• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Salariés congédiés = Profits plus élevés !

Salariés congédiés = Profits plus élevés !

Récemment, notre webmagazine indiquait qu’année après année les milliardaires du monde entier (notamment ceux du CAC 40 en France) empochent des profits mirobolants pendant que le chômage sévit lourdement (1).

 

Le paradoxe des salariés congédiés et des profits plus élevés.

En 2016, dans le monde, 1 700 milliards de dollars de dividendes ont été versés aux actionnaires. En 2016, 55,7 milliards d’euros ont été distribués en dividendes aux actionnaires du CAC 40. À contrechamp, en deux ans, en France, 407 usines ont été fermées (2014-2015), hécatombe qui rempile sur la destruction de 1,4 million d’emplois en 25 ans dans l’hexagone. Aujourd’hui, la France compte 6 612 700 chômeurs et travailleurs occasionnels précarisés, auxquels il faut ajouter 4 800 000 chômeurs invisibles qui ne sont pas comptabilisés dans les statistiques officielles (2). La situation est analogue dans la plupart des pays industrialisés dominants.

Paradoxal puisque les profits proviennent de la plus-value, la portion non payée du travail salarié. Moins de travail salarié aurait généré plus de plus-value et des profits plus élevés, comment l’expliquer ? Comment une production marchande déclinante peut-elle générer des profits en croissance ? Comment décrypter ce paradoxe ?

 

Hausse de productivité.

Si moins de temps de travail salarié a permis de produire globalement plus de plus-value (valeur ajoutée) et de générer des profits accrus au total, c’est que l’intensité du travail s’est accrue. Chaque prolétaire a produit en moyenne davantage d'items en moins de temps ce qui fait que moins de salaires engagés (capital variable ou Cv) a généré plus de valeur ajoutée et de valeur marchande commercialisée, chaque item valant moins d'argent cependant. En ce qui concerne la productivité, la France se situe dans le peloton de tête au niveau mondial. Avec des salariés qui rapportent 54,8 €/heure, la France est loin devant la moyenne européenne de 43,9 €/heure…et même devant l’Allemagne à 53,4€/heure. Le Canada se compare aux valeurs supérieures des pays européens (3).

Cependant, ces hausses de productivités ont un cout. D’abord, cette exploitation plus intensive de la main-d’œuvre entraine des couts plus élevés de reproduction de la force de travail ce que confirme la comparaison des salaires entre les pays de l’Union européenne. Dans l’UE, le cout du travail était, en 2011, pour les entreprises de plus de 10 salariés, de 23,1 euros de l’heure, avec de fortes disparités : de 3,5 € en Bulgarie à 44,2 euros en Norvège. Avec 34,2 euros de l’heure en moyenne, la France est dans le groupe de pays au « cout » du travail salarié élevé (4). Donc, une productivité plus élevée entraine des salaires plus élevés pour chaque ouvrier engagé quoique moins élevé par unité de marchandise commercialisée. Ce que Marx avait subodoré en affirmant que ce sont les productivités faibles qui entrainent des salaires plus élevés par unité de marchandise commercialisée. Suzanne Berger donne l'exemple du fabricant de lunette italien « Luxottica ». Elle compare les frais de production de trois usines (…) dans différents pays. Elle remarque que le cout de deux verres dans une usine chinoise est de 2,63 dollars, en Irlande de l'ordre de 2,49 dollars alors qu'en Italie avec un salariat plus couteux, le cout des verres n'est que de 1,20 dollar (5).

Conclusion, dans cet exemple c’est en Chine que les couts salariaux sont plus élevés comparer aux salaires pratiqués en France, en Irlande et en Italie. À la lumière de ces révélations doit-on croire les théoriciens de la délocalisation industrielle, de l’Europe et d’Amérique du Nord, vers les pays « émergents » aux salaires apparemment plus élevés ? Oui, mais en y apportant un complément d’information. Ces délocalisations ont lieu parce que les entreprises impérialistes occidentales qui délocalisent transfèrent avec elles leurs technologies de pointe à forte productivité. Contrairement à l'exemple Luxottica, généralement, l’ouvrier chinois ou indien formé, mécanisé, et mal payé est, pour un temps du moins, aussi productif que l’ouvrier occidental, le temps qu’il se mette lui aussi à réclamer des salaires lui permettant d’assurer la reproduction élargie de sa force de travail bien formée et surexploitée. Pas surprenant que la Chine soit confrontée à l'agitation ouvrière et aux grèves.

 

La part des salaires dans la valeur des marchandises.

Incidemment, un économiste comme Thomas Piketty pourrait rétorquer que la part du travail salarié dans le prix d’un produit fini est très faible. Dans l’automobile, la part du cout des salaires dans le prix d’un véhicule pour l’entreprise finale qui l’assemble et le commercialise est de 10% dit-on. Cette statistique est incomplète. C’est comme si on ne calculait, pour fixer le prix de vente d’un véhicule, que les couts du travail de finition oubliant les intrants et le travail en amont. Ainsi, le prix de chaque composant automobile inclut une part de salaire et une part de moyens de production, comprenant l’amortissement de la machinerie de plus en plus sophistiquée et couteuse, donc gorgée de salaires ouvriers. Pour calculer la part des salaires dans le prix final d’un véhicule il faut cumuler les salaires des mineurs, des cheminots, des fondeurs, des débardeurs, des soudeurs, des lamineurs jusqu’aux assembleurs, et tous les autres salariés qui participent à la transformation des intrants, y compris la fabrication des machines-outils robotisées qui ne font que transférer leur valeur (capital variable et capital constant) dans chaque unité de marchandise produite et commercialisée.

Incidemment, une hausse de productivité dans une quelconque étape du processus de fabrication se répercute dans l’ensemble de la chaine de production et bénéficie à tous les capitalistes de la chaine de production. C’est cela la « solidarité » capitaliste qui pourtant ne parvient pas à tuer la concurrence entre les chacals de la finance.

 

Surproduction et accumulation des invendus.

Cependant, le propre d’une innovation technologique est de se répandre dans l’ensemble d’un secteur industriel et/ou commercial si bien que cette productivité plus élevée devient bientôt la norme universalisée. Un peu comme la plus performante des ouvrières du textile, rémunérée à la pièce, fait monter la norme moyenne dans l’ensemble de l’atelier. Ces hausses de productivité recèlent une intensification de l’exploitation du travail salarié et les augmentations de profits s’expliquent par une diminution des couts de production. Au bout du processus, le salaire moyen stagne alors que les effectifs salariés diminuent compensés par une machinerie sophistiquée – robotisée – mais couteuse en salaire cumulé cristallisé. La production totale augmente (en valeur) alors que le cout de revient unitaire diminue et que la composition organique du capital augmente (du temps de travail cristallisé), les profits augmentent globalement, mais pas nécessairement le taux de profit moyen puisque cet afflue soudain de marchandises - moins coûteuses -, déversées sur un marché atrophié (conséquence d’une masse salariale anémiée) impose une pression supplémentaire à la baisse sur les prix et les taux de profits. À la limite, le capital ne parvient plus à se « réaliser » dirait Marx, à se matérialiser en plus-value et nouveau capital productif susceptible d’être valoriser. C’est l’ensemble du cycle capitalistique qui se trouve enrayé, assurance absolue d’une prochaine crise économique systémique qui serait en cours selon nombre d'économistes (6).

 

Et aux banquiers vous y avez pensé ?

De plus, ces hausses de productivité entrainant momentanément une hausse de profitabilité ne sont valables que pour les entreprises industrielles, du transport et pour les firmes commerciales productrices de plus-value (valeur ajoutée). Les fonds de placement, les banques, les assurances et autres requins de la finance n’ont accès à cette masse de profits amplifiée que de manière détournée, via les marchés boursiers comme nous le verront dans la suite de ce papier. Évidemment, si les financières peuvent réduire leur masse salariale, voilà autant d’argent épargné pour rétribuer le capital emprunté d’où les congédiements massifs dans les secteurs tertiaire et quaternaire bancaires. Cependant, depuis quelque temps, l'intérêt sur épargnes étant décevant, les grandes multinationales industrielles et commerciales font des efforts pour s’autofinancer et s’affranchir de l’emprise des banksteurs spéculateurs ce qui rend l’accaparement de la plus-value industrielle de plus en plus ardue pour les boursicoteurs agités sur les parquets boursiers.

 

Tesla, la grenouille plus grosse que GM !

Banquiers et financiers ne baissent pas les bras pour autant et développent de nouveaux « produits financiers » afin de participer eux aussi à la curée des profits débridés. En avril 2017 l’Agence France Presse (AFP) a publié un communiqué sur la Société automobile Tesla de Californie « Tesla a atteint 51,6 milliards de dollars US (48.7 milliards d’euros) de capitalisation boursière. Ce niveau lui a permis de dépasser le premier constructeur américain General Motors (GM) valorisé à 50,2 milliards de dollars. Si les investisseurs parient sur les nouvelles technologies, cela ne reflète pas le rapport de force entre les deux groupes. En 2016, le Californien a produit 84 000 véhicules pour un chiffre d’affaires de 7 milliards de dollars, contre 10 millions de voitures pour GM et plus de 166 milliards de dollars de revenus. La part de marché de l’entreprise de Détroit est de 17,3% contre 0,2% pour Tesla. » (7)

Sachant que pour produire de la plus-value et des profits il faut produire de la valeur. Sachant que Tesla, capitaliser (endettée) à 7 fois la valeur de ses ventes, a produit pour 7 milliards de dollars de valeur et que GM, capitaliser (endettée) à 33% de la valeur de ses ventes, a produit pour 166 milliards de valeurs quelle entreprise risque de rapporter le plus de dividendes à ses actionnaires ? Il est évidemment possible que GM, qui a produit beaucoup plus de plus-value, distribue moins de dividendes à ses actionnaires, la grande part de ses bénéfices servant à rembourser sa dette, ou encore, que la firme de Détroit préfère conserver des liquidités en prévision d’investissements futurs ou pour parer à une OPA inamicale. Il est cependant évident que Tesla ne pourra assurer un dividende intéressant à partir de ses ventes même s’ils sont en forte croissance. Ce constat étant établi il faut savoir que le rendement n'est qu'un calcul mathématique allant comme suit : montant du dividende, divisé par le niveau du cours de l'action au moment du versement. Le montant du dividende et le cours de l'action influencent donc le rendement. Le dividende peut être fort, et le cours être faible. Si le cours d'un titre chute rapidement, et si le dividende reste fixe, le rendement s'envolera alors même que l’action sera à liquider. Prenons l'exemple d'une société distribuant un dividende de 3 euros. Si l'action cote 96 euros, le rendement sera de 3,125%, soit dans la moyenne. Mais si l'action chute fortement à 57 euros à cause de rumeurs sur l’endettement trop important, le rendement s'envolera à 5,26%. L'entreprise n'y aura toutefois pas gagné en attractivité au contraire et il est à parier que les actionnaires chercheront à se départir du titre faisant chuter son cours. Comment expliquer ce paradoxe boursier où une valeur attractive s’effondre à cause de son attractivité ? Et surtout comment comprendre que des investisseurs participent à ce coup de poker financier risqué ?

 

La Pyramide de Ponzi financière.

Imaginons un grand fonds d’investissement multinational, administrant les fonds de retraite, les assurances et les épargnes de millions d’individus dont les profits mirobolants des CAC 40 que nous avons vus exposés précédemment. Cet argent, qui n’est pas encore du capital productif, du moins tant qu’il n’a pas trouvé à se placer pour se valoriser à travers l’actif financier d’entreprises productives. Ce fonds de placement gorgé d’argent lance donc une opération d’investissement en direction de Tesla, une entreprise prospère, versant un bon dividende, ayant des projets d’expansion et bénéficiant d’une bonne réputation de gestion. Au début, les actions sont acquises à un prix raisonnable, mais plus l’investissement s’accumule plus le prix de l’action grimpe. L’opération savamment publicisée attire l’attention de petits spéculateurs ayant eux aussi des profits en jachère boursière à valoriser, quand ce ne sont pas des investisseurs qui iront jusqu’à emprunter pour acheter de la valeur boursière fictive. Le prix de l’action – indice de sa valeur – du groupe Tesla grimpe en flèche alors qu’aucune valeur ni aucune plus-value n’est produite. Cette activité boursière spéculative fonctionne sur le principe de la Pyramide de Ponzi, chaque nouvel investisseur garantissant la valeur des actifs des investisseurs précédents sous condition du recrutement de l’investisseur subséquent jusqu’au rapport financier suivant où tous se rendent compte que l’action a grimpé, mais que les rendements sont décevants ce qui ne peut aller autrement étant donné le taux d’endettement (700% de la valeur des ventes). S’ensuit un vent de panique où chacun tente de se départir de ses actifs au plus vite alors que personne ne veut acheter des actions plombées d’où l’effondrement de la valeur que les premiers investisseurs qui se sont retirés du marché bien avant le dépôt du bilan peuvent racheter à vils prix sachant que l’entreprise peut rebondir sous un nouveau président. Ou alors, le grand fonds de placement range ses billes et cherche un nouveau placement spéculatif tout aussi lucratif alors que nombre d’investisseurs comptabilisent leurs pertes comme la Caisse de Dépôt du Québec qui décaissa 40 milliards de dollars en 2008 suite à l’arnaque des « subprimes » aux États-Unis. Ainsi, on apprenait en aout 2017 que la firme Amazon, plateforme numérique de services de distribution en ligne valait soudainement plus de 500 milliards de dollars US. Une entreprise qui produit bien peu de plus-value pourtant, mais qui sait capter la plus-value produite par les compagnies productrices lors du processus de commercialisation des marchandises. Tant que le crédit est florissant, l’action des marchands est garantie…après ce sera à vos risques et périls.

 

La concentration inévitable du capital.

C’est ainsi que tout naturellement l’argent s’accumule et se concentre entre quelques mains (2000 milliardaires dans le monde) au sommet de la pyramide bancale du capital, non pas par mauvaise foi de capitalistes inconscients, mais par le fonctionnement mécanique du mode de production capitaliste en phase impérialiste. Le capitaliste financier qui n’appliquerait pas ces méthodes de gestion pour valoriser l’argent dont il a l’administration et en faire du capital « rentable » serait écarter de l’administration des fonds de placement. Les altermondialistes et les gauchistes qui réclament une plus juste distribution de la richesse sociale sont les nouveaux prêtres qui supplient le ciel de venir au secours des naufragés salariés.

 

L’État fétiche.

Face à ce trauma, cette iniquité sociale, la go-gauche réformiste, pleurniche et réclame à cor et à cri l’intervention de l’État de justice (sic). Chaque secte gauchiste, altermondialiste ou réformiste, a sa solution étatique pour mettre fin à ces malversations des riches. Nombreux sont ceux qui cherchent des solutions corporatistes dans le discours des polichinelles politiques et des critiques contre le capitalisme que Mélenchon leur sert à profusion. Sachez qu’Hitler, avant sa nomination en tant que chancelier allemand, déclamait des diatribes virulentes contre les financiers germaniques voraces et le Parti national-socialiste présentait un programme visant à mettre au pas les financiers trop gourmands. On sait ce qu’il en fut une fois élu. Tous les politiciens bourgeois de gauche comme de droite font de telles promesses, y compris Donald Trump.

 

La résistance du prolétariat.

 

Le prolétariat mondial qui a compris qu’aucune solution ne viendra des dieux de la peste du capital, ni de leur état-major politique, répudie ces mascarades électorales opposant la gauche et la droite bourgeoises. Ensuite, le prolétariat poursuit sa guerre de classe là où ça compte vraiment, sur les lieux de travail et dans les quartiers. Il ne compte que sur lui-même pour défendre ses conditions de vie et de travail. Et c’est très bien ainsi. Espérons que les manifestations de la colère en septembre à Paris donneront lieu à des actions plus conséquentes et convaincantes que des parades syndicales dans les rues de France.

 

 

L’ARTICLE EST ACCESSIBLE SUR LE WEBMAGAZINE http://www.les7duquebec.com/7-au-front/salaries-congedies-profits-plus-eleves/

 

NOTES

 

 

QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L'IMPÉRIALISME MODERNE

 

Robert Bibeau


COMMANDER SUR AMAZON https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

Commander la version eBooks

 

En cette époque de tension guerrière meurtrière il faut revoir la politique prolétarienne sur la question des luttes de libération nationale afin de replacer le nationalisme dans une perspective de lutte de classes. La gauche a oublié que le prolétariat n'a pas de patrie et que la lutte pour le droit des bourgeoisies nationales au contrôle politique de leur État national n'entraînera jamais le combat révolutionnaire des prolétaires pour renverser le mode de production capitaliste et pour édifier le mode de production prolétarien. Afin de démontrer cette thèse l'auteur présente et commente six textes d'auteurs marxistes sur les luttes nationalistes.

 

Mars 2017 • 142 pages • 15,5 €

EAN : 9782343114743

 

 


 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 16 septembre 12:47

    Pour le salarié :
    Flexibilité = insécurité
    CQFD .......

    Il y a 30 ou 40 ans l’élément de compensation des fluctuations de ventes c’était le stocks !
    Maintenant c’est la main-d’œuvre .....
    Vive les banquiers ................................... ?


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 septembre 13:15

      @jef88

      « Flexibilité = insécurité
      CQFD ....... »


      vous êtes sûr de ne pas vous être trompé de sigle ?
      Vous vouliez sans doute dire :

      « Flexibilité = insécurité
      CFDT ....... »


      Non ?


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 septembre 16:31

      @jef88


      vOUS AVEZ RAISON MAIS CELA N’A PAS ÉTÉ un changement provoqué par les banquiers. NON 
      Cela a été un changement provoqué par le mode de production industriel capitaliste 

      N’oubliez jamais que la force de travail - la main-d’oeuvre est une marchandise = La plus précieuse des marchandises  et donc l’élément non pas de FLUCTUATIONS COMME vous dites mais D’AJUSTEMENT pour être plus précis c’est aujourd’hui la marchandise = main-d’oeuvre corvéable à volonté et que Macron veut rendre encore plus corvéable s’il était possible.



    • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 septembre 16:32

      @Jeussey de Sourcesûre


      Je seconde 



    • Macondo Macondo 16 septembre 18:38

      C’est assez brillant. Toutes les bonnes choses ayant une fin plus amère, après ce démontage en règle du Capital, ça finit encore et toujours par l’inoxydable : commander sur Amazon. Carrément trop forte la chienlit, mais on s’accroche ...


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 septembre 18:57

        @Macondo


        Quel est votre problème avec les procédés impérialiste de diffusion des marchandise monsieur ???

        S’il existe un revendeur capitaliste-prolétarien- révolutionnaire = je vous prie de me le signaler je vais m’y inscrire.

        Plus sérieusement monsieur je dois vous informer de ceci en excusant votre ignorance 

        SAVEZ-VOUS QUI BOYCOTT SYSTÉMATIQUEMENT MES ÉCRITS - MES LIVRES - ET PASSENT SOUS SILENCE TOUTES LES ACTIVITÉS DES 7DUQUEBEC ???

        La go-gauche au Canada comme en France - depuis des années = ce n’est pas récent. IL Y A AGORAVOX QUI ACCEPTE DE NOUS DIFFUSER les éditions l’Harmattan et Amazon 

        Qu’y pouvons-nous (NOMMEZ TOUS LES SITES SOI-DISANT PROGRESSISTES ET GAUCHISTES - NOUS LES AVONS TOUS CONTACTER - la plupart ne prenne même pas la peine de répondre a un courriel poli 

        Merci de votre magnifique intervention monsieur ou madame Macondo 

         

      • Macondo Macondo 17 septembre 00:41

        @Robert Bibeau ... Monsieur, il n’était pas utile, étant encore en capacité de ressentir dans vos interjections en lettres capitales les années de galère visant votre production littéraire semblant peser lourd sur vos épaules, de vous mettre dans ses états (fusse le Québec). Il n’empêche que dans l’acronyme devenu honteusement célèbre, amazon reste le bras le plus long de la pieuvre, sans que vous n’en soyez, je vous rassure, tenu pour responsable. Donc, que cela vous publie ou non, je continuerais personnellement à m’abstenir tant qu’il est encore possible, d’approcher des tentacules. Maintenant voyons le verre à moitié plein, un jour assurément, on vous lira de force. Un peu de patience, Monsieur. Et sans la moindre rancune, j’ai apprécié votre article à sa juste valeur, c’est à dire loin devant votre remontrance à visée « alimentaire ». Une bise à vous sept ...


      • Le421 Le421 16 septembre 19:15

        J’ai lu le titre et je me suis dit...
        Vous croyez que Muriel Pénicaud est au courant ?
        Parce que ça voudrait dire qu’elle a organisé une charrette chez Danone pour pouvoir vendre ses actions plus cher...

        Non, je ne crois pas.  smiley


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 septembre 19:48

          @Le421


          Elle devrait pourtant 

          La pente de régression indiquant la forte corrélation entre les deux variables est pourtant évidente.

          Sauf que je vous dévoile ici dans ce texte que la corrélation est en sens inverse = ce sont les salariés saqués qui assurent les profits plus élevés 

          Et drame ultime l’ivresse de la drogue sera de coure durée puisque l’élixir de jouvence est mortel pour le patient et le tuera certainement 



        • Jao Aliber 16 septembre 22:01

          Articles se terminant toujours par le prolétariat mais que l’auteur ne fournit pas d’effort théorique pour le découvrir vraiment.C’est dommage.Objectivement, tu défends vraiment quelle classe ? Le capitalisme d’Etat !  Votre  révolution n’aboutira qu’à ça puisque ne connaissant pas le prolétariat, tu ne peux pas non plus connaitre la révolution communiste.


          Même Marx s’est trompé sur la définition théorique prolétariat.ça on le sait depuis...mettons 2015 ou 2016(Voir Jao Aliber agoravox).Ne surtout pas rater mon article sur les superclasses pour comprendre en profondeur le prolétariat et les erreurs de Marx.Il faudra vous mettre à jour au lieu de ressasser dogmatiquement les résultats de recherches menées au 19 e siècle.

          Mais malgré les erreurs de Marx, il s’est pas trompé sur la définition théorique de la société communiste mais s’est trompé sur la théorie de la transition communiste.Erreur qui découle à son tour de sa dialectique insuffisante.Marx était un vrai communiste pure mais qui s’est malheureusement trompé en dialectique(base de toute sa doctrine : lutte de classe, économie,etc.)

          Mais étudier la dialectique, et donc l’évolution de l’histoire, n’est que pure perte de temps pour vous(n’est ce pas ?) puisse que Marx doit toujours avoir raison.Je crois que même le Pape François ne vous égale dans votre dogmatisme.

          Enfin, Vous et les conseillistes en général qui se disent contre le léninisme ne critiquez jamais ce que Lénine a fait de la théorie de la reproduction élargie de Marx(base du mode d’exploitation en URSS).En réalité, objectivement, vous êtes allié des Lénine et consorts contre le véritable communisme.

          Les véritables communistes n’auraient pas falsifié aussi honteusement la théorie de la reproduction élargie de Marx.

          Vous n’existez que par une chose, l’ignorance de la grande masse des individus en économie politique mais vous devez savoir que cela a une fin.

          • Robert Bibeau Robert Bibeau 16 septembre 22:46

            @Jao Aliber


            VOILA du solide comme commentaire - du haut niveau = MERCI et allons-y 

            1) Je connais le prolétariat je vis parmi le prolétariat moderne depuis 60 ans et plus - peu importe que je sois moi même prolétaire il suffit que je vives conscient parmi eux à leur écoute - ce que MRX n’a pas pu faire il vivait en 1860 et le prolétariat moderne hyper formé - technicisé - brancher nanoréseau et nanotechnologie n’existaient pas on ne peut en vouloir il suffit d’en prendre conscience 

            2) La révolution communiste = le dernier de mes soucis = je m’en christ = Quand comprendrez-vous que j’ai appris la seule chose qui importe de la part de MARX = la seule et unique = L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ EST L’HISTOIRE DE LA LUTTE DES CLASSE = pas l’histoire des idéologies qui ne sont que la manifestation de la conscience de classe qui éatit ce qu’elle était en 1860 et est infiniment plus avancée en 2017. 

            3) Parlez-moi alors de la RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE - du nom de la classe qui l’accomplira en deux étapes précises et séparées - j’y reviendrai 

            4) Marx et LÉNINE surtout se sont profondément trompé sur l’étape (je n’écrirais pas la société mais l’ÉTAPE ) DE TRANSITION TU AS RAISON ET PERSONNE N’A LE DROIT DE LES CRITIQUER POUR CELA. Ce sont les go-gauches qui sont des merdeux de demande à des gars ayant vécus en 1860 - 1923 de décrire un mode à venir qui n’a pas encore exister en 2017 et n’existera pas avant 2127 probablement . Je n’ai aucune idée de ce que sera le mode de production prolétarien-communiste = SAUF DE DIRE QUE LE GOULAG N’A RIEN À VOIR AVEC LE MONDE futur auquel nous aspirons = et je ne critique même pas STALINE = qui a fait avec ce qu’il avait - et ce n"était pas le mode de production capitaliste en pointe = alors on met un XX et on passe au suivant

            5) BULCHITT ta dialectique = folk théorique dogmatique. Les idées ne forgent pas le monde - le mode de production ni les rapports de production = La dialectique est une formule théorique issue de la complexité des rapports de production concrets d’un mode de production concret - capitaliste Marx ne pouvait aller plus loin et il a été à l’extrême limite du possible en 1860 = il fut un génie prolétarien de son époque POINT Mais il ne pouvait aller plus loin alors on lui lache les basques à ce pauvre Marx et on s’assume nous en 2017 entre nous avec une société infiniment plus développé. C’est notre défi pas celui de Marx 

            6) LÉNINE maintenant et le mythe URSS = pseudo communiste. Dans une multitude d’écrit j’ai dis que la Russie ne pouvait passer du féodalisme au communisme prolétarien. ALORS ? Staline a construit le capitalisme d’État une variante du capitalisme conventionnel car après le féodalisme le développement des forces productives sociales exige le capitalisme quelqu’en soit la variante. STALINE OU LÉNINE n’y pouvaient rien. Le dramec’est que ces gens et leur prosélytes ont voulu faire croire que cela c’était socialisme - communisme - prolétarien sans prolétaires = ridicule. 

            7) La vraie question aujourd’hui maintenant n’est pas de distribuer les torts JE M’EN CHRIST - MAIS que faisons-nous pour aider la classe prolétarienne à reprendre l’initiative et accomplir sa mission historique (en cela je suis totalement en phase avec MARX) C’est ma classe et elle le fera ou nous périrons tous ce ne sera pas plus mal... 

            8) EN France en ce moment moi je dis LES ROUTIERS PROPOSENT DE BLOQUER LES ROUTES LE TRANSPORT ET DE METTRE LE GRAND CAPITAL À GENOUX = ILS SONT GÉNIAUX = Tous derrière notre classe = on asphyxie l’économie francaise puis ensuite la canadienne et l’américaine 

            Merci camarade robert bieau http://www.les7duquebec.com



          • bob14 bob14 18 septembre 09:23
            Salariés congédiés = Profits plus élevés !...alors pourquoi le peuple vote t il toujours pour des mafieux ?
            Y a vraiment un truc de travers avec les Français...

            • Robert Bibeau Robert Bibeau 18 septembre 16:24

              @bob14


              Tu te trompes royalement macronniquement BOB 

              aux dernières élections législatives francaises moins de 50% des votants se sont déplacés 

              PIRE = ou mieux pour ma part = 70% des ouvriers N’ONT PAS VOTÉ YES 

              JE NE FINI PLUS DE FÉLICITER LA CLASSE OUVRIÈRE FRANÇAISE POUR CETTE PERFORMANCE = Ils répudient la démocratie bourgeoise = ils songent maintenant à bloquer les routes de France et à fermer les usines et les raffineries de pétrole 

              VOILA LE VOTE PROLÉTARIEN DANS LA RUE ET SUR LES CHANTIERS 

              On va vous montré notre puissance économique et politique collective SEUL NOUS NE SOMEMS RIEN  Ensemble soyons tout 

              À bas les élections bourgeoises camarades 




            • bob14 bob14 19 septembre 06:35

              @Robert Bibeau...Un pays qui met en présidence un « bouffon » avec 24% au premier tour est un pays foutu...


            • Robert Bibeau Robert Bibeau 19 septembre 15:35

              @bob14


              Mais BOB tu n’as rien compris RIEN.

              Nous espérons que l’État-nation = le pays = de France soit foutu .... éradiquée - 

              Il n’y a aucun nationalisme chauvin dans nos propos.
               IDEM pour l’État-nation = pays = du Canada où nous habitons et que nous souhaitons éradiqué. 

              Je dis simplement que votre prolétariat français est plus avancé et conscient que le prolétariat canadien et je vous envie pour cela les résultats à vos élections bidon en font foi.

              Mais nous allons faire avec ceux que nous avons au Canada 




            • bob14 bob14 19 septembre 16:24

              @Robert Bibeau....c’est vrai que votre pays est a la ramasse derrière les USA et que vous bouffer de la merde....voir le CETA.. !


            • egos 18 septembre 10:28

              Les profits sont également proportionnés à la taille des marchés donc celle des entreprises mondialisées.


              Facteur auquel sont associés des gaps régionaux en matière de droit social, fiscal et règlementaires (nomes de sécurité, environnementales, sanitaires etc.) 

              L’analyse politique classique oppose capital et travail, 
              de fait la concentration du capital atteint des proportions inégalées.

              Cependant l’adhésion des consommateurs (ie lancement du nouvel iPhone d’Apple promis à un succès planétaire) affecte les capacités de réaction des classes laborieuses engagées à leur corps défendant dans le processus « innovation/consumérisme/ aliénation des droits » 
              alors que les pulsions nationalistes se développent sur une toute autre échelle (ex Asie vs Occident).

              L’unité des classes laborieuses demeure un mythe improbable.

              Rajoutons au tableau, pour faire bonne mesure, les progrès réalisés en matière de management : production, MRH, MKG, logistique, celle des techno-sciences, le ralliement du monde intellectuel (psycho-sociologue compris) au modèle actuel dominant, le nivellement-ajustement global par bench-marking des comportements individuels et classes sociales, 
              les questions soulevées par l’auteur restent pour l’instant sans réponse effective.

              Concernant la baisse tendancielle du taux de profit et l’érosion du capital, un objet mythologique, il apparait de façon claire que celles-ci se résolvent par des cycles de destruction du capital, non plus des conflits armés dévastateurs, 29,74,2001,2008,2011.

              D’aucuns se complaisent à prophétiser le big one, alors qu’un monde s’effondre sous nos yeux et un nouveau est en voie d’édification.

              Le temps est peut être venu de s’interroger sur un point, quelles sont les classes ascendantes à même de formater notre avenir et selon quels codes & préceptes ?




              • Robert Bibeau Robert Bibeau 18 septembre 16:16

                @egos


                Un beau méli-mélo de la doxa des économistes du capital qui comme le raisonnement est cohérent et semble logique mérite que l’on s’y attarde = ca nous change des insultes de certains - qui constituent d’abord des insultes à leur intelligence.

                1) Ce ne sont pas les analyses POLITIQUES du capitalisme qui m’ont inspiré mais les analyses ÉCONOMIQUES.

                2) Pas d’accord que le fait que quelques millions de groupies petits-bourgeois (ils sont nombreux dans les bureaux - les services - travailleurs exploités à résidence - devrais-je dire assignés à résidence ?) font de la figuration chaque fois qu’une multinationale lance un gadget soit la preuve de l’incapacité pour les ouvriers de réagir. Je me baserai plutôt sur la réaction NON PAS SYNDICALE MAIS OUVRIÈRE - aux lois macron pour ce qui est de la France.

                3) De même vous baignez trop dans la propagande bourgeoise en parlant de PULSIONS NATIONALISTES ET SECTAIRES. La preuve LA petite-bourgeoisie go-gauche pioche comme des endiablées pour ostracir l’Union européenne, les musulmans - et la droite désigner l’immigrant comme source de tous les maux et pourtant aucun mouvement de masse style chemises brunes des années trente ne lève à l’horizon au grand désespoir du grand capital qui doit faire faire le travail de propagande sectaire à des gens comme vous et à ses médias à la solde 

                4) j’AVAIS hate de lire CONSUMÉRISME - il arrive toujours dans les propos des BOBO qui en rêvent jour et nuit. La classe ouvrière les 6 millions de pauvres et les 5 millions de chomeurs et les 10 millions de travailleurs précaires ne participent pas de ce consumérisme À UN POINT TEL   QUE la hausse appréhendée - mondialisée - des taux d’intérêts (prouvant que les profits annoncés sont bidon comme je l’écris ci-haut) fera que ces millions ne pourront bientôt plus emprunter ni rembourser leur prêt exorbitant.

                5) Les conflits armés dévastateur seraient remplacés par des crash boursiers dites vous ÉGO ??? Sur quelle planète vivez-vous ??? D’abord réajustons les pendules A) des crash boursier d’une certaine importance il y en a tous les deux ans de moyenne importance tous les 5 ans et de grandes importances tous le dix ans (2008 le dernier) ENSUITE des guerres = elles sont permanentes sur notre planète (15 qui font rage en ce moment même si TV% ou France2 n’en parle pas ou prou) 

                Oh oh à trois vous vous réveillez.

                6) Pour les prophéties je vous laisse à vos mythologies il y a eu 1929 - 2008 et il y aura 2018 ou 2019 ou 2020 je ne sais pas quand mais il y aura comme il y aura un autre ouragan pire qu’Irma dans un certain temps 


                Merci pour votre intervention 

              • egos 18 septembre 23:27

                « aucun mouvement de masse style chemises brunes ... »


                Hongrie, Bulgarie, Ukraine ...
                les prémisses sont pourtant là,
                ou donc situez vous ces états ?

                Selon quelles approches un crash boursier majeur serait-il plus probable que l’une de ses répliques d’autoritarisme militaro-policière ? 

                Quel sens accordez vous à l’élection de D Trump dans une Amérique (USA) fissurée de toute parts dont électorat parait écartelé économiquement (secteurs ou états « d’abondance » vs secteurs de relégations) & politiquement entre une classe politique corrompue et sa rivale non moins corrompue mais de surcroit raciste et encore + autoritaire ?

                Quant au nationalisme (sectaire s’énonce comme un pléonasme) quelle évaluation/apréciation portez vous sur ses déclinaisons politiques en Inde et probablement dans des délais proches en Chine, dont les manœuvres de désenclavement ne masquent pas pour autant l’émergence (nationalisme) pas plus que ses tentations hégémoniques régionales ?

                Réflexe(s) petit-bourgeois, 

                pourquoi pas ?

                Dans les faits, les actes ou l’idéologie, 
                un « usager » de la société capitaliste au sein de laquelle nous sommes immergés.

                Et vous, Robert Bibeau, quel serait votre propre statut selon vos critères ?





                • Robert Bibeau Robert Bibeau 19 septembre 15:58

                  @egos

                  Vous propagez les calomnies des médias bourgeois et vous affichez ainsi votre ignorance ou alors votre complicité Ainsi prenons votre assertion : 


                   1) Vous écrivez « « aucun mouvement de masse style chemises brunes ... »Hongrie, Bulgarie, Ukraine ...les prémisses sont pourtant là,ou donc situez vous ces états ? » Je vous invite à vous renseignez sur l’Allemagne et l’Italie fasciste et sur le Japon militariste dans les années trente. Vous verrez ce que sont des MOUVEMENTS FASCISTES DE MASSES avec des millions et des millions d’adhérents face aux millions d’adhérents des partis communistes et socialistes dans ces différents pays. IDEM dans les autres pays d’Europe - en Chine prè-maoiste etc.

                  2) Vous ne pouvez me présenter de Partis bourgeois de masses actuellement (de gauche ou de droite) qui ressemble à cela = Le grand capital est incapable malgré vos efforts de petti-bourgeois de recréer la névrose fascite ou socialiste des années 1930.

                  3) Probabilité d’un crash boursier demandez-vous ??? Encore un aveux d’ignorance de l’histoire. Je suis convaincu d’un prochain crash boursier majeur parce que l’histoire du capitalisme financier est HISTORIQUEMENT PONCTUÉ d’une suite ininterrompue de crash boursiers seul l’ampleur varie cycliquement. LE PASSÉ EST GARANT DE L’AVENIR.

                  4) Sur l’élection de TRUMP qui traumatise tous les bobos des pays occidentaux j’ai abondamment écrit ici je ne reprendrai pas toute mon argumentation : http://www.les7duquebec.com/author/robertbibeau/

                  5) Sur le nationalisme (sectaire = tautologie je suis d’accord avec vous) version ancienne (lutte de libération nationale) ou version moderne (lutte pseudo anti-impérialiste) j’ai publié un ouvrage marquant sur le sujet en 2017 le voici (boudé par la go-gauche et par la droite cela va de soit) 

                  QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L’IMPÉRIALISME MODERNE

                  Robert Bibeau

                  COMMANDER SUR AMAZON https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

                  Commander la version eBooks

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès