• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Rambouillet : une morte en plus ou une victime de trop ?

Rambouillet : une morte en plus ou une victime de trop ?

 

Rambouillet : une morte en plus ou une victime de trop ?

 

L’assassinat d’une personne travaillant au commissariat de police de Rambouillet mérite plus que des condoléances à la famille.

De notre point de vue, le fait interpelle (potentiellement) les citoyens, dans leur rapport au gouvernement.

 

Quand une personne est tuée parce que … « Allah Akbar » , sont mis en œuvre des rituels maintenant bien rodés.

 

Dans l’enseignement, la hiérarchie se demande si l’enseignant, avant d’être tué, n’a pas commis une faute professionnelle en soutenant des thèses impies pour ceux qui les tiennent pour telles. Quand il meure, des collègues, qui avouent qu’ils se censurent, se demandent si leur collègue, en ne faisant pas comme eux, ne l’a pas un peu cherché. Puis les politiques, les médias, présentent des condoléances, disent que ce n’est pas bien de tuer. De braves gens vont déposer des fleurs sur le lieu du crime ou devant les portes de l’établissement scolaire.

 

Quand un policier est tué, la hiérarchie et les collègues font, eux, bloc derrière la victime. Président de la République et ministres entrent en scène. Ils se rendent sur place, entourés de personnages en uniforme sortant du pressing, de préfet ou de commissaire de police. Et des caméras des télévisions tournent. Les braves gens apportent des fleurs.

Les « responsables » disent qu’ils continueront à veiller à la situation dont ils ont pris toute la mesure, qu’ils feront voter une loi qui s’ajoutera aux lois précédentes, qu’ils renforceront les effectifs qu’ils ont déjà renforcés, et organiseront la protection des fonctionnaires ayant eux-mêmes comme tâche d’assurer la protection.

De l’opposition s’élèvent alors les mêmes cantiques : il faut plus d’effectifs, expulser les « fichés S », que la justice frappe tout de suite et plus fort … Et bien entendu pour une partie des opposants : s’en prendre aux Wahhabites c’est être islamophobe. Ce qu’il ne faut pas sembler être par les temps qui courent, puisque le Wahhabisme -ou ses variantes- progresse, et avec lui le nombre des électeurs potentiels à ramasser.

 

Le tout, comme s’il était techniquement possible, avec des moyens internes, de répondre à ce qui fabriqué (et l’est quotidiennement) à l’extérieur. Avec la bénédiction des autorités du lieu, elles mêmes membres de la religion wahhabite ou de l’une de ses variantes.

 

C’est que les criminels - illuminés qui tuent en France sont en effet nourris au moins psychiquement à partir de bases arrières … situées ailleurs.

Notamment en Arabie Saoudite (pour ne prendre que cet exemple en faisant référence à ce qui sera dit plus bas) où les Wahhabites ont fabriqué leur religion et entretiennent les dogmes et les pratiques qu’ils ont imaginés, travaillent à la conversion à leur religion, à commencer par celle des Musulmans habitant ailleurs (qui ne partagent pas ces conceptions et qui n’ont pas le projet politique d’établir un Etat religieux). En mettant en œuvre divers moyens pour ce faire : distribution d’ouvrages religieux au contenu adapté ; financement d’institutions diverses et de mosquées dont les imams sont des convertis à leur idéologie. Et ne sont pas forcément scandalisés lorsqu’un individu, dont ils ont ensemencé le cerveau, tue un enseignant parce qu’il n’a pas dit ce qu’il fallait, une dame parce qu’elle est juive, un policier parce qu’il est un serviteur d’un Etat mécréant et de mécréants. Etat dans lequel certains prennent le risque de dire que les conceptions des Wahhabites ne sont pas supérieures aux principes ancestraux du peuple français, ou osent penser et dire que les femmes n’ont pas à se plier à telles attitudes particulières ou telles obligations vestimentaires imposées par les mêmes.

 

Si les autorités wahhabites dirigeant leur Etat, rigolaient, il ne faudrait pas en être surpris.

Car elles se sont rendu compte qu’il suffisait de faire miroiter des contrats faramineux, pour que les autorités françaises salivent et ne pensent plus du tout aux victimes de l’idéologie.

Et elles paient des agences de communication, y compris des agences françaises – dont les propriétaires jouissent du respect du à leurs résultats financiers et à leur belles fréquentations dans les allées du pouvoir- pour faire oublier leur part d’ombre.

 

Il n’y a donc pas d’autre solution pour les autorités françaises, au moins pour les autorités actuelles, que de faire de la communication chaque fois que le mal est fait. Et qu’un assassinat s’ajoute au précédent.

Surtout que selon les estimations de chercheurs sérieux, il y aurait en France plusieurs centaines d’individus, « chargés à bloc » idéologiquement, potentiellement capables de tuer. Sans avoir évidemment le sentiment d’être des « terroristes » faisant quelque chose de mal. Au nom de ce qu’on leur a dit de penser, dit de pouvoir faire ou de devoir faire. Et qui, nécessairement, franchiront le pas, sans que le jour, le lieu ou la victime soient déterminables à l’avance. Et sans même qu’ils aient pu être détectés par les services de renseignement,

 

Alors ?

 

On ne saurait rien affirmer (nous manquons en plus d’études scientifiques de cette nature ) sur la personnalité des uns et des autres qui, venus d’un bord ou d’un autre, président aux destinées du pays.

Mais l’histoire enseigne que la personnalité, la psychologie, les idées fixes, les qualités ou les « tares », ou bien la conception que des rois ou quelques politiciens ont eu de l’Etat et de leur rôle, ont joué pour beaucoup dans l’existence, à tel moment, de situations de fait « positives » ou « négatives » pour les uns, pour les autres, ou pour l’ensemble de la population.

Constatations identiques pour l’action de tout chef : le fils faible d’esprit ou idiot devenu chef d’entreprise, fait péricliter les affaires que son père avait rendues florissantes. Et fabrique des chômeurs. Etc…

 

Imaginons donc que les dirigeants français aient ( demain…) une « mentalité », des intérêts, un caractère … différents. Et, entre autres, substituent l’action à la communication (au « parler pour ne rien dire » diraient les malveillants). Que pourraient-ils bien faire ?

 

Si les suivants prétendent toujours être en guerre avec le « terrorisme », il leur faudra utiliser les instruments adaptées. Qui ne sont pas ceux qui sont actuellement utilisés, puisqu’ils sont inefficaces. Et parmi ces « armes » inutilisées, il y a la diplomatie.

 

Evidemment on ne saurait expérimenter une médecine diplomatique en double aveugle, avec des essais randomisés. Comme c’est d’usage avant de commencer à sauver des malades.

Mais il semble que le président Poutine a / aurait imaginé un « protocole » de protection de la population qui a « marché » lors des jeux olympiques de Sotchi.

On a rapporté en effet que le prince Bandar, chef des services secrets du roi d’Arabie Saoudite, aurait assuré que les jeux de Sotchi ne seraient pas ensanglantés par l’action des Tchéchènes, -que les Saoudiens « contrôlaient »-, si les Russes « lâchaient » le président Syrien Bachar El Assad.

Le président russe, dont la mentalité, - telle qu’elle se dégage de la constatation des faits- n’est ni de placer son Pays sous l’hégémonie d’autres pays, ni de laisser le droit être bafoué par les uns … au nom du droit invoqué par d’autres à leur profit, ni de reporter au lendemain ce qu’il n’a pas voulu ou pas su faire aujourd’hui (en pensant que c’est cela qu’il faut faire aimer par le peuple par la voie des relations publiques) aurait eu une réaction …impensable dans la capitale française aujourd’hui : Il fit dire en substance au roi d’Arabie Saoudite, que si ce dernier et les siens se livraient à ce genre de jeu, le sang coulerait en Arabie Saoudite. Et qu’il était même techniquement possible que le roi d’Arabie Saoudite disparaisse avant Bachar El Assad.

 

 

Revenons à la France. Et transposons …

 

« Un jour » est élu à la présidence de la République de la République une personne ayant la « carrure » de ce qu’on appelle un « homme d’Etat ». Hommes « d’Etat » qui son moins nombreux, ainsi que les historiens le relèvent, que les personnes qui occupent par roulement une fonction, fût-elle de premier plan dans l’ordre des préséances.

Il peut donc, après avoir omis les courbettes d’usage, oser s’adresser comme suit à tel dignitaire ( roi, prince, président) dirigeant un pays à partir duquel la doctrine ( wahhabite, salafiste, etc…) s’élabore et est exportée :

« Dorénavant, vous allez faire en sorte de contrôler vos gens et de garder votre wahhabisme ( salafisme, …) pour vous. Vous allez même vous arranger pour nous débarrasser de vos prédicateurs et propagandistes. 

Au premier mort au nom de « Allah Akbar », vous allez « trinquer ». Il faut vous attendre à ce que Dieu (pour que vous compreniez mieux, nous allons nous aussi Le faire parler) pose Sa main vengeresse sur les membres de votre famille, les uns après les autres en commençant par … et en finissant par vous. Et sur vos biens ».

Avec, si besoin eu égard à la situation, une courte phrase supplémentaire :

« Et pour montrer que Dieu ne plaisante pas, je vous annonce tel grand malheur qui se prépare pour votre parent Untel ou pour sa villa de tel beau quartier ».

Le président – homme d’Etat s’entendra probablement rétorquer que s’il doit en aller ainsi, c’en sera fini des contrats juteux.

Auquel cas notre président pourra ajouter : « qu’en cas d’asséchement de la pompe à finance ou de la pompe à pétrole, Dieu serait encore une fois mécontent, avec les mêmes conséquences que ci-dessus ».

 

Cette hypothèse est évidemment théorique.

En tant que juriste nous sommes obligés de condamner par avance de telles méthodes. Et, en tant qu’homme de bien et bien pensant, nous ne pouvons que désapprouver qu’on puisse même y penser.

Mais comme ces méthodes sont celles de la branche « action » des services secrets … rien n’interdit d’en évoquer la possibilité du point de vie technique.

 

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 27 avril 09:38

    Bonjour, Marcel MONIN


    « il leur faudra utiliser les instruments adaptées. Qui ne sont pas ceux qui sont actuellement utilisés, puisqu’ils sont inefficaces »


    « Inefficaces », non, car depuis une vingtaine d’années, ce sont chaque année plusieurs projets d’attentat qui sont déjoués par la mise hors-jeu de radicalisés repérés par les services de la DGSI.


    La problème qui est posé depuis plusieurs années est précisément lié à cette efficacité  imparfaite, hélas !  des services de renseignement. Désormais, le danger vient moins de groupes organisés constitués de « djihadistes », plus aisément repérables, que d’individus radicalisés solitaires qui, avec les moyens du bord, passent à l’acte terroriste sans avoir émis auparavant de signaux suffisamment alarmants. Tel a, semble-t-il, été le cas de Jamel Gorchene.


    Or, comme vous l’avez souligné, des gens comme Gorchene, il y en a sans doute des centaines en France...


    • nenecologue nenecologue 27 avril 10:58

      @Fergus
      Peut être même des milliers...

      Commençons par virer TOUS les clandestins, les irréguliers, les sans-papiers, appelez-les comme vous voulez.
      Ensuite pas de titre de séjour sans contrat de travail.
      Enfin retour au droit du sang comme dans 99% des pays de ce monde.

      Pour pouvoir construire un monde meilleur, il faut d’abord un endroit ou commencer qui ne soit pas envahi par une population hostile !


    • Sébastien A. 27 avril 15:53

      @Fergus
      Bonjour Fergus, vous rendez-vous compte que c’est ce type de blabla qui nous conduit où nous en sommes ?

      Ne le prenez pas à mal, ni comme une attaque personnelle, mais vous démontrez, dans vos propos, le degré d’avilissement où en est arrivé notre société : il faut comprendre, excuser, ne pas stigmatiser, surtout ne pas se poser de questions, dire qu’il est impossible rationnellement de faire autrement que ce que nous faisons (avec le succès que l’on voit).

      Je partage l’avis de l’auteur (que je salue) selon quoi, avec un peu de bonne volonté, de vertu et de croyance en ce qu’est la France, nous pouvons encore nous en sortir.

      Pour cela, il faut commencer à redonner à tous les petits français (quelle que soit leur origine) des ancêtres gaulois. Ceux qui ne veulent pas de ce parrainage étant alors priés de s’en trouver de meilleurs ailleurs. Les instituteurs de la IIIème République n’ont pas pris de gants pour proscrire l’usage de l’Occitan (langue aujourd’hui aussi morte que F. Mistral) ou du Breton.

      Mais en parallèle, nous devrions retrouver une vraie diplomatie (comme le suggère l’auteur), et à mon sens retisser les liens d’une vraie Francophonie, arrêter de piller les pays africains, cesser instiller partout le désordre politique et économique pour protéger les intérêts financiers et le libre-échange. Il est urgent de faire revivre notre industrie, notre monnaie et notre art de vivre. Bref retrouver les voies de la souveraineté (ce qui conduit naturellement à sortir de ce spectre qu’est l’UE).

      La France a une voix unique dans le concert des nations, même si actuellement, nos propres concitoyens se bouchent les oreilles pour ne plus l’entendre.
      Pour conclure en souriant, et comme le disait, avec son tact habituel et grivois, le professeur Choron : « le juste milieu, c’est dans la raie des fesses ! »

      Sébastien A.


    • sirocco sirocco 27 avril 19:34

      @Sébastien A.
      « ...avec un peu de bonne volonté, de vertu et de croyance en ce qu’est la France, nous pouvons encore nous en sortir. »

      De la « bonne volonté » de la part de qui ?...
      De la « vertu » de la part de qui ? (dites-nous, qu’on rigole un peu !)

      La France d’aujourd’hui n’est absolument plus celle dont vous gardez l’image ou en qui vous aviez la foi. Le Grand Remplacement est venu balayer tout ça et il faut vraiment que vous ne mettiez jamais le nez dehors pour ne pas vous en être encore aperçu... Surtout que la situation empire de jour en jour...

      Malheureusement non, nous ne pouvons plus nous en sortir autrement qu’en imitant ce qu’ont fait les Algériens à partir de 1956 pour se débarrasser des colonisateurs français (allez consulter des archives historiques).


    • Sébastien A. 28 avril 08:06

      @sirocco
      Rassurez-vous, je mets le nez dehors tout autant que vous (et sans masque). J’ai longuement réfléchi à ce que vous dites. Je pense que les voies d’une sortie de la crise que traverse la France existent. Je ne compte pas particulièrement sur la classe politique actuelle, mais plutôt sur les mouvements populaires, tels les gilets jaunes pour construire une nouvelle France. Une France consciente de son histoire et de son poids, pas une France du passé, mais quelque chose qui aurait le goût d’une France mâtinée d’une dose de Commune achevée (dont nous fêtons actuellement le 150ème anniversaire dans un silence assourdissant).


    • Jonas Jonas 27 avril 09:46

      Un Tunisien est venu de sa terre d’Islam pour égorger un de nos agents policiers.
      Résultat de la politique progressiste menée par les différents gouvernements successifs qui font entrer massivement toute la poubelle du Tiers-Monde dans notre pays sans aucun contrôle.


      • Jonas Jonas 27 avril 09:49

        Nos élus républicains ont fait construire des milliers de mosquées pour les musulmans, mettant à leur tête les pires imams misogynes, antichrétiens et antisémites, appelant à rejeter la culture et l’identité de la civilisation européenne, pour qu’ils se sentent ici comme chez eux.
        La République a accueilli des millions d’Arabes, de Noirs, d’immigrés ces quarante dernières années, diluant et anéantissant progressivement notre ethnicité, notre culture, notre patrimoine, sans nous demander notre avis et contre notre gré...

        Le pire de tout ça, c’est que Macron se permet ensuite de faire l’apologie de l’idéologie progressiste woke et de la cancel culture pour plaire aux USA et aux affairistes américains ; la France serait un pays raciste dont il faudrait déconstruire l’Histoire pour mieux intégrer les populations immigrées !
        Ce type est une honte pour la France, et une véritable insulte à notre patrie.


        • cevennevive cevennevive 27 avril 10:03

          La diplomatie Française est devenue un gros tas de guimauve. A quoi sert-elle ?


          • ETTORE ETTORE 27 avril 13:46

            La question qu’il faudra se poser tôt ou tard ( le plus tôt serait le mieux ) est :

            Que vas t-on faire  ?

            On voit bien, que cela perdure sous tous les présidentiables...

            On voit bien le dirigisme de ces attentats ( et que l’on passe d’un prêtre à une policière)

            Si depuis le temps on ne voit pas le fil rouge qui traine au cul de toutes ces exactions.....C’est soit que nous sommes aveugles, soit inconscients, soit....MAGNANIMES !

            Mais il serait bon d’envisager une autre approche de l’évaluation de cette problématique, et cela sans perdre de temps.

            Parce que, si le drapeau France, continue à ne servir que de couette aux cercueils, il faudra bien demander des comptes, au représentant de ces couleurs .

            Représentant, qui sait si bien manier les moyens, contre ses propres concitoyens, mais qui semble décidé par son immobilisme criard, à les laisser continuer à servir d’offrandes à une divinité non laïque !


            • ETTORE ETTORE 27 avril 21:32

              La problématique est la suivante :

              Notre ( et même nos) dirigeant parle au futur  !

              « Nous ne céderons rien »

              Les assassins, eux, agissent,.... Au présent !

              Ce qui, depuis des lustres, ne fait que créer des « passés », devenus des

              «  actes manqués  » à répétition.

              Tant que cette histoire de temps, entre les paroles et les actions, ne seras pas mis en équation de simultanéité....

              Le temps ne seras que le reflet d’une lâcheté, passant inlassablement de l’un à l’autre !


              • zygzornifle zygzornifle 28 avril 08:50

                Aucune nouvelle de l’assassinat commis par un flic par étouffement ou la victime a criée 7 fois j’étouffe avant de se faire écraser le larynx par le flic posté dessus .

                Un crime est un crime qu’il s’agisse d’un policier ou d’un innocent tombé lors d’un contrôle musclé.

                Sauf que quand c’est un matuche on en fait une affaire d’état, on voit que les élections sont pour bientôt .... 


                • Depuis 2018 jusqu’à aujourd’hui, dans le cadre du SRAS COV2 et des GJ,

                  Emmanuelle Macron nous a montré qu’il était capable avec son organisation politique et son gouvernement de changer les lois, museler la justice et d’utiliser la police et le milieu médical pour estropier et tuer des français .

                  Si après ce papier des généraux , Macron ne modifie pas les lois , ne muselle pas la justice pour lutter violemment contre les terroristes issu de l’immigration mais condamne les signataires du papier .

                  Emmanuelle Macron aura prit la décision de laisser les français et françaises se faire violer, tuer , voler, estropier.... par les terroristes, en tout genre, bien ancrés dans le communautarisme .

                  Terroristes manipulés à donf par les fast flag des U.S, d’Israël, du Qatar, de la Libye, DAECH, Pakistan,Turquie, Mafia Nigérienne, du Mali et autres Tchétchènes ....etc.... 

                  Nous serons tous en danger ,policier, gendarme, militaire, pompier, douanier, simple citoyen... etc .

                  La guerre civil débutera . Macron en portera la responsabilité sans prescription .

                  Arrêtez de nous prendre pour des cons …

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité