, une préoccupation constante d’un cadre fourni par l’intérêt général.’’

           

          Un salarié du privé travaille près de trois mois par an pour les actionnaires.Cette simple considération suffit à montrer les atouts du secteur public par rapport au privé. La part des dividendes versés en France est outrageusement trop élevée, ce qui fait que le capital grossit démesurément et tend à absorber tout ce qui peut devenir source de profits. On appelle ça ubris ou hybris.

           

          Si l’activité économique était le moteur et la fonction publique la caisse, et si la théorie du ruissellement était vraie, notre société française ressemblerait davantage à un dragster qu’à une berline familiale.

           

          La théorie du ruissellement étant fausse vu que les très riches ne jouent pas le jeu, la France est en train de devenir une caisse à savon ! Nous ne voulons ni de l’une ni de l’autre.

           

          Il étaient 19,27 millions de salariés du privé en France, en 2018.

          27 000 euros de salaire brut moyen versés par an
          149 milliards US$ de dividendes versés en France en 2018, soit 122,2 mds €
          253 jours ouvrés en 2018
           
          On trouve un ratio de 59,42 jours par années de 253 jours ouvés

          ou 85,73 jours sur 365,

          soit 2,82 mois par an


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 10:26

            @JL
            Merci des informations.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 décembre 2019 12:22
            La motivation dans la qualité du travail d’un individu, et dans son rendement, est attribuée par plusieurs commentateurs à sa volonté d’améliorer sa propre situation et celle de sa famille (popov). Et c’est avec raison qu’ils la voient plus grande dans l’entreprise privée que dans la fonction publique, où le travailleur est (encore) mieux protégé quels que soient cette qualité et ce rendement. Et pourtant il me paraît évident que l’auteur de l’article a raison de dire que "gérer l’incontournable raréfaction des ressources« , ou encore »guider une population vers une consommation responsable et respectueuse de l’environnement« , et plus généralement »conduire la transition écologique absolument nécessaire"  ne peut se faire que dans la fonction publique. On peut dire plus précisément (ce que ne dit pas Jacques-Robert Simon) que "plus personne ne sera digne de vivre« si cette »fonction" n’est pas généralisée. Autrement dit : si la société ne devient pas mondialement une société socialiste.

            • foufouille foufouille 11 décembre 2019 12:31

              On a de l’uranium et du thorium pour longtemps. Le reste est dans l’espace.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:15

                @foufouille
                C’est vrai pour l’un comme pour l’autre. Pour la « cueillette » dans l’espace je suis un peu sceptique.


              • foufouille foufouille 11 décembre 2019 17:37

                @Jacques-Robert SIMON

                la Lune a de nombreux métaux, les astéroïdes aussi et du gaz.

                il est aussi possible de faire pousser des plantes en orbite terrestre ou de faire des fermes d’insectes.

                le tout évidement automatisé au maximum.


              • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 11 décembre 2019 13:36

                @ l’auteur

                « ..l’envol initial des plus jeunes est grandement facilité si le nid se situe en hauteur. »

                Mère nature sur une musique mythique confirme vos dires :

                https://www.youtube.com/watch?v=qWHZTxUbtbs

                Merci pour votre article !


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:16

                  @Michael Gulaputih
                  Je vous en prie. Merci pour le lien.


                • Abou Darbrakam Abou Darbrakam 11 décembre 2019 13:45

                  « Réchauffement climatique »

                  OU VA ALLER LE FRIC c’est un projet ,il y en a certainement d’autres.

                  Alors que banquiers et dirigeants se retrouvent à Davos, des milliardaires de la Silicon Valley rêvent de créer des îles artificielles indépendantes des États. Et leur permettant d’échapper aux conséquences du changement climatique. Ils discutent avec la Polynésie française pour implanter la première expérience.

                  https://reporterre.net/Des-milliardaires-revent-d-iles-artificielles-pour-echapper-au-rechauffement

                  «  zone économique spéciale qui facilitera la création et la gestion d’entreprises  ».

                  Un vocabulaire qui résonne avec les idées d’Emmanuel Macron. TSI a récupéré des propos du président français dans une vidéo promotionnelle, se reconnaissant dans l’appel du dirigeant de la « start-up Nation » aux « gens innovants [en matière de lutte contre le réchauffement climatique] à ven[ir] en France ». Avant d’ajouter : « La France est votre nation. »

                  https://www.youtube.com/watch?time_continue=75&v=CBkkx4y8hCE


                  • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 16:23

                    @Abou Darbrakam

                    « Ils discutent avec la Polynésie française pour implanter la première expérience ».

                    Encore des jobards qui se croient dans Waterworld !
                    Quand on voit les levers de boucliers de la population et des élus locaux pour l’extension d’une marina ou d’un village artisanal, bon courage pour leurs îles artificielles ! 
                    Et, soit-dit en passant, la communauté scientifique a pris conscience que la submersion des atolls (qui devait arriver avant 2020 !) est une élucubration de plus du GIEC !
                    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/atolls-du-pacifique-la-grande-217979


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:17

                    @Abou Darbrakam
                    Moi aussi j’ai des difficultés à entendre certains propos.


                  • Abou Darbrakam Abou Darbrakam 11 décembre 2019 18:37

                    @CLOJAC
                    bon article sur les atolls merci.
                    c’est monde de dingues de farfelus et de manipulateur.


                  • CLOJAC CLOJAC 11 décembre 2019 20:26

                    @Abou Darbrakam

                    « c’est monde de dingues de farfelus et de manipulateur. »

                    Un des profs que j’appréciais le plus nous disait : « Des faits d’abord, des faits ensuite, des faits encore... Analysez, trouvez des relations causales, mais laissez les interprétations aux béotiens ! »
                    Mais aujourd’hui les béotiens commandent aux médias, et leurs approximations et leurs trucages tiennent lieu de vérité officielle.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2019 21:22

                    @CLOJAC
                    « Des faits d’abord, des faits ensuite, des faits encore... Analysez, trouvez des relations causales, mais laissez les interprétations aux béotiens ! »

                    Félicitations ! Vous devriez appliquer ces judicieux conseils quand vous critiquez l’UPR ! A part les insultes et les diffamations, jamais de faits, ni de preuves de votre part...


                  • Spartacus Spartacus 11 décembre 2019 15:27

                    « Aucune solution scientifique ou technologique ne résoudra le problème de la raréfaction des ressources »

                    Hélas cette phrase est fausse....car il n’y a aucune raison physique ou économique pour que l’ingéniosité humaine et l’entreprise ne puissent pas continuer à répondre aux pénuries possibles comme il en a toujours été.


                    Loi de Simon : (mémé si l’auteur est son homonyme, visiblement il n’a pas lu ses livres)  smiley

                    Les ressources du monde sont limitées de la même manière que le nombre de touches de piano est fini. 

                    L’instrument ne possède que 88 notes, mais celles-ci peuvent être jouées d’une infinité de façons. Il en va de même pour notre planète. Les atomes de la Terre peuvent être fixes, mais les combinaisons possibles de ces atomes sont infinies. 

                    Ce qui importe donc, ce ne sont pas les limites physiques de notre planète, mais la liberté humaine d’expérimenter et de réinventer l’utilisation des ressources dont nous disposons.


                    • Ruut Ruut 11 décembre 2019 16:59

                      @Spartacus
                      En effet, Sur Terre, Rien ne se crée, rien ne se perd, TOUT se transforme.

                      Il n’y a pénurie que dans 3 cas :

                      1. Un problème de transport ou d’approvisionnement. (Catastrophe, Grève, etc...)
                      2. Un problème de production (Incendie, Catastrophe, Faillite, etc...).
                      3. Un choix (ou incompétence) Politique.

                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:21

                      @Spartacus
                      Je maintiens la phrase de mon texte. Les sources possibles d’énergie sont bien connues (atomique, moléculaire, nucléaire) tout comme les méthodes pour les récupérer. Vous n’obtiendrez rien en jouant sur les éléments du tableau de Mendeleiev.


                    • Spartacus Spartacus 11 décembre 2019 17:51

                      @Jacques-Robert SIMON

                      Dans son oeuvre, ’the ultimate ressource« Simon explique que l’idée que les ressources seront toujours là ,explique que c’est »contre-intuitif", parce que cela ne semble pas logique mais que c’est bien réel.

                      C’est comme expliquer que la terre est ronde a des gens pour qui tout semble expose que la terre est plate, comme l’horizon , le niveau à bulle ou la ligne droite et expliquaient que cela en fait une preuve qu’elle n’est pas ronde.

                      La ressource la plus précieuse est le cerveau humain et toutes les autres sont remplaçables...


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 19:36

                      @Spartacus
                      Vous pouvez penser ainsi.


                    • Alain 11 décembre 2019 19:47

                      @Spartacus
                      En effet, le cerveau humain est plein de ressources : quand il s’agit de partager, il a inventé un super truc qui marche depuis des siècles et des siècles, çà s’appelle la guerre.
                      Et quand les pbs que nous engendrons à grande ampleur deviendront récurrents (même si on aura droit à la théorie de la secte de ce bon vieux JC_laveau), hop, on abandonnera une partie de l’humanité pour que l’autre continue à faire la fête. Bon, c’est déjà ce qu’on fait dans une période de matières premières abondantes : on a tout un tas de petits esclaves qu’on ne voit jamais (c’est pas beau à montrer) afin que nous puissions avoir un iphone ou une nouvelle paire de bottes qui ira avec la nouvelle jupe de Zara que je pourrais partager sur Facebook...
                      Y’en a qui meurent de faim et de soif, mais le cerveau humain a inventé le marketing donc y’a pas de pb..

                      Mais de partout sur la planète tout est en train de partir en vrille... Le pic du pétrole conventionnel est franchi en 2006, et les gaz de schiste américains plafonnent depuis quelques mois. La fête se finit et il est temps de remettre les pendules à l’heure : Tas de connards qu’on a habitué à consommer, il est temps de resserrer les troupes : en avant les lois travail, les réformes du chomage, des retraites, de la fin des services gratuits. Maintenant que les matières premières s’épuisent et que le pétrole marque le pas, il n’y en a plus pour tout le monde : crève et ferme ta gueule. Seule l’élite a le droit de survivre.
                      Ah ce fameux cerveau humain....


                    • JC_Lavau JC_Lavau 11 décembre 2019 20:18

                      @Alain. DONC tu as tout compris : à mort le CO_2 !


                    • Ruut Ruut 11 décembre 2019 21:02

                      @JC_Lavau
                      Le CO2 n’est pas un polluant.
                      L’eau potable non plus.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 11 décembre 2019 21:28

                      @Ruut. Mais les problèmes miniers restent tout à fait réels, eux, et insolubles à terme.
                      Les fables « climatiques » sont pour occuper les peuples à des queues de cerise, à les empêcher de regarder ce qui se passe en coulisses..


                    • Spartacus Spartacus 12 décembre 2019 00:48

                      @Alain
                      Le tableau n’est pas si noir et vous le voyez avec des lunettes écolos qui n’est pas la réalité .
                      Il n’y a toujours eu des guerres. Aujourd’hui certes, il en reste, mais proportionnellement au passé elles font moins de victimes qu’il y a 50 ans et il y en a moins.
                      Le travail des enfants existe toujours, mais le développement entraîne la prospérité et des lois sociales suivent.. Le communisme a disparu et il y a de moins en moins de travaux forcés de nos jours.
                      C’est parce que le pic de pétrole a été atteins que le cerveau humain a inventé la fracturation horizontale et possible jusque 5kms sous terre que le schiste a remplacé le pétrole conventionnel. Il y a du pétrole de roche (schiste) pour facile 200 ans. Il n’a été recherché qu’au USA, mais il reste londe a chercher à des profondeurs entre 1km et 5kms soyez rassuré.
                      La consommation entraîne la prospérité et la richesse pour tous....


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 décembre 2019 10:30

                      @Spartacus

                      Ne soyez pas aveugle, c’est Alain qui a raison. Compter, pour enrichir tous les terriens, sur la consommation des richesses naturelles comme si elles ne s’épuiseront jamais est une folie.


                      Il faut au contraire répartir de façon radicalement différente des consommations fortement réduites. Le comportement sociétal actuel condamne l’humanité à toujours plus de pauvreté et de violence pour les peuples qui n’ont pas accès au "développement entraînant la prospérité et les lois sociales qui suivent".


                      Sans ce changement radical, de nouvelles guerres seront aussi la conséquence logique.


                    • Spartacus Spartacus 12 décembre 2019 11:10

                      @Pierre Régnier
                      La folie c’est vous et votre « changement radical’ » Et votre inconséquence à refuser de voir la face cachée monstrueuse de votre idéologie...

                      Les changements radicaux idéologiques ont toujours fait plus de malheurs que ce qu’ils sont censés combattre.....
                      En général ils sont le fait d’intellos bien au chaud dans des bureaux qui n’ont aucun problèmes primaires....

                      Vous voulez appauvrir le monde, rendre les gens malheureux et encore polusn paupériser les plus mal lotis de notre société... C’est terriblement irresponsable..

                      Regardez déjà en France, les taxes sur les énergies, le carburant, les lessives, les avions, les voitures, les bateaux, ce ne sont pas les avions, les voitures, le carburant qui payent les taxes, ce sont les gens... 
                      Et dans ces produits, la proportion de revenu est la plus grande chez les plus pauvres.
                      Vous avez déjà créé la précarité énergétique pour les plus mal lotis en france. Si on enlevait les taxes ecolos, les gens seraient tous plus riches...

                      Vous haïssez les grandes entreprises. Mais dans la réalité, c’est là que sont les meilleurs revenus des gens. 4% des salariés des entreprises de +500 personnes sont au minimum SMIC. 96% des gens au SMIC sont dans les PME et TPE que vous adorez. Vous préférez les gens pauvres....

                      La bio diversité c’est le malheur des pays pauvres et vous voulez leur interdire de vivre comme nous. Les moustiques tuent paludisme, maladie de Charco, les serpents piquent 1 personne chaque minute sur terre.

                      La vérité est qu’il ne faut pas revenir en arrière et abonder vos idéaux moyennageux.
                      On vit très bien à Las Vegas avec 35° dans les rues. L’homme c’est toujours adapté aux situations nouvelle, c’est ce qui le caractérise.
                      Vous vous croyez dans le camps du bien, mais en fait vous êtes dans le camp du mal, car vous placez votre envie de luxe a vouloir le monde comme un parc et jardin, et ne voulez pas voir d’usines...
                      Mais les usines font vivre les gens...... Les gens, les écolos les détestent....


                    • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 12 décembre 2019 11:40

                      @Spartacus
                      J’admire votre foi en l’humanité.
                      Ci-joint en vidéo l’argumentation de JM Jancovici sur la mise en place de l’électricité issue de la fusion, grande pourvoyeuse d’énergie quasi illimitée...en 2100 !
                      D’ici là ce sera concrêtement Mad Max.
                      https://youtu.be/t0Xp6CCte0U?t=7095


                    • Spartacus Spartacus 12 décembre 2019 12:01

                      @Michael Gulaputih
                      Je ne sais pas si j’ai foi en l’humanité, mais je n’ai absolument pas foi aux idéologies liberticides qui disent qu’elles veulent diriger l’humanité pour son bien.

                      Quand a la fusion,qui est un autre sujet j’ai pas d’idée la dessus et ne crois pas aux recherches planifiées mais aux innovations de rupture... Pour l’énergie, ça se transformera comme le reste...

                      Par exemple, l’état Japonnais avait mit des dizaines de milliards d’argent public dans la recherche pour améliorer les écrans TV à tube dans les années 80.
                      Un type dans un minuscule labo merdique en Suisse inventait un tout autre principe, l’écran LCD qui a supplanté l’écran à tube. 
                      Le cerveau humain est l’avenir de l’homme, l’écologisme est un retour au moyen age.


                    • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 12 décembre 2019 14:05

                      @Spartacus
                      Merci de votre réponse.
                      Laquelle m’interpelle et comme vous l’avez classée en 3 parties plus sa conclusion, je vous répondrais de même (sûrement de façon un peu trop longue mais tant pis).

                      Je suis d’accord avec vous quant aux idéologies liberticides. Mais comme l’expose encore très bien encore JM Jancovici sur sa série de cours, la liberté est basée essentiellement sur une énergie abondante. C’est la condition sine qua non. Après vient s’y greffer toutes un série d’autres conditions qui vont plus ou moins l’empêcher d’émerger. Sans énergie vous êtes libre de manger des patates ou ... des patates. Je grossis le trait exprès.

                      L’exemple de la fusion met en exergue le temps qui s’écoule entre une découverte théorique et sa mise en pratique. Typiquement pour le nucléaire civil français -entre les travaux de Marie Curie (pour rester chauvin) et la centrale de Brennilis.
                      C’est ce laps de temps dont on ne dispose plus !

                      L’exemple de l’écran LCD n’en est pas un dans ce débat. Car je parle d’énergie, de source d’énergies. Si vous avez fait le tour des énergies fossiles, ENR, nucléaires que reste-t-il ? Une source inconnue abondante et facilement exploitable type l’hydrate de méthane ? Une pompe à chaleur cosmique qui permettrait de tirer partie du différentiel de t°entre la t° vide interstellaire qui est de 3°K et le zéro absolu ?

                      Voilà pourquoi je parlais de votre foi dans l’avenir. Et de fait vous avez raison : le moyen-âge était parfaitement écologique. Et on y retournera à vitesse accélérée au rythme de l’épuisement des ressources. Car une des ressources essentielles dont on parle que trop peu, ce sont nos enfants et l’investissement que l’on apporte à leur éducation (nationale !).
                      Mon film fétiche c’est Idiocracy (au catalogue de Netflix soit dit en passant !).
                      On y va tout droit.


                    • eau-pression eau-pression 12 décembre 2019 14:42

                      @Michael Gulaputih

                      Dans les années 80, les LCD existaient. On avait des doutes sur la possibilité d’augmenter leur surface/résolution à un coût raisonnable. En attendant la réponse à laquelle se sont attelés les industriels, il y avait en France une boîte spécialisée dans le murs d’écran.

                      Pour parler de rupture, il vaut mieux évoquer Fert et ses capteurs.

                      Par la nature même de son activité de conseil (il fait essentiellement des extrapolations), Jancovici ne peut prendre en compte les ruptures technologiques. Il m’a même un peu déçu dans une conférence au sénat (2013) où il ne prend pas en compte certaines solutions de stockage développables sans pari technique.
                      Dans une conférence récente, un prof suisse montre qu’il est très réaliste d’envisager un fonctionnement mondial à base d’énergie solaire.

                      ne peut-on pas moduler la composante « compétition » qui sous-tend les analyses de @Spartacus ?


                    • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 12 décembre 2019 15:27

                      @eau-pression
                      Dans une conférence récente, un prof suisse montre qu’il est très réaliste d’envisager un fonctionnement mondial à base d’énergie solaire.

                      Vous avez une référence. Le sujet m’intéresse. Merci.


                    • eau-pression eau-pression 12 décembre 2019 15:32

                      @Michael Gulaputih

                      Voici un lien. Je vous le donne sans avoir eu le temps de vérifier si cet homme (F.Maréchal) est bien celui dont je parlais.
                      Si c’est non, on en reparle.


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 décembre 2019 17:31

                      @Spartacus

                      Vous pouvez critiquer, même très sévèrement, ce que vous appelez « mon idéologie » dont je ne voudrais pas, selon vous, "voir la monstrueuse face cachée". Mais ne le faites pas en inversant carrément ma conception comme vous le faites en m’attribuant ces intentions : "Vous voulez appauvrir le monde, rendre les gens malheureux et encore plus paupériser les plus mal lotis de notre société..." 

                      Il est certain que, pour moi, « notre société » c’est le monde entier, et pas seulement les pays riches dont le nôtre fait partie. Et ma principale préoccupation politique c’est de détruire « la pauvreté des plus mal lotis », pas de la maintenir telle qu’elle est, ou de l’augmenter pour que nous n’ayons pas à réduire notre richesse. Moi je vois votre idéologie comme étant celle de l’égoïsme collectif des privilégiés.

                      Parce que d’autres le font très bien, je n’interviendrai probablement plus suite à cet article, qui montre bien comment le solidarisme, incluant l’écologie, se présente. Avec ses réelles difficultés, pas avec vos grossières caricatures.


                    • Spartacus Spartacus 12 décembre 2019 20:46

                      @Pierre Régnier
                      Vous n’avez pas l’habitude de la contradiction et pensiez que vous étiez dans le camp du bien « solidaire » parce que justement vous n’avez jamais cherché a voir les arguments contraires.
                      Je comprends la fuite du débat....

                      La « solidarité » n’a pas le même sens entre un écolo et un libertarien. Chez moi c’est volontaire, Forcé par l’état ou la force coercitive de l’impôt ou la contrainte obligatoire ce n’est pas la solidarité....

                      Les privilégiés, comme vous dites ne sont privilégiés que parce qu’il font leur maximum pour donner ce qu’attendent les consommateurs, et le faire le mieux possible pour s’enrichir...
                      Ne pas prendre de risques de s’enrichir ne donne pas la vertus d’être plus solidaire ou moins égoïste.... Ni à se croire meilleur que ceux que plus riches que soi.
                      La solidarité commence par faire l’effort de s’enrichir soi-même pour le distribuer avec « son argent ». La solidarité écolo ou socialiste avec l’argent des autres n’est en rien de la solidarité...

                      Vous ignorez tout des gens.
                      L’égoïste Bill Gates fait que vous et des millions de personnes utilisent un tableur et pouvons ensemble communiquer. Il a vacciné et sauvé sur terre plus qu n’importe quel état ou ONG au monde...
                      L’égoïste Jeff Besos a mis son père a la tête de sa fondation doté de 2 milliards pour les pauvres. Son père, Michael Besos est arrivé aux USA sans rien, chassé d’un pays ou certainement vous avez une petite compassion. Il a pris une femme qui avait fait un enfant à 17 ans que son père n’a pas reconnu et qu’il a adopté. Il en a fait l’homme le plus riche du monde...Qui rend service a des millions de personne avec un service de vente par correspondance extraordinaire....

                      Les plus mal lotis, laissez donc le capitalisme s’en charger....
                      les chinois sont sortis de la misère avec un slogan « il est glorieux de s’enrichir » pas avec de l’écologie....


                    • jaunibegood 11 décembre 2019 16:04

                      Mais plus important que tout, qui de la fonction publique ou du secteur privé peut conduire la transition écologique absolument nécessaire ?

                      Aucun des 2, seul un systeme decentralise base sur l’initiative individuelle et les acteurs locaux peut aller vers une transition ecologique.

                      Donc autant dire que c’est pas a l’ordre du jour. L’ordre du jour c’est plutot une concentration radicale des ressources le plus rapidement possible pour gerer l’effondrement en petit commite, si toutefois celui-ci survient (les collapsologues se seront-ils trompes ?).


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 11 décembre 2019 17:22

                        @jaunibegood
                        Votre proposition est raisonnable mais j’ai choisi une méthode éprouvée quoique imparfaite.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 décembre 2019 20:13

                        @Jacques-Robert SIMON
                        Il ne peut plus y avoir de fonction publique dans l’Europe néolibérale, il faut en sortir au plus vite. C’est ce que l’ UPR explique depuis 12 ans.
                        .
                        Pour Bruxelles et pour le patronat, il faut détruire la fonction publique.
                        Le MEDEF explique ses objectifs avec l’aide de Bruxelles :
                        .

                        Denis Kessler : Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.

                        Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…

                        A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là . Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

                        .

                        Prenez connaissance des articles des Traités européens les plus toxiques. 

                        Dont l’article 106 qui permet de démanteler les services publics.


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 12 décembre 2019 15:03

                        @Fifi Brind_acier
                        Il est certain que le but de tous les agissements gouvernementaux est de détruire méthodiquement la fonction publique. 


                      • Abou Darbrakam Abou Darbrakam 11 décembre 2019 20:11

                        Ceux là ont une chance de survivre

                        Les 10 armes les plus secrètes et puissantes du monde

                        https://www.youtube.com/watch?v=A0iszF_PnqQ


                        • velosolex velosolex 11 décembre 2019 22:56

                          @Abou Darbrakam
                          J’ai pas vu « l’instrumentalisation de la bétise » dedans !


                        • Abou Darbrakam Abou Darbrakam 11 décembre 2019 23:25

                          @velosolex
                          comme dirait un gilet jaune sa crève les yeux. smiley


                        • velosolex velosolex 11 décembre 2019 23:35

                          @Abou Darbrakam
                          Tout de même .
                          Tous ces efforts pour aller encore plus vite que ce que la nature nous prépare, avec le grand collapsus final.
                          Faut toujours que certains fassent du zèle pour plaire aux profs. 


                        • velosolex velosolex 11 décembre 2019 22:55

                          On dirait « l’Emile ou de l’éducation » de Rousseau réécrit par l’auteur de « Mein Kampf ! » 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès