• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Se construire citoyen »

« Se construire citoyen »

Après des élections marquées par nombre de votes portés sur l’extrême droite et une abstention d’une importance sans précédent, nous sommes passés d’un quinquennat à un autre. La législature qui commence se traduit par un changement politique et un profond renouvellement des membres de l’Assemblée Nationale. Pour l’instant nos interrogations l’emportent sur les certitudes.

Dans notre secteur de l’éducation, émergent de singulières propositions. Nous restons sur notre faim. À l’heure du budget, doit-on redouter une politique éducative guidée, notamment, par la recherche d’économies ? Alors que l’on s’inquiète de la déstructuration du lien politique et social, ne négligeons pas la mission citoyenne et intégratrice de l’École publique laïque.

Le ressourcement dans le passé permet souvent d’éclairer le présent. Ainsi d’anciens débats ressurgissent entre le principe d’égalité en éducation, fondement de la démocratie, et celui de la liberté d’entreprise appliquée à l’enseignement au nom du « libre choix » des familles. C’est là, une individualisation du rapport à l’école. Le communautarisme et la marchandisation, financés par la puissance publique, représentent ainsi des dangers aussi imminents que gravissimes pour l’avenir de l’École publique. Que dirait-on de ceux qui, refusant les transports publics, revendiqueraient le subventionnement public de leur course en taxi ?

Cessons aussi de présenter l’École publique comme uniforme. Elle nourrit et assure une libre diversité des élèves. Elle est un patchwork démocratique de publics, de conditions de travail et d’environnement.

Les principes fondateurs instituant l’instruction obligatoire, gratuite et laïque assurant la liberté de conscience n’en restent pas moins les plus efficaces vecteurs de la vie politique et sociale. Pourtant, certains osent prétendre que ces vertus de l’École publique ont perdu de leur pertinence afin d’invalider ses principes fondateurs.

La citoyenneté, l’égalité des sexes, la mixité sociale, le vivre ensemble entre citoyens en devenir, dans un contexte de crise, constituent des défis, des enjeux de société pour l’École publique laïque et l’avenir de notre République.

Dans les écoles publiques, l’organisation du temps de la semaine scolaire fait à nouveau débat. Mais, qui pourrait se plaindre de l’institution des activités périscolaires complétant un temps édu- catif de socialisation et d’apprentissage de la citoyenneté ? Ces activités complémentaires partici- pent en effet, à leur manière, à atténuer les différences sociales et culturelles, en contribuant au développement de la découverte, de l’expérimentation, de l’autonomie et de la créativité.

Sur ce champ de la laïcité et de la citoyenneté, nombre d’initiatives sont déjà entreprises par nos Unions départementales. Notre mission associative doit viser à aider chacune et chacun à devenir citoyen et assurer la marche de l’enfant vers l’Homme. Sur ce terrain, comme sur d’autres, nous allons fédérer ces actions de nos Unions pour mieux faire connaître notre responsabilité institu- tionnelle de DDEN.

Les missions dévolues à l’École publique laïque, l’éducation à la citoyenneté, l’éveil au sens critique, à la lucidité et la responsabilité de soi, constituent pour nous DDEN, les valeurs cardinales de l’acte éducatif de transmission des idéaux de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Eddy KHALDI

EDITO de la Revue "le Délégué" de la Fédération Nationale des Délégués Départementaux de l'Education Nationale

http://www.dden-fed.org/


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 17:00
    @ l’auteur
    .
    Le partage des enfants entre école publique et école privée est un très démocratique sondage d’opinion permanent sur la place de l’état dans ce que vous nommez « l’apprentissage de le citoyenneté ». 


    • Clark Joseph Kent Jeussey de Sourcesûre 3 septembre 2017 17:08

      @sarcastelle

      démocratique, mais inégalitaire...
      l’appartenance à l’élite a un coût élevé
      pour ce qui est d’en faire partie grâce au mérite dû au travail personnel, c’est un conte de fées
      sa place dans la société, on la trouve dans son berceu
      les transfuges sont rares
      mais comme pour les gens de couleurs amis de racistes, ils servent de caution

    • amiaplacidus amiaplacidus 3 septembre 2017 17:10

      @sarcastelle

      Pour que ce sondage soit réaliste, encore faudrait-il appliquer la règle :
      - Écoles publiques, fonds publiques.
      - Écoles privées, fonds privés.

      Faute de quoi les tenants du privés crachent sur la main qui les nourrit.


    • amiaplacidus amiaplacidus 3 septembre 2017 17:18

      @sarcastelle

      Pourriez-vous nous dire pourquoi tous les pays en tête du programme pisa (Singapour, Japon, Estonie, Taiwan, Finlande, Canada, Vietnam ...) ont des systèmes publics d’éducation alors que la France, qui commence à taper dans le bas du classement, a un service en bonne partie privé ?


    • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 17:29

      @amiaplacidus

      .
      école publique, fonds publics, école privée, fonds privés : vous êtes trop vieux pour ne pas connaître la réponse : fonds publics si remboursement de la part d’impôts correspondante. 

    • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 17:34

      @amiaplacidus

      .
      Pourriez-vous nous dire pourquoi.... Vous avez une formation scientifique trop poussée pour croire vous-même à la valeur démonstrative de corrélations aussi vagues. 

    • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 17:37

      @sarcastelle

      .
      correction d’une bourde : lire évidemment fonds privés si remboursement de la part d’impôts correspondante. 

    • amiaplacidus amiaplacidus 3 septembre 2017 17:38

      @sarcastelle

      Comment se fait-il que dans tous les pays qui ont un système public performant, le public finance le public et le privé le privé.

      La France est l’une des très rare exception et il faut bien dire que les résultats ne sont pas à la hauteur.


    • amiaplacidus amiaplacidus 3 septembre 2017 17:44

      @sarcastelle
      Des corrélations vagues se reproduisant systématiquement depuis 16 ans, simple hasard ?
      J’en doute fortement.


    • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 17:51

      @amiaplacidus
      .

      L’école publique est meilleure ailleurs parce qu’elle n’a pas partout une tradition « républicaine » d’être engluée dans un activisme tant syndical que ministériel de bouffage de curés. 

    • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 20:21

      @sarcastelle

      .
      C’est raté : personne n’a râlé après mon message précédent de 17h51. J’espérais bien, pourtant. 
      Bon, puisque ça n’a pas marché je retire ce que j’ai écrit, qui était grossièrement outré rien que pour faire crier. Je suis déçue. 

    • Cateaufoncel 3 septembre 2017 21:26

      @sarcastelle

      « L’école publique est meilleure ailleurs... »

      Quand on découvre que des parents, eux-mêmes enseignants, acquis à l’école publique, finissent par se résigner à mettre leurs enfants dans le privé, on constate qu’il y a un malaise, jusque dans une petite commune des Vosges, et pas seulement dans le 9-3.


    • Cateaufoncel 3 septembre 2017 21:34

      @sarcastelle

      Le texte intégral, « réservé aux abonnés » :

      Comment les parents contournent la carte scolaire et renoncent à la mixité


    • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 21:37

      @sarcastelle

      .
      Ce fut un peu différent pour moi. Mes parents professeurs dans le public et catholiques pratiquants voulaient carrément me mettre dans le privé catholique, et c’est l’aumônier catholique du lycée d’état qui les en a dissuadés en leur expliquant qu’étant professeurs dans le public, cela ne se faisait pas smiley

    • Cateaufoncel 4 septembre 2017 02:13

      @sarcastelle

      "Mes parents professeurs dans le public et catholiques pratiquants voulaient carrément me mettre dans le privé...*

      Mais les réalités ethniques n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui puisqu’on rencontre dans une classe de troisième, une gosse est appelée « céfran » par les autres plus foncés qu’erlleparce que certainement de peau plus claire que les autres, posanbt pas là un problème non pas de racisme, mais de préracisme, parce que si les enfantrs ne sont pas racistes - Ben Jelloun,n’arrête pas de le rabâcher - à partir d’un moment donné, ils deviennent suffisamment observateurs pour distinguer entre ceux qui leur ressemblent et se comportent de certaine manièee, formant un « NOUS » en face de « EUX » qui se ressemblent aussi mais se comportent d’une manière différente.


    • bob14 bob14 3 septembre 2017 17:31

      L’école française à 30 ans de retard...Votre pays dans ces conditions est FOUTU...


      • sarcastelle sarcastelle 3 septembre 2017 17:38

        Relire la dispute entre Lambourde et Gorin à propos de l’école publique/privée. 


        • Cateaufoncel 3 septembre 2017 20:28

          « ...la mixité sociale... »

          En fait, vous voulez parler de mixité ethnique, je présume...

          Je crois que vous pouvez y aller, maintenant, même Le Monde du 29 juillet a osé briser le tabou, en publiant qu’il faudrait ramener des Blancs - oui, oui, des Blancs ! c’est écrit noir sur blanc, et avec un « B » majuscule - au quartier de la Noé, à Chanteloup-les-Vignes.

          Extrait :

          Arona Seck, 35 ans, coordinateur des médiateurs de Chanteloup-les-Vignes, ne prend pas plus de pincettes que la maire : « La rénovation urbaine ? Bah oui, ça veut dire faire venir des Blancs. C’est ce qui nous manque, c’est ce qui a disparu. »


          • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 2017 16:37

            tous les matins en allant aux toilettes je deviens chietoyen .....


            • arthes arthes 4 septembre 2017 16:58

              Moi je suis pour qu’il y ait davantage d’écoles Waldorf !!!

              Que fait la ministre de la culture bordel ?
              Elle devrait en toucher un mot à Blanquerre, 

              Vu ce que coute notre système actuel et qu’il faut pas s’attendre à des miracles .

              Au moins proposer le choix du style de formation....Plutot qu’obliger au formatage dans le grand panier broyeur de tetes faiseur de moutons dociles qu’est lENA 

              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 5 septembre 2017 00:20

                Cela ne mange pas de pain. Sans aucune illusion. Trente quatre ans de destruction perverse de la société,...C’est David contre Goliath. La plupart tomberont en burn-out, dégoûtés (c’est ce que je leur souhaite de mieux). Donner des perles aux cochons ; activité que j’ai abandonné depuis longtemps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->