• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Soyons clairs

Soyons clairs

Dans cette France où la misère côtoie la richesse, où le mal de vivre s’exprime par la contestation, où pour toute réponse les manifestants doivent subir l’agression des forces de police, où le dialogue reste toujours à sens unique, où la grande presse ne joue plus son rôle d’informateur mais privilégie l’intoxication par des informations triturées et sélectionnées.

Dans une émission « perspicace » du 06/11/2017, Mathieu BURNEL a tenté de s’expliquer face à des représentants politiques, des philosophes d’une autre époque.

 Cette confrontation nous permet de mesurer la fracture existante entre ceux qui sont dans le système et le protègent et ceux qui le subissent.

 Avant de considérer que les jeunes qui manifestent n’ont d’autres buts que de se payer du flic, de considérer que les travailleurs qui revendiquent sont de « fainéants » et qu’ils feraient mieux de chercher du travail, de considérer que les retraités sont bien payés etc., cette élite bien pensante devrait s’attarder un peu sur ce mal être.

 Il est facile, pour cette classe aisée, qui méprise, qui juge quand ceux-ci ne sont pas soumis au chômage, aux fins de mois difficiles, aux inégalités et aux injustices.

Cette caste privilégiée consciente de la pauvreté qui touche bon nombre d’hommes, de femmes et d’enfants, préfère ignorer ces faits que de se sentir concernée. Ces prétentieux, ces riches qui estiment être au dessus de la mêlée auraient bien trop à perdre dans le partage.

 Même si la majorité du peuple a du mal à exprimer son mal être, elle sent bien que rien ne va plus. A chaque élection on lui promet des lendemains meilleurs mais c’est le contraire qui se passe ?

 Les révolutions, les guerres civiles naissent à cause de ces inégalités, de ce mépris, de cette vérité à sens unique, de ces informations du type placébo. 

 Notre pays s’enfonce dans une crise sociale et humanitaire, les alertes sont évidentes. Quand un pays à la moitié de son électorat qui ne vote plus, quand la rue devient le théâtre de manifestations incessantes, quand des groupes de jeunes font appel à la violence parce qu’ils ne sont pas écoutés, quand sur le partage des richesses se côtoient avec les galas ou les banquets les pauvres qui n’ont que les restos du cœur, quand le nombre de sans logis augmente de 50% en 10 ans pendant qu’une autre minorité vit dans des châteaux ou sur des iles paradisiaques, quand les dirigeants de ce même pays sont sourds aux revendications. Comment dans ces conditions ne pas comprendre le ras le bol de ces victimes de ce système capitalo-bourgeois dirigé par des patrons, des gros actionnaires et des profiteurs

 La paix sociale ne pourra s’imposer à tous, qu’avec la volonté de partage, de négociations réelles et d’écoute, un changement de politique s’appuyant sur le respect du droit au travail pour tous conduisant à la reconnaissance du droit des travailleurs et à leur respect, le droit aux études secondaires et supérieures sans distinction élitique ou de classe, le droit pour tous les retraités de bénéficier d’une retraite décente leur permettant d’aller jusqu’au bout de leur vie dans la dignité.

 Enfin, il faut mettre fin à ces monopoles de l’information qui font de notre peuple des êtres décérébrés où la pensée est sacrifiée aux intérêts de cette classe minoritaire mais dominante.  

 

24/11/2017


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Le Panda Le Panda 24 novembre 2017 11:38

    Libertad14

    bonjour

    Dans cette France où la misère côtoie la richesse, où le mal de vivre s’exprime par la contestation, où pour toute réponse les manifestants doivent subir l’agression des forces de police, où le dialogue reste toujours à sens unique, où la grande presse ne joue plus son rôle d’informateur mais privilégie l’intoxication par des informations triturées et sélectionnées.

    On ne peut parler plus vrai, c’est ce que j’explique dans mon article Les vieux en modération, à la lecture du vôtre je l’ai validé, autant je l’ai trouvé plein de réalisme. Mais j’en saurai peut-être plus, lorsque vous me donnerez votre point de vue bonne matinée


    • L'enfoiré L’enfoiré 24 novembre 2017 18:21

      Je pense que vous n’avez pas compris le changement radical qui s’est opéré.
      L’inadéquation entre les besoins de l’entreprise et le monde du travail est
      Il n’y a plus que celui qui s’adapte à la nouvelle situation qui survivra.
      Comme chez nous, et je le lisais encore ce matin, même en Wallonie, on cherchait à combler 6000 emplois.... dans le numérique et pour ingénieurs.
      Nous ne sommes plus au niveau du travail bête et méchant, mais à celui de l’intelligence et du cerveau qui trouvera une idée neuve révolutionnaire.
      Finis les CDI, finis les employeurs uniques avec des signatures de contrats en exclusivité. .
      Les Droits de l’Homme semblent être remplacés par les Droits de l’Ohm (unité de résistance).


      • ADEL 25 novembre 2017 23:13

        Une ère nouvelle de confluence des sectes gadgetisées de la politicardie mondialiste commence à s’enclencher en France. L’appel du pied de juppée pour l’enrôlement de sa clique dans la marche macronite m’a inspiré la satire politique, autant chaude que véridique, qui suit :                  L’histoire d’amour d’une bourrique fort vieille et d’un bourricot moyen jeune
        Une bourrique en sa dernière phase de vieillesse, mais restée festive et motivée, se décida alors à traîner l’ une des charrettes d’ affaires politiciennes interlopes de la maison labelisée LR. Cette charmante et larbine bourrique avait besoin comme guide conducteur, d’un arriviste quadra bourricot VRP bankster. Réunis ensemble, Ils se font priés par leurs élus d’emprunter un chemin de marche sur leurs têtes panachées de dindons consentants. Ces dindons bien gras se font bien casquer jusqu’au dernier os, pour la farce de la fête permanente de commémoration de la journée-sanctuaire sans fin, de fortification de la puissance d’une perverse et satanique oligarchie mondialiste assistée de sa vassale intellocratie médiatique propagandiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Libertad14

Libertad14
Voir ses articles







Palmarès