• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à faire un (...)

Si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à faire un procès !

La campagne pour l’élection présidentielle touche à sa fin. Lundi 7 mai, nous nous réveillerons avec un(e) nouveau (nouvelle) Président(e) de la République issu(e) d’une nouvelle génération. On remarquera qu’au même moment, en Grande-Bretagne, on annonce le départ de Tony Blair sans que son mandat arrive à son terme, alors même que celui-ci a le même âge que nos deux candidats et qu’il est au pouvoir depuis dix ans déjà. Donc on peut en conclure que le renouvellement de génération auquel nous procédons reste encore modéré. Quoiqu’il en soit les défis auxquels il (elle) aura à faire face seront immenses. Il y aura eu beaucoup d’engagements dans cette campagne et les citoyens français auront à cœur d’évaluer les résultats.

Mais avant ce dimanche 6 mai, rappelons que pour défendre ses idées, il est une chose qu’il convient de faire, c’est d’aller voter et de choisir entre l’un ou l’autre des deux candidats que sont Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Ne soyez pas tenté par la flânerie qui vous conduirait à vous abstenir d’aller voter. Car s’abstenir, c’est nier le principe même de ce droit qui nous est donné de nous exprimer par le fait de voter. Bien sûr, on peut être sensible à l’argumentaire « je ne pèse rien avec ma voix ». Eh bien, il faut jeter cet argument aux orties car c’est ainsi que d’autres, souvent bien pensants, en arrivent à conclure qu’il faut penser et agir pour vous, pour nous les citoyens. Car une voix + une voix + une voix ... cela fait parfois beaucoup de bruit. Et aujourd’hui en démocratie représentative (cf. mon article : « Démocratie ou télécratie »), le droit de vote reste le seul moyen légal qu’ont les citoyens pour s’exprimer. Aussi, ne vous abstenez[1] pas, faites votre choix parce que voter est un droit mais aussi un devoir. Inutile, à mon sens aussi, de voter blanc. Les votes blancs ne sont pas comptés !

Le seul (pas tout à fait) débat auquel nous avons eu droit entre les deux tours de l’élection n’aura pas permis aux candidats en lice d’approfondir de manière sérieuse des sujets importants pour notre avenir. Tout ce que l’on retiendra par la suite de ce dé(com)bat, c’est le jeu de rôle adopté par chacun, très instructif pour les journalistes, mais, pour nous citoyens, ce n’est pas ce que nous attendions pour savoir où nous allons dans les cinq ou dix ans à venir ! De ce côté-là, il est manifeste que la démocratie française doit se renouveler. Il suffit de voir les réactions du milieu culturel suite à différentes évictions, sanctions qui se sont abattues sur les musées et les théâtres pour comprendre qu’il faudra être vigilant quant au respect de notre droit à s’exprimer (à ce sujet, voir la démission de Pierre Rosenberg du Conseil artistique des musées, la chasse aux sorcières a commencé, la réaction de Françoise Cachin qui déclare : « dans les musées, beaucoup, désormais, ont peur d’exprimer une divergence).

Oui, disons-le ! La France qui se veut être une démocratie exemplaire (puisque d’aucuns responsables politiques ont défendu l’idée de la fierté nationale) a encore du chemin à faire pour garantir une vraie démocratie aux citoyens parce que la démocratie est un idéal qui reste à construire.

Bien sûr, on me rétorquera qu’il faut arrêter de se plaindre et qu’en France nous avons déjà de nombreux droits bien souvent supérieurs à ceux d’autres pays, et cela je ne le conteste pas. Mais prenons le sujet qui a fait tant couler d’encre et de salive depuis que Ségolène Royal a reproché à Nicolas Sarkozy son immoralité politique au sujet de la place des enfants handicapés au sein de l’école de la République. Que nous propose le candidat Nicolas Sarkozy ? De faire de la scolarisation des enfants handicapés un « droit opposable » (la terminologie est tendance, vous l’aurez remarqué). A cela, on ne peut que dire : bravo ! Et il faut reconnaître que ce droit existe déjà sur les bases issues de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des doits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Le seul hic dans l’affaire, c’est qu’il ne suffit pas d’édicter des droits, encore faut-il que ces droits revêtent un caractère tangible et ne restent pas théoriques ou illusoires. En la matière, c’est d’ailleurs ce que le Comité Européen des droits sociaux a fait constater en condamnant la France en 2003 suite à une action en justice d’Autisme-Europe par laquelle il était notifié à la France que le taux de scolarisation des enfants autistes demeure extrêmement faible. Je rappellerai ici qu’il y a peu encore monsieur le ministre de l’Intérieur qu’était Nicolas Sarkozy défendait un projet de loi sur le thème de la prévention de la délinquance au sein de laquelle on trouvait un certain nombre d’articles visant (stigmatisant) les personnes handicapées mentales, les associant dans un amalgame douteux aux personnes délinquantes. Ce n’est qu’après moult oppositions de la part des associations de familles, des professionnels de santé que ces articles de loi seront retirés in extremis. Comment faire confiance au candidat Nicolas Sarkozy dans ces conditions comme il le prétend dans l’introduction de son programme ?

Sa réponse à Ségolène Royal, mais cela vaut pour tous les citoyens français, est pourtant simple et claire : à défaut de voir ses droits respectés, le citoyen n’a qu’à faire un procès en responsabilité à qui de droit pour faire valoir son droit ! Quelle belle hypocrisie ! Car agir en justice représente une démarche complexe [il faut faire partie des gens qui ont accès à la bonne information, au bon réseau, etc.], coûteuse [sans argent n’ayez pas trop d’espoir] et aléatoire [les vices de forme sont les premiers pièges pour les citoyens lambda, c’est pour cela d’ailleurs que nombreux sont ceux qui réclament la possibilité une action de groupe, soit dit en passant à laquelle est opposée Nicolas Sarkozy et le Medef d’ailleurs aussi - voir à ce sujet l’article « Projet Class Action retiré ou David contre Goliath  »].

En guise de conclusion, on retiendra le portrait de cette jeune enseignante à Clichy-sous-Bois Mélanie Merlin qui, surprise de retrouver sa photo dans le magazine Paris Match, légendée de manière à suggérer qu’elle avait de travailler en banlieue est aujourd’hui amenée à faire un procès pour obtenir une simple rectification que le journal lui a refusé. Le service juridique d’Hachette Filipacchi [propriétaire de Paris Match] lui avait répondu suite à son démenti : « Si vous n’êtes pas contente, vous n’avez qu’à faire un procès ! » (Source) On se souviendra que c’est ce même magazine qui, après la publication d’une photo de Nicolas et de Cécilia, avait remercié l’un de ces journalistes sans qu’il y ait besoin de procès !



[1] Comme nombre de citoyens, je viens de recevoir dans ma boîte aux lettres un prospectus intitulé « Jean-Marie Le Pen, votez contre les candidats du système ! » certainement des restes de stocks non distribués au 1er tour. Et dire que tout cela est fait avec notre argent !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 5 mai 2007 14:21

    Bienvenue dans le monde d’après.

    D’un autre côté, vous n’aurez pas à vous lever tôt pour traviller plus, comme tous les retraités qui votent UMP, puisque si ce parti continue sur sa lancée de ces cinq dernières années, il n’y aura plus de lits en psychiatrie dans le public, et les patients seront tous en prison.


    • citoyen citoyen 5 mai 2007 15:01

      Vous visez juste à ce que je vois ...


    • Forest Ent Forest Ent 5 mai 2007 18:18

      Excusez-moi d’avoir légèrement dévié de votre sujet. Mais si n’est pas confidentiel, il serait très intéressant de publier une évolution comparée des deux chiffres (lits en psy publique et prisonniers souffrant de toubles psy à l’entrée). Ca permettra d’avoir un comparatif économique d’utilité publique pour le désormais célèbre « plan Alzheimer » destiné à permettre à l’UMP de se souvenir de ses décisions en matière de santé publique.


    • citoyen citoyen 5 mai 2007 18:46

      Pas de souci sur le fait de dévier du sujet principal ... je ne vais pas dire que tout est dans tout mais vous n’êtes pas si éloigné que cela de la problématique centrale, et je me ferai un plaisir de suivre l’affaire sur ce plan ...


    • l’apprenti humaniste 7 mai 2007 22:23

      Bien sûr, Sarkozy c’est Chirac bis... puisqu’ils sont du même parti ! comme Emanuelli, Strauss-Kahn et Hollande !

      Si ségolène devait assumer le bilan de Miterrand... où en serait-on !


    • ogier 5 mai 2007 15:06

      Vous mentionnez une plainte d’Autisme Europe ayant abouti en mai 2003 et condamnant la France. Pour une information exacte , vous auriez pu préciser que cette plainte avait été déposée en mai 2002 , soit à la fin de l’action de madame Royale dans son ministère...

      [http://www.autismeurope.org/portal/Portals/2/AE%20vs%20France%20FRA.pdf]

      Celà tendrait donc à confirmer les propos de M Allègre selon lequel , si madame Royal n’a pas son pareil pour lancer des grands projets médiatiques , elle avait plus de difficulté à les mettre en place de manière concrète. On pourrait aussi mentionner son action en ce qui concerne la lutte contre la pédophilie ,certe indispensable , mais dont l’approche idéologique de madame royale, au mépris des droits de la défense a conduit aux dérives que chacun a pu constater.

      [http://blogdesinnocents.canalblog.com/archives/203___alain_hodique___le_lyn chage/index.html]


      • citoyen citoyen 5 mai 2007 15:18

        Vous avez raison, la démarche de Ségolène Royale n’est pas sans pouvoir souffrir certaines critiques, pour autant je pense que son action reste plus fondamentalement basée sur les principes humanistes que l’action de son concurrent Nicolas Sarkozy, et à ce titre vous ne commentez pas le reste des informations notamment le fait de s’afficher défenseur des personnes handicapées et d’avoir défendu un projet de loi classant la maladie mentale dans la catégorie « délinquant ». C’est du même ordre que ses hypothèses vaseuses sur la génétique.


      • citoyen citoyen 5 mai 2007 15:21

        Votre deuxième lien ne fonctionne pas, à voir ... merci


      • citoyen citoyen 5 mai 2007 17:06

        Voilà au moins une femme qui ne s’en laisse pas conter ...


      • Gianola 5 mai 2007 17:13

        Lisez donc cet article sur la capacité d’action de Mdm Royal. Après ça on relativise un peu ses 100 propositions présentés dans son « Pacte Présidentielle ».

        "Une longue convalescence à l’Assemblée Nationale

        Ségolène préconise « une surveillance populaire sur la façon dont les élus remplissent leur mandat ». Dans son activité à l’Assemblée Nationale, met-elle pour autant en cohérence son discours et ses actes ? Procédons donc à une petite vérification.

        Membre à la commission des lois, Ségolène Royal n’a guère été assidue et n’est intervenue sur aucun des nombreux projets de loi qui ont réformé la procédure pénale ou le droit de la famille pendant la législature. En outre, elle n’a produit aucun rapport parlementaire. Quant à son activité dans l’Hémicycle, le 28 septembre dernier, l’hebdomadaire l’Express livrait le classement des 577 députés selon leur nombre d’interventions en séance (de janvier 2004 au 13 mai 2006)2. Inutile de dire que les prestations de Ségolène ne sont pas brillantes. Ses 8 interventions la propulsent au 469ème rang sur 577 députés. Même au sein du groupe socialiste, composé de 142 députés, elle n’est que la 120ème. Examinons tout de même la teneur des 8 interventions de Ségolène : Le 17 mai 2004, Ségolène a défendu des amendements sur le projet de loi organique pris en application de l’article 72-2 de la Constitution relatif à l’autonomie financière des collectivités territoriales. Le 25 mai 2004, elle est intervenue en discussion générale, comme orateur, sur le projet de loi constitutionnelle relatif à la charte de l’environnement. (http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/assembleenat/dossier.asp?ida=45 1849). 12 Le 15 février 2005, elle est intervenue le projet de loi d’orientation pour l’avenir de l’école ; Le 25 septembre 2006, elle est intervenue en discussion générale, comme orateur, sur le projet de loi relatif au secteur de l’énergie. On notera que Madame Royal n’est intervenue qu’une seule fois en séance, alors que 38 séances ont été consacrées à l’examen de ce texte ! Ces quatre interventions sont les seules à avoir un contenu politique conséquent. Ses quatre interventions suivantes sont pour le moins concises : Le 25 février 2004, en séance des Questions au Gouvernement, elle déclare « C’est affligeant ! » (et c’est tout) Le 12 mai 2004, dans le cadre de l’examen du projet de loi organique relatif à l’autonomie financière des collectivités territoriales, elle déclare « Ça, c’est bien vrai ! » (comme vous y allez !) Le 8 juin 2004, en séance des Questions au Gouvernement, elle déclare « Quelle démagogie ! » (quelle audace !) Le 27 juillet 2004, lors de la discussion d’une motion de censure, elle conseille « Lisez plutôt le Monde d’aujourd’hui ! » (ça c’est bien envoyé !) Un seul commentaire possible devant ces prestations : c’est affligeant ! Passons maintenant aux questions posées par la candidate du Chabichou. En un peu plus de quatre ans, Ségolène Royal n’a posé que trois questions d’actualité au gouvernement : l’une en novembre 2002 sur la décentralisation, et les deux autres en mai et décembre 2003 sur les prestations familiales et la crise de la pêche. Sur les 737 questions d’actualité réservées au groupe socialiste, les questions de Royal représentent 0, 4 %. Aucune question orale sans débat à l’actif de Madame Royal, belle performance ! Quant aux questions écrites, la moyenne par député étant de 191 questions, nous tenons à féliciter Ségolène Royal, c’est en effet le seul domaine à l’Assemblée, où elle semble exceller. Enfin, l’ancien ministre délégué à la Famille n’a rédigé que deux propositions de loi depuis 2002. La première, en mars 2003, sur « la prévention des violences faites aux femmes ». La seconde,en novembre 2003, sur « la lutte contre l’utilisation marchande et dégradante du corps humain dans la publicité ». On notera pourtant que, depuis le 19 juin 2002, ce sont plus de 3 427 propositions de loi qui ont déposées sur le Bureau de l’Assemblée nationale... Si demain, un « Jury populaire » se réunissait pour examiner la manière dont Ségolène Royal, Député des Deux-Sèvres, remplit son mandat, il y a fort à parier que celle-ci ne recevrait pas les félicitations du jury..."


        • citoyen citoyen 5 mai 2007 18:15

          Voyons, voyons, ce n’est pas parce que je supporte la candidate Ségolène Royal qu’il faut ignorer le sens ultime de mon article qui rappelle la signification du projet politique de Nicolas Sarkozy.

          Celui-ci repose sur l’idée de donner raison au plus fort, au plus riche, à celui qui a le plus de réseau, le fait que plus de la moitié des citoyens voteront peut-être pour lui le 06 mai ne remet pas en cause cette analyse. Et bien des gens auront des désillusions [comme d’ailleurs ceux qui voteront pour Ségolène Royal si elle est élue].

          Pour faire valoir son droit, en pur avocat, Nicolas Sarkozy nous répond que « nous n’avons qu’à faire un procès », ce qui en terme légal constitue un bon sens puisque nous sommes dans une société de droit.

          Là où ce discours est fallacieux c’est qu’il oublie de mentionner que ce principe d’organisation de la société avantage une partie restreinte de la population qui dispose des moyens financiers [au plus 10 à 20% de la population], et lèse ceux [l’immense majorité 80 à 90% de la population dont certainement vous et moi].

          Mais manifestement la différence entre vous et moi c’est que j’en suis conscient smiley


        • Y. DESGREES 5 mai 2007 17:47

          Les nombreux « pro-Marie-Ségolène » ont raison de s’inquiéter... Pour autant il semble qu’il soit trop tard. Le verdict des urnes, dimanche soir, ne vous autorise cependant pas à refuser un verdict qui sera sans appel : probablement un score rarement atteint depuis l’élection de Georges Pompidou.

          Un peu plus de respect de la démocratie ne vous ferait pas de mal. Vous commencez à sentir la défaite, soit ; ce n’est pas une raison pour raidir ses positions passéistes en suggérer comme Mme Royal des menaces. Respectez le choix des électeurs, qui pour l’instant semble très majoritairement en faveur de Nicolas Sarkozy comme successeur de Jacques Chirac. Attention à ne pas donner cette impression détestable d’être à l’avance des « mauvais perdants ». Attendez le 6 mai à 20 heures et quelques minutes pour continuer à commettre vos discours de haine dont la France commence à avoir assez.

          Ce n’est pas ce que les Français attendent de vous, comme de tous. Ne comprenez-vous pas qu’ils en ont assez de la Ségolènitude, de la Bayrouitude, et des discours simplistes et rabâchés des extrémistes de tous bords... Le peuple de France recherche l’apaisement, le calme, un discours simple mais précis de reconstruction de son pays. Avec un nouveau président qui ne sera pas celui d’un parti, d’un clan, d’une famille politique, mais celui de TOUS LES FRANÇAIS sans esception, donc le vôtre !

          On ne verra plus personne laissé au bord du chemin On ne verra plus la chienlit dans les écoles On ne verra plus la perte de croissance On ne verra plus les injustices crées par les « régimes spéciaux » des retraites On ne verra plus de parachutes dorés dans les grandes sociétés On verra de moins en moins d’assistés et de plus en plus de travailleurs heureux d’avoir enfin retrouvé à la fois du travail et leur dignité. Fraternité, justice et ordre social seront au rendez-vous du redressement souhaité par tous.

          Nicolas Sarkozy saura tenir ses promesses, parce qu’elles sont justes, parce qu’elles ont été mûrement et longuement réfléchies et préparées, parce qu’il en a la volonté et les capacités. Ayez l’honnêteté de lire ou relire son discours de Dijon du 23 avril dernier, lorsqu’il pose ces simples questions « pourquoi tant de haine » ? Les réponses, s’il est élu, sont dans ces phrases à la fois nobles, généreuses et constructives.

          L’avenir sera à ceux qui auront la volonté de croire qu’« ensemble tout est possible », celle de de se donner les moyens de participer à la rénovation attendue ; pas à ceux qui ne continueront à imaginer pour la suite qu’une France du déclin.


          • citoyen citoyen 5 mai 2007 18:19

            Et dites-moi pourquoi il faudrait s’inquiéter ? Faut-il vraiment s’inquiéter ? Si oui dites-moi en quoi, cela m’intéresse de le savoir ...

            Personnellement, j’ai jamais prétendu que Ségolène Royal était exempte de critiques, mais cela ne m’empêche de préférer son projet à celui de Sarkozy.


          • Forest Ent Forest Ent 5 mai 2007 18:21

            "On ne verra plus personne laissé au bord du chemin.

            On ne verra plus la perte de croissance.

            On ne verra plus les injustices.

            On ne verra plus de parachutes dorés.

            Nicolas Sarkozy saura tenir ses promesses."

             smiley smiley smiley smiley smiley smiley

            Merci beaucoup pour ce grand moment de franche rigolade.


          • Tristan Valmour 5 mai 2007 19:05

            @ Yves Desgrees

            Même avec l’élection de Sarkozy, le combat continuera de manière démocratique. Président de tous les Français, certes, mais les Français qui le souhaitent auront le droit, je l’espère, de continuer à exprimer des positions divergentes. Les Français auront le droit de montrer qu’il existe un autre chemin pour redresser la France. Je redoute néanmoins que cette liberté nous soit petit à petit retirée. Il restera alors le plan B.

            Quel plan ?

            Créer une association qui vendra des biens et des services, qui concurrencera les entreprises existantes, tournées uniquement vers le profit des actionnaires et de quelques hauts dirigeants. La démocratie directe est celle du consommateur qui peut agir au quotiden. Pourquoi une association ? Parce que le capital ne peut pas acheter une association, parce qu’il n’y a pas de part. Oui, une association militante qui traitera correctement les salariés, l’environnement et le consommateur. Une association qui vendra au juste prix, en se débarrassant de tout le superflu qui rend les produits si chers : le conditionnement, la publicité et les dividendes. Une association qui ne vendra qu’à ses membres, dont seront exclus les puissants, ceux qui s’accaparent au détriment des lois du littoral, des plages en Corse, et ailleurs et qui établissent des zones de non-droits au même titre que les délinquants des banlieues ; tous ces puissants qui méprisent les petits. Le salarié-consommateur préférera travailler pour cette association et consommer ses produits et services, aussi les actions de ces entreprises qui polluent la nature, méprisent les salariés et le consommateur, ne vaudront plus rien puisqu’ils perdront des clients.

            Voilà comment chaque consommateur a le pouvoir de changer son monde au quotidien, et de rendre la société plus humaine, contrairement à celle que nous promet Sarkozy et qui laissera encore plus de gens sur le bord du chemin.

            Le 5è pouvoir, c’est celui du consommateur !

            Chacun de nous dispose d’un grand pouvoir, et ensemble nous pouvons faire basculer la Société dans un sens qui nous sera à tous plus profitable, sans laisser une seule personne sur le bord du chemin.


          • emmanuel 5 mai 2007 22:52

            @Tristan L’economie n’interdit pas ce genre d’initiative, mais aucune jusqu’a present n’a reussi. Pourquoi ? Parce que les gens ne considerent pas que l’« augmentation de bonheur » (d’utiliser l’association plutot qu’une entreprise lambda) vaille l’augmentation de cout d’achat. En poussant le bouchon (donc prenez l’argument avec des pincettes), la negation de la part tend a ressembler au communisme qui n’a pas ete vraiment un succes (en oubliant abus dictatoriaux).

            NB : Je pense que l’entreprise peut etre amelioree, que certaines pratiques sont absurdes et unobtimales (economiquement), et donc qu’une entreprise meilleure peut etre inventee. Mais renier completement ce qui existe n’a pas fonctionne (jusqu’a present) et ne peut fonctionner (je pense).


          • cbk 5 mai 2007 22:55

            j’adore les tracts de l’UMP, surtout quand ils sont ici diffusés...


          • cbk 5 mai 2007 22:59

            je parlais evidemment du commentaire d’Y. Desgrees smiley


          • Tristan Valmour 6 mai 2007 09:22

            @ Emmanuel

            Intéressant commentaire qui nécessite une réponse détaillée. D’abord, une constatation : toutes les sociétés capitalistes sont en train d’échouer car elles se sont détournées du message originel du capitalisme. Nous découvrons aujourd’hui sa forme déviante, et il faut donc engager une réforme, sans toutefois tomber dans le modèle communiste qui n’a pas fonctionné. Je dis toujours que le communisme a partagé la pauvreté quand le capitalisme a partagé quelques richesses. Je prône donc un modèle intermédiaire qui n’est d’ailleurs pas très éloigné des aspirations gaullistes. L’économie est aujourd’hui une usine à gaz, personne ne maîtrise plus rien parce que les mécanismes sont trop complexes. Les riches (je parle des millionnaires, pas de ceux qui gagnent 10000 euros/mois) ne me dérangent pas à deux conditions : qu’il n’y ait pas de pauvres d’une part, qu’ils n’utilisent pas leur fortune pour s’arroger des droits exorbitants et adopter une attitude méprisante envers autrui d’autre part. Je constate que ce n’est pas le cas. Accepter cette situation serait donc faire preuve de cynisme. Je le refuse.

            Ce dont je parle est plus qu’un « coup de gueule » ; c’est un projet sérieux auquel je réfléchis depuis environ 2 ans. Il ne me manque plus qu’à intégrer un mécanisme qui empêche l’association d’être hégémonique, car il faut garantir la pluralité. C’est fondamental. J’ai écrit sur Avox un article (la SES, une autre vision de l’économie) qui présente une nouvelle forme de société commerciale, et je retrouve quelques vagues similitudes avec le programme de Bayrou : le fait de réserver aux PME un pourcentage des marchés publics, et l’exonération de cotisations sociales pour l’emploi de salariés (je préconisais le remboursement en cas de licenciement). Ce que je veux, c’est tenter de concrétiser ce modèle par le biais d’une association, puisque je sais bien que les pouvoirs publics ne vont pas adopter la SES. Une association s’intègre parfaitement dans les règles de l’économie de marché tout en offrant un champ d’exploration d’une activité commerciale qui prend en compte l’Humain.

            A ma connaissance, ce genre d’initiative n’a effectivement jamais été réalisée telle quelle pour une raison majeure : l’absence de dirigeants compétents prêts à se mettre au service des autres sans rechercher un avantage personnel exorbitant, et l’absence de capital pour démarrer l’activité. Mais des initiatives économiques alternatives voient le jour et fonctionnent (AMAP, etc.). Il y a en ce moment une prise de conscience de la part d’un grand nombre de consommateurs de l’importance de nos modes de consommation sur nos modes de vie. Le consommateur est dorénavant prêt à consommer équitable, éthique, et bio, même si c’est plus cher. Ce mouvement est toujours embryonnaire, mais prend de l’ampleur. J’observe également que de nombreuses personnes capables de diriger sont aujourd’hui disponibles en grand nombre : jeunes diplômés et cadres sup de plus de 50 ans. C’est une situation nouvelle.

            J’observe que vous supposez que l’association dont je parle vendra ses produits ou services plus chers. Cela est faux. Une paire de chaussures Nike coûte environ 40 cts € à fabriquer (matière et coût salarial) ; un costume Kenzo 110 € (fabriqué en France). Pourquoi les retrouvons-nous aussi chers dans nos magasins ? J’affirme donc que l’on peut proposer le meilleur produit ou le meilleur service pour un coût moindre. Parce que le coût d’un produit actuel est largement tributaire des dividendes, de certaines rémunérations exorbitantes, du conditionnement (la part de ce dernier a considérablement augmenté ces dernières années), de la publicité, des invendus et des malversations. Une association éthique et transparente aura la confiance des consommateurs.

            La négation de la part n’est pas le communisme. On retrouve cette philosophie dans le christianisme, dans l’humanisme et dans le fonctionnement de groupes humains étudiés par les ethnologues. L’égoïsme de nos sociétés et le fait d’accumuler AU-DELA DE LA RAISON sont le fruit d’une idéologie biaisée et inhumaine. Je place l’Homme au centre de mes préoccupations et ne peut demeurer spectateur de toutes ces inégalités, de toutes ces souffrances quand nous disposons de ressources suffisantes pour assurer le bien-être de tous, à défaut du bonheur.

            J’ai étudié l’Histoire pour m’appuyer sur des organisations humaines passées et observer ce qui a fonctionné ou échoué. J’ai étudié les Lettres pour communiquer. J’ai étudié l’AES pour avoir de sérieuses notions en organisation de groupes humains structurés comme en économie. J’ai étudié le Droit pour avoir des notions juridiques. J’ai étudié la psychologie pour savoir comment pense l’individu et le groupe. J’ai surtout étudié la philosophie pour m’étonner de tout, rechercher l’essence des choses et des êtres sans préjugés et pour la prospective qu’offre cette discipline. Je ne dis pas ça pour me vanter, mais pour signaler que mon approche est pluridisciplinaire.

            Une entreprise meilleure peut certes être inventée (comme ma SES, que des économistes d’Avox et des amis profs d’éco dans le Supérieur ont trouvé intéressante), mais il n’y a aucune volonté politique puisque cela gênerait considérablement les intérêts des amis de ceux qui nous gouvernent. Comme je suis opposé à la révolution et à toute action violente, le seul moyen de changer les choses est de le faire intelligemment. Si les régimes communistes ont connu des files d’attente devant les magasins d’Etat, nos régimes connaissent les mêmes files aux Restos du Cœur. Et même la croissance ne pourra pas empêcher la pauvreté de croître ou de voir la concentration des pouvoirs et des moyens de production entre les mains de quelques uns.

            cordialement


          • Lucrezia 5 mai 2007 18:21

            Quand on lit un tel article, aussi démagogique ...Moi, je dis retourne dans ton asile !


            • citoyen citoyen 5 mai 2007 18:55

              Mais mon cher Lucrezia, j’y suis déjà ...

              Quant à mon article, il est peut-être critiquable, mais argumentez vos propos ... sinon je n’y verrai que de la haine ...

              « Démagogie » = politique par laquelle on flatte, on excite, on exploite les sentiments, les réactions des masses : « certains orateurs qui se rendaient tout-puissants sur la populace en la flattant » de Bossuet

              Peut-être aimez-vous être flatté ? smiley


            • Eratosthène 5 mai 2007 19:44

              Premier point : de grâce, évitez cette espèce de nouvelle mode consistant à écrire « un(e) nouveau (nouvelle) Président(e) de la République issu(e) ». C’est absolument ridicule, incorrect grammaticalement, cela fatigue les yeux, et pour finir inutile : « quand on dit je vais chez le boucher », le boucher en question peut être une femme, le terme boucher englobe les deux genres, de même que l’on dit « sa Sainteté » alors que le Pape est toujours un homme et jamais une femme. Mme Jacqueline de Romilly, membre de l’Académie Française, s’était élevée à plusieurs reprises contre cette dégradation de la langue française qui ne faisait absolument pas avancer d’un seul chouïa la cause des femmes. Deuxième point : il est évident que chacun peut décider de s’abstenir. A partir du moment où voter n’est pas obligatoire, n’importe qui peut prendre la décision de s’abstenir. Prenez par exemple le vote des pré&sidentielles en Iran : Mme Ebadi (pas sûr de l’orthographe), prix Nobel de la paix, avait décidé de boycotter ces élections tout simplement en raison des contrôles excessifs, refus des femmes à la candidature, trucages, etc. Plus près de nous, les votes organisés par certaine mairies pour savoir s’il fallait donner le droit de vote aux étrangers n’ayant aucune valeur (absence de contrôle d’identité, et de toute manière ce n’est pas aux mairies de décréter cela, mais à l’Assemblée Nationale), ainsi que ceux organisés par des Assemblées générales autoproclamées dans des universités bloqués, à main levé, sans aucun contrôle d’étudiants, (et là encore les étudiants, quelles que soient les conditions d’un vote, n’ont en aucune manière le droit de bloquer quoi qure ce soit comme bâtiment public), il était également logique de s’abstenir. Bref, dans certains cas, l’abstention est tout à fait logique et normale. Troisième point : encore plus surprenant, on nous dit que c’est inutile de voter blanc, et que les votes blancs ne sont pas comptabilisés. C’est bien sûr complètement faux : les votes blancs sont comptabilisés, certes avec les nuls, mais comptabilisés quand même. Ensuite, voter blanc veut dire, à mon sens, que l’on n’est satisfait d’aucun candidat présent au deuxième tour. Personnellement, considérant que ni Sarkozy ni Royal ne me conviennent, je voterai blanc. Il est évident que si aucun des candidats ne va, il est logique de voter blanc, ce qui montre que l’on s’intéresse à la politique (on est allé jusqu’au bureau de vote et on a patienté pendant pas mal de temps), tout en étant insatisfait du choix proposé. Apparemment, vous êtes sympathisant socialiste : avec un deuxième tour, disons Jean Marie Le Pen face à Gollnish, iriez vous voter pour l’un d’entre eux ? Je ne pense pas. De même si on avait deux personnes manifestement incompétentes.


              • Ao 5 mai 2007 20:26

                « il faut reconnaître que ce droit existe déjà sur les bases issues de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des doits et des chances » Si on suit le lien vers Legifrance, on peut lire qu’aujourd’hui l’Etat est garant de ce droit.

                Apparemment cela ne suffit pas, NS propose que la justice le devienne. Il est faux de dire qu’en pratique il y aura peu de recours : les associations de défense des handicapés pourront porter les procédures.

                De plus si les responsables de la mise en pratique de l’accueil des handicapés encourent des actions en justice, on peut imaginer que les choses bougeront bien avant le premier procès.

                Pour ces 2 raisons le droit opposable est un puissant levier pour la mise en pratique de ce droit.

                Pour conclure, en grande majorité (Mme Royal y compris), le groupe socialiste a voté contre la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées...et aujourd’hui elle nous dit que ce sera son cheval de bataille... dont acte 


                • Odal GOLD Odal GOLD 5 mai 2007 21:41

                  Les avocats, c’est un peu la nouvelle soldatesque de l’idéal marchand. Au nom de la justice, on peut faire ce que l’on veut si on en a les moyens, et on peut faire illusion à ceux qui voudraient y croire.

                  Mais le réel problème des OGM qui vont bientôt faire muter toutes nos vertes campagnes et nous détraquer la santé pour de bon (Voir l’excellent reportage sur les OGM par « Envoyé spécial ») et la sécurité sociale qui risque de sauter - tout cela d’autant plus que Sarko Cid Vicious passerait - tout cela ne regarde pas non plus la justice, c’est vrai.

                  Odal GOLD www.odalgold.com : http://elhaz.blog4ever.com/blog/lirarticle-73740-194960.html


                  • Marc P 5 mai 2007 22:40

                    Bonsoir Citoyen,

                    Beau plaidoyer, édifiant et auquel je souscris (un peu moraliste et paternaliste toutefois contre l’abstention etc...)

                    Malheureusement (et même si SR l’emportait) vous ne serez pas lu de ceux dont NS semble avoir acquis le vote haut la main sans jamais les mentionner ou à peine, focalisant par exemple sur la valeur « travail » :

                    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=916

                    La gauche ne convainc donc pas les plus de 65 ans, mais convainc-t-elle les 60% de français en âge de travailler ouvriers ou employés ? et sinon pourquoi ?

                    La rupture culturelle est trop grande entre ces derniers et une gauche intellectualisante qui tente de se rappeler à leur bon souvenir à l’occasion de telles élections, mais qui ne parle qu’à elle même le reste du temps... NS a hélas beau jeu face à cela même s’il venait à perdre...

                    Sur le handicap, rappelons qu’il n’y a pas si longtemps son alter ego britannique à l’intérieur était aveugle guidé par son chien un temps aussi ministre de l’educ nat.

                    Notre regard sur les personnes handicapées comme celui sur les ouvriers les employés et bien sûr les plus défavorisés, sans emplois etc... pèche par manque d’attention, d’égard, et cela est tout à fait culturel au même titre que notre élitisme gaulois, le quant à soi de notre intelligentsia... Tout cela pourrait bien avoir un prix dont nous aurons une idée à 20 heures demain soir... J’aimerais me tromper....

                    Bien à vous.

                    Marc P


                    • Eugène 5 mai 2007 23:27

                      Ce qui m’effrait moi, c’est la façon de parler des sarkozystes (notez que je differencie « personne de droite » et « sarkozyste »).

                      Les mots comme « gauchiste, parasite » , des mots très frontistes auparavant sorte de la bouche des electeurs de sarkozy. Etrange non ? Le giron de la République envahit par une attitude nationaliste. Evidement, tous ces gens là se feront baiser ; je ne crois pas que Sarkozy tienne le quart de ce qu’il promet, il a juste besoin des electeurs frontistes alors il leur a parlé dans leurs langue pour le temps de la campagne.

                      La seconde chose c’est le terme « diaboliser » qu’on entendait souvent de la bouche de LePen (il l’a d’ailleurs souvent été pour de mauvaises raisons c’est vrai ) ; mais diaboliser Sarkozy ? Un type en passe d’être élu et de gouverner ; c’est pas « l’épouvantail LePen qui sert de faire valoir à la bonne conscience de gauche » pourtant .

                      L’utilisation de ce terme dès qu’il y’a contestation (accompagné de « gauchiste » et tres recement « soixantehuitar » - oui parce que le sarkozyste relaye le discours du chef, il ne réfléchit pas dessus avant-) c’est devenu une constante.

                      C’est dommage pour la droite Républicaine , car Sarkozy etait ce qui pouvait lui arriver de pire, pour son image.

                      Et puis, j’ai remarqué (surtout sur les forums) que je n’arrive plus à faire la difference entre un electeur sarkozyste et un frontiste tant leur dialogue et la façon de faire se ressemblent. (encore une fois, je parle des sarkozystes et non des gens de droite) .

                      La plupart des electeurs de Sarkozy sont apolitiques, ils se sont interressé au discours de Sarkozy parce-qu’il utilise les ficelles du FN (à savoir : montrer un ennemi - en l’occurence « l’assisté » , qui englobe : le sans papier, le RMIste, le chomeur, l’immigré... C’est plus subtil . ) En fait, j’avoue que je suis quand même sur le cul de voir des electeurs de droite applaudir un candidat tres de droite qui cite un communiste. Ca j’avoue...

                      Cette incapacité a dialoguer, ce refus d’admettre quoique ce soit , cet aveuglement completement surréaliste de l’electeur Sarkozyste quand on lui explique conscienscieusement ce qui est dangereux chez son candidat ; c’est très surprenant. Avoir reussit à faire croire aux gens que si ils sont dans la merde (ou pas d’ailleurs) c’est la faute aux pauvres... Tres fort aussi.

                      Je crois que Sarkozy serait capable de lire un discours de Besancenot lors d’un meeting et de se faire applaudir à tout rompre. Dingue. Putain, 5 ans ... (on va bien rigoler)


                      • BEY MUS 6 mai 2007 07:19

                        Mr. BAYROU APPRECIE & Mr. Le Pen DEPRECIE

                        L’UMP a non seulement peur de l’électorat de Monsieur François BAYROU qui représentent environ 6 800 000 électeurs dont les 2/3 iront élire Madame Ségolène ROYAL au 2ème tour.

                        Mais aussi de l’électorat des abstentionnistes qui eux représentent environ 7 200 000 électeurs et qui iront donc voter en masse au 2ème tour.

                        Une grande proportion d’entre eux soutiendra Madame Ségolène ROYAL.

                        Donc, un électorat cumulé supplémentaire de 14 000 000 d’électeurs qui iront se départager entre Madame Ségolène ROYAL et Monsieur Nicolas SARKOZI a de quoi faire frémir l’UMP !

                        Car nous savons que les abstentionnistes du 1er tour sont surtout des gens qui voteront à Gauche au 2ème tour.

                        Ce qui est encore plus grave pour l’ UMP, c’est qu’après avoir appelé ses 3 800 000 électeurs à l’abstention, Monsieur Le Pen n’apportera donc pas son soutien à Monsieur Nicolas SARKOZI qui en avait grand besoin pour s’affirmer au 2ème tour.

                        L’ UMP est maintenant aux abois ; d’où la récente rescousse des médias et des « sondages » qui ont multiplié par deux les écarts initialement avancés ( de trois (3) points à six (6) points) au profit de Monsieur Nicolas SARKOZI alors que tout cela n’est que de l’ INTOX .

                        LES ELECTEURS NE SONT PAS DES MOUTONS DE PANURGE !

                        D’après mes analyses, sur la base des résultats du 1er tour et des tendances qui ont suivi, Madame Ségolène ROYAL sera PRESIDENTE le 6 MAI 2007 avec 51,62 % des voix contre 48,38 % pour Monsieur Nicolas SARKOZI.

                        Madame Ségolène ROYAL dépassera alors Monsieur Nicolas SARKOZI d’environ 1 200 000 voix.

                        Bey Mustapha BEBBOUCHE


                        • analyses 6 mai 2007 12:07

                          ............... J’ai une trop grande idée de la Laïcité Républicaine pour imaginer que le porte parole du communautarisme à la française ( le plus grand danger pour l’intégrité de la France ) n’accède au poste Présidentiel...

                          Ses propos injurieux et haineux envers des catégories de citoyens ( pervers et glauques comme jamais ne l’ont été ceux de JMLP ) auraient du le disqualifier pour prétendre à ce poste....

                          Mais il est dans la course .... ; j’ose espérer qu’ il ne restera que le mauvais souvenir d’une mauvaise candidature .....

                          Mais imaginons le pire ....imaginons qu’il accede à la fonction suprème .........

                          Il ne nous restera plus alors plus qu’a attendre qu’il soit mis dehors pour nettoyer le Palais au Karcher.......

                          ........................


                          • prgrokrouk 6 mai 2007 13:43

                            AgoraVox n’est pas un espace d’expression démocratique. C’est une maison de (pré)retraite où se bousculent des planqués et des fonctionnaires. Un tas d’incapables à la recherche de consécrations narcissiques se bousculent pour leurs CACAs éditoriaux. Des posts DRAMATIQUES à quoi il faut ajouter bien des notations SOURNOISES, ajoutent à ce RIDICULE.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

citoyen

citoyen

 


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès