• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retraites en Russie et en France - Bref scoop des médias français vite (...)

Retraites en Russie et en France - Bref scoop des médias français vite étouffé

L'allongement de la durée de travail requise avant le retraite est un sujet sensible dans de nombreux pays. Mais avant tout, que ce soit bien clair : Il ne s'agit absolument pas ici de défendre l'augmentation de l'âge de la retraite comme une solution viable et juste, surtout lorsque le chômage de masse vient à être considéré comme une soi-disant fatalité dans de nombreux pays d'Europe (ou encore pire : comme la conséquence de la fainéantise d'un peuple, selon certains qui ne liront de toute façon pas cet article...).

 

Avant-propos

L'Europe semble se présenter actuellement comme militante pour le retour de la retraite tardive. Pourtant, même en raisonnant "en économe", on peut facilement penser que, plutôt que de créer de faux emplois de dissimulation, eux aussi bien couteux, et de distribuer du RSA en masse en conséquence du chômage, il serait plus juste pour tous de conserver un âge de la retraite peu avancé. On n'empêchera jamais personne de "travailler volontairement" pendant sa retraite ! Cette obsession visant à repousser l'âge de la retraite (et à prétendre gérer les caisses de retraite comme un budget autonome distinct des autres prestations sociales) reste un mystère, surtout quand on voit les raisons avancées. Enfin, sauf si on réfléchit un peu, mais nous y reviendrons plus tard.

Le cas de la Russie - Un non-dit qui transpire la désinformation !

Ceux qui ont lu la presse papier si habituée a traquer les scoops anti-Poutine ont pu comprendre uniquement ceci : En Russie l'âge de la retraite va être augmenté de huit ans dans le pire des cas (avec variantes selon les situations), et ceci... immédiatement ! Or il s'agit là d'une telle imprécision qu'on peut considérer qu'il s'agit d'un véritable mensonge : En réalité, si rien n'est changé dans la réforme d'ici vingt ans, la dite augmentation, très progressive, n'aura atteint le nombre d'années annoncées que dans ces mêmes vingt ans ! Qui oserait aujourd'hui s'engager à si long terme en France ! On peut bien sur critiquer la réforme russe mais une différence notable existe par rapport à chez nous : L'hypocrisie et la lâcheté du gouvernement ne sont pas ici au rendez-vous en Russie. Les gens sont prévenus à très long terme, sachant qu'en vingt ans des corrections sont toujours possibles. Mais il est plus facile pour les journalistes français de cacher la progressivité de la réforme (6 mois de plus chaque année) pour pouvoir nous effrayer avec les calculs d'espérance de vie actuels présentés pour la Russie, alors que les calculs d'espérance de vie ont par définition au moins 15 ans de retard [1] et qu'on parle d'une réforme pleinement effective dans 20 ans !

 

Ah, l'espérance de vie

Les Russes mourraient à 60 ans alors que nous devrions tous être centenaires bientôt en Europe. Qui croit encore à cette fable ? Probablement les lecteurs assidus du Monde, de Libé, de l'Obs, du Figaro et autres... Pourtant il est déjà facile de trouver auprès de sources sérieuses des statistiques montrant un début de régression de l'espérance de vie en France [2], ce qui signifie que celle des français encore jeunes actuellement a déjà drastiquement baissé. Pas étonnant quand on voit l'état de nombreux adolescents sujets à diverses pathologies liées à la malbouffe, à la sur-bouffe et à la chimico-bouffe, même au sein de la classe moyenne. Si la Russie n'est pas à l'abri de la malbouffe et des autres choses toxiques, quiconque y a voyagé remarquera que les jeunes ne sont pas plus touchés, ni par l'obésité et les pathologies associées, ni par les allergies alimentaires, ni pour autant par des quelconques carences ou par la sous-nutrition (car je devine déjà les allusions de certains), tout en ayant le train de vie de pas mal de jeunes du "monde libre" (avec parfois les défauts qui vont avec). Ils bénéficient de soins médicaux normaux, même si on peut trouver des situations de défaut de prise en charge, tout comme en France. Quant à l'espérance de vie en Russie calculée d'après l'âge de décès des générations précédentes, elle s'explique facilement par la débâcle des années 90 (pauvreté, malnutrition, travail complétement dérèglementé, ruine du foyer, engendrant suicides et autres attitudes délétères), et peut-être aussi par le nombre abondant de vieux fumeurs compulsifs. Il est facile de voir en traversant le pays (comme je le fais pour la quinzième fois alors que j'écris cet article) que tout ceci va en s'améliorant à grande vitesse, avec ou sans sanctions. Il semble donc tout à fait réaliste de considérer que la vraie espérance de vie, autrement dit celle des jeunes russes actuels, va tendre vers celle des français ayant aujourd'hui la quarantaine : Ceux qui, tout en ayant bénéficié des progrès de la médecine, du travail moins pénible et de la diversification alimentaire, n'ont pas encore complétement adopté le mode de vie "soda-chips-mars-fauteuil-télé", même s'ils s'en approchent pour certains. Les russes abondamment grignoteurs de sucreries restent tout de même souvent plus traditionnels dans leur gourmandise. On peut aussi supposer que les jeunes russes actuels ne finiront pas leur vie trop tôt dans une guerre civile. Pour les jeunes français et même pour les moins jeunes, je n'en suis pas sur. Si les russes sont aussi râleurs que les français et se critiquent aussi les uns les autres, on ne perçoit cependant plus dans la société de situation de pré-conflits de grande envergure liée a des postures revendicatrices et conquérantes de masses dénommés souvent "minorités", organisées et formalisées, en dehors des seuls partis politiques. Je fais en effet ici allusion à ces fameuses minorités revendiquant une différence (soit culturelle, soit ethnique, soit insignifiante, soit fraichement inventée pour la circonstance, ou simplement et bêtement naturelle) par rapport au reste de la société, afin de s'arroger le droit de lui imposer ses particularités ou de lui demander arbitrairement réparation. Par ailleurs, si la Russie est diversifiée religieusement et ethniquement, comme beaucoup aiment le rappeler, cette diversification est régionale, historique, et stabilisée (a l'exception du Daghestan). Ca n'a rien à voir avec le cas de la France et même de l'Europe où les possibles troubles à venir pourraient impacter les calculs de l'espérance de vie.

 

Que disent les premiers intéressés, et la situation actuelle

Une réforme sur l'augmentation de l'âge de la retraite n'est jamais populaire dans aucun pays. C'est pourquoi, lors de discussions avec des russes ayant entre 30 et 50 ans, le meilleur moyen d'évaluer le degré de désapprobation est de leur faire part de la version occidentale, en jouant éventuellement le naïf : "Nos médias disent qu'aligner l'âge de votre retraite sur le nôtre ne vous permettra pas d'en profiter car vous mourrez avant alors que nous allons bientôt vivre tous centenaires en Europe". En général ça provoque un éclat de rire et les interviewés relativisent eux-mêmes. Car la principale cause de désapprobation n'est pas l'espérance de vie. Pour le comprendre il faut d'abord savoir qu'en Russie il n'y a pas de limitation empêchant de toucher une pleine retraite lorsqu'on continue volontairement une activité salariée. J'entends déjà les rires moqueurs de ceux qui avanceront que les retraités sont bien obligés de trouver des petits boulots pour survivre en complétant leur pension de retraite misérable. Pourtant, non seulement ces moqueurs sont encore en retard de quinze ans [3], mais surtout les interrogées principales sur la question du complément de revenus étaient deux femmes russes du Nord ayant une situation tout a fait correcte [4], alors que la plus âgée ne se voyait simplement pas arrêter de travailler si tôt (50 ans dans son cas). Le seul désagrément pour elle était donc la perte d'une année de cumul retraite-travail. La manière dont les revenus des russes sont évalués et directement convertis pour nous être présentés mérite par ailleurs quelques commentaires [5]. Quant aux objections de ceux qui sont déjà retraités, elles m'ont rappelé avec nostalgie la candeur de mes premiers collègues de travail qui calculaient leurs "points de retraite" alors qu'ils avaient encore 25 ans, croyant ainsi en une stabilité infaillible de la dernière réforme du moment. Ainsi je pouvais entendre d'un retraité russe : "Tu te rends compte, mes petits enfants vont devoir travailler jusqu'à 63 ans !". Car c'est en effet de 63 et de 65 ans dont on parle, respectivement pour les femmes et les hommes, quasiment les mêmes ages de départ en retraite qu'en France aujourd'hui (alors que celui s'appliquant actuellement en Russie ferait rêver plus d'un français : 54 ans pour les hommes au Nord). Une question me vient alors : Comment peut-on imaginer être capable de prédire ainsi ce qui se passera dans quarante ans, sinon en croyant en une stabilité inégalée de son pays ? J'ai même rencontré cette assurance tranquille envers l'avenir auprès d'un authentique « social-libéral » russe à la façon européenne (toujours critique envers le gouvernement et intarissable en descriptions apocalyptiques) qui commençait déjà des travaux en prévision du mariage de son fils âgé de quatre ans, avec la certitude que celui-ci n'aurait même pas le besoin ni l'envie de changer de ville pour travailler !

 

Ces "milliers de russes" qui manifestent

C'était aussi au programme des médias français : Les milliers de russes qui manifestent... Et surtout il fallait absolument caser le fameux Navalny, le récupérateur universel de toutes les causes - y compris les incendies de centres commerciaux - à chaque fois présenté comme "l'opposant", car il n'y en aurait pas d'autres. Encore plus qu'une approximation et même une escroquerie [6]. Bien sur, on comprend que quasiment tous les partis d'opposition soient contre la reforme, même les plus représentatifs. En revanche, pour ce qui est du nombre de manifestants, c'est autre chose. En dépit des efforts déployés par les organisateurs, le nombre de participants réellement mobilisés fut peu impressionant [7]. A l'échelle de la Russie ce n'est vraiment pas une performance. Désapprobation il y a, certes, mais pour la révolution on repassera. Il est aussi intéressant de remarquer que, parmi mes interlocuteurs, celui qui voulait absolument faire passer son pays pour l'enfer sur Terre était le plus riche de tous, tout à fait aisé (plus riche que moi en tout cas). Ses remarques sur le niveau des pensions de retraite étaient exclusivement liées au fait que si en Russie on cotise peu pour la retraite même en ayant des revenus confortables, la pension touchée est logiquement en conséquence : On touche la retraite de base, libre aux plus aisés de cotiser à un organisme complémentaire. Mais partout dans le monde il y a des gens pas si malheureux que ça qui veulent le beurre et l'argent du beurre, alors que les chauffeurs de taxis (pourtant pas une classe privilégiée en Russie) ne supporteraient même pas qu'un étranger émette des critiques sur leur pays et sur la société en leur donnant des leçons !

 

Que peut-on finalement reprocher à cette réforme ?

Si cette reforme est définitivement votée sans modifications, ce qu'on pourra lui reprocher est très simple : Copier une bêtise de l'Europe de l'Ouest, ce fameux "monde libre" qui passe son temps à vouloir éduquer la Russie. C'est peut-être pour cela que l'emballement initial de la presse française conventionnelle s'est rapidement modéré, car ça aurait pu faire réfléchir beaucoup de français d'une manière non attendue. Qu'on nous apprenne donc qu'il faudra bientôt travailler jusqu'à 70 ans, et le "monde libre" aura perdu encore un de ses maigres arguments lui restant quant à ses avantages comparatifs. Car il faut en effet garder à l'esprit le fait que les salariés de plus de soixante cinq ans, qui seront quasiment tous licenciés, resteront ainsi au chômage pendant leurs cinq dernières années de vie active. Sérieuse décote à la clé ! Là seront les réelles « économies » pour les caisses de retraites françaises : Tout un paquet de gens au minimum vital, même après quarante ans de cotisations. Comme en Russie mais... celle des années 90 !

 

[1] Méthode de calcul de l'espérance de vie :
https://blog.sciencesetavenir.fr/statistique/statistique/comment-calculer-lesperance-de-vie/
(Exposition de la méthode mathématique qui exige un total recul par rapport aux générations ayant vécues)

[2] Espérance de vie en France :
L'espérance de vie sans incapacité (ESVI) avait déjà commencé à décliner en 2006 et a chuté d'environ un an de 2008 à 2010 : l'EVSI est de 61.9 ans pour les hommes et 63.5 ans pour les femmes (même source que [1]).
L'espérance de vie « tout court » baisse aussi : https://reporterre.net/La-vraie-raison-de-la-diminution-de-la-duree-de-vie

[3] Augmentation des pensions de retraites en Russie depuis 2000 : http://www.iris-france.org/104527-presidentielle-russe-leconomie-eclipsee-par-la-politique-etrangere/ (vers le milieu de l'article, un facteur de 3,6 pour les retraites depuis 2000).

[4] Situation d'un retraité russe moyen : J'ai obtenu la parfaite confirmation de ce que l'intervenant de cette vidéo détaille : https://youtu.be/5WB40Q3MCe0?t=3m4s . Un couple de retraités ayant tous deux travaillé, mais dont les pensions sont parmi les plus basses, peut tout de même vivre tranquillement et même « mettre de côté ».

[5] Si on peut reprocher à l'intervenant de la vidéo [4] de ne pas prendre en compte le pire cas pour la pension de retraite, c'est largement compensé par le fait que pour évaluer le niveau de vie équivalent en France il ne faut pas seulement convertir en euros mais ensuite multiplier par trois ce qu'il reste pour la vie courante ! (Pour Saint-Pétersbourg : 2.5, exception pour Moscou : Tout y est aussi cher qu'en France). Ainsi, par exemple, 200 euros net de charges et de loyer dans une grande ville de province permettent d'assurer un train de vie similaire a 600 euros net de charges, de loyer et de taxe d'habitation, en France. (La taxe d'habitation n'existe pas en Russie et c'est même difficile d'expliquer qu'il existe une taxe qu'on paye rien que pour avoir le droit d'habiter son logement ou celui qu'on loue).

[6] Les principaux partis d'opposition en Russie sont les communistes et un parti nationaliste, n'ayant tous rien à voir avec Navalny dont la dite popularité est toute relative : https://www.youtube.com/watch?v=mt9u8lIe-2Y .

[7] Nombre de manifestants : De la part des médias français, impossible d'obtenir autre chose que "plusieurs milliers" et "dans 39 villes". Plusieurs milliers signifiant qu'on ne dépasse pas 10,000, on peut considérer que c'est un bide.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 19 juillet 09:35

    Bonjour, V_Parlier

    Deux choses :

    En France également, les reports d’âge de la retraite se font de manière progressive. C’est le cas dans la plupart des pays démocratiques qui réforment l’âge minimal de départ.

    Sauf à avoir mal lu votre article, vous n’avez pas mentionné que Poutine a annoncé cette mesure le jour de l’ouverture de la Coupe du Monde, en escomptant qu’elle passe assez largement inaperçue et que la réaction soit le plus limitée possible. Ce procédé ne le différencie pas de ses collègues occidentaux en termes de pratiques faux-cul visant à masquer les mesures impopulaires !


    • troletbuse troletbuse 19 juillet 09:59

      @Fergus
      Toujours modérateur macronien ? smiley


    • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 10:02

      @Fergus

      Le procédé du choix « judicieux » de la date ne le différencie pas de ses collègues occidentaux, je vous l’accorde. (Et c’est une mesure que je désapprouve). Mais en général ça ne marche de toutes façons pas quand la mesure est trop impopulaire. Je maintiens toutefois que ce n’est plus aujourd’hui qu’en Europe on planifiera la mise en place de tout type de réforme étalée sur 20 ans. Et pourtant ça aurait été bien plus juste dans divers cas, pas seulement pour les régimes de retraites (n’étant d’ailleurs pas toujours équitables, donc pouvant être modifiés) ni seulement pour les mesures impopulaires.

      Exemples tout bêtes qui me viennent à l’esprit : Le va-et-viens des 35 heures « vite fait » (déjà pas appliquées à tout le monde) qui a finalement « permis » de revenir à plus que 35 heures, au point que dans une même boite vous pouvez avoir des gens qui sont à 35, d’autres à plus, sans que la différence de salaire aille forcément dans le même sens. Un autre : quitte à autoriser la concurrence low-cost contre les taxis, une diminution du prix de la licence étalé sur 10 ans jusqu’à disparition aurait limité la casse. Ca faisait déjà 10 ans qu’on savait que le problème allait se poser et que le « marché sacré et libre » aurait le dessus. Et les changements de régimes fiscaux au bon vouloir, là c’est carrément le jeu de hasard : Selon la circonstance de chacun, gagnera ou perdra cette année... Bref, je mettais ici l’accent sur la stabilité nécessaire à une relative confiance des citoyens.

      Le but du message principal, quant à lui, est de faire remarquer que si nos médias reprochent à la Russie de nous copier ils vont finir par s’emmêler les pinceaux ! smiley


    • Alren Alren 19 juillet 12:56
      @V_Parlier

      Le but du message principal, quant à lui, est de faire remarquer que si nos médias reprochent à la Russie de nous copier ils vont finir par s’emmêler les pinceaux !

      C’est pourtant bien une copie stupide des pays capitalistes, arriérés mentalement, que d’augmenter l’âge du départ en retraite !

      La question centrale, fondamentale, est : les actifs peuvent-ils satisfaire les besoins de l’ensemble de la population. Et la réponse est : de mieux en mieux grâce au progrès technique, à de nouvelles inventions, aux machines automatiques et aux robots.
      Le temps de fabrication des appareils de toutes sortes, des montres aux avions de ligne ne cesse de baisser et de nécessiter moins d’énergie et de personnes pour une production qui n’est limitée que par la demande, saturée par l’offre. Beaucoup d’usines, d’ateliers, d’artisans ne tournent pas au maximum de leurs capacités.

      Et dans vingt ans ? Il est clair que ces progrès auront continué et que les actifs pourront en proportion être moins nombreux que les inactifs, tout en produisant suffisamment pour tous.

      Donc « l’affolement » sur le nombre de personnes âgées relativement aux nombre de personnes actives n’est absolument pas justifié. L’allongement de la durée du travail n’a d’autre but que de créer un volant de chômeurs qui permet de maintenir de bas salaires et d’augmenter ainsi les profits du capital.

      Mais cela a un coût pour la société car le travail fatigue et rend malade d’autant plus que l’on dépasse la soixantaine. C’est sans doute une des causes majeures de la diminution de l’espérance de vie à laquelle on assiste actuellement en France.

      Longtemps, avec les patrons et les moines, les instituteurs ont eu une espérance de vie supérieure à la moyenne. L’explication : ils partaient à la retraite à 55 ans, dix ans de moins que les autres salariés.
      Maintenant qu’ils doivent travailler jusqu’à soixante ans, soyons assurés qu’ils verront leur longévité baisser.

    • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 14:05

      @Alren

      "L’allongement de la durée du travail n’a d’autre but que de créer un volant de chômeurs qui permet de maintenir de bas salaires et d’augmenter ainsi les profits du capital".
      -> Là-dessus nous sommes bien d’accord. La retraite peu tardive est d’ailleurs à mes yeux la seule manière juste d’équilibrer le ratio actifs-inactifs. Toutes les autres méthodes sont injustes, qu’elles soient libérales ou socialistes car il y aura toujours des dindons de la farce quelque part.

      Après il faut quand même rester réaliste : Toucher mensuellement en retraite plus que ce qu’on a gagné comme salaire la plupart de sa vie, ça ne peut pas marcher non plus. (S’il y a matière à travailler c’est plutôt là, plutôt que de n’envoyer que des mourants en retraite).

      (PS : Les moines ne sont jamais en retraite. Ils ont un mode de vie régulier et sain, mais aussi très modeste si ce sont des vrais moines)

    • Fergus Fergus 19 juillet 20:18

      Bonsoir, troletbuse

      Votre tropisme anti-Macron vous fait dire n’importe quoi ! Je n’ai pas cité Macron dans mon commentaire, mais les pays occidentaux qui se sont engagés dans des réformes de même type. Quant à l’étalement du report, c’est toujours le cas, et cela l’a été chez nous avant même que Macron soit connu de quiconque !


    • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 20 juillet 07:18

      @Alren

      En 1976 pour le bicentenaire des USA une étude avait été publiée là-bas qui prévoyait qu’en l’an 2000 4% de la population suffirait à faire fonctionner le pays.
      On en est encore loin mais on y tend.

    • nodrygo 20 juillet 08:09

      @Alren
      Tout à fait d’accord mais à condition que l’on réussisse à mettre en place une meilleure distribution des richesses ce qui est loin d’être le cas en y ajoutant la taxation du travail des robots


    • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 09:07

      @yapadekkoaqba

      "En 1976 pour le bicentenaire des USA une étude avait été publiée là-bas qui prévoyait qu’en l’an 2000 4% de la population suffirait à faire fonctionner le pays« 
      -> Ils avaient probablement surestimé le nombre de Chinois en l’an 2000...
      (4%, franchement... les »études américaines"...)

    • Paul Leleu 20 juillet 12:39

      @Fergus


      Poutine montre qu’il n’est qu’un capitaliste, au service du capital... ce sont les limites de la « géopolitique » en politique... 

      De même en France, si nous sortons de l’UE, rien ne nous garantit des mesures sociales intéressantes pour le peuple. 

      Les partisans du souverainisme ont malheureusement trop tendance à mettre ces questions sous le tapis (un flou étrange)... tandis que les partisans de la question sociale négligent trop la géopolitique et le souverainisme. 

    • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 20 juillet 13:29

      @V_Parlier

      En 1976 voir l’an 2000 restait du domaine de la scienc fiction voire de l’utopie ; aujourd’hui parler de l’horizon 2040/2050 est habituel ,même 2100 semble proche et réaliste. C’est que tout va plus vite !
      Dans l’étude en question il devait s’agir des fonctions vitales du pays en excluant le superflu.

    • Doume65 20 juillet 19:11

      @Fergus

      « Je n’ai pas cité Macron dans mon commentaire »
      Oui mais comment dire ? Ça transpire la pensée complexe macronnienne.

    • cassini 19 juillet 09:42
      Comment ne pas approuver le président Poutine ? Voilà un homme d’état. 
      Les hommes en Russie partaient en retraite à 60 ans et les femmes à 55. Le président Poutine entend porter ces âges à 63 et 65 ans. 

      Commençons par saluer le resserrement des âges entre hommes et femmes, encore qu’ils’agisse d’une mesure trop timide. Au nom de l’égalité des sexes nous avons en France le même âge pour tout le monde, ce qui est encore abusif : quand un sexe vit en moyenne plus longtemps, il se fait ainsi financer par l’autre. 

      Ensuite et surtout, nous voyons la différence entre un pays occidental veule et en définitive incapable, où chacun espère travailler le moins longtemps possible et s’offrir ensuite trente à quarante ans aux crochets des actifs, et une vraie nation puissamment guidée par un chef digne de ce nom. La retraite n’est pas un départ en vacances : c’est la pension accordée par humanité lorsque réellement le corps ne peut plus assumer un travail suffisant. Il n’y a aucune raison de la donner significativement longtemps avant la mort, ce que le président Poutine a parfaitement compris. Il donne l’exemple en travaillant toujours à 65 ans, et ne montre aucun signe de vouloir déserter le poste où il alterne dix ans de présidence, cinq ans de primoministériat, et ainsi de suite. 

      Le président Poutine sait très bien qu’il ne supprimera pas la charge des retraites en alignant l’âge de la cessation d’activité avec celui de la mort : le second n’est qu’une moyenne que beaucoup parviennent à dépasser, tandis que ceux qui ne l’atteignent pas sont un manque à gagner pour les caisses de retraite. Cependant, le président Poutine fait au mieux et ses concitoyens lui en sont unanimement reconnaissants, si l’on excepte les « Russes » stipendiés par des agences occidentales pour aller défiler contre les intérêts de leur patrie. 

      • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 10:14

        @cassini

        Votre position se défendrait à la rigueur si on avait la garantie que des licenciés de 60 ans puissent facilement retrouver un emploi. En Europe on voit déjà le topo dès la cinquantaine, alors... Quant à l’espérance de vie qui nous attend, ça va pas être la joie.

        Notez que même si je suis toujours très acerbe vis-à-vis de certains éternels critiqueurs « russes » paradoxalement favorisés (comme j’en fais part dans l’article) et qui se cherchent d’ailleurs entre « libéralisme » et « social » en essayant de m’enfumer (façon Ouest) ou sans savoir de quoi ils parlent, il me semble que vous en rajoutez un peu. Un communiqué officiel de Poutine lui-même aurait été bien plus mesuré. smiley

      • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 10:21

        @V_Parlier
        Et j’ajouterais qu’il y a plusieurs manières de moins « vivre aux crochets des actifs ». Par exemple calculer la pension en moyennant les revenus de toute la période active (avec plafond minimum, ça n’empêche pas). Gagner plus en retraite que pendant le travail (ou ce qu’on gagnait juste à la fin) est selon moi une réelle injustice qui serait bien plus à remettre en question que l’âge de départ. Mais comme la plupart des français râleraient on choisit de les enfumer autrement et d’une manière bien plus injuste à mon avis. (En Russie, comme je l’ai écrit, ce problème ne se pose pas puisque la retraite de base n’est pas calculée ainsi. Celui qui veut plus choisit de cotiser plus pour obtenir plus).


      • cassini 19 juillet 11:24

        @V_Parlier


        Votre position se défendrait à la rigueur....

        Vous êtes trop bon, puisque d’évidence je n’ai fait que blaguer tout le mal que vous vous donnez pour justifier chez Poutine ce que nous ne supportons pas ici. 

      • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 11:38

        @cassini

        Vos blagues, surtout ici, sont trop au 14e degré, vous m’excuserez...
        Enfin, pour ce qui est de « ce que nous ne supportons pas ici » il faudrait quelques détails pour que je sois sûr que vous ne prenez pas votre cas pour une généralité...
        (Le but de l’article, je le répète, c’est de remarquer que quand on reproche à son désigné « ennemi » de faire tout mal pour son peuple parce-qu’il se rapproche de notre système, c’est un peu limite comme façon de se mettre en valeur. Surtout quand on prétend déceler des soulèvements de masse dévastateurs).

      • cassini 19 juillet 13:12
        @Parlier

        14e degré...

        Je suis désolé ; je pensais avoir été suffisamment outrancier et indigne pour que mon commentaire ne puisse paraître sérieux. Je serai plus outrancier une autre fois. 

        Je me suis arrangé pour être en retraite à 55 ans. Et si j’avais pu faire mieux, soyez certain...

      • roman_garev 19 juillet 13:20

        @cassini
        « Le président Poutine entend porter ces âges à 63 et 65 ans. »

        Errata. Ce n’est pas Poutine qui l’entend, mais le gouvernement « libéral » de Medvedev.
        Il ne faut pas insinuer que Poutine décide tout dans le pays. Justement à propos de ce projet de loi son porte-parole Peskov a souligné que le Président n’avait rien à voir avec cela.
        La Douma est en train de discuter ce projet de loi dans la première lecture. Elle collecte des conclusions officielles de toutes les régions du pays. Douze régions ont déjà désapprouvé complètement cette initiative. Plusieur ont présenté leurs objections et corrections (et en présenteront davantage, car la discussion dans les régions vient d’être prolongée par la Douma jusqu’au 24 septembre).
        Même si la loi est enfin adoptée par le parlement, le Président peut ne pas la signer. Et ceci paraît assez probable. 


      • cassini 19 juillet 13:30

        @roman_garev


        Très bien, la popularité de Poutine ne souffrira donc pas et Medvedev pourra se brosser pour un second intérim de cinq ans à la présidence. 

      • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 14:07

        @cassini

        Vous écrivez : « Je me suis arrangé pour être en retraite à 55 ans. Et si j’avais pu faire mieux, soyez certain... »
        -> Alors vous feriez mieux de vous taire.

      • roman_garev 19 juillet 15:36

        @cassini

        « Medvedev pourra se brosser pour un second intérim de cinq ans à la présidence ».
        Errata. La situation a changé complètement depuis 2008. Medvedev a moins de chances que vous et moi de devenir le président russe.

      • cassini 19 juillet 15:54

        @V_Parlier


        vous feriez mieux de vous taire

        Oui,mais tout se paie. Je suis parti volontairement avec une pension dont un Russe ne voudrait pas. 

      • Eric F Eric F 19 juillet 21:41

        @V_Parlier
        « Gagner plus en retraite que pendant le travail... » je ne sais pas à quel cas de figure vous faites allusion, car même pour les fonctionnaires dont la retraite est calculée selon les 6 derniers mois de traitement -hors primes- , le taux est de 75%


      • V_Parlier V_Parlier 19 juillet 23:26

        @Eric F
        Mais parfois les six derniers mois de traitement sont justement ceux où votre chef vous place à un poste plus élevé pour vous faire un cadeau juste avant la retraite... L’exemple que je connais personellement (famille) n’est d’ailleurs pas fonctionnaire mais ancien directeur de banque, et il s’étonnait lui-même de gagner plus qu’en activité.


      • nodrygo 20 juillet 08:17

        @V_Parlier
        vous semblez ne pas bien connaître le fonctionnement des régimes de retraites. Pourcentage calculé, dans le secteur privé, sur les 25 meilleures années je peux vous garantir que moi retraité je touche nettement moins qu’à la fin de mon activité


      • nodrygo 20 juillet 08:18
        @nodrygo @V_Parlier
        et j’ajouterais que pour ma femme c’est pire encore

      • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 09:16

        @nodrygo

        Mon exemple est peut-être trop vieux ou spécifique (*) mais c’est l’intéressé lui-même qui m’en avait fait part. Ceci dit je ne trouve pas aberrant qu’on ne touche pas autant qu’à la fin de son activité, tout potentiel retraité futur que je suis (dans 15.. ou 20 ans peut-être ?).

        (*) Il y a tellement de régimes et de caisses de retraites différentes dans le privé selon les secteurs d’activités et même le niveau hiérarchique...

      • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 09:20

        @V_Parlier
        (Mais j’entends bien que les 6 derniers mois ça ne s’applique pas dans le privé)


      • Eric F Eric F 20 juillet 11:08

        @V_Parlier
        Pour un fonctionnaire, même avec une promo de dernière minute, le « taux de remplacement » est 75% des 6 derniers mois hors prime, donc sensiblement inférieur au dernier salaire+prime. Pour le privé (dont je fais partie), la période de référence est bien plus longue. De manière générale, le taux incluant les complémentaires a progressivement baissé ces dernières années au fil des réformes successives depuis celle de Balladur, si bien que Macron avec la hausse de la CSG a fait payer aux retraités récents et futurs les avantages des générations antérieures


      • Eric F Eric F 20 juillet 12:34
        @V_Parlier
        Le cas d’un « ancien directeur de banque » est certainement très spécifique, l’argent va à l’argent, il y a sans doute des caisses surcomplémentaires, sans compter les fonds de placement ...alimentés au détriment des épargnants.

      • Doume65 21 juillet 12:29

        @cassini

        « je n’ai fait que blaguer »
        Oui, mais ça ressemble tellement à ce que peuvent vraiment penser tant de gens que même pour un esprit attentif, ça sonne vrai. Donc, en effet, la prochaine fois, il vaudra mieux forcer le trait.

      • Luniterre 21 juillet 15:21

        @roman_garev


        On voudrait bien le croire, mais cela manque terriblement de cohérence...

        S’il y avait véritablement un tel désaccord entre Poutine et Medvedev sur un sujet aussi important, on voit mal pourquoi il l’aurait repris comme chef du gouvernement...

        A moins de réduire Poutine à un rôle extrêmement secondaire, genre « figure de proue », ce qui serait assez paradoxal...




        Luniterre





      • Luniterre 21 juillet 16:15
         De plus, l’auteur, V_Parlier, spécule ici sur le fait que l’espérance de vie pourrait s’allonger en Russie dans les années à venir, comme c’était encore le cas en Occident jusqu’à une époque récente.

        Il admet, pour l’Occident, une inversion probable, et même déjà en cours, de cette tendance.

        Malheureusement, rien n’indique qu’il en aille autrement en Russie.

        La crise économique et sociale touche tous les pays, même si les causes politiques immédiates sont fonctions, précisément, de leurs contradictions, et peuvent paraitre différentes. Elles ne le sont que formellement.

        Le modèle social et les causes sociétales qui en découlent ne sont pas à ce point différentes.

        Le « duo » Medvedev-Poutine tente bien aussi de spéculer, dans sa communication, sur un décalage hypothétique entre application de la réforme et allongement de la durée de vie, mais là encore, le message ne passe pas vraiment...

        « Des milliers de manifestants », c’est aussi ce que dit l’article de RT France, dont il a emprunté la photo-titre, du reste !!

        Dans le contexte « Coupe du Monde », ce n’est certes pas un raz-de-marée, mais ce n’est pas non plus un « bide », comme il le prétend...

        A tous points de vue, la situation peut encore évoluer d’ici le vote en deuxième lecture, et c’est à souhaiter, de toutes façons, dans un sens positif, tant qu’à faire !

        Luniterre

      • Eric F Eric F 22 juillet 10:13

        @Luniterre
        le plus probable est que les espérances de vie « convergent », celle des pays ex-développés stagnent ou se tassent, celle des émergents augmente.


      • V_Parlier V_Parlier 25 juillet 14:39

        @Eric F
        Exactement, et c’est bien là que je voulais en venir. Sauf si les « montants » se donnent la peine de regarder dans quels pièges sont tombés les « descendants » pour ne pas commettre les mêmes erreurs. Mais ça, ça dépendra d’eux.


      • V_Parlier V_Parlier 25 juillet 14:41

        @Luniterre
        En tout cas la réponse de Poutine est aujourd’hui assez claire : http://www.rfi.fr/europe/20180720-russie-poutine-contre-actuel-projet-retraites .


      • bob14 bob14 19 juillet 09:56

        Tous les peuples sont hélas gouvernés par des « glands » qui ne pensent qu’à faire de l’argent sur leur dos...et le pire et de voir une partie de ces peupes soutenir ces glands... smiley


        • Paul Leleu 20 juillet 12:43

          @bob14


          qu’espérer ? ...sinon la révolution communiste, qui n’est que l’autre nom de la démocratie civile et sociale ? ... mais ça représente un sacré chemin 

        • arioul arioul 19 juillet 11:09

          A quoi sert cette comparaison avec la Russie . Ce qui préoccupe les français , c’est l’état de notre système de retraite et son avenir , et pas celui des Russes fut il meilleur que le notre. En France on a la maladie de toujours aller voir ailleurs . Notre système social était bon , seulement les requins financiers veulent se l’accaparer parce qu’il génère des milliards d’Euros. Ce qu’il faut se demander , c’est si les Français veulent réellement se battre pour le conserver.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès