• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Repentance nucléaire ou non M. Macron ?

Repentance nucléaire ou non M. Macron ?

Après la polémique sur la colonisation pendant sa campagne, ce serait un bon point pour notre nouveau Président s'il se penchait sur l'implication de la France en matière de pollution nucléaire. Notre pays se repend depuis quelque temps pour certains actes terribles, ce qui impliquerait d'inclure enfin la responsabilité pleine et entière d'avoir participé à la destruction de notre planète et de ses habitants.

Prise de responsabilité, ça veut dire quoi ?

Cela implique la reconnaissance des innombrables séquelles que les explosions nucléaires françaises ont laissées sur les populations civiles et militaires. En effet, que ce soit au Sahara et en Polynésie, les rayons gamma n'ont épargné personne. Tous ceux qui se trouvaient aux alentours ont été soumis à un bombardement intensif.

De Reggane à In Ecker, (désert Algérien), en passant par Tahiti, Hao, Mururoa, Fangataufa, et l'archipel des Tuamotu, tout le monde a eu droit à sa surdose de rayonnement.

À coup de pub, comme dans la politique, le C.E.A, les généraux et l'État, claironnaient que Reggane, dans le Sahara Algérien était inhabité... Curieux, car d'après Wikipédia, 20 000 personnes habitaient dans ce secteur... Légère divergence sur la définition du mot "inhabité"...
Reggane : premier essai atomique français. Quatre fois plus puissant que la bombe qui a explosé à Hiroshima. (1)

Puis vint l'accident de In Ecker (2) en présence du ministre des armées, Pierre Messmer, ainsi que du ministre d'État chargé des questions atomiques Gaston Palewski. Irradiés tous les deux, (entre autres), Messmer n'aura pas de séquelles, mais Palewski aura une leucémie qu'il traînera jusqu'à la fin de sa vie.

Après ce big couac, au revoir le désert, et bienvenu dans les atolls. Dorénavant, les essais atomiques vont se faire dans les régions désertiques du Pacifique.

Ouf ! Tout le monde a été rassuré. Le Pacifique est loin de l'Hexagone, et puis si c'est un désert, pas de problèmes.

Décidément, le vocabulaire des porte-paroles du gouvernement est différent du dictionnaire.
Car, ayant "visité" malgré moi cette partie du globe, j'ai pu constater que pour un désert, il y a bien du monde. Mururoa est inhabité certes, mais sur Hao, le village d'Otepa existe bel et bien. 1300 habitants parqués à l'autre bout de l'Atoll, vivant dans des cabanes de tôles ondulées et soumis de 1966 à 1996 à un bombardement intensif. Tous comme les habitants d'un atoll voisin, Amanu, (195 habitants), de l'ensemble de la Polynésie française (274 000 habitants) et de l'archipel des Tuamotu. (15 000 habitants). Désertique, le secteur !

Quant aux distances, les voici :
Mururoa est à peine à 1 222 kilomètres de Tahiti, et Hao l'atoll/base avancée est à peine 460 kilomètres de Mururoa. Mais c'est bien connu les radiations ne voyagent pas et ne franchissent pas les frontières.

J'ai fait mon service militaire à Tahiti en 1974, avec un séjour forcé sur Hao pendant trois mois. Je connais donc bien la région.
À l'époque, quand on m'a proposé d'aller à Papeete, j'ai eu des images plein la tête. Tahiti ! Ciel bleu, lagon, soleil, vahinés... Le rêve quand on a 20 ans. Mais en prime, sans le savoir, pluies acides, contamination et radiation.
Rien vu venir, comme les autres.

Je viens de retrouver un copain de l'époque et une fois passé les joies de la retrouvaille, il m'a demandé si j'avais eu des séquelles de notre séjour "touristique". Après lui avoir expliqué que je suis devenu stérile, il m'a avoué qu'il avait eu lui aussi de sérieuses complications.

Faut dire que l'on a été servi. En 1974, pluies acides sur Tahiti, avec en prime poisson et langouste contaminé. Comment, il n'est pas frais mon poisson ?

Deux cent dix essais nucléaires français au total ont été menés entre 1960 et 1996 :
- 1960 à 1961 :  4 essais aériens à Reggane
- 1961 à 1966 : 13 essais souterrains à In Ecker
- 1966 à 1974 : 46 essais aériens à Mururoa et Fangataufa
- 1975 à 1996 : 147 essais souterrains dans les sous-sols et sous les lagons de Mururoa et Fangataufa.

François Mitterand avait signé un moratoire en 1992 suspendant les essais nucléaires.
Mais le 13 juin 1995, Jacques Chirac, un mois après son élection a déclaré que la France allait reprendre ses essais nucléaires dans le Pacifique.

Très belle déclaration de sa part comme quoi, c'est pour notre bien, etc, etc. Le pipeautage habituel.
C'était pour marquer la "grandeur de la France", de son avènement à l'Élysée, de son territoire ...
Comme les canidés marquent le leur, sauf que chez nos aimables quadrupèdes, c'est totalement inoffensif.

Le dernier essai français a donc eu lieu à Fangataufa le 27 janvier 1996. Enfin le délire se termina.

Pour rappel et pour ceux qui ont envie de piocher, les essais atomiques français étaient sur-protégés. En effet, le navire amiral de Greenpeace, le Rainbow Warrior, a été coulé en 1985 dans le port d’Auckland par les services secrets français. Loin d'être neutre.

Les cinq pays en tête qui ont abusé de leur "permis de tuer" sont et c'est facile à deviner :
- Les USA (encore et toujours en tête) : 1 050 explosions
- La Russie : 715 explosions
- La France : 210 explosions
- Le Royaume-Uni : 45 explosions
- La Chine : 45 explosions
- L'Inde et le Pakistan :  5/6 explosions
- La Corée du Nord : 4 explosions
- L'Afrique du Sud et Israël sont suspectés d'avoir réalisé quelques tirs.

À noter que les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki n'y figurent pas puisque ces explosions sont des tirs de combats et non pas des essais. (nos "grands scientifiques" ne mélangent pas...).

À noter les catastrophes civiles comme Tchernobyl et Fukushima.

Aujourd'hui, la reconnaissance des maladies radio-induites, (Nom élégant, pour masquer le terme cancer... Ah ces scientifiques ! Ils ressemblent aux politiques, tout est dans la formule.) est très compliquée, mais possible. Il a fallu attendre le 30 avril 2012, mais problème, 90 % des dossiers sont rejetés. (3)

Ben voyons, c'est comme le Médiator du laboratoire Servier. Pour obtenir gain de cause, il faut avoir du temps, et des moyens financiers pour payer les avocats. Mais voilà, du temps et de l'argent, certains n'en ont pas, ou n'ont pas le courage d'affronter la pieuvre administrative.

Fin février 2016, François Hollande en visite à Tahiti a promis une révision du traitement des demandes d'indemnisation des victimes. (une vingtaine de dossiers ont abouti sur 1 millier...) (4)

Voici un extrait d'un de ses discours à Tahiti :
" .... La « dette nucléaire » ou « milliard Chirac » (en francs, soit l’équivalent de 150 millions d’euros aujourd’hui), une dotation annuelle qui visait à compenser la perte d’activité économique engendrée par la cessation des tests en 1996, « sera sanctuarisée ». « Son niveau sera dès 2017 rétabli à plus de 90 millions d’euros », a aussi promis M. Hollande, répondant, là encore, à une demande pressante des élus locaux.
« Les conséquences environnementales devront également être traitées » sur les atolls qui accueillaient les installations nucléaires, a-t-il poursuivi. L’État achèvera notamment « le démantèlement des [infrastructures] et la dépollution de l’atoll de Hao ». Ceux de Mururoa et Fangataufa feront l’objet d’une « vigilance méticuleuse »...."

Incroyable. Depuis 1996, rien n'a été fait pour dépolluer l'atoll d' Hao, entre autres. On croit rêver. 21 ans après... Pauvres habitants.

Au moins, François Hollande a fait le premier pas. Espérons qu'Emmanuel Macron fera le reste. Il est plus que temps.

Claude Janvier

PS : pour ceux qui veulent, il existe une association qui peut vous aider à faire reconnaître vos droits. (5) (6) Et (7)

http://www.courrierinternational.com/article/2009/06/11/a-reggane-la-vie-s-est-arretee-le-13-fevrier-1960&nbsp ; (1)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_B%C3%A9ryl&nbsp ; (2)

 http://www.sortirdunucleaire.org/Veterans-du-nucleaire-nos-maladies-radio-induites&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; (3

http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/02/23/a-papeete-hollande-reconnait-l-impact-des-essais-nucleaires-en-polynesie_4869868_823448.html&nbsp ; (4)

http://www.aven.org/&nbsp ;&nbsp ; (5)

http://www.aven.org/aven-les-essais-dans-le-monde&nbsp ; (6)

http://www.tahiti-infos.com/L-Etat-elargit-la-liste-des-maladies-radio-induites-par-l-exposition-aux-radiations-et-etend-le-perimetre-geographique_a47150.html&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; (7)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Essais_nucl%C3%A9aires_fran%C3%A7ais


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 15 mai 12:10

    Encore une repentance.

    Il est vrai que celle-ci relève aussi de la nécessité de noircir le nucléaire en général.
    Hélas, comment chiffrer les réparations ? Il y aura toujours des insatisfaits, idéologues ou esprits naïfs. 
    Chiffrer par exemple les réparations sur des bases comme celles qui permettent à l’écologie d’annoncer son tarif syndical d’un million de morts par catastrophe nucléaire ? 
    Ou bien le chiffrer sur les bases qui permettent de dire Tchernobyl cinquante morts et Foucouchima aucun ? 
    Qui décidera ? 
    Repentance, repentance !










    • Clojea Clojea 15 mai 21:23

      @sarcastelle : Vous dites : « noircir le nucléaire ... » Pas besoin, le nucléaire militaire est glauque...


    • juluch juluch 15 mai 13:06

      Tout ça est vrais, mais se fut indispensable à l’époque ces essais nucléaire, ça a permis à la France d’être au troisième rang .....


      exit des essais russes, chinois, américains et autres ??

      • OMAR 15 mai 20:19

        Omar9

        Salut @juluch

        Oui, ce fut nécessaire...

        Mais il fallait nettoyer après.
        Et là, la France fut malheureusement absente.....
        Et In Ecker, Reggan ou Mururoa, ce n’est certes pas le Larzac, la Bauce, ou St-Etienne., mais il y a quand même des peuples, des gens, des êtres simplement vivants qui y vivent........


      • Clojea Clojea 15 mai 21:25

        @juluch : Nécessaire....mes fesses oui...et je reste poli. Il n’est jamais nécessaire de semer la mort, jamais. 


      • Hermes Hermes 15 mai 16:07

        Ce n’est rien comparé à ce qui adviendra, lorsque les militares s’empareront des prochaines découvertes scientifiques majeures !

        Il faut s"interroger sur l’aveuglement et la bétise de l’être humain. Comment peut-on s’arroger ainsi le droit de détruire ?

        A quel point faut-il se sentir misérable pour manifester un tel orgueil démesuré ?

        Demain sera différent si...

        Aimez vos anfants, ne leur enseignez pas la négation et la haine, apprenez leur à ne pas adorer les sommets de bétise et la comptétition, à comprendre petit à petit que seule la qualité de la présence permet de se sentir libre et tranquille, et la paix reviendra peut-être un jour.


        • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 mai 17:50

          @Hermes

          « ne leur enseignez pas la négation » = ???

          Tout est permis, rien n’est interdit, « no limits », c’est ça ?

          Il faut dire oui à tout, il faut tout accepter, tout excuser ?

          C’est ce qui pourrit nos sociétés, justement !


        • Clojea Clojea 15 mai 21:26

          @Hermes
          Les militaires chercheront toujours à détruire ...car ca représente un Max de pognon...


        • Hermes Hermes 16 mai 17:14

          Ben voyons ! Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. La négation des cadres est la pire des erreurs.

          Quand à nourrir un espoir, il faut être bien fou ! Tout cela se jouera sur des périodes de temps qui nous dépassent.

          Bonne soirée.


        • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 mai 17:47

          La France a quand même échappé à des essais souterrains
          - sous le Massif Central
          - dans une baie de Corse
          (si, si, ces deux options ont été sérieusement envisagées)


          • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 mai 20:00

            Et n’oublions pas l’affaire des mines de Gardanne :

            Durant le printemps 2003 (alors qu’il avait obtenu le non lieu en première instance en 2002) à cause d’un vice de forme, M. Jean-Pierre Petit est condamné en diffamation dans le procès que lui a intenté Antoine Giudicelli, ancien directeur du Centre de Marcoule et ancien sous-directeur des applications militaires du CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) qui lui avait dit durant l’été 2000, en présence de deux témoins, que "La France a procédé à des essais nucléaires souterrains sur son propre territoire".

            http://www.alterinfo.net/L-effroyable-verite-sur-la-fermeture-de-la-mine-de-Gardanne-Bouches-du-Rhone_a43099.html


            • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 mai 20:05

              Suite de l’affaire de Gardanne, un témoignage trahissant l’état d’esprit de la majorité des citoyens :

              [Un commentaire émanant de l’article cité précédemment]

              Ya quelques années, après la lecture du sujet sur le site de Jean-Pierre Petit, j’avais revu une amie qui venait de passer quelques années à Gardanne avant de revenir en région parisienne. Sachant qu’elle avait passé un peu moins de 5 ans là-bas (c’était en 2006) je lui avais demandé si elle n’avait jamais ressenti de secousse le soir.

              Et elle me dit « si, c’est déjà arrivé ». Et moi de lui demander si c’était régulier, si c’était que le soir : « En effet, souvent au alentour de minuit d’ailleur ». Et là, je lui demande de préciser si c’est un soir dans la semaine en particulier. Et elle : « Maintenant que tu me le dis, on avait remarqué que c’était souvent le samedi soir »

              A ma dernière question : « Et cela ne t’a jamais surpris d’avoir des secousses régulieres tous les samedis soirs »
              J’ai eu droit à : « euhhh... j’aurai du m’en inquiêter ? »

              En bref,
              Les gens se foutent royalement de ce genre de problème.


              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 mai 20:07

                Conclusion de Jean-Pierre Petit :

                J’ai été à l’origine de cet article. Je me suis par la suite un peu désintéressé de cette question, parce que je me suis retrouvé simplement ... seul au tribunal de Nîmes, lors du procès en appel où j’ai été condamné à 5000 euros de dommages et intérêt, dans le procès que m’avait intenté Giudicelli, ancien sous directeur des applications militaires du CEA. La cour a écarté mes deux témoignages du dossier et mon avocat de conclure "le tribunal a instrumenté de manière à obtenir votre condamnation". Il n’y avait aucun journaliste pour donner écho. Fort heureusement, mes lecteurs ont contribué au paiement de cette amende. J’ai gardé les 2000 euros de frais d’avocat pour moi.
                Depuis, j’en ai su plus sur les techniques des essais nucléaires souterrains furtifs, qui continuent en France, comme ailleurs. Cette fois il n’y a même plus de signal sismique. Les tirs sont simplement effectué dans des cuves en acier de 20 mètres de diamètre et de 30 cm d’épaisseur, " semi-enterrées ". Une technique déjà mise au point par les Soviétiques dès les années soixante. Une telle cuve, sphérique, est parfaitement capable d’encaisser sans broncher une explosion d’une kilotonne. Elle n’est pas en contact avec le sol. Entre la cavité et cette cuve : de quoi simplement atténuer le bruit, ce qui est aisé. A faible profondeur, on peut même opérer à proximité d’habitations. L’intérieur de la cuve est tapissé d’une couche dans laquelle les éléments lourds émis viennent se loger, ce qui facilite leur récupération et leur analyse. C’est aussi simple que cela. Et ça se fait maintenant dans plusieurs sites, en France.
                Simple info. Nous sommes saturés d’informations de ce genre, face auxquelles les citoyens et les élus ne réagissent pas. Sur ce terrain, j’ai baissé les bras en 2003. Il y a tellement d’autres choses à dénoncer : on ne sait plus où donner de la plume. C’est égal : je me revois, seul à ce procès en appel, sans un seul habitant de Gardanne présent, sans le journaliste Jean-Yves Casgha qui m’avait mis sur cette piste, puis s’est ensuite courageusement défilé.
                Un goût de sable dans la bouche


                • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 mai 20:10

                  Raison d’Etat.

                  Point.

                  Circulez, ’y a rien à voir.


                  • Clojea Clojea 15 mai 21:28

                    @ben_voyons_ !
                    Merci pour ces infos et témoignages. 


                  • rhea 1481971 15 mai 22:00

                    Le programme nucléaire français fait suite à l’affaire de suez en 1956, le
                    gouvernement français de l’époque a était menacé par les américains et
                    les russes si il ne stoppait cette opération combinée.
                    Les centrales rendent malade mais ça ne se vois pas.
                    Enfin il y a un trou dans les finances de la sécu il va être comblé,
                    on ne sait pas comment......


                    • Jean-Paul Vimare Jean-Paul vimare 1er juin 14:42

                      @rhea 1481971 Non suite à la chute de Dien Bien Phu, et la crise de Suez ensuite. Le voici d’après mes documents originaux. Merci.http://fangav.blogspot.in/p/la-genese-tome-1.html


                    • hellpast hellpast 16 mai 01:09

                      Je vous invite à lire cet article incroyable sur un essai américain en 1954 sur l’atoll Bikini.

                      Leur attitude est inqualifiable comme lorsqu’ils envoyèrent soi disant des médecins pour donner des traitements de pointe aux irradiés, ces américains qui étaient là à Hiroshima et Nagasaki uniquement pour observer les effets de leur bombinettes sur la population. Je sais que ne parle pas des responsabilités françaises mais comme ils se sont comportés comme ces scientifiques américains, je vous livre donc ce texte insoutenable :

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires