• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Streaming illégal : protégeons nos enfants

Streaming illégal : protégeons nos enfants

Les jeunes enfants et adolescents sont de plus en plus nombreux à visionner des contenus pornographiques sur Internet, via notamment les sites de streaming illégaux. Si le gouvernement traîne à réagir, une association, Ennocence, a lancé en juin dernier une plateforme de signalement des sites et contenus inappropriés.

Le 18 septembre dernier, le match de Ligue des Champions Liverpool-PSG a fait le bonheur des amateurs de football : des aficionados capables de payer une quarantaine d'euros pour accéder aux matches en exclusivité sur RMC Sport...et de tous les autres, c'est-à-dire ces footeux qui privilégient la solution du piratage. Ces sites de streaming illégal et gratuit – et pour cause, puisqu'ils ne paient pas les droits de retransmission – sont en véritable expansion : selon Médiamétrie et le Centre national du Cinéma, ils capteraient près d'un million d'internautes français par mois, soit entre 10% et 20% des audiences réalisées par les chaînes de télévision lors de certaines rencontres de haut niveau.

Pendant que le gouvernement tergiverse, une association agit

La plupart du temps, ces sites pirates se rémunèrent grâce à la publicité. Envahissantes et non-souhaitées, ces fenêtres pop-up à caractère inapproprié – pour ne pas dire pornographique – apparaissent devant les internautes quel que soit leur âge. Et c'est là où le bât blesse. Après la victoire des Bleus lors de la dernière Coupe du monde, nos enfants sont de plus en plus nombreux à surfer sur ces plateformes illégales, et à être exposés à ce type de publicités très violentes. Je sais que toutes les mères partagent mon inquiétude et que nombreuses sont les familles qui ne savent pas toujours comment réagir face à ce phénomène.

Apparemment consciente du problème, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé en avril dernier qu’elle souhaitait créer une liste noire des sites de streaming illégaux. Il était temps ! Mais depuis, rien, ou si peu. Pendant que le gouvernement reste muet, une association, Ennocence, qui a fait de la lutte contre ce fléau sa priorité, a décidé d'agir. Le 1er juin, à l'occasion de la Journée mondiale des parents, l'association a lancé la première plateforme de signalement de contenus inappropriés sur Internet, Balancetonsite.com.

Simple d'utilisation, le site permet de signaler de manière anonyme les contenus que les adultes trouvent dangereux pour leurs enfants. Parallèlement, Ennocence a annoncé qu'elle « mettrait à disposition du ministère ses listes de sites et contenus signalés sur Balancetonsite.com, permettant de soutenir la lutte du gouvernement contre ces sites délinquants ». L'association a également annoncé avoir entrepris de premières actions en justice contre les sites signalés.

Un accès de plus en plus jeune à la pornographie

Téléphones portables, ordinateurs, tablettes, consoles de jeu : jamais il n'a été aussi facile pour nos enfants d'accéder à la pornographie en ligne. Aujourd'hui, le mobile – qu'il soit dans leur poche, dans la cour de récré ou dans la rue – représente le premier portail d'accès à la pornographie chez les jeunes. Problème, la plupart du temps livrés à eux-mêmes, nos jeunes sont moins aptes que nous, les adultes, à trier les informations sur Internet et à sélectionner les sites qu'ils consultent en fonction de leur sérieux, de leur niveau de sécurité ou de leur modèle économique.

Le résultat ? Il ferait froid dans le dos de n'importe quels parents. Qu'on en juge : près d'un enfant sur deux aurait été confronté à des contenus pornographiques sur Internet. La moitié des adolescents de 15 à 17 ans aurait déjà consulté un site porno, selon une étude réalisée en 2017 par l'Ifop – une proportion en hausse de 14% en quatre ans. Selon un autre sondage réalisé par Opinion Way en 2017, 70% des moins de 18 ans avoueraient avoir été confrontés involontairement à des images violentes, et 42% à des images à caractère pornographique.

Mais il y a plus inquiétant encore. Je veux parler du rajeunissement continu de l'accès à la pornographie sur Internet. En moyenne, nos ados ont 14 ans et 5 mois lorsqu'ils visionnent pour la première fois du porno – contre 14 ans et 8 mois en 2013. 20% d'entre eux affirment avoir regardé leur premier film porno entre 11 et 12 ans, et 10% – un sur dix ! – avant 11 ans. Enfin, 35% des enfants de moins de dix ans auraient déjà vu des images violentes, et 32% des images pornographiques.

Ne pas s'alarmer, accompagner

Si ces chiffres sont éloquents, ils ne disent pas tout du traumatisme parfois causé par ces visionnages non désirés, particulièrement chez les plus jeunes de nos enfants. Avant leur puberté, ceux-ci ne peuvent tout simplement pas se représenter la sexualité. S'ils ne réagissent pas sur le coup à ces contenus, ils peuvent intérioriser leur mal-être jusqu'à l'adolescence, moment où une conception erronée et potentiellement dangereuse de la sexualité peut se former chez les plus fragiles d'entre eux.

La situation est évidement différente chez les adolescents, mieux à même de se détacher des contenus qu'ils visionnent, de comprendre qu'il s'agit de représentations fabriquées par une véritable industrie. Dans tous les cas, il revient aux parents que nous sommes de ne pas nous alarmer. Il faut que nos enfants puissent nous parler librement de ces expériences. La solution : ne pas nous voiler la face – nous ne pourrons jamais empêcher nos enfants de surfer sur Internet – et les accompagner le mieux qu'il nous est possible face à cette problématique.


Moyenne des avis sur cet article :  1.21/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Trelawney Trelawney 24 octobre 2018 13:05

    Travers Catherine nous pond un article et c’est pour prendre la défense des TV payante, ainsi que des diffuseur payants de films et vidéos.

    C’est le baba du lobbyiste. 
    On inonde les médias (internet aussi) d’articles justifiant de légiférer pour préserver les intérêts financiers (et que financiers) de son client. Ensuite fort de ce buz, le gouvernement ou l’assemblé nationale n’a plus qu’à légiférer pour censurer ces sites.
    Bon Hadopi ne marche pas. Les télévisions à péage au contenu sportif ne se développe pas comme vous le souhaitez. Ce n’est pas une raison pour nous sortir vos arguments à deux balles sur le soit disant contenu pornographique que (oh je suis inquiété) mes enfants pourraient voir.
    Ma petite dame : si vous n’arrivez pas à faire confiance à vos enfants et à leur expliquer les choses et si pour éduquer vos enfants vous attendez qu’une loi le fasse à votre place vous etes à plaindre

    le streaming n’a rien à voir là dedans !

    Mais comme je sais que c’est l’hypocrisie et la défense des intérêts financiers des chaines payantes qui vous animent, allez faire votre cinéma plus loin.

    • xana 24 octobre 2018 20:30

      @Trelawney

      Bravo Trelawney, vous le dites très bien.

      Cette Travers fait simplement de la pub pour ses sponsors, les firmes qui vivent (bien) de la perception des droits d’auteurs, et celles qui vivent de la vidéo payante.

      La pornographie n’a évidemment rien à voir là-dedans, c’est juste le prétexte.

      Agoravox devrait être interdit à la publicité et à ceux qu’elle paie.

      Jean Xana

    • Gasty Gasty 24 octobre 2018 13:13

      « lors de la dernière Coupe du monde, nos enfants sont de plus en plus nombreux à surfer sur ces plateformes illégales, et à être exposés à ce type de publicités très violentes ( la pornographie ). Je sais que toutes les mères partagent mon inquiétude et que nombreuses sont les familles qui ne savent pas toujours comment réagir face à ce phénomène. »

      Interdire à vos enfants le foot sur des écrans et uniquement sur les terrains de sport ou ils seront en présence de sportif et en plein air sans pub invasive.
      Ensuite donner à votre enfant l’appareil approprié à son âge. C’est un jeu d’enfants d’accéder à la pornographie grace à l’adulte désinvolte. Le streaming est fait pour l’adulte, la faille parental c’est ça le problème.


      • Zolko Zolko 24 octobre 2018 15:48
        « La moitié des adolescents de 15 à 17 ans aurait déjà consulté un site porno »

        ah la vache, c’est flippant. Nous, quand on avait 16 ans, on achetait en cachette des Playboy et des Lui. Et les vieilles dames se plaignaient que le porno était si facile d’accès aux jeunes et voulaient les interdire. 

        • George L. ZETER George L. ZETER 24 octobre 2018 20:16

          il y aura toujours des vieilles barbes comme vous pour dénoncer « la jeunesse qui se pervertie »... avant c’étaient les films violant, puis les jeux vidéo, en remontant plus loin d’écouter les rolling stones, meme les blousons noirs de johnny... ceux qui regardent le plus ces sites porno sont les parents eux meme. et aussi, les sites porno ne sont pas en streaming, mais simplement des sites où on va matter gorge profonde !!! vous etes un rasoir !


          • xana 24 octobre 2018 20:41
            C’est curieux. Il y a quelques mois un article au contenu (très) similaire avait déja déshonoré Agoravox. Pourtant la fiche de Catherine Travers ne mentionne aucun autre article antérieur.
            A-t’elle changé de pseudo, ou bien fait-elle partie d’une équipe chargée de ressasser régulièrement le mantra des lobbyistes Hadopi sur ce site ?

            C’est une guerre perdue d’avance, l’opinion publique est un peu moins stupide que ce que vous croyez. La pornographie n’a pas besoin du streaming (illégal évidemment !) pour se vendre. Et se servir d’un prétexte aussi inepte que la pornographie pour rendre payant tout ce qui est (encore) gratuit, ne risque pas de convaincre quiconque.

            Mais ils vont continuer, tant qu’on les payera pour cela...

            Jean Xana

            • exocet exocet 24 octobre 2018 20:44

              Dommage que la note minimale pour noter un article, ce soit 1.
              On devrait pouvoir mettre zéro.
              Ensuite comment ce ramassis de mensonges et d’imbécilités a-t-il pu être publié sur Agoravox ?


              • HELIOS HELIOS 24 octobre 2018 21:17

                ... techniquement, le streaming sur internet ne peut etre controlé, comme on ne peut controler les livres en interdisant la grammaire et le dictionnaire.


                et en poursuivant sur le même chemin, si vous voulez un peu plus de controle sur les ados, a vous d’elever vos enfants comme il se doit !

                Rappelez vous également que toutes les prohibitions sur internet ont echoué avec le plus bel echec : hadopi !

                • troletbuse troletbuse 24 octobre 2018 21:17

                  Nos politicards sont tous des violeurs, des tarlouzes et des pédophiles au sens propre comme au figuré. Ils préfèrent faire des lois sur les fake news. La pornographie est un matché lucratif. Ce sont eux qui l’ont tolérés. Ne comptez pas sur eux pour y remedier. Ils préfèrent envoyer les CRS pour Dieudonné.


                  • Goldored 25 octobre 2018 09:07

                    @troletbuse
                    Dieudonné ? Le lèche-fion des négationnistes ?


                  • spearit 25 octobre 2018 13:56

                    @Goldored


                    Ha non, plutôt celui qui te met une belle quenelle

                    Lêche cul du système que tu prétends dénoncé ici même.... en un mot : pau’v type

                  • Goldored 25 octobre 2018 09:06
                    Lobbying peu discret et merdique, amalgame streaming/porno parfaitement stupide...


                    • zygzornifle zygzornifle 25 octobre 2018 09:22
                      Streaming illégal : protégeons nos enfants

                      C’est vrai un gosse peut tomber sur la propagande d’« en marche » et être perturbé a vie .....

                      • Buzzcocks 25 octobre 2018 10:05

                        N’ayant aucune intention de m’abonner à BEINsport ou autre, je regarde souvent du handball en streaming illégal et je n’ai aucune pop up de porno qui me saute à la gueule puisque j’ai installé un bloqueur de pubs.


                        • spearit 25 octobre 2018 13:58

                          @Buzzcocks


                          CQFD...

                        • Ruut Ruut 25 octobre 2018 17:25
                          Pour commencer cesser de nous interdire de créer des profils numériques a nos enfants.
                          ça force les parents a créer de faux profils avec des filtres inadaptés.

                          Autorisez la création de profil dés 1 ans comme ça le filtre peut être activé correctement.
                          Tant sur Google qu’ailleurs.

                          Arrêtez d’interdire et commencez a réfléchir.

                          De plus si le vilain internet vous traumatise tant, n’achetez pas de box ni de smartphone, comme pas plus de soucis.
                          Quand au porno c’est toujours a la TV via les pubs qu’il commence.

                          • exocet exocet 25 octobre 2018 18:10

                            Tiens, c’est le premier article de Traviole Catherine...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès