• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sortir de l’Union Européenne ?

Sortir de l’Union Européenne ?

Il faut la poser cette question. La sortie de l’UE n’est pas du tout une idée extrémiste comme veulent le faire croire les médias. C’est au contraire indispensable pour redonner aux Français la faculté de choisir eux-mêmes les politiques économiques, sociales, budgétaires, agricoles, industrielles, environnementales, diplomatiques et militaires qu’ils veulent. D’ailleurs, on ne pourra jamais redresser la France si ce sont les instances de Bruxelles et de Francfort qui la gouvernent sans préavis du peuple de l’hexagone.

Vous constaterez par ailleurs qu’aucun débat sur le sujet n’a lieu sur aucune chaine. Pourquoi ce parti pris ?
Pourquoi cette pensée unique ? Pourquoi devoir s’essouffler à chercher des vidéos malheureusement quasi-inconnues sur Youtube ?

Pourquoi continuer à écouter les promesses des européistes JAMAIS tenues en 21 ans de construction européenne ? Pourquoi ne pas avoir écouté les prix Nobel d’économie qui prévoyaient une crise sans précédent DEPUIS 1992 ?

Les deux pays du continent Européen s’en sortant le mieux économiquement sont comme par hasard les deux pays ne faisant pas partie de l’Union Européenne (Norvège, Suisse)
Quid du Groenland également ? De la Suède qui est sortie de la zone euro ? De la Finlande ? Leur économie a-t elle sombrement chutée dans un gouffre sans fin comme nos dirigeants s’amusent à nous le faire miroiter ?

L’Union européenne est une farce à tous les points de vue. Ce n’est ni la paix, ni la providence économique promise par Chirac et entérinée par Sarko et Flamby !
Cette crise est bien devant nous, et pas derrière. Ceux qui vous affirment qu’il est impossible de sortir de l’UE vous mentent effrontément, l’article 50 du TFUE vous le garantit !

Pourquoi ce genre de débat est-il interdit sur les grandes chaines lors des grandes heures d’écoute ?
L’Union européenne est-elle vraiment une démocratie ?
La liberté d’expression est-elle respectée ?

Tous les partis politiques français ont sous le coude un projet d’ « Autre Europe » avant chaque élection. Vous savez, l’Autre Europe, cette lubie quarantenaire encensée par la totalité des partis politiques sous les feux des projecteurs avec leur slogan rêveur :

L’Europe des Nations
L’Europe des patries
L’Europe écologique
L’Europe anticapitaliste
L’Europe chrétienne
L’Europe sociale,
forte,
des peuples,
ect…

Mais tous ces projets sont inapplicables : déjà incapables de mettre les Français d’accord sur ce que serait une Europe idéale, comment ces partis obtiendraient-ils l’accord unanime obligatoire des 28 autres peuples, dont chacun défend sa propre vision de l’Europe ?
Si l’Europe mécontente tous les peuples, si tous les projets d’ « Autre Europe » ne débouchent jamais sur rien, c’est parce qu’il est impossible de fusionner 28 peuples, dont les 28 intérêts nationaux divergent dans presque tous les domaines. Il est par exemple mathématiquement impossible d’avoir au même moment les 28 pays gouvernés par un parti dit « de gauche ». Même Chuck n’a pas réussi à l’époque !

Les politiques et modes de pensée seront donc toujours différents d’un État-membre à un autre.

Toute idée de « nouvelle Europe » relève donc soit de la naïveté soit du mensonge.
Personne n’imite d’ailleurs cette idée absurde dans le reste du monde.
Avec 23 langues officielles, 506 combinaisons de traduction, 100 pages de réglementation en plus chaque jour ouvrable et 20 millions d’euros de dépenses nettes quotidiennes pour la France, l’Europe est une construction délirante dont l’échec est total : échec social, économique, monétaire, agricole, industriel, diplomatique, culturel, démographique et militaire.
Le pire, c’est que les jusqu’au-boutistes de l’Europe refusent de reconnaître l’énormité de l’erreur de départ : ils préfèrent violer les référendums, appauvrir la France, et transformer tout le continent en une dictature qui ne dit pas son nom.

Pourquoi critiquer l’Europe ?

Les médias, loin d’informer sur les textes du Traité et s’en faire les meilleurs critiques, se contenteront de nous en faire la propagande la plus abjecte. Le pire exemple viendra du soi-disant homme « de gauche » Mitterrand, en 1992. Sous couvert d’universalisme et d’esprit de cohésion entre les Européens, tout sera fait pour nous vendre et nous enfoncer dans le Traité de Maastricht, mais à aucun moment il ne sera expliqué que l’article 104 de ce Traité nous interdit totalement d’utiliser notre Banque Centrale.

Aucun journaliste n’expliquera non plus, que ce traité renforcera le Traité de Rome sur la question du Libre échange. Or, cette doctrine économique est exactement ce qui crève la France, du fait qu’elle place les ouvriers et agriculteurs de notre pays en concurrence directe avec les salariés de Roumanie, de Bulgarie ou encore de Chine.

Pire, du point de vue Démocratique, c’est une hécatombe. Désormais, les commissaires européens deviendront le véritable gouvernement de la France. Hors ces commissaires ne sont élus par personne et disposent de tous les leviers régaliens de notre pays, pour faire appliquer la doctrine économique imposée à nos dirigeants. Ces derniers seront désormais des pantins condamnés à s’agiter dans les médias sur des questions subalternes. Ils auront beau tenter de ralentir la récession amorcée par toujours plus d’emprunts pour supporter les déficits structurels et en jouant de la fiscalité par des mesurettes, rien y fera, le bateau France continuera son naufrage qui devra s’éterniser sur plus de vingt ans.

Enfin, point d’orgue du Traité de Maastricht pour achever de déposséder la France de sa capacité à supporter la doctrine libérale : la monnaie commune (et non unique).

Évoquons rapidement le Traité de Lisbonne, qui viendra piétiner par la suite un Référendum (2005) perdu sur le Traité Constitutionnel Européen, dont il reprend mot à mot chacun des articles.

Dans ce Traité qui renforce Maastricht, apparaissent clairement les vues Luthériennes et Libérales des allemands. L’article 123 du T.F.U.E reprend l’article 104 du Traité de Maastricht, et l’Article 63 du même texte libéralise la fuite des capitaux.
L’euro, pourtant déjà contesté à l’époque par Maurice Allais et Milton Friedman (tous deux prix Nobel d’économie), va nous empêcher de jouer sur les taux de change pour à minima réguler notre balance commerciale au mieux de nos intérêts. L’euro étant clairement adossé à la monnaie allemande, rien n’y fera, cette devise beaucoup trop surévaluée pour la France n’aura d’autres conséquences que creuser encore et toujours nos déficits.
Or, nos (ir)responsables politiques pour qui le mot Souveraineté Nationale est du « repli sur soi », ont décidé d’aller coûte que coûte au bout de leur dogme, et ne prévoient aucunement une sortie pure et simple de l’Union Européenne, ce qui serait la meilleure façon d’assainir en urgence un problème économique majeur, et appelé à s’aggraver au delà de tout ce que l’Histoire des deux derniers siècles nous a permis de connaître.

 

Nous avons donc face à nous un coup d’état financier en 3 actes :

-1er acte : Création monétaire

En 1992, l’article 104 du traité de Maastricht interdit à la BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des avances ou des prêts aux États ou aux « institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics. » Cette loi s’étend donc à toute l’Europe.

-2e acte : La règle passe dans la proposition de constitution européenne

L’article 123 du traité de Lisbonne reprend mot pour mot le libellé de l’article 104 de traité de Maastricht et s’inscrit ainsi dans le TFUE :
« Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres. L’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »
L’article 123 reprend également ici l’article 181 du traité constitutionnel européen.

-3e acte : Sarkozy bafoue 200 ans de démocratie française

Le traité de Lisbonne a été adopté en France par M. Sarkozy le 04 février 2008 alors que le référendum sur la constitution européenne avait été rejeté en 2005 par 53% des français.

Alors évidemment, quand le chômage explose, que les emplois précaires et les bas salaires se nourrissent de cette compétition de la recherche d’emploi, et que le-monsieur-de-la-télé explique pompeusement que c’est la crise et qu’il va falloir se serrer encore la ceinture, nos Bidochons râlent, tempêtent avant finalement d’accepter leur triste sort. Car mettez leur un traité sous les yeux, ces derniers paniqueront à l’idée d’en lire quelques morceaux choisis. C’est tellement plus agréable d’aller faire du lèche-vitrine ou d’oublier ses soucis quotidiens en regardant des millionnaires jouer à la baballe. Eh bien désolé, j’ai choisi de vous embêter aujourd’hui, et vous expliquer d’où vient cette foutue crise. Car elle est gravée dans le marbre d’un Traité que tous les irresponsables politiques nous jouant de la flûte à la télévision, encensent ou, à minima, disent vouloir « changer ». A aucun moment, ils ne proposent de sortir totalement et unilatéralement de l’Union Européenne par l’article 50 du TUE. Or comme l’idée fait son chemin sur les réseaux sociaux, on s’inquiète en haut lieu, mais on a quelques atouts dans la poche : il suffit de sortir Mme Le Pen de son placard, lui demander de postillonner dans le micro la nécessité d’un référendum sur notre maintien dans l’UE, et ça y est, le tour est joué. Envisager cette possibilité est désormais une position d’extrême droite.

Si la sortie de l’Union Européenne ne signifie pas la résolution de tous les problèmes structurels, économiques et démocratiques de la France, c’est tout de même le meilleur des préalables. Or le Traité de Lisbonne introduit un article bien précis sur le sujet dans le T.U.E (Traité sur l’Union Européenne) :

Article 50 du T.U.E
1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

 

En France, quelques partis politiques, peu, voire pas médiatisés, en parlent volontiers.

Citons d’abord deux des plus connus : « Debout la République » de Nicolas Dupont Aignan et le Front National de Marine LePen ; deux partis que j’ai démasqué dans des articles précédents. Nous avons à faire ici à la droite du pays.

Sur l’aile gauche de l’échiquier, le Parti Ouvrier Indépendant, le Pôle de Renaissance Communiste en France et le Mouvement Politique d’Éducation Populaire, s’en font régulièrement l’écho. Preuve s’il en est que la question de la sortie de l’euro et l’Union Européenne n’est en rien une idée d’extrême droite.

François Asselineau de l’UPR s’en fait d’ailleurs le premier critique. Cet Inspecteur Général des Finances et ancien Délégué à l’Intelligence Économique, dénonce d’ailleurs avec virulence le pourrissement du débat, quand il peut avoir lieu, par Marine Le Pen (dont l’assistant Philippot s’est fait pincer au forum démocratique à Paris, le lundi 8 octobre 2012, en train de prendre des notes. Notes sans doutes transmises à MLP puisqu’on peut désormais constater l’apparition de l’article 50 du TFUE dans les discours de LePen).
Selon cet homme donc, c’est la preuve que le clan Le Pen est l’allié objectif du Système pour diviser les Français sur toutes les questions touchant de près ou de loin à la Souveraineté Nationale.

Il convient pour les Français de transcender leurs positions partisanes pour sortir le pays de ce marasme européen qui est appelé à s’aggraver très dangereusement.

L’immigration, les roms, la burqa, les homos, vous me pardonnerez, passent au second plan face à la crise économique initiée par l’UE.

Le clivage droite-gauche prête aux divisions. Il désunit.

Pire, aujourd’hui, il n’a plus de sens. Tout les « grands » partis soutiennent la construction européenne néo-libérale et les invasions impérialistes Otan-USA-Israël. Le clivage n’existe plus réellement.

Pour finir, et à la fois être sûr, à défaut de vous convaincre, de vous faire douter du bien-fondé de cette entreprise suicidaire qu’est l’UE, j’aimerai vous rappeler pour certains, ou faire découvrir pour les autres, de quoi retourne précisément l’Union Européenne (exemple, le contrôle du budget des États-membres)

L’Union Européenne s’appuie avant tout sur deux traités. Le TFUE et le TUE en sont leurs acronymes.

Le TFUE, c’est par exemple son article 32 et son article 63, qui autorisent les délocalisations et les rachats boursiers. A cause de ces articles, 800 nouvelles personnes se retrouvent chaque jour sur les listes de Pôle Emploi.

Le TFUE, c’est par exemple l’article 38 et l’article 39 décidant sans leur avis de la survie des agriculteurs, à tel point que chaque année 400 d’entre eux se suicident (notamment à cause de la PAC, politique agricole commune)

Le TFUE, c’est par exemple les articles 5 et 121, touchant, sans que vous en soyez au courant, aux retraites de vos parents, subordonnées à l’UE, donc subordonnées à des commissaires européens, ni français, ni élus par qui que ce soit !

Buvons à la santé de notre belle démocratie, dont le libre arbitre a été annulé par les articles 3, 4, 5 et 6 du TFUE !

Buvons encore à la santé des pays avec lesquels nous sommes en guerres en vertu de l’article 42 du TUE qui cède le contrôle de l’armée française aux décisions de l’OTAN et des USA. Cela veut donc dire que la France, avant Sarkozy, faisait partie de l’OTAN en tant que nation susceptible d’intervenir aux côtés de l’OTAN mais avec des forces restant sous commandement français. Depuis Sarkozy (mais c’était déjà dans les tuyaux avec Chirac), la France peut intervenir en fournissant des forces à l’OTAN et en acceptant d’être sous les ordres d’un commandement OTAN, c’est-à-dire d’un État-major choisi parmi les nations appartenant à l’OTAN. La France participe en outre désormais aux plans préparés par l’État-major de l’OTAN, très souvent suiveuse des guerres colonialo-énergétiques des USA.

Si vous ne me croyez pas, libre a vous de lire par vous-mêmes ces articles que je vous invite à coupler avec ce billet qui en décrypte certains et en cite bien d’autres.

Citons également la toute première phrase du préambule du traité de Lisbonne, traité sur lequel l’UE s’appuie également :

« DÉTERMINÉS à établir les fondements d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens »

Cette petite phrase signifie que les types qui signent cela sont giga-déterminés à dissoudre la France pour fabriquer un nouveau pays appelé « les États-Unis d’Europe ». C’est ça le projet, et nous n’avons pas le choix.

Ensuite, étudions rapidement le premier alinéa de l’article 2 du Traité de Lisbonne :

1. Lorsque les traités attribuent à l’Union une compétence exclusive dans un domaine déterminé, seule l’Union peut légiférer et adopter des actes juridiquement contraignants, les États membres ne pouvant le faire par eux-mêmes que s’ils sont habilités par l’Union, ou pour mettre en œuvre les actes de l’Union.

Là, on ne peut être plus clair ! Les représentants de notre pays ainsi que tous les autres partis médiatisés qui ne dénoncent rien et se rendent ainsi complices par leur silence, transfèrent les commandes du Bateau-France à l’Union Européenne sur un très grand nombre de sujets. Quand Pascal râle sur l’incompétence de Flamby à pouvoir agir, il démontre par là qu’il n’a jamais lu le Traité de Lisbonne. Flamby n’est qu’une marionnette à qui l’on demande de donner le change sur des sujets secondaires comme par exemple récemment « le mariage pour tous ».

Maintenant, voyons les commandes que n’a plus le Président :

Article 3

1. L’Union dispose d’une compétence exclusive dans les domaines suivants :

a) l’union douanière ;

b) l’établissement des règles de concurrence nécessaires au fonctionnement du marché intérieur ;

c) la politique monétaire pour les États-membres dont la monnaie est l’euro ;

d) la conservation des ressources biologiques de la mer dans le cadre de la politique commune de la pêche ;

e) la politique commerciale commune.

Alors, pour les gros nuls en économie, il faut savoir que pour mener une politique économique favorable aux intérêts de son propre peuple, il faut disposer de :

a) la possibilité d’apposer des droits de douane sur certaines importations ;
b) de fixer les règles de concurrence entre les agents économiques intérieurs et extérieurs à son pays ;
c) de jouir de la capacité de battre monnaie et fixer la valeur de celle-ci ;
d) de définir les règles du commerce en son pays ;
e) de jouer de la fiscalité et du budget de la Nation.

En clair, nos dirigeants se sont défaussés de tous les outils nécessaires à la France pour faire fonctionner correctement son économie. Je dis bien TOUS les outils, car en vérité, la fiscalité et le budget sont clairement attaqués par l’Union Européenne sur d’autres paramètres que je n’évoquerai pas ici.

Maintenant, faisons plaisir aux chauds partisans du Front National qui s’en cognent complètement de l’économie et d’une sortie de l’UE mais sont totalement obnubilés en priorité par les problèmes d’immigration. Apparemment, il est « peut-être déjà trop tard ». Personnellement, ce n’est pas mon problème principal, mais bon, lisons donc l’article 77 du TFUE qui précise :

« Article 77

1. L’Union développe une politique visant :

« a) à assurer l’absence de tout contrôle des personnes, quelle que soit leur nationalité, lorsqu’elles franchissent les frontières intérieures… »

Vous avez bien compris. On assure l’ABSENCE de contrôle. Le FN par ailleurs ne dénonce bien entendu rien de tout cela ! Par contre pour parler immigration, il y a du monde au portillon. Un peu contradictoire si l’on analyse même pas les causes.

Toujours dans le registre de l’immigration, le second alinéa de l’article 26 du TFUE :

« 2. Le marché intérieur comporte un espace sans frontière intérieure dans lequel la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux est assurée selon les dispositions des traités. »

Une petite explication s’impose pour notre franchouillard pas trop calé en économie :

1) La libre circulation des marchandises dans un espace économique signifie l’absence de droits de douane sur les produits. Un droit de douane sert à augmenter artificiellement le prix d’un produit importé. Par exemple, si ma boite de champignons polonais coûte un euro à l’étalage comparativement à ma boite de champignons Français qui en coûte le double, il me suffit d’apposer des droits de douane pour que la boite de champignons importée, coûte autant voir un peu plus cher que la boite de champignons française. Ce qui mécaniquement provoque une « préférence nationale » du consommateur qui cherche tout bêtement le produit le moins coûteux, donc chez lui, en France.

Or, en achetant pragmatiquement la boite de champignons la moins onéreuse, qui se trouve être fabriquée en France, notre consommateur permet à un citoyen Français de trouver du travail dans la conserverie qui emballe ces champignons, ou encore sur le lieu de production du légume. Voila en quoi un droit de douane permet de donner du boulot à des Français, et en plus, cela permet d’éviter un gaspillage monumental de pétrole puisque notre boite de conserve aura été produite à quelques centaines de kilomètres au lieu de 1500 km de sa destination finale. Je rappelle à ce titre que le pétrole n’a qu’un temps et qu’il va bien falloir réduire la voilure…

2) La libre circulation des capitaux signifie qu’il est impossible de refuser à M. Mittal, de faire fuir du pognon de France pour délocaliser une usine, ou de calmer M. Cahuzac sur ses désirs d’évasion fiscale (appuyé par son ami du FN qui lui a fourni un compte offshore, rappelons-le). De la même façon, si cet article du traité n’avait pas été voté, les grecs et les espagnols n’auraient pas vu la moitié de leur P.I.B se faire la malle vers les paradis fiscaux et l’Allemagne. Nous payons actuellement le sauvetage des banques des pays périphériques (pour sauver les nôtres), par ce que nous n’avons plus de mécanismes de régulation des flux de capitaux. Payons pour la Pologne pendant que nous n’avons pas assez pour nous sauver nous-mêmes ! Logique européiste.

3) C’est anecdotique, mais pour les gens qui ne comprennent toujours pas pourquoi des hordes de tziganes venus de Bulgarie (très peu sont Roumains) déferlent en France, et bien remerciez notre gouvernement qui a approuvé la « libre circulation des personnes ».

ENFIN, rappelons également les actuelles négociations en cours, malgré les récentes révélations d’espionnage américain par Snowden, à propos d’un marché transatlantique, sur lequel je vous invite à vous renseigner. J’aimerai quand même souligner qu’à l’aube de la construction européenne et depuis ma tendre enfance entamée à l’année 1995, j’ai été formaté par l’Éducation Nationale à penser que l’UE était nécessaire pour faire obstacle et concurrence à l’empire américain.
Que dirons mes professeurs d’histoire et d’économie lorsqu’ils apprendront en effet le projet de « créer une autorité budgétaire centralisée avec une indépendance politique comparable à celle de la Banque centrale européenne, pour l’UE et les USA. Cette autorité (technocrate donc) établirait pour chaque pays sa politique budgétaire et allouerait des ressources à partir d’un budget central » – DSK, pour Les Echos, 22 novembre 2010. Il est où là, votre prétendu contrepoids à l’hyper-puissance américaine ?

Cette résolution navrante a été adoptée par 60% de cette assemblée illégitime qu’est le Parlement européen. Le site Votewatch.eu permet de voir qui a voté cette résolution, folle, mais parfaitement dans la ligne de ce qu’est l’Union européenne.

Je ne citerai juste que le point 11, qui parle justement d’un accord-cadre entre UE et USA en matière de supervision des marchés financiers : « La commission devrait déconseiller la conclusion d’accords bilatéraux entre les États-membres et les États-Unis car de tels accords risqueraient de compromettre l’égalité des conditions de concurrence applicables dans l’Union ».

On vous rappelle qui décide vraiment !

Comme c’est aimable, merci les USA.

L’Union Européenne par la voix du Parlement consacre aussi au sein de cette résolution transatlantique le FMI.
Parmi ceux qui ont approuvé ce condominium américano-européen sur le monde, on trouve Marielle de Sarnez, pour le Modem, Kader Arif, pour le PS, toute la droite, mais aussi Marine le Pen et Bruno Gollnisch.

Moralité :

1. l’Union européenne, quels que puissent être les mérites théoriques initiaux de la chose, est trop vite devenue une machine folle qui fonctionne au bénéfice des États-Unis (preuve s’il en faut, l’actuel suivisme amateur et vomitif de l’Italie et de la France sur la question syrienne) et à l’écart des opinions et connaissances des peuples ;

2. le vote du FN montre que ce parti, comme d’autres, soi-disant souverainistes, s’accommode fort bien de la dépossession démocratique que représente l’Union européenne ;

3. le refus pour les abstentionnistes ou ceux qui ont voté contre, d’appeler à en sortir, les condamne à jouer les utilités pour construire cyniquement une domination de quelques riches sur le monde ;

4. l’économie de l’Union EUROPÉENNE est gérée par des agents AMÉRICAINS, ex-Goldman Sachs. Je vous invite, pour plus d’infos, à regarder le film « Goldman Sachs dirige le monde » ;

Petit à petit, nos compatriotes vont avoir le droit d’examiner les analyses des eurosceptiques pour ensuite les comparer à ce qu’ils observent. Ils seront d’accord ou pas, mais bâtiront leur conviction sur des éléments contradictoires et non sur une propagande unilatérale.

En route vers la fin de la pensée unique !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.46/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Le taulier Le taulier 29 octobre 2013 09:24

    Ni le FN, ni le front de gauche ni à genou la république ne veulent sortir de l’Ue ...il doit donc y avoir de bonne raison.


    • realTMX 29 octobre 2013 09:32

      La raison est qu’ils souhaitaient sortir de l’UE, ils seraient interdits d’antenne.

      Pourtant, sortir de l’UE est nécessaire car c’est un régime dictatorial et l’on ne peut continuer à vivre dans l’oppression continue de cet horrible organisation terroriste.

      Il faut en finir une bonne fois pour toute. Brulons ces drapeaux bleus étoilés qui salissent notre continent, nos pays et nos villes. Abandonnons cette monnaie, véritable boulet pour nos économies et symbole de notre esclavage. Coupons la tête à tous ces traitres qui nous ont conduits là où l’on est (banquiers, politiciens, patrons voyous, escrocs fiscaux).


    • Le taulier Le taulier 29 octobre 2013 14:28

      « La raison est qu’ils souhaitaient sortir de l’UE, ils seraient interdits d’antenne. »

      C’est vrai que les dirigeants du FN sont les plus sensibles au dictat des média.

      Les bénéficiaires du RSA qui votent FN sont très sensible à ce que le fric qu’ils reçoivent soit garantie par l’économie allemande. Si Marinne proposait de se désoldariser de Berlin ils retournerait à leurs premiers amours politiques ; le parti communiste.


    • Daniel Roux Daniel Roux 29 octobre 2013 09:32

      Le constat est accablant : La démocratie est une belle idée et elle le restera. Par contre, entretenir l’illusion de la démocratie est d’une extrême importance pour ceux qui tiennent le pouvoir à travers leurs pantins politiques. Ne nous faisons pas d’illusion, nous sommes des sujets et non des citoyens.

      Sarko, le vandale irresponsable, n’a pas pris de gants pour jeter la décision du peuple aux orties et imposer celle de l’oligarchie.

      Reste que l’Histoire nous enseigne que rien n’est jamais donné au peuple et que ce qu’il a obtenu de ses maîtres, il l’a obtenu en les terrorisant par la violence. C’est regrettable mais c’est ainsi que fonctionne notre société.

      De nos jours, une majorité de sujets se satisfont de ce qu’ils ont et c’est tout l’art de gouverner que de maintenir cette satisfaction relative. Qui voudrait mourir pour être libre aujourd’hui ?


      • Bernard Pinon Bernard Pinon 29 octobre 2013 10:04

        La démocratie, c’est la souveraineté du peuple : pas de démocratie sans souveraineté (ni sans peuple d’ailleurs). Or, la souveraineté passe par le contrôle public des droits régaliens :

        - droit de battre monnaie - fini avec l’Euro et la loi de 73
        - droit de lever des impôts et des taxes, notamment aux frontières - fini avec l’UE
        - droit de lever une armée et de déclarer la guerre - fini avec l’OTAN
        - etc...
        L’UE (et ses satellites : OTAN, FMI...), c’est l’antithèse de la démocratie. C’est le rêve que de nombreux despotes ont fait : une dictature furtive, quasi indolore, acceptée et même défendue par ses sujets. Bref, le Reich 2.0.
        Si on ajoute que ce Reich-là est piloté en sous-main par les US, on se plaît à imaginer les américains expliquant aux allemands après leur défaite « Vous vous y prenez mal, on va vous montrer comment y arriver, faites nous confiance... »

        • Le taulier Le taulier 29 octobre 2013 14:30

          « droit de lever des impôts et des taxes »

          donc depuis ce weekend-end et l¨’actions des Bretons contre l’eco-taxe, nous se serions plus en démocratie.

          Le canton de Géneve ne bat pas monnaie pourtant on ne peut pas dire que les cantons suisses vivent sous la dictature.


        • COLLIN 30 octobre 2013 11:49

          La CH bat monnaie,à ce que je sache..... ?
          La CH est d’ailleurs la seule vraie démocratie européenne....


        • BA 29 octobre 2013 10:34

          A propos de la fragilité des constructions supranationales :

           

          Tchécoslovaquie :

          28 octobre 1918 : naissance de la Tchécoslovaquie.

          31 décembre 1992 : mort de la Tchécoslovaquie.

          Durée de vie de la Tchécoslovaquie : 74 ans et deux mois.

           

          Autriche-Hongrie :

          30 mars 1867 : naissance de l’Autriche-Hongrie.

          12 novembre 1918 : mort de l’Autriche-Hongrie.

          Durée de vie de l’Autriche-Hongrie : 51 ans et sept mois.

           

          URSS :

          30 décembre 1922 : naissance de l’URSS.

          26 décembre 1991 : mort de l’URSS.

          Durée de vie de l’URSS : 69 ans.

           

          Yougoslavie :

          29 novembre 1945 : naissance de la Yougoslavie.

          3 juin 2006 : mort de la Yougoslavie.

          Durée de vie de la Yougoslavie : 60 ans et six mois.

           

          Union Européenne :

          25 mars 1957 : naissance de la Communauté économique européenne (future Union européenne).

          ___________ : mort de l’Union européenne.

          Durée de vie de l’Union européenne : _______ ans.

           

          J’ai laissé des blancs.

          Je complèterai au fur et à mesure.



          • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 octobre 2013 12:41

            Pourquoi ne pas ajouter à cette liste l’ Empire Romain ?


            Ah, c’est vrai, il a perduré de 753 av JC jusqu’ au Vè siècle apr JC, soit 1200 ans si on se base sur la fin de l’empire d’occident et 2200 ans si on prend en compte la chute de Constantinople.

            On peut aussi parler des civilisations Maya ( 4 000 ans d’existence ) , Gupta ( 350 ans ), Mali ( 350 ans ), et d’autres...

          • BA 29 octobre 2013 13:46

            L’Empire romain était une dictature.

            Donc je suis entièrement d’accord avec votre remarque : une dictature peut maintenir une construction supranationale pendant des siècles.

            Conclusion :

            L’Union Européenne se retrouvera face à deux possibilités dans les années qui viennent :

            - soit l’Union Européenne devient une dictature sur le modèle de l’Empire romain, et elle survivra

            - soit l’Union Européenne NE devient PAS une dictature, et elle explosera.


          • realTMX 29 octobre 2013 14:19

            Je crains que l’on aille vers une dictature. C’est ce qui se profile à l’horizon.

            En Grèce, une loi a été votée permettant d’emprisonner les opposants à l’UE (voir http://www.wikistrike.com/article-nouvelle-loi-en-grece-les-opposants-a-l-ue-risquent-desormais-deux-ans-de-prison-120843003.html)

            Bientôt, ce sera le cas partout dans l’UE, je ne dis pas l’Europe pour ne pas salir davantage ce continent.


          • foufouille foufouille 29 octobre 2013 15:20

            donc tout programme proposant la sortie de l’EU est interdit !


          • Laurenzola Laurenzola 29 octobre 2013 11:25

            La construction européenne doit impérativement passer par la création d’une assemblée constituante populaire, par tirage au sort.

            C’est l’unique solution pour sortir de l’impasse : donner aux citoyens européens le pouvoir de rédiger/modifier la constitution européenne.

            C’est seulement à cette condition que l’Europe pourra devenir une démocratie, au service de tous ses citoyens.


            • kimbabig 29 octobre 2013 21:28

              Cela ne changera rien au gros problème de cette construction : des peuples aux besoins et modes de fonctionnement extrêmement différents.

              La seule solution, c’est la sortie


            • Laurenzola Laurenzola 29 octobre 2013 22:58

              @Kim

              Des 29 pays de l’UE, il y a des points communs. Je suis certain qu’il a encore l’espoir d’une Europe démocratique.


            • kimbabig 30 octobre 2013 00:03

              Sur les près de 200 pays de cette planète, ce n’est certainement pas avec les 27 autres pays de l’ue que nous avons le plus de points communs, même s’ils partagent plus ou moins avec nous un certain fond de civilisation.

              Il y a 300 millions de Francophones sur Terre, alors pourquoi s’emmerder avec 400 millions d’européens qui ne le sont pas ?

              Pourquoi vouloir absolument que la France soit englobée dans une entité supranationale avec des pays dont les intérêts sont opposés et incompatibles avec les nôtres ? Alors que tout montre que cela nous mène droit à la catastrophe. Et qu’on le sait, en plus, avec les précédents Grecs, Espagnols, Portugais...

              On ne pourra pas gommer ces incompatibilités par l’abstraction d’une fédération supranationale. Le seul cadre de la démocratie, c’est la Nation. Au delà, il y a les relations internationales qui se doivent d’être ouvertes au 200 pays de cette planète et non aux seuls 27 autres pays de l’ue. Car il n’existe pas de raison de privilégier nos relations avec ces 27 pays.

              La France ne doit surtout pas commettre l’erreur de renégocier son modèle social avec un pays où les gens trouvent normal que les pauvres soient obligés de bosser pour 1€ de l’heure alors qu’il s’agit pourtant d’un pays riche (lois Härtz Allemandes), avec des pays qui trouvent normal d’avoir une religion d’état...

              On a tout à y perdre. D’ailleurs on est peu à peu en train de tout perdre sous l’effet délétère de l’intégration supranationale, et des mesures d’austérité imposées par Bruxelles.

              C’est pour cela qu’il faut impérativement que la France quitte l’union européenne !


            • Laurenzola Laurenzola 31 octobre 2013 16:06

              @Kim

              Croyez vous vraiment que la langue soit une véritable barrière ?

              Je pense personnellement être beaucoup plus proche d’un italien que d’un sénégalais, et vous ?


            • kimbabig 4 novembre 2013 23:04

              Oui, la langue est clairement une barrière. C’est un élément central de la culture, mais aussi de la façon dont la pensée est structurée

              Je me sens beaucoup plus proche de celui qui comprend ma langue (logique), donc je me sens bien plus proche d’un Sénégalais que d’un l’Italien, sans la moindre hésitation ! Je n’ai pas à faire d’effort pour parler avec le Sénégalais ni pour le comprendre, alors que je serais incapable d’avoir une conversation avec un Italien si celui ne parle pas un mot de Français (comme la majorité des Italiens), et qu’il n’y a pas de traducteur entre nous.

              Plus de 80% de la population cumulée des pays de l’union européenne ne pourraient suivre notre échange d’idées sans un traducteur auto.

              Renégocier notre pacte social à l’échelle de l’europe, c’est le renégocier non seulement avec des pays dont les intérêts, les besoins et modes de fonctionnement sont incompatibles, mais en plus avec des gens avec qui il est impossible d’avoir une discussion profonde sur la façon d’organiser la société.

              Avant les élections nationales ou locales, tous les Français peuvent parler entre eux de politique, d’où qu’ils viennent. Et justement, les immigrés issus d’Afrique Francophone peuvent aussi participer aussi à ces discussions, ils peuvent bien mieux en saisir les nuances que les immigrés portugais ou des pays de l’Est.

              Or, ça, c’est impossible à l’échelle de l’europe...


            • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2013 12:11

              Amusant... Il fallait s’y attendre, après l’OTAN, Moombahcore veut sortir de l’UE.

              Peut-être, un jour sortira-t-il des ses habits.
              Tous à poil.... smiley

              • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2013 12:14

                Mais ... Cet auteur n’a pas encore renseigné sa description

                 smiley

              • Moombahcore Moombahcore 29 octobre 2013 15:11

                vous voulez savoir où j’habite pour comprendre les faits exposés de mon article ?..

                je suis beaucoup plus actif ici si ça intéresse : https://www.facebook.com/alexis.adjami?ref=tn_tnmn


              • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2013 16:15

                Désolé, Alexis, mais l’A propos n’est pas plus complet.

                Peur de se définir ? 

              • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2013 16:17

                Si vous voulez un exemple cliquez, sur mon avatar.



              • unandeja 29 octobre 2013 12:20

                ojh c’est un mémoire pas un article.

                J’ai toujours pensé que la France était indispensable à l’UE mais que l’inverse n’était pas vrai....
                Que deviendrait l’UE sans le second contributeur à son budget ???

                Les pays hors UE s’en sortent très biens (même s’ils ont, surtout pour la Suède, une économie spécifique).
                Néanmoins, les pays hors zone euro s’en sortent mieux que les pays en zone euro....le ROyaume Uni à des signaux économiques encourageants.....dans la zone euro, tous les pays (et même l’Allemagne) ont des signeaux inquiètant voire catastrophiques pour les pays du sud....

                L’europe qu’on m’a promis quand j’étais sur les bancs de l’école était un magnifique projet fédérateur créateur de richesse....le bambin à grandit et observé pendant des années et il se trouve qu’en 2013 son pays a bien mal évolué par rapport à il y a 15 ans ou 20 ans....


                • miha 29 octobre 2013 12:24

                  Trois raisons pour sortir de l’UE :

                  1 - être respectueux de la décision de la population : les Français ont dit « non » au traité européen en 2005.

                  2 - protéger la population des excès de la finance (le traité européen est bien trop pro-libéral) en rendant toute sa place à une politique sociale et solidaire.

                  3 - couper l’herbe sous le pied du FN et des nationalismes qui profitent du rejet justifié des politiques imposées par la troïka.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2013 14:34

                    Vous êtes sûr du point 3 ?


                  • Loatse Loatse 29 octobre 2013 12:28

                    Ce qui me parait accablant c’est que la construction européenne semble mal ficelée, quelque chose pas de fini au niveau de sa conception qui laisse une grande place à l’improvisation..

                    Il en est ainsi de l’écotaxe..celle ci adoptée sera répercutée par les « ponctionnés » sur le cout du service , ce surcoût lui même répercuté par l’entreprise qui loue les services du transporteur avec en fin de chaine, une augmentation du produit pour le consommateur..

                    qui se rabattra sur le choux ou le porc venant des pays de l’union européenne (par l’autoroute) moins onereux puisque les salaires eux n’évoluent pas et les impots augmentent !

                    On va verser une aide conséquente à la tunisie (je n’ai rien compte en temps normal) alors que et d’une nous sommes en récession et de deux, nos entreprises délocalisent en Tunisie !

                    c’est du tout et n’importe quoi qui provoque un rejet massif de cette europe là au détriment d’une autre europe qui aurait à gagner de mettre ses efforts en commun dans certains domaines, celui de l’environnement... là ou on ne peut pas faire cavaliers seuls et dans lequel certaines normes sont nécessaires plus qu’au delà de l’europe, au niveau mondial..

                    dans le domaine de l’agriculture également en généralisant le bio.. ce qui inclut de ne pas céder aux pressions des multinationales de l’agro alimentaires qui veulent nous fourguer et leur ogm et leurs pesticides et finiront pas nous interdire de posséder notre potager individuel..

                    On ne peut faire l’économie d’un certain protectionnisme et d’un retour à l’état nation souverain ce qui n’est pas une solution miracle non plus car il faudra bien trois ans pour commencer à apercevoir la sortie du tunnel...


                    • Gilles BERTIN Gilles BERTIN 29 octobre 2013 14:32
                      les victoires du Front National

                      « L’électorat de gauche ne comprend pas que le gouvernement préfère perdre notre confiance plutôt que celle des marchés.

                      Il n’a pas le choix, vous préférez la potion magique du FMI que subissent

                      les Irlandais, les Espagnoles et les Portugais ?

                      Pour les Français, la vie est plus dure, ils peuvent juger qu’on ne répond pas à leurs attentes, mais leurs attentes sont impossibles a réaliser vu l’état de nos finances.

                      Le petit retraité qui paye des impôts pour la première fois et il y en a beaucoup,

                      les personnes qui ne trouvent pas de boulot ou les classes moyennes qui ne sentent pas un nouvel élan, ce gouvernement qui entame sa deuxième année aux manettes ne peu décemment leurs apporter une réponse, il ne peut pas faire de miracles.

                      La droite Capitalo-Libérale Débridé a cassé au nom de cette doctrine de nombreux ressorts du vivre ensemble car c’est pour eux de l’assistanat, mais manifestement le Capitalo-Libéralisme Débridé mondiale qui nous finance n’ont pas autorisé Hollande a ce rétablissement.

                      Marine Le Pen, c’est le bon dieu et le père noël permanent, des miracles tous les jours ?

                      Croyez vous vraiment que« LES MARCHES » ne vont pas lui dicter sa loi !!!

                      C’est dramatique, car il n’y pas plus Capitalo-Libéral Débridé ou Néocons que le FN.


                      • non667 29 octobre 2013 18:17

                         à gilles
                        pas néo ! vrai !

                        Croyez vous vraiment que« LES MARCHES » ne vont pas lui dicter sa loi !!!

                        C’est dramatique, car il n’y pas plus Capitalo-Libéral Débridé ou Néocons que le FN.

                        si le fn était cld +neo les marchés n’auraient pas besoin de lui dicter leur loi !!!!!!!  smiley smiley smiley smiley


                      • HerveLE HerveLE 29 octobre 2013 15:27

                        j’adore l’image de chuck !

                        bravo, vous avez bien raison

                        • Cassiopée R 29 octobre 2013 15:29

                          L’Union Européenne est un trop gros jackpot, sa rentabilité est colossale, c’est pour ça qu’on peut taper dessus politiquement, mais économiquement baisse des droits douanes dans l’Union et en dehors de l’Union.

                          C’est beaucoup plus rentable pour les industries et la finance, qui peut délocaliser tout en gagnant de l’argent sur le territoire délocalisés.

                          Sortir de l’Union Européenne ? Pour les peuples oui c’est évident, relocalisation de l’emploi et hausse de la redistribution des richesses permettraient aux économies nationales de se sentir mieux. Contribuer à l’emploi et à la consommation intérieure.

                          Mais les dirigeants politiques ou économiques ne veulent pas en entendre parler, nivellement par le bas oblige, il n’y a pas d’alternative pour eux.


                          • YVAN BACHAUD www.ric-france.fr 29 octobre 2013 17:33

                            Il est curieux que l’auteur de cet article qui dénonce le fait que quasi tous les partis veulent rester dans l’UE , ne fait pas la promotion du référendum d’initiative citoyenne (RIC) en toutes matières , y compris constitutionnelle et de ratification des traités, qui LUI permettrait d’imposer un référendum pour utiliser l’article 50 ? 
                            La nouvelle association « Article3 » a pour unique revendication l’instauration du RIC dans l’article3 de la Constitution.
                            Elle lance une pétition sur son site www.article3.fr commençons par donner au peuple français l’outil démocratique et efficace lui permettant d’EXERCER la souveraineté nationale qui est censée lui appartenir dans l’article 3 actuelle mais en théorie seulement.. smiley 
                            Nul doute que les citoyens en feront bon usage .


                            • L'enfoiré L’enfoiré 29 octobre 2013 18:04

                              Yvan,

                               Ne trouvez-vous pas curieux que ceux qui font partie de l’UE veulent en sortir et ceux qui n’y sont pas veulent y entrer ?
                               Le petit dernier qui est entré dans l’UE, la Croatie.
                               A l’époque, j’ai eu un article sur le sujet.
                               

                            • Moombahcore Moombahcore 29 octobre 2013 18:06

                              ouuuh, très intéressante cette initative, je n’étais pas au courant, mais je partage de ce pas ! :D


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 octobre 2013 19:33

                              Yvan Bachaud,

                              Le referendum d’initiative citoyenne fait partie du programme de l’UPR dans son chapitre 2 :
                              « Rétablir la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français » :

                              * Rétablissement des grands principes de souveraineté nationale dans la Constitution.
                              * Interdiction de tout transfert de souveraineté
                              * Instauration du Référendum d’initiative populaire, sous le contrôle de la Cour Constitutionnelle, il pourra comporter plusieurs questions.
                              * Reconnaissance du vote blanc
                              * Réforme du statut de l’élu, interdiction du cumul des mandats.
                              * Principe du renouvellement une seule fois quel que soit le mandat.
                              * Transformer la Conseil Constitutionnel en Cour Constitutionnelle formée uniquement de magistrats et dont l’objet sera de défendre la Constitution et pas de la défaire pour l’adapter à des Traités. etc etc

                              Actuellement, pensez-vous que Hollande, le PS ou l’ UMP, vont voter une loi instituant le referendum d’initiative populaire ?

                               Ils défendent une Europe non démocratique, comment voulez-vous qu’ils se tirent une balle dans le pied ?

                              Il faut une autre majorité au Parlement pour faire voter cette proposition.


                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 octobre 2013 20:14

                                Bonjour Fifi,

                                Il faudrait aussi supprimer voire modifier la barrière des 500 parrainages pour les présidentielles.

                                On pourrait par exemple élargir le texte existant par un annexe comme suite :

                                ’’ Peut se présenter comme candidat à la présidentielle tout citoyen français ayant réuni 100.000 signatures ...’’


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 29 octobre 2013 19:45

                                On peut commencer à entrer en résistance contre l’Europe, en faisant comme le propose Michel Serres, la grève de l’anglais, qu’ils veulent nous imposer « pour faire naître un peuple européen ».

                                Les Empires veulent que tous les pays colonisés aient la même monnaie, les mêmes lois, la même économie, allemande de préférence, mais aussi le même cerveau et la même langue.

                                « Inviter les Français à faire la grève de l’anglais dit Michel Serres
                                Produit et pub en anglais, on n’achète pas.
                                Titre de film en anglais, on n’entre pas dans la salle de cinéma.
                                On entre dans une boutique, pas dans un »shop« .

                                Quand les publicitaires et les commerçants verront leur chiffre d’affaires baisser de 10%, il reviendront au français.

                                La classe dominante n’a jamais parlé la même langue que le peuple, ils parlaient latin, et nous, on parlait français.

                                Maintenant la classe dominante parle anglais, et le français est devenu la langue des pauvres.

                                Et moi, je défends la langue des pauvres. »

                                Michel Serres lance un appel pour faire la grève de l’anglais.


                                • mmbbb 29 octobre 2013 19:56

                                  le professeur Asselineau en a fait son cheval de bataille Le seul economiste disparu jamais cite est Mr Maurice ALLAIS qui avait demontre que cette union monetaite ne marcherait pas In Fine c’est la comission de bruxelles et en filigranne le diktat des USA qui nous impose cette politique 


                                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 octobre 2013 20:02

                                    ’’ Sortir de l’Union Européenne ? ’’

                                    On ne devrait même pas se poser cette question car les français ont voté en 2005 avec 55% des votants contre la constitution Européenne !

                                    Plus tôt on sort de l’UE moins grandes seront les dégâts.

                                    Liste des dégâts cause à ce jour par la constitution Européenne

                                    - Suppression massive des emplois
                                    - Concurrence déloyale et dumping salarial
                                    - Favorisation des multinationales au détriment des PME/PMI
                                    - Plus de contrôle sur nos frontières
                                    - Une monnaie l’Euro qui est sous le contrôle de Goldman & Sachs.... plus de 90% des réserves monétaires de la BCE sont des dollars US.
                                    - Servitude aux banques privées et politique d’austérité
                                    - privatisation des services publics ...
                                    - incapacité de luter contre la fraude fiscale des grandes entreprises
                                    etc...


                                    • soi même 1er novembre 2013 12:55

                                      @ eau-du-robinet 

                                      ’’ Sortir de l’Union Européenne ? ’’

                                      Il y a plusieurs conditions qui peuvent le permette :

                                      Es que le peuple est convaincus de cette nécessité ?

                                      Es qu’il y a suffisamment d’hommes politique qui le sont aussi ?

                                      Es que le monde Financier est convaincus ?

                                      le Traité de Lisbonne est il conforme légalement aux articles de UE qui stipule que tous devraient signées les mêmes articles pour être légale au yeux de UE, à lors que l’Irlande à abstenue des changement sur certains points du traité qui rend se traité illégitime du fait qu’il différent du traité signé initialement par les autres pays Européens.

                                      Le Traité de Lisbonne dans son application actuelle est illégitime car pour être légitime toutes les parties prenantes devraient résignes dans les mêmes ternes les aménagement qui ont été accorder à l’Irlande.

                                      Donc la question, et bien d’ordre politique, du fait même que le traité dans l’état n’est pas légal, il est tous a fait possible de le rejeter au motif qu’il n’est pas conforme au clause de sa signature.

                                       

                                      .



                                    • politzer politzer 29 octobre 2013 22:50

                                       « cette doctrine économique est exactement ce qui crève la France, du fait qu’elle place les ouvriers et agriculteurs de notre pays en concurrence directe avec les salariés de Roumanie, de Bulgarie ou encore de Chine. »


                                      Oubli étrange du dumping des travailleurs immigrés qui coûtent de surcroît plus de 30 mds d euros au contribuable en charges de toute sorte . Qui veut il épargner cet oubli ???

                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 30 octobre 2013 07:36

                                        politzer,
                                        C’est du pareil au même.

                                        L’immigration est gérée par les Traités européens, par les accords de Schengen, le Traité d’Amsterdam, et des directives qui favorisent le communautarisme.

                                        Pas la peine de diviser les français sur un sujet clivant en le présentant comme l’unique cause des difficultés. Il faut s’unir sur ce qui nous rassemble.

                                        Que pense l’ UPR de l’immigration ?


                                        • Piotrek Piotrek 4 novembre 2013 00:20

                                          La crise aurait-elle eu lieu si l’UE et l’Euro n’existaient pas ?

                                          Absolument, car c’est une crise liée à la dette qui monte depuis 40 an. l’UE a juste retardé cette crise car tout le monde à profité de l’aura de l’Allemagne. Il faut ajouter que l’UE a facilité considérablement l’extension et l’export d’entreprises françaises.
                                          Souvraineté monétaire ou pas, tous les politiques élus auraient dépensé de toute manière et imprimer des billets ca arrange rien !

                                          Peut-on combattre les banques en sortant de l’UE ?

                                          Problème : dans les 5 plus grandes banques mondiales, deux sont françaises, alors la grande question : on fait quoi pour elles ? on les combat ou pas ? vu comment le monde financier est emmélé....
                                          On peut pas changer le système en s’isolant seul dans son coin voyons...

                                          Peut-on combattre la mondialisation/les multinationales en sortant de l’UE ?

                                          Problème : on en possède tellement... Veolia, Bouygues, Alstom, dans la construction auto, l’AESA, oublions pas le luxe...
                                          Et elle dit quoi Marine à ce propos ?
                                          http://www.frontnational.com/terme/multinationales/
                                          Rien, Nada

                                          L’UE a ouvert des autoroutes aux multinationales, y compris aux multinationales francaises : grands ouvrages d’art partout en Europe, supermarchés Carrefour de l’Espagne à la Pologne, des centaines de boites en ont profité (et donc la France indierctement)

                                          L’EU c’est la vache à lait de beaucoup d’entreprises françaises. En sortant de l’Euro on va bien mettre une épine dans le pied de multinationales et de banques, oui mais une chose est sûre : ce seront avant tout les NOTRES

                                          Mais bon je ne m’en fais pas trop : la définition du populimse c’est, une fois élu, ne pas respecter ce qu’on a promis


                                          • kimbabig 4 novembre 2013 23:46

                                            Faux, l’union européenne a aggravé la crise, en tentant d’intégrer des pays aux intérêts et aux besoins incompatibles, en leur retirant tout moyen de se protéger des conséquences de cette crise financière puisqu’ils ne maîtrisaient plus du tout leur politique économique et monétaire.

                                            La politique monétaire qui convenait si bien à l’Allemagne, sa démographie déclinante et ses productions haut de gamme à forte valeur ajoutée, a causé l’explosion de la dette et le désastre que l’on sait dans les pays Méditerranéens, et entraîne la chute des acquis sociaux en France.
                                             
                                            Bien sûr, les gros capitalistes Français profitent grassement de l’union européenne (et c’est bien pour cela qu’ils lui sont soumis corps et âme), mais ce n’est certainement pas le cas du peuple Français qui subit de plus en plus les effets pervers de l’unification européenne.

                                            Dans le cadre national, le peuple a les moyens de se défendre contre les abus de ces gros capitalistes. Et des capitalistes comme Carrefour ou Bouygues ont besoin de leur implantation nationale pour exister (il devient quoi Carrefour sans un magasin en France ? Et Bouygues sans les marchés publics et les millions de clients en télécom ?)

                                            Dans l’union européenne, le peuple Français est enchaîné pour mieux se faire exploiter.
                                            Il n’a plus aucun moyen de défense contre les gros capitalistes, y compris nationaux.


                                          • Piotrek Piotrek 5 novembre 2013 14:54

                                            Faux, l’union européenne a aggravé la crise, en tentant d’intégrer des pays aux intérêts et aux besoins incompatibles, en leur retirant tout moyen de se protéger des conséquences de cette crise financière puisqu’ils ne maîtrisaient plus du tout leur politique économique et monétaire.

                                            1) Plus on retarde un problème de dette, plus on l’aggrave avec les méchanismes d’intérets. L’UE a permis de maintenir des taux d’intérets harmoniquement bas : donc avantage dans l’absolu.
                                            2) On a gagné du temps mais on ne l’a sûrement pas utilisé pour réduire la dette, au contraire et ce jusqu’au point de rupture, c’est ce que l’on aurait aussi fait, Europe ou pas Europe. Donc Neutre

                                            C’est pas l’Europe qui a causé la crise c’est notre complète passivité face à un problème évoqué clairement il y a 30 ans. Elle nous a donné plus de temps et on a rien fait

                                            La politique monétaire qui convenait si bien à l’Allemagne, sa démographie déclinante et ses productions haut de gamme à forte valeur ajoutée, a causé l’explosion de la dette et le désastre que l’on sait dans les pays Méditerranéens, et entraîne la chute des acquis sociaux en France.

                                            1) La politique monétaire : on l’a faite pour séduire l’Allemagne et la convaincre de rejoindre l’Europe, c’est un fait historique
                                            2) L’Allemagne fait aussi beaucoup de bas de gamme pour toute l’Europe pauvre. Et elle n’est pas tant endettée que les autres
                                            3) Le dumping des pays émergés (Chine, Inde...) a causé la chute de acquis sociaux

                                            Vous confondez causes et conséquences.

                                            Bien sûr, les gros capitalistes Français profitent grassement de l’union européenne (et c’est bien pour cela qu’ils lui sont soumis corps et âme), mais ce n’est certainement pas le cas du peuple Français qui subit de plus en plus les effets pervers de l’unification européenne.

                                            Tout à fait, et c’est eux qui chochottent aux dirigeants, quand c’est pas eux même qui dirigent

                                            Dans le cadre national, le peuple a les moyens de se défendre contre les abus de ces gros capitalistes. Et des capitalistes comme Carrefour ou Bouygues ont besoin de leur implantation nationale pour exister (il devient quoi Carrefour sans un magasin en France ? Et Bouygues sans les marchés publics et les millions de clients en télécom ?)

                                            Sur le papier, le peuple fait les lois, mais dans la pratique, on l’a vu depuis toujours, elles bénéficient quasi-exclusievement aux multinationales, et vous passez sur ce problème très raipdement, et c’est là le coeur du problème.

                                            Quant à Carrefour :
                                            1 397 hypermarchés Carrefour dans le monde :
                                             231 en France
                                             494 dans le reste de l’Europe (168 en Espagne, 78 en Pologne, 69 en Italie, 57 en Belgique…)
                                             303 en Amérique du Sud (162 au Brésil, 74 en Colombie et 67 en Argentine)
                                             292 en Asie (134 en Chine, 59 à Taïwan, 43 en Indonésie, 7 au Japon…)

                                            Dans l’union européenne, le peuple Français est enchaîné pour mieux se faire exploiter.
                                            Il n’a plus aucun moyen de défense contre les gros capitalistes, y compris nationaux.

                                            On est dans le mondialisé, vous devriez dire :
                                            Dans l’union européenne, LES PEUPLES SONT enchaîné pour mieux se faire exploiter.

                                            Alors, l’UE a le même problème que chacun des états : ce ne sont pas les citoyens lambda qui dirigent, et la solution serait de sortir de l’Euro uniquement ? C’est ridicule.


                                          • kimbabig 5 novembre 2013 17:22

                                             Ce problème de dette est uniquement dû à l’abandon de la souveraineté monétaire. Or cet abandon est clairement une conséquence de l’union monétaire. Donc avantage nul, inconvénient total !

                                            C’est quand même l’union européenne qui impose à ses pays membres d’emprunter sur les marchés financiers ! Faudrait quand même éviter de raconter n’importe quoi ! Relisez l’article 123 du Traité de Lisbonne si vous n’y croyez pas (qui reprend les dispositions de l’article 104 du Traité de Mastricht), c’est quand même clair !

                                            Cet article était une garantie pour l’Allemagne : la garantie de ne pas payer en inflation les conséquences de la politique monétaire plus souple qui aurait été plus adaptée pour de nombreux pays de la zone euro. Elle a obtenu que l’euro fonctionne comme son Mark fonctionnait.

                                            Ce que vous refusez obstinément de voir, c’est que cette politique monétaire favorable à l’Allemagne mène l’Espagne, le Portugal, la Grèce et même la France à la ruine. Et c’est clairement ce qui se produit. Les produits Allemands se sont retrouvés sous-évalués dans les autres pays de l’union monétaire, notamment par rapport aux productions locales, ce qui a permis à des marques très bas de gamme comme Lidl et Aldi de venir s’y implanter dans ces pays. Cela a accentué le déclin industriel de ces pays, donc augmentation du chômage, de la dette...

                                            La valeur d’une monnaie d’un pays doit être adaptée à l’effort économique que ce pays a la volonté et la capacité de fournir, comme le pédalier d’un cycliste doit être adapté à l’effort musculaire que ce dernier a la volonté et la capacité de fournir.

                                            Le cadre national n’est certes pas parfait, mais dans la pratique, c’est dans ce cadre que des avancées considérables au plan social ont pu être obtenues par le peuple : congés payés, sécurité sociale, services publics. Ces acquis ont pu être obtenues par un peuple soudé dont les élus disposaient de moyens de contrôle réels sur l’économie du pays.

                                            Et c’est bien l’union européenne qui a retiré aux peuples ces moyens de contrôle, là aussi il faudrait éviter de se contenter de dire « c’est la mondialisation », en dédouanant ce qui a laissé les peuples sans défense face à elle.

                                            Et c’est bien l’union européenne qui veut nous imposer l’abandon des acquis sociaux au prétexte de rétablir une compétitivité qui ne pourra être retrouvée qu’avec une monnaie nationale.

                                            Le dumping social n’est pas seulement le fait des Indiens et des Chinois, il est aussi le fait de nombreux pays de l’ue, comme les pays de l’est ou même l’Allemagne avec ses lois Hartz.

                                            Non, l’ue n’a pas le même problème que chacun de ses pays membres, contrairement à eux l’ue a été conçue et dirigée dès ses débuts pour satisfaire aux intérêts des grandes banques et des grandes multinationales. La commission et le parlement européen sont entièrement sous le contrôle de lobbys. Pas des lobbys de groupes d’électeurs partageant des points communs, comme on peut le voir souvent au niveau national (chasseurs, homos, etc...), de vrais lobbys directement aux mains des multinationales, qui vont passer les règlements et directives qui profiteront financièrement à leurs commanditaires.

                                            Il a certes toujours eu des conflits d’intérêts, des magouilles, des trafics d’influence au niveau national. Mais à ce niveau il existe face à cela un peuple suffisamment soudé pour obtenir malgré tout des accommodements conséquents : notre modèle social Français, qui ne doit pas être si mal puisque nombre d’étrangers nous l’envient.

                                            Au niveau supranational européen, il y a des peuples qui ont des intérêts contradictoires, des modes de fonctionnement différents, des besoins différents, qui en plus sont dans une structure qui les pousse à la course aux dumping social et fiscal.

                                            Et le pire, c’est que l’union européenne est par définition impuissante face aux dumpings de pays tiers : impuissance inscrite dans les Traités (interdiction des restrictions aux mouvements de capitaux, y compris en provenance ou à destination des pays tiers, art 63), et renforcée par les contradictions d’intérêts des pays membres ; par exemple l’Allemagne, si elle veut pouvoir vendre ses Mercedes et ses machines-outils aux Chinois, voudrait sûrement éviter que l’ue mette des barrières douanières pour les produits chinois...

                                            Donc, la seule solution pour permettre au peuple de se protéger des inconvénients de la mondialisation capitaliste, c’est la sortie de l’union européenne.

                                            Sinon, je ne sais pas ce que vous voulez montrer avec les chiffres d’implantation de Carrefour, ce que je vois, c’est qu’un groupe capitaliste serait bien mal en point s’il devait renoncer à près de 20% de ses hypers (et si on compte tous les points de vente, y compris leurs filières supérettes au nom ridiculement anglicisé, le poids de la consommation nationale risque d’être encore plus important).


                                            • RusseCorsé 16 avril 2014 15:45

                                              Un article bien sympathique !
                                              C’est intéressant, j’ai l’impression que de plus en plus de personnes commencent à remettre en cause l’Europe et la construction européenne et c’est encourageant...merci internet hein ! C’est pas dans les livres conseillés par l’éducation nationale qu’on risque de se poser ce genre de question...
                                              Pour moi, le problème majeur est très grave :
                                              Aucun politique, de l’extrême gauche à l’extrême droite (Le Pen, ha ha) ne posent le débat. Une ligne de conduite est adoptée par nos dirigeants : « sortir de l’UE serait désastreux et ceux qui évoquent cette possibilité sont des lepénistes tarés et irresponsables. »

                                              Voilà, point à la ligne, merci au revoir.

                                              Ce n’est pas normal, c’est même affligeant.

                                              Le deuxième problème, c’est la finance. C’est générique, tout le monde le dit, François en fait son ennemi principal lors de son discours d’investiture et...et quoi ?
                                              Cela fait six ans que l’on dit aux populations européennes que c’est la crise. C’est la CRISE ! Les Grecs, les espagnols, les portugais, les irlandais le savent bien...
                                              Alors dire que c’est la crise depuis six ans et dire qu’il faut se serrer la ceinture et faire des économies de partout, c’est bien, mais le bon sens voudrait que l’on interpelle les coupables et qu’on les interdise de recommencer leurs conneries.
                                              Ca serait un bon début...
                                              Que dalle, Obama place au Trésor et au Budget US les même types que Bush (yes we can) et des types de Goldman Sachs se retrouvent à la tête de l’Europe.

                                              Franchement...plus c’est gros, plus ça passe ? Bah il faut croire bordel !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Moombahcore

Moombahcore
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès