• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Réflexion sur les raisons de l’ampleur du mouvement gilet (...)

Réflexion sur les raisons de l’ampleur du mouvement gilet jaune

Il y a déjà beaucoup d’articles sur les gilets jaunes. C’est pour cela qu’aujourd’hui, je vous propose d’aborder les choses sous un point de vue différent, une invitation à la réflexion.

Les gilets jaunes, à l’origine, c’est un groupe qui s’est formé pour protester contre la hausse des prix du carburant. C’est parti d’une pétition, puis d’un événement facebook, d’une vidéo sur youtube, d’une page twitter, qui proposaient diverses opérations escargots et autres blocages.

Cela a pris de l’ampleur, a été relayé (300 000 signatures pour la pétition, moins d’une semaine après sa sortie), mais cela s’annonçait au départ comme d’autres mouvements de masse que l’on a eu ces dernières années (on pense aux manifestations contre le CPE, contre l’âge de la retraite à 62 ans, etc).

Qu’est-ce qui a permis à ce mouvement de prendre autant d’ampleur, jusqu’à être qualifié de révolution, à être comparé par les médias à mai 68 ?

L’ampleur du mouvement des gilets jaunes est due à deux éléments : une atteinte directe au pouvoir d’achat de toutes les Françaises et tous les Français : la première de cette ampleur depuis l’élection d’Emmanuel Macron.

Une atteinte directe au pouvoir d’achat de tous :

Le prix de l’essence se répercute sur tous, que ce soit directement par la voiture, le prix des tickets de bus, etc. Une augmentation du prix de l’essence est donc susceptible de mobiliser toute la France (contrairement à une augmentation des frais de dentistes, par exemple).

Il s’agit en plus d’une grosse partie des dépenses des français, puisqu’en 2007, les dépenses pour l’automobile représentent 12% du budget des français. Or, durant le premier semestre 2018, le prix de tous les carburant est plus élevé qu’il l’était en 2007, voire à son plus haut niveau historique pour le gazole. Annoncer l’augmentation du prix de l’essence était donc annoncer une augmentation de coûts pour les ménages qui représentaient déjà plus de 12% de leurs budgets.

Le premier événement négatif d’ampleur depuis la presque élection de Marine Le Pen :

Un autre élément à prendre en compte, c’est qu’un an avant, Marine Le Pen passait au second tour avec 33,9% des votes. Selon les sondages, 43% des gens qui affirment « s’en sortir difficilement » affirment avoir voté pour Marine Le Pen au premier tour, ce qui montre une volonté de changement de la part de ceux qui ont économiquement du mal à subsister, soit les premiers à subir cette hausse du prix de l’essence.
 

Cet événement est le premier événement négatif qui a un tel impact en 2018 (on a eu la coupe du monde de football, qui a davantage été recherché sur Google, mais c’était un événement positif).

JPEG

Nombre de recherches sur les principaux événements de 2018 (Entendu pour la première fois sur nostalgie, vérifié sur Google trend) Les gilets jaunes ont généré plus de recherches que le décès de France Gall

 

Ces deux éléments, couplés à un peu de chance et au ras-le bol général des Français (évoqué ci-dessus), ont permis au mouvement de prendre de l’ampleur. D’autres ajouteront « la persévérance des gilets jaunes », mais j’essaie de rester neutre dans ma rédaction.

Est-ce que cela signifie que l’on doit approuver les différents actes de vandalismes commis par des personnes qui se sont rattachées au mouvement des gilets jaunes ? Je ne pense pas, mais ces débordements étaient prévisibles.

Est-ce qu’il est légitime pour les lycéens et étudiants de se joindre au mouvement alors qu’ils sont moins concernés, dans l’immédiat ? Peut-être, car ils seront concernés dans un ou deux ans, après tout (et ils avaient déjà fait cela pour la réforme des retraites, donc, là encore, il fallait s’y attendre).

Il est possible que vous ayez, à ces questions, des réponses différentes des miennes, mais je vous propose de considérer qu’aujourd’hui, les gilets jaunes ne sont plus juste un mouvement de protestation contre le prix de l’essence. Je vous propose de continuer à examiner les raisons qui les ont poussés à devenir ce qu’ils sont aujourd’hui.

 

Sources : 

Article sur libération qui cite les premières activités en rapport avec les gilets jaunes : https://www.liberation.fr/checknews/2018/10/26/hausse-du-prix-de-l-essence-qui-est-a-l-origine-du-mouvement-du-17-novembre_1688018

Article de l'express qui évalue la part du budget des ménages attribués à l'automobile : https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/automobile-12-du-budget-des-menages_466942.html

Article du 20minutes qui sonde l'appartenance sociale des personnes qui ont voté Marine Le Pen en 2017 : https://www.20minutes.fr/elections/2055887-20170424-presidentielle-vote-marine-pen

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Giordano Bruno 15 décembre 2018 09:00

    Du chemin a été fait depuis. La principale revendication n’est plus la baisse des taxes sur le carburant mais le Référendum d’Initiative Citoyenne.


    • Durand Durand 15 décembre 2018 10:21

      @Giordano Bruno

      En effet, même si Chouard récupère un peu prématurément le RIC à son compte, une revendication centrale comme celle-ci ne peut que renforcer le mouvement...

      « Le référendum d’initiative citoyenne est la cause commune des gilets jaunes et la revendication maîtresse »

      http://echelledejacob.blogspot.com/2018/12/le-referendum-dinitiative-citoyenne-est.html

      .


    • Giordano Bruno 16 décembre 2018 09:28

      @Durand
      Il ne récupère rien. Il poursuit la lutte pour la démocratie qu’il a commencé depuis bien des années. Il est donc naturel qu’il continue de le faire au moment où le peuple veut devenir citoyen.


    • lloreen 15 décembre 2018 11:31

      "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs« (Article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, et préambule de la Constitution du 24 juin 1793).

       

      Comment sortir de la dictature sectaire et fanatique qui nous dirige ? Edmund Burke nous donne une piste :

       »Les tyrans-Sophistes de Paris déclament bien haut contre feu les tyrans-rois qui dans les siècles précédents ont tourmenté le monde. Ils ne sont si fiers que parce qu’ils sont à l’abri des sanctions de leurs anciens maîtres, des donjons et des cages de fer. Serons-nous plus indulgents pour les tyrans d’aujourd’hui, quand ils nous donnent le spectacle de tragédies plus affreuses encore ? N’userons-nous pas de la même Liberté qu’eux, quand nous pouvons le faire avec la même sûreté ?" (Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, 1791, Pluriel Histoire, Paris 2004, p. 136).

      https://www.mesopinions.com/petition/justice/approuver-mandats-arret-delivres-cour-supreme/52273

      Par Conseil National de Transition

      Pétition adressée à CITOYEN DU PEUPLE DE FRANCE

      MANDAT D’ARRÊT

      Pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l’Etat et crime contre l’humanité,

      La « Cour Suprême » de justice de France, créée pour représenter la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », et animée exclusivement par des citoyens non professionnels, délivre ce jour, 10 novembre 2018, au nom du peuple de France représenté par tous les signataires, ce mandat d’arrêt concernant Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, fils de Jean-Michel Macron et Françoise Noguès pour,

      - « Haute trahison » : violation de l’article 9 du préambule de 1946 du bloc de constitutionnalité, en raison de la vente illégale de biens du patrimoine national. Tentative d’établissement d’une dictature absolue par la loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 visant à supprimer les droits « sacrés, inaliénables et imprescriptibles » pourtant garantis par la plus haute instance juridique de France : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

      - « Atteinte à la sûreté de l’état » : organisation d’un programme d’immigration mettant tous les Français en état d’insécurité, en danger de guerre civile, et ce, en violation du « droit à la sûreté » dont toute association politique est pourtant garante (article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

      - « Crime contre l’humanité » : le Décret n°2018-42 du 25 janvier 2018 obligeant à la vaccination annule le « Droit Parental », fondement de la civilisation humaine. De plus, les études préalables révélaient que les produits injectés affecteraient gravement l’état de santé mental et physique des enfants, c’est donc en toute conscience qu’Emmanuel Macron a usé de son pouvoir pour préjudicier à la vie de centaines de milliers d’enfants français.

      Ce mandat d’arrêt est étendu à Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Jean-Michel Blanquer et Annick Girardin, co-signataires du décret relatif à la vaccination obligatoire ; et à tous les autres membres de ce gouvernement dont il est avéré qu’ils ont participé activement à trahir la France et les droits fondamentaux et inaliénables des Français.

      Pour exécution dudit mandat, nous mandons et ordonnons à tous officiers ou agents de la Force publique de rechercher, arrêter et conduire chacun de ces individus à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis pour être mis à la disposition de la justice, comme l’état de droit l’exige.

      Compte tenu du fait que ces individus disposent de nombreux complices dangereux et sont soupçonnés d’appartenir à des réseaux occultes ayant phagocyté plusieurs services des institutions nationales, il est expressément recommandé aux agents de la force publique d’intervenir en collaboration avec les services des forces armées de l’état, civiles ou militaires, respectueuses de l’état de Droit et fidèles à la Constitution.

      Pour que la Force serve la Justice, le Peuple et la Souveraineté de la Nation Française.


      • Theophile Lanouille Theophile Lanouille 15 décembre 2018 12:56

        Je pense qu’on ne peut pas comprendre les Gilets jaunes si on cherche à les voir comme un groupe de gens qui défendent un intérêt catégoriel et envers qui il faudrait céder à des revendications. C’est un peu ce que vous faite en prenant comme postulat qu’il s’agit par exemple d’un groupe de personnes qui refuseraient l’augmentation du prix des carburants parce que ça leur coûte trop cher. C’est une grosse erreur que commet le gouvernement - volontairement s’agissant de lui - ainsi que la grande majorité des commentateurs dont beaucoup ne comprennent toujours pas. Ils ne comprennent pas parce qu’en premier lieu ils ne vivent pas du tout les mêmes réalités puis d’autre part - et il faut bien le dire -, parce qu’il y a une convergence d’intérêts entre le gouvernement, les médias et tout ceux à qui profite le fonctionnement actuel des choses, pour offrir aux français une grille de lecture du mouvement... ils font du « prêt à penser » pour dire les choses trivialement.

        Offrir une grille de lecture c’est une façon de faire diversion pour qu’on ne voit pas où se situe le vrai problème et que les choses puissent continuer ainsi : « business as usual » comme on dit. Tous ces gens d’en haut ont tellement peur que le peuple se réveille, qu’une conscience collective apparaisse et qu’il mette un terme à leurs avantages injustes que chacun fait ce qu’il peut à son niveau pour endiguer le phénomène : les médias désinforment volontairement ou par omission (comme ne cesser de parler d’essoufflement puisque s’insurger contre les violences n’a pas marché), le gouvernement exploite les évènements (comme utiliser la menace terroriste suite à Strasbourg pour dire qu’il ne faut pas aller manifester), certaines figures critiques ouvertement (comme Bernard Henri Levy) mais surtout la grande majorité fait profil bas : vous entendez beaucoup de gens d’en haut se plaindre ? Vous les voyez les organisations patronales se plaindre contre les dégâts économiques des manifestations ? Les artistes qui sont si d’habitude si prompt à s’exprimer pour tout et n’importe quoi, vous en voyez beaucoup sur les plateaux télé ? Tout ceux d’en haut qui ont parfaitement compris qu’ils ont beaucoup à perdre préfèrent se taire, c’est leur intérêt... Bref, pour véritable comprendre il faut s’extraire de cette grille de lecture qui nous est imposée, sortir de ses « à priori » et chercher à voir les choses sous un autre angle comme vous le dites si bien, en prenant de la hauteur, en recoupant les propos et les comportements des uns et des autres....c’est ce que vous faite au travers de votre intervention et c’est très bien, à titre personnel je vous en remercie.

        Sur le plan formel donc, les Gilets jaunes sont les personnes qui n’en pouvant tout simplement plus - parce que les choses de leur vie ne sont plus soutenables -, viennent dire stop aux dysfonctionnements de notre système, dysfonctionnements dont ils sont les premières victimes, mais pas les seules... Un dysfonctionnement de notre système, c’est par exemple le fait que Monsieur Macron ait remporté la présidentiel alors qu’objectivement, une majorité de français ne le souhaitait pas : il s’agit d’un dysfonctionnement démocratique majeur et grave dans la mesure où dans sa recherche d’efficacité (« Je vais faire ce que j’ai dit », « Droit dans mes bottes », « Garder le cap », ...), le gouvernement développe et applique des politiques réellement contraignantes dont la majorité des français ne voulait pas. Ce dysfonctionnement se démontre aussi par le fait que l’exécutif n’a pas écouté les remontés de terrain de sa majorité, qu’il a disqualifié les corps intermédiaires, qu’il est resté sourd aux appel des maires ou encore qu’il n’a pas voulu comprendre les démissions de ses ministres (Hulot, Collomb). Un autre exemple de dysfonctionnement, c’est le fait que de plus en plus d’efforts fiscaux soient demandés aux français d’en bas (classe moyenne incluse), soit directement par une hausse des impôts et des taxes, soit indirectement par les PV sur la route, les parcmètres, l’alibi de la transition énergétique, etc. alors qu’on fait toujours plus d’allégement pour les classes supérieures qui soit ne sont pas concernées par lesdites taxes, soit sont les premières à faire ce pour quoi on demande aux autres de payer. Regardez ce que représente symboliquement et économiquement, quand ils sont mis bout à bout, la suppression partielle de l’ISF, l’allègement de l’Exit taxe, l’absence continue de taxation des GAFA, l’évasion fiscale contre laquelle on ne lutte guère, le maintien du CICE pour les grandes entreprises alors ferme les établissements après avoir empoché l’argent public ou qu’elles fraudent

        massivement par le biais de l’optimisation fiscale... S’agissant des individus, regardez le patrimoine de Johnny Hallyday + les manoeuvres pour échapper honteusement au droit français que sa succession houleuse a révélé - et pourtant il était loin de gérer efficacement ses affaires -. Tous font pareil voir pire aussi vous comprendrez pourquoi le peuple ne supporte plus ses élites qui a titre privé se gavent littéralement pendant que 1) ils sont complètement incompétents à gérer correctement notre pays, ils ne sont pas à la hauteur de leur rôle sociétal (vous pourrez lire mon intervention sur « Gillets jaunes : pourquoi il va falloir comprendre et agir » et 2) ils conduisent des politiques qui asservissent et paupérisent littéralement le peuple - « les classes laborieuses » comme le dit honteusement Monsieur Macron lui-même - ou bien leur permettent de se comporter de façon anti-patriotique et anti-sociale : les banques qui saignent les foyers modestes, les société d’autoroute qui s’engraissent sur le dos des français, etc.

        (suite dans le prochain commentaire)


        • Theophile Lanouille Theophile Lanouille 15 décembre 2018 12:57

          (suite du commentaire précédent)

          Les Gilets jaunes ne sont que l’expression de ces dysfonctionnements dans une démocratie où le politique a failli à les représenter. D’ailleurs ils ne revendiquent rien de particulier d’où les difficultés que rencontre le gouvernement à éteindre le feu avec des mesures qui resteront sans effet puisqu’il s’est lui-même enfermé dans une lecture de revendications catégorielles, ce que relais les médias sur leur plateau : "mais alors vous voulez quoi pour arrêter le mouvement ?". Les Gilets jaunes ne veulent rien ou bien veulent tout selon comment on voit les choses (tout rien d’un point de vue logique). Ils sont une forme de représentation de la population qui dénonce les dysfonctionnements injustes de notre société et qui demande légitimement à ce que le système fonctionne normalement pour qu’il soit soutenable : que le travail permette aux gens de vivre dignement, que le pouvoir législatif représente réellement le peuple dans toute sa diversité, que l’exécutif propose et applique des politiques justes (au lieu de ne bénéficier toujours qu’aux mêmes), que l’école, l’éducation nationale, l’enseignement supérieur, recommence à former tout en assurant l’égalité des chances (et la je suis en désaccord avec ceux qui disent que les lycéens ou étudiants ne sont pas concernés par le mouvement, bien au contraire), qu’on arrête de manipuler l’opinion en instrumentalisant les causes (écologie, transition énergétique, sécurité routière, immigration, etc.) pour des intérêts qui n’ont rien à voir, qu’on mette un terme aux exactions envers les plus modestes ou les gens qui n’ont pas d’autres choix (exemple le scandale des frais bancaire, le chantage à l’emploi, la taxe écologique sur le diesel), qu’on cesse de privatiser la chose publique - qui représente le bien commun des français - pour permettre aux copains de se faire toujours plus de fric (française des jeux, aéroports, autoroutes, etc.). Rappelons à ce propos que les services publics sont la seule richesse de ceux qui n’ont rien, au delà de ça c’est le patrimoine et la vertu du modèle français. Tous les français qui ne le voient pas encore le comprendront malheureusement trop tard, quand par exemple l’hôpital sera mort, que la santé sera privatisée et qu’on vous demandera de sortir votre carte bleue avant de vous accepter aux urgences ; quand l’Université ne sera plus gratuite et qu’on demandera aux parents de payer les études supérieures de leurs enfants, que ça leur coutera 15.000E ou 20.000E l’année par enfant au début avant de finir comme aux Etats-Unis où vous mettez 10, 15 ou 20 ans à rembourser vos études... si on laisse faire, le capitalisme se débrouillera pour que vous passiez votre vie à rembourser ! J’invite chaque français à regardez comment fonctionnent les choses dans les autres pays pour voir ce qui nous attends si on ne mets pas un terme à ce processus et qu’on ne sauve pas notre modèle.

          Évidemment tous ces dysfonctionnements ne sont pas là par hasard, il joue le jeu d’une partie minoritaire de la population (la classe dominante) qui s’est entendu (sans forcément se concerter, juste par le jeu des intérêts bien compris) pour mettre en place un un système de captation de la richesse produite par le peuple, qui se l’accapare et qui n’a bien évidemment aucune envie d’assumer ses responsabilités en rendant d’une façon ou d’une autre ce qui reviens aux gens : elle ne veut pas payer sa juste part de impôt donc fait de l’évasion fiscale, elle ne veut pas contribuer à la redistribution donc cherche à détruire les mécanismes redistributif (en critiquant par exemple le chômeur, sale profiteur) ; elle a les moyens de se payer une retraite par capitalisation donc aimerait remplacer le modèle par répartition, elle voudrait une sécurité sociale privée pour faire de l’argent sur le dos des gens plutôt qu’un modèle assurantiel comme on a actuellement qui permet de soigner l’ensemble des français (et donc vous et moi) à moindre frais sur lequel elle ne gagne rien du tout ; elle voudrait que ce soit le peuple qui paye la facture de la transition énergétique alors que c’est elle qui profite de la mondialisation et de l’économie capitaliste productiviste qui a produit les dégâts écologiques. La liste serait très longue à faire. Ce qu’il faut avoir conscience, ces que toutes ces choses dont je parle, ne se mettent pas en place par de grande réforme suite à une décision politique, je veux dire ça n’arrive pas d’un coup et boom car l’opinion ne l’accepterait pas bien évidemment. Toutes ces choses se concrétisent tout doucement, insidieusement : c’est les quelques pourcentage qu’on va augmenter ci, c’est la désindexation qu’on va mettre par là, c’est la petite pénalité que va vous mettre votre opérateur si vous ne régler pas votre facture à temps, c’est la petite augmentation sur les péages chaque année... par exemple ça commence pour l’Université avec faire payer les étudiants étrangers : stratégiquement ils se disent que ça ne concerne pas les français, personne ne descendra dans la rue pour ça... sauf que dans 3 ou 5 ans on va nous expliquer que c’est injuste, pourquoi on fait payer les inscriptions aux étudiants étrangers et pas aux français ? Et hop, on commencera à faire payer aux étudiants français, au début ça sera symbolique et à la fin, ça finira par devenir insupportable. Voilà ce que nous disent les Gilet jaunes : c’est devenu insupportable pour nous, français réveillez-vous avant que ça ne le devienne pour vous aussi, pensez à vos enfants !

          Bon enfin, je ne sais pas si j’ai été très clair mais mais les Gilets jaunes ne sont pas un groupe de gens défendant des intérêts particuliers, les Gilets jaunes sont les porte parole du peuple, ou plutôt on pourrait dire la conscience du peuple, si on conçoit le peuple comme entité abstraite qui ne représente pas chacun mais qui comprend tout le monde. Ça commence par eux parce que ce sont ceux, parmi les français, qui souffrent le plus et qui souffre les premiers de la dominance progressive de cette super classe mondiale de gens qui possèdent tout et veulent diriger le monde en fonction de leur propres intérêts égoïstes sans se préoccuper de l’ensemble. Pour dire les choses autrement, il y a derrière chaque français, derrière chaque citoyen, derrière chaque peuple du monde un Gilet jaune. Tant que chacun aura encore les moyens de vivre avec le fonctionnement inique des choses qui a commencé à se mettre en place depuis 30 ans, il aura de sympathie pour le mouvement ; quand il n’aura plus les moyens parce que la classe dominante aura poussé trop loin les curseurs de l’injustice ou de la soutenabilité, il se mettra à le soutenir le mouvement et deviendra Gilet jaune.

          En tout état de cause, il faut raisonner avec une approche systémique pour bien comprendre. Je pense que les Gilet jaunes ne sont que le début d’un mouvement de masse qui devrait en toute logique se généraliser progressivement à l’échelle du monde entier, peu importe les formes qu’il prendra et les noms qui seront donnés. Ce type de mouvement n’est que le miroir de la rupture démocratique que met en oeuvre la classe dominante.


          • Zolko Zolko 15 décembre 2018 22:28

            Il y a deux autres éléments :

             

            3) les gilets jaunes ne sont ni de gauche ni de droite, du coup les idiots utiles du système — ceux qui prétendent s’opposer mais refusent d’être associés à d’autres opposants qu’ils qualifient d’extrême droite — sont hors-jeux. Rappelons-nous du « NON-de-gauche » au TCE. Là les Mélenchons et les Besancenots ne peuvent pas taper sur le FN, et ils sont bien embêtés, et foutent la paix aux démonstrateurs. En même temps, le gens qui, avant, votaient « extrême-gauche » et votent maintenant « extrême-droite » n’ont pas à se justifier : ils sont gilets jaunes, c’est tout.

             

            4) tout le monde a un gilet jaune, et ce truc est très visible (c’est son objectif !). Du coup, tout rassemblement devient facilement très nombreux et très visible. On n’a pas besoin de s’équiper particulièrement, de faire des pancartes ou des slogans, on peut devenir gilet jaune en 1 minutes.


            • math math 16 décembre 2018 07:58

              Bon..ben..la fête est finie il me semble..Ce fut une belle histoire, mais la main reste a la mafia politique...L’usure et le désintérêt des syndicats comme de la majorité des gaulois, laisse la place aux fêtes de noël smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Cédric Mercier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès