• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ressources Eduscol sur Jacques Chirac : pas une critique ni un mot sur les (...)

Ressources Eduscol sur Jacques Chirac : pas une critique ni un mot sur les affaires judiciaires !

Il fallait s'y attendre. La mort de l'ex-président controversé Jacques Chirac a été l'occasion d'un battage médiatique disproportionné, dans le but de fabriquer un mythe républicain, voire un écran de fumée pour esquiver les sujets sérieux du moment.

Impossible d'y échapper à la TV, même les chaines "sport" (L'équipe 21...) ont changé leur programmation pour rendre hommage à ce chef d'état "humaniste", "populaire" et "proche des gens". Il y a vingt ans, cela aurait relevé d'un scénario de film de science-fiction burlesque, ou d'un film d'anticipation sur la propagande. Même Zemmour et Naulleau ont mis la main à la pâte en invitant le totem Alain Duhamel pour narrer quelques anecdotes sur le héros républicain du moment. Durant des heures durant, on nous a montré une foule de gens venant "se recueillir" aux Invalides, sans préciser s'il s'agissait de groupies de l'ex-président ou de touristes et de passants venus faire des selfies. 

La mort d'un homme est toujours tragique. Paix à l'âme de Jacques Chirac. Toutefois, un personnage public est d'abord étudié en tant que politicien, et non en tant que "people". L'histoire ne retiendra pas ses liens avec sa petite famille mais ses actes. Engagements de jeunesses dévoyés, renoncement au gaullisme, affaires judiciaires de la ville de Paris, trahisons électorales (Giscard...), lois sur le regroupement familial des immigrés qui ont eu les conséquences que chacun sait dans les banlieues, cohabitation houleuse en 1986 avec la répression des manifestations étudiantes et autres casseroles, refus de débattre avec Jean-Marie Le Pen en 2002 par calcul et non par conviction... Jacques Chirac fut à des années-lumière d'un général De Gaulle dont la France ne s'est jamais remis du décès. Un homme qui, lui, sut se montrer courageux, volontaire et soucieux du peuple de France en des circonstances bien plus tragiques que celles de l'époque chiraquienne. Le général qui inspira la création du RPR mit en place l'état-providence après-guerre, nationalisa les entreprises, gouverna avec la gauche quand l'intérêt de la nation le justifiait. Jacques Chirac a privatisé, repoussé l'âge de départ à la retraite pour les salariés, remis en cause les droits sociaux, ouvert les frontières. Il n'a jamais remis en cause le train de vie de l'état, bien au contraire. Il y a un gouffre entre les deux hommes.

Certes, il faut aussi voir les côtés positifs de l'oeuvre d'un défunt. Le soucis, c'est de trouver ceux de Jacques Chirac, qui ne sautent pas aux yeux. Pour cela, les enseignants disposent des ressources Eduscol sur le site du ministère de l'éducation nationale :

https://eduscol.education.fr/cid145419/jacques-chirac.html

Positivons enfin, et notons que la sinistrose ne risque pas d'atteindre les rédacteurs de cette rubrique. A moins qu'il ne s'agisse d'une mise en veille de l'esprit critique, dans le cadre de la lutte contre le complotisme. Car le contenu fait autant sourire qu'il inquiète. Pas un mot sur les affaires judiciaires, les emplois fictifs de la ville de Paris, ni sur le bilan économique et social de la période 1995-2007. Pas un mot sur la période du gouvernement Jospin, la seule où le chômage a baissé. Pas un mot sur l'abandon de souveraineté de la France...

Plus grave, le choix idéologique des thèmes relève de la propagande pure et simple. Chirac, l'homme de la construction européenne qu'il dénonça pourtant dans les années 1970. L'homme qui "adhéra", non pour le bien des français mais pour se faite élire président. L'homme qui supprima le service national pour détruire la conscience collective des jeunes français et en faire de vulgaires consommateurs. 

Pour le côté humoristique, notons le réferendum sur le quinquennat (2000) boudé par le peuple, et le débat de 1988 où il fit moucher par Mitterrand. Pas une ligne sur le réferendum de 2005 où les français exprimèrent leur ras-le-bol de l'Europe des banques, dont le résultat fut balayé d'un revers de main par Jacques Chirac. 

Il y eu aussi, comme de bien entendu, l'épisode de la commémoration de la rafle du Vel'd'Hiv, pour tenter de culpabiliser les français. Puis la "réconciliation avec l'Algérie" (ne riez pas !) en mars 2002 : on ignorait que l'on devait cela à Jacques Chirac. D'ailleurs, les voitures brûlées durant les matchs de l'équipe de foot d'Algérie, et les exactions en tout genre ont démontré par la suite que les algériens vivant en France n'avaient pas bien compris la démarche chiraquienne...

Tout cela relève de la propagande par dissimulation, omission et détournement des faits. Le ton de l'article d'Eduscol est libéral, européiste, anti-patriotique et culpabilisateur (1942, la colonisation etc.). Ce n'est pas de la documentation républicaine, mais du simple baratin.

Libre à chacun d'honorer ou pas la mort de Jacques Chirac. Personne ne peut l'imposer en démocratie. De leur côté, les enseignants commémoreront le suicide de la directrice d'école de Pantin par des rassemblements le jeudi 3 octobre 2019. Ils honoreront une femme qui s'est occupée toute sa vie des autres, des enfants de milieux populaires, pour un salaire modeste, loin du faste de la galaxie chiraquienne. A chacun ses combats, le soucis d'aider le peuple d'un côté, le goût pour le pouvoir et le luxe de l'autre. Deux France, deux conceptions de la république...


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • exol 30 septembre 19:13

    Duc , tu croyais qu’il allait vivre éternellement le double mètre à képi . Il a traîné lui aussi ses casseroles le général d’opérette . Tu veux qu’on te rappelles qu’un certain Massu était venu consulter pour rentrer dans le lard du bon peuple français. « trahison envers Giscard » tain tu délires le jour où le radin va déposer le bilan , c’est pas un article que tu vas écrire , c’est un livre , parce que lui les saloperies il les a cumulé.


    • CLOJAC CLOJAC 30 septembre 19:17

      Je l’appelais Chiracula parce que, tel un vampire de cinéma, il revenait toujours malgré 100 morts politiques, toujours prêt à saigner la France. En plus, je lui trouvais une ressemblance avec Christopher Lee, visage oblong, traits figés, sourire crispé, regard de faux témoin... 

      Au-delà de ses mensonges, ses compromissions, ses trahisons, ses détournements de fonds publics, le plus grand reproche que je lui fais est d’être l’auteur du décret loi de 1975 qui favorise le regroupement familial des étrangers.

      À l’époque, le travailleur immigré venait en France, restait quelques années le temps de faire sa pelote et ensuite repartait au pays. En lui permettant d’importer femmes et enfants, on l’a sédentarisé sur notre sol, avec les conséquences qu’on connaît mais qu’il est interdit de développer. Attention délit d’opinion !

      Les médias-menteurs ont toujours présenté le regroupement comme une mesure humaniste de notre grand enfumeur en chef alors que la réalité est bien plus sordide : dans une France aux perspectives économiques enviables, les patrons avaient besoin de main d’œuvre mais ils ne supportaient plus les prolos syndiqués. Et le turn over des immigrés les obligeait à des ajustements et des formations qui leur faisaient perdre du temps donc de l’argent... D’où l’idée suggérée à l’ancien militant communiste de fixer les esclaves sur place. Avec en bonus des naturalisations distribuées comme des bonbons au soir d’Halloween.


      • machin 1er octobre 05:17

        Effectivement, c’est curieux...

        .

        Eduscol ne parle pas du tout de cela...

        ..........Car les Etats-Unis de Georges Bush ont décidé d’attaquer l’Irak en outrepassant le respect du droit international, Jacques Chirac avait alors choisi de ne pas se joindre à la coalition américo-britannique. Mais ceci n’est pas vrai, annonce ce dimanche au Daily Mail, Sir Richard Dearlove, le directeur du MI6 en 2003..................

        http://www.wikistrike.com/2019/09/exclusif-jacques-chirac-aurait-recu-5-6-millions-d-euros-de-saddam-hussein-pour-qu-il-s-oppose-a-la-guerre-en-irak.html


        Mais il est évident que tout un chacun sait que Wikistrike est complotiste, forcément, et Chirac était la probité même.





        • covadonga*722 covadonga*722 1er octobre 06:57

          @machin
          yep , les mallettes de billets s’est consubstantiel du rpr , nonobstant cet « info » est 
          relativisée par le fait que ce sont les services anglais qui ont certifiés aux américains la présence des ADM et oui ce sont les seuls qui étaient implantés jusque dans l’armée de Saddam « c’est eux qui ont formés avant les russes les cadres et les techniciens de l’armée irakienne » Ce sont les services anglais qui ont validé sur ordre du pm brits la fiole de Powell .dans l’intervention US plus que l’armée britanique qui ne voulait pas y aller « ils connaissaient et les américains et les irakiens » .Ce sont les service secrets brits instrumentalisé par Blair qui ont validé 
          le « hold up » US


        • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 1er octobre 08:11

          Saint Chirac, pour le moment, com utile pour enfumer l’air ambiant plein de contestations ; après on pourra de nouveau le critiquer : logique ! Comment le Macron pourrait-il s’inspirer de lui ? En reniant ses promesses ?


          • troletbuse troletbuse 1er octobre 09:18

            @yapadekkoaqba
            Comment le Macron pourrait-il s’inspirer de lui ?

            En courant après les femmes. Mais c’est pas gagné smiley


          • the clone the clone 1er octobre 09:11

            Le Pen n’a pas été conviée a sa mise en bière (c’est le cas de le dire) mais par contre on a vu plusieurs dictateurs Africains comme quoi mieux être un dictateur sanguinaire qu’un opposant politique ....


            • Buzzcocks 1er octobre 09:55

              Pour le sévice nationale, je l’ai fait en 96, en sachant donc qu’il allait disparaitre. Et franchement, qui pouvait encore défendre ce truc ?

              Cabu pastichait le militaire en gros con alcoolique, il n’était pas loin du compte.

              Pendant un an, on se fait chier, à suivre des ordres idiots de petits sergents cons à pleurer, alcoolisés les soirs. 

              Ensuite, le fameux brassage républicain était un mythe total, combien de pistonnés, de réformés avec des médecins de complaisance ? Vous croyez sincèrement que Sarkozy aurait laissé son prince Jean faire trouffion à Bitche ?

              Enfin, ça coutait un bras de loger, nourrir et occuper tous les appelés. J’ai souvenir d’une fois où je devais faire des examens à l’hôpital de Metz. Des appelés viennent me chercher en AX pour m’y conduire, sur l’A31, les mecs ont fait n’importe quoi avec la bagnole. Comme c’était le soir, ils voulaient aller sur un parking de supermarché désert pour faire des dérapages au frein à mains. Je leur ai demandé de me déposer et après ils pouvaient aller faire leurs conneries sans moi. Quand j’étais avec eux, ils poussaient la voiture avec tous les rapports de la boite de vitesse, on était à 70 en première, la voiture gueulait... Bref, durée de vie de l’AX : 3 ans max !!!


              • JL JL 1er octobre 10:06

                @Buzzcocks
                 
                 ’’ franchement, qui pouvait encore défendre ce truc ?’’
                 
                 Ce truc qui n’a plus de sens en effet depuis que notre armée n’a plus de missions autres que les OPEX, à savoir des affaires de colonialistes ; missions qui n’ont plus rien de commun avec la défense nationale, affaire de tous les citoyens.


              • @Buzzcocks
                Je suis entièrement d’accord avec vous (je l’ai également fait en 1996 et vécu les mêmes âneries que vous sur une base aérienne !). Toutefois, le service national a été supprimé pour de mauvaises raisons (abandon de la citoyenneté) et non pour les bonnes que vous décrivez avec lucidité...


              • kirios 1er octobre 11:26

                totalement d’accord sur l’ensemble de l’article ; une remarque cependant :

                « La mort d’un homme est toujours tragique. »non , pas dans le cas de Chirac : il est mort après avoir vécu normalement ; son décès est naturel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès