• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sommet Afrique-France : synonyme d’un échec flagrant ?

Sommet Afrique-France : synonyme d’un échec flagrant ?

Le sommet Afrique-France de Montpellier a remis à l’ordre du jour la perte évidente de l’influence élyséenne dans les pays africains, y compris ceux que Paris considérait encore récemment comme faisant partie intégrante de son prétendu pré-carré.

JPEG

Il semble évident que l’Elysée se rend compte progressivement que sa parte d’influence en Afrique, y compris francophone, est un processus ayant pris une ampleur de très grande envergure. La tentative d’organiser un sommet Afrique-France, bien que de nombreux observateurs l’appellent sans la moindre hésitation celui de la Françafrique, en « privilégiant » cette fois-ci la société civile aux dépens des chefs d’Etat n’a fait que remettre une couche supplémentaire dans le constat du rejet des Africains de la politique hexagonale sur le continent.

Et ce, malgré le fait que les participants au sommet en question ont été pour nombre d’entre eux triés sur le volet et que de très nombreux Africains se revendiquant clairement du panafricanisme n’y ont été tout simplement pas conviés. Beaucoup sont également ceux qui n’auraient d’ailleurs certainement pas accepté l’invitation, si bien même qu’elle leur aurait été faite.

Le constat est que malgré un format construit au maximum pour tenter à redorer l’image de la France auprès des Africains, ce ne sont pas les accusations vis-à-vis de la politique élyséenne qui ont manqué. A ce titre, lors d’une séance plénière, les participants de divers pays africains ont « bousculé les usages et interpellé le président français », écrit Boursorama.

« La rupture a été voulue par les Africains, il ne faut pas croire qu’elle se décide à Montpellier », s’est exclamée une jeune participante du Mali, Adam Dicko, originaire de la région malienne de Mopti. Une autre participante, appartenant d’ailleurs à un pays anglophone et ne faisant pas partie du soi-disant pré-carré selon la vision élyséenne, en l’occurrence du Kenya, a de son côté sommé Emmanuel Macron de s’engager à mettre fin au système de la Françafrique et ses pratiques opaques, tout en pointant du doigt les contradictions de la politique hexagonale.

Plusieurs d’ailleurs n’ont pas manqué à critiquer ouvertement l’arrogance de l’establishment élyséen, notamment dans sa tentative à prétendre apporter la démocratie. En parlant justement d’arrogance évidente, il est désormais plus que jamais clair que des scènes comme celle d’il y a de cela quelques années lorsque Macron intervenait devant des étudiants au Burkina Faso n’ont plus lieu d’être dans le monde contemporain.

Et au-delà d’ailleurs de l’arrogance et de la familiarité avec laquelle sieur Macron parle à un chef d’Etat souverain, le fait de dire que c’est n’est pas à lui de s’occuper de l’électricité dans les universités du pays hôte, était d’ailleurs, une fois de plus, extrêmement hypocrite. Surtout lorsqu’on connait la dépendance du réseau françafricain pour l’uranium, l’or, le pétrole et nombre d’autres ressources stratégiques africaines.

En d’autres termes – occupez-vous, Africains, de vos problèmes courants… Mais laissez-nous continuer à piller vos ressources, à imprimer votre monnaie, torpiller vos capacités sécuritaires. Et si vous aurez le malheur à tenter de prendre complètement votre destin et votre souveraineté en main, y compris dans vos choix politiques, sécuritaires et de partenaires extérieurs – vous ferez face à un chantage et une pression dont nous sommes des experts reconnus.

Un chantage auquel d’ailleurs a fait récemment référence le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga, commentant les nouveaux choix stratégiques de l’Etat malien et du chantage extérieur (occidental) dont l’hystérie grimpe à un rythme fort élevé.

Une fois de plus, la France macronienne a visiblement raté sa chance de s’adapter aux nouvelles règles qui émanent de l’ordre multipolaire international. S’accrochant à une vision purement néocoloniale d’un autre âge, et voulant par la même occasion forcer des Etats africains à rester ses sous-traitants – étant soi-même un simple sous-traitant vis-à-vis de Washington – l’élite élyséenne contribue à l’humiliation subie. De par son arrogance et peut-être aussi par manque de capacités analytiques basiques.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3186


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • titi 23 octobre 11:57

    @L’auteur

    Voilà 60 ans que l’Afrique est indépendante, et elle n’est capable de rien.

    La Russie de Poutine, dont vous êtes un fidèle zélateur veut s’implanter sur place ? Bah bon courage.

    Les états africains n’en sont pas. Il n’y a pas d’état mais une mosaïque d’éthnies qui se détestent : certaines sont musulmanes, d’autres chrétiennes, d’autres animistes. Certaines sont esclavagistes, d’autres historiquement victimes des premières.

    Certaines sont nomades, d’autres sédentaires.

    C’est la colonisation qui avait mis un couvercle sur la marmite.

    Maintenant tout mitonne et finira par exploser....

    Sauf... en mettant en place des dictateurs.


    • ZenZoe ZenZoe 23 octobre 14:00

      @titi
      Les états africains n’en sont pas

      Exact. C’est la raison à mon avis pour laquelle l’Afrique n’est capable de rien comme vous dites. Les ex-colonisateurs ont laissé là-bas un cadeau empoisonné avec des frontières tracées unilatéralement et ne correspondant à rien sur le terrain. Après, bonjour pour les modifier !
      Un pays qui n’en est pas réellement un ne peut pas avancer collectivement, et les guéguerres, les génocides, les dictatures et la corruption s’installent pour longtemps.
      Si ça pouvait servir d’avertissement à nos technocrates européens qui veulent détruire la notion de nation et d’identité !


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 octobre 12:36

      @ L’auteur

      Analyse intéressante qu’il conviendrait de compléter par une étude sur l’autre colonialisme mis en place dans le cadre de la Chinafrique (fric) qui est autrement plus pernicieuse que la Françafrique (fric).

      Critiquer, comme le font beaucoup d’adversaires du Franc CFA, une présence française est-il aussi judicieux lorsque l’on voit de quelle manière d’autres pays africains ( 7 états) sont passés dans un état de sujétion complète au point d’avoir été conduits à adopter le Yuan comme monnaie nationale ?

      https://www.la-croix.com/Economie/Le-yuan-conquete-monde-2015-12-28-1200728228

      Bien à voius,

      Renaud Bouchard


      • titi 23 octobre 13:49

        @Renaud Bouchard

        Le Zimbabwe c’est un cas magnifique.
        Le pays était le « grenier » de l’Afrique australe.

        Mugabé a chassé les fermiers blancs. Il y a eu des massacres de blancs (dont personne n’a parlé).... et au final le pays a totalement sombré.
        Sa seule chance c’est de se vendre au chinois.

        C’est le problème des idéologies socialistes : faire croire que ces pays sont « riches », de matières premières, ou de leur agriculture.
        Sauf qu’il ne sert à rien d’avoir pétrole, diamants, ou climat propice. Il faut du capital pour l’exploiter, et surtout avoir envie de travailler.
        Les supporters de Mugabé n’avaient ni l’un, ni l’autre.

        L’Afrique est le nouveau terrain d’épanouissement du culte du cargo.


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 octobre 14:56

        @titi

        Bonjour !
        Le Zimbabwe ?
        Comment dire ?
        Je garde plutôt le souvenir d’enfance de ce que fut la splendeur de la Rhodésie, magnifique et prospère avant le désastre du despotique Mugabe et de ses gangsters qui ont littéralement naufragé un pays construit par les Européens.
        Je devrais plutôt parler des deux Rhodésies puisque ce sont désormais deux Etats le Zimbabwe et la Zambie.

        Bien à vous,
        Renaud Bouchard


      • chantecler chantecler 24 octobre 05:19

        @Renaud Bouchard
        Chacun défend ses intérêts privés ou nationaux .
        Nous ne sommes pas dans le monde des bisounours .
        Et si nous n’avions pas participé au fait que la Chine est devenue l’usine du monde et partant , devenue très riche donc très puissante ,nous n’en serions pas là .
        Maintenant il n’y a eu aucune philanthropie dans les anciens phénomènes de colonisation ni dans les néo colonisations .
        Et d’ailleurs des nations se sont faites la guerre et se la font encore , pour le partage du gâteau .
        (la guerre 14 entre dans ce cadre).
        Il n’y a que des investissements et des retours sur investissements juteux plus des opérations stratégiques : zones d’influence , routes maritimes et autres voies , gisements : pétrole ,gaz , mines, matières premières.


      • Oceane 27 octobre 21:25

        @Renaud Bouchard

        Cela aurait été certainement préférable qu’ils intègrent le club CFA.

        Un autre son de cloche, pour changer de ce discours du mari mis à la porte et qui n’entend pas laisser son ex se choisir un nouveau partenaire.

        https://www.youtube.com/watch?v=2s0d-oE2kTA


      • ZenZoe ZenZoe 23 octobre 14:08

        Très bon exposé de la situation.

        La ’’diplomatie’’ française en Afrique est plus dictée par des intérêts privés que l’intérêt de la France. Stratégie perdante au long cours, car même les ’’intérêts privés’’ se font doubler aujourd’hui par d’autres, plus intéressants pour les Africains. Plus tôt on sortira de ce bourbier, mieux ce sera, et j’ai cru comprendre que Macron commence à le penser aussi....


        • titi 23 octobre 15:04

          @ZenZoe

          La diplomatie française elle fait ce qu’elle peut dans ce bazar.

          L’intervention au Mali en est la parfaite illustration.
          Au départ l’armée française intervient pour sauver le pays d’une prise en main islamiste.
          Et fini finalement l’otage du conflit ente les ethnies du sud et celles du nord.

          La partition du pays est la seule solution.


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 octobre 15:27

          @ZenZoe
          Bonjour.

          Bonne analyse, à ceci près que tout dépend finalement de la qualité des gens puisque s’il s’agit de laisser la place à une Chine dont l’appétit est insatiable, aux jeunes gens en excellente forme physique de chez Wagner et à l’Ami Américain , autant conserver notre place de manière plus intelligente que nous le faisons actuellement.

          https://afrique.lalibre.be/28573/larmee-americaine-dispose-de-34-sites-en-afrique/

          https://www.aa.com.tr/fr/afrique/analye-la-pr%C3%A9sence-militaire-am%C3%A9ricaine-en-afrique-le-revers-de-la-m%C3%A9daille/1342260

          https://information.tv5monde.com/afrique/la-presence-militaire-de-la-chine-en-afrique-en-5-chiffres-cles-311476

          https://korii.slate.fr/et-caetera/projets-militaires-chine-atlantique-inquietent-pentagone-base-cote-ouest-afrique

          Ci-après à propos de l’UA et de la RPC Chine à Djibouti :

          https://www.youtube.com/watch?v=i0cy0ZPZotI voir aussi le documentaire qui suit :
          https://youtu.be/BgZucDhgDiU?t=104

          Et pour le retour de la Russie en Afrique :

          https://www.jeuneafrique.com/1205392/politique/enquete-dans-les-coulisses-du-softpower-russe-en-afrique/

          L’inanité du dernier sommet France Afrique oblige à considérer qu’une sérieuse reprise en main de la question géopolitique doit être repensée pour que la France cesse de se faire tailler des croupières par la Chine, la Russie, les USA et certains pays d’Afrique qui nous reprochent comme le Mali de « les lâcher en plein vol » devraient se départir d’une vision post-coloniale à la Achille Bembé, « bien au chaud » en France et en Afrique du Sud.

          Je résumerai en disant que le concept de « nuit coloniale » cher à M. Bembé commence effectivement sérieusement à bien faire, surtout si l’on ne privilégie que la « vilaine France » en écartant d’autres prédateurs qui, eux, ne s’embarrasseront pas de diplomatie parfumée, de précautions oratoires et de ronds-de-jambe pour mener à bien leurs objectifs et défendre leurs intérêts sur le dos des Africains, même si parfois cela ne se passe pas très bien :
          https://www.jeuneafrique.com/depeches/51077/politique/zambie-des-mineurs-tuent-un-manager-de-mine-chinois-dans-le-sud/

          Voyez à ce propos le très bon article publié sur le site Le Grand Continent à propos du récent Sommet France-Afrique de Montpellier qui est en réalité un échec patent :

          https://legrandcontinent.eu/fr/2021/10/21/economies-africaines-les-trous-noirs-du-rapport-mbembe/

          Bien à vous,
          Renaud Bouchard


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 octobre 15:32

          @titi

          Exact.

          La diplomatie française elle fait ce qu’elle peut dans ce bazar.

          L’intervention au Mali en est la parfaite illustration.
          Au départ l’armée française intervient pour sauver le pays d’une prise en main islamiste et termine finalement otage du conflit ente les ethnies du sud et celles du nord.

          La partition du pays est la seule solution.

          ...Partition qui existe de fait, à ceci près qu’il n’est pas question de laisser « filer » le Nord du Mali tout comme le Niger et de laisser l’uranium à ceux qui n’attendent que de cueillir le fruit mûr en chassant l’ancienne affreuse puissance coloniale...

          Renaud Bouchard


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 octobre 15:41

          @ZenZoe

          Bonjour.
          La ’’diplomatie’’ française en Afrique est plus dictée par des intérêts privés que l’intérêt de la France.

          /Exact.

          Stratégie perdante au long cours, car même les ’’intérêts privés’’ se font doubler aujourd’hui par d’autres, plus intéressants pour les Africains.

          / Exact.

          Plus tôt on sortira de ce bourbier, mieux ce sera.
          / Non. Il serait regrettable de laisser la place à la Chine, aux USA et à la Russie.

          La France a elle aussi le droit d’avoir son « étranger proche ».

          Chine, USA et Russie n’ont rien à faire en Afrique qui, géostratégiquement et géopolitiquement, n’est que la seule profondeur géopolitique et géostratégique continentale d’avenir dont disposent l’ Europe en général (qui se refuse à comprendre l’enjeu) et la France en particulier (avec des gens prêts une fois de plus à tout brader, comme M. Macron pour les Iles Éparses dans l’Océan Indien, autour de Madagascar où l’Inde a su établir une base navale à Diégo Suarez, en lieu et place de la France (!) et la Nouvelle-Calédonie et son très insistant referendum pour « l’indépendance » dans le Pacifique et où je ne donne pas cher de l’avenir radieux de la « Kanaky » le jour où Nouméa deviendra une base aéronavale chinoise).

          Renaud Bouchard


        • ZenZoe ZenZoe 23 octobre 16:42

          @Renaud Bouchard
          La France doit garder ce qu’elle a si ça arrange ses intérêts nationaux et si le prix à payer n’est pas trop lourd pour la puissance déclinante et apprauvrie que nous sommes devenus. Va pour les îles lointaines donc (quoi que, les Comores...),, mais l’Afrique déjà n’est pas à nous, et elle nous coûte sans doute plus cher que ce qu’elle nous rapporte.
          Sur la Nouvelle-Calédonie, je pense que tout le monde là-bas a bien compris que rester Français est mieux pour eux. Les Kanaks exercent simplement leur chantage à l’indépendance afin de gagner des droits en plus (un peu comme les Corses d’ailleurs). Mais je me trompe peut-être. A suivre...


        • titi 23 octobre 20:00

          @Renaud Bouchard

          La richesse du Mali ce sont ses mines d’or.

          Il n’y a pas d’uranium au Mali.
          Il y a eu des prospections mais rien n’en est sorti.

          L’uranium est au Niger.

          A part des critiques, le Mali ne nous rapportera jamais rien.


        • titi 23 octobre 20:05

          @ZenZoe

          « elle nous coûte sans doute plus cher que ce qu’elle nous rapporte. »
          Ce ce qui a toujours été.
          La France qui s’enrichit sur le dos de ses colonies ce sont des fables.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Carti%C3%A9risme

          « le montant des investissements publics de la métropole dans les colonies françaises dans la période 1945-1960 s’est élevé à 32,5 milliards de francs-or, soit le double de l’aide américaine à la reconstruction versée à la France dans la même période. »


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 octobre 00:05

          @titi
          Le projet de prospection minière de Falea a été effectivement mis en veilleuse sinon abandonné.
          Seul importe le Niger.
          En effet, au Niger, leader africain de l’uranium, la compagnie minière Global Atomic compte lancer la construction de la mine Dasa début 2022, selon des propos tenus par son PDG Stephen Roman en mars dernier. L’évaluation économique préliminaire publiée en avril 2020 estime que, dans une première phase d’exploitation de 12 ans, le projet peut livrer annuellement 4,4 millions de livres d’uranium à un coût global de 18,39 $ la livre. Alors que la production nationale du Niger est passée d’un pic d’environ 5000 tonnes en 2012, à moins de 3000 t fin 2020, la mine Dasa pourrait permettre au pays d’augmenter sa production et possiblement ses parts de marché sur l’échiquier mondial.

          En réalité toute l’Afrique est concernée.
          cf.https://www.agenceecofin.com/dossier/1709-91608-longtemps-boude-pour-son-passe-le-nucleaire-revient-en-grace-pour-le-bonheur-des-producteurs-africains-d-uranium

          RB


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 24 octobre 00:07

          @titi

          La France qui s’enrichit sur le dos de ses colonies ce sont des fables.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Carti%C3%A9risme

          Exact.

          « le montant des investissements publics de la métropole dans les colonies françaises dans la période 1945-1960 s’est élevé à 32,5 milliards de francs-or, soit le double de l’aide américaine à la reconstruction versée à la France dans la même période. »

          cf. ci-après : https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-couteuses-colonies-de-la-france_1414563.html

          RB


        • Oceane 27 octobre 21:32

          @ZenZoe

          « ...et j’ai cru comprendre que Macron commence à le penser aussi... »

          Tu n’as pas entendu Parly, le Truand et Macron lors de la crise d’hystérie SewaSecurtie encore appelé Wagner ?

          Si Macron le pense vraiment, c’est tant mieux.

          https://reseauinternational.net/le-premier-ministre-malien-choguel-maiga-remet-les-pendules-a-lheure/


        • zygzornifle zygzornifle 24 octobre 09:26

          L’Afrique fricotte grave avec la Chine, pourquoi continuerait t’elle avec la France vestige du passé juste bonne a accueillir ses réfugiés et a les pomponner ....


          • Oceane 27 octobre 21:34

            @zygzornifle

            « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes »


          • microf 25 octobre 11:53

            Très bon article, merci á l´auteur.

            " La France élira un président jeune, anti-chrétien.

            La Cathédrale brûlera et la descente en enfer de la France commencera.

            La France deviendra alors le pays le plus pauvre d´Europe "

            Pauvre France.


            • microf 26 octobre 00:52
              La France en Afrique, un fléau !
              L’Afrique verse 400 milliards d’euros par an à la France ...
              Scandale : Selon un journal Allemand, l’Afrique verse 400 milliards d’euros par An à la France Un journal économique allemand accuse la France de piller chaque année 440 milliards d’euros aux africains à travers le Franc CFA. À chaque fois que ce trafic est susceptible de faillir, la France est prête à tout pour le reconquérir.…


              Jacques CHIRAC - La France pille l’Afriquehttps://youtu.be/oIoLJm2f-fE

              "On oublie seulement une chose. C’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation, depuis des siècles, de l’Afrique. Pas uniquement. Mais beaucoup vient de l’exploitation de l’Afrique. Alors, il faut avoir un petit peu de bon sens. Je ne dis pas de générosité. De bon sens, de justice, pour rendre aux Africains, je dirais, ce qu’on leur a pris. D’autant que c’est nécessaire, si on veut éviter les pires convulsions ou difficultés, avec les conséquences politiques que ça comporte dans un proche avenir."


              En Mars 2008, l’ancien président français Jacques Chirac a déclaré :

              « Sans lAfrique, la France va glisser vers le bas dans le rang de troisième puissance [ du monde ] « 

              " Le saviez-vous ? 14 pays africains contraints par la France à payer l’impôt colonial pour les « avantages » de l’esclavage et de la colonisation "


              LES RAISONS DE L’ASSASSINAT DE 22 PRÉSIDENTS AFRICAINS PAR LA FRANCE

              “La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts”, c’est la formule devenue le refrain du Général De Gaulle qui n’aura pas lésiné sur tous les moyens pour éliminer physiquement les dirigeants africains qui ont tenté de se libérer du joug de la métropole. Depuis 1963, 22 présidents africains ont été assassinés avec la complicité des services secrets français : le SDECE, la DGSE et la DST. Ce sont ces trois bras armés qui ont fomenté des coups d’États en Afrique en se servant des valets et traîtres nègres.

              https://youtu.be/Y3xnHQ95RLM

              LA FRANCE PILLE L’AFRIQUE ET EST RESPONSABLE DE L’IMMIGRATION SAUVAGE, selon l’Italie

              Un ministre italien dénonce la France en Direct : C’est à cause de la France que les africains sont toujours dans la misere car ils impriment notre monnaie et pille nos richesses, ensuite nous sommes obligés de prendre des risques pour venir laver les trottoirs et les assiettes en Europe. En 2018, 2000 personnes sont mortes en mer en essayant de traverser la méditerranée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité