• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Remettre enfin l’orthographe à l’honneur !

Remettre enfin l’orthographe à l’honneur !

En corrigeant quelques copies de seconde, on prend conscience des difficultés qu'éprouvent les élèves en orthographe : fautes grossières d'accord, mots déformés, conjugaisons mal maîtrisées...
 
Et on voit aussi de plus en plus de fautes sur internet, et même dans des articles écrits par des journalistes.
Au fond, ce n'est pas étonnant : l'orthographe a été mise au rebut dans notre enseignement.
Ainsi, dans la nouvelle version du brevet des collèges, l'orthographe ne compte que pour 5 points sur 50 dans l'épreuve de français. Au baccalauréat, on ne peut enlever que 3 points pour une orthographe défectueuse.
 
En fait depuis des années, l'apprentissage de l'orthographe a été sacrifié : moins d'heures consacrées à cette discipline.
Or, pour écrire correctement, il faut s'entraîner, écrire, réécrire.
Il faut également apprendre certaines règles, les mémoriser, les revoir. Il faut apprendre les différentes conjugaisons, les réviser sans arrêt.
La plupart des fautes sont liées à la syntaxe et à la grammaire : confusions entre le participe passé et l'infinitif, accords défectueux entre le sujet et le verbe...
 
Il serait temps de restaurer de véritables leçons d'orthographe et de grammaire, car ces deux disciplines vont de pair.
La grammaire a été, elle aussi, négligée, mise au second plan, comme s'il fallait gommer les difficultés et les obstacles pourtant si formateurs pour les élèves.
Il fallait rendre les leçons moins rebutantes, moins rébarbatives : aussi abordait-on la grammaire à l'occasion d'une étude de textes et de manière très partielle.
 
C'est une évidence : un texte mal orthographié est souvent peu lisible, voire incompréhensible.
Et des étudiants qui ont obtenu le baccalauréat se retrouvent en difficulté, car ils ne maîtrisent pas cette discipline.
 
Il semble que le nouveau ministre de l'Education nationale veuille rétablir un véritable enseignement de l'orthographe et de la grammaire... il serait temps.

Jean Michel Blanquer a déclaré notamment : "L'apprentissage de la grammaire de la phrase est essentiel. C'est elle qui permet aux enfants d'entrer dans les textes, mais aussi d'acquérir une orthographe de qualité et un langage structuré... Ce sont ces grands principes qui doivent nous guider..."
 
Il faut souhaiter maintenant que ces propos soient réellement suivis d'effets et que des heures dédiées à la grammaire et à l'orthographe occupent enfin une place de choix dans l'emploi du temps des élèves.
 
 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/09/remettre-enfin-l-orthographe.a-l-honneur.html

 

Documents joints à cet article

Remettre enfin l'orthographe à l'honneur !

Moyenne des avis sur cet article :  2.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 19 septembre 10:13

    L’orthographe, comme la grammaire et la ponctuation, n’est utile que si elle permet une compréhension précise de la pensée projetée dans le texte.

    Un texte écrit, bien orthographié, avec la bonne ponctuation, est aussi précis qu’un texte oral, bien prononcé avec les nuances que permettent la voix. Il a l’avantage de la conservation.

    L’orthographe est une convention nécessaire pour la retranscription lisible de la phonétique des mots.

    L’orthographe a une histoire, des racines, qui la lient à l’étymologie des mots. Elle a, parfois, été inutilement compliquée par snobisme ce qui a favorisé la dyslexie, à l’inverse de l’italien plus simple, qui s’écrit comme il se prononce, pour des mots de même origine.

    La modernisation nécessaire de l’orthographe visait à sa simplification. Son application généralisée est freinée par le conservatisme de la classe possédante et l’élitisme pédant des intellectuels. Différentiation d’autant plus préjudiciable et efficace que ces classes détiennent le monopole de la sélection sociale.


    • sarcastelle sarcastelle 19 septembre 10:58

      @Daniel Roux

      .
      Un texte bien orthographié, avec une bonne ponctuation, est aussi précis qu’un texte oral, bien prononcé avec les nuances que permettent la voix. 
      .
      Je vois que vous pratiquez un accord du verbe d’un genre personnel.
      Signé : une élitiste pédante (mais pour être de la classe possédante, heu, c’est raté)

    • jmdest62 jmdest62 19 septembre 11:53

      @sarcastelle
      Bien vu !

      En écrivant dans un style moins « ampoulé » ...par ex : « avec les nuances permises par la voix ».... M. Roux aurait aéré son texte et évité un belle « boulette ».
      Mais , sans doute a-t-il voulu , à sa manière , contribuer à « la modernisation nécessaire » de l’orthographe.
      Au fait ! Qui a écrit : « La culture c’est comme la confiture.... » ?
       @+

    • Daniel Roux Daniel Roux 19 septembre 12:36

      @sarcastelle

      Exact et amusant dans ce contexte.

      Une seule faute ? En progrès mais peut mieux faire.

      Et sur le fond ?


    • nono le simplet nono le simplet 19 septembre 14:27

      @sarcastelle

       smiley
      belle marquise vos beaux yeux me font mourir d’amour

    • nono le simplet nono le simplet 19 septembre 14:31

      @Daniel Roux
      j’ignore si c’est encore le cas mais autrefois les traités étaient toujours écrits aussi en français, ce qui permettait de pallier à toute interprétation « abusive » par un terme un peu flou du dit traité 


    • jmdest62 jmdest62 19 septembre 16:24

      @nono le simplet
      Salut

      « pallier à toute interprétation »
      un grand classique : pallier = verbe transitif.
      La construction pallier à [intransitif ], courante, est incorrecte
      @+

    • jmdest62 jmdest62 19 septembre 16:52

      @Daniel Roux
      Et sur le fond ?

      Sur la simplification je pourrais être d’accord avec vous si l’on pouvait mettre des limites...j’ai quelques doutes et je crains que si l’on ouvre une brèche ....on finisse par officialiser la dégradation constatée. 
      La maîtrise du langage peut être une arme de domination OK ! 
      Elle peut être aussi une arme d’émancipation et cette arme est entièrement disponible....
      Franchement est-ce insurmontable de demander que (au moins) le « langage courant » soit maîtrisé à l’entrée en seconde. ?
      @+

    • rosemar rosemar 19 septembre 19:10

      @sarcastelle

      Un exemple typique d’une faute d’accord sujet verbe ! 

      Merci à Daniel d’avoir illustré mon article par cet exemple....

    • Ratatouille Ratatouille 19 septembre 19:35

      @jmdest62
      La culture, c’est comme la confiture : moins on en a, plus on l’étale.

      Reprise d’un graffiti sur les murs en mai 1968
      Jean Delacour
      Auteur humoriste français (1920-1987).


    • baldis30 19 septembre 20:26

      @Daniel Roux
      bonsoir,

      « à l’inverse de l’italien plus simple, »

      Pas tant que cela parce qu’en italien toutes les lettres se prononcent .. sauf que ce n’est pas toujours de la même façon ( ga, go ,... ge, gi )

      De plus les règles grammaticales sont sur bien des points autrement strictes que celles du français bafoué ( concordance des temps dans la « principale/ subordonnée, » ... ... etc ...)


    • pipiou 24 septembre 12:07

      @rosemar

      Mr Roux a juste illustré que personne n’est à l’abri d’une faute de grammaire ou d’orthographe.
      On passerait notre vie en cours de Français que ça ne suffirait pas.

      Et comme tout est essentiel : l’histoire, les maths, la physique, les langues, le mieux serait que notre école fonctionne.
      Mais il y aura toujours pas assez de ci, pas assez de ça.


    • mmbbb 24 septembre 12:12

      @rosemar on nous a appris incorrectement le francais, on nous a oblige a avoir de multiples reformes aussi inutile que que prétentieuse , on nous a detourne de l amour de notre langue , on nous oblige a parler franglais pour être IN , on a subit les oukases de ses pedago demago maintenant j "écris giraffe c’est ma tres grande phote d orttograffe.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 septembre 10:13

      Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirere et la dreneire soeint à la bnnoe pclae. Le rsete peut erte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème


      • nono le simplet nono le simplet 19 septembre 10:17

        @Jeussey de Sourcesûre
        asobmlunet !


      • popov 19 septembre 10:23

        @Jeussey de Sourcesûre

        Exact, je peux lire votre commentaire sans problèmes, même si j’ai appris le français avant que ne sévisse la méthode globale.

        Mais que se passe-t-il si vous utilisez un mot que le lecteur ne connaît pas et qu’il doit consulter le dictionnaire ?


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 septembre 10:34

        @popov

        les alanhpbaètes snot tèrs clituvés, vuos sveaz !

      • sarcastelle sarcastelle 19 septembre 11:01

        @Jeussey de Sourcesûre

        .
        Selon une étude de l’université de Cambridge...
        .
        Refaites la même chose en partant d’une phrase très mal fichue mais quand même compréhensible avec les lettres dans l’ordre, et on verra ce que ça donne. 

      • Abou Antoun Abou Antoun 19 septembre 11:14

        @Jeussey de Sourcesûre
        C’est vrai mais cela suppose que nous ayons affaire à une permutation stricte. Si les mots sont mal orthographiés (lettres manquantes, accents manquants, etc...) la compréhension devient beaucoup plus difficile.
        D’autres études montrent que certains mots peuvent être déduits uniquement du contexte.
        En résumé, il y a donc bien une lecture ’globale’ pour les individus ayant acquis un certains niveau de langue.
        Maintenant faites la même expérience avec une langue étrangère, que vous maîtrisez à peu près mais que vous pratiquez peu vous verrez que vous aurez les plus grandes difficultés à comprendre un texte même simple si vous faites subir à chacun des mots cette permutation ’interne’.
        Donc il faut modérer cette conclusion, elle dépend du niveau du lecteur.
        La langue utilisée est aussi importante. On remarquera que les mots de deux et trois lettres sont tous inchangés, donc dans des langues comme l’anglais où les mots courts foisonnent, cela fournit des points de repères ’sûrs’ et le contexte peut jouer.
        En fait, même pour la langue anglaise, cette affirmation est battue en brèche dans d’autres études, comme celle-ci.


      • jmdest62 jmdest62 19 septembre 12:06

        @Jeussey de Sourcesûre
        Salut

        Ce que vous décrivez là est l’une des bases de la méthode de « lecture rapide » .
        De même , il n’est pas nécessaire de construire une phrase complète pour que le message soit compréhensible 
        « pas nécessaire phrase complète pour message compréhensible »
        A utiliser avec précaution et à bon escient.
        @+

      • damocles damocles 19 septembre 12:09

        @popov
        comment un étranger connaissant mal le français peut-il lire ce « poème » ecrit par un anglaisqui croyait avoir une rime riche :


          Tout poète tient
          A friser le quotient
          De ceux qui balbutient 

        ps : c’est d’Alphonse ALLAIS , pas de moi...

      • jmdest62 jmdest62 19 septembre 12:54

        @damocles
        Il améliore sa connaissance du français et le tour est joué ....Non ? 

        @+

      • jmdest62 jmdest62 19 septembre 13:07

        @Abou Antoun

        Salut
        «  il y a donc bien une lecture ’globale’ pour les individus ayant acquis un certains niveau de langue. »
        Entièrement d’accord avec cette remarque qui vaut également pour la maîtrise des techniques de « lecture rapide » .
        @+

      • nono le simplet nono le simplet 19 septembre 14:34

        @sarcastelle
        « Refaites la même chose en partant d’une phrase très mal fichue mais quand même compréhensible avec les lettres dans l’ordre, et on verra ce que ça donne. » 

        j’ai rein cmopirs !

      • nono le simplet nono le simplet 19 septembre 14:40

        @damocles
        c’est comme raconter une blague à un anglais, genre

        Liz Taylor is rich 
        bizarrement ça ne fait pas rire les anglais smiley

      • rosemar rosemar 19 septembre 19:12

        @Jeussey de Sourcesûre

        Oui, sauf que l’ordre des lettres est à peine modifié pour que l’on puisse comprendre....

      • Ratatouille Ratatouille 19 septembre 19:40

        @nono le simplet
        ou, p’téte ben qu’oui ,p’téte ben qu’ non ,pour ceux qui débarque en Normandie


      • nono le simplet nono le simplet 20 septembre 04:13

        @Ratatouille
        j’ai des amis anglais et je tente régulièrement de faire des jeux de mots en anglais avec eux ... pas simple smiley

        le truc qui les a fait le plus rire est involontaire c’est un « upside » pour « upstairs » 

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 septembre 10:21

        « Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier.
        Quelles que soient, et quelque exiguës qu’aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données la douairière et le marguillier, il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis, et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraîchissements avec leurs coreligionnaires.
        Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés ; une dysenterie se déclara suivie d’une phtisie, et l’imbécillité du malheureux s’accrut.

        — Par saint Martin ! Quelle hémorragie ! s’écria ce bélître. À cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière. »

        Prosper Mérimée


        • popov 19 septembre 10:31

          @Jeussey de Sourcesûre

          C’est l’occasion d’apprendre que le mot « alvéole » a été utilisé au masculin jusqu’au début du siècle dernier.


        • Olivier 19 septembre 10:35

          Il est évident que l’enseignement a fait l’objet d’un sabotage délibéré depuis au moins 40 ans, comme beaucoup de choses d’ailleurs dans ce pays. 


          Maintenant il est vrai que le français souffre d’une complexité souvent inutile (ah les subtilités de l’accord du participe passé, chef d’oeuvre d’absurdité, ou les duplications de lettres en pagaille !). 
          Ceci l’handicape gravement à l’étranger où presque plus personne ne l’apprend, en tout cas en Europe. 

          D’autres langues ont su simplifier leur orthographe et leur grammaire sans que cela n’altère en rien leurs capacités d’expression, et font évoluer le langue en permanence. Une faute d’orthographe correspond généralement à une simplification ou une phonétisation d’une règle en fait inutile. Ce sont peut-être ceux qui font cette faute qui écrivent comme il le faudrait !

          • Cateaufoncel 19 septembre 12:15

            @Olivier

            « ...presque plus personne ne l’apprend, en tout cas en Europe. »

            Le français ayant été la langue de l’aristocratie européenne, il n’a plus de raison d’être à l’époque des technocrates américanisés et des masses plus ou moins globishisées.

            Lu sur le site de Vogue, magazine féminin :

            Des recettes fruitées, saines, en version bowl ou nomade… Le compte Instagram Befitsmoothie regorge de tips pour élever, encore un peu plus, l’apport bénéfique de nos smoothies cette saison. Le concept ? Mincir simplement grâce à des boissons healthy et gourmandes, à haut potentiel Instagram-friendly.


            « 
            Une faute d’orthographe correspond généralement à une simplification ou une phonétisation d’une règle en fait inutile. »

            D’autant plus inutile qu’à l’époque, aussi, du tout-pognon, elle ne rapporte de fric à personne.


          • baldis30 19 septembre 20:36

            @Olivier
            bonsoir,

            « ah les subtilités de l’accord du participe passé »

             Les langues latines défendent leurs origines et leur intelligence... est-ce anormal ?

            je trouve que des langues qui ne possèdent pas de passé simple ( passato remote, aoriste) sont des langues bêtes incapables d’exprimer simplement une action passée terminée : c’est le cas de l’anglais ....


          • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 12:49

            @Olivier Je plussoie pour l’accord du participe passé, particulièrement celui des verbes pronominaux, probablement la faute la plus fréquente y compris chez ceux qui vivent de leur plume, les écrivains comme les écrivants et les gens de la radio, mais la place respective des langues dans l’UE et dans le monde est un problème exclusivement géopolitique. Preuve en est que l’anglais est devenu officieusement la langue de l’UE alors qu’elle est une des pires pour la correspondance phonèmes-orthographe - en clair impossible de déduire l’écriture d’un son si l’on ne connaît pas déjà le mot. Une langue aussi difficile que le français, donc, à l’inverse du cliché qu’une certaine propagande continue de répandre.


          • BOBW BOBW 19 septembre 10:47

            Ah ! Ce bon vieux petit « BLED » livre de chevet,simple et concis, pour les ex candidats au Certificat d’études primaires m’ont rappelé des anciens élèves !...


            • sarcastelle sarcastelle 19 septembre 11:06

              Les matheux dans un grand nombre d’études professionnelles cassent depuis longtemps tout espoir de succès professionnel à tout un tas de faibles en mathématiques. Pourquoi ce privilège de casser qui on a envie, ne serait-il pas accordé aussi aux littéraires ??

              .



              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 19 septembre 11:51

                @sarcastelle

                Pour les littéraires, la ségrégation existe aussi, et le secret est encore mieux gardé.
                Les maths ont acquis leurs galons quand le passage par Polytechnique donnait accès aux postes les plus importants de hauts fonctionnaires. Mais depuis due l’ENA est devenue la pépinière alternative, la filière pour initiés est : grec-allemand : ceux qui savent ont eu connaissance du fait que la sélection des anseignants dans cette chapelle est aussi forte que celle des élèves...

              • jmdest62 jmdest62 19 septembre 12:18

                @Jeussey de Sourcesûre

                Salut
                « la filière pour initiés est : grec-allemand »
                Cela leur a été fort utile pour comprendre les subtilités des récentes négociations entre l’Eurogroupe et le « guoevrenmnet gerc ».  smiley
                °
                « la sélection des anseignants » ...... Attention ! comme vous l’avez écrit plus haut , il faut que la première et la dernière lettre soient correctes.
                @+

              • sarcastelle sarcastelle 19 septembre 14:32

                @Jeussey de Sourcesûre

                .
                Je ne pensais pas à sélection dans les très grandes écoles (qu’ils se débrouillent !) mais aux retombées populaires des lubies des décideurs élitistes. 

              • V_Parlier V_Parlier 19 septembre 19:42

                @sarcastelle
                Honnêtement, maintenant on peut être nul en tout. L’important c’est de la ramener et d’être prétentieux. Un niveau minimum vital médiocre devient alors suffisant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès