• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Raphael Enthoven et l’islam / Misère de la désinformation (...)

Raphael Enthoven et l’islam / Misère de la désinformation positive

Hamid Zanaz, journaliste/Essayiste/traducteur, auteur entre autres : "Réponse décisive aux intégristes" (En arabe, Beyrouth dar al saqi 2009) et "D’où vient la violence islamique" ( En français, Edition de Paris/Max chaleil 2017 )

Dans son intervention quotidienne sur Europe 1 "Le fin mot de l'info", le philosophe Raphael Enthoven expliquait à ses auditeurs le 21 novembre dernier et avec un ton professoral hautain que le mot « islam » ne veut absolument pas dire soumission. "Longtemps avant que Houellebecq en fasse un roman, dit-il, la première chose qu’on sait de l’islam, le seul truc que croient savoir les gens qui n’y connaissent absolument rien, c’est que islam, dit-on, signifie soumission." Et l’enfant terrible de la philosophie française passe son chemin. Il a juste ouvert une parenthèse savante comme il a l’habitude de faire, mais sans oublier de jeter quelques piques aux méchants islamophobes. J’aurais aimé que l’animateur philosophe explique davantage aux ignorants que nous sommes ses propos, nous éclairer encore plus par sa profonde science islamique ! Le mot ‘islam’ est d’origine aramo-syriaque, le prophète et les musulmans ont gardé son sens initial. Dans les écoles coraniques, dans les écoles primaires, dans les lycées, dans nos familles, dans les facultés, on nous a toujours appris qu’être musulman, c’est se soumettre à Allah et à sa volonté. Et c’est ainsi dans les quatre principaux courants du sunnisme et même chez les chiites. Il suffit juste de connaitre un peu la langue arabe pour s’en rendre compte. Les dictionnaires arabes sont catégoriques : « islam » signifie : soumission totale aux ordres et interdits divins. En d’autres termes, un musulman, c’est celui qui accepte d’être esclave d’Allah, qui applique tout ce qu’Allah lui ordonne de faire, de sa naissance à sa mort. D’ailleurs, quel est le sens des prénoms comme Abdellah, Abderahim, Abdelakader ? "Abd", c’est esclave, en arabe, Le prophète disait que les meilleurs prénoms, ce sont ceux qui commencent par Abd, esclave d’Allah, bien sûr. Ni le Coran, ni la Sunna, ni les musulmans, ni leurs intégristes ne laissent une autre interprétation sémantique au mot islam, tous appellent les musulmans ibad allah ; les esclaves d’Allah, ceux qui se soumettent à dieu. Un élève de sixième dans n’importe quel pays arabe pourrait expliquer au philosophe Raphael Enthoven la signification du mot islam. Il pourrait lui dire que « islam » est un nom verbal venant du verbe aslama, c'est-à-dire "s’est soumis ou s’est résigné". Notre philosophe parisien est-il plus informé que tout ce beau monde ou est-il plus royaliste que le roi ? Ne lit-on pas dans le Coran lui-même, Al-Baquara, la vache 2.133 : « Et c’est ce que Abraham recommanda à ses fils, de même que Jacob : “ô mes fils, certes Allah vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement qu’en Soumis” ! Soumettre est le propre de tout pouvoir pré-moderne, il a besoin de la force religieuse pour soumettre les hommes et légitimer sa domination. L’islam est une main mise de la charia sur toute la société et sur les comportements privés. En niant cette évidence, ce système médiatique français persiste à pratiquer avec talent son sport préféré : nier l’évidence. Quant à son utilisation du vocable " islamophobie", je m’interroge si le Spinoza de la radio connaissait vraiment l’histoire de ce mot et ses pièges. Est-il au courant qu’il est une création d’intégristes dans le but de salir tous ceux qui osent critiquer leur religion, leur idéologie ou dévoiler leur travail clandestin pour accélérer l’islamisation des quartiers à majorité nord-africaines ? Ce mot a été fabriqué dans une stratégie victimaire, une riposte à "l’antisémitisme". Si peur il y a, c’est une peur raisonnable, pas pathologique comme prétendent tous ceux qui ne cessent de nous faire peur par ces monstres d’islamophobes, comme si c’étaient eux qui avaient pris les armes et commis des actes terroristes. Par ces phrases malheureuses, "le fin mot de l’info", l’émission de Raphael Enthoven a perdu toute finesse et s’est noyée dans les eaux troubles de la désinformation positive. Dois-je rappeler au philosophe Enthoven que la perversion de la cité, selon son ancêtre Platon, commence par la fraude des mots !


Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 19 décembre 2017 13:26

    L’extrême-droite utilise des faux-nez et « riposte laïque » fait de l’entrisme dans d’autres sites, maintenant ? 

    Le raisonnement est un peu complexe pour un cerveau moyen come le mien et je ne comprends pas bien le concept de « désinformation positive »... le raccourci entre « désinformation » et « discrimination positive » (affirmative action) est tellement télescopé que la formule n’a aucun sens pour les lectuers qui ne sont pas déjà des aficionados du courant qui se masque derrière cet auteur. Alors, à quoi sert une communication si elle n’est pas recevable ? 


    • popov 19 décembre 2017 14:27

      @diogène


      Le titre est un peu surprenant, mais le reste de l’article est limpide.

    • Garibaldi2 20 décembre 2017 10:55

      A l’auteur.

      Je suis très étonné qu’alors que vous prétendez nous expliquer la signification du mot ‘’islam’’, sur laquelle je ne saurais me prononcer puisque je ne parle pas un mot d’arabe, vous vous plantiez totalement sur l’origine du mot ‘’islamophobie’’, en reprenant les explications manipulatrices les plus grotesques de l’origine de ce mot proférées par Caroline Fourest, Pascal Bruckner, et d’autres, et maintenant vous .

      Vous écrivez : ‘’Quant à son utilisation du vocable « islamophobie », je m’interroge si le Spinoza de la radio connaissait vraiment l’histoire de ce mot et ses pièges. Est-il au courant qu’il est une création d’intégristes dans le but de salir tous ceux qui osent critiquer leur religion, leur idéologie ou dévoiler leur travail clandestin pour accélérer l’islamisation des quartiers à majorité nord-africaines ? Ce mot a été fabriqué dans une stratégie victimaire, une riposte à « l’antisémitisme ».’’

      Ceci est factuellement FAUX.

      Le mot ‘’islamaphobie’’ a été créé au début du 20ème siècle par des Européens et en particulier par Alain Quellien, dans son livre La Politique musulmane dans l’Afrique occidentale française, Paris, Larose, 1910 chapitre Ier « Reproches adressés à l’Islam dans l’Afrique occidentale », page 133 :

      « L’islamophobie : il y a toujours eu, et il y a encore, un préjugé contre l’Islam répandu chez les peuples de civilisation occidentale et chrétienne. Pour d’aucuns, le musulman est l’ennemi naturel et irréconciliable du chrétien et de l’Européen, l’islamisme est la négation de la civilisation, et la barbarie, la mauvaise foi et la cruauté sont tout ce qu’on peut attendre de mieux des mahométans ».

      Vous pouvez vérifier par vous-même le texte en question à l’adresse suivante :

      http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6152175h/f152.image.r=Afrique+occidentale+fran%C3%A7aise.langEN

      il vous suffit de taper le numéro de page (133) dans la case en bas à droite de l’écran, puis sur la touche ‘’entrée’’.
       
      Le mot ‘’islamophobie’’ est également utilisé par Maurice Delafosse dans son livre ‘’Haut-Sénégal-Niger : sous la direction de F. Clozel, Paris, Larose, 1912, page 211 :

      ‘’Quoi qu’en disent ceux pour qui l’islamophobie est un principe d’administration indigène’’

      Vous pouvez vérifier par vous-même le texte en question à l’adresse suivante :

      http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k103565h

      il vous suffit de taper le numéro de page (211) dans la case en bas à droite de l’écran, puis sur la touche ‘’entrée’’, et de lire le 3ème paragraphe.

      Si vous traitez Raphael Enthoven de Spinoza de la radio, suis-je en droit de vous traiter de Jules Maigret de l’étymologie ?

      Je fais mienne, à votre propos, la dernière phrase de votre article : ‘’Dois-je rappeler au philosophe Enthoven que la perversion de la cité, selon son ancêtre Platon, commence par la fraude des mots !’’


    • Garibaldi2 20 décembre 2017 11:04

      Et je ne saurais trop vous suggérer de vous expliquer sur votre malhabile formule :

      <<Ce mot a été fabriqué dans une stratégie victimaire, une riposte à « l’antisémitisme »>>

      si vous ne voulez pas vous attirer les foudres du CRIF !


    • Enki 20 décembre 2017 11:23

      @Garibaldi2
      En fait ceux qui sont derrière l’antisémitisme et l’islamophobie sont les mêmes manipulateurs.

      On voit bien que les mécanismes utilisé pour transformer les juifs en intégristes sioniste sont les mêmes que les mécanismes utilisé avec les musulmans pour les transformer en islamiste.

      Les faire passer pour des victimes, leur faire oublier qu’ils font partie de l’humanité pour les enfermer psychologiquement dans un groupe ethnique ou religieux victime d’une injustice de la part de tous les autres humains.

      Les enfermer dans un ghetto psychologique pour pouvoir les manipuler facilement et les mettre au service des mêmes intérêts !

      La diabolisation des soldats syriens et de leur crimes réels ou non sur les musulmans sunnites.
      De même qu’au Myanmar avec les rohingyas où on ne sait plus faire la part du vrai et du faux tellement il y a eu de manipulation.

      Il s’est passé la même chose après la seconde guerre mondiale, beaucoup de mensonge sur les chiffres réel des victimes, de même qu’au Rwanda où de nombreux hutu tué par les tutsi ont été classé comme victime tutsi.

      Beaucoup de propagande...

      voir :

      Des armes pour vaincre le terrorisme islamique

      et

      Pourquoi le mouvement sioniste a besoin de l’antisémitisme




    • Garibaldi2 20 décembre 2017 14:17

      @Enki

      Je suis plutôt d’accord avec vous et sur l’antisémitisme j’ai bien aimé la vidéo de Michèlle Sibony :

      https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/michelle-sibony-repond-a-michel-75470

      Ceci étant, l’antisémitisme est une réalité et il existait bien avant 1948. Qu’il soit aujourd’hui sciemment provoqué pour convaincre les Français juifs de quitter la France ne fait pour moi pas de doute.

      Quand j’entends Avigdor Liberman déclarer :

      « Il est temps de dire aux Juifs français : la France n’est pas votre pays ou votre terre et il est temps de partir ».

      Je me demande pourquoi la France n’expulse pas l’ambassadeur d’Israël tant que Liberman reste ministre du gouvernement israélien !

      Sur le nombre de victimes, c’est un terrain trop propice aux négationnistes pour que je vous suite sur cette voie. Que ce soit 5 ou 6 millions de victimes pour la Shoah ne change rien sur le fond de cet assassinat industriel.

      En revanche, que personne ne parle du million de prisonniers allemands, des camps de regroupement américains, qui sont morts de faim et faute de soins, m’interpelle. C’est un point totalement passé sous silence dans nos livres d’histoire.


    • Zolko Zolko 19 décembre 2017 13:59

      Superbe article, merci. Il est d’autant plus remarquable qu’il est écrit par un « Essayiste algérien ».
       
      Merci aussi pour la clarification sur l’Islamophobie. En effet, je pense que peu de gens ont vraiment peur de l’Islam, mais beaucoup le rejettent comme indésirable. En France (et en Europe en général) le vin, la bière, le jambon, le saucisson, les femmes affriolantes ... font partie de la culture de base, et sont incopatibles avec l’Islam.


      • popov 19 décembre 2017 14:29

        @Zolko


        Bonjour

        Les véritables islamophobes sont les gouvernants européens qui rampent devant les imams parce qu’ils ont la frousse qu’une émeute n’éclate pendant leur mandat.

      • Zolko Zolko 19 décembre 2017 14:32

        @popov : bien vu, je n’y avais pas pensé


      • Jonas 19 décembre 2017 21:41

        @popov "Les véritables islamophobes sont les gouvernants européens qui rampent devant les imams parce qu’ils ont la frousse qu’une émeute n’éclate pendant leur mandat."

        Et nos élus.
        Tant que Les maires et les politiques de France continueront à collaborer activement à la structuration de l’islam radical tels Nicolas Sarkozy, François Hollande, Bernard Cazeneuve, Manuel Valls, François Fillon, Jean-François Copé, Roland Ries, Fabienne Keller, Jacques-Alain Benisti, Hélène Mandroux, Gérard Collomb, Marie-Pierre Mouton, Rémi Muzeau, Jacqueline Rouillon, Didier Paillard, Patrick Braouezec, William Delannoy, Dominique Potier, Alde Harmand, Jean-Louis Costes, Stéphanne de Paoli, Michel Sainte-Marie, Pierre-Yves Martin, Alain Juppé, Laurent Fabius, Christiane Taubira, Corinne Dupont, Charlotte Blandiot-Faride, Anne Hidalgo, Alain Maurice, Nicolas Daragon, Guy Delcourt, Sylvain Robert, Michel Bisson, François Baroin, Guy Jeanne, Marie-Anne Chapdelaine, René Vandierendonck, Philippe Marini, Gilles Poux, Jean-CLaude Gaudin, Laurent Wauquiez, Hugues Rondeau, Chantal Brunel, Philippe Rio, Claude Vazquez, Yvon Robert,... pour
        - acheter la paix sociale dans les banlieues
        - s’approprier un électorat musulman
        - toucher le pactole des algériens, saoudiens, qataris, yéménites
        il y aura du terrorisme en France.

        Exemple, le maire Hervé Chevreau, qui a financé à hauteur de 2,8 millions d’euros la Grande Mosquée d’Épinay-sur-Seine avec l’argent du contribuable, s’est retrouvé pris dans un engrenage sans fin avec les fondamentalistes islamistes (harcèlement, prières de rue, etc...).
        http://islamineurope.unblog.fr/2011/03/07/prieres-de-rue-pressions-manifestations-revendications-intimidations-quand-les-musulmans-de-luame-harcelent-herve-chevreau-maire-depinay-sur-seine-vous-etes-en-train-de-faire-germer-de/

        Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’Islam ?
        Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antioccidental, antichrétien et antisémite :
        http://islamineurope.unblog.fr/


      • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 20 décembre 2017 08:35

        @Zolko
        D’accord avec vous. Article qui éclaire, qui explique, qui renvoie dans leur fatuité les petits Trissotin colabobo lèche-babouches se « soumettant » par peur, par opportunité, par lâcheté aux diktats de ce cancer de l’esprit que sont les religions dites ’du livre".
        Merci à l’auteur, grande voix.


      • Djam Djam 20 décembre 2017 09:54

        @Zolko

        Ben voilà....tout est dit cher Zolko ! Si « le vin, la bière, le jambon, les femmes affriolantes... » sont la « culture » française, on comprend mieux les pratiquants musulmans....comme horizon de bonheur et de jouissance, c’est vrai que ça donne envie ! Quant à la désinformation de l’insupportable Enthoven, la « pensée » (?) philosophique médiatique radiophonique du moment, compte tenu de là méconnaissance crasse des « zélotes médiatiques » qui occupent le terrain de la rééducation, on aura également vite compris que la manœuvre n’est certainement pas de faire connaître l’islam authentique aux français mais bien de vouer à l’anéantissement cette religion qui résiste à celle que l’on fit pour la chrétienté.

        Vu que ces mêmes français confondent allègrement christianisme ET catholicisme, les mêmes zélites zélotes ont mis du temps mais sont parvenus, en se réclamant - sans rire - des lumières (le fameux mouvement voltairien de l’Inquisition de la nouvelle pensée matérialiste totalitaire) à faire de la France le pays en lambeaux d’aujourd’hui. Ne s’y développent plus que la jouissance matérialiste totale et la crétinerie infantile assumée propres aux masses bovinisées qui ne croient plus qu’en une seule chose : leur MOI jouisseur, sans loi, sans limite, sans histoire, sans contrainte, sans culture hormis celle de la nouvelle religion euro-américaine : consommer et jouir jusqu’à en crever. Le remboursement d’une dette perpétuelle devenant de surcroît leur unique destinée

        Effectivement....ahhhhh si seulement tous ces vilains musulmans, futurs islamistes selon l’evangile du petit Zemmour, pouvaient s’aligner définitivement sur ce joli programme occidental de la post modernité vide, mais quel bonheur ! Oui mais c’est bête ?? Sur quels critère allons nous pouvoir continuer à vendre de la guerre et des armes partout ??? Mais que je suis bête.... l’empire se prépare déjà... la Corée du Nord, l’Iran, et tous les non encore alignés feront l’affaire... !

        Mais oui mais quel bonheur en perspective qu’un monde sans plus aucune spiritualité à part celle du « je fais ce que je veux mais juste chez moi » ! D’autant que le privé en question est aussi un doux souvenir grâce à la surveillance de tous par tous et aux « merveilleux » système de surveillance globale ! Ahhh oui, éradiquons toute forme de religion et adorons celle qui plaira à tous : le protestantisme version post moderne où peut se noyer le pire de la perversion humaine planqué derrière le beau masque du « si je gagne beaucoup d’argent c’est que le doigt du - bon - dieu s’est posé sur MOI ».

        L’humain, du moins ce qu’il en reste, n’aime rien tant que d’avoir un ennemi à abattre. L’occident délirant aura réussi ce prodige pervers d’inventer les djihadistes de l’islam (merci la perfide Albion qui permit effectivement de faire monter le wahhabisme, mouvement pourtant initialement ultra minoritaire et déjà combattu au début du 19eme par les arabes eux-mêmes) afin de foutre la merde au Moyen Orient. Le boulot commencé par le « beau » Lauwrence d’Arabie fut réussi, sauf quand Lauwrence compris à quoi il servit en realite à la couronne british...l’homme finit en totale déprime. La lucidité tardive est toujours fatale.

        Et aujourd’hui, nous avons donc notre algérien essayiste utile pour nous rappeler que l’islam, forcément, signifie que l’on doive se soumette à la parole d’Allah ! donc...évidemment au MAL puisque c’est musulman....mais oui mais c’est bien-sûr ! Au moins c’est simple, ça ne demande pas d’effort intellectuel, ça se vend bien et les masses d célébrées font le sale boulot. Chouette non ?


      • Mejad 19 décembre 2017 14:10

        Islam veut dire la paix dans la soumission au Créateur qui a créé le monde.


        Et qui a permis à tout un chacun de dire librement ce qu’il pense. L’homme est libre par naissance et essence.

        Dire que l’Islam est soumission est de votre plein droit en tant qu’humain. Mais pour le plus de milliards de Musulmans, l’Islam est synonyme de paix, d’amitié avec l’autre, d’affection avec l’autre, parce que cet autre est aussi soi.

        Il faut se corriger.


        • Jean Keim Jean Keim 19 décembre 2017 20:50

          @Mejad
          L’islam existe-t-il en dehors du Coran ?

          Avez-vous lu le Coran ?

          J’ai lu le Coran deux fois, à chaque fois l’impression que j’ai ressentie est celle du malaise, et d’un décalage profond avec l’antériorité dont il se revendique.
          Je ne lis pas l’arabe, j’ai donc compulsé une traduction, en l’occurence celle de Chouraqui qui a été reconnue comme de qualité, l’arabe serait une langue difficile à traduire, mais un chat est un chat, donc une traduction sérieuse ne peut pas être bourrée de non-sens et de contre sens, de plus si le Coran est abscon, quel est son intérêt ? 

          Je ne veux pas entrer dans un débat sémantique mais une partie du contenu de ce livre est bien une injonction à la soumission envers Allah, dire le contraire serait une hypocrisie, et il est bon de rappeler que les sources autres que le Coran – les hadiths par exemple – ne sont que des arrangements mis en place par les continuateurs du prophète.

          Je passe sous silence les châtiments réservés aux apostats, ni de leur nature d’un autre âge, et que l’on ne nous rabâche pas que le Coran a été écrit à une autre autre époque avec des mœurs différentes, le Coran affirme qu’il est parfait et qu’il ne peut en aucun cas être modifié ou critiqué. 

          Toutes les idéologies, sans aucune exception, ne sont que l’oeuvre des hommes, car objectivement c’est bien un homme qui tenait le « crayon ».

        • Attilax Attilax 19 décembre 2017 23:06

          @Jean Keim

          J’ai essayé de lire tous les « livres fondateurs » : L’Ancien Testament, le Ramayana, le Zohar, le Nouveau Testament, le Mahabarata, le Livre des Morts, L’épopée de Gilgamesh, la Kabbale, les Sûtras Immuables... Je ne prétends certes pas avoir compris tout ce que j’ai lu, mais TOUS m’ont passionné et beaucoup apporté. Et puis récemment, pour comprendre l’enthousiasme de ses disciples et sa philosophie, j’ai voulu aussi lire le Coran, ne serait-ce que pour savoir de quoi je parle si je dois en parler. C’est le seul livre fondateur qui m’a profondément déçu. Ma lecture n’est pas religieuse, mais littéraire. J’aime les histoires et les mythologies. Le Coran n’en a aucune : toutes les références mythologiques nous renvoient continuellement à la Bible. Ce que j’ai lu, c’est une longue liste d’ordres et de menaces, d’injonctions et de terribles châtiments à venir si on ne les respecte pas. J’espérais un livre de contes et j’ai lu un livre de comptes, voire de comptable. J’ai une profonde aversion pour la comptabilité, j’ai donc tenu 150 pages avant de balancer le bouquin. Pour la mythologie arabe et les belles histoires, mieux vaut lire Les Mille et une Nuits et rêver de la belle Shéhérazade...


        • Trelawney Trelawney 20 décembre 2017 08:26

          @Mejad

          Et qui a permis à tout un chacun de dire librement ce qu’il pense. L’homme est libre par naissance et essence.
          A une époque où les catholiques brûlaient les « hérétiques » et où dans les régions musulmans la condition humaine d’un « mécréant » étaient l’esclavage, je ne pense pas qu’ils pouvaient dire et penser librement. Et lorsque vous dites « L’homme est libre par naissance et essence », de quel homme parlez vous ?

          La religion monothéiste qui devait normalement unir les hommes a apporté plus de trouble et confusion que de réponse.

          L’islam c’est la soumission a un dieu 
          Le christianisme est la croyance en un être divin qui a ressuscité « le christ » dénommé aussi le messie. Dieu est un personnage secondaire puisqu’il n’est « qu’amour »
          Le judaisme est la croyance en un être supérieur qui nous gouverne quelque soit nos actions individuelles.

          Vous pouvez toujours faire de la sémantique les principes de base restent et demeurent les principes de base

        • Mejad 20 décembre 2017 10:33

          @Jean Keim

          J’ai lu le Coran, certes il est complexe. Et je comprends votre malaise. Mais tous les textes bibliques sont ce qu’ils sont si on part du principe qu’ils expriment la voix de Dieu. Pensez un instant que vous avez Dieu devant vous, ce Dieu qui vous a créé, et qui peut vous dissoudre dans la fournaise sans même qu’Il parle, et qu’il ne vous fasse pas mourir, Il vous laisse vivant sentir la flamme qui vous lèche la peau comme dans un film d’horreur, vous suppliez qu’il vous fasse mourir, mais vous restez vivant, cette image que je vous donne relaie un peu ce malaise sans nom que vous ressentez pour une religion et non pour un autre. 

          Et pardonnez-moi d’être vrai ou de penser vrai, du moins je m’imagine moi en simple être qui croit au Dieu des hommes, de vous dire que vous ne savez pas qui vous êtes. Et je vous conseille en être qui aime son prochain d’être, de trouver ce pourquoi vous êtes Et beaucoup parmi ce nous français ne savent pas qui ils sont.

        • Mejad 20 décembre 2017 10:52

          @Trelawney

          « de quel homme parlez vous ? » Pourquoi il y a homme et homme. 

          «  La religion monothéiste qui devait normalement unir les hommes a apporté plus de trouble et confusion que de réponse. » D’accord avec ce que vous dîtes, mais ce ne sont que ce que vous penser des religions. Mais scientifiquement, une religion est une religion, comme 1 + 1 font deux, et la racine carré de 2 est un 1,1414 et des poussières mathématiques de chiffres à l’infini, et la racine carrée de 3 est 1,732 et des poussières idem, et la racine carré de 4 est 2 sans une suite de poussière mathématiques de chiffres à l’infini.

          Donc s’il y a confusion en vous, c’est tout à fait normal. Vous ne distinguez pas très bien une racine qui n’a pas de poussière mathématique avec une racine qui en a. Et c’est là le secret de la création mathématique comme c’est là aussi le secret des religions qui sont toutes semblables mais aussi différentes, et ont un point commun « cette poussière mathématique à l’infini ».

          Et le seul moyen pour comprendre et dissiper ses troubles est de dire que ces choses sont complexes et que nous humain si on était raisonnables, on ne séparerait un infini d’un autre infini, qui en fait est toujours l’infini. Mais on n’est pas raisonnable.



        • Jean Keim Jean Keim 20 décembre 2017 10:54

          @Attilax
          J’ai lu également une partie des livres « fondateurs » que vous citez, je les ai lus avec la même curiosité que vous, et au sujet du Coran, j’ai eu très vite le sentiment que celui-ci est spécial, c’est à la fois un livre politique et un livre qui veut tout de go instaurer une religion sectaire qui enferme l’adhérent dans un carcan dans lequel toute velléité d’émancipation est proscrite et passible des pires châtiments, il est difficile dans ces conditions pour les affiliés de s’ouvrir à autre chose.


        • Trelawney Trelawney 20 décembre 2017 11:07

          @Mejad
          Pour ce qui est des racines carré, il ne faut pas dissocier le résultat avec ce que peut en comprendre l’humain. Car l’humain est doté d’un cerveau qu’il croit tellement bien fichu que ça l’épate au point d’en développer un complexe de supériorité. Mais les faits sont là, avec ça petite cervelle, l’humain ne sait pas très bien combien fait la racine carré d’un nombre sauf à lui limiter un « domaine de définition ».

          Pour faire simple, la racine carré de 4 fait-elle 2 ou -2 est-elle positive ou négative. On peut le savoir avec exactitude encore faut-il avoir un niveau de compréhension que le commun des mortels n’a pas.

          Pour ce qui est de la religion monothéiste c’est pareil. Avec ça petite cervelle il s’évertue à s’inventer une chimère et le monde chimérique qui va avec, pour simplement lui faire accepter l’inacceptable : un jour il va mourir et disparaîre de la planète

          On peut essayer de mettre une âme à l’humain et croire en un infini indéfinissable, il n’est que trivial et ne conçoit son existence qu’au travers de son bonheur égoïste

        • Jean Keim Jean Keim 20 décembre 2017 11:14

          @Mejad
          Le Coran est une production humaine, comme toute la Bible, quand j’écris que c’est un homme qui tenait le crayon qui les a rédigés, ce n’est pas une métaphore, c’est littéralement le cas, que Muhammad ait entendu des voix, c’est tout à fait possible, c’est arrivé à d’autres, en France nous avons eu Jeanne d’Arc.


          Je ne doute pas d’une source fondamentale, mais je ne croirai jamais plus à ce que quiconque pourrait m’affirmer sur elle, c’est un déni d’intelligence que d’affirmer quoi que ce soit sur elle et ce n’est pas une religion qui peut nous enseigner cela.
          Quand à Dieu qui punit de l’enfer et du feu éternel, comment pouvez-vous ne serait-ce qu’envisager cette éventualité ? 
          Une mère est capable de pardonner les pires exactions de son enfant et (votre) Dieu n’en serait pas capable, alors une mère est capable de plus d’amour que le Dieu que les hommes ont inventé.

          Vous êtes dans une impasse, libre à vous de le percevoir. 

        • Enki 20 décembre 2017 11:40

          @Mejad

          Sans vouloir choquer, je pense que si Dieu, quelque forme qu’il ait, s’exprimait réellement aux hommes dans un texte écrit de bout en bout par lui, alors, tous les hommes suivraient la religion, il n’y aurait aucun doute, car la parole de Dieu ne pourrait pas être remise en question.

          Au lieu de cela, on a une multitude de texte, de croyance, de croyant, avec des choses intéressantes et inspirantes dans toutes.

          Ceux qui se rapprochent le plus de Dieu pour moi, ce sont ceux, qui, quelques soit leur religion, même celles sans Dieu, sont respectés par le plus grand nombre, même de religions différentes, pour leurs grandes sagesses.


        • Mejad 20 décembre 2017 12:53

          @Jean Keim

          Que vous me dîtes que « le Coran est une production humaine », je vous l’accorde entièrement. Ou que « Muhammad ait entendu des voix », mais ce que vous ne comprenez pas, c’est que si Dieu s’adresse aux hommes, ll ne peut le faire que par un moyen qui soit accessible aux hommes.Et ce moyen est l’homme lui-même choisi entre tous les hommes. Si, par exemple, son message aurait été transmis par un autre moyen, cela n’aurait pas marché parce que l’homme doute de tout. Un ange qui parlerait, on crierait à une illusion. Tandis que une bible, un Coran, des prophètes-hommes, des Bouddhas parleraient aux hommes. 

          Et libre aux hommes de croire ou ne pas croire. C’est une affaire individuelle et privée selon les besoins, selon les pensées de chacun. Et c’est votre droit de dire «  Je ne doute pas d’une source fondamentale, mais je ne croirai jamais plus à ce que quiconque pourrait m’affirmer sur elle, c’est un déni d’intelligence que d’affirmer quoi que ce soit sur elle et ce n’est pas une religion qui peut nous enseigner cela. » 

          Sauf attention, on ne peut oublier que dans notre conscience intérieure, il y a un tribunal divin qui enregistre tout ce que nous pensons. Et croyez-le ou non. Il y a toujours cette pensée humaine devant les tribunaux des hommes qui, traduite devant le prétoire, et sans même que vous l’exprimiez, « tout ce que vous direz sera retenu contre vous ».

          Et c’est pour cela, en matière de religion, l’homme sensé n’a pas à prendre de position. Comme vous le faîtes. «  Quand à Dieu qui punit de l’enfer et du feu éternel, comment pouvez-vous ne serait-ce qu’envisager cette éventualité ? ». Sur quelle donnée scientifique, ou une donnée de raison, pouviez-vous affirmer ce que vous ne savez pas.

          De même, vous dîtes «  Une mère est capable de pardonner les pires exactions de son enfant et (votre) Dieu n’en serait pas capable, alors une mère est capable de plus d’amour que le Dieu que les hommes ont inventé. » Une question qui a créé la mère ? Qui a créé l’amour entre les êtres humains ? Qui a créé la mère et l’enfant ? Et le pouvoir de la mère de procréer ? Il faut bien une instance supérieure qui a créé les êtres humain, la Terre avec ses mers, ses montagnes, ses forêts, et tant de belles et bonnes choses pour les hommes. Le Soleil qui nous réchauffe... les galaxies. En un mot l’univers. 

          Devant cette création et les Causes qui ont créé nous français, nous humains, devions-nous être plus plus humble, plein d’humilité pour notre Créateur... Ou à défaut être prudent des forces de la Nature dans ces mondes dont nous connaissons un seul, le nôtre.

          Aussi, je préfère être dans l’impasse de l’impossibilité de la Connaissance de l’Absolu en ta t qu’être humain que dans une Avenue qui ne mène nulle part.


        • Attilax Attilax 20 décembre 2017 19:21

          @Mejad

          "Devant cette création et les Causes qui ont créé nous français, nous humains, devions-nous être plus plus humble, plein d’humilité pour notre Créateur."

          On peut aussi considérer que le dieu qui a créé ce monde où le plus fort doit dévorer le plus faible est un pervers doublé d’un beau salopard, ou on a pas le droit ? Oups, zut, non  : on n’a pas le droit.
          Si je me souviens bien, dans le Coran, l’impie et surtout l’athée, doivent être ’traqués, chassés, exterminés’ jusqu’au dernier. Ça laisse peu de place à l’interprétation. Je n’aurais pas le droit d’exister dans un pays musulman, ou du moins pas le droit de m’exprimer, à moins de vouloir au mieux passer quelques années en prison, au pire être lynché. Hé oui : l’athéisme est passible de prison dans de nombreux pays comme l’Indonésie, l’Arabie Saoudite, les Émirats, le Qatar, l’Iran, etc... Vous excuserez les pêcheurs que nous sommes de ne pas tout à fait y voir la promesse d’un futur radieux et plein d’amour.

          Comme disait Woody Allen : si dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse.


        • Mejad 20 décembre 2017 21:49

          @Attilax

           Vous voyez vous-mêmes avec votre libre-conscience, votre libre-arbitre de dire ce que vous voulez. N’est-ce pas là un pouvoir que vous avez de juger dans le bon ou le mauvais. 

          Le problème est de savoir ce qui est juste ou non de ce qu’on a dit. Et c’est là la plus grande difficulté de comprendre qui n’est pas donné à tous. Et c’est là où entre l’intelligence. Je ne dis pas que vous n’êtes pas intelligent, mais de vous comprendre à travers votre vision si vous êtes dans le réel. Je ne parle pas du vrai parce que personne ne peut détenir le vrai. 


          Quant à Woody Allen, Il a raison de dire que « si Dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse. » C’est très bien dit. On sait ou on ne sait pas si Dieu existe.Mais qu’il existe ou qu’il n’existe pas, la question reste posée. Personne ne l’a vu, on suppute seulement qu’il existe comme son contraire. Donc Woody a été d’une certaine façon objectif ; il ignore que Dieu existe. Il résout la question, par ce qu’il espère et il le dit « j’espère qu’il a une bonne excuse ». 

          La question qui se pose « quelle est cette excuse selon vous ? » puisque vous avez cité Woody Allen comme un poids à votre assertion.



        • Djam Djam 21 décembre 2017 09:56

          @Mejad Tout à fait d’accord avec votre commentaire... Juste un bémol cependant.. L’homme ne naît pas libre par essence et par naissance, c’est même tout le contraire. Dès sa naissance l’homme se suscture progressivement selon de nombreux critères qu’il enregistré inconsciemment pendant de longues années :
          - la relation de ses parents dont les non dits affecteront ses choix futures
          - le bain familial dont les valeurs, us et coutumes et...partis pris seront bon an mal an intériorisés
          - la culture plus large et l’organisation de la société où il vit et vivra
          - les modes de pensée ème sa propre génération qui achèveront de la figer dans une vision préfabriquée de « son » monde.

          Il en va ainsi pour TOUS les hommes. La notion de liberté est une notion creuse utilisée pour faire les guerres. Ces dernières sont par ailleurs devenues le mode économique central de tout l’Occident. Arrêtez toutes les guerres et les économies américaines et européennes s’effondrent en une semaine !

          La seule liberté possible à l’homme consiste à élever sa conscience de lui-même pour achever de se connaitre vraiment. Trier et repenser toutes ses croyances et valeurs puisqu’il ne les a adoptées qu’inconsciemment. Ce processus est très long et douloureux, il prend au bas mot une vie entière. Un humain n’est jamais libre mais on lui fait croire en lui proposant d’autres cages mentales...et comme il est assez crédule et facile à manipuler, il les adopte en hurlant qu’il est un Être libre....et ceux qui l’enfument se frottent les mains.


        • Mejad 21 décembre 2017 11:17

          @Djam

            Merci pour cette réponse «  Il en va ainsi pour TOUS les hommes. La notion de liberté est une notion creuse utilisée pour faire les guerres. Ces dernières sont par ailleurs devenues le mode économique central de tout l’Occident. Arrêtez toutes les guerres et les économies américaines et européennes s’effondrent en une semaine !  »

          Merci encore pour cette vision «  La seule liberté possible à l’homme consiste à élever sa conscience de lui-même pour achever de se connaitre vraiment. Trier et repenser toutes ses croyances et valeurs puisqu’il ne les a adoptées qu’inconsciemment. Ce processus est très long et douloureux, il prend au bas mot une vie entière. Un humain n’est jamais libre mais on lui fait croire en lui proposant d’autres cages mentales...et comme il est assez crédule et facile à manipuler, il les adopte en hurlant qu’il est un Être libre....et ceux qui l’enfument se frottent les mains.  »

          Sauf que ce n’est pas viable pour l’humanité. L’humanité a besoin de ce processus mental conscient et inconscient qui va jusqu’à l’infini. Elle a besoin qu’on l’enfume, et qu’elle se réveille ensuite. De nouveau les peuples oublient et sont de nouveau enfumés, et ainsi de suite... L’humanité es un devenir dont on elle ne sait rien où elle va. Et je crois c’est cela qui donne sens à l’existence. Un éternel recommencement dans l’espérance.



        • Djam Djam 21 décembre 2017 12:44

          @Jean Keim

          Exact...mais que dire des autres livres d’injonctions morbides ? Lisez le Talmud, c’est fou ce qu’ils souhaitent aux goys...lisez ou relisez l’ancien mais surtout le dernier, et là, ô surprise on parle déjà un peu plus d’amour pour autrui.

          Quant aux injonctions, pour les éveillés de la pe sarde, il n’y a pas l’ombre d’un doute : nos millions de lois en matière de droits divers sont devenues des diktats à la solde que ceux qui les rédigent. Pour ce qui est des meurtriers, nos irresponsables et cyniques politiques ont pas mal d’assassinats à leur pe dégrées et on ne parle même pas des millions de tués, assassinés par les bombes dévastatrices de ce « pacifiste » Occident.

          Alors en matière de leçon, il serait fortement recommandé à tous ceux qui vouent islam, Coran et musulmans aux gémonies de faire l’auto critique sérieuse de leur démocratie pour consommateurs en errance.


        • Djam Djam 21 décembre 2017 12:49

          @Mejad C’est exactement ce que je tentais de rappeler...tout en invitant les énervés, les accusateurs de tous poils à faire déjà un début d’effort de conscience de soi... Cette attitude est mue par...l’espoir. Et il arrivera forcément un moment où l’humanité disparaîtra totalement d’une terre rendue invivable. Processus également très très long, mais c’est aussi le sort des planètes que de disparaître définitivement aussi.


        • Jean Keim Jean Keim 22 décembre 2017 10:57

          @Djam
          Je ne donne pas de leçon, je ne suis pas islamophobe, je rejette simplement toute forme d’idologie, y compris politique ou économique, y compris l’idée que la pensée occidentale soit la panacée.

          J’ai écrit que tous les livres dits saints ont été rédigés par des hommes, maintenant il n’est pas interdit pour autant de les lire afin de savoir de quoi il retourne.
          J’ai lu un peu de K. Marx, je ne suis pas devenu marxiste, je lis avec bonheur les Évangiles, je ne suis pas (plus) catholique pour autant et je ne sais pas vraiment si je suis chrétien, cela est sans importance, le message de l’homme Jésus n’est pas porteur d’une nouvelle religion et cet homme ne nous a jamais demandé de lui vouer un culte, on peut même se demander s’il croyait en Dieu dans le sens communément admis.
          Il est récupéré par le Coran, il y est souvent cité – toujours avec respect, mais ce que dit ce livre est incompatible avec le message de Jésus, si on n’est pas trop endoctriné il est facile de le constater. 

        • Attilax Attilax 23 décembre 2017 20:59

          @Mejad
          Mais quel charabia pseudo-métaphysique ! Je devine vos arguments plus que je ne les comprends, mais je constate surtout que vous ne répondez à RIEN. Typique. Il faut rester toujours dans le vague, dans l’absolu, couper les cheveux en quatre et répondre aux questions par d’autres questions. C’est si pratique pour ne pas répondre, pas vrai ? Vous parlez tolérance et amour, moi je vous dis juste qu’il me serait interdit en terre musulmane d’être athée alors que vous avez le droit d’être ce que vous voulez ici : vrai ou pas vrai ? Et je ne parle pas de boire un coup de pinard à table, ni de faire des œufs au bacon, ni de ma femme qui verrait ses droits fondre comme neige au soleil : vrai ou pas vrai ?
          C’est assez « réel » comme questions pour que « Vous voyez vous-mêmes avec votre libre-conscience, votre libre-arbitre de dire ce que vous voulez » et que vous puissiez « juger dans le bon et le mauvais » et « savoir ce qui est juste de ce qu’on a dit » ?

          Pour Woody Allen, je crois que c’était juste un trait d’esprit. Vous savez : de l’humour. Ça me paraissait évident, mais apparemment il est utile de le préciser.


        • njama njama 19 décembre 2017 14:14

          @ hamid zanaz

          En règle générale l’esclave ne choisit pas sa condition, par rapport au croyant (soumis) qui se soumet de lui-même. Il la subit (butin), ou en hérite. Je pense que le vrai sens se rapproche de serviteur, servant, ainsi que le latin le traduisait :
          servus (serva au féminin) :esclave, asservi. Servitus : condition d’esclave, servitude. Servitor (oris) : serviteur [des dieux]
          Servam civitatem habere tenir une cité asservie

          Le mot esclave est plus récent :
           Étymol. et Hist. Ca 1175 subst. (B. de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 17065). Empr. au lat. médiév. sclavus « id. » (xes. ds Nierm.), proprement « slave » (viies., Jonas de Bobbio, Vita Columbani, éd. B. Krusch, I, 27) prob. formation régressive à partir de *sclavone « slave » pris pour un accus. et issu du slave primitif *slovēninŭ « id. » ; la même évolution a eu lieu en gr. médiév. : cf. formes Σ κ λ α ́ β ο ς, Σ κ λ α β η ν ο ́ ς, Σ θ λ α β η ν ο ι ́ citées ds FEW t. 20, p. 46b. Le changement de sens « slave » > « esclave » s’explique par le grand nombre de Slaves réduits en esclavage dans les Balkans par les Germains et les Byzantins pendant le haut Moyen Âge. V. FEW t. 20, pp. 46b-47 et P. Skok ds Mél. A. Thomas, pp. 413-416.
          http://www.cnrtl.fr/etymologie/esclave


          • Massada Massada 19 décembre 2017 14:22

            @njama
             

            « En règle générale l’esclave ne choisit pas sa condition, par rapport au croyant (soumis) qui se soumet de lui-même. »
             
            Le croyant hérite de la religion de ses parents pour la grande majorité pour ensuite etre conditionné dans son plus jeune age à la religion.
            C’est une forme de maltraitance infantile.



          • Xenozoid Xenozoid 19 décembre 2017 14:28

            @Massada

            la religion est + une propriété sur l’individu dans ce cas,comme l’état en fait


          • popov 19 décembre 2017 14:35

            @njama


            Bonjour

            Comme dans toutes les « grandes » religions, les enfants héritent la religion de leurs parents. Ce qui fait la singularité de l’islam, c’est la menace de mort qui pèse sur ceux qui veulent en sortir.

          • Mejad 19 décembre 2017 17:05

            @Massada

            très juste. L’esclave ne choisit pas sa religion, puisqu’il n’est pas libre de choisir sa religion. il peut même ne pas avoir de religion s’il en avait une avant de tomber dans la servitude. 

            Mais le problème est celui qui juge l’Islam comme une posture que l’on hérite de ses parents croyants qui ont ensuite modélisé leur progéniture dans cette posture de soumission. Sans penser un instant que ce qu’il nomme une forme de maltraitance infantile ne s’applique pas à ceux que l’on croit soumis mais à celui qui juge et qui y voit une maltraitance infantile sans prendre conscience qu’en fait qu’il ne projette que son soi en eux.

            Raisonnablement, peut-on penser sérieusement et en prenant une approche plus scientifique du problème des religions, tant de l’Islam, du christianisme ou du judaïsme, que du bouddhisme, ces croyant, et sans s’arrêter sur mot islam, juste une dénomination originelle de la religion, que des millions de gens aiment se soumettre à une religion, et donc à Dieu pour le seul plaisir d’être en paix, d’avoir de la reconnaissance envers Dieu qui a donné la vie aux hommes.

            t voilà que des hommes et je dis dans leur ignorance parler de soumission, de maltraitance. La seule explication vient à la fois de notre ignorance et de ceux qui s’imaginent savoir. Et le problème sans qu’ils le sachent. A mon sens, il faut s’introspectiver pour savoir si nous ne sommes pas dans l’erreur. S’il n’y a pas lieu de voir le sujet trop ardu, et de dire n’importe quelle idée pourvu qu’elle se place dans le discours. Je crois qu’il faut se revoir dans la vision de l’autre.


          • Enki 20 décembre 2017 11:53

            @Massada

            "Le croyant hérite de la religion de ses parents pour la grande majorité pour ensuite etre conditionné dans son plus jeune age à la religion.
            C’est une forme de maltraitance infantile."

            J’avais tellement l’habitude de lire des messages de toi, venant d’un être conditionné dans une idéologie intégriste renforcé par un traumatisme communautaire entretenu (par les bourreaux) depuis la plus tendre enfance, que je suis surpris de l’intelligence de ton message !

            Et je lis cela le jour de l’abolition de l’esclavage, donc je te souhaite vraiment de réussir à te libérer de cet esclavage psychologique dans lequel ils te maintiennent :


          • Decouz 19 décembre 2017 14:28

            Les racines sémitiques arabes ou hébraiques n’ont pas qu« une facette, mais sont polysémiques.

            De toute façon existe-t-il une seule religion qui proclame : »Révoltez vous contre Dieu, exaltez votre ego ! «  ?
            salima : être sain, échapper à.
            deux autres racines avec voyelles différentes donnent : piquer (pour un serpent), et tanner.
            Avec la racine première on a, suivant les différentes formes verbales :
            sallama : conserver, saluer, admettre, 
            Sâlama : faire la paix
            Aslama : se résigner à la volonté de Dieu (pas très différent de l’abandon à la divine Providence du christianisme)
            Aslama toujours : quitter, abandonner
            Aslama, on y arrive, embrasser l’islam, se soumettre à Dieu, obeir
            tassâlama : faire la paix, vivre bien ensemble
            silm : paix
            salâm : paix (aussi pour saluer)
            soullâm : échelle 
            et oui islâm, soumission, mais après islâm il y a Imân, la foi, qui ne peut résulter d »une contrainte extérieure, et enfin Ihsân, la perfection, dans laquelle l’homme réalise sa propre divinité, mais pas à la manière moderne d’ exhaltation des passions et de l’ego

            • Choucas Choucas 19 décembre 2017 14:37

               
              Le prof du continent des colons du mondialisme devrait vraiment lire Spinoza ... et Engels aussi :
               
              « L’Orient et l’Afrique sont des civilisations du temps immobile, l’Europe celle du logos critique. [...] La marchandise a besoin du temps immobile de la marchandise incoercible [et du crétinisme barbu]. » Engels
               
              « Rien de ce qu’a de positif [en puissance] une idée fausse, n’est supprimé par la présence [connaissance] du vrai en tant que vrai. » Spinoza L’Éthique L.IV
               
              SOROS DONNE 1/2 MILLIARD AUX COLONS MIGRANTS PUIS 18  !
               
              Gentil spéculateur, la Baudruche, clienet préféré de Rothschild, applaudit.
               
              http://www.nice-provence.info/blog/tag/open-society-foundation/
              http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/10/18/97002-20171018FILWWW00017-soros-transfere-18-milliards-a-sa-fondation.php
               


              • Choucas Choucas 19 décembre 2017 14:53

                 
                Et Karl Marx, a fort bien vu que le monde des rationalistes positivistes est un monde obscène , qui emmène la prostitution généralisée, de l’immédiateté du rapport marchand, de la fin de la finalité, du non métaphorique, de la désublimation de l’humain, management du froid payement comptant en lieu et place des liens symboliques, révolution permanente purinante du Capital, irréversibilité de la vie automatique, magie exterminée par la Vérité, exclusion de l’altérité cosmique, répétition des mêmes, clones infiniment reproduit dans sa vie « infinie », « we are 80 years young » dit bobo américain,
                 
                Promiscuité du réel, hypertrophié dans le virtuel omniprésent, fesse-boucs moi 25h/7j
                Le Mépris, Bardot demande « tu aimes mes fesses ? Et mes jambes ? Et autres morceaux de viande ? » Echange total danc le parc des gogochons, abstraction ultime de la marchandise, le monde crime parfait sans auteur et son sujet immortel qui ne sais que faire, car ce qui ne s’échange pas est la part maudite.
                 
                Barbu le lieur, méprise gogochon, ce zéro du symbolique ;
                 
                « Viva la muerta ! »
                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès