• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Signalétique routière : les panneaux de la honte !

Signalétique routière : les panneaux de la honte !

Le mois de septembre s’est achevé sur une nette baisse du nombre des victimes de la route : 108 vies ont été épargnées (-25,2 %) et le nombre des blessés a reculé de 1898 (-20,8 %). Un résultat encourageant qu’il faut saluer sans réserve et dont il convient d’attribuer le mérite à la politique de sécurité routière conduite depuis six ans par un pouvoir politique pas toujours aussi bien inspiré. Il existe pourtant encore des pistes d’amélioration, des possibilités de diminuer plus encore le nombre des drames qui, chaque année et le plus souvent de manière aveugle, frappent les familles de notre pays. En voici deux que je livre à votre réflexion :

La première concerne la signalétique. Comme le montrent les photos jointes, de plus en plus de panneaux routiers, victimes d’une peinture de très mauvaise qualité, sont dégradés quand ils ne sont pas devenus carrément illisibles au fil du temps. Ceux-là ont été photographiés en Bretagne, mais il en existe probablement dans toute la France, rares ici, nombreux ailleurs. Personnellement, j’en ai vu en Normandie, en Auvergne, dans les Pyrénées, en Provence et en Aquitaine ! Or, ces panneaux sont à l’évidence dangereux parce qu’ils détournent de manière anormale et prolongée l’attention des conducteurs peu familiers des lieux. Résultat : nombre de ces automobilistes, particulièrement des touristes, des VRP ou des visiteurs occasionnels, commettent des fautes de conduite directement induites par l’impossibilité de s’orienter correctement en abordant un carrefour ou un rond-point : coups de freins intempestifs, changements brusques de direction, arrêts d’urgence. Des fautes qui sont à l’origine de nombreux accrochages et, parfois, hélas ! d’accidents plus ou moins graves.

Ce problème existe depuis des années, mais rien ne montre, malheureusement, qu’une solution rapide doive lui être apportée. Et pour cause : tout le monde s’en lave les mains, des municipalités aux pouvoirs publics en passant par la gendarmerie et les associations ! Ayant pris conscience du problème après l’accident de l’un de mes voisins, j’ai contacté, il y a de cela deux ans, la mairie de ma propre commune, victime de ce désolant syndrome. Sans résultat. J’ai alors écrit au ministère de tutelle, au délégué à la Sécurité routière, à la LCVR (Ligue contre la violence routière), à l’Association des citoyens de la route. Sans susciter la moindre réaction. Devant l’indifférence générale, j’ai même envoyé un courrier, accompagné de photos, au Canard enchaîné. Sans plus de résultat : black-out total sur le sujet. Compte tenu de mon emploi du temps chargé à cette époque, j’ai alors purement et simplement abandonné ce dossier.

Depuis, j’ai découvert Agoravox, et je pense aujourd’hui, alors que les statistiques mensuelles de la sécurité routière viennent d’être publiées, que ce site, par son sérieux et sa notoriété, peut constituer un vecteur d’alerte efficace en direction des pouvoirs publics pour que soit mis fin à une anomalie d’équipement beaucoup plus dangereuse qu’il n’y paraît au premier abord. Amis blogueurs d’Agoravox, je vous laisse le soin d’en juger.

La deuxième piste concerne le gonflage des pneumatiques. Comme chacun sait, des pneus sous-gonflés peuvent éclater à tout moment et provoquer des accidents d’autant plus graves que cet éclatement survient à grande vitesse sur route ou sur autoroute. C’est pourquoi il est indispensable que les conducteurs puissent régulièrement vérifier la pression de leurs pneumatiques. Ce qui, pour vous, pour moi, et pour l’écrasante majorité de nos concitoyens, ne peut se faire qu’en deux types d’endroits : les stations-service, d’une part, et les points de gonflage situés aux grandes barrières de péage des autoroutes, d’autre part.

Et c’est là que le bât blesse. Car si les seconds sont en général opérationnels et bien entretenus, ils sont également très rares ; et tout le monde n’utilise pas les autoroutes. Quant aux stations-service, nombre d’entre elles posent problème. À commencer par celles des supermarchés dont les gonfleurs sont trop souvent vandalisés et de plus en plus souvent payants (jusqu’à 50 centimes !). Restent les autres, celles des réseaux de distribution des compagnies pétrolières, mais là aussi le vandalisme et le péage gagnent du terrain, sans oublier la mauvaise humeur des gérants dont certains interdisent carrément l’usage du gonfleur aux « non-clients ». En résumé, il devient de plus en plus difficile de vérifier la pression de ses pneus. Une aberration quand on voit les dégâts matériels et humains que peut causer l’éclatement d’un pneumatique !

Ce sujet n’est certes pas des plus importants ni des plus urgents dans une actualité dominée par la crise financière, les risques de récession et la perspective très déplaisante d’une remontée du chômage. Son traitement n’en serait pas moins bienvenu de la part d’autorités qui, régulièrement, affirment dans les médias que tout doit être fait pour diminuer toujours plus le nombre des victimes de la route !

Documents joints à cet article

Signalétique routière : les panneaux de la honte ! Signalétique routière : les panneaux de la honte !

Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • maxim maxim 22 octobre 2008 14:27

    sans compter les panneaux STOP cachés par la végétation lorsque qu’ils sont accrochés sur un mur ,

    les feux tricolores sans visiéres ,qui lorsque les rayons du soleil arrivent dessus sont totalement illisibles ...

    les " gendarmes couchés "non signalés qui peuvent tuer un motocycliste ou casser le train avant d’une voiture ......

    les anciennes signalisations au sol mal effacées et qui de nuit peuvent vous induire en erreur ......

    une plaque d’égout mal scellée qui se soulève comme ça m’est arrivé une fois ,detruisant la tringlerie de changement de vitesses .....

    j’ai porté plainte auprés de la DDE et de la commune où ça m’était arrivé ,et classé sans suite !

    comme vous dites si bien ,la honte !


    • faxtronic faxtronic 22 octobre 2008 14:32

      Et autre vegetation debordante, pas de signalisation, ou alors mal orientee, ou bien angle de rue trop aigu sans miroir, etc.....


      • LE CHAT LE CHAT 22 octobre 2008 14:40

        encore plus honteux ! un homme à Poil ! smiley
        http://www.creusot.net/creusot/rigolo/poil/img/webmaster.jpg


        • maxim maxim 22 octobre 2008 15:18

          salut le Chat...

          en Normandie il y a un bled qui s’appelle le Bosc Bordel ,des petits malins avaient recouvert de peinture le Bosc sur le panneau !...


        • krolik krolik 22 octobre 2008 15:28

          Heureusement que le GPS se démocratise et qu’on ne lit plus les panneaux.

          @+


          • BDKnut BDKnut 22 octobre 2008 21:05

             Pfffff ... joli ... soit c’est de la provoc, soit c’est de la connerie pure et simple ...

            1) Tout le monde n’a pas de GPS
            2) Tout le n’a pas les moyens de se payer un GPS
            3) Tout le n’a pas les moyens intellectuels d’utiliser un GPS (style ma mère ou mon grand-père)
            4) Tout le monde n’a pas les moyens de conserver son GPS (style moi et ma bagnole vandalisée tous les 4 matins en pleine rue passante du centre ville d’Agen, plaintes tjs classées sans suite ... et là, pour le coup, entre le PC portable, les dossiers, le GSM, le GPS, les sous, les cléfs et mes papiers, ce n’est plus un "baise en ville" qu’il va me falloir mais un sac à dos de sherpa !!! Niet !!!)

            Sinon, le fait que les particuliers s’équippent de plus en plus de GPS ne dispense pas la collectivité publique de faire le nécessaire question signalétique ... ce renoncement, comme bien d’autres d’ailleurs, pue le grand N’Importe Quoi qui nous bouffe peu à peu ces temps-ci ... pov’ pays ...

            Et puis, à titre perso, je trouve risibles voire lamentables tous ces neuneux qui ne savent plus s’orienter voire se déplacer sans allumer leur foutu GPS ou aller sur Mappy & Cie ... et les bonnes vieilles cartes IGN/Michelin, elles servent à quoi ??? Et la débrouille sur route ... quittes à tomber sur le gars du coin qui parle un français bien de chez lui et qui vous envoie ballader à 200 bornes en rase campagne, ça avait son charme ... IMHO ...

            Allez, bonsoir chez vous et n’oubliez pas d’allumer le GPS pour aller faire votre petit pipi du soir !!! 


          • Marc Bruxman 22 octobre 2008 15:35

            Les panneaux routiers sont très chers (je ne me souviens plus du prix mais j’avais entendu un maire protester suite à un vol et j’avais été très supris). Et je ne parles même pas de leur entretien (taille des arbres). 

            Finalement pourquoi ne pas mettre toutes ces informations dans un GPS ? Les prix de ces matériels baissent de plus en plus ce qui rendrait cette solution finalement abordable. (On trouve des tomtom a 129 €). 

            En plus si le but est la sécurité, le GPS est un réel confort. En IdF par exemple ca change quand même la vie de pouvoir se concentrer uniquement sur la route et de ne plus perdre son temps à la chercher. 

            Et enfin, ces panneaux ne sont pas très beau pour le paysage. Au final, tout le monde y gagnerait !


            • aren aren 26 janvier 2009 22:07

              Houuuuu ! Je hais les GPS ! Ça se trompe une fois sur deux ! Ça tombe en panne ! Et si on le perd !
              Il y’a d’ailleurs un papi qui a suivi les "conseils" du GPS ! Il roulait à contresens !
              Au moins, avec les sens interdits, aucun risque !


            • LE CHAT LE CHAT 22 octobre 2008 16:27

              @haddock

               tu veux voir une chatte ?  smiley
              http://farm1.static.flickr.com/219/496046179_a47b9adc11.jpg?v=0


            • norbert gabriel norbert gabriel 22 octobre 2008 16:32

              le pire n’est pas la province mais la périphérie nord ouest de Paris, avec une mutiplication des rocades et des noeuds multi voies dans lesquels on passe plus de temps à chercher les indications qu’à regarder la route.
              Avec des direcxtions qui disparaissent soudain, pour réapparaitre 2 ou 3 croisements plus loin, dans la mesure où on est resté sur la bonne voie.
              ça fait quelques 50 ans que je circule, et dans certains endroits, la banlieue de Paris en particulier, même les parisiens se perdent. Avec en corollaire les plaques des rues absentes une fois sur deux, on trouve le nom de la rue au début, mais ensuite, c’est au hasard.
              Etonnant que ces problèmes ne soient jamais abordés quand on parle de sécurité routière.


              • Fergus fergus 22 octobre 2008 16:41

                Exact, mais la province n’est quand même pas mal. C’est ainsi qu’un jour dans l’agglomération mancelle, je suis tombé sur cette savoureuse alternative en arrivant à une patte d’oie m’offrant comme possibilités : à gauche "toutes directions", à droite "autre directions" !

                Ubu n’est pas mort, il travaille à la DDE de la Sarthe !


              • Stéfan Stéfan 22 octobre 2008 17:46

                Les DDE ne s’occupent plus du tout de routes depuis 3 ans.
                Et même avant cette date, elles n’était déjà plus responsables depuis longtemps de la signalisation en agglomération, qui est de la compétence du maire.


              • BDKnut BDKnut 22 octobre 2008 21:19

                Là, pour le coup, je suis 100% d’accord avec vous ...

                Les directions/indications plus que "globales" qui disparaissent sans prévenir, les plaques de rues absentes, les numéros sur les maisons et immeubles, eux aussi absents, ce sont de véritables plaies pour les personnes qui ont à se déplacer en "territoire inconnu" ...

                J’y ajouterais les boîtes aux lettres vierges, vachement facile pour trouver qqun qt on le cherche ... on finit souvent par "faire péter" le GSM pour demander au type si la porte verte qui répond pas c’est bien chez lui ou pas ... j’interviens souvent à domicile et c’est mon lot quotidien ... et je passe sur les explications vaseuses des clients paumés ...

                Et tant que nous y sommes, ma petite découverte de ce matin : je suis centre ville de Villeuneuve sur Lot, j’ai une lettre à poster ... et bien, figurez-vous qu’entre la place Lafayette (centre centre) et l’hôpital St Cyr (boulevards extérieurs et parkings), en passant par la rue de Paris et l’église Ste Catherine (centre piétonnier, jolis commerces, etc etc), il n’y a PAS UNE SEULE BOITE AUX LETTRES !!!! Dingue, je n’en reviens pas ... il FAUT aller à La Poste, même si ce n’est pas sur notre chemin ... sinon, restent les poubelles municipales, rares mais encore vaguement présentes ...

                Comme je disais plus haut, pov’ pays ...


              • aren aren 26 janvier 2009 22:00

                Moi aussi,je l’ai écrit ! Marre des panneaux absents !


              • sebowze sebowze 22 octobre 2008 16:57

                La politique de sécurité routière entreprise depuis plusieurs années est entièrement basée sur la responsabilisation du conducteur : il boit, il roule trop vite, sa voiture est en mauvais état. Et si il n’est pas responsable on le punit.

                Nous avons des controles et barrages de police et gendarmeries partout (villes, campagne) et tout le temps (matin, midi, soir, nuit) : on souffle, on doit justifier de l’état de notre véhicule (l’inutile CT qui sera KO pour une fissure du rétro et OK malgré des amortisseurs de 200000km), on se fait flasher au radar, certains deviennent des criminels.

                Très bien. Le nombre de tués baisse, on voit de moins en moins de co***rds rouler comme des fous, les résultats sont là et c’est tant mieux.

                Et puis en plus comme ça on fait des conducteurs obéissants. Pas mal non ? « la peur du gendarme » est omniprésente. Le moindre petit truc de travers et on se fait prendre ! citoyens soyez parfait , filez droits , en rang 2 par 2 !!

                Sinon amende. « zut j’ai oublié ma ceinture » Et BIM ! 45€

                Mais en plus ça rapporte ?

                Eh oui bien sur ! La sécurité routière, ça rapporte un max d’ailleurs ! Si ça ne rapportait pas les gendarmes placeraient leurs radars là ou il est DANGEREUX de rouler vite plutôt que là ou c’est FACILE (descentes, …). Gros débat.

                Alors franchement, repeindre des panneaux et couper des arbres … ça doit en faire glousser plus d’un !


                • legendre legendre 22 octobre 2008 19:16

                  Ce que l’on ne vous dira jamais et que vous n’aimerez pas entendre non plus, sacrée bagnole ou sacrée utopie de liberté que nous avons avec .

                  Chaque jour dans le monde, 3200 personnes meurent dans des accidents de la circulation alors que 30 000 autres personnes sont sérieusement blessées. Cela représente donc 1,2 millions de morts par année, c’est-à-dire l’équivalent des victimes du World Trade Center chaque jour ! (The Guardian).
                   L’industrie de l’automobile réinvestit annuellement 2,6 milliards de dollars en publicité pour nous vendre l’idée de la liberté et de la performance. ( Richard Bergeron, Livre noir de l’automobile)

                  Les enfants vivant en bordure des routes fréquentées par plus de 20000 véhicules par jour ont six fois plus de chance de développer un cancer que ceux qui vivent aux abords de voies peu parcourues (moins de 500 véhicules par jour) (Monitor Publishing, avril 2000).
                   Les automobiles entraînent la dépendance de nos sociétés aux carburants fossiles ! L’automobile est responsable du tiers de la consommation de pétrole mondiale. (http://daac.gsfc.nasa.gov/).

                  La voiture colonise l’espace public ! Aux États-Unis, elle monopolise 40% de l’espace urbain et occupe trois fois plus de place que le logement d’une personne (Transportation Alternatives ; New Transportation Vision).

                  Un quart des dégâts écologiques engendrés par l’automobile résulte de sa production (Stattauto and the Green Consumer Guide). Par ailleurs, une automobile moyenne produit l’équivalent de son propre poids en CO2 chaque année (environ 300 millions de tonnes/an dans le monde).
                   La voiture crée l’isolement et l’apathie. L’automobiliste moyen passe le quart de son temps de veille, soit 1200 heures par années, assis dans sa voiture ou à travailler pour payer celle-ci. (Transportation Alternatives)

                   Deux voies de chemin de fer peuvent transporter autant de passagers par heure que seize voies d’autoroute. Dans un cas, il ne faut que 15 mètres de large, dans l’autre, 120 mètres (New Transportation Vision).

                   Au-delà des coûts environnementaux l’automobile est le symbole d’un système de valeurs qui suppose la dépendance, le gaspillage, l’inégalité face à la mobilité et le carnage quotidien. (James McGurn, écologiste urbain)

                  L’explication naïve de l’accident est nécessairement biaisée,en effet, l’enjeu social et économique représenté par l’accident (coûts, gravité de ses conséquences, incidence morale, menace qu’il fait peser sur l’intégrité physique et l’estime de soi) engage les gens dans une activité cognitive intense dont le but est non seulement de retrouver un sentiment de contrôle et un certain équilibre cognitif, mais parfois aussi d’éviter d’en porter la responsabilité ou de la faire porter par autrui.

                  Parmi les motifs qui orientent la démarche du profane, figure le besoin de se protéger soit contre un blâme éventuel, soit contre l’idée de devoir subir soi-même un accident du même genre. Les explications défensives peuvent enfin être un manière ou une occasion pour se présenter sous un angle positif.

                  Cependant, les explication naïves peuvent également résulter de mécanismes cognitifs liés au traitement d’information qu’opère l’individu : l’individu ordinaire traite les informations de sorte à confirmer ses hypothèses et croyances pré-établies sur les causes des événements.

                   Mieux, ces biais proviennent pour une grande part, de la tendance qu’ont la majorité des gens à croire qu’ils ont un meilleur contrôle sur les événements que l’individu moyen, tendance diversement traduite sous les considérations de différents biais dont le biais de supériorité : l’observateur, comme la plupart des gens, pense qu’il est plus habile que la victime de l’accident, et que dans pareille situation il adopterait une conduite plus efficace ; sur le même registre, un grand nombre de conducteurs pensent qu’ils commettent moins d’infraction routières que les autres et sont ainsi persuadé qu’ils seront à même de faire face à un obstacle brusque, même à vive allure, d’ autres ont un optimisme irréaliste dont une tendance générale qu’on les gens à croire qu’ils ont plus de chance de vivre des événements positifs et moins de chances de vivre des événements négatifs que leur semblables, souvent on retrouve aussi le sentiment d’invulnérabilité : tendance de certaines personnes à se percevoir comme moins exposées qu’autrui à la victimisation ou aux conséquences néfastes d’événements négatifs, résultant de quatre considérations : 1) la croyance selon laquelle "s’il n’y a pas eu de problème jusqu’à présent, on est à l’abri d’un tel risque pour le futur" ; 2) la perception du risque comme évitable par des actions individuelles ; 3) la perception du risque comme étant rare ; 4) l’absence d’expérience personnelle directe avec ce type de risque. Il va sans dire que les personnes qui se croient invulnérables sont conscientes des risques. Seulement elles pensent qu’elles peuvent les gérer ou éviter les accidents.

                  Que faire pour améliorer la prévention ?

                  Améliorer le système d’information et de communication,pour qu’une information sur le risque paraisse pertinente et soit assimilée par un individu, il importe qu’elle soit en accord avec les croyances initiales de cette personne ; dans le cas contraire, l’information peut être considérée comme non crédible, erronée ou non représentative.

                  Rechercher une meilleure adhésion aux mesures de prévention en intégrant le point de vue des personnes ordinaires, même si celles ci sont biaisées et apparemment subjectives.
                   
                  Apprendre aux gens à évaluer plus correctement leur propre vulnérabilité et leur pouvoir de contrôle, développer des techniques pour leur permettre de se rendre compte qu’ils ne sont pas plus à l’abri d’un accident que quiconque, et que les mesures de prévention s’adressent hélas aussi à eux
                   
                  Faire participer l’individu ordinaire à l’analyse causale des accidents et des risques de son environnement comme l’auteur de cet article l’a fait.





                • HELIOS HELIOS 23 octobre 2008 01:10

                  Et vous, qui ecrivez ce commentaire, vous proposez quoi, concretement pour remplacer l’automobile qui crée tant de problème ? je ne parle pas de formation, d’informations, non mais du remplacement ?

                  Parce qu’objectivement, si chaque automobiliste se croit meilleur conducteur que son congenère, vous, vous avez l’air de vous croire plus conscient des mefaits de l’automobile... ; du moins c’est l’impression que je retire en vous lisant.

                  Et puis, juste un détail... pensez vous que tous nos actes sont parfaitement "economiques" c’est a dire basé sur un optimum exempt d’elements de decision subjectifs ? et le plaisir ? et la passion ? et tout simplement la liberté, qu’en faite vous ? 

                  Oui les routes occupent de l’espace, les voitures polluent, et on risque de mourir derriere son volant.. et pourtant nous travaillons beaucoup pour nous la payer et l’entretenir... cela demontre que nous avons notre libre arbitre et qu’en, vertu de ce choix raisonné et assumé parceque payé, vous n’avez pas le droit de nous en priver ni même de tenter de nous en degouter.

                  Vous avez parfaitement le droit de vous passer de voiture et on doit respecter votre choix, comme vous respectez celui des amateurs de voiture.....

                  Bonne soirée


                • gambol 23 octobre 2008 11:19

                  La sécurité routière, débat passionnant s’il en est. Et probablement aussi passionné que passionnant, un débat qui touche de près à notre mortalité et propulse dans l’espace public nos ressorts les plus intimes.
                  Cela dit, s’il y a bien quelque chose d’agaçant c’est cette tendance à brandir les grands chiffres : "autant de mort par jour sur les route que le 9/11".
                  Pour autant que cet article soit fiable, laissez moi citer wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_mortalit%C3%A9) :
                  "l’OMS a défini dix facteurs de risques, qui représentent la majorité des causes de décès :
                  la sous-alimentation (plus de 3 millions de décès d’enfants dans les pays en voie de développement), les pratiques sexuelles dangereuses (2,9 millions de morts) , l’hypertension artérielle (7 millions de décès par an), le tabagisme (5 millions de décès par an), l’alcoolisme (1,8 million de décès par an), l’utilisation d’eau non potable et le défaut d’assainissement et d’hygiène (1,7 million de morts), la carence en fer (1 million de décès par an), l’enfumage des habitations par des combustibles solides, l’hypercholestérolémie (4 millions de décès par an), l’obésité."

                  Avec toutes ces causes, qui n’incluent pas les accidents de la route, on est à 27 millions de morts par an.
                  Un peu plus loin dans l’article, des statistiques sur la France en 2006 :
                  "cancer : 30% des décès, maladies cardio-vasculaires : 29 % des décès, Accidents (pas forcément de la route) : 5%, suicides : 2%, diabète 2%, Alzheimer 2%"
                  Excusez-moi mais ça met sérieusement en perspective les 1,2 millions de morts par an sur la route. Et ça nous rappelle à notre condition humaine : la vie puis la mort, aussi révoltante soit-elle.

                  Que la voiture vous semble insupportable, inutile, etc me paraît hautement respectable. Vos propositions d’amélioration de la prévention en particulier me paraissent très judicieuses. Par contre jouer avec des ressorts aussi faciles que les grands chiffres et la mort me paraît déjà plus douteux.

                  J’aimerais bien être capable de prendre le recul nécessaire pour remettre toute chose en perspective, en incluant la condition humaine et son lot d’incongruités et de contradictions qui vont avec (besoin de prendre des risques, besoin de liberté...) et sans lesquelles nous ne serions plus des hommes. Je suis sûr qu’on y gagnerait beaucoup dans l’analyse de ce qu’il faudrait changer pour un monde meilleur. Ce qui me surprend c’est le nombre de personnes (dont je fais partie) qui hurlent au scandale, au secours sur tel ou tel problème. Il doit y avoir une façon d’aborder le situation actuelle sous un angle plus général, un angle nouveau... forcément... j’espère...


                • HELIOS HELIOS 22 octobre 2008 17:16

                  Cher monsieur,

                  Vous devriez savoir depuis longtemps que la France n’a plus les moyens d’entretenir son territoire.
                  Cela est vrai pour la route comme pour tout le reste. Voyez, vous, il ne suffit pas de lever des impots pour obtenir de l’argent et faire fonctionner le pays, non, il faut que l’impot rapporte assez pour satisfaire les appetits des dirigeants, des amis, puis enfin du pays. Or, malgrés leur hausse croissante qui va de pair avec les coûts d’entretiens, la France n’a plus les moyens. Que voulez vous, on ne peut pas simultanément payer des rentes aux roitelets africains, des assurances a tous les pays de la planete en catastrophe, financer les guerres et les actions militaires de l’ONU et de l’OTAN. A ce propos vous constaterez comme moi que nous n’avons pas non plus les moyens de construiire un autre porte avion... tout ça pour vous dire, que la route ne peut pas se délocaliser en inde ou en chine, ce qui rends son coût hors de prix.

                  Au dela de ce constat bien sombre, sachez egalement qu’en terme d’efficacité, le permis a point, la chasse a la vitesse et les radars automatiques sont biens plus efficaces, car il contribuent objectivement a "prendre en main" le citoyen dans un domaine ou il se croit encore libre. peu importe que la vitesse soit ou non la cause des accidents et de l’hecatombe de morts et bléssés l’essentiel c’est que le bon peuple le croit et se sente obligé de se soumettre bon gré mal gre au dictat de l’etat qui demontre par cette inflexibilité toute sa capacité a nous gouverner. Les constructeurs de vehicules, avec leus abs, ebd, structures deformables, ergonomie et materiaux choisis, airbag, pretentionneurs et... homogeneité de la taille des vehicules on considerablement amelioré la securité, cela se voit dans les pays sans limites et sans radars au point qu’on se demande a quoi ils servent vraiment, sinon a pratiquer un raquet intolerable.

                  Donc, vos lettres, celles que vous avez envoyées a toutes les instances et autres administrations ne servirons au mieux que de brouillon ou sous-main a defaut de remplir la poubelle. Si au moins elles etaient recyclées.... mais la rien n’est moins sur. Le délabrement de la signalisation que vous signalez, n’est en fait que peanuts face aux enjeux que les responsables connaissent bien, comme justement le developpement des GPS, mais egalement la limitation de la circulation que tous veulent voir concentrée sur les autoroutes (vous avez bien remarqués que les signalisations menant aux autoroutes est bien faite et en bon etat). Plus de "raccourcis" lorsqu’il y en a un on se dépeche d’y installer un dos d’âne, une serie de feux punitifs lorsque ce n’est pas un sens interdit rhedibitoire.

                  La vie a changé et cela ne va faire qu’empirer, nos amis ecologistes vont bientôt se charger de dénoncer, comme ils l’ont fait recement au Grenelle de l’environnement, les depenses d’amenagement des routes. La signalisation en feront surement parti. Voila, j’arrete là, il y a tant a dire sur un sujet où je sais par avance, vous ne partagez pas avec moi les fondements.


                  Bonne soirée à tous


                  • aren aren 26 janvier 2009 21:55

                    Le problème c’ est que l’ "état" donne l’ argent des impots au riches ! Ça redevient le moyen âge...


                  • inotna2099 inotna2099 22 octobre 2008 17:35

                    Je me souviens d’une déviation d’Angoulème pour travaux, j’ai suivi les panneaux "Déviation" et au bout de 15 minutes je me suis retrouvé à mon point de départ !!
                    Et à 2H du matin pour demander son chemin à Angoulème ... Heureusement on a fini par suivre un camping car perdu comme nous qui a finalement retrouvé la nationale de l’autre côté de la ville.


                    • Τυφῶν בעל Perkele borntofrag 22 octobre 2008 17:47

                      que ce site, par son sérieux et sa notoriété,


                      Hop, le servie de correction des erreurs factuelles est là :

                      Corrigé :

                      que ce site, par son absence de sérieux et de notoriété[...]

                      signé : le vengeur MAAAASQUE !

                      Typhon


                      • gambol 22 octobre 2008 18:18

                        On ne peut qu’effectivement saluer une diminution du nombre de mort sur les route. En revanche je ne vois pas pourquoi on devrait attribuer ce résultat à la seule politique de sécurité routière menée depuis 6 ans. 25% de mort en mois ce mois-ci en septembre 2008 par rapport à septembre 2007. Un chiffre pareil n’étonne personne ? Ramené à l’année la baisse n’est "que" de 10%. Ce n’est déjà plus la même chose. Personnellement, à cause du prix du carburant je me suis mis au co-voiturage (j’en suis bien content d’ailleurs). Je discute avec des amis qui me disent que de plus en plus de leurs collègues prennent le vélo (bizarrement le nombre cyclistes a augmenté et le nombre d’accidents de vélo aussi). Ces cyclistes ont-ils été créés ex-nihilo ? N’y aurait-ils pas d’autres facteurs qui expliqueraient une différence de mortalité sur la route ? Par pitié, arrêtons de sacraliser la politique de sécurité routière. Beaucoup d’autres facteurs conjoncturels entrent en jeu.
                        La voiture est un instrument dangereux. Se déplacer est dangereux. Oh pas si dangereux que ça, pas de quoi frémir à chaque fois qu’on prend le volant. N’éxagérons rien : le risque est quand même faible. Par contre ramené à l’échelle nationale, les chiffres commencent à prendre un certain poids. Doit-on s’en effrayer ? A vous de voir. Moi je ne pense pas. Par contre je vais vous dire ce qui m’effraie.
                        Je trouve inquiétant qu’il soit devenu courant d’avoir peur du gendarme ou du policier, inquiétant d’avoir peur de se faire arrêter pour 15 km/h d’excès de vitesse sur une nationale ou dans tout endroit si dégagé qu’il est propice à l’utilisation de jumelles. De se faire sermoner comme si on était un criminel. Inquiétante cette défiance de envers les représentants de l’ordre (je n’aime pas ce terme mais bon..). Comment s’étonner ensuite de l’augmentation des plaintes pour outrage ? Du fossé qui se creuse entre les citoyens et leur police ?
                        Je ne suis vraiment pas sûr que le jeu en vaille la chandelle.


                        • Marc Bruxman 22 octobre 2008 20:00

                          Il y a d’autres facteurs et les plus importants sont :

                          • Généralisation de l’ABS. Ben oui réaliser un freinage d’urgence ce n’était pas si simple et peu de gens apprenaient sur circuit ou parking à le faire. Alors l’ABS oui des fois ca sauve la vie. Dans mon cas ca ne m’a pas sauvé la vie, mais ca m’a éviter de péter une caisse de location. J’aurais pas eu trop mal si j’avais du sortir de la route à cet endroit mais la bagnole aurait surement été foutue. Gadget largement rentabilisé donc. 
                          • Généralisation des Airbags, amélioration des normes pour les crashtest.
                          • Meilleure tenue de route des bagnoles. Surement le plus important. Certaines vieilles guimbardes sont des savonettes même à 130 sur l’autoroute, alors que d’autres se comportent comme des montres. Le danger n’est pas le même. 
                          • GPS : Mieux pour l’attention, vous ne cherchez plus votre direction. Ca c’est la plus récente et elle est probablement responsable de la baisse de la mortalité officiellement liée au sarkodar. 
                          • Augmentation du nombre de kilométres d’autoroute. Il y a peu de mort sur l’autoroute car c’est dur de s’y planter. La majorité des morts avaient lieux sur les nationales et départementales. Plus le réseau s’améliore moins il y a de morts. 
                          Les politiques croient souvent que c’est avec leurs lois qu’ils font avancer la société. Mais celle ci avance toute seule et sans eux ! C’est la technique disponible qui améliore notre vie !



                        • BDKnut BDKnut 22 octobre 2008 21:29

                          Bien bien ...

                          Je prends bonne note et j’attends, monsieur le Ministre de l’Equippement Virtuel, l’ouverture prochaine de l’autoroute entre Sainte Livrade sur Lot et Agen ...

                          C’est bô le progrès ... c’est une bien belle idée là que de mettre la ville à la campagne, ça devrait rendre les villes plus sympas à vivre ...


                        • Emile Red Emile Red 23 octobre 2008 09:52

                          Fumel Miramont en 2 x 3 voies.... héhé !


                        • Marc Bruxman 22 octobre 2008 19:51

                          C’est bizarre sur AV , je me fais moinsser simplement parce que je dis qu’avec le GPS, la signalisation pourrait devenir obsoléte. Pourtant :

                          • Un GPS "correct" (il y a moyen d’avoir moins cher) coute aujourd’hui 129 €. Négligeable par rapport au cout d’achat d’une voiture et par rapport au cout d’exploitation au kilométre. Ce prix va continuer à baisser. Ce qui veut dire que le produit devient accessible à tous.
                          • Une partie de ce cout est remboursé lorsque vous évitez de vous paumer et faites donc moins de kilométres. Moins d’essence, moins de gaz à effet de serre :) Ah oui et plus besoin d’acheter des cartes routiéres à chaque fois que vous partez en vacances aussi !
                          • Le GPS permet si vous avez l’abonnement ad-hoc d’être informé des bouchons en temps réel et de détourner le traffic. Le réseau routier existant est donc mieux exploité. 
                          • Un GPS est bon pour la sécurité routiére surtout en environnement urbain inconnu. 
                          • Une fois que tout le monde est équipé d’un GPS plus besoin de signalisation externe si le boulot a bien été fait. On peut même utiliser le réseau 3G pour mettre à jour la carte sur les modéles les plus luxueux (qui seront les modéles bas de gamme de demain). 
                          • La transition peut se faire progressivement, on pourrait par exemple décider aujourd’hui que dans dix ans il n’y aura plus de panneaux sur le bord des routes mais que toutes les voitures doivent etre équipées de série d’un GPS. Une coordination au niveau européen serait d’ailleurs souhaitable afin que le basculement soit synchronisé. 
                          Maintenant si ceux qui ont moinssés ont de quoi expliquer en quoi cela serait une perte par rapport au systéme existant je dis chiche. 

                          • kolymine 23 octobre 2008 00:18

                            et on fera tous 300 kilos, aec une cachuete à la place du cerveau...
                            je vois pas en quoi c’est difficile de lire un plan, et de se souvenir direction lyon, puis marseille ... etc etc
                            Ah oui j’oubliais, ils ont pas suivi les cours de geographie...

                            le gps c’est bien pratique, mais à force d’avoir cettementlié d’éassisté par la technologie, vous finirez par crever comme des cons à coté de votre frigo parcequ’il y aura eu une panne de courant (de l’operateur privée qui vend l’electricité) et que votre frigo automatique trooop bien il marche pas sur pile.


                          • Marc Bruxman 23 octobre 2008 02:08

                            et on fera tous 300 kilos, aec une cachuete à la place du cerveau...

                            Utiliser la technologie ne vous empéche pas de vous servir de votre cerveau. Considérez ca comme un outil qui vous aide justement à vous liberer le cerveau pour réfléchir sur des trucs plus utiles. 

                            je vois pas en quoi c’est difficile de lire un plan, et de se souvenir direction lyon, puis marseille ... etc etc
                            Ah oui j’oubliais, ils ont pas suivi les cours de geographie...

                            Ne t’es tu jamais trompé sur la route ? Dans ce cas, bravo ! Et puis c’est surtout utile en ville quand tu ne connais pas, que tu n’a pas tous les sens interdit en tête et qu’il y a une circulation monstre. Je me suis déja retrouvé paumé à Florence avec une caisse de location sans GPS. Bien sur, j’ai retrouvé mon chemin ! Mais c’était bien galère. 

                            le gps c’est bien pratique, mais à force d’avoir cettementlié d’éassisté par la technologie, vous finirez par crever comme des cons à coté de votre frigo parcequ’il y aura eu une panne de courant (de l’operateur privée qui vend l’electricité) et que votre frigo automatique trooop bien il marche pas sur pile.

                            Vous pouvez débrayer de temps en temps. Rien ne vous empéche d’aller vous paumer en forêt le week end avec juste une carte et une boussole (ou moins) et d’oublier au passage le téléphone portable. Dans ce cas c’est et ca restera un plaisir. Par contre quand le matin tu as un rdv a petaouchnok en banlieue parisienne, que tu ne connais pas la ville et que tu dois en plus de taper des bouchons, le GPS c’est pas du luxe ;) Ca permet de gagner quelques précieuses minutes de sommeil le matin avant de partir. 


                          • Emile Red Emile Red 23 octobre 2008 09:56

                            Et si on en veut pas de ton GPS de merde ?

                            Comment faisions nous avant ?

                            Dire que c’est un libéral qui refuse l’assistanat qui vient nous faire sa pub pour le truc le plus inutile du monde à part pour les assistés chroniques.


                          • legendre legendre 22 octobre 2008 20:19

                            Il ne faudrait pas oublier non plus le facteur crise et chèreté de l’énergie qui fait que l’automobiliste lambda roule moins vite, fait moins de kms pour économiser.

                            Ce facteur est aussi à prendre en considération mais quand nos infrastructures seront complètement délabrées faute de moyens que se passera t-il ? d’autant plus que beaucoup de gens renoncent à emprunter l’autoroute qui est factuellement beaucoup plus sûre.

                            Quid de l’autoroute privatisée ?


                            • Marc Bruxman 22 octobre 2008 21:26

                              C’est pas un probléme d’autoroute privatisé, mais dans certains cas on a le choix entre la nationale limitée à 110 quand les voies ont été doublées et l’autoroute limité à 130. 

                              Y’a pas si longtemps c’était pas grave parce que l’autoroute on pouvait bourrer à 180 dessus et donc le gain de temps valait la différence de prix. Aujourd’hui pas vraiment. 

                              Quand aux nationales non doublées y’a souvent moyen finalement de rouler assez vite dessus. 


                            • Céline Ertalif Céline Ertalif 22 octobre 2008 22:56

                              Bof, moi j’arrive parfaitement à lire Plounevez Moëdec ou Tinténiac...

                              Plus sérieusement, je ne crois pas que l’effacement des panneaux constitue un danger en matière de sécurité routière. Le second élément sur le gonflage des pneumatiques me paraît plus convaincant.

                              Quant aux responsabilités sur la signalisation sur voirie, c’est encore bien plus compliqué que ce que les commentateurs disent ici : l’entretien incombe aux maires sur les voies communales, sauf que ces voies sont parfois mises à disposition d’une communauté (de communes, d’agglomération ou urbaine), aux conseils généraux pour les voies départementales et aux directions inter-régionales pour la voirie nationales (et donc plus aux DDE...)



                              • Fergus fergus 23 octobre 2008 09:29

                                Merci, Céline, pour ces précisions utiles sur l’entretien des routes.

                                Cela dit, je reconnais bien volontiers que l’accès à Plounevez-Moëdec ou Tinténiac ne pose guère de problèmes. Mais pour une raison simple : ces communes sont situées dans de tranquilles cantons ruraux. Il n’en va pas de même dans les lieux touristiques, particulièrement en zone côtière, où de tels panneaux fleurissent pourtant. D’où les changements brusques de direction ou les coups de frein intempestifs de touristes hollandais, allemands, britanniques, suisses ou... français, déboussolés au sens propre. Tel celui qui a envoyé mon voisin à l’hôpital en baie de Morlaix !


                              • Equinoxenav 23 octobre 2008 04:02

                                Bonjour,

                                Au sujet des feux tricolores, quand la France mettra-t-elle en place comme dans tous les pays d’Asie et ailleurs le chronomètre vert ou rouge qui décompte les secondes = plus de feu orange avec ses conséquences.


                                • masuyer masuyer 23 octobre 2008 06:19

                                  Salut à tous

                                  l’histoire des panneaux, c’est un canular ?

                                  Si tous ces panneaux sont dégradés ce n’est pas dû à une mauvaise qualité de la peinture mais à l’action de Stourm ar Brezhoneg, dont les militants barbouillent les panneaux portant des toponymes afin de revendiquer une signalétique bilingue.


                                  • Fergus fergus 23 octobre 2008 09:21

                                    Totalement faux. Certes, Stourm ar Brezhoneg (dont j’ai connu un militant) a longtemps maculé les panneaux unilingues de peinture noire, mais ce phénomène a presque totalement disparu des campagnes bretonnes, et la dégradation des panneaux photographiés ici n’a strictement rien à voir avec le mouvement SAB.

                                    De plus, il vous est très facile de vérifier que des panneaux de ce genre existent dans la plupart des régions françaises (sinon toutes) sans qu’un quelconque mouvement d’identité linguitique local y sévisse !


                                  • Emile Red Emile Red 23 octobre 2008 10:00

                                    Ouarfff !

                                    Va voir en Euskadi si les panneaux non bilingues ne sont pas tagués ...


                                  • A. Nonyme Trash Titi 23 octobre 2008 09:02

                                    En Corse, les panneaux sont tellement mal entretenus qu’il y a même des trous dedans !

                                    C’est une maladie locale appelée la chevrotinette aigüe...


                                    • aren aren 26 janvier 2009 21:32

                                      Vers Aydius, Pyrénées Atlantiques,on est conaminé ! Et ces panneaux qui décolrent dans un endroit ou il pleut 300 jours par an !! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès