• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Saturations médiatiques

Saturations médiatiques

Le monde s’écroule et le crétin se rase dit un proverbe grec. Certes. Cependant, l’insouciance n’est pas des plus vilains défauts. Par contre, l’étaler comme un sacerdoce, la promouvoir comme le dernier iPad, la rendre obligatoire à travers des heures interminables des programmes télé aux mains des amuseurs publics au point de travestir tout événement - même des plus tragiques -, en bouffonnerie sarcastique, finit par faire nous perdre le sens des réalités élémentaires. A commencer par celle de l’exercice du pouvoir et de ses conséquences. Vous diriez, mis à part un style ou des attitudes, mis à part les professions de foi tintammaresques, ou les postures dont on renforce le trait jusqu’à la caricature, qu’est-ce qui sépare les politiques des uns et des autres ? Qu’est-ce qui différencie ceux qui nous gouvernent ? Leurs femmes ? Leurs maîtresses ? La couleur de leur slip, les rayures de leurs cravates, le prix de leur montre ? Si on les prend à la lettre, les amuseurs nous prient de choisir entre un forcené volontariste qui, tant pressé, démonte son échafaudage avant de ravaler pour le monter ailleurs où - croit-il – l’urgence est plus urgente et un ballot heureux et naïf qui, durablement, ne sait pas par quel échafaudage commencer. Nos amuseurs ne font que leur travail, pourrait-on rétorquer, et leur mauvaise foi est intrinsèque à leur métier. Même lorsqu’ils manipulent, comme ce fut le cas pour le Petit Journal et l’ITV du premier ministre en Asie. 

Confondre vulgarisation et vulgarité, c’est aussi leur métier pourrait-on penser, même si eux semblent penser qu’ils s’adressent systématiquement à des ignares inféodés aux plus bas sentiments et que donc toute sophistication deviendrait d’un soporifique mortel. N’allons pas jusqu’à exiger de l’éthique et de l’esthétique, on ferait preuve de naïveté malsaine. N’allons pas non plus jusqu’à se demander pourquoi nos hommes politiques n’ont pas non plus la moindre de ces exigences et allégrement participent à ces jeux du cirque dévastateurs : le pire n’est pas quand il n’arrivent pas à en placer une, c’est, au contraire, quand on leur délègue ce privilège et, pris entre la peur du dit (communément gaffe) et l’obligation d’éléments de langage prédéfinis, discourent sur le rien.  

Viennent ensuite les spécialistes : toujours les mêmes, répétant à l’infini des dogmes et refaisant les mêmes calculs, ils sont là pour séparer la paille du grain, nous dire quelle mesure est sérieuse, laquelle n’est qu’utopie frivole - voire dangereuse -, qui ment, qui rêve, qui hallucine. Que la question du jour soit géopolitique, économique, militaire ou diplomatique, peu importe. L’essentiel étant de pérenniser les évidences du comptoir de café du coin et ses personnages copiés à Wolinski. Béni oui-oui ou béni non-non, la litanie se refuse toute pensée, qu’elle soit digressive ou même pâlement divergente, avec les maîtres de cérémonie qui, in fine, tranchent utilisant leurs augustes certitudes. Au fil du temps ces spécialistes dits sérieux, se sont transformés en Dupont et Dupond, procurant plus d’amusement que les amuseurs, sublimant le ridicule, pavoisant leurs discours formatés jusqu’à l’épuisement total, ne nous laissant comme échappatoire à notre frustration qu’un gros rire amère et, comme choix ultime, aller brouter ailleurs, chez Cinéma Classic, ou Arthur Penn, Bo Widemberg, Renoir ou père Audiard nous procurent des tirades autrement plus jouissives et fécondes que leur discours périmés avant même d’être prononcées. 

Si la fiction devient le dernier refuge de la réalité pensée, c’est aussi par ce que ces amuseurs et spécialistes, pratiquent parallèlement l’ubiquité permanente et la transhumance des chaînes. Ils ne sont pas seulement toujours les mêmes, il sont aussi partout. Télé et radio, internet, blogs et presse écrite - quotidienne ou hebdomadaire - sont saturés par une petite vingtaine de personnes, qui vous travaillent au corps de l’aube aux confins de minuit, ne laissant quasiment plus aucun espace à autre chose qu’à eux mêmes, au point que les uns font des émissions sur les autres, s’invitant à tour de bras à longueur de journée. 

Cette boulimie de l’apparence occulte les derniers vestiges d’entendement et ruinant le peu de chose qu’ils pourraient dire ayant encore du sens. Ils deviennent eux mêmes des sujets d’observation, la question n’étant plus ce qu’ils disent mais combien ils ont perdu de kilos, ou combien de leurs cheveux implantés ont survécu. Promenant leur trade mark, qui un foulard, qui des lunettes hors de prix, qui leur barbe perpétuellement naissante, qui leur rire en forme de staccato ma non tropo, ils vieillissent ainsi devant nos yeux, se croyant toujours éternels chérubins. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • jean rony 2 novembre 2012 10:04

    Ce n’est pas étonnant, les médias sont le 4ème pouvoir et j’irais même à dire qu’ils seront bientôt le premier lorsque la mondialisation aura achevé son œuvre.

    Civilisation et souveraineté, expression majeure de l’humanité

    Jean rony icpr.ch


    • Thorgal 2 novembre 2012 10:38

      Mais éteignez la téloche et la radio, ne lisez plus les journaux. Pour tout dire, 99% des infos, et bien on s’en branlent complètement !


      • Romain Desbois 4 novembre 2012 01:56

        Pas d’accord avec toi Thorgal

        La presse et la télé peuvent être de bonnes sources d’infos. D’abord parce qu’il est utile de savoir ce que disent ceux qui s’y expriment et en plus il y a quand même de bonnes choses. Encore faut-il savoir faire le tri.


      • Punkonfou Punkonfou 2 novembre 2012 10:45

        Bon article, bonne mise en avant de la caricature politico-médiatique...mais il faut qu’ils fassent gaffe tous ces guignols puisque de plus en plus de personnes remarquent les fils qui les articulent (comment veux tu, comment veux tu que je t’en...). C’est fou quand même malgré toutes les preuves de l’incompétence des politiques et des soi disant experts qu’il y est des gens pour croire encore aux bonnes résolutions ou à leurs explications alors que tous les jours ils déversent leurs lots de bêtises, d’immoralité, de perversion, de mythomanie ou de mégalomanie, c’est aberrant et écœurant...D’ailleurs nous sommes tous assujettis depuis tout petit à avoir une hiérarchie, une élite, un maître, un supérieur à commencer par Dieu alors qu’elle n’est pas nécessaire, l’exemple des entreprises coopérative est un bon exemple !! Alors pourquoi devrions nous avoir besoin de ces politiques, parties ou autres experts pourris, il faut que les citoyens redeviennent citoyens en se réappropriant les rennes du pays pour une vrai démocratie...de vraies valeurs...une vraie cohésion...


        • Michèle 2 novembre 2012 12:18

          @ Punkonfou : ...« de plus en plus de personnes remarquent les fils qui les articulent »...

          Certes, mais vous oubliez que la grande majorité des français est perfusée à la télé, pas à internet. Or c’est par cette voie d’information que les « vraies informations » passent. Donc ça ne fait pas grand monde sur l’ensemble.

          Vous rejoignant parfaitement sur le fait que "il faut que les citoyens redeviennent citoyens en se réappropriant les rennes du pays pour une vrai démocratie...de vraies valeurs...une vraie cohésion.", il faut malgré tout rester réaliste, une nation ne se dirige pas au carrefour du coin ou sur la place de la gare de Cucugnan... Dire qu’on peut se passer des politiques, cela me semble du domaine de l’utopie. Par contre, faire un reset des hommes politiques en poste ou ayant été en poste (car les anciens reviendraient dare-dare, sans vergogne), OUI, il est plus que temps de réformer notre système et nos structures politiques, et nos élus corrompus. Ce ne sera pas facile à trouver, car l’éthique n’est pas ce qui caractérise le monde du pouvoir... Mais as-t-on besoin d’avoir autant de monde dans ces commissions, ces ministères, au Sénat ou à la chambre des députés ? Je pose simplement la question car d’autres pays fonctionnent très bien avec beaucoup moins de monde et c’est aussi tout bénef pour le contribuable.
          Bon, je suis peut-être une naîve, pas méchante smiley mais si on s’en donne les moyens ne pourrait-on pas y arriver ?

          Quant à la télé qui pourrait être un outil formidable d’éducation et d’information, est-ce encore possible de changer quelque chose ? That is the question.

          Merci à l’auteur qui avec humour nous a parlé d’un sujet si désespérant.


        • Punkonfou Punkonfou 2 novembre 2012 13:38

          Je suis d’accord avec vous mais que pensez vous de leurs formations, leurs écoles ou de leurs professeurs..., de plus, ils sont tous ou quasiment issus de même castes donc vous savez un chat ne fait des lois que pour les chats alors nous, pauvres souris, pouvons toujours espérer qu’un changement viennent d’en haut ou par le vote, je pense que l’utopie se situe ici.
          « Celui qui sert une révolution laboure la mer » Simon Bolivar


        • cameleon29 cameleon29 3 novembre 2012 08:02

          Bonjour,
          pour ne parler que de la télé, voir cette explication.

          http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=NvMNf0Po1wY

          Je m’en veux aujourd’hui, pensant à mes enfants....


        • ecolittoral ecolittoral 2 novembre 2012 12:35

          Les médias ? Les quels ? Tous ? Tout le temps ?

          Oui, une partie de ces animateurs occupent la galerie.
          Oui, un politicien doit être télévisuel, quitte à raconter n’importe quoi ou rien.
          Il doit le faire souvent, sous peine d’être disqualifier par ses concurrents.
          On a eu Sarkozy et ses acolytes télé-visionner.
          Aujourd’hui, on en a un autre qui pensait être « normal » et qui a vite compris qu’il faut être télévisible.
          Le Graal aujourd’hui, c’est d’être dans le poste. « vu à la télé ».
          La question philosophique, aujourd’hui, c’est « ou est la caméra ? que je m’y mette ».
          « Je vous rappelle l’information principale », « mangez 5 fruits et légumes », « à consommer avec modération »...
          Il faut le voir pour le croire, je ne croire que ce que je vois... espérons que non !
          Ce n’est plus d’actualité.
          Le maître mot, c’est l’esprit critique. J’y ajoute le commentaire de Thorgal.
          Laissons les médiatiques s’auto-congratuler.
          Les télé communications ont éclaté et les informations et débats, je les choisi.
          Je fais (encore) partie de ceux qui peuvent passer une journée, soirée comprise, sans télévision et radio.
          Que c’est bien d’être au calme ! On s’entend penser.

          • Romain Desbois 4 novembre 2012 01:53

            Perso je préférais le journal d’ARTE quand on ne voyait pas le commentateur que l’on appelle pompeusement journaliste.

            Quel intérêt d’avoir un présentateur pour les infos ? Une voix off suffit amplement pour expliquer ce que le document ne dit pas.

            D’ailleurs le présentateur dit souvent la même chose que l’on va entendre ensuite.
            Ce qui est cocasse , c’est que des fois il dit l’inverse de ce qui se dit dans le reportage.


          • ykpaiha ykpaiha 2 novembre 2012 20:27

            A lire un article bien écrit et pensé.

            Ami lecteur, tu reprendras bien un gros bol d’AFP et de Reuters ?
            Nos petits Goebbels de l’infomensonge revent du village global americano-sionniste, et n’ont d’autre totem que le Pognon.
            Alors pour ce qui est de penser...leur monde tourne sur lui meme et eux avec, freles toupîes appeurées par leur propre quotidien...alors le notre...c’est une autre planete.

            • Old Dan Old Dan 2 novembre 2012 22:58

               D’accord pour les expertises stéréotypées...
              On peut ajouter que tous les médias
              colportent la même idée,
              dans les mêmes termes,
              au même moment...
              et aussi bien à l’écrit qu’à l’oral !

              C’est du journalisme industriel pour cerveaux cubiques !
              Bof...


              • Romain Desbois 4 novembre 2012 01:50

                en fait ils tournent en vase clos en s’informant les uns sur les autres.


              • fcpgismo fcpgismo 3 novembre 2012 09:29

                NI DIEU NI MAITRE 


                • Romain Desbois 3 novembre 2012 09:33

                  Et inversement smiley


                • alinea Alinea 4 novembre 2012 16:33

                  J’oserai un compliment sincère sur cet article, d’autant plus que je sais qu’il n’a aucune importance ; c’est la première chose qui me vient à l’esprit à sa lecture.
                  La deuxième, c’est tout simplement que je n’ai pas la télé, je ne peux plus écouter la radio et me contente de la lecture de Politis et du Monde Diplo !
                  Et je suis sûre d’être assez informée sans passer par la case « subissez et offusquez-vous » !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès