• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Samuel Paty assassiné une seconde fois par des rapports farfelus (...)

Samuel Paty assassiné une seconde fois par des rapports farfelus ?

Quand un drame social survient, nous pouvons compter sur les sondeurs, sociologues et statisticiens pour étudier et rassurer l'opinion publique à défaut de donner des solutions. L'affaire Samuel Paty est un cas typique. Café pédagogique du 7/01/2021 revient sur une étude de la CNESCO (le conseil d'évaluation de l'enseignement scolaire) concernant les "atteintes à la laicité" dans les écoles françaises, ainsi que sur un sondage Charlie-hebdo et fondation Jean Jaurès.

Pour résumer, le sondage annonce que 80% des profs ont déjà eu des soucis avec des élèves suite à des revendications religieuses. Demande de repas hallal ou casher à la cantine, refus des sorties à la piscine et des visites de lieux de culte chrétiens, tentatives de déscolarisation... Votre narrateur peut ajouter sa propre expérience des élèves qui refusent d'assister aux cours de musique du collège pendant le ramadan, les chaises rouges retirées des classes et le silence forcé des élèves musulmans après le meurtre de Samuel Paty.

Rien de bien surprenant, ni de nouveau. C'est ainsi en France depuis une trentaine d'années. Le clou de l'article du pourtant très rebelle café pédagogique, c'est la seconde partie consacrée à l'étude la CNESCO. Nos statisticiens détachés et rémunérés à faire des études au ministère, bien à l'abri de la fureur des collèges de banlieue, nous apprennent que la plupart des élèves de quartiers sensibles et d'ailleurs partagent les valeurs de la république, adhèrent à la laicité, et que tout le monde est tolérant, ouvert à la diversité et aux croyances. Tout va très bien, madame la Marquise...

D'ailleurs, les cours d'EMC (éducation civique) suffisent à convaincre les élèves les plus sectaires d'adhérer aux valeurs de leur mère-patrie. Les profs d'histoire-géo sont formés et habitués à cela, et c'est François Jarraud, l'auteur de l'article, qui vous l'affirme. Le pauvre Samuel Paty était peut-être un peu léger en pédagogie participative, une des tartufferies post-soixantuitarde dont raffolent les sites pédagogiques ?

C'est un des grands tabous de l'EN. Quand un enseignant se plaint de l'indiscipline et des incivilités de ses élèves, on trouvera toujours des chiens de garde pédagogistes pour le traiter d'incapable et lui conseiller de revoir ses méthodes. Positivons en notant que les nouvelles lois contre le harcèlement moral concernent aussi ces attitudes inamicales. Pas un mot ne figure, en outre, dans le rapport concernant les nombreux incidents dans les collèges et lycées au moment des hommages à Samuel Paty, mais il devait s'agir d'exceptions : il ne faut pas généraliser...

Pour en revenir à nos moutons républicains, ceux d'entre vous qui n'ont pas encore éclaté de rire devant les conclusions du rapport de la CNESCO risquent de tomber de leur chaise face à la conclusion de François Jarraud :

"Face aux agitateurs d'angoisse, le rapport du Cnesco apporte des données claires. Il n'y a pas de problème grave de laïcité dans les établissements. Ceux ci savent gérer les problèmes quand ils arrivent."

Est-ce du second degré ou de la langue de bois ? Jarraud est lui même prof d'histoire-géo, classé très à gauche. Il a beaucoup réagi après la décapitation de son collègue et dénoncé les zones d'ombres du dossier. Certes, chacun connait les connivences entre extrême-gauche et islamistes, les uns se servant des autres comme bétail électoral au nom de la défense du nouveau prolétariat. Les seconds trouvent leur compte en s'appuyant sur les premiers pour s'implanter durablement dans les quartiers : manifestations contre la police, couverture des trafics, harcèlement envers ceux qui s'opposent aux constructions de mosquées etc. Toutefois, l'attitude de François Jarraud laisse perplexe face à un tel degré de conformisme, à moins bien sûr que sa conclusion soit ironique...

Plus grave, un nouveau terme figure dans le rapport. Après les "complotistes", voici les "agitateurs d'angoisse". A priori, ce qualificatif s'applique aux citoyens inquiets de l'islamisme radical qui se diffuse à grande vitesse. Parler des trois cents morts des attentats, des égorgeurs, des rappeurs qui appellent à tout brûler, des quartiers populaires devenus impraticables, ce serait agiter l'angoisse. Mais de qui, au juste ? Des bobos qui ne sortent jamais de leur quartier protégé ? Des électeurs bien-pensants de la campagne bretonne, nourris d'émissions TV à la gloire du vivre-ensemble depuis quarante ans ? Des journalistes qui refusent de se remettre un peu en question ?

A défaut de proposer des solutions au séparatisme de certains quartiers et de s'attaquer à la violence des islamistes radicaux, nos pouvoirs publics font de l'enfumage digne d'un régime totalitaire, avec la complicité des gogos habituels (permanents syndicaux et autres planqués...). On ne résoudra aucun problème par la politique de l'autruche et la désinformation. Un peu de courage et de volonté, voilà le message posthume de Samuel Paty...

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2021/01/07012021Article637456016709310699.aspx


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 8 janvier 15:31

    vos suppositions sur les rapports entre l’islamisme et l’extrême gauche me semblent relever du fantasme . Cette jonction, plusieurs fois envisagée non pas entre extrême gauche et islam mais entre extrême gauche et milieux populaires immigrés, n’a jamais réussi à se faire

    Non pas d’ailleurs à cause de l’islam mais à cause d’une trop grande différence dans le quotidien vécu, les aspirations et les manières de se représenter le monde de ces deux groupes, leur cultures et leurs visions politiques .

    De plus l’implantation politique de l’islam en france, qui est celle des frères musulmans, est incompatible avec les principes politiques de l’extrême gauche . Ceci dit je ne dis pas qu’un politique, meluche par exemple, n’a jamais tenté de gratter quelques voix dans les banlieues .

    C’est le PS qui a principalement favorisé l’implantation des frères muslim, dans l’idée qu’ils allaient reprendre en mein les quartiers abandonnés par l’état, et ils l’ont fais


    • L'apostilleur L’apostilleur 8 janvier 19:26

      @sylvain
      « ...Cette jonction, plusieurs fois envisagée non pas entre extrême gauche et islam mais entre extrême gauche et milieux populaires immigrés, n’a jamais réussi à se faire... »

      Vous voulez décourager Mélenchon qui soutient la « créolisation » de la société française ?


    • Jonas Jonas 8 janvier 21:51

      @sylvain « De plus l’implantation politique de l’islam en france, qui est celle des frères musulmans, est incompatible avec les principes politiques de l’extrême gauche . »

      L’extrême-gauche est idéologiquement pro-immigrationniste, pour le vivre-ensemble, le métissage, le multiculturalisme, elle voit dans l’islam la religion du miséreux opprimé par l’homme blanc. Il faut donc aider les musulmans à s’installer et prendre l’ascendant sur l’Européen blanc.
      Les idéologues musulmans profitent de ces idiots utiles de l’islamisme pour faire avancer leur cause, un plan de conquête du territoire afin d’imposer sur le long terme la charia, par le triple jeu de l’immigration, des naissances et des conversions.
      Les meilleurs exemples sont par exemples les gauchistes Edwy Plenel et Edgar Morin, qui ont pendant des années fait la promotion du prédicateur des Frères Musulmans Tariq Ramadan.
      Ou encore le maire socialiste Martine Aubry qui a favorisé l’implantation de l’organisation politique misogyne, antichrétienne et antisémite des Frères Musulmans sur Lille, en particulier en collaborant avec le très charismatique imam antisémite Amar Lasfar.
      On peut évidemment multiplier les exemples.


    • sylvain sylvain 9 janvier 14:12

      @Jonas
      Je vous parle de la pratique des mouvements que j’ai pu expérimenter . Dans beaucoup de mouvements sociaux auxquels j’ai participé, notamment étudiants ( dans les années 2000) , l’idée de s’allier avec « les banlieues » a régulièrement été évoquée . Il y a même eu de nombreuses tentatives, mais aucune n’a abouti .  

      Il y a eu la même chez les GJ, qui avaient un bonne composante qu’on aurait pu qualifier d’extrême gauche, et aucun resultat .

      Sinon je ne conteste pas le fait qu’il y ai des idiots utiles, et opportunistes, qui aient servis de tremplins à l’islam politique . Et des politiques qui fassent leur tambouille électorale et s’entendent très bien avec les élites musulmanes qui « guident » le vote des fidèles . C’est une politique assumée des freres mus : le clientélisme électorale

      Mais les aspirations de la gauche a faire cause commune avec les banlieues est tout a fait naturelle . C’est là que se situe l’essentiel des pauvres . L’immigration musulmane a été actée par giscard sur demande du patronat pour remplacer le prolétariat français indiscipliné et revendicateur, les usines délocalisées quelques années plus tard, nous laissant avec un prolétariat qui ne pouvait plus que se transformer en lumpenprolétariat . Essayer de politiser tout ce monde était le role de la gauche, faire cause commune entre étudiants et banlieues aurait été une intégration au vrai sens du terme . Ce sont les seules choses qui auraient pu éviter l’islam politique, mais ça n’a pas marché .


    • sylvain sylvain 9 janvier 14:16

      @Jonas
      ah et martine aubry ne fait absolument pas parti de l’extrême gauche . Je ne suis vraiment pas fan de plenel mais les liens que vous donnez donnent sur des débats contradictoires entre ces deux personnes et tariq ramadan (dont je suis encore moins fan) . Discuter avec quelqu’un, c’est effectivement reconnaitre son droit à l’existence, mais ce n’est pas un soutien


    • Jonas Jonas 9 janvier 16:45

      @sylvain « Discuter avec quelqu’un, c’est effectivement reconnaitre son droit à l’existence, mais ce n’est pas un soutien ».

      En débattant avec Tariq Ramadan, Edwy Plenel lui donne de la crédibilité.
      Tariq Ramadan, un prédicateur des Frères Musulmans qui veut imposer les lois de la charia n’a rien à faire en France, il s’agit de le dénoncer et de le faire expulser.
      Ce que Plenel n’a pas fait au contraire, il l’a même soutenu !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 janvier 15:36

      Depuis 2015 on publie les caricatures blasphématoires, non pas dans Charlie Hebdo, ça c’est normal, mais en cours d’éducation civique à l’école :

      en quoi ça a à voir avec la laïcité ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 janvier 16:45

        @Seul le contenu compte

        Ok vous pensez bien ce que vous voulez (pas sûr d’avoir tout compris mais bref).

        Publier des caricatures dans la presse c’est pas pareil que dans une classe


      • troletbuse troletbuse 8 janvier 17:36

        @Seul le contenu compte
        Avec vous pas de problème, je vous prends pour un con con et un gars qui veut scier plus haut que son cul alors que vos écrits prouvent votre inculture. Vous utilisez des mots ou des expressions que vous ne dominez pas afin de paraître intelligent.
        Je suis comme Perriet qui dit n’être pas sur d"avoir compris, votre message qui précède n’est qu’un tissu d’aneries incompréhensibles


      • troletbuse troletbuse 8 janvier 18:18

        @Olivier Perriet.
        Oui, ils vont mettre des photos pornos en cours d’éducation sexuelle. Je plaisante mais ça ne m’étonnerait pas de la part des pervers qui nous dirigent.


      • Esprit Critique 8 janvier 18:22

        @Olivier Perriet
        Voici la bonne définition de la Laïcité pour vous aider a comprendre :
        « Nul précepte religieux n’est opposable a personne ».
        Il n’est donc pas tolérable qu’un quelconque connard évoque la notion de blasphème. le blasphème n’existe que dans la cervelle des tarés !


      • Jonas Jonas 8 janvier 23:04

        @Olivier Perriet « Depuis 2015 on publie les caricatures blasphématoires, non pas dans Charlie Hebdo, ça c’est normal, mais en cours d’éducation civique à l’école : en quoi ça a à voir avec la laïcité ? »

        Il ne s’agit pas là en l’occurrence d’études de « caricatures blasphématoires », mais de montrer aux élèves ce qu’est la critique d’un document par une étude sociologique.
        Caricaturer le prophète Mohamed dans les 57 pays musulmans dans le Monde (1,7 milliards de croyants) est passible de la peine de mort ou la prison, qui a valu l’exécution, le lynchage de centaines de milliers de personnes à travers le Monde et même en France, où on assassine et décapite maintenant des personnes au nom du prophète Mohamed.

        Le but de ces cours est d’alerter les enfants sur l’idéologie islamique intolérante, misogyne, antichrétienne et antisémite, rejetant les principes, les traditions et l’identité de la civilisation européenne, rien de plus.


      • mmbbb 9 janvier 13:08

        @Olivier Perriet sacre Perriet ! les profs ont des problemes désormais lorsqu ils abordent les sciences notamment la thérorie de l evolution . Les eleves se rebellent refutent cet enseignement et promeuvent le créationnisme la en l occurrence c est Allah qui au centre de toute Sacre Perriet .
        Mais je m en tape , je ne vais pas défendre les profs , qu ils assument , eux qui sont pour cette « altérité » .
        la décapitation de ce prof , jamais je n aurais cru collégien que l on puisse mourir a cause de ses idees , Il est vrai que j ai ete eduque a la mamelle de l ecole des hussards lorsque l educ se tenait encore : quoique certains profes etaient des grosses merdes
        J aurais du etre écartelé puisque j ai tant blasphémé durant cette jeunesse ou je fus impertinent comme tant d autres Sacre Perriet 


      • Jonas Jonas 9 janvier 13:28

        @Seul le contenu compte « Caricaturer le christianisme est donc pénalement condamnable dans 27 pays que ’ jonas ’ omet de considérer dans son commentaire. Non ? »

        Pouvez-vous me lister les 27 pays où des personnes ont été pénalement condamnées pour avoir caricaturer le christianisme ?


      • mmbbb 9 janvier 14:43

        @Jonas le delit de blaspheme a ete aboli a la revolution . C est extraordinaire le niveau de connaissance dans ce pays ! Quant a la culture populaire, n oublions pas les chansons paillardes , retranscrivons les paroles celles ci dans le nouveau contexte social est permutons les mots par exemple Cure par Iman , ce serait une violence inouie , les francais sont devenus des cons, vraiment !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 janvier 22:28

        @Jonas

        J’ignore quel discours l’éducation nationale souhaite diffuser lors de ses critiques de documents ; ça m’étonnerait que ce soit le vôtre entre parenthèse smiley

        Mais vu qu’avant 2015 (c’est-à-dire il y a peu de temps) il ne serait pas venu à l’idée d’un aussi grand nombre d’enseignant de soumettre ces dessins à la critique de collégiens casse pieds, je crains que dans les faits on les laisse faire comme ils peuvent.

        Je n’ai rien contre défendre les principes qu’on estime importants, et Charlie ou autre doivent pouvoir se vendre ou se diffuser. Mais justement, leur diffusion étant libre, pourquoi les (re)diffuser en classe alors qu’on peut les trouver partout ?

        J’y vois une « maladresse » du hollandisme, qui avait l’habitude de ce genre de désinvolture :

        « La société se déchire, les politiques sont incohérentes et affirment une chose et son contraire ? Que l’école règle le problème »


      • Jonas Jonas 10 janvier 14:40

        @Seul le contenu compte « Pourquoi as-tu ’omis’ ces 27 pays ? »

        Quels 27 pays ?


      • Esprit Critique 8 janvier 18:07

        Les 20 % de profs qui n’ont rien remarqué sont un extraordinaire danger !


        • Esprit Critique 8 janvier 23:22

          @Seul le contenu compte
          Bravo tu m’a reconnu je suis ta Prof !
          Ton intelligence est extraordinaire !
          Et dire que j’ t’ai tenu pour un con alors que tu est un Con-Tenu


        • L'apostilleur L’apostilleur 8 janvier 20:06

          @l’auteur 

          « ...Pour résumer, le sondage annonce que 80% des profs ont déjà eu des soucis avec des élèves suite à des revendications religieuses... »


          C’est inacceptable !!


          Qu’attend l’éducation nationale pour désigner l’origine de ces « revendications religieuses ». Si ce sont des zoroastriens que cela soit dit et qu’elle réponde énergiquement et publiquement. 


          Comme dirait quelqu’un, « ...les français veulent savoir... »


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité