• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tractations guerrières à la Conférence de Munich sur la « sécurité (...)

Tractations guerrières à la Conférence de Munich sur la « sécurité »

Avez-vous remarqué, il y a quinze ans à peine, quand le suzerain américain donnait un ordre, via le FMI, la Banque Mondiale ou l’OTAN, ses vassaux obtempéraient aussitôt ? Ainsi, le monde capitaliste paraissait ordonné et sécurisé.

 

 Il n’y a pas si longtemps nul ne contestait

Avez-vous remarqué, il y a quinze ans à peine, quand le suzerain américain donnait un ordre, via le FMI, la Banque Mondiale ou l’OTAN, ses vassaux obtempéraient aussitôt ? Ainsi, le monde capitaliste paraissait ordonné et sécurisé. En février 2019, à l’occasion de la 54e édition de la Conférence de Munich sur la « sécurité » on aurait dit que les vassaux occidentaux s’étaient donné le mot pour contredire leur suzerain étatsunien. Que s’est-il donc passé pour expliquer une telle fronde face au molosse yankee ?

C’est qu’en 2008-2009, une terrible crise économique a frappé la planète capitaliste et depuis ce séisme, dont les États-Unis ont été le principal vecteur, chaque pays tente de prendre ses marques pour tirer son épingle du jeu et défendre les intérêts de son capital national. Ceci est vrai aussi bien pour les puissances alliées de l’Amérique, que pour ses concurrents. Depuis 2009, c’est chacun pour soi et l’homme politique qui a le mieux concrétisé cette absolue nécessité c’est Donald Trump le Président des États-Unis d’Amérique avec son slogan « America first ». Ce n’est pas Trump qui a imposé cette orientation politico-économique à l’Amérique, c’est l’Amérique sur son déclin qui a imposé Donald Trump et ce slogan. Depuis cette crise systémique, les camps se reforment et la conjoncture géopolitique est extrêmement volatile et complexe comme avant chaque guerre mondiale. (2) Nous allons analyser cette 54e Conférence de Munich afin d’en exposer les manigances et les enjeux.

 

Les petites manœuvres sur la Syrie. L’exfiltration des « djihadistes » de Baghouz

Une coalition des plus grandes puissances militaires mondiales (plus d’un million de soldats, plus de 7000 ogives nucléaires embarquées, des dizaines de sous-marins nucléaires, 12 porte-avions, des centaines d’avions de combat, etc.) peine à neutraliser quelques centaines de « djihadistes » armés de Kalachnikovs et ensevelis dans le réduit syrien de Baghouz. (3) Pendant ce temps, pas très loin, au nord de la Syrie, quelques milliers de soldats de l’armée arabe de Syrie, des paramilitaires du Hezbollah libanais et irakien, des conseillers iraniens soutenus par l’aviation russe n’attendent qu’un signal pour compléter la libération du territoire syrien qu’ils ont amorcé à Alep trois ans auparavant. (4) Voilà le panorama régional syrien à l’ouverture de cette conférence.

À l’évidence, la question en jeu entre ces puissances n’est pas le sort réservé à leurs mercenaires « djihadistes », sort déjà scellé, quelques-uns seront sacrifiés et la plupart seront exfiltrés et regroupés dans le bantoustan du Rojava-Kurdistan à la frontière de la Turquie, de l’Irak et de la Syrie, camp retranché que les alliés occidentaux préparent comme repaire de terroristes pour leurs prochaines malversations « djihadistes » (sic), avec la complicité de quelques barbouzes nationalistes kurdes tentant opportunément de se tailler un fief à l’occasion de ce grand réaménagement. Évidemment, la gauche bancale voit dans cette lutte de libération nationale réactionnaire une nouvelle occasion de trahir les intérêts du prolétariat international. (5)

 

Cet éditorial est disponible en 5 langues sur le webmagazine : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/tractations-guerrieres-a-la-conference-de-munich-sur-la-securite/

 

Les grandes manœuvres Atlantique

À l’occasion des tractations au sommet à Munich, le vice-président américain Mike Pence a clamé à l’intention des vassaux européens : « si vous souhaitez que nous restions sur le terrain syrien vous devez vous retirer de l’accord sur le nucléaire iranien ». Ce à quoi la chancelière allemande a rétorqué : « Est-ce que c’est une bonne idée de la part des États-Unis de quitter immédiatement et aussi vite que possible la Syrie ou bien est-ce qu’un tel retrait ne permet pas à la Russie et à l’Iran d’augmenter leur influence sur place ?  » (6) Étrange répartie de la part d’une dame qui se bat bec et ongles en faveur du projet « Nord Stream 2 » qui garantira l’approvisionnement de l’industrie allemande en gaz naturel russe ! (7) Sans compter que l’industrie allemande aimerait bien investir davantage sur le marché iranien ce qui explique ses manigances pour se soustraire aux sanctions américaines et à la chape de plomb du dollar étalon. Bref, Angela Merkel a voulu signifier que le grand capital allemand et européen ne souhaite pas devenir le trouble-fête au Moyen-Orient pétrolier que les Américains s’apprêtent à quitter.

Ce à quoi le vice-président Pence a rétorqué : « Nous ne pouvons pas défendre l’Occident si nos alliés sont dépendants de l’Est pour leur énergie ». Il faut savoir que les États-Unis se proposent de vendre de grandes quantités de gaz liquéfié à l’Europe via la France. Angela Merkel a répliqué que : « personne ne veut être complètement dépendant de la Russie ou d’une autre puissance. Mais si nous avons importé des quantités importantes de gaz russe durant la Guerre froide, pourquoi la situation aujourd’hui serait-elle pire et pourquoi la Russie ne pourrait pas rester un partenaire ? » Puis la chancelière vide son sac de récriminations : « elle a jugé « effrayant » que les États-Unis considèrent les automobiles européennes importées comme une menace pour leur sécurité nationale. Un mot fort pour une chancelière d’habitude très prudente. » (8)

On aura compris que la fadaise « djihadiste – terroriste » n’est que le prétexte d’un chantage et d’un marchandage dans la bataille commerciale de titans que se livrent les économies occidentales depuis la crise de 2008, en préparation du prochain krach boursier appréhendé (dont les États-Unis seront le principal vecteur de propagation).

 

Une conférence de réalignement

 À la Conférence sur la sécurité de Munich, on a discuté de la sécurité des approvisionnements en matières premières et en énergie et de la sécurité des marchés que la conjoncture économique contraint, alliés et concurrents, à se repartager depuis que la puissance américaine ne parvient plus à imposer son hégémonie (!) Nous assistons à un vaste réalignement mondial des camps impérialistes en préparation d’une Troisième guerre mondiale qui se mènera sur deux fronts juxtaposés.

Le premier front oppose le grand capital international, divisé en différents camps impérialistes, camps que l’on voit se dessiner, mais cette configuration devrait changer avant le grand affrontement. Cette guerre de classe au sein du patronat oppose les clans dirigeants en fonction de leurs intérêts commerciaux et financiers et donc en fonction de leurs intérêts économiques et non en fonction des affinités personnelles entre polichinelles politiques. Mais il sera bien difficile de mobiliser la piétaille – chair à canon nationale – pour défendre les intérêts de ses patrons profiteurs et exploiteurs. La mobilisation et l’exaltation de la troupe patriotique réclament donc une parade qui fasse croire au soldat lambda qu’il se bat pour défendre ses valeurs et les intérêts de la patrie. 

Le second front de cette guerre totale opposera le grand capital mondialisé, au prolétariat internationalisé, si et seulement si, le prolétariat parvient à faire la guerre à la guerre des riches. Le prolétariat n’y parviendra que s’il se prémunit contre le national-chauvinisme, contre la xénophobie anti-migrante, contre le racisme anti-polonais, anti-latinos, anti-vénézuéliens, antichinois, anti-arabes, antimusulmans, pour ne nommer que quelques exemples récents. On aura compris que le grand capital, via les médias à sa solde, via les « djihadistes » complices et autres variétés de terroristes éclectiques, via ses polichinelles politiques, via les sectes gauchistes et les groupuscules fascistes fera tout ce qu’il pourra pour empêcher l’union sacrée de tous les prolétaires contre leur ennemi commun, proposant plutôt tel ou tel bouc émissaire à la vindicte populaire. Ce sera la tâche des prolétaires révolutionnaires, partant des expériences de lutte prolétarienne d’indiquer les écueils à éviter. (9)

 

NOTES

 

  1. Au total on décompte moins de 30 000 « terroristes » déguenillés. « Par ordre d'importance numérique, on trouve l'État islamique en Afrique de l'Ouest (anciennement Boko Haram) et ses 3500 soldats ; l'État islamique du Khorasan dont les 500 à 1000 hommes sévissent en Afghanistan ; les 750 jihadistes philippins ; les 500 à 800 hommes de la branche libyenne ; la filière du Sinaï, en Égypte (750 militants) ; les disciples de Daesh au Yémen (100 et 250). Quant à la zone irako-syrienne, il semble difficile de se faire une idée fiable. Tandis que dans la poche de Baghouz les soldats se raréfient. D'après des propos du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, au Conseil de sécurité au début du mois, rapportés par la BBC, le nombre de soutiens en armes de Daesh dans cette partie du Moyen-Orient serait compris entre 14.000 et 18.000 individus, dont 3000 étrangers. Source : https://www.bfmtv.com/international/malgre-sa-defaite-imminente-en-syrie-daesh-ne-va-pas-disparaitre-pour-autant-1637729.html
  2. Allemagne-Japon contre America first : « Le Japon vient de s’allier à l’Allemagne contre Trump. Le premier ministre Abe a reçu la chancelière Merkel en début de semaine, et s’est engagé à approfondir ce qu’il a décrit comme l’« alliance de multilatéralistes », en place entre les deux pays, et surtout entre les deux dirigeants. » http://lesakerfrancophone.fr/alliance-germano-japonaise-contre-america-first-des-retours-de-flamme-importants-a-venir
  3. http://www.rfi.fr/europe/20190216-conference-munich-divergences-entre-washington-allies-syrie
  4. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/12/01/syrie-le-recul-des-rebelles-a-alep-en-21-cartes_5041688_4355770.html
  5. https://www.liberation.fr/planete/2019/02/18/inde-on-est-en-train-de-faire-du-cachemire-un-grand-gaza_1710073  SinKiang https://www.liberation.fr/planete/2017/04/06/chine-le-xinjiang-un-nouveau-tibet_1560730
  6. http://www.rfi.fr/europe/20190216-conference-munich-divergences-entre-washington-allies-syrie
  7. http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/le-jour-ou-laxe-franco-allemand-sest-brise/
  8. http://www.rfi.fr/europe/20190216-conference-munich-divergences-entre-washington-allies-syrie
  9. L’antifascisme est un piège http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/lantifascisme-est-un-piege/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès