• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Schubertiades days

Schubertiades days

Après le billet au sujet du centenaire de la mort de Proust, le 18 novembre 1922, celle de Franz Schubert est le 19 novembre 1828. Ce n'est pas un anniversaire que l'on commémore normalement avec éclat comme on l'a fait pour le 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven en 2020, son contemporain.

Pour Schubert, il faudra attendre 6 ans pour le bicentenaire de sa mort.

Pourquoi en parler alors ?

Du 12 au 16 octobre dernier, ce furent les "Schubert days". 

A cette occasion, Schubert a été mis à l'honneur sur Musiq3.

Le point de ressemblance entre Proust et Schubert, c'est leur romantisme. Proust s'exprimait par l'écriture, Schubert par la musique.

Les ressemblances s'arrêtent là.

Franz Schubert en admirateur inconditionnel de Beethoven, incarne une des formes musicales intimistes les plus respectables et les plus persuasives du romantisme près d'un siècle avant Proust.

Contrairement à Marcel Proust dont je ne connaissais que par le nom, je connais bien et apprécie la musique intimiste de Schubert.

Fils d'un maître d'école, il est le douzième enfant des dix-neuf enfants de la famille. Pendant quatre ans, il est instituteur.

Enfant prodige non découvert, il quitte sa famille et devient SDF sans ressources assurées en vivant une vie de bohème à Vienne sans presque jamais l'avoir quitté sinon par un voyage à proximité invité par un ami.

Composant sur un coin de table avec euphorie, il tente d'oublier la médiocrité de sa vie amoureuse suite à une déconvenue sentimentale qui le rendent méfiant vis-à-vis des femmes dans un complexe d'infériorité liée avec la disgrâce physique représentée par une petitesse trapue de 1m56, chaussé de lunettes, une musculature robuste qui offre l'expression classique d'harmonie, de force et de douceur qui l'a fait surnommer ‘champignon' .

Sa sociabilité l'oblige à s'entourer de compagnons et d'amis pour se sentir à l'aise contrairement au côté misanthrope de Beethoven.

Timide, cordial et casanier avec son l'exaltation intérieure, il possède le privilège de d'arracher secrètement au prosaïsme de la vie des trésors insoupçonnés de poésie dans la manifestation la plus humaine et la plus durable de cet idéal artistique engendré par une forte épidémie d'individualisme qui sévit déjà à cette époque.

Dépourvu d'ambitions, appelé Schwammerl, il l'exerce dans les cabarets, les guinguettes et les Weinstuben.

Des années de crise se suivent pour lui.

Il passe sa vie dans de petits groupes où il compose sa musique de Lieder et oniriques pièces pour piano qu'il joue avec son grand ami Vogl.

Dans des "Shubertiades", il était mondain par le fait qu'il se réunissait avec des amis mondains, mais sans leur voler leur potentiel d'ostentation.

Dans ce genre de réunions musicales et culturelles privées, il interprète ses œuvres pour se consoler de son physique ingrat d'homme.

Ces réunions ont une composante littéraire, notamment dans les lieder, des poèmes mis en musique, ainsi que par les lectures d’œuvres de ses amis poètes et des jeux théâtraux qui y sont donnés.

Ses inspirations proviennent de ses contemporains de Pietro Metastasio

à Walter Scott en passant par ShakespeareNovalisRückert, ses amis Grillparzer et Mayrhofer mais il ne s'en tient pas à une forme stricte.

En 1814, il fait la connaissance, par l'entremise du groupe de Linz, du poète Johann Mayrhofer qui lui inspirera de nombreux lieder.

En 1815, Franz von Schober, un des esprits brillants de l'époque, a un rôle déterminant dans sa vie sociale et intellectuelle.

Sa notoriété grandit et dépasse le cadre des salons littéraires.

Son nom commence à se faire connaître bien que, en manque d'ambition, le succès n'est pas retentissant.

0.jpg

Le 20 décembre 1823 a lieu la première de Rosamunde, pièce de Helmina von Chézy pour laquelle il a composé la musique de scène. Elle est accueillie favorablement mais la pièce est un fiasco et disparaît de la scène après deux représentations.

Cela explique peut-être l'injuste oubli dans lequel ont parfois sombré 600 lieder, dix symphonies, 15 quatuors à cordes, 17 opéras, 7 messes, cantates et musique de chambre, écrits avec une facilité et une rapidité extraordinaire pendant sa courte existence.

Il joue, au centre du romantisme autrichien, le rôle d'une viole d'amour qui vibre docilement à toutes les sollicitations et traduit avec une sincérité touchante la mélancolie et la tendresse des humbles, face à la tristesse et la douceur de vivre par l'intermédiaire d'une musique qui ne doit rien aux procédés scolastiques mais résolvant les problèmes les plus complexes de la composition seulement par son seul instinct qui regorge de trouvailles harmoniques saisissantes par la prolifération d'accords nouveaux engendrant des locutions inattendues plus nuancée et sans aucune grandiloquence dans l'expression d'un sentiment ou d'une pensée en face de la nature ou de l'amour (extrait de "Histoire de la musique" par Emile Vuillermoz).

Sa musique ne veut chanter que l'amour avec la douleur de vivre et des visions fulgurantes.

 0.jpg

Comme pour tous les compositeurs du 19ème siècle, Schubert est un amoureux de la nature, amateur de longues promenades en montagne

De mai à octobre 1825, il quitte Vienne pour la première fois, au pays de son ami Vogl et auprès de la Famille Esterhazy au château de Zelesz en Haute-Autriche.

Pendant cet été, il découvre avec ravissement la région du Salzkammergut avec ses bois et de ses champs. 

Il écrit à son frère : "Te décrire le charme de cette vallée est presque impossible. Imagine-toi un immense jardin de la superficie de plusieurs milles, et dans lequel d’innombrables châteaux et domaines apparaissent devant ou à travers les arbres. Imagine un fleuve qui serpente de la manière la plus capricieuse. Imagine-toi des prairies et des champs comme autant de tapis des plus belles couleurs, le tout entouré de masses grandioses qui les enserrent comme des liens et enfin des allées d’arbres immenses, longues de plusieurs lieues. Tout cela environné à perte de vue des plus hautes montagnes, comme si elles étaient les gardiennes de ces vallées célestes. Imagine ça et tu auras une faible idée de son indicible beauté. [] Je me réjouis surtout à la pensée des vendanges, car on en dit mille choses amusantes. La moisson aussi est très belle ici. On n'engrange pas le blé comme ailleurs en Autriche. On élève au beau milieu des champs d’énormes tas qu’on appelle 'Tristen'. Ils sont disposés de manière si adroite que la pluie ne peut les abîmer en tombant. On enfouit aussi dans la terre, l’avoine et les grains".

Mais, pour lui, l’été s’éternise.

Nostalgique de la vie à Vienne, avec les amis, les théâtres, les cafés, il finit par écrire : "Il n’y a pas une âme ici qui ressente le vrai en art, tout au plus de temps à autre, la comtesse. Je suis donc seul avec ma bien-aimée, la musique et je dois la dissimuler dans ma chambre, dans mon piano et dans mon cœur. Quoique cela m’attriste souvent, d’un autre côté, cela ne fait que m’élever davantage. "

De plus, à cette époque, il a contracté une infection vénérienne probablement de syphilis qui lui impose un séjour à l'Hôpital général de Vienne. Quelques rémissions, mais sa santé, à partir de ce moment, ne cesse de se dégrader par un traitement au mercure qui a considéré malheureusement comme un produit miracle. 

Pendant ses dernières années, sa maladie altère son esprit et le goût du public ne suit pas l'évolution de sa musique.

L'exécution de la Symphonie en ut majeur est abandonnée.

Des désaccords dans le cercle des schubertiens se font jour au sujet d'un quatuor à cordes ou de la Sonate en sol majeur

Sa 8ème symphonie prend le nom de "Symphonie n°8 Inachevée" parce qu'elle est retrouvée des années après sa mort ne comportant que deux mouvements. 

Le 26 mars 1827, meurt Ludwig van Beethoven.

Admirateur inconditionnel, il y participe comme porte-flambeau à la grande cérémonie de ses funérailles. Cette disparition agit comme un élément libérateur puisqu'il est élu comme membre titulaire du directoire de la "Société des amis de la musique".

Le 28 mars 1828, le premier concert totalement consacré à ses œuvres est un grand succès, un peu éclipsé toutefois par la présence à Vienne de Niccolò Paganini

A la fin de sa courte vie, malade du typhus, il est amené chez son frère avec son âme simple et généreuse éloignée de toutes préoccupations terrestres.

Il expire le 19 novembre 1828 à l'âge de 31 ans dans l'apaisement par la délivrance de la souffrance, après deux semaines d'agonie par la fièvre typhoïde, il meurt et demande d'être inhumé auprès de Beethoven qui l'avait précédé d'un an dans la tombe. 

 Sa dépouille sera transférée en grande pompe en 1888 dans le « carré des musiciens » dans la nécropole de Wahring du cimetière central de Vienne, où sa tombe avoisine aujourd'hui celles de GluckBeethovenJohannes BrahmsJohann Strauss et Hugo Wolf.

La mort seule semble être parvenue à réunir ces deux hommes de génie dont les destins se frôlent sans jamais se fréquenter, ni se lier d'amitié, malgré l'admiration qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.

Le 18 juin 1912, sa maison natale de Franz Schubert est inaugurée. Y sont exposés objets, tableaux, documents de la vie et de l'œuvre de l'artiste.

Il avait deux grandes qualités.

La musique et les amitiés.

Brûlé avant l’heure par la syphilis et une inspiration quasi pathologique, sa vie d’artiste est une intense hallucination fiévreuse.

Bohémien dans l’âme, célibataire malgré lui, Schubert existait pour ses amis autant que pour la musique.

Un jour, devançant d’un siècle l’idée de subventions, Franz s’exclama qu’il devrait être payé par l’État pour composer puisqu'il n’était né que pour la musique.

 Son public rêvé n’était ni Dieu, comme Bach, ni les princes, comme Mozart, ni pour l’Histoire, comme Beethoven.

Son public idéal, c’était les copains et son théâtre quotidien, une mansarde.

Sa musique donne cet air de confidence spontanée, de rêverie inquiète, de joie naïve toujours filtrée par ses hantises tragiques dans l’errance, la solitude et la mort.

Franz Schubert a une citation qui me plait bien : 

Jouis toujours du présent avec discernement, ainsi le passé te sera un beau souvenir et l'avenir ne sera pas un épouvantail.

Réflexions du Miroir

S'il faut comparer la vie de Franz Schubert avec Marcel Proust, il est clair que l'humilité et la discrétion de Schubert doivent être une des différences importantes malgré sa production musicale énorme.

Il n'y a pas de ville villégiature dans laquelle il résidait avec une vue à partir d'une fenêtre d'un Grand-Hôtel pour laisser une empreinte indélébile dans le patrimoine autrichien, rôle qu'il a laissée à Beethoven comme gardien de la mémoire.

Je sais que quand j'en ai marre d'écouter les musiques de variété trop bruyantes et que j'ai envie d'écouter une musique d'ambiance douce pour réfléchir devant mon écran, c'est la musique de Schubert qui me vient l'envie d'écouter.

Prolifique, son répertoire compte plus de 1000 œuvres musicales

... cataloguées par Otto Erich Deutsch en 1951 dont une partie importante est publiée après sa mort et révèle des chefs-d'œuvre qui contribuent à sa renommée posthume.

Difficile de parler de son œuvre de manière globale.

C'est dire que présenter un tableau complet est presque impossible.

S'il faut sélectionner quelques œuvres maîtresses, ce serait peut-être...

Symphonie N°5

...composée à l'âge de 19 ans, peut être jouée en privé dans la maison de Otto Hadwig mais dont la première exécution en public aura lieu en 1841, 13 ans après sa mort. 

Impromptu N°3

Quintette La Truite

 ... appelé ainsi dans une manière de remercier son hôte avocat pour l'avoir recueilli à la campagne durant l'été 1819 pendant lequel il a été heureux, dont l'une des chansons favorites était "Die Forelle", qu'il fait correspondre à une petite pièce qu'il a composée quelque temps plus tôt sans beaucoup de succès à Vienne

Allusion


Moyenne des avis sur cet article :  1.88/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 23 novembre 11:05

    Les lieder sont magnifiques : « Auf dem Wasser zu singen ». 


    • Antoine 23 novembre 16:01

      On a toujours l’impression que Schubert vient vous chuchoter à l’oreille avec une douceur d’une parfaite délicatesse.


      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 novembre 16:23

        Bonsoir,

         Bien d’accord sur ce genre d’impressions.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 novembre 16:29

          Que dire devant un tel talent. Il nous fait rencontrer le divin. Qui aujourd’huipourrait en dire autant ?  Notre époque passerait pour médiocre à côté.... Il est rare qu’un musicien me fasse monter les larmes au yeux.... Son quintette en UT MAJEUR D 956. MAGISTRAL....


          • Fergus Fergus 23 novembre 16:33

            Bonjour, l’auteur

            Il manque dans ces évocations des oeuvres du grand compositeur qu’a été Schubert la symphonie n°9 (lien), d’assez loin la plus aboutie à mes oreilles, même si j’apprécie beaucoup la 5 et la 8. 

            Dommage également que ne soient pas mentionnés l’octuor pour vents (lien) ou les très séduisantes pièces pour violon et orchestre que sont le Konzertstück (lien) et la polonaise (lien) ou bien encore le rondo pour violon et quatuor à cordes (lien).

            Cela dit, c’est peut-être avec la magnifique transcription de la sérénade su Chant du cygne (lien) ou avec le court mais superbe moment musical n°3 que Schubert a atteint le sommet de son art (lien).


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 novembre 16:40

              @Fergus bonsoir,
                Parmi près de 1000 œuvres, c’est difficile de faire un choix.
                Ce billet est une première mouture de mon article qui paraitra demain.
                Merci pour le commentaire. J’ajouterai peut-être encore d’autres musiques de Schubert.
                Il y a certainement une chose que j’ai raté dans ma vie, celle d’apprendre le solfège et la musique.
                On peut exprimer tellement de sentiments avec la musique, sans devoir ajouter un texte pour les exprimer. 


            • Fergus Fergus 23 novembre 16:41

              Cela dit, d’accord avec cet hommage mérité à cet excellent compositeur, hélas ! décédé beaucoup trop tôt.


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 novembre 16:44

              @Fergus, 
               31 ans. Il y a des gens comme ça, souvent géniaux, qui produisent des choses que d’autres n’arrivent pas à créer en 100 ans.


            • Antoine 24 novembre 11:57

              @Réflexions du Miroir
              Sur ce registre, mon plus grand regret : Hans Rott, disparu à 25 ans, nous a légué en particulier une symphonie tellement magnifique qu’elle ne quitte pas ma platine...



            • Fergus Fergus 24 novembre 17:08

              Bonjour, Réflexions du Miroir

              Je m’aperçois avec horreur que j’ai oublié de mentionner le trio opus 100 dont le second mouvement est une pure merveille : lien


            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 24 novembre 18:01

              @Fergus bonsoir
                Merci pour m’avoir rappeler quelques musiques schurbertiennes que j’ai ajoutées à mon billet plus complet, ce matin
                A la fin de celui-ci je rappelle les nombreuses compositions qui se sont retrouvées dans les films


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 novembre 16:36

              L’autriche est le pays des sommets (Freud, Schubert, Klimt.......) et des gouffres : Hitler..... Au mètre carré, presque supérieure à le France... 


              • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 novembre 16:45

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                 En effet. Merci pour cette constatation.


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 novembre 16:40

                Je regrette d’avoir vendu ma platine. Une cassette ne peut rendre le son à un tel niveau..... Peut-être qu’avec les beaux jours, j’en racheterai une.... Et tant pis pour les griffes...


                • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 novembre 16:50

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                   Il y a longtemps que j’ai fait cela aussi.
                   Je n’ai plus de disques platines. Mais elles reviennent.
                   J’ai encore 80 cassettes qui sommeillent dans ma discothèque.
                   Même elles sont déjà obsolètes comme les CD et les DVD.
                   Maintenant la musique se laisse apprécier surtout dans les concerts, sur Internet ou le DAB+ qui remplacent la FM.
                   On n’arrête pas le progrès à la recherche d’une perfection qui n’existe pas. 


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 novembre 16:58

                  J’ai vécu avec un musicien. Il avait trouvé les meilleurs haut-parleur au monde. Qua pour faire de la place j’ai été obligée de vendre pour des rond de carottes. C’est qu’elles prenaient de la place. J’an profiter pour faire la publicité d’un ami : GRAMOPHONE. Je suis certaine qu’il l’a encore. On dit enceinte (joli mot, pensant à ma grand-mère qui jouait du piano quand ma mère était enceinte. Je suis certaine d’avoir gardé en moi les vibrations.... il existe même des enceinte ALCHIMIST... Mais perso, j’ai gardé mes disques et leur superbe pochette. 


                • robert 23 novembre 18:22

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  Bonsoir , vous avez des platines très bon marché avec possibilité d’enregistrer en sur clé USB


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 novembre 16:50

                  Shubert est notre plus belle leçon d’Humilité. A côté, l’aller sur la lune des américains me laisse froide. Le voyage sur le lune de Mélies vaut dix démarrages d’Apollo. https://www.youtube.com/watch?v=apWTcPQVB6o. Comme Jules VERNES qui est la plus entrée en poésie pour les enfants..... Excepté Sempé, toujours mieux que Martine à la plage...


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 23 novembre 17:15

                    J’ai vécu avec un musicien. Il avait trouvé les meilleurs haut-parleur au monde que pour faire de la place j’ai été obligée de vendre pour des ronds de carottes. C’est qu’elles prenaient de la place. J’en profite pour faire la publicité d’un ami : GRAMOPHONE (IXELLES), il est très spécial, genre un peu aristo dandy, mais il possède des merveilles. Je suis certaine qu’il l’a encore. On dit enceinte (joli mot, pensant à ma grand-mère qui jouait du piano quand ma mère était enceinte). Je suis certaine d’avoir gardé en moi les vibrations.... il existe même des enceinte ALCHIMIST... Mais perso, j’ai gardé mes disques et leur superbe pochette. 


                    • PascalDemoriane 24 novembre 17:27

                      Ah la belle musique objet de tous les superlatifs vibrant... moins on y travaille pour en jouer un peu, plus on en parle pour n’en rien dire !
                      Bon ok, je vais encore me faire des amis... J’ai joué et accompagné du Schubert, j’ai rien à en dire d’autre que c’est beaucoup de travail et jamais acquis. Combien l’écoute partition en vue ? Le public devient musicalement illetré, bientôt analphabète.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité