• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Rentrée littéraire : Balkany, Macron, Mélenchon

Rentrée littéraire : Balkany, Macron, Mélenchon

« Vulnérable », « bourgeois » et « barbares », ont été les mots de la rentrée littéraire de septembre, respectivement le vendredi 13, le lundi 16 et le mercredi 25.

 

Le 13 septembre, les chaînes d’intox ont déclamé en chœur que, suite à sa condamnation en première instance, Patrick Balkany serait « incarcéré dans un quartier pour personnes vulnérables ».Même des journaux plus sérieux, quoique digitaux, ont repris l’« info ».[i]

Le 16 septembre, Emmanuel Macron, devant des sympathisants supposés, a déclaré : « Les bourgeois ne croisent pas l'immigration ».[ii] Il n’y peut rien. Il parle cash. Il est comme ça. C’est son caractère.

Le 25 septembre, Jean Luc Mélenchon lui aussi, a donné un conseil de prudence à des sympathisants supposés qui risquaient de rencontrer des policiers : "Ce sont des barbares. Soyez prudents, parce qu’ils ne s’arrêtent plus maintenant".[iii]

L’emploi des mots

Spontanément, on se dit que la formule « personnes vulnérables » remplace désormais V.I.P. Cet anglicisme est apparu à la fin des années cinquante[iv], pour désigner une « personne très importante (en anglais very important person). L’inconscient (ou une savante étude de marketing) semble avoir décidé de le franciser, de conserver le substantif qui existe dans les deux langues et de choisir un qualificatif commençant par la lettre V.

Supputation, mauvais esprit ou premiers pas vers le complotisme ?

Le Parisien confirme pourtant cette hypothèse dans son édition du 15/09/19 consacré à l’incarcération de Balkany.[v] Nul doute qu’un journaliste « connu pour être connu » pourrait prétendre à ce régime de protection.

Mais si le « politiquement correct » a saisi l’administration pénitentiaire, il semble lui avoir fait oublier que la « protection des personnes vulnérables » est d’abord une notion juridique. « La personne vulnérable est définie comme « un mineur de 15 ans ou une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse » (art. 434-3 du CP). [vi]

Les mots « barbares » et « bourgeois », eux, ont une histoire plus ancienne et une multitude de sens (historiques, polémiques, voire juridiques) sont attachés à l’un et à l’autre. Aussi, il sera moins question ici de leur emploi que de leurs employeurs.

Les mots et leurs employeurs.

Dans la séquence « personnes vulnérables », « les médias » du « courant dominant »[vii], ont employé sans commentaire une innovation sémantique de l’administration. Dans les séquences suivantes, « bourgeois », puis « barbares », ils se sont vautrées sans retenue dans le commentaire, admiratif, élogieux, désapprobateur ou carrément calomnieux.

Ce qui était en question, ce n’était pas l’emploi de ces mots, sinon on aurait pu leur trouver des significations voisines. Flaubert disait à Maupassant : « J'appelle bourgeois quiconque pense bassement ». Ce n’est pas si loin de la définition que Le Larousse donne du « barbare » : « Grossier, contraire au bon goût, aux usages ».[viii]

Ce sont les employeurs de ces mots qui étaient le sujet de tous ces commentaires. Macron et Mélenchon ont quelques points communs : ils ont été candidats à la dernière élection présidentielle et ils ont quelque chose à voir avec le « dégagisme » (l’un l’a théorisé, l’autre l’a pratiqué)

Mais les ressemblances s’arrêtent là. Les éditocrates s’extasient et ne cachent pas leur admiration lorsque Macron « parle cash ». Lorsque c’est Mélenchon, ils se drapent dans une indignation vertueuse.

Le 16 septembre, Macron faisait des confidences à ses parlementaires. Elles étaient faites expressément pour fuiter dans la presse. C’est pourquoi son discours a fait l’objet de commentaires impromptus sur les chaînes d’intox d’abord, puis de ce que certains appellent des « analyses » dans les journaux papier.

Le Point a titré : Emmanuel Macron veut regarder le sujet de l'immigration « en face » [ix]

Le Dauphiné Libéré : « Les bourgeois ne croisent pas l'immigration ».[x]

Le Monde : Devant sa majorité, Macron assure vouloir « regarder en face » le sujet de l’immigration.[xi]

Les plus audacieux des éditocrates ont remarqué qu’il allait sur le terrain de La Pen. Mais aucun n’a souligné que, sur la forme, il est un récidiviste, dans l’emploi des « confidences publiques »(« pognon de dingue », « venez me chercher », etc...), et dans l’emploi péjoratif du mot « bourgeois » (son entretien accordé à la Nouvelle Revue Française en 2018.[xii]

 

Le 25 septembre, Mélenchon mettait en garde un groupe de manifestants. Un seul mot a été retenu et tous les commissaires politiques du « courant dominant » ont jugé sans appel qu’il avait insulté, injurié tous les policiers.[xiii] Pourtant Mélenchon est tout sauf un gauchiste. Il n’est pas du genre à crier dans la rue : « Tout le monde déteste la police ». Il visait donc les « éborgneurs » de la Police Nationale. Mais peut-être une cellule d’investigation et de dégrisement dévoilera-t-elle prochainement que tous ces « éborgneurs » sont des « radicalisés » infiltrés dans une police si peu regardante ?

Conclusion toujours provisoire

« Vous n’avez qu’un opposant sur le terrain : c’est le Front national. Il faut confirmer cette opposition, car ce sont les Français qui l’ont choisie »

Cette autre confidence du Macron lors du « pot de rentrée » de ses parlementaires n’a pas eu la même publicité que celle sur les « bourgeois ». Pourtant, c’est sa façon à lui de désigner qui sont les ennemis, les « barbares ».

Mais « les médias » du « courant dominant » ne semblent pas choqués par une telle déclaration, tant elle leur paraît une évidence ou une révélation. La plupart d’entre eux (à l’exception de BFM et CNews qui veulent laisser sa chance à La Pen) pourrait souscrire à cette remarque de Sacha Houlié reprise par Le Canard Enchaîné :

« La nouveauté, c'est qu'avec la disparition des oppositions le Président et le premier ministre apparaissent comme les uniques représentants politiques du pays. »

Ceci c’était avant la déconvenue « Sylvie Goulard ».

Les emmerdements volant en escadrille, elle venait après le massacre de la Préfecture de Police, mais avant l’intervention de la Turquie contre les Kurdes.

 

Prochainement nous reviendrons sur l’emploi des mots « radical », « radicalisés » et « vigilance ». Et sur les employeurs de ces mots.

 

[v] « Il y a quelques années, c'était le « quartier des VIP », mais l'expression était sans doute moins politiquement correcte. Les « vulnérables » en détention, ce sont surtout des policiers, gendarmes ou militaires, mais aussi des personnes médiatiques dont la sécurité pourrait être remise en cause au sein d'un régime classique de détention. » http://www.leparisien.fr/faits-divers/patrick-balkany-en-prison-seul-dans-une-cellule-de-9m-a-l-etage-des-vulnerables-15-09-2019-8152305.php

[vi] http://www.gazette-sante-social.fr/12312/la-protection-des-personnes-vulnerables

On apprend aussi dans cet article que « La non-assistance à personne en péril – que les juristes classent dans les omissions coupables – a été inventée par le gouvernement de Vichy, le 25 octobre 1941, pour réprimer ceux qui ne portaient pas spontanément secours aux troupes d’occupation lorsqu’elles étaient attaquées par la Résistance… »

[vii] En anglais : media mainstram

[xiii] Ils n’ont pas osé reprendre mot pour mot (on se de mande bien pourquoi) une déclaration des Policiers en Colère : « Monsieur Mélenchon est l’un des politiciens français possédant le plus gros patrimoine ; comme quoi, l’argent ne rend pas intelligent..

Les policiers, qu’il traite de barbares, protègent quotidiennement la grande bourgeoisie à laquelle il appartient et qu’il prétend pourtant combattre. »

Documents joints à cet article

Rentrée littéraire : Balkany, Macron, Mélenchon Rentrée littéraire : Balkany, Macron, Mélenchon

Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 15 octobre 09:25

    merci pour ce décorticage éclairant, révélateur d’une capacité de discernement développée

    maintenant, il serait intéressant d’analyser les effets sur les récepteurs, nous, la masse bêlante et bégayante toujours prête à reprendre en chœur les refrains lancés par les solistes de grands gospels médiatiques

    remplacer « amen » et « alléluia » par « bourgeois vulnérable » et « policier barbare » est-il un acte révolutionnaire ou une évolution dur rituel adopté par le clergé ?


    • cevennevive cevennevive 15 octobre 12:36

      @Séraphin Lampion, bonjour,

      remplacer « amen » et « alléluia »
      A ce propos, je vais vous raconter une petite histoire :

      Deux pasteurs sont amis. L’un d’entre eux a une ferme avec des chevaux. Il invite son ami dans sa ferme et lui dit « nous allons faire une petite promenade à cheval ».
      L’ami ainsi invité se récrie disant qu’il n’avait jamais monté.
      Le pasteur fermier lui dit
      -« je vais te donner le plus gentil cheval que j’ai dans mon écurie. Il est très obéissant, doux et placide. C’est pas compliqué, pour avancer tu lui dis »alléluia« et pour l’arrêter du lui dis »amen« .
      Les voilà partis. L’apprenti cavalier fait comme cela, dit »alléluia« et le cheval avance. Alors, grisé par ce succès, il lui répète »alléluia, alléluia« et le cheval se met à galoper.
      A l’horizon, un ravin abrupt. Le cavalier suant et effrayé crie »amen, amen« et le cheval s’arrête juste au bord du précipice.
      Alors, le pasteur, suant et ému, dit en levant les bras au ciel : »alléluia"...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 15 octobre 14:44

      @cevennevive

      merci pour cette histoire, Cevennevive


    • Le421 Le421 15 octobre 18:20

      @Séraphin Lampion
      Il est vrai que traiter de barbare un malheureux policier qui va peut-être se suicider et décide d’allumer des manifestants parfaitement inoffensifs (vous remarquerez qu’aucun casseur ne sera jamais éborgné, je dis ça, je dis rien !!) pour soulager un peu sa peine, histoire de ne pas partir seul, c’est d’un mal venu...
      Pffff !!  smiley


    • Cadoudal Cadoudal 15 octobre 18:34

      @Le421
      Sa jambe est dans un tel état que les pompiers estiment qu’il faudra l’amputer. Un ressortissant Kurde âgé de 31 ans a été gravement blessé, durant la nuit de lundi à mardi à Mantes-la-Jolie, sur fond de rencontre de football entre la France et la Turquie

      http://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-un-kurde-blesse-a-la-jambe-a-l-issue-du-match-france-turquie-15-10-2019-8173155.php

      On attend la plainte de Mélenchon contre les méchants policiers indigènes qui n’ont pas su protéger le gentil colon « ressortissant » Kurde qui avait attaqué un convoi de gentils colons Turcs ...lol....


    • kimonovert 15 octobre 09:44

      Quand on donne des cours courts à la cour, on dit sympathisants « présumés » !

      La https://www.cnrtl.fr/definition/supposition est en effet différente de la https://www.cnrtl.fr/definition/présomption voire de la https://www.cnrtl.fr/definition/supputation qui est sujette à l’incompréhension chez les malentendants genre « je suppute... » sans compter que dans le monde connecté, la https://www.cnrtl.fr/definition/computation devient « in »


      • alinea alinea 15 octobre 11:46

        Un doute affreux m’assaille : Macron se prendrait-il pour un aristo, à critiquer le bas bourgeois ? Il faudra peut-être lui rabattre son caquet !!


        • Le421 Le421 15 octobre 18:20

          @alinea
          là, y’a du boulot !!!  smiley


        • ETTORE ETTORE 15 octobre 12:02

          Cette engeance politique est comme le bruit de fond de la galaxie.

          Elle couvre tout (enfin...elle veut, tout couvrir )

          Un parasitage incessant.

          Une fois nettoyée, avec les instruments adéquats,(lois) on devrait découvrir des signaux plus faibles, mais signes de vie, quand même.


          • cevennevive cevennevive 15 octobre 12:27

            Bonjour Jules Elysard,

            Ha, ha, ha, je ris. C’est bel et bon. J’aime votre article doux amer. Et c’est si vrai !


            • Jules Elysard Jules Elysard 21 octobre 17:14

              @cevennevive
              Merci. Toujours la question de l’emploi de mots et surtout, comme le disaient les situationnistes, la question des mots et de leurs employeurs.


            • Aristide Aristide 15 octobre 18:37

              Mise en perspective avec une once de mauvaise foi de deux manipulations électoralistes de Macron et de son seul opposant auto proclamé Mélenchon ....


              • Jules Elysard Jules Elysard 21 octobre 17:18

                @Aristide
                Mélenchon n’est plus le seul opposant autoproclamé. Ce titre lui a été ravi par La Pen. En revanche, il est l’ennemi principal désigné du pouvoir, car 1) il a fini par quitter le PS sur sa gauche ; 2) il n’a pas appelé assez clairement à voter Macron.


              • Paul Leleu 15 octobre 23:07

                moi j’aime bien le petit dessin... le RN qui rassemble les Gilets-Jaunes et les Flics...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès