• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Thyroïde : quand on invente des maladies pour vendre des médicaments...

Thyroïde : quand on invente des maladies pour vendre des médicaments...

Encore une surprescription de médicaments !

 La crise du Levothyrox a ainsi révélé de graves dysfonctionnements dans la prise en charge des "malades" de la thyroïde...

Il a suffi d'une modification de la formule du Levothyrox pour que de nombreux patients se plaignent de malaises graves : vertiges, douleurs, troubles digestifs...

 

Le lactose a été supprimé de la nouvelle formule : pourquoi ? Parce qu'il existe des intolérances au lactose, nous dit-on... Or, il est un pays dont les habitants tolèrent très mal cette substance : la Chine...

Et la Chine, on le sait, représente un marché colossal... il s'agirait donc d'une stratégie commerciale, avant tout, et ce, au détriment des patients français... ?

 

La crise du Levothyrox a mis en évidence un autre problème : une dérive inquiétante, la hausse spectaculaire de patients traités par ce médicament, 3 millions de personnes prennent en France ce produit ! Un phénomène qui n'est pas raisonnable...

L'hypothyroïdie est diagnostiquée trop facilement au moindre prétexte : fatigue, déprime, constipation, frilosité. Les médecins ont tendance à prescrire cette substance trop souvent... On s'est mis, depuis quelques années, à traiter à tort et à travers des TSH à peine élevées.

 

85% de prescriptions seraient inutiles ! Des traitements à vie pour de petites hypothyroïdies ! On voit bien là de graves dérives de la médecine et de l'industrie pharmaceutique.

"On persuade les gens qu'ils sont malades ! Une médecine qui crée des malades, chez des gens qui vont bien ! c'est comme dans la pièce de Jules Romains, avec le docteur Knock..." et c'est un médecin qui le dit !

 

L'excès de traitements n'est pas seulement médicamenteux, il est aussi chirurgical...

Chaque année en France, 45000 personnes subissent une ablation de la thyroïde, notamment pour une suspicion de cancer.

Puis, vient un traitement à vie... Or, la majorité des nodules thyroïdiens sont bénins...

Et comme les échographies permettent de détecter des nodules de plus en plus petits, le nombre de cancers a explosé, mais ces cancers souvent n'évoluent pas et ne sont pas dangereux.

Et pourtant, on les opère... le surdiagnostic génère ainsi des chirurgies inutiles.

De plus, ces interventions ne sont pas sans risque pour les patients : lésions de nerfs, altération de la voix, par exemple...

"On fait croire aux gens qu'on leur a sauvé la vie, voire même on a altéré leur qualité de vie" affirme un médecin oncologue...

Comment expliquer une telle dérive ? C'est la tarification à l'activité qui en vient à provoquer des traitements totalement inutiles.

C'est scandaleux !

La médecine se doit de préserver les patients, non de les traiter en dépit du bon sens...

"Primum non nocere", "d'abord ne pas nuire"... C'est le principal dogme abstentionniste appris aux étudiants en médecine et en pharmacie. 

Et ce principe simple n'est même plus respecté !

Vers quels abus se dirige désormais la médecine moderne ?

Vers quelles dérives ? Le profit reste hélas au centre de notre système de santé.

De nombreux médicaments sont ainsi lancés sur le marché alors qu'ils sont inefficaces ou même dangereux pour la santé.

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/03/thyroide-quand-on-invente-des-maladies-pour-vendre-des-medicaments.html

 

Source : 

https://www.allodocteurs.fr/emissions/enquete-de-sante/enquete-de-sante-du-21-03-2018_26684.html

 

Documents joints à cet article

Thyroïde : quand on invente des maladies pour vendre des médicaments...

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • S’il y a bien une maladie qui est en lien avec le psychisme et surtout l’hystérie, c’est la thyroïde. Comme les cancers du sein de type hormonal. En 2000, mon taux hormonal était particulièrment élevé. J’ai rompu avec mon compagnon et une semaine après : redescencu à la normale. Les hormones sont essentielles. Mais je conseillerais aux femmes de surtout ne pas jouer avec,.....


    • bibou1324 bibou1324 23 mars 15:12

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      En 1878, à la Salpêtrière ils avaient trouvé un remède souverain contre les crises hormonales féminines. Le godemichet.


      Dans un registre plus sérieux, les problèmes thyroïdiens sont le plus souvent déclenchés par la maladie de Basedow. Qui, comme toutes les maladies auto-immunes, est généralement causée par un excès d’hygiène, le stress ou le tabagisme, même si de rares prédispositions génétiques existent.

      Bref ne fumez pas, vivez à la campagne loin du stress de la ville, une petite camomille - valériane le soir si vous êtes de nature stressée, faites du sport, laissez vos enfants faire des bisous aux chiens et manger de la terre.

    • @bibou1324


      J’avais une amis psy qui venait de perdre son compagnon image paternelle, 15 ans de plus qu’elle) et semblait à la recherche d’un nouvel équilbre de vie. Rien qu’en la voyant je me suis dit. Aïe, sans re« père » sa santé va en prendre une coup. A trop investir dans l’autre,... Effectivement, je la croise deux semaines après : cancer de la thyroïde. Elle m’a dit : tu as eu raison d’avoir d’autres cordes à ton arc dont la création,...

    • @bibou1324


      J’ai connu en 2003 une « bordeline-tendance hystérique, Hilton) » en permanence avec son « graal » dans son sac : on ne peut pas dire que cela l’a sauvée,...

    • Dzan 25 mars 18:57

      @bibou1324
      Quand vous êtes Aide Soignante de nuit en Ehpad avec 61 patients, qui sonnent pour un oui, pour un non.
      Que le médecin référent est aux abonnés absents, ainsi que l’infirmière, ça peut déclencher une hyperthyroîdie.


    • Mekissê Mekissê 23 mars 14:57

      @ Rosemar
      Article calamiteux qui se veut dans le vent.
      Êtes vous bien assurée de n’avoir jamais à en prendre ?
      Ou
      Déclarez vous , dès à présent, ne jamais en prendre malgré tout.
      ...
      En tout cas je vous félicite pour pour vos brillantes études médicales, brillantes et ultra rapides.


      • rosemar rosemar 23 mars 17:15

        @Mekissê

        Je vous conseille de regarder la vidéo qui se trouve dans le lien en bas de l’article : tout cela, ce sont des médecins qui le disent !!

      • foufouille foufouille 23 mars 17:38

        @rosemar

        un médecin est un humain qui peut devenir sénile, c’est le cas quand il pense que les solutions magiques existent pour soigner des maladies mortelles.


      • rosemar rosemar 23 mars 17:49

        @foufouille

        Il faut regarder la vidéo sous l’article : pas de solutions magiques ici mais des médecins qui mettent en garde contre trop de prescriptions...

      • foufouille foufouille 23 mars 17:56

        @rosemar

        ce sont les séniles habituels qui vendent des merdes vertes magiques.

        tous les autres milliers de médecins disent exactement le contraire de leur délire.

        la polio ne se soigne absolument pas avec du chlorure de magnésium et une transfusion de sang est parfois obligatoire.


      • gaijin gaijin 24 mars 07:27

        @foufouille
        « un médecin est un humain qui peut devenir sénile, »
        a la différence des intervenants d’avox ?
        ce n’est pas un médecin mais des médecins qui parlent et plus en privé qu’en public mais bien sur seule la pensée validée par l’état est juste et bonne .......


      • gaijin gaijin 24 mars 07:33

        @gaijin
        " Fabienne Rigal

        Deux études présentées à l’ENDO 2018, le congrès de la société d’endocrinologie qui se tient actuellement à Chicago, font état, pour l’une, d’une surmortalité en cas d’hypothyroïdie fruste chez les sujets âgés, pour l’autre, de symptômes non améliorés par le traitement.

        Dans la première étude, israélienne, les auteurs ont montré que chez des patients de plus de 65 ans présentant une hypothyroïdie fruste (avec TSH < 10 mIU/l), le traitement par lévothyroxine était associé à une surmortalité significative. Pour parvenir à ces résultats, les auteurs ont pris en compte 419 patients décédés entre 2012 et 2016, et les ont associés à 1 558 patients qui n’étaient pas décédés sur cette même période. L’âge, le sexe, le taux de TSH étaient comparables, et les auteurs ont observé que le traitement par lévothyroxine était lié à une augmentation significative de la mortalité (HR 1,19).

        Des résultats à rapprocher de ceux de l’étude TRUST

        Ces résultats rappellent ceux de l’étude européenne multicentrique TRUST, parus en avril 2017 dans le « NEJM ». Cette étude randomisée contre placebo, réalisée chez des personnes de plus de 65 ans présentant une hypothyroïdie fruste, a montré qu’il n’y avait aucun bénéfice au traitement en termes de symptômes chez les patients avec TSH < 10. «  Cela confirme ce que l’on savait mais qu’on a tendance à oublier », précise le Pr Françoise Borson-Chazot, endocrinologue au CHU de Lyon. «  Il faut modifier les normes avec l’âge : à 70 ans, il est normal d’avoir une TSH jusqu’à 7. Et chez les personnes traitées par hormones thyroïdiennes, 10 à 15 % sont surtraitées. Ce surtraitement et ses complications pourraient être une des pistes pour expliquer la surmortalité observée. »

        En bref, « mieux vaut ne pas traiter prématurément une hypothyroïdie fruste car les bénéfices en sont discutables, en tout cas après 65 ans, et peut-être même avant  », conclut le Pr Borson-Chazot. « Nous entrons dans une nouvelle phase : on va observer une déflation sur le traitement des hypothyroïdies, ainsi que sur la surveillance des nodules. »

        Pas d’amélioration pour un patient sur 10 sous traitement

        La seconde étude, hollandaise celle-ci et basée sur une cohorte de 34 440 patients, montre que « environ 10 % des patients sous hormones thyroïdiennes continuent à ressentir des symptômes, alors même que leur niveau d’hormones thyroïdiennes est dans la normale, précise Hanneke Wouters, auteure principale de l’étude, dans un communiqué de l’ENDO 2018. Nous avons montré que les patients traités avec des hormones thyroïdiennes avaient une plus faible qualité de vie que ceux qui n’étaient pas traités, surtout en cas de comorbidité. »
        Comme le suggère le Pr Borson-Chazot, « des symptômes qui existent sont peut-être rattachés un peu rapidement à l’hypothyroïdie, ce qui expliquerait qu’ils ne sont pas améliorés par le traitement. »
        source ici :
        https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2018/03/22/hypothyroi die-fruste-surmortalite-en-cas-de-traitement-par-la-levothyroxine-chez-les-sujets-ages_856341


      • velosolex velosolex 24 mars 10:47

        @rosemar
        Effectivement, le scandale est patent, du même ordre que le médiator. Pour d’autres raisons mais dans la même logique, l’économie. Tant que les malades seront des clients, la maladie sera indispensable à la survie de l’économie médicale, sans cesse elle aussi en expansion. La france est ainsi le pays où le nombre de césariennes est le plus elevé au monde. Cela a une logique : Les hopitaux dans cette dérive, sont payés à l’acte. Hors, la prise en charge d’une césarienne par la sécu est bien plus intéressante, que celle faite par les voies naturelles. Problème qu’on ne dit pas encore. Les bébés, en passant par les voies basses vont acquérir une immunité par les sécrétions vaginales, qui vont améliorer leur potentiel de résistance futur aux infections....

        Pour la thyroide et ses dérives de sur interprétation, on pense bien sûr aussi aux sulfides, qu’on a donné et qu’on donne toujours abusivement face au problème du cholestérol, une molécule qu’on a transformé en serial killer. Il suffit de descendre le marqueur du risque du cholestérol à 1,8, alors qu’il y a 25 ans il était à 3 gr, et voilà la maladie crée, avec son ordonnance et son tiroir caisse. 
        En tout cas, si l’on veut vous enlevez la thyroide, pour une raison ou pour une autre, prenez trois ou quatre avis. Les cellules cancéreuses, invisibles hier, et très peu souvent évolutionelles, au lieu de faire objet à la limite d’un suivi, donnent lieu à des mutilations qu’on pourrait éviter. Et vous voilà avec du levothyrox à vie.
        Au cœur de tout cela, le même mal, le libéralisme. La main libre du marché est aussi celle du chirurgien vénal. Il faudrait nationaliser toute la médecine, mais aussi les laboratoires. Le cout diminuerait beaucoup et l’efficacité serait au rendez vous. Une cure à Barbottan, ça vous tente ?...Demandez à votre médecin. La sécu est bonne fille

      • velosolex velosolex 24 mars 10:55

        @velosolex
        Coquille : Bien sûr on donne des statines, et non des sulfides, face à la montée du cholestérol


      • foufouille foufouille 23 mars 15:12

        « 85% de prescriptions seraient inutiles ! Des traitements à vie pour de petites hypothyroïdies ! On voit bien là de graves dérives de la médecine et de l’industrie pharmaceutique. »

        complètement débile et puant de suffisance.

        tout le monde espère que tu auras un bon cancer comme une de mes voisines et que tu soigneras avec des plantes puis décéderas.


        • bibou1324 bibou1324 23 mars 15:21

          @foufouille

          Faut pas être si négatif, ça dépend du cancer. Par exemple, un bon cancer du pancréas, qu’on te traite avec une chimio ou avec des plantes, le résultat est exactement le même : tu décèdes dans tous les cas. Pour le coup, s’affaiblir avec une chimio c’est être un peu idiot, c’est pourtant le choix de la majorité des patients ...

        • foufouille foufouille 23 mars 16:50

          @bibou1324 toujours aussi crétin, tu as 30% de survie.


        • imago imago 24 mars 00:05

          @foufouille
          quand la haine n’a plus de limite...


        • velosolex velosolex 24 mars 11:09

          @foufouille
          Avant de crier renseignez vous . Cela peut servir. 


          Et surtout su la cinq en replay
          Enquête de santéThyroïde, peut-on faire confiance aux traitements ? https://bit.ly/2ueky0f

        • foufouille foufouille 24 mars 15:13

          @velosolex

          ce sont des liens de khmer vert.

          tous les autres médecins, des dizaines de milliers, sont tous des menteurs, etc


        • Robert Lavigue Robert La Figue 23 mars 16:19

          Félicitations à l’autrice pour l’obtention de son doctorat en médecine citoyenne...
          Ce qui est inquiétant, c’est que de telles imbéciles aient le droit d’enseigner.


          • mmbbb 23 mars 20:50

            @Robert La Figue c’est pourquoi notre Education Nationale est un parangon que le monde entier nous envie.


          • Armelle Armelle 26 mars 11:00

            @mmbbb
            ...En terme d’éducation, la France étant bonne dernière de l’OCDE, avec joli un bonnet d’âne, je doute fort que le monde entier la porte en parangon !!!
            Vous êtes sans doute comme ces bons Franchouillards moyens, à croire éternellement que nous sommes toujours les meilleurs !!!
            Que vous êtes amusant...
            Et....sinon, vous comptez vous réveiller quand ?


          • Et en plus avec le DSM, il vont bientôt trouver un pilule pour chaque phobie. Vous verrez , c’est en route,....Vous ne suppportez plus de voir la tête de Macron : le cramoniac, vendu sur ordonnance ;


            • gardiole 23 mars 18:08

              Tout ce qui est publié concernant la santé devrait être visé par un médecin s’il n’en a pas un pour auteur.


              • foufouille foufouille 23 mars 18:15

                @gardiole

                sauf que beaucoup de médecins sont devenus timbrés en vieillissant.


              • rosemar rosemar 23 mars 18:16

                @gardiole

                Ce sont des médecins qui s’expriment dans le reportage diffusé sur France 5 : le lien figure en bas de l’article....

              • foufouille foufouille 23 mars 18:25

                @rosemar

                un médecin prétend guérir le diabète donc c’est vrai.


              • arioul 23 mars 18:16

                Pauvre Rosemar , vous y croyez vraiment aux inepties que vous proférez . Les médecins complices des laboratoires ???? Elle doit etre bonne celle que vous fumez d’herbe. Heureusement que nous avons de bons médecins et de bons hôpitaux pour nous soigner. Vous etes tombée bien bas pour dire de telle conneries. Allez vous cacher.


                • toma 23 mars 19:28

                  J’avais vu le même genre de reportage sur la Corée du sud, qui avec l’Islande, sont des pays qu’on aime étudier en médecine, population assez homogène génétiquement, peu d’immigration.

                  Le résultat était celui décrit, un taux d’opération qui explose, surtout chez les jeunes filles, un nombre de décès de cancer de la thyroïde qui stagne depuis 30 ans... Vu le vieillissement de la.population, peut être que c’est bien. Mais les médecins se demandaient aussi, si on exagérait pas un peu, avec près d’une coréenne sur 3 sans thyroïde au rythme ou ça allait....

                  Je pense que en effet, 4 millions de français qui prennent ce médicament, c’est peut être exagéré.

                  Mon voisin diabétique, sur son lit de mort, prenait 22 médicaments, le médecin de famille était pas dispo, alors c’est un autre qui est venu.

                  Il a dit, déjà, vu son état, ces 18 médicaments vous arrêter, ca sert plus a rien. Il avait la jambe noire jusque à l’aine.

                  Puis le médicament contre bien des choses de la vie moderne sont évitables : une perte de poids, sport, marche, changement de régime. Les médicaments contre la cholestérol, la tension, douleurs (souvent a cause d’un dos/ventre mal musclé) sont évitables sur 6 mois si on change d’hygiène.

                  Le ministère belge de la santé veut aussi limité la prise en charge des scanners du sein. En Allemagne, des femmes aveugles sont payées par la caisse de maladie pour palper les seins, apparemment, c’est plus fiable que ces scanners. Elles apprennent aussi aux patientes a le faire elle même. Bien des femmes qui chaque année font leur contrôle se retrouve avec une tumeur surprise. La soeur de mon collègue au Québec a trouvé sa tumeur par auto palpation, confirmer par après.

                  On a une réponse souvent uniquement chimique a nos problèmes de santé. Hélas. Je ne dis pas, parfois c’est utile, parfois c’est trop.

                  Mieux un verre de bière au bar non-fumeur a vomir sa haine sur son chef, et rentrer chez soi léger et un peu pété que de s’enfermer a prendre un prozac seul dans son appart a tout garder pour soi. Surtout un bonne bière non filtrée, bio, non pasteurisée, c’est bon pour la santé. Ca fait vivre le brasseur local plutôt que big pharma.


                  • foufouille foufouille 23 mars 19:41

                    @toma

                    "Mon voisin diabétique, sur son lit de mort, prenait 22 médicaments, le médecin de famille était pas dispo, alors c’est un autre qui est venu.

                    Il a dit, déjà, vu son état, ces 18 médicaments vous arrêter, ca sert plus a rien. Il avait la jambe noire jusque à l’aine."

                    c’est ce qui arrive dans le cas d’un diabète sans médicaments, l’hyperglycémie te bousille les artères et se nécrose.

                    je t’espère une bonne grosse maladie grave.


                  • mmbbb 23 mars 20:54

                    @foufouille toujours aussi délicate ! Nul doute que la mort sourit à tout le monde meme aux gens bien portant


                  • toma 23 mars 23:05

                    @foufouille

                    Vous volez haut dites donc avec vos commentaires.

                    Mais vous allez me dire que JAMAIS, non au grand jamais, une médication inutile (peu en importe la raison, mais nommons acharnement thérapeutique, médication due au style de vie sédentaire, obésité,...) n’a été octroyé en France ou en Europe.

                    Vous savez, y a des gens qui voient le mal dans chaque médecin, y a des gens qui voient un gourou salvateur dans chaque vaccin, entre les deux une majorité des gens aux avis équilibrés, qui en France ont tellement de mal a exprimer leur avis, vu la manière dont les débats sont passés et bloqués, souvent hélas par la même caste.


                  • velosolex velosolex 24 mars 12:50

                    @foufouille
                    On note que la maladie rend amer. C’est plus le corps, mais l’âme qui est atteinte. 

                    Pour le diabète, maladie de l’époque, et promise à un bel avenir, tout dépend du stade, et de la sorte de diabète, autant que de l’état physique du patient
                    On peut guérir du diabère de type 2. Régime, perte de poids, exercice, suivi. 
                    Evidemment, le mieux c’est la prévention. Un film dernièrement sur le sucre, « sugar land » un film australien montrant comment un jeune homme s’intoxique en quelques mois en consommant des aliments industriels, mais sans bouffer de sarcharose par ailleurs. 
                    Sugarland - film 2014 - AlloCiné
                    Regardez les étiquettes. Le pain brioché en tranche est bourré de sucres, et même les pizzas...On a fait une chasse aux graisses, en oubliant le serial killer numéro 1 ; Le sucre et ses dérivé. 

                    On n’est pas obligé de s’injurier, sous prétexte qu’on a des pseudos. On échange ici des points de vue des infos, qui peuvent servir, nous informer. Chacun a sa pierre a apporté à l’édifice. Je note que depuis quelques temps, le patient agoravox devient de plus agressif, amer. Ce faisant on ne dit toujours plus ainsi sur sur nous mêmes, que sur l’état du monde. 

                    L’ataraxie, ou tranquillité de l’âme, participe autant à l’équilibre de l’être..
                    Bref, cool....

                  • foufouille foufouille 24 mars 15:20

                    @toma

                    fais toi soigner vu chaque médoc est testé.

                    l’homéopathie est inutile sauf comme placebo. les trucs inutiles sont surtout en vente chez tes amis khmers verts.


                  • supradine 23 mars 19:38
                    j’ai trouvé cette émission très intéressante, pour une fois ce n’était pas un débat avec les pour et les contre, tous les spécialistes présents étaient du même avis : trop, beaucoup de prescriptions de levothyrox, trop, beaucoup trop d’interventions pour les nodules pratiquement toujours bénins,( j’essaierai de m’en souvenir si ce problème m’arrive un jour). On peut se poser des questions tout de même ! Les médecins sont débordés, ne leur jetons pas la pierre, ils n’ont pas toujours le temps de poser les bonnes questions ,de discuter des problèmes personnels, ils ont une solution simple donc ils l’emploient, quant au patient il doit s’informer et réfléchir, c’est un minimum à moins d’être idiot . Des abus il y en a aussi pour les statines contre le cholestérol, pour les traitements hormonaux de substitution que les gynécos prescrivaient presque automatiquement à la ménopause.

                    les labos ne cherchent pas à nous empoisonner, seulement à faire du profit, et là il n’y a pas de limite...

                    • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 23 mars 20:59

                      A l’auteur.
                      Le problème que vous avez soulevé dans cet article est réel et en tant que chirurgien, je le vis pratiquement au quotidien. Effectivement, personnellement, je me rappelle bien que dans les années 80 (durant mes études de chirurgie) que quand on opérait la thyroïde on ne faisait jamais, d’emblée, une thyroïdectomie totale. On pesait le pour et le contre de cette intervention aux conséquences hormonales importantes. Cela dépendait d’abord de la nature de la pathologie pour laquelle le malade est opéré. On faisait donc l’ablation d’une partie de la thyroide (lobe droit ou lobe gauche) et s’il nous arrivait de faire une thyroïdectomie totale pour un GMN (goitre multinodulaire) on conservait toujours un petit bout de parenchyme thyroïdien qui va continuer à synthétiser les hormones thyroïdiennes de telle sorte que le malade ne soit pas astreint à un traitement hormonal substitutif à vie. Or, actuellement, nous le constatons, les malades qui nous sont orientés par les endocrinologues le sont pour une thyroïdectomie totale. Et on se demande si ces mêmes endocrinologues ne sont pas sous l’influence des firmes pharmaceutiques qui produisent ces hormones (le levotyrox). En fait, par influence, j’entends autre chose...je pense que vous m’avez compris.  


                      • toma 23 mars 23:25

                        @GHEDIA Aziz

                        Ah, j’ai aussi une connaissance en cardiologie, les examens, ils sont obligés d’en faire faire des inutiles, c’est la politique du chiffre, l’hôpital est payé a l’acte, donc on en fait. (Il la dit clairement)

                        Après, je ne dirai pas que les patients sont mal soignés, mais les PET scans sont pris d’assaut, les tests sanguins se font en pagaille, alors qu’ils sont parfois pas nécessaires ou pas dans de telles proportions. Ce qui est dommage, car on nous dit qu’il y a plus assez d’argent, de quelque part le gaspiller comme cela en choses inutiles.

                        Étude des caisses de maladies allemandes, pour une opération très typique (je ne sais plus laquelle) a dit que le traitement pouvait (j’invente les chiffres que je n’ai pas exactement en mémoire) se faire en une opération pour 8000 €, sinon deux fois, pour 6000 € deux fois, donc 12.000€, de revenus pour l’hôpital.

                        L’étude a constaté que le taux d’opération en 2 étapes étaient dans tel Land de 35%, le reste 65%, en une fois. Mais que certains hôpitaux, un en particulier, le taux est de 70% en deux étapes... Pourquoi ? La caisse disait ne rien pouvoir faire, car le médecin décide au final. Reste que cette opération, sauf cas exceptionnel, se fait facilement en une fois, ce qui n’explique pas qu’un établissement sorte de la norme à ce point (non seulement de la pratique enseignée, mais aussi des statistiques). Reste que deux narcoses en plus de coûter plus chères, sont plus dangereuses qu’une, donc, question, pourquoi, UN MEDECIN opère deux fois plus souvent les patients en deux fois que tous les autres ?

                        Oui, il y a un abus, documenté, dans bien des cas. Les professionnels sont au courant, dire le contraire est se mentir.

                        Souvent, les.abus sont liés a des pratiques qui rapportent plus. Sinon elles restent difficilement explicables, les caisses savent le prouver, mais ne font rien, trop cher, et c’est se mettre entre patients et praticiens.

                        Excuse rigolote, car dans le cas des vaccins, cest bien ce qu’on fait, on s’interpose entre le patient et son médecin, l’obligation est donc a sens unique, le médecin semblant là très protégé.


                      • rosemar rosemar 24 mars 09:23

                        @GHEDIA Aziz

                        MERCI pour ce témoignage...

                      • foufouille foufouille 24 mars 15:28

                        @GHEDIA Aziz

                        à ma connaissance, c’est le chirurgien qui décide et pas le spécialiste. en france, il existe aussi visions d’une opération. certains sont pour l’ablation de la rate, d’autres pour la conservation.

                        il existe des méta-études qui décident ensuite ce qui nécessaire ou pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès