• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > T’as qu’à dire NON

T’as qu’à dire NON

Somos muchos, vete tú.

Commentaire lapidaire d’un Espagnol sur Internet, qui signifie : trop de monde sur Terre, toi va t’en.

Trop de monde ? Alors, comme d’habitude, une guerre mondiale bien nettoyeuse, encore ? Pas possible, trop radical ; même les riches en pâtiraient dans leurs bunkers de Nouvelle-Zélande, devenus prisons à perpète dans un désert radioactif.

JPEG

Reste une solution hygiénique : recycler les surplus humain, une fois neutralisés dans le frigo des hôpitaux, sous la bonne terre mère. Ils fourniront un fuel bienvenu aux racines des pissenlits.

 

Le Mexique a été un des premiers pays à vacciner les gens à la queue-leu-leu, dès décembre 2020.

Nous ignorons sa mortalité générale actuelle.

Dans ce pays, l’optimisme ou la résignation règne : on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a encore (quelques chiffons, ses deux mains), du masque artisanal par exemple, qui talibanise en couleurs la parole et l’air ambiant.

Car autant s’adapter, ay ay ay. Comme cet inventeur du dispositif Rigel, (cliquer à zéro minute cinquante), qui présente aux résilients du monde son bébé : la petite moustache sanitaire, censée permettre à son heureux porteur de manger, respirer, boire et fumer comme un Charlot dictateur. Gentil filtre macho pour femme à barbe et homme imberbe, la moustache respirante s’impose pour l’immunité de troupeau par la contagion du rire.

 

Au Mexique comme ici, les vendeurs de pilules et d’humanité OGM font miroiter sur écran aux zahuris émerveillés par leurs tours de passe-passe, le privilège de la priorité vaccinale. Tu seras le PREMIER, pour une fois dans ta pauvre existence de rien du tout ! incitent les VRP de Fauci en clignant de l’œil. Parce que toi, moi et América first.

Oui le premier ! À recevoir l’injection salvatrice, sans aucune garantie. Le premier, parce que tu es trop vieux, trop gros, infirme, malade grave, chômedu, loquedu ou indigène par trop chez toi !

Et le zahuri concerné d’ouvrir sous l’écran ses carreaux brillants, s’écriant : Ay caray ! Mi vacuna, rápido !

Quelle chance amigos de passer sous le nez des autres, jaloux comme des poux qu’ils sont ! Va te cacher, espèce de non-prioritaire ! À moi l’aiguille et l’enviable statut de piqué d’abord !

 

− Ô animateur télé d’ici et d’ailleurs, ô mon guide spirituel, mon idole aztèque ! J’en redemande !

− Tu redemandes quoi, mon brave ?

− Tout ! Rien ! Décide ! Je le ferai !

− Alors écoute, toi mon frère, ou plutôt mon beauf, objet de mon souci constant, objet tout court ! Toi la pièce usée dont le monde se passera, toi qui encombres avec tes besoins, ta belle-mère et ta marmaille, toi natif d’un pays dont je convoite pour mes patrons les plages, le soleil, les sous-sols, les océans ! Toi qui vas mourir sans descendance, sans vieux parents dont tu viens tout juste d’hériter (entre nous, dépêche-toi de les rejoindre) ! Cours vite au vaccinodrome et n’oublie jamais les innombrables variants zombies, surgissant de la terre entière, l’un après l’autre, pour te polluer les narines ! Mais t’inquiète, je suis là, moi ton ami, faiseur d’opinion et de contes à dormir debout pour que tu dormes à jamais.

 

La harangue ci-dessus n’est pas formellement celle qu’on entend, diffuse et diffusée dans le vaste monde. C’est moi, encore, qui vagabonde en zone lunaire. Un peu comme dans le film They live, sorti en 1988. Les lunettes magiques du héros lui permettent de distinguer le vrai discours de fond contenu dans les publicités, ainsi que les méchants qui se mêlent à la foule sous une apparence anodine et pacifique ; et qui en fait contrôlent tout grâce à leur arme-talisman au poignet.

Les lunettes qui décryptent et traduisent le discours affiché sont un article rare et précieux que les (dés)animateurs fracassent dès qu’ils les subodorent (elles sentent bon). Si vous en trouvez dans la décharge – les lunettes, pas les animateurs − j’achète.

 

Retour aux Mexicains basanés. Gardons-nous de les prendre pour des zallongés sur le sol du cimetière avec leur grand masque sur le nez. À Mexico, on se soignait il y a un mois déjà à l’ivermectine. Mais il y a pire encore.

 

En juin 2020, les habitants de communes au sud-est du Chiapas, en terre maya, se sont rebellés. Ils ont incendié une mairie, la maison d’une fonctionnaire, au moins un véhicule de police, frappé des policiers, ainsi qu’attaqué une pharmacie et une ambulance, par rébellion contre la politique covidienne et peur de la contagion possible apportée par les éléments extérieurs à leur communauté (le gouvernement). Egalement par soupçon que les fumigations contre le dengue ou pour désinfecter les lieux du virus covidien cachent un désir de répandre la maladie, en vue de nuire aux habitants, à l’instar des fumigations contre les moustiques ou les cafards.

Le sud du Mexique, terre de pyramides, est devenue une région à part ; il faut payer un droit touristique pour y accéder depuis l’étranger, un train rapide y est en projet avancé ; et la population indigène, dans son décor montagnard de rêve et perpétuel été, gêne probablement nombre d’investisseurs éblouis par un tel potentiel et dégoûtés par l’habitat souvent misérable, toujours anarchique, de la région. Il faut remplacer l’autochtone et sa grand-mère en huipil brodé par un nomade en vadrouille touristique ! Et son taudis par une chambre d’hôtel.

Comme l’a si bien dit Jacques Attali : un pays c’est … ?

Les (peuples) premiers ne sont pas forcément d’accord.

 

José López López, le maire de San Juan Cancuc au Chiapas, une commune de 24 000 âmes, a annoncé en Février 2001 que seuls deux membres de sa commune s’étaient pliés de bon gré aux vaccinations covid, et que l’ensemble des citadins ne se ferait pas vacciner.

Officiellement le Mexique annonce 160 000 morts du covid. Cependant le Chiapas a été épargné. San Juan Cancuc, presque totalement de population maya, n’a eu que trois malades, tous guéris. Tout le monde circule à visage découvert dans cette commune, comme à San Cristobal de Las Casas, même région, de population similaire.

En revanche à Oaxaca, ville importante du Chiapas où se côtoient Mexicains de sang-mêlé et Mayas, les gens ont peur de représailles plus ou moins officielles ou liées à leur emploi. Ils se masquent et ne donnent pas volontiers leur avis aux enquêteurs bénévoles.

 

Pourquoi les indigènes, habitants de San Cristobal de las Casas et de San Juan Cancuc, n’ont-ils pas peur des autorités ? Pas toutes les autorités : craignant pour leur âme, donc craignant Dieu, ils ne vous laisseront pas les photographier de près, encore moins les piquouzer.

Attention : ils ne se contentent pas de dire NO, mais précisent dans le doc officiel qu’ils empêcheront les autorités sanitaires de procéder à une éventuelle mission.

Ce qui peut leur coûter cher.

 

Essayons d’analyser leurs raisons.

1. Ils bénéficient, un peu comme pour les réserves amérindiennes des EUA, d’un privilège coutumier. Le maire peut faire valoir ses propres décisions en argüant de la coutume, même si ce droit n’est pas inscrit scientifiquement dans la loi républicaine mexicaine. Ils bénéficient même d’une image communiste ou sociétale de peuple opprimé, et ainsi parfois d’appuis financiers (sorosiens ? Voire chinois, cubains ?...).

2. Ils forment une société cohérente, de même sang, même histoire, même religion catholique indianisée (Vierge de Guadalupe), même bilinguisme espagnol/maya, où les habitants de la commune se connaissent personnellement et tiennent à leur culture, célébrée quotidiennement en commun par les us et coutumes et les cérémonies religieuses.

3. Leur assemblée générale, à savoir le Conseil de la commune, est réellement démocratique puisqu’il représente tous les habitants de la commune, leurs vœux, leur intérêt leur « nation », en leur donnant la parole dans un lieu prévu pour.

4. Ils comptent sur leurs propres ressources et, bien que pauvres et très pauvrement logés, ne manquent pas du nécessaire vital, grâce aux poules, cochons, cultures vivrières, grâce aux liens familiaux et sociaux, grâce aux réunions et processions, attestant d’une foi commune. Ils ne se sentent pas seuls au monde. Ils ne sont pas endettés auprès de l’État mexicain.

5, Ils sont habitués à l’arbitraire depuis des siècles et ne se font pas d’illusions, sachant dans leur chair et leur cerveau reptilien et par tradition orale, que l’habit ne fait pas le moine ni le passage sur plateau télé le médecin.

6, Ils ont leurs propres remèdes éprouvés, thérapie herbale ou parfois magique qui, vaille que vaille, peut remplacer au moins partiellement les soins hospitaliers ou du moins n’en fait pas dépendre.

 

Ces populations, à leur façon, nous indiquent le chemin à nous, Français. En substance :

Montjoie, saint Denis. Que je trépasse si je faiblis !

Après tout, comme le rappe ce jeune homme de bon aloi, inspiré par un texte de Marvin Young : « Just say no  ! ». Dire non, ce n’est pas si difficile.

Et c’est tout l’inverse du vieux message de Jerry Rubin à la jeunesse privilégiée mais influençable des années soixante : do it, finis-toi aux drogues ! Pique-toi ! Crack, boum, tue !

Le cri d’alarme de RC the Rapper, sa chanson en résumé, c’est : non aux drogues, non aux poisons, non aux docteurs Jabuse ! Dis non, sapristi !

Times, they are a’changing.

Autres temps, autres mœurs.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • jocelyne 9 juin 17:12

    Moi j’ai dit oui pour avoir la paix ( aucun de mes proches n’ayant eu de problème.

    Par contre hier je vais en pharmacie pour acheter mon médoc préféré, la pharmacienne regarde l’écran et me précise : « vous avez été vacciné astra, avez vous bien reçu la convocation pour la deuxième dose »

    Je crois que mes yeux ont fait du tex avri

    Dans tout le « medical » vous êtes super tracés

    Cela ne me fait pas peur mais tout de même le même logiciel de surveillance peut très bien être utilisé pour d’autres choses, plus politiques par exemple....


    • pipiou2 9 juin 17:24

      @jocelyne
      Mon Dieu, on sait que vous avez été vaccinée, quelle information majeure sur votre vie !
      Dépéchez-vous de détruire votre carte vitale smiley

      Et faites attention : votre banquier sait exactement tout ce qui se passe sur votre compte bancaire ...


    • jocelyne 9 juin 17:28

      @pipiou2
      "Cela ne me fait pas peur mais tout de même le même logiciel de surveillance peut très bien être utilisé pour d’autres choses, plus politiques par exemple...."
      tu réponds quoi à cela ?


    • cyrus cyrus 9 juin 17:30

      @pipiou2

      Puisque la confidentialité a si peu de valeur a tes yeux, tu n’hésiteras bien sur pas à nous donner tes noms prénom adresse date de naissance et commune de résidence ...


    • lisca lisca 9 juin 23:57

      @jocelyne
      C’est imprudent de se faire vacciner.
      Du moment qu’on ne peut acheter le vaccin en pharmacie, on ne peut faire vérifier (par un chercheur évidemment) son contenu dans un labo de son choix.
      J’espère que tout ira bien.
      Oui ces vaccins servent au traçage, et pourraient pour certains ne contenir que de l’eau salée.


    • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 10 juin 01:10

      @jocelyne
      Et si vous avez le pass, Big Brother et pharma pourrons vous envoyer directement le rappel ( à l’ordre établi smiley ).


    • lisca lisca 10 juin 07:45

      @jocelyne
      L’année 2020 a servi à mettre des tas de gens sur fiches, et pas qu’en France.
      Heureusement tout n’est pas sondable et fichable chez l’être humain.
      Mais quand même, c’est perturbant.


    • Trelawney Trelawney 10 juin 07:56

      @lisca
      Oui ces vaccins servent au traçage, et pourraient pour certains ne contenir que de l’eau salée.
      L’eau salée, c’est un peu ce que vous avez dans le cerveau, mais rassurez vous vous n’êtes pas la seule.
      Pour « tracer » une personne il faudrait encore que la dite personne soit « intéressante » à tracer. Hors, et les résultats des dernières élections ainsi que leur réaction face à un événement fortuit sont là pour le prouver. Cette personne (comme vous, comme moi) n’est pas un sujet suffisamment intéressant pour que l’on s’endette à payer des bidules (même sophistiqués pour les surveiller.
      A partir du moment où vous comprenez cela, tout votre argumentaire tombe à l’eau.

      Vous savez ce que dit un parano lorsqu’il regarde un plan de la ville avec un gros point rouge marqué « vous etes ici » ? « Mince on nous surveille »


    • jjwaDal jjwaDal 10 juin 11:42

      @cyrus
      Gleenwald avait répondu en susbstance la même chose au patron de Google qui estimait que ceux qui avaient des « choses à cacher » étaient limites suspects. Il lui avait donc réclamé l’accès à tous ses comptes de courriels,mot de passe, etc...
      Il n’a jamais rien reçu.


    • jjwaDal jjwaDal 10 juin 11:45

      @pipiou2
      Fausse comparaison. Un dossier médical informatisé peut toujours être craqué et votre santé physique et mentale peut toujours intéresser un employeur potentiel par ex ou Big Pharma. Pas la peine de brandir le droit au secret médical si nos pathologies sont susceptibles d’être en place publique.


    • lisca lisca 10 juin 11:47

      @Trelawney
      C’est un peu vrai et un peu faux. Les gens ne sont pas intéressants au point qu’on perde du temps à les surveiller spécialement, en tenant compte de leur petite personne. d’accord. Cependant, ils sont surveillés, comme n’importe quel client de supermarché ou mouton du troupeau. Intéressant ou non, il est filmé, il ne sait ni où ni quand.
      Pourquoi ? Parce qu’il pourrait chourer une betterave.
      La parano, c’est le possédant qui l’a. La surveillance fonctionne sur des a-priori pour empêcher les faits mauvais pour le surveillant et son patron, de se déclencher.
      Et oui, c’est préoccupant de vivre dans un vaste supermarché sans âme, avec en bruit de fond une musique exaspérante, conçue pour vous chasser de là, accélérer vos achats et vous rendre idiot, déprimé, gros mangeur et gros buveur de coke.
      Au Mexique, les gens arrivent dans un mariage avec une caisse de Coca, c’est dire.
      L’eau salée dans le cerveau ? « Notre poids corporel est composé jusqu’à deux tiers d’eau. 85% de notre cerveau se compose d’eau. 22% de nos os se composent d’eau. »
      Je suis donc comme tout le monde : le cerveau plein d’eau, surveillée au Carrefour mondial.
      Un peu de sel en plus dans l’eau, j’espère. Rien de plus malsain que l’eau qui dort.


    • TSS (...tologue) 10 juin 13:12

      @Trelawney
      eau salée de son vrai nom « serum physiologique » !
      il ne serait absolument pas etonnant que les oligarques qui
      sevissent en notre pays soient vaccinés avec ce produit et puissent
      se vanter d’être vaccinés... !!


    • HELIOS HELIOS 10 juin 13:17

      @lisca

      a vous et a ceux qui pensent qu’il n’est pas interressant de tracer... tout le monde !

       d’abord, ne pensez pas que ce soit impossible ! Facebook suit plusieurs milliards de personnes sans problème et maintenant grace à la 5G qui se developpe là ou il y a le plus de connexion (telephone, systemes sans fils, appareils) c’est en accelerant le flux qu’on fait passer plus de messages dans le même temps que la 4G. Vous voyez, tout ce qui est possible. devient plus simple. Donc, techniquement on peut.

      — Pourquoi faire... là il y a une foule de bonnes raisons :

      === administratives principalement car la gestion des populations passe par là, de la naissance a la mort ainsi que pour assumer leur liberté c’est l’administration par defaut ! Comprenez par là qu’on ne vous oblige plus a déclarer, c’est fait automatiquement. et cela termine dans les fichiers de l’education nationale, de la sécu, de Bercy...
      === Commerciales car l’analyse de nos comportements est vendue pour que les entreprises les plus innovantes repondent aux besoins de tous (même si cela permet aussi de reduire les offres et l’innovation)
      === Comportementales et politiques, a partir du moment où les gouvernement ne savent plus demander leur avis aux citoyens en forme equilibrée et que les dogmes prennent le dessus, cest analyses sont des outils interressant en terme de gouvernance et de qualité de vie. Vous avez déjà plein d’exemples.

      Que faire pour que ce soit acceptable ...
      La principale action a mettre en oeuvre, puisqu’on sait que rendre impossible ces suivis priverait l’ensemble des citoyens des conditions de progrés fabuleux (imaginez que vous n’ayez plus de carte bancaire, que le telephone reste fixe, que la médecine ne puisse vous soigner sans suivi)... donc a mettre en oeuvre une règle drastique, extraterritorialisée, sur les conditions d’acces aux données, aux traitements et que celles-ci et les resultats de ces traitements soient consignés dans un dépot sous controle de la défense, par exemple.
      Par exemple, cela ne me gène pas que la secu me donne des tranquilisants fasse le lien avec mes droits pour le remboursement et avec ma banque par contre, je ne veux pas que mon assurance, même si je la paye avec la même banque, elle sache que je prend des tranquilisants. Je permets aussi que le fabriquant du tranquilisant puisse analyser les accidents déclarés à l’assurance.

      Vous voyez c’est pas simple, c’est pour cela qu’il faut une institution nationale ou plurinationale avec un pouvoir extraterritorial concentrant et régulant les données recueilles partout et tous le temps etc.... cela permettrait aussi d’arrêter le fantasme de l’anonymat internet !

      Pour une fois, soyons intelligent, on sait bien que nos « zélites » ne rêvent pas de la même chose que nous, ils ont le moyens de se defendre... a nous de mettre en oeuvre les conditions d’un recueil de données efficaces et utiles en empechant les prédateurs de tous poils de gacher la sauce.

      NB : croire qu’on ne puisse controler le recueil et le traitement des données, c’est comme croire que 7 ou 8 milliards d’individu ne peuvent etre suivis. c’est possible et en plus c’est pas cher..... en prenant une base 10, en affectant 1000 caracteres pour l’identification d’une personne (noms, adresses et plein d’autres infos) un disque dur que vous achetez moins de 200 euros peut contenir 8 milliards de personnes, c’est a dire la planete aujourd’hui. chez Boulanger par exemple.


    • Ruut Ruut 10 juin 13:19

      @jocelyne
      En Belgique si tu accepte le vaccin, tes informations personnelles sont gardées 30 ans.


    • lisca lisca 11 juin 07:26

      @HELIOS
      Merci pour ce commentaire magnifique. smiley


    • eau-pression eau-pression 11 juin 09:28

      @HELIOS

      Ce que contient le support informatique, ce sont des profils et non des individus.

      Poussé à son extrême, le concept de pilotage informatique de l’humanité se doit d’abolir le statut de décideur humain. Quelle porte laisseriez-vous ouverte dans le logiciel pour celui qui voudrait innover ?


    • HELIOS HELIOS 13 juin 18:31

      @eau-pression
      Désolé, un peu tard... : ne vous faites aucune illusion, même si techniquement vous avez raison, la cible ideale est un systeme de controle automatique auto centré, il y aura toujours un décideur humain, justement parce que le systeme automatique, même si demain il y a une IA suffisante, n’a pas de « Valeurs humaines », que des valeurs techniques !... et c’est a partir de cela qu’il existera toujours un humain qui en voudra le controle, justement parce qu’il est humain... et, évidement, comme la perfection n’est pas de ce monde, c’est a partir de ces defauts, qu’arrive l’innovation.... vous vous souvenez, Darwin ?


    • ticotico ticotico 9 juin 19:06

      cher l’auteur

      Toujours bien d’avoir des points de vue venant d’ailleurs...

      ça fait bien longtemps que je n’ai pas mis les pieds dans cette partie du Mexique, je pensais y faire un séjour longue durée prochainement. Même si on a l’impression de connaître un peu ce pays, il a toujours des surprises en réserve...

      Quand on commence à creuser dans les strates des cultures mexicaines, on trouve toujours quelque chose qui t’emmène plus loin dans le passé, à travers les multiples civilisations qui se sont succédées depuis 4000 ou 5000 ans. 

      On y ajoute la créativité politique d’un pays qui a vécu des épisodes révolutionnaires pendant des périodes plus longues que la France ... 

      Les mexicains sont habitués à ne pas compter sur l’état, jusqu’à assurer eux-mêmes leur sécurité en s’opposant par les armes aux politiciens corrompus et aux polices infiltrées par les mafias. 

      Sur la place centrale de Mexico, face au palais présidentiel il y a très souvent des campements de protestataires venus d’un coin ou l’autre du pays.

      Bref, un pays un peu bordélique, mais dont la vitalité créatrice et culturelle font qu’on y trouve toujours des sources d’intérêt renouvelées. 

      A part ça, si je puis me permettre, Oaxaca n’est pas dans le Chiapas, et n’est pas vraiment une région maya.

      En el estado de Oaxaca existen diferentes grupos étnicos, entre ellos se encuentran : los amuzgos, cuicatecos, chatinos, chinantecos, chochos, chontales, huaves, ixcatecos, mazatecos, mixes, mixtecos, nahuatlecos, triques, zapotecos, zoques y popolucas.


      Je ne savais pas tout ça, je n’en connaissais que trois dans cette liste... Mais ça confirme qu’il y a une certaine complexité dans ce grand pays. 


      • lisca lisca 10 juin 07:39

        @ticotico
        Merci pour avoir signalé la coquille. Oaxaca est un état en soi, et ne peut pas être le Chiapas, évidemment.
        Correction : Oaxaca, une ville du Mexique.
        A vrai dire, je ne sais quoi penser du Mexique actuel ni de son président, car les informations manquent. Ce dernier semble montrer un relatif patriotisme ; on sent qu’il est du pays, au moins.
        Ici, on n’entend parler que de catastrophes concernant ce pays : mafias, migrants, obésité, criminalité, etc.
        L’urbanisme récent ou plutôt le non-urbanisme, la prolifération anarchique de logements précaires est rebutante.
        C’est un pays complexe en effet, qui a quelques points communs avec la république française du fait des révolutions, et qui a plus que doublé sa population en un demi-siècle.
        Le gros problème, c’est l’eau. Il est tentant pour tout pouvoir dans ce cas d’avoir une maigre considération pour sa population en général.
        Il faut le savoir.
        Les communautés indiennes du sud peuvent s’exprimer plus que d’autres, parce qu’elles sont limitées en population, pas trop isolées (on parle d’elles dans le monde) relativement auto-suffisantes quant au minimum vital, et cohérentes. Mais elles ne vivent pas comme les Mexicains en général.



        • lisca lisca 10 juin 00:07

          @leypanou
          Cet article est très encourageant. La mode change, au moins dans certains pays. Maintenant, il faut traiter la maladie et non pas prétendre qu’il n’existe pas de traitement ;
          On entend plus souvent les médecins et chercheurs autres que ceux promus par les médias.


        • Decouz 9 juin 20:22

          Je viens de lire un article sur certaines de communautés indiennes du sud (Oaxaca) : elles ont été négligées par le gouvernement central, elles ont fait appel à leurs propres ressources, elles ont les moyens de vivre en autarcie, en édifiant également des barrières pour empêcher la pénétration d’étrangers porteurs éventuels du virus.

          (C’est sur le vocable espagnol de ce mois).


          • Decouz 9 juin 20:43

            https://elpais.com/sociedad/2020-04-21/los-indigenas-de-mexico-se-cierran-para-frenar-al-coronavirus.html

            « Les indigènes du Mexique s’enferment pour freiner le coronavirus »

            « Dans les zones rurales, les gens sont plus obéissants et disciplinés et comprennent les conséquences. Sur le terrain, ils travaillent pour eux-mêmes, pour leur famille et pour la communauté. Ils savent que la communauté peut tomber malade et que les centres de santé sont très éloignés, donc ils savent prendre soin d’eux-mêmes », explique Gisela Lara Saldaña, coordinatrice du programme de Sécurité sociale (IMSS) dédié au service des plus pauvres et des plus reculés. populations du pays...

            La relation toujours tendue entre les « usages et coutumes » et les lois qui s’appliquent dans le reste du pays a été reproduite à Guerrero, avec 166 municipalités bloquées ou à Veracruz où les autorités estiment qu’il existe 30 autres villes à accès contrôlé. Le système des « usages et coutumes » est un modèle d’autonomie gouvernementale pratiqué dans près de 2 500 municipalités avec des populations autochtones au Mexique. Le modèle, inclus dans l’article deux de la Constitution, est l’une des grandes victoires des peuples autochtones, principalement à Oaxaca, où plus de 400 des 570 municipalités sont régies par ce cadre »
            Google traduction


            • lisca lisca 10 juin 00:10

              @Decouz
              Le Mexique n’est donc pas vraiment une république, puisqu’il ne donne pas le même traitement aux différents groupes. Les indigènes ont une autonomie, les autres non.


            • Jean Keim Jean Keim 10 juin 07:50

              @lisca

              C’est justement pour ça qu’il est, à l’instar de la France, une république, comme l’était L’URSS et comme l’est également la Chine.


            • lisca lisca 10 juin 11:55

              La question que les gens se posent : la France va-t-elle devenir le Mexique et le Français un indigène ?

              L’URSS avec ses commissaires accrochés à vos dits ?

              La Chine et ses points de bonne conduite sociale ?

              Une synthèse des trois ? Drogues, mafias, commissaires du peuple et 5G plus drones.

              Youpi nous avons un passe sanitaire pour aller voir des événements de plus de 5000 personnes ! et nous avons un président qui regarde des gugusses faire des galipettes sur ses pelouses (les nôtres, en fait).

              C’est très spécifité française, la RF. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité