• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Suffit-il d’incantations « progressistes » pour convaincre les (...)

Suffit-il d’incantations « progressistes » pour convaincre les opposants « nationalistes » et autres « populistes » européens ?

Angela Merkel bâillonnée par son opposition, laisse Emmanuel Macron enfiler à sa place le costume de défenseur de la cause « progressiste », et s’opposer frontalement aux anti-migrants européens, catalogués « nationalistes » et « populistes ».

Jusqu’à il y a peu encore, les contours bien découpés des partis politiques permettaient de savoir qu’elles idées étaient portées par la droite, la gauche et leurs extrêmes. Sauf que certains se sont débarrassés de leurs partisans peu présentables et ont entamé une réfection de façade parfois, et en profondeur souvent. Leurs idéologies ont suivi l’évolution des grands problèmes de société, se sont croisées et certains courants bien ancrés ont quasiment disparu quand de nouveaux, nettoyeur également de « l’ancien monde », sont nés. Ce constat vaut dans presque tous les azimuts politiques. Les cartes sont rebattues.

Représentant du « nouveau monde », Emmanuel Macron a-t-il bien perçu que ses opposants politiques avaient muté eux aussi ? Certainement. Sans trop besoin de perspicacité, il a observé que certaines revendications majeures de société sont devenues « transpartis », soutenues avec la même conviction par l’éventail du panorama politique.

Ainsi, se trouve-t-il confronté à des oppositions multiples de gauche à droite et du sud au nord de l’Europe, dont les courants porteurs ne suivent plus les schémas classiques anciens de « lutte des classes ou autres extrêmes fascisants ». L’écologie, la financiarisation dominante… et les questions migratoires dominent aujourd’hui souvent les débats.

Pour s’y opposer, son vocabulaire pratique concentre ses agressions à l’endroit des « nationalistes » et des « populistes ». Si les premiers, débarrassés des fâcheuses connotations historiques, représentent aujourd’hui les peuples sensibles à l’idée de la préservation de leur nation, qu’il soit dit qu’à cette opinion passéiste, doit se substituer celle d’une Europe dénationalisée. Si les seconds, las de ne pas être entendus, sont la voix trouvée par ceux qui désespèrent de se faire entendre, qu’il leur soit répété ce que disait David Rockefeller, co-fondateur du Groupe de Bilderberg « la gouvernance d’un pays est une chose trop sérieuse pour la laisser au peuple ».

Parmi les sujets qui fâchent, voyons l’exemple de l’immigration qui ne manquera pas de focaliser les discours des prochaines élections européennes. Ce sujet est systémique pour l’Europe qui deviendra chimérique si les confrontations persistent et s’aggravent.

Chacun sait que c’est la solution choisie par Bruxelles pour alimenter en main-d’œuvre « facile » les besoins de l’industrie allemande notamment, faire face aux nécessités démographiques de certains pays et alimenter la nécessaire croissance économique qui est la condition sine qua non pour éviter de graves frictions communautaires. Cette option est donc un fusil à un coup qui pourrait avoir des conséquences inenvisagées dans l’hypothèse d’éventuelles convulsions économiques.

Ainsi, Emmanuel Macron se trouve-t-il maintenant devant cette alternative cornélienne ; composer avec ce tsunami européen « anti-migrants » ou revoir ce choix, indispensable à ses options économiques ?

Un examen du timing des événements et des déclarations brouillonnes, révèle la complexité du contexte.

Rappel. Suivant Angela Merkel, Emmanuel Macron ne cachait pas en 2017 que « … l'arrivée de réfugiés pouvait être une opportunité économique… », pendant qu’Angela Merkel retournait sa chemise devant les vagues de mécontentements allemandes. Ce qui l’avait conduite à déclarer ensuite : « La chose la plus importante dans les mois à venir, c'est le rapatriement, le rapatriement et encore une fois, le rapatriement ».

Depuis, des raideurs diplomatiques ponctuent les échanges entre différents pays et Emmanuel Macron stigmatise les nationalistes et les populistes avec sa bannière progressiste flottante dont personne ne sait vraiment ce que recouvre cet adjectif déclamatoire et fourre-tout depuis le début du XIXe s. Macron et consorts, prennent ainsi le risque de se couper d’une partie de leurs soutiens.

Les partisans d’une Europe solidaire pourraient envisager ce « progressisme » s’ils étaient convaincus autrement que par de simplistes antiennes assénées, laissant aux autres la charge des conséquences de leurs décisions. L’immigration, mal (ou pas) contrôlée, est une des causes de ces confrontations politiques qui risquent d’influencer les votes lors des prochaines élections européennes et pourraient leur présenter l’addition de ces discours à l’emporte-pièce.

Si ces nouveaux courants nationalistes et populistes grandissants sont le résultat des dernières vagues migratoires, alors il est nécessaire que les gouvernants travaillent aux solutions d’intégration de ces populations pour leur répondre. Il ne suffit pas de rappeler les concepts humanistes de notre République largement partagés par les peuples européens, les conditions de leurs mises en œuvre sont un préalable à leur acceptation. Il y va de la cohésion européenne.

L’opportunisme de Mme Merkel lors des vagues migratoires l’a conduite à se dédire brutalemement et à considérer sous contrainte, les arguments déferlants de son opposition. Ce n’est pas un bon exemple. Les dernières manifestations allemandes de Chemnitz révèlent l’opposition farouche des « nationalistes » présentés comme des néo-nazis, fascistes et autres voyous. Certes l’image proposée par les « 20h » de leurs représentants n’est pas à leur avantage, mais les morceaux choisis de leurs commentaires ne suffisent pas à les condamner quant au contenu. Un manifestant est montré à la tribune haranguant que « … c’est à eux (les immigrés) de s’adapter à nous, et pas à nous de nous adapter à eux ». (Saint-Augustin ne disait pas autre chose « Si tu es à Rome, vis comme les Romains ; si tu es ailleurs, vis comme on y vit. »). En l’occurrence, les images n’ont pas suffi à escamoter le fond.

Les discours sans argumentaires de nos politiques sont des pratiques périmées. Cette bataille de mots qui ne sont pas des idées est stérile. Se déclarer bonnement « progressiste », au titre d’une contradiction simpliste est un peu maigre. Marianne, qui s’est déjà interrogé récemment sur son sens politique propose trois axes ; « Le progrès économique, le progrès social, le progrès culturel et moral. Le premier est celui qui permet l'accroissement de la production ; le deuxième, celui qui permet l'amélioration des conditions matérielles de l'existence ; le troisième, celui qui conduit à la justice entre les hommes et à l'unité du genre humain. » Il est raisonnable de penser que Macron s’inspire plutôt du troisième, humaniste, dans sa confrontation avec les nationalistes européens. Dans cette hypothèse, est-ce une priorité ou un masque ?

En 2017, Jacques Julliard dans un édito, décortiquait « …le mot progressiste utilisé par les bobos, qui se substitue chez Macron au mot gauche, (et il reprochait) …à l’idéologie bobo d’avoir rompu l’ancienne alliance, sans laquelle nous ne sommes rien, de la gauche et du peuple. »

On voit là qu’une revendication « progressiste » indéfinie pour jeter l’opprobre sur des millions de sympathisants « nationalistes », relève du coup d’épée dans l’eau. L’imprécation n’est pas un outil suffisant, il faut convaincre en remontant ses manches, expliquer le sens et les objectifs réels des décisions et oublier le mode « donneurs de leçons d’en haut » comme aux italiens qui a conduit à un exemplaire fiasco.

Pendant que le « nouveau monde » cherche ses marques, le spectre des opposants au progressisme macronien s’élargit, Sarah Wagenknecht (plutôt extrême gauche) semble moissonner un grand nombre de voix parmi les anti-migrants allemands captés jusqu’alors par la droite et l’extrême droite. Elle est bien parti pour casser les codes primitifs et élimés ; anti-migrants = extrême droite, nationalistes, populistes etc. La gauche suédoise qui a fait fermer ses frontières avait déjà emprunté le même chemin.

Probablement à la recherche d’un peu de consistance à donner au « progressisme franco-allemand », la chancelière allemande et le président français ont choisi Marseille  "… ville symbolique de la mixité des cultures méditerranéennes". On peut comprendre qu’ils aient évité Chemnitz en Allemagne de l’Est où les extrémistes de droite manifestent maintenant unis, après qu’un Allemand a été poignardé par deux migrants. 

La mixité vantée ici était un paradigme mal entretenu de « l’ancien monde » dont le délitement n’a été que constaté au fil des gouvernements qui se sont succédés en l’ignorant. La mixité est un état ponctuel des populations qui évolue inexorablement vers l’intégration ou le communautarisme. Angela Merkel aurait dû l‘évoquer avec Emmanuel Macron à cette occasion et lui rappeler ce qu’elle disait en 2010 « …le multiculturalisme est un échec en Europe ».

Jacques Julliard prolongeait (dans son édito cité plus haut) le constat européen de cette opinion :

« …le peuple n’admettra jamais le communautarisme parce qu’il sait bien que, substitué à la République une et indivisible, il mène à la guerre civile ».

En attendant cet oracle dont l’histoire des peuples est tristement jonchée, François Hollande a livré un constat sans ambages sur ce sujet dans son livre.

Extraits à propos de l’immigration :

  • « Le seuil de tolérance ? « Je pense qu'il y a trop d'arrivées, d'immigration qui ne devrait pas être là. »

Et de prendre l'exemple des professeurs devant les nouveaux immigrés.

  • « C'est Sisyphe ! On les fait parler français, et puis arrive un autre groupe, et il faut tout recommencer. Ça ne s'arrête jamais (…). Donc, il faut à un moment que ça s'arrête. »

L'islam ? « Qu'il y ait un problème avec l'islam, c'est vrai. Nul n'en doute. » Le voile ? « Un asservissement. » Les migrants ? « On ne peut pas continuer à avoir des migrants qui arrivent sans contrôle, dans le contexte en plus des attentats. » 

 

Si au lieu de distribuer des anathèmes « nationaliste ! populiste ! », l’Europe n’organise pas efficacement la question migratoire, alors n’est-il pas à craindre que des bouleversements inédits se produisent ?

Dans « l’ancien monde », gouverner c’était prévoir.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • izarn izarn 10 septembre 15:31

    Rien à convaincre, c’est déjà trop tard.
    Macron va au casse pipe, c’est un idiot.


    • Paul Leleu 10 septembre 20:34

      @izarn


      dans le même temps, l’agent américain Steve Bannon se propose de « sauver l’europe » en fédérant les populismes européens... l’italien Salvini s’est déclaré prêt à travailler avec lui... 

      c’est dire si nous ne sommes pas sortis de l’impasse. 

    • V_Parlier V_Parlier 10 septembre 21:11

      @izarn

      Longtemps avant Macron, déjà... Laxisme judiciaire, zones de droit parallèle, tolérance envers les imams pro-djihad, même fayottage avec eux dans certaines communes. Aubry était spécialiste en la matière.
      (Puis bien sûr les frontières ouvertes, de fait, en prétextant que ce sont les Syriens qui viennent se réfugier chez ceux qui ont mis leur pays à feu et à sang... qu’est-ce que j’y crois, jamais vu aucun syrien d’ailleurs dans les fameux bateaux de passeurs légaux).

    • Jeekes Jeekes 10 septembre 15:40
      ’’Marseille ville symbolique de la mixité des cultures méditerranéennes’’
       
      Pour être symbolique...
       
      Il semble bien que ce soit une putain de sacré réussite !
       


      • hunter hunter 10 septembre 16:00

        @Jeekes


        Oh mille dieux quelle réussite !

        Et quand le raciste anti French Native Merluchon va être à la mairie, là on va repousser les limites !

         smiley

        Adishatz

        H/

      • Jeekes Jeekes 10 septembre 16:43

        @hunter

         
        Sans compter que s’il prend Maurice comme adjoint, ils pourraient même franchir les bornes des limites.
         
        Oh, la vache, le spectak !
         
         smiley
         


      • Le421 Le421 10 septembre 18:55

        @Jeekes

        Quand je vois que tous les problèmes des gens, surtout dans les campagnes isolées, se situe uniquement dans l’immigration, je me dis que tout est perdu.
        Té, j’essaie même pas de discuter.
        Comme disait mon père, ne parle pas aux brouettes, elles ne te comprendront pas.
        Alors, je prends les deux poignées et la brouette fait « grouuuiiiikkk, grooouuuuiiikkk ! ».
        Il avait raison, mon père.
        Il avait souvenir de 14-18 et il avait fait 39-45.
        L’histoire n’est qu’un éternel recommencement.
        La connerie, par contre, est éternelle !!

      • bébert 10 septembre 19:20

        @Le421
        Celle là tu nous la faites au moins 50 fois le coup de la brouette , ce qui prouve ton manque d’imagination.


      • V_Parlier V_Parlier 10 septembre 21:05

        @Le421
        Parce-que dans les campagnes ils savent qu’ils peuvent maintenant avoir droit eux aussi deux fois par mois au « déséquilibré afghan » qui saigne les passants au couteau et pour lequel « la piste terroriste est écartée », ouf !


      • V_Parlier V_Parlier 10 septembre 21:06

        @V_Parlier
        (Mais quand c’est dans les petites villes ça ne dépasse pas les journaux locaux, question couverture de l’événement)


      • Le421 Le421 11 septembre 08:17

        @V_Parlier

        Merci TF1.
        Je l’ai dit, je ne veux convaincre personne.
        C’est comme pour le plastique un peu partout, c’est de la faute à...
        On cherche, exactement.
        En attendant.
        Bon, en même temps - comme dirait l’autre - la mer bourrée de plastique, surtout en Méditerranée, c’est de la faute de ces salopards de migrants...  smiley
        C’est pas grave.

      • Jean nemare Jean nemare 11 septembre 09:40

        @Jeekes Ouais à la Marseillaise quoi : à coups de Kalach’ et autres armes automatiques ! 


      • V_Parlier V_Parlier 11 septembre 09:59

        @Le421

        Avec la mer bourrée de plastique comme argument pour me faire face vous êtes très mal tombé. J’ai déjà pris clairement position là dessus plusieurs fois, et il me semble que je vais vous apprendre un truc :

        1) Dans le monde il y a plusieurs problèmes graves et pas forcément liés (premier choc)
        2) Chaque problème peut avoir des causes et des responsables différents (second choc)

        Ca va, vous vous en êtes remis ?

      • V_Parlier V_Parlier 11 septembre 10:13

        @Le421

        « Merci TF1 »
        -> TF1 ou les autres (je ne sais pas pourquoi toujours plus TF1 d’ailleurs) sont trop occupés à nous parler des satellites russes qui auraient besoin de se rapprocher des nôtres pour capter les communications (*), de la future supposée attaque chimique d’Idlib qui donnera l’occasion de refaire un petit coup la guerre contre la Syrie, de la « menace russe » entre deux événements people, bref, vous avez remarqué, c’est à croire qu’en France on est attaqué au couteau par des russes, non ? smiley Ah non, celle-là, ils n’ont pas encore osé.

        (*) C’est techniquement débile au point que ça me montre à quel niveau nous sommes descendus.

      • jakem jakem 11 septembre 11:13

        @Le421

        Cher Insoumis, s’occuper d’écologie et soutenir cette cause, ce but, cette disposition d’esprit, absolument nécessaire, par son talent oratoire est une excellente chose et j’applaudis Mélenchon pour ça.

        Mais il-y-a tout le reste. Ceux qui viennent chez nous, les « arrivés d’ailleurs » qui provoquent des rencontres du 3ème type, n’ont pas du tout, PAS DU TOUT , la conscience écolo.
        Vous avez déjà vu des images de chez eux ?

        Moi je trouve que c’est sale chez nous ; et pourtant c’est entretenu et relativement préservé par rapport à ce qu’on peut voir ailleurs. ( ne pas comparer avec l’Allemagne ou la Suisse ou le Danemark, sauf là où l’on fait des rencontres du 3ème type )
        Encore un coup des salauds de patrons multi-milliardaires qui empêchent les fiers et pauvres autochtones de nettoyer, de mettre leur mentalité en cause, etc ...etc ...

        Quant à ce cher Mélenchon qui diffuse si formidablement bien le bruit et la fureur et- la colère-du-peuple, il s’est montré particulièrement couillon, nul, méprisable, pitoyable, indigne, SOUMIS, lors de son blabla organisé avec Macronsky.

        Et en attendant le GRAND SOIR , la prochaine révolution ( qui n’est pas aussi imminente, selon Mélenchon ) c’est chez nous qu’on nettoie, que des citoyens bénévoles de tout âge nettoient, au moins une fois par an dans des milliers de communes ; c’est chez nous que des instits ( plutôt que des professeurs des écoles ) disent et répètent aux enfants qu’il ne faut pas jeter des papiers et des déchets par-terre ; c’est chez nous qu’on paie, de plus en plus cher, le ramassage des ordures ; c’est chez nous qu’on trie, plutôt mal mais on le fait ...

      • Le421 Le421 11 septembre 13:41

        @jakem

        Si vous le dites...
        Ça me rappelle « la grande amitié » avec un certain Serge Dassault...

        Du pipi de chat pour détracteur à deux balles...

        Quand à nettoyer « chez nous » !! Ah, quel magnifique expression...
        Je vous passerais avec joie des images d’un bon village bien de « chez nous », Aigues-Mortes.
        Le bled ou les « strangers » ne sont pas les bienvenus, ni les « bronzés » de toutes sortes.
        En ville, on peut manger une pizza en la posant par terre, c’est nickel !!

        Par contre, à 500m du centre ville, y’a plus de budget pour nettoyer les fossés - toujours en ville - qui sont remplis de détritus et d’immondices incroyables !!
        Une gigantesque benne à ordures.
        Mais en ville, là où les touristes et les friqués du Grau du Roi se baladent, ça brille.
        Tout dans les apparences.

        Et c’est ce qui plaît le plus... Les apparences !!

        Mais comme je dis, c’est pas grave.
        « Chez moi », c’est assez bien entretenu, merci.
        La départementale à 200m, c’est un dépotoir. Sarlat, c’est très touristique. Et c’est marrant, l’hiver, y’a moins de bouteilles de Coca dans les fossés...
        Et « chez moi », ben, c’est chez moi...
        Pas de nitrate dans le jardin. Ah si, la cendre de bois du barbecue !!

      • jakem jakem 11 septembre 17:09

        @Le421

        Vous répondez à côté de vos pompes et à cloche-pied de mon commentaire.

        Si c’est aussi sale que ça dans le Midi c’est que les gens ont une mentalité de sale. Ceux qui y vivent et aussi ceux qui traversent le pays et se croient tout permis.

        Soit parce que notre éducation sur ce point est insuffisante soit parce que cette éducation s’est perdue car elle a été négligée, brocardée, critiquée comme faisant partie d’un système totalitaire, liberticide, fasciste, naziste, lepéniste, frontiste, ébéniste etciste ...

        On peut trouver un moyen très simple de (ré)éduquer les fauteurs de saletés ; ça ne coûterait rien du tout car c’est eux qui paieraient et tellement lourd qu’ils ne recommenceraient plus.

        Mais ça ce serait contraire aux droits de l’homme. Et ça vous n’aimez pas.

        La contrainte envers certains ( ceux qui la ressentent ) pour l’amélioration générale, c’est pourtant au programme de la FI, non ?

        dobri viétchéra ! ( pa roussky : bonne soirée)



      • Cateaufoncel2 10 septembre 16:42

        "« …le peuple n’admettra jamais le communautarisme... »


        Désolé, on est en plein dedans depuis des années. Des millions de musulmans se réclament d’une civilisation qui n’est pas compatible avec la nôtre. Eux le savent et nos autruches plantent la tête dans le sable


        • Alcastor 10 septembre 17:06

          Exclellent article qui ne met cependant pas assez en avant le rôle des grands financiers et de leurs têtes de pont : les ONG.
          L’Europe de la Finance avait besoin de deux choses pour avancer :

          - un peuple idiot et c’est chose faite. L’enseignement est mort et les Français sont redevenus analphabêtes.
          - de la main d’oeuvre bon marché... ce fut le cas avec les italiens, les espagnols, les portugais in illo tempore. C’est le cas avec les musulmans aujourd’hui.
          Le problème, c’est que les Français ne sont pas devenus assez cons pour ne pas se rendre compte que cette armée d’ouvriers mal payés qui débarque n’a rien en commun avec la civilisation et qu’il ne sont pas bienvenus....
          Ca va péter... point-barre !
          Le seul qui ait compris, c’est Trump et on le tourne en ridicule...


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 septembre 18:50
            Bonjour,
            .
            Suffit-il d’incantations « plus RÉALISTES que RÉALISTES » pour convaincre les pro-UE que les instances de l’UE ne sont pas réformables due à l’article 48 et que l’UE que l’oligarchie nous à concocté ne sera jamais sociale ni démocratique ?

            .

            • Cateaufoncel2 10 septembre 18:56
              @eau-du-robinet

              « ... l’UE que l’oligarchie nous à concocté ne sera jamais sociale ni démocratique. »

              C’est pourquoi il faut faire qu’elle ne soit plus ! D’autant plus que, dans tous les pays, même en Hongrie ou en Italie, les peuples sont majoritairement contre leur « xit »

              P.S. - En ce qui me concerne, j’ai encore de sérieux doute à propos du Brexit.

            • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 12:09

              L’incantation c’est Allah Akbar que l’on entend bramer dans nos rue a chaque coup de couteau de Kalash et de voiture bélier ? 


              • Le421 Le421 11 septembre 13:43

                @zygzornifle

                Au carrefours, l’été, j’entends plutôt les touristes gueuler « bouge-toi enculé !! »...
                 smiley


              • Raymond75 12 septembre 09:26
                Il faut mettre fin aux discours idéologiques et aux bêtisiers moralistes, mais aborder de façon rationnelle le problème de l’immigration :

                * Les demandeurs d’asile doivent être mis en résidence le temps d’examiner leur demande. Plus de moyens doivent être mis pour que ces demandes soient examinées correctement mais rapidement. Les déboutés doivent être internés avant expulsion.

                * Créer le statut de réfugié de guerre, qui ont vocation à retourner dans leur pays une fois la paix et la stabilité rétablies. Ceux qui s’estiment toujours menacés une fois la paix rétablie deviendraient demandeurs d’asile. Ces réfugiés seraient regroupés dans des camps financés par la Croix Rouge et l’ONU, bien traités et leurs enfants éduqués,

                * Comme au Canada, pays démocratique et état de droit, des quotas sont fixés et actualisés chaque année pour les besoins d’immigration économique : métiers en tension, diplômes en tension, besoins d’investissement, étudiants du supérieur. Toute demande doit faire l’objet d’un dossier préalable dans le pays d’origine, qui seul permet d’attribuer un visa. Un immigrant agréé sera aidé dans son intégration : cours de français, présentation de notre constitution et de nos lois, logement. Cela concerne les immigrations européennes et extra européennes.

                * Les migrants clandestins doivent être internés avant leur expulsion, sans limite de délai.

                * Les pays à l’origine des migrations doivent accepter le retour des clandestins. La France à les moyens de faire pression pour que la loi soit respectée.

                * Lutter contre le communautarisme, si nécessaire en imposant un concordat ou équivalent aux religions implantées depuis 1905 : islam et bouddhisme. Tous les prêtres doivent obtenir un diplôme français qui donne droit à exercer, et ils doivent employer la langue française.

                Faire respecter la constitution, la loi, et lutter contre celles et ceux qui refusent nos valeurs mais viennent vivre en France n’est en rien le signe de mauvais traitements ou de racisme : il s’agit seulement d’assurer la cohérence d’une société démocratique. Et faut il rappeler qu’aucune autorisation n’est nécessaire pour quitter la France si ce pays ne convient pas, ce qui est possible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès