• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Référendum d’Initiative Partagée : les libéraux déguisés en (...)

Référendum d’Initiative Partagée : les libéraux déguisés en socialistes

Alors que le référendum d'initiative partagée vient de dépasser le million de soutiens, il peut être intéressant de prendre du recul et de se demander qui est véritablement derrière cette procédure. En effet, le RIP contre la privatisation d’ADP, on trouve bizarrement beaucoup de libéraux partisans des privatisations. Leur opération de com anti-Macron leur sert finalement de paratonnerre et leur permet de se refaire une image de politiques soucieux du peuple alors que leur histoire, même très récente, montre qu’il ne s’agit que d’une posture politique trop visible pour faire illusion.

 

La photo de famille est inédite par son éclectisme politique et son élasticité idéologique : de l’extrême gauche à l’extrême droite. De La France Insoumise au Rassemblement national, en passant par les communistes, le Parti socialiste, Les Républicains et les centristes de l’UDI. Tous vent debout contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) et soutiens affichés d’un référendum d’initiative partagée (RIP) sur le sujet.

Ces parlementaires de tous bords seraient-ils réunis par une conviction commune sur le dossier ADP ? On peut sérieusement en douter. Depuis plus de trente ans, la droite libérale a privatisé à tour de bras lorsqu’elle a occupé le pouvoir ; on lui doit notamment la fameuse privatisation des autoroutes. Le programme du candidat Les Républicains à la dernière présidentielle, François Fillon, prévoyait d’ailleurs un gros plan de privatisations et une réduction massive du nombre de fonctionnaires. Les parlementaires de droite seraient-ils à ce point frappés d’amnésie ? Bruno Le Maire, leur ancien camarade, a beau jeu de les accuser de ne plus savoir où ils habitent.

Du côté des libéraux-sociaux du Parti socialiste, on a, semble-t-il, aussi la mémoire qui flanche et des convictions à géométrie variable. Le député PS Boris Vallaud, fer de lance du RIP, a lui-même supervisé la cession des aéroports de Lyon, Nice et Toulouse lorsqu’il était secrétaire général adjoint de l’Elysée sous François Hollande.

Tous ces libéraux de droite et de gauche semblent donc prêts à dissimuler leurs convictions pour exister et saisir l’occasion de s’opposer à Emmanuel Macron. Ils n’hésitent pas pour cela à s’allier avec leurs adversaires politiques pour lancer une vaste manipulation institutionnelle. Car de l’avis unanime des spécialistes et des observateurs, même si les 4,7 millions de signatures étaient réunies, le référendum n’aurait aucune chance de voir le jour.

Selon la Constitution, Emmanuel Macron n’aurait en effet l’obligation de convoquer un référendum qu’à une seule condition : « si la proposition de loi n’a pas été examinée par les deux assemblées » dans un délai de six mois après l’annonce de la collecte des signatures. En clair, il suffit que l’Assemblée nationale et le Sénat « examinent » le texte pour que le référendum n’ait pas lieu. On imagine bien que la majorité se saisira du sujet et dans la mesure où elle a déjà voté la privatisation d’ADP, elle n’a aucune raison de se dédire.

La démarche des parlementaires de l’opposition étant vouée à l’échec pour ces raisons institutionnelles, elle relève donc plus de l’opération de communication et de la manipulation que de la réelle démocratie participative. Elle risque d’ailleurs, quel que soit le nombre de signatures recueillies, de créer beaucoup de déception parmi ceux qui, de bonne foi, auront soutenu ce texte.

L’alliance politique de circonstance qui s’est formée à cette occasion, ce mariage improbable de carpes et de lapins, de libéraux et d’anticapitalistes, n’a pour seul but que de constituer un front anti-Macron. En détournant le RIP de son esprit – puisque la loi a déjà été votée par le Parlement – l’opposition souhaite faire le buzz autour des signatures et même en faire le baromètre de l’impopularité du président de la République.

Mais paradoxalement, cette manœuvre politicienne pourrait finalement faire le jeu du pouvoir actuel. En faisant de ce sujet un épouvantail et le symbole de l’anti-macronisme, l’opposition lui apporte en effet sur un plateau un paratonnerre, un instrument de diversion.

Des libéraux masquent leurs convictions pour exister et s’opposer à d’autres libéraux, mais pourraient bien finalement leur servir d’idiots utiles : on tourne vraiment en rond. La « belle idée » du RIP a vraiment du plomb dans l’aile et les citoyens sont une nouvelle fois les dindons de la farce. Ce dévoiement de la démocratie participative à des fins politiciennes ne rend pas service à la démocratie. Il ne faudra pas s’étonner si les citoyens, qui montrent déjà une grande défiance vis-à-vis des politiques, mettent à nouveau en cause la sincérité de leurs élus et s’en détachent encore un peu plus.


Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 11:23

    Quel océan d’ignorance pour protéger le soldat Macron ! Les privatisations ne sont pas de gauche ou de droite, elles sont européennes.

    Macron n’est que le petit gouverneur de la Province France, chargé des basses oeuvres, au profit du patronat et des milliardaires qui l’ont propulsé à coups de médias, là où il est.

    .

    Les privatisations sont imposées par la Commission européenne, comme la réforme des retraites, la réforme du Droit du travail, le gel du SMIC, la baisse des impôts sur les grosses sociétés, la réforme de l’assurance chômage, la baisse des dotations aux Collectivités locales, la suppression de postes de fonctionnaires, la privatisation des services publics et les économies budgétaires !

    Feuille de route pour Macron 2019/2020.

    Les privatisations, Bruxelles appelle ça « les recettes exceptionnelles pour baisser le ratio de la dette », faut traduire la novlangue, en français courant.

    .

    Ce sont des fonctionnaires européens qui rédigent les feuilles de route, en application des Traités européens. Macron ne fait que suivre point par point la feuille de route. Pas besoin de sortir de Polytechnique pour gouverner un pays européen, il suffit de savoir lire !


    • LT Favarian 20 décembre 2019 13:23

      @Fifi Brind_acier

      Bonjour Fifi ,
      Encore une excellente contribution signée Fifi.
      Tout (ou presque) y est dit.
      Le RIC est sans doute une belle et bonne idée, mais....
      Alors même que la majorité de l’électorat est contre ces privatisations frénétiques......
      https://www.huffingtonpost.fr/entry/referendum-sur-adp-75-des-francais-pret-a-signer-une-petition-pour-le-reclamer-sondage-exclusif_fr_5d1b5d02e4b07f6ca5841d1d

      .....seulement 2%
      https://www.huffingtonpost.fr/entry/referendum-sur-adp-75-des-francais-pret-a-signer-une-petition-pour-le-reclamer-sondage-exclusif_fr_5d1b5d02e4b07f6ca5841d1d
      des électeurs ont voté . Cela veut-t-il dire que presque tout le monde s’en fout ? je sais bien que les médias se taisent et n’en parlent jamais, mais quand même. Il y a de quoi désespérer.
      Au prix d’un patient travail d’ information , j’ai réussi à faire voter huit personnes (seigneur , quel boulot ! ) , c’est bien peu mais c’est toujours ça de pris.
      En attendant , sachez que votre combativité force le respect.

      Bien à vous .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 11:38

      La « belle idée » du RIP a vraiment du plomb dans l’aile et les citoyens sont une nouvelle fois les dindons de la farce.

      L’auteur veut sans doute dire que le RIP est une farce ? Certainement, vu le parcours d’obstacles prévu pour les décourager.

      .

      Les biens publics ont été financés par les impôts des Français, ils sont à eux, ils leur appartiennent. Vendre les biens publics au profit des copains et des coquins, révulse une grande partie des Français. Surtout quand ils voient qu’ils sont bradés à prix d’amis, comme les autoroutes...

      .

      Et puis l’auteur va certainement approuver toutes les privatisations qui vont suivre, les barrages, les routes nationales, comme on a privatisé la SNCF ?

      Et puis les hôpitaux et les écoles, puisque l’article 106 du TFUE prévoit que les services publics doivent être mis en concurrence avec le privé.

      .

      Sauf que les services publics ont été créés pour ne pas faire de bénéfices, ils sont « au service du public » justement.

      Les mettre en concurrence avec le privé, c’est les faire crever, pour mieux les privatiser. C’est le but des économies budgétaires, que de faire crever les services publics, pour mieux les privatiser.


      • karibo karibo 20 décembre 2019 12:01

        @Fifi Brind_acier
        Bonjour et merci pour vos contributions toujours aussi incisives.
        L’ analyse ( pour ne pas dire vaccin de rappel) de l’ auteur est cependant aussi intéressante que nécessaire .


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 12:50

        @karibo
        intéressante que nécessaire .

        Si vous voulez bien m’expliquer pourquoi ? Merci d’avance.


      • karibo karibo 20 décembre 2019 13:14

        @Fifi Brind_acier
        Tout simplement car trop nombreux sont ceux qui l’ ignorent ou feignent l’ ignorer .
        Tant à gauche qu’ à droite l’ UMPS comme ceux qui le dénoncent RN comme Insoumis : des hypocrites pour ne pas dire traîtres, qui prennent leurs interlocuteurs pour des kons .


      • karibo karibo 20 décembre 2019 13:16

        @karibo
        Ce qui n’ empêche pas que nous avons tous signés !


      • Cadoudal Cadoudal 20 décembre 2019 13:30

        @karibo
        Moi je suis pour la libération des avions et le retour de tous les pilotes marocains...lol...

        http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-ado-de-16-ans-juge-pour-avoir-tente-de-voler-un-airbus-a-orly-20-12-2019-8221587.php

        Voilà une excellente nouvelle. Mais oui, on a qu’à leur donner du LSD ! Vers une Remigration heureuse et euphorique !


      • LT Favarian 20 décembre 2019 13:38

        @karibo

        Bonjour Karibo

        Ce qui n’ empêche pas que nous avons tous signé !

        Certes ! mais que représentent les lecteurs d’Agoravox ? ( je pense que ce « tous » les désigne )
        En % de l’éléctorat, quasiment rien .
        Voir ma réponse à Fifi ci-dessus ( ou dessous, je ne sais pas.)

        Bien à vous


      • karibo karibo 20 décembre 2019 13:44

        @karibo
        Nous les GJ !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 18:13

        @LT Favarian
        Si les médias passaient autant de temps à parler de la privatisation d’ADP et de la pétition, qu’ils en passent à répertorier les trains et les métros qui fonctionnent, information que chacun peut trouver avec son téléphone, les choses avanceraient sans doute plus vite...



        • Odin Odin 20 décembre 2019 13:47

          Si la vente des bijoux de famille est un réel scandale la passivité des français l’est aussi. 1 million de signatures alors que nous devrions en avoir déjà 10 millions. Les français râlent en permanence mais ne se bougent pas lorsqu’ils ont la possibilité de changer les choses comme c’est aussi le cas sur la réforme des retraites. 

          Après l’ouverture progressive de son capital en 2006, l’État n’est plus actionnaire de la société ADP qu’à hauteur de 50,3 % en 2019.

          Les dividendes versés à l’État devraient donc passer de 173 millions d’euros en 2018 à 185 millions d’euros en 2019.

          D’août 2013 à août 2018, en 5 ans, le cours du titre ADP est passé de 74 euros à 193 euros soit une progression de 161 %.

          PROPOSITION DE LOI Article unique L’aménagement, l’exploitation et le développement des aérodromes de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly et de Paris-Le Bourget revêtent les caractères d’un service public national au sens du neuvième alinéa du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946.

          http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/propositions/pion1867.pdf


          • JP94 20 décembre 2019 16:17

            @Odin
            Oui, effectivement.
            Personnellement, je me suis occupé auprès d’une camionnette du CG du 94 de faire signer cette pétition. Naturellement, je ne suis pas au PS, ni même un affidé, mais on signe par rapport à la grave menace que représente cette privatisation, 
            Or, j’observais, à la sortie du RER, que de très nombreuses personnes ne signaient pas, autrement dit qu’elles laissent le champ libre à Macron ( et ses maîtres, dont il n’est que le valet). Ces gens ne réalisent même pas les enjeux... 
            Signer ne leur coûte rien. Ils peuvent même voter qu’ils sont pour la privatisation, la casse de toute notre industrie stratégique, le rétablissement de l’esclavage,pendant qu’on y est, l’usage d’armes létales par les forces de l’ordre dans les manifs  ah pardon c’est déjà le cas  mais là ces Macroniens serviles ne méritent pas le nom de citoyens : ils se revendiquent comme des sujets.

            Et cet article vise à assujettir les citoyens que nous sommes...quelles que soient les manoeuvres du PS ou des autres, Phi, Fifi , ...qui pourtant nous invitent, eux, à réfléchir sur la réalité de cette politique...


          • Coriosolite 20 décembre 2019 14:36

            Bonjour,

            Merci à l’auteur de rappeler que les modalités pratiques du RIP interdisent quasiment que le processus en arrive au référendum, rappel qui n’est pas inutile.

            Considérons quand même qu’il’ est déjà exceptionnel d’avoir pu rassembler assez d’élus pour lancer la pétition.

            Ceci admis est-ce que l’échec prévisible de la démarche est une raison pour ne pas exprimer son opposition à cette privatisation ?

            A mon avis tous les moyens légaux et accessibles sont bons.

            Faire de la politique ce n’est pas sortir du bois seulement quand la victoire est certaine.

            C’est aussi mener des combats qu’on sait impossibles à gagner dans l’immédiat.

            Et pour ces combats, si on désigne son ennemi, par contre on ne choisit pas toujours ses alliés. Pas plus qu’on ne fait le difficile sur leurs motivations profondes.

            Cet article, bien écrit c’est trop rare ici, je le qualifierai de « revendication de pureté ».

            L’auteur nous parle de manipulation, de dévoiement de la démocratie avec lesquels elle ne veut rien avoir affaire.

            Pas faux, mais est-ce l’essentiel ?.

            L’auteur fait montre soit d’une naïveté touchante, soit d’une posture de mise en scène de sa propre image de citoyenne pure, honnête et aux mains propres.

            N’est-ce pas mettre de côté la question essentielle de cette privatisation ?

            Cordialement


            • JbLynx 20 décembre 2019 16:37

              @Coriosolite

              N’oublions pas que :

              L’UE a été faite pour supprimer les acquis sociaux et démanteler les Nations.



              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 18:18

                @karibo
                Merci de la remettre en ligne.
                Il faut aussi vérifier de temps en temps, si votre nom y est toujours.
                Certains ont eu la mauvaise surprise d’avoir à recommencer.


              • Désintox Désintox 20 décembre 2019 19:52

                En effet, il faut tellement de signatures qu’il est presque impossible de déclencher un référendum.

                Mais faut-il blâmer ceux qui essaient quand même ?


                • CLOJAC CLOJAC 21 décembre 2019 06:01

                  @ l’auteure

                  Votre article est bien écrit et suit une logique dont, parfois, je me demande si elle ne cache pas du second degré sans en avoir l’air.

                  Car le mariage de la carpe et lapin avec pour témoins le moineau et le lézard ne fait que traduire l’immense détestation qu’inspire MLF (Manu Le Fourbe)

                  Ne lui reste que sa cour et une bande d’arrivistes qui espèrent encore pouvoir profiter des miettes de pouvoir de leur maître.

                  Sur le fond, bien sûr, toute cette gesticulation ne peut aboutir, mais il me semble que les protagonistes ont trouvé là une occasion de « coincer » Macron : ou il recule, ce qui est peu probable et il passe pour une girouette. Ou il passe en force, ce qui est plus vraisemblable, et il endosse la tunique du dictateur.

                  Cela pourra toujours servir lors des prochaines élections.

                  Ceci dit, je déplore que pour votre premier article, les délégués permanents de môssieu 0,92% vous sautent à la gorge de la sorte. J’espère que cela ne vous dissuadera pas de récidiver. Il y a encore quelques personnes capables de confronter leurs idées à celles de gens qui ne pensent pas comme eux, sans dégainer leurs armes de guerre.

                  Même si vous apprendrez à l’usage qu’ici il faut toujours garder un poignard à portée de la main, ça peut toujours servir.  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Marie Debrune

Marie Debrune
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès