• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tempête dans les bénitiers

Tempête dans les bénitiers

Ce ne fut d’abord qu’une rumeur qui s’échangeait d’un site à l’autre. Le Vatican allait lever l’excommunication concernant les évèques traditionalistes, plus habituellement désignés, dans les journaux de la grande presse la plus classique, sous le nom de lefebvristes ou "d’intégristes". Très rapidement la nouvelle fut confirmée : quatre évèques traditionnalistes, excommuniés depuis 20 ans, allaient être réintégrés

Parmi les quatre évèques, figure Mgr Richard Williamson, qui est ouvertement négationniste, réduisant par là même le nombre de morts juifs du fait des nazis, à "200 000 ou 300 000", et déniant leur existence aux chambres à gaz...
Le pape avait déjà donné des signes, laissant croire à un rapprochement entre l’Eglise et ses traditionnalistes, notamment en facilitant le latin durant les messes, avec la liturgie dite de Saint Pie V, sans demande obligatoire aux évèques, généralement hostiles à ce type de démarche.
 
Cette nouvelle pouvait choquer les catholiques fidèles au Vatican dans la ligne du concile Vatican II, concile que les "traditionnalistes" refusent. Ils refusent l’ouverture ainsi que le dialogue avec les autres religions et les nouvelles formes liturgiques, autel retourné, prière du prètre face à l’assemblée, langue vernaculaire...
 
A toutes ces raisons s’ajoute la politique. On attribue aux groupements traditionnalistes une certaine proximité avec l’extrême-droite et les mouvements royalistes, voire avec un certain "pétainisme", mais aussi une certaine forme d’homophobie et d’antisémitisme. Mgr Marcel Lefebvre, fondateur de la Fraternité Saint Pie X , s’était déclaré pour Jean-Marie Le Pen, seul à l’époque à s’opposer à l’avortement.
 
Reste qu’il est simpliste comme cela apparait dans nos journaux, d’opposer une église progressiste et dans la lignée de Vatican II à une église traditionnaliste, possédant des relents de nationalisme brutal, matinés d’un brin de nazisme supposé ici ou là. Les deux courants s’opposent à l’homosexualité comme n’entrant pas dans la procréation, les deux courants sont contre l’avortement...
 
La question est donc plus profonde qu’il n’y parait, contrairement à ce que pourrait laisser penser les déclarations de certains catholiques, qui battent leur coulpe en public, presse professionnelle et citoyenne comprises, jusqu’au sang, étalant leur honte... d’être "catholique", à travers des pétitions et des déclarations allant à l’encontre de la réintégration des traditionnalistes.
 
Bien sûr, Mgr Richard Williamson est un personnage qui tient des propos troublants, dans lesquels ne se reconnaissent généralement pas les catholiques, pas même les traditionnalistes. Benoit XVI, comme Mgr Bernard Fellay s’en sont expliqués, en se déclarant solidaire des juifs pour le pape et en interdisant à l’évèque Williamson les propos en public sur les sujets historiques et politiques, pour Mgr Bernard Fellay, supérieur général de la Fraternité Saint Pie X.
 
Mais si la fraternité désobéit, elle ne renie pas le pape, c’est en ce sens qu’elle se dit non-shismatique. Pour autant, dans la lignée du catholicisme traditionnel, elle ne veut pas reconnaître d’autres religions, d’autres "vérités". Mgr Lefebvre ne s’était-il pas ému de voir, lors des rencontres inter-religieuses d’Assise, une statue de Bouddha sur le tabernacle, jugeant que cela contredisait le premier commandement : "Un seul dieu tu adoreras" ?

Le principal reproche fait par les Lefebvristes, outre le fait que désormais Dieu est devenu "tutoyable", réside dans la façon de dire la Messe. Rappelons que depuis des siècles, la Messe catholique a pour but "le renouvellement non-sanglant du sacrifice de Jésus Christ". Pour les Catholiques, la Messe est le point centrale d’où tout part et tout revient.

Dans l’esprit du catholicisme, la Messe est un moment de communion des âmes entre les croyants, pour lesquels Jésus Christ n’est autre que l’Incarnation de Dieu en homme, Dieu-Homme qui se sacrifie pour sauver l’ensemble des hommes.

 N’entrons pas dans un débat qui n’a pas lieu d’être ici, c’est à dire la vérité, ou le fantasme de cette théorie. Le fait est que, pour un Catholique, la Messe représente ce sacrifice, et l’incarne.

Le latin fût utilisé, non pas comme langue du Christ, sachant que Jésus parlait l’araméen, mais comme langue officielle de l’Eglise. La langue latine avait la particularité de réunir les premiers croyants, dans un monde où l’empire romain tenait toute la place, au-delà des langues vernaculaires. Restée intacte, elle ne s’était pas altérée, comme toute langue pratiquée couramment. Elle représentait une forme d’unité entre les hommes.

Au fur et à mesure des conversions, le latin devenait la langue officielle de "ceux qui croient".

Un exemple illustre parfaitement l’intérêt de cette langue : Au cours de la 1ere guerre mondiale, dans l’enfer des tranchées, quelques-uns ont organisé une trêve pour le jour de Noël. Allemands, Français, Anglais, Canadiens, assistèrent tous à la Messe, en latin, tous la comprirent. Tous communièrent, durant quelques instants, dans la même langue, transcendant cet instant par là-même, dans une véritable fraternité, par delà les antagonismes.

Mais au tutoiement du Christ, à la disparition de la "langue unitaire", vinrent, au grand regret des traditionnalistes, s’ajouter la division par 5 du nombre de signes de dévotion (signes de croix, génuflexions ...), le remplacement des Autels surmontés de crucifix, par des tables de pierre, posées devant les anciens Autels, le prêtre faisant dorénavant face aux hommes, tournant le dos à Dieu.

En effet, Vatican II a tourné l’Autel vers les hommes, là où la tradition considère que les hommes doivent se tourner vers Dieu, comme le prêtre, disant la messe, le fait dans ses célébrations, se mettant face à Dieu, comme les autres fidèles.

Mais Vatican II avait peut-être d’autres ambitions, dans un monde de plus en plus petit, où les catholiques n’étaient plus tous européens, mais de cultures diverses, dans un monde où le communisme athéiste occupait un large espace : se rapprocher des peuples non-européens. Dans les Evangiles, Jésus évoque le premier commandement : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ta force et de toute ta pensée" le mettant à égalité avec "tu aimeras ton prochain comme toi-même".

Se rapprocher des hommes, se rapprocher de Dieu, deux façons de servir Dieu, deux faces du catholicisme, dans lesquels la tradition et l’après-Vatican II sont peut-être compatibles, même si les prètres d’après Vatican II perdent des fidèles, tandis que les traditionalistes en gagnent, même si, en s’aventurant au-delà des anciennes traditions, le catholicisme après Vatican II perd une bonne partie du sens qu’elle avait acquis avec le temps, par des messes plus dépouillées et plus libres, trop proches, selon les traditionnalistes, du protestantisme.

Les évèques "réintégrés" ne le sont pas encore tout à fait, comme le dit un article du journal "La croix". Tout n’est pas encore réglé. Ils sont les évèques intronisés par Mgr Lefèbvre en personne, pour transmettre la tradition de l’Eglise, telle qu’elle se vivait avant le concile et telle qu’elle est restée pendant si longtemps. Il est plus que symbolique de les réintégrer, mais il ne s’agit que d’un premier pas : la réconciliation n’est pas encore consommée, il leur faudra reconnaitre l’autorité du pape pour cela et reconsidérer le concile.

Savoir si l’un de ces évèques a le bonheur de plaire ou non aux juifs est secondaire dans cette réconciliation. Après la discorde au sujet du pape Pie XII, qu’un rabbin défend dans son livre, en mettant en avant les rescapés des suites de son action, dans le mépris silencieux des grands journaux, cette nouvelle présentant le négationisme d’un évèque ne représente pas la pensée de Rome. Dieu seul sonde les reins et les coeurs...

Enfin la presse ne se base que sur des critères qu’elle édicte elle-même pour juger du catholicisme. L’élection du pape se transforme en plébiscite pour un pape originaire d’Afrique, elle émet des voeux (pieux, bien sûr...) pour l’ordination des femmes et demande le mariage des prètres... Elle devrait sans doute prendre la mesure des choses comme elles sont : le pape n’est pas un prince du monde, l’Eglise n’est pas un parti politique.

Enfin, l’antisémitisme de l’Eglise sonne trop souvent comme une farce : il va de soi que le christianisme, issu du judaïsme, ne lui est pas en tous points conformes. En cette année de commémoration de Saint-Paul, il sera redit que Saul, premier nom de Paul avant sa conversion, martyrisait les chrétiens. Si le judaïsme ne reconnait pas Jésus comme le Messie, il va de soi, que pour les chrétiens, le judaïsme est dans l’erreur... Cela n’empèche pas le dialogue... Le judaïsme n’est pas une race, c’est un courant religieux.
 
Mais comme le dit Mgr Fellay, dans son communiqué sur les propos de Mgr Williamson : "Il est évident qu’un évêque catholique ne peut parler avec une autorité ecclésiastique que sur des questions concernant la foi et la morale. Notre Fraternité ne revendique aucune autorité sur les autres questions. Sa mission est la propagation et la restauration de la doctrine catholique authentique, exposée dans les dogmes de la foi."
 
L’Eglise est en difficulté depuis Vatican II et cherche sans doute, à travers son unité, un nouvel élan. En son temps, Brassens chantait déjà "Sans le latin, la messe nous emmerde". En soi, les traditionnalistes ne font qu’appliquer la tradition de l’Eglise jusqu’à Vatican II, il n’est donc pas illogique que Rome finisse par les reconnaitre, d’autant qu’ils se sont toujours déclarés dans sa lignée... ou tout au moins spirituellement fidèles à Rome, Rome qui pourrait leur trouver un statut spécial au sein de l’Eglise, si la réconciliation se confirme.
 
Que le lecteur nous pardonne d’avoir fait un peu long. On lira avec intérêt le billet très intéressant et très détaillé de Koz, qui de son côté ne se réjouit pas de ce rapprochement.
 
Merci à J-M S

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 30 janvier 2009 11:54

    UN pas de plus dans la pétrification ("primauté de Pierre") d’une institution dogmatique -pragmatique-anachronique, à mille lieues de la souffrance des hommes et des problèmes du monde
    Que dit B16 sur la crise, dont il ne va guère souffrir ?...

    Si j’étais Protestant, je réclamerais un nouveau Luther ... smiley


    • Marsupilami Marsupilami 30 janvier 2009 12:10

      @ Zen

      Euh... un nouveau Luther ? Non, merci, l’ancien suffit largement !

      Les premiers chrétiens attendaient le royaume céleste dans une perspective eschatologique imminente selon leur croyance, et c’est l’Eglise qui est arrivée avec ses pompes, sa scolastique et sa théocratie et s’est installée pendant des siècles au service des royaumes terrestres. Triste histoire, et comme pour paraphraser Richard Desjardins dans Les Yankees : "Allez l’Eglise ! Que Dieu te blesse !".


      • masuyer masuyer 30 janvier 2009 12:14

        Bonjour Blaise,

        intéressante réflexion. Je tiens tout de même à soulever un point qui me pose question en tant que non-catholique et surtout athée. J’ai noté que le cardinal Ratzinger, préfet alors de la Congrégation de la foi avait mené une offensive très forte contre la "théologie de la libération".


        • phiconvers phiconvers 30 janvier 2009 21:38

          Et je pense qu’il a eu raison ! La théologie de la libération, émanation marxiste, est intéressante mais n’a pas grand chose à voir avec le catholicisme.


        • Céphale Céphale 30 janvier 2009 12:24

          Beaucoup de catholiques adorent ce que St Paul nomme « des idoles ». Le ciel peuplé d’anges et de saints, avec au centre Dieu le Père, le Christ, la Sainte Vierge et le Saint Esprit, comme on en voit parfois au plafond des églises, est un effet de leur imagination. Dieu est au delà de toute imagination.

          Adorer des idoles, c’est prêter à Dieu des sentiments humains, se confectionner un petit dieu à soi, un dieu à sa propre image. Les intégristes qui tiennent absolument à la messe en latin et au décorum de l’église, en s’imaginant que telle est la volonté de Dieu, sont des idolâtres.


          • Jason Jason 30 janvier 2009 12:54

            Ca ne m’étonne pas. L’Eglise n’en est pas à une perfidie ou à mensonge près. Cela fait vingt siècles que ça dure ; la plus ancienne et la plus retorse entreprise de marketing de tous les temps ne connaît que ses avantages politiques et financiers. Pour moi, mises à part quelques activités caritatives, mais soigneusement contrôlées par elle (l’abbé Pierre en savait quelque chose), c’est une organisation qui ne mérite aucun respect.

            Récemment, j’ai vu sur une chaîne allemande le traitement des orphelins, leur exploitation économique, les abus sexuels dont ils ont été victimes, dans l’Allemagne d’après-guerre. Une liste d’horreurs qui ne fait surface que maintenant. Et cela avait duré jusque dans les années ’70 ! 

            Une bénédiction de plus ou de moins, la réintégration d’un évêque, l’Eglise a vu pire. Hélas.


            • Fergus fergus 30 janvier 2009 14:04

              M. Ratzinger est dans la régression la plus vile. Il est grand temps pour moi, agnostique bien que baptisé contre mon gré par mes parents lorsque j’étais âgé de quelques mois, de quitter définitivement le club. Quelqu’un connaît-il la procédure à suivre pour se faire rayer des registres ? 


              • Marsupilami Marsupilami 30 janvier 2009 14:14

                 @ Fergus

                Pour se faire radier des registres paroissiaux, voici la procédure.

                Perso, je me fous tellement d’avoir été baptisé quand j’étais un lardon agnostique (que je suis redevenu, pas lardon, hein, mais agnostique) que je ne vois même pas pourquoi je me ferais débaptiser. Les deux me semblent aussi absurdes l’un que l’autre, et se faire débaptiser est accorder encore trop d’importance au baptême ! Mais bon, chacun fait comme il lui plaît dans ce genre de choix.

                Par contre, si quelqu’un connaît la procédure pour faire radier le pape et tous les curetons des registres paroissiaux à l’insu de leur plein gré, je suis preneur !


              • masuyer masuyer 30 janvier 2009 14:34

                Marsu,

                t’as qu’à attendre qu’ils gèrent ca en ligne, je suis sur que des petits malins se pencheront sur le probleme.


              • LE CHAT LE CHAT 30 janvier 2009 14:39

                @marsu et masuyer

                faites gaffes , les mécréants smiley , des fois qu’une théocratie arrive au pouvoir comme dans LOS angeles 2013 , les listes seront prêtes pour la nouvelle inquisition !  smiley


              • LE CHAT LE CHAT 30 janvier 2009 14:36

                pas de blême , le CRIJF vient d’aller pleurer sur l’épaule du leader minimo ( ou mini moi ) , Nicolas va lui faire sa fête au viking révisionniste ! smiley


                • Jim 30 janvier 2009 15:09

                  Moi j’ai juste une interrogation :

                  Pourquoi tout le monde tappe sur l’Eglise alors qu’objectivement, elle n’existe plus ?
                  Qui se plaint de l’agression quotidienne de curetons prosélytes ? Combien de fois par jour est on agressé par l’immonde voile que portent les bonnes soeurs ? Quand notre liberté est-telle atteinte par telle ou telle encyclique papale ?
                  Sont-ce les curés qui ont créés les Subprimes ? Qui ont sponsorisés Maddof ? qui dictent la politique présidentielle ?

                  A voir toutes les remarques que je vois ici et là, les Chrétiens sont regardés comme on regardait les Juifs sous Hitler. A quand messieurs fairez vous la demande d’internet les chrétiens dans des camps ?


                  • mcm 30 janvier 2009 16:03

                    Jim,

                    Je vais essayer de répondre à vos questions par une parabole :

                    Quand l’épouse est si adultère qu’elle paye ses amants, alors même une prostituée serait une meilleure épouse qu’elle.

                    Indice : adultère et prostituée sont 2 sectes monothéistes.


                  • Jim 30 janvier 2009 16:26

                    Désolé, mais votre parabole ne répond en rien à ma question, et ne fait que me conforter dans le manque d’arguments que la plupart des gens ont ici.
                    Aucun combat d’idées, rien sur le dogme, rien sur la doctrine. On se contente de chier sur un passé qu’on fantasme et qu’on imagine encore présent.


                  • xfchx 30 janvier 2009 18:58

                    Effectivement c’est vraiment curieux de voir une telle unanimité pour cracher sur la chrétienté en général et sur l’église catholique de France en particulier (avec là, par surcroît, une haine inexplicable) alors que le catholicisme a pratiquement disparu du territoir, je réside dans un département qui compte plus de 250 paroisses et plus de 300 lieux de culte catholique : Pour les désservir, il ne reste que 5 prètres : autant dire que quelques dizaines d’offices hebdomadaires seulement sont célébrés dans ce département. De plus lorsque l’occasion se présente (une messe célébrée dans la commune où je réside), 5 ou 6 fois par an, je ne vois jamais 1% de la population communale s’y rendre... Cet acharnement anticlérical semble vraiment d’un autre temps et ceux qui y contribuent on vraiment l’air de vivre dans un monde imaginaire...


                  • phiconvers phiconvers 30 janvier 2009 21:36

                    Merci pour cet article intéressant et serein, qui trouve toute sa place après le grotesque déchaînement de la presse parisienne qui tente d’aguicher le lecteur sans succès en essayant de rallumer la querelle religieuse en France. 
                    L’unité de l’Eglise concerne l’Eglise, l’application du droit canon aussi. Que se taisent tous les ignorants qui, en outre, n’ont pas foutu les pieds dans une église depuis des années...


                    • Parpaillot Parpaillot 30 janvier 2009 22:39

                      Merci à l’auteur pour son article !

                      " L’Eglise est en difficulté depuis Vatican II ..."

                      L’Eglise catholique romaine n’est pas en difficulté depuis Vatican II, elle l’était bien avant du fait de son immobilisme face aux préoccupations, aux souffrances et aux fossés qui se sont creusés entre ses dogmes rigides, le clergé et les fidèles.

                      Le concile Vatican II a eu pour vocation d’adapter (un tout petit peu ...) l’Eglise de Rome à ces préoccupations et de tenter un petit rapprochement oecuménique avec les autres églises chrétiennes.
                      Mais c’était beaucoup trop pour les "traditionnalistes" d’Ecône, les fidéles de Mgr Lefebvre, restés dans la lignée spirituelle des papes les plus conservateurs et rétrogrades.

                      On assiste maintenant à un retour de manivelle des Ultramontains depuis l’avènement de Jean-Paul II et surtout maintenant avec Benoît XVI.

                      Cela dit et vu mon pseudo, vous comprendrez que pour moi Rome ne vaut même pas une messe ...

                      Bon dimanche quand même !


                      • maharadh maharadh 30 janvier 2009 22:56

                        Celà va être long mais comme disait l’autre plus c’est long et + c’est bon, donc à quelques fadaises prêtes.

                        En Occident, la religion a commis l’erreur fatale de se mêler des faits empiriques : la Bible nous a ainsi gratifiés d’une longue liste d’affirmations précises, officielles et indiscutables sur le cosmos et la biologie que nous savons être fausses. La science montre non seulement que certaines fables sur la formation des planètes sont inacceptables mais aussi que c’est une erreur fondamentale de considérer la religion comme une façon de connaître les choses.

                        Les chrétiens essaient de faire cadrer, au prix de douloureuses contorsions de sémantique, les prédictions de la Bible avec la réalité, mais dans l’ensemble, c’est raté.

                        La Genèse :


                        1:27 Dieu commence par créer la Terre, puis la lumière, puis les mers, puis les végétaux puis les étoiles et la Lune puis les animaux puis l’homme et la femme. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les rédacteurs se sont trompés sur toute la ligne : on sait aujourd’hui que les étoiles sont nées (dont le soleil) puis la Terre et la Lune puis les mers puis les végétaux et les animaux puis l’homme. La Genèse correspond à la vision des auteurs de l’époque mais n’a rien à voir avec la réalité.

                        1:31 Dieu créé tout ça en 6 jours ! il y a quelques milliers d’années (environ 6000 d’après les théologiens). C’est très éloigné de la réalité, même en comptant large. On sait aujourd’hui qu’il a fallu des milliards d’années : d’abord pour la formation de l’univers, puis des étoiles comme le Soleil, des planètes comme la Terre puis des mers et des océans, la naissance de la vie qui n’a cessé de se complexifier (les fossiles le prouvent) et enfin l’homme. Mais comment les auteurs de la Bible pouvaient imaginer des milliards d’années !

                        2:22 La femme a été créée à partir d’une côte de l’homme. Faux ! on pourrait même presque affirmer l’inverse : tous les embryons sont féminins et ne se différencient qu’au bout de quelques jours. (Savez-vous qu’encore aujourd’hui, beaucoup de gens sont persuadés que l’homme a une côte de moins que la femme !)

                        2:14 Les humains sont nés au proche Orient près de l’Euphrate. Comme par hasard là où ont vécu les rédacteurs... Cette théorie égocentriste est battue en brèche par l’archéologie : on sait aujourd’hui que l’homos Sapiens est né en Afrique, sans doute dans l’Est.

                        3:2 Adam et Ève et le fruit défendu : encore une fable recopiée à l’identique d’une ancienne légende sumérienne qui fait dépendre l’origine du mal de la première femme qui, induite par un serpent à désobéir au dieu créateur, convainc son compagnon de manger le fruit de l’arbre interdit. Les sceptiques peuvent admirer le cylindre de la tentation au British muséum a Londres où l’on voit la femme, l’homme, le serpent et le pommier. Aujourd’hui, personne de sérieux ne croit en la réalité historique d’Adam et Ève.

                        6:14 L’arche de Noé : cette fable est reprise à l’identique d’une légende sumérienne (Utnapishtim qui débarque sur le mont Nishir). Des générations de chercheurs chrétiens ont cherché les vestiges sur le mont Ararat pour rien et pour cause !

                        8:20 Dieu ne précise pas comment se sont nourris les animaux (les carnivores par exemple) sur une Terre désolée qui venait d’être recouverte par l’eau pendant 40 jours. Il n’y avait plus rien à manger en dehors des animaux de l’arche (sans parler des holocaustes) qui n’ont pas été mangé puisqu’il y avait seulement un couple de chaque espèce et que ces espèces sont toujours là aujourd’hui !

                        12:16 Les chameaux du récit des patriarches : en fait de chameau, le dromadaire a été introduit dans le pays presque 1000 ans plus tard. Mais les rédacteurs l’ignoraient.

                        21:32 Abraham et Isaac rencontrent Abimelek roi des philistins, pourtant les philistins arrivent dans la région à peu près 1000 ans plus tard...

                        L’exode :


                        2:10 Moïse retrouvé dans un panier flottant : encore une fable tirée du récit du roi mésopotamien Sargon 1er qui fonda le royaume d’Akkadé qui est retrouvé à sa naissance abandonné dans un panier flottant et sera élevé par le jardinier. On sait aujourd’hui que Moise, Isaac et Abraham n’ont pas existé.

                        12:37 Moïse aurait quitté l’Égypte avec 600 000 familles pour errer 40 ans dans le désert du Sinaï (Exode 16:35) avant de trouver Canaan (Exode 19:1). A l’époque, les frontières égyptiennes étaient étroitement contrôlées, l’Égypte était au faîte de son pouvoir ; pourtant nulle trace écrite des 600 000 familles qui l’aurait traversée ! On sait aujourd’hui que l’exode n’a pas existé. Des générations de chercheurs ont retourné vainement le désert du Sinaï à la recherche de vestiges archéologiques pour rien. Pas le moindre tesson de poterie, pas la moindre sépulture !

                        15:15 Lors de l’exode, Moïse et les siens contournent le royaume d’Edom. Pourtant, à cette époque le royaume d’Edom n’existe pas et sera créé plusieurs siècles plus tard !

                        16:35 Conquête de Canaan d’après la Bible. A cette époque, le pays de Canaan était une province égyptienne. Pourtant nulle trace d’égyptiens dans le récit biblique. Les forteresses décrites par Josué n’existaient pas encore ! Aucune trace de batailles dans les (nombreuses) archives égyptiennes de l’époque.

                        Deutéronome :


                        34:5 La mise en terre de Moïse. Sachant que c’est lui qui est censé avoir écrit ce récit, ça pose un problème sémantique...

                        Josué :


                        6:5 Les murailles de Jéricho, dont les murailles d’enceinte se seraient écroulées au son des trompettes de guerre, A l’époque citée par la Bible, Jéricho n’était pas encore fortifiée !

                        Les Rois :


                        1:34 Les remparts de Jérusalem sous le roi Salomon : à cette époque là, Jérusalem, un modeste village, n’était pas fortifié (Nota : l’existence de Salomon n’est pas certaine)

                        Isaïe :


                        7:14 Une des nombreuses falsifications de la Bible de Jérusalem : pour augmenter le nombre de prophéties réalisées :"la jeune femme" a été remplacé par "la vierge". Ce qui montre au passage que l’évangile de Mathieu a été rédigé très tardivement, par un non-juif qui n’avait pas accès aux textes hébreux.

                        Matthieu :


                        2:1 Jésus Christ est né sous Hérode et sous Quirinus (selon Luc 2-2). Pourtant Hérode est mort en -4 et Quirinus a été nommé en +6 ! Un sacré problème pour les chrétiens !

                        2:16 En apprenant la naissance du messie, Hérode fait massacrer les enfants de moins de deux ans. Il n’y a jamais eu de massacre sous Hérode ! Flavius Josèphe n’en a jamais entendu parler et d’ailleurs Luc non plus qui n’est pourtant pas avare de détails sur le sujet.

                        2:14 Le voyage de Joseph, Jésus et Marie en Égypte : un récit qui laisse sceptique dont les autres évangiles n’ont jamais entendu parler et qui est en parfaite contradiction avec le récit de la présentation au temple de Luc 2:23.

                        2:23 Joseph et Marie s’installent à Nazareth à leur retour d’Égypte en contradiction avec Luc chez qui ils sont partis de Nazareth pour aller à Bethléem.

                        3:13 Baptême de Jésus : pourquoi Jésus est baptisé puisqu’il est fils de Dieu ?

                        4:24, 4:25, Marc 6:14, 6:17 : Avec tous ces miracles, Jésus devient célèbre, sa renommée gagne la Syrie, des foules nombreuses le suivent, Le roi Hérode entendit parler de lui car Jésus était célèbre. Les gens viennent l’entendre de Judée, de Jérusalem, de Tyr et de Sidon. Mais alors, si Jésus était si célèbre, pourquoi il n’y a pas eu le moindre historien à avoir entendu parler de lui. Philon qui habitait à quelques kilomètres à cette époque et qui a écrit cinquante volumes pour relater l’histoire de la région n’a pas écrit une seule ligne sur Jésus ! Bizarre non ?

                        10:7 "Le royaume des cieux est proche." On attend toujours...

                        24:1 "Comme Jésus s’en allait, au sortir du temple, ses disciples s’approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée." Une prophétie réalisée ! et pour cause : le temple de Jérusalem a été détruit en +70 et les évangiles rédigées vers +160 !

                        24:14 La fin des temps surviendra après que l’évangile aura été proclamé. Aujourd’hui, toujours rien !

                        24:34 "Cette génération ne passera pas que tout cela soit réalisé" Encore une prédiction ratée !

                        26:59 La condamnation de Jésus Christ : A cette époque, la région était une colonie romaine où le droit romain s’appliquait. Et en matière de peine de mort (la crucifixion de JC), Ponce Pilate n’avait absolument pas le pouvoir d’agir comme il l’aurait fait. Jamais un magistrat romain n’aurait permis qu’on appliqua un supplice romain en exécution d’une condamnation prononcée par une juridiction locale. De même la convocation du Sanhédrin et la condamnation de Jésus constituent des énormités historiques qui reflète la méconnaissance de l’histoire des moines qui ont écrit les évangiles. Le sanhédrin ne pouvait siéger valablement qu’au temple, de jour et en dehors des fêtes et veilles de fêtes religieuses. A l’époque, il était hors de question de monter un procès la nuit, la veille de la Pâques. Les innombrables contradictions historiques du procès montrent que le récit du procès et les évangiles sont imaginaires. La volonté des rédacteurs des Évangiles de faire porter la responsabilité de la mort de JC aux juifs est pathétique.

                        27:35 Jésus est mort crucifié d’après la Bible. Fort bien ! la crucifixion romaine où le condamné est debout, attaché à une poutre horizontale soutenue par 2 pieux fourchus (crux) et qui, épuisé, meurt par étouffement. (Ce n’est que sous Constantin, au IVème siècle que l’Église a adopté la croix). Quand on meurt par crucifixion, le supplicié épuisé plie les genoux puis ne tient plus sa tête et meurt étouffé : le supplice dure plusieurs jours et non pas trois heures comme Jésus christ. Mais les auteurs des évangiles ont essayé de faire coïncider l’histoire avec les prophéties ce qui a engendré pas mal d’absurdités.

                        Marc :


                        8:1 Jésus multiplie les pains pour nourrir 4000 personnes. Soit ! ses disciples sont ébahis ! pourquoi donc ? quelque temps plus tôt (Marc 6:30) Jésus avait déjà multiplié les pains pour nourrir 5000 personnes. Dans ces conditions, ses disciples ne devraient pas être surpris outre mesure... Pourtant ils redemandent à Jésus comment il a pu nourrir cette multitude !

                        9:1" Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici ne mourront point, qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu venir". 2000 ans plus tard, rien !

                        15:34 "Mon dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?". Pourquoi Jésus a-t-il perdu son sens de la divination ?

                        Luc :


                        1:26 Jésus né à Nazareth ce qui contredit Matthieu 2:12 d’après qui Jésus naît à Bethlehem

                        2:1 JC est né pendant le recensement général ordonné par l’empereur Auguste. Il n’y a eu aucun recensement général ordonné par Auguste ! Un recensement pour impôts est ordonné en Judée par Quirinus en 6. Ce recensement ne nécessitait pas de déplacement sur son lieu de naissance.

                        2:2 Jésus Christ est né sous Hérode et sous Quirinus (selon Luc 2-2). Pourtant Hérode est mort en -4 et Quirinus a été nommé en +6 ! Un sacré problème pour les chrétiens ! La pierre découverte à Antioche en 1912 indique que Quirinius a joué un rôle militaire mais ne résoud pas le problème.

                        2:46 Jésus et les docteurs de la foi : les parents sont ébahis de voir leur enfant de douze ans discuter avec les docteurs. Pourtant ils savent déjà qu’il s’agit du Messie doté de pouvoirs spéciaux. Pourquoi alors sont-ils tellement étonnés ?

                        3:23 La généalogie de Jésus contredit totalement celle de Matthieu 1:1

                        4:29 "Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas." En réalité, Nazareth est dans une vallée. A l’époque de la rédaction de la Bible, Nazareth n’existait pas puisqu’elle a été fondée par les croisés... qui ne l’ont pas construite au bon endroit...

                        16:20 Jésus Christ ressuscite Lazare (Jean 11:1) : une légende directement recopiée sur celle d’Horus. Les rédacteurs de la Bible n’ont même pas pris la peine de travestir le nom : El-Azar-us.

                        19:36 La foule acclame Jésus, loue ses prodiges et ses miracles et puis, juste après est pressée de le voir crucifié et mis à mort : pourquoi ce brutal changement ?

                        23:44 "il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure."L’obscurité s’abat sur la Terre au moment de la mort de Jésus. Aucun observateur de l’époque ne l’a remarqué.

                        25:31 "De même, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive" Encore une prédiction ratée !

                        Jean :


                        2:2 Jésus Christ est né sous Hérode (Matthieu 2:1) et sous Quirinus (selon Luc 2-2). Pourtant Hérode est mort en -4 et Quirinus a été nommé en +6 ! Un sacré problème pour les chrétiens !

                        5:31 Je peux témoigner à moi-même en totale contradiction avec 8:13 qui affirme l’inverse.

                        11:1 Jésus Christ ressuscite Lazare : une légende directement recopiée sur celle d’Horus. Les rédacteurs de la Bible n’ont même pas pris la peine de travestir le nom : El-Azar-us.

                        Actes des apôtres :


                        5:36 Soulèvement de Theudas. On sait pourtant que celui-ci aura lieu dix ans plus tard.

                        Apocalypse de Jean :


                        1:3 "Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche." Caramba ! encore raté !

                        Paul :


                        Paul parle d’un christ cosmique et surnaturel mais ne parle jamais de Jésus de Nazareth, de ses miracles, de sa mort et de sa résurrection !

                         


                        • caramico 30 janvier 2009 23:09

                          Est-ce que l’Eglise catholique tient un décompte exact de tous les êtres humains qu’elle a massacré : Juifs, protestants, cathares, musulmans...
                          Je parie qu’elle est un peu négationniste de ce côté là aussi.


                          • Iren-Nao 31 janvier 2009 04:07

                            @ auteur

                            Article interessant, le debat qui suit n’est pas trop ridicule.

                            J’ai ete eleve comme anticalotin primaire et visceral.

                            Il n’en reste pas moins que l’interrogation spirituelle reste presente, c’est la raison de l’origine des religion, que par la suite, en cours de developpement ces organisations se transforment en pouvoir abusif n’annule pas forcement une certaine pertinence de leur message.

                            Meme la morale des soit disants "lumiere" est profondement chretienne.

                            Neanmoins si il m’arrive parfois d’assister a une messe d’enterrement je dois dire que le discours religieux m’est particulierement incomprehensible, on se paye de mots dont le sens meriterait d’etre explique (on me retorquera sans doute avec raison que si j’etais alle au catoche je serais moins couillon..voire)

                            Je me suis par contre regale en lisant certains ouvrage de J.Y Leloup, je recommande vivement.

                            Il m’est arrive de rencontrer quelques uns des derniers cures de campagne.
                            Voila des gens qui sont 24/24 au service des autres, (qui souvent ne font appel a eux que aux pires moments de leur vie), qui vivent chichement avec pour seule ambition de servir et aider leurs paroisiens dans la peine.
                            La critique de l’eglise est surement facile, mais le boulot de ces gars la n’est pas de la tarte.
                            Ceux qui font mieux qu’eux pour les autres sont autorises seulement a leur baver dessus.

                            Ils sont porteurs d’une sincerite et d’un engagement qui est devenu bien rare et qui est tout autre chose que de la polemique sur AV.

                            L’engagement, autrement qu’en parlotes, mes gueux, voila quelque chose qui nous fait cruellement defaut.

                            Les Lumieres et la Science nous ont menes dans la merde ou nous sommes (Science sans Conscience n’est que ruine de l’ame....).

                            Le XXI siecle sera Spirituel ou ne sera pas. 

                            Ca se pourrait bien.

                            Salut

                            Iren-Nao


                            • chmoll chmoll 31 janvier 2009 08:30

                              un révisioniste réhabilité par un ancien d’la waffen SS

                              bref ça a la couleur l’odeur ,et c de la merde

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Blaise

Blaise
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires