• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tranche de vie et réflexions sur le « droit à vieillir »

Tranche de vie et réflexions sur le « droit à vieillir »

 

Il y a quelques jours, une personne qui m’est très chère – relativement âgée, fatiguée et vivant seule - a fait une chute. Pompiers, hôpital, attente aux urgences et diagnostic : fracture de la hanche… Dimanche matin, le chirurgien et toute son équipe ont opéré. Oui, un dimanche. Et dimanche soir, cette personne pouvait déjà être assise. Bravo et merci au formidable système de santé français. Bravo et merci à la compétence, la disponibilité, l’efficacité de tous ces personnels pas assez nombreux, trop sollicités, mal payés. Et pourtant là, prêts à soigner, à sauver leurs prochains.

Bien Victor. Mais en quoi cette situation personnelle peut-elle intéresser les lecteurs ? En ce sens qu’il faut la comparer avec ce qui nous guette et qui se passe tout près de chez nous, chez nos voisins belges et surtout hollandais, ce pays où règne sans partage un ultralibéralisme basé sur le culte de l’efficacité à tout prix.

À tout prix. C’est le bon terme. Car en Hollande, cette personne qui m’est chère aurait été confrontée à la culture de mort qui gangrène les milieux de la « santé » de ce pays, où la mentalité euthanasique continue de croître comme un mauvais chancre inguérissable, où il y a une forte poussée pour limiter la possibilité des actes chirurgicaux pour les patients de plus de 70 ans en consentant aux gériatres hospitaliers de décider s’il faut opérer ou non et s’il faut continuer à pratiquer des soins ou non !

En d’autres termes, la volonté du patient de continuer à vivre et à combattre les maladies pourrait ne plus avoir aucune valeur déterminante, seule deviendraient fondamentales l’opinion du gériatre et ses prévisions sur « les expectatives concernant la qualité de vie de la personne âgée ». Et ces horreurs – comble de l’hypocrisie – selon la présidente de l’Association de Gériatrie clinique de Hollande, le docteur Hanna Willem, parce qu’« arrêter les traitements équivaudrait à ajouter de la qualité de vie au patient ». Ben voyons ! À la poubelle les vioques. On voit où ceci nous mène : une assistance médicale à deux niveaux, avec d’un côté les patients qui devront se contenter de la Sécurité sociale – avec le droit de vie et de mort délégué à des conseils de médecins et de gestionnaires financiers - et de l’autre côté ceux qui seront assez riches pour se payer des médicaments non remboursés et des opérations coûteuses.

C’est le refus au droit à vieillir. Lu dans le grand quotidien belge Le Soir : « dans les Pays-Bas les patients de plus de 75 ans ne reçoivent plus d’implants de pacemaker à cause de leur âge. Pareillement les opérations pour substituer une hanche après une fracture et la pose de stimulateurs cardiaques sont exécutées uniquement après une évaluation des conditions générales du patient, son espérance de vie, etc. Cette euthanasie déguisée devient ainsi un moyen pour gérer l’augmentation des coûts de l’assistance sanitaire ! »

Pour le fric, pour le profit, toujours le profit, on tue les vieux Hollandais qui coûtent « un fric de dingue » et, à la place, on fait rentrer des migrants jeunes, solides, taillables et corvéables à merci et ne coûtant pas un rond à la Sécu hollandaise. On comprend qu’en Hollande et en Belgique, les vieux ont une peur panique d’aller à l’hosto !

Il s’agit ni plus ni moins du rétablissement de la peine de mort mais décrétée non pas par un jury populaire et des juges professionnels, mais par un collège de toubibs et de personnes de l’entourage du « patient » ! La porte ouverte à toutes les magouilles ou les intérêts les plus sordides le disputeront à la vraie compassion.

Attali – l’un des mentors de Macron - a soulevé il y a quelques années (L’homme nomade) des réflexions sur l’avenir qui sont dans l’air :

« Dès qu’il dépasse 60/65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte alors cher à la société ; il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement, plutôt qu’elle ne se détériore progressivement. »

« On pourrait accepter l’idée d’allongement de l’espérance de vie à condition de rendre les vieux solvables et de créer ainsi un marché. »

« Dans la logique même du système industriel dans lequel nous nous trouvons, l’allongement de la durée de la vie n’est plus un objectif souhaité par la logique du pouvoir. »

« L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures dans tous les cas de figure… L’euthanasie deviendra un instrument essentiel de gouvernement. »

« Soleil vert », nous voilà…

On reconnaît la qualité d’une société à la façon dont elle traite ses Anciens.

 

Illustration X - Droits réservés

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 1er avril 16:14

    Si je comprend bien l’homme qui murmurait aux oreilles de tonton 1er, aujourd’hui agé de 75 balais, si il y un pépin de santé, ben allez zou ,...une petite piquouse !

    C’est ça la France actuelle , plus tu écris des sonnerie, plus les téloches ( aux ordres ) t’invitent par contre les clowns de la troubadoursphère qui regroupe tous les artistes du shows-biz éternels donneur de leçons à la con

    et leurs moralités ( cœur à gauche/portefeuile à droite ) eux la monopolisent ! !


    Affligeant, vraiment affligeant !


    T’in au fait comme la majorité des immigrés qui arrivent sont des mecs, ben question renouvellement de populations, comme disait notre regretté Fernand Raynaud, « y a comme un défaut » !



    Prompt rétablissement à cette personne.


    @+P@py


    • foufouille foufouille 1er avril 16:30

      @Gilbert Spagnolo dit P@py
      ben oui et l’eugéniste fergus te dira que l’argent serait mieux utiliser pour soigner les enfants atteints de maladies orphelines.


    • Paul Leleu 1er avril 18:56

      @Gilbert Spagnolo dit P@py

      au risque de paraitre scandaleux, je dirais que c’est bien fait pour la génération des baby-boomeurs... après tout, c’est bien eux qui ont inventé cette haine du vieux, et le jeunisme...

      et maintenant qu’ils sont vieux et décatis, alors ils se mettent à pleurnicher...

      jusqu’au bout, cette génération aura été d’un indécent égoïsme... et elle laissera derrière elle une dévastation épouvantable, tant morale que matérielle, et historique...


    • Arogavox 1er avril 17:10

      « Cette euthanasie déguisée devient ainsi un moyen pour gérer l’augmentation des coûts de l’assistance sanitaire ! »

      Question sous-jacente : est-il honnête d’admettre que des questions éthiques, engageant une population pour une durée dépassant a priori la décennie soient arbitrées voire même orientées par des zélus mandatés pour des durées inférieures à 10 ans ? 
       Est-il honnête que la technique du référendum prévue par notre Constitution passe à la trappe lorsque nos présumés ’serviteurs’ de l’Etat osent pérorer, pédagogiser et décider publiquement en la matière ?


      • L'enfoiré L’enfoiré 1er avril 17:16

        "On comprend qu’en Hollande et en Belgique, les vieux ont une peur panique d’aller à l’hosto !

        "

        Exact.

        Comme je le dis dans mon dernier billet, mi-scientifique, mi-humoristique (1er avril oblige) : 

        je restreins mes envies en conservant la tête et les jambes

        et que ce qu’il y a entre les deux, je m’en occupe avec un peu plus d’humour.

        Je vais laisser donc parler les milliards de bactéries de mon ventre

        et décider de devenir ventriloque  smiley



        • Xenozoid Xenozoid 1er avril 17:20

          @L’enfoiré

          Je vais laisser donc parler les milliards de bactéries de mon ventre

          et a ma copine mes prematozoids, pour devenire ventriloque


        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 2 avril 11:42

          @L’enfoiré

          ..et puis lorsqu’il est en pétard, il le fait savoir bruyamment à sa façon  !!!


          et comme disait Chirac :Ici !!!!!!!


          @+ P@py



        • Aimable 2 avril 03:21

          Le droit de vieillir ; tant que la vie vaut la peine d’être vécue pour chaque individu , dans de bonnes ou pas trop mauvaises conditions , même si c’est grâce a la médecine .


          • colibri 2 avril 06:51

            En même temps il y a le courant transhumanisme qui vise à prolonger la durée de vie.

            Les migrants sont souvent en mauvaise santé , ils ont connu des privations , de la malnutrition donc leur squelette est fragile , ont de mauvaises dents , surtout des problèmes psychologiques :ils coûtent cher en soins.Ils sont très peu résistants et au bout de 10 , 15 ans de travail prêt à se mettre en maladie , donc ils ne sont pas une bonne affaire .

            Et puis ils ne sont pas corvéables à merci :ils demandent des droits et ont des associations qui les défendent .La théorie des migrants qui seraient importés pour être exploités de tient pas .Ils sont fragiles et peu résistants .


            • Raymond75 2 avril 09:50

              La fin de vie est une situation qui n’est pas traitée correctement dans les pays de tradition chrétienne, même devenus massivement athées comme la France, à la différence des pays de tradition protestante, ce qui peut nous choquer.

              Soigner une personne pour qu’elle retrouve une autonomie, même diminuée, a un sens. Faire une opération lourde pour qu’une personne grabataire et dépendante vive quelques mois de plus, dans une vie sans joie et souvent sans conscience, parfois en souhaitant mourir, n’a pas de sens. Il faut oser le dire.

              En France, l’accompagnement de la fin de vie est négligé, voire méprisé par les médecins qui considèrent que ce n’est pas leur problème. Permettre une mort sans souffrance, tant physique que morale, à une personne qui n’a plus rien à attendre de la vie, consiste à respecter cette personne.

              Je porte sur moi, et j’a confié à des proches, mes ’directives de fin de vie’ (voir le site de l’ADMD) afin que l’on ne me fasse aucun traitement qui consisterait en de l’acharnement thérapeutique. Je suis également partisan d’une euthanasie volontaire, très encadrée, comme en Belgique ou en Suisse, pour des gens en souffrance physique sans espoir de guérison.

              La mort n’est pas un échec de la médecine, elle est notre destin, et doit être apaisée.

              Mais une approche purement comptable de la médecine est bien le signe d’une dégénérescence de la société, d’un monde où seuls les rapports marchands ont une valeur ... à estimer.

              La baby boom date des années 1945  50 ; il était prévisible qu’il devienne un papy boom 60 ans plus tard, mais rien n’a été anticipé dans une société où seul le court terme existe. Rassurez vous : les ’seniors’ vont aussi mourir, et dans une quinzaine d’années, cette génération ne sera plus. Mais toutes les saloperies de gestion qui auront été décidées à ce prétexte se maintiendront ... pour les jeunes d’aujourd’hui !!!


              • foufouille foufouille 2 avril 10:11

                @Raymond75
                il faut relire le texte fondateur de ton ADMD qui veut une culture de la mort.


              • colibri 2 avril 11:07

                @Raymond75
                je suis d’accord avec votre texte , la mort n’est pas un échec de la médecine .

                 mais quand vous dites :

                « l’accompagnement de la fin de vie est négligé, voire méprisé par les médecins qui considèrent que ce n’est pas leur problème. »

                Est-ce réellement leur problème , n’est ce pas plutôt celui de la famille ?
                Ne demande -t-on pas trop aux médecins et aussi de régler les problèmes existentiels réglés auparavant par la religion .


              • Raymond75 2 avril 11:41

                @colibri

                Bien entendu la famille doit jouer un rôle d’apaisement, de sérénité et d’amour, mais seule la médecine peut supprimer ou atténuer très fortement la souffrance physique et l’angoisse qu’elle procure, et donc une fin de vie horrible.


              • colibri 2 avril 13:44

                @Raymond75 
                heureusement la majorité des gens ne meurent pas dans la souffrance mais de leur belle mort comme on dit ,et sans angoisse et n’ont donc pas besoin de médecin.

                Trop médicaliser la vieillesse comme si c’était une maladie ,
                c’est projeter sur les gens que l’âge mur est forcément une période désagréable et angoissante, 
                Or il n’en n’est rien ou du moins jusqu’à notre époque moderne :la vieillesse est un état comme un autre ;si les gens sont angoissés c’est somme toute très récent , il y a 1 siècle personne ne prenait d’anti dépresseur ni n’allait consulter son médecin tous les 2 mois. Certains arrivaient aussi à un âge avancé sans dépendance .


              • foufouille foufouille 2 avril 13:54

                @colibri
                si tu décède c’est que tu as un problème très grave donc douloureux.
                en 1900, l’espérance de vie était de 48 ans ..........


              • eddofr eddofr 2 avril 11:51

                Pour ma part, je préfère vivre, ne serait-ce que 10 minutes de plus, même au prix des pires souffrances des milles Enfers !

                Parce que souffrir c’est quand même exister.

                Alors que mort ...


                • JL JL 2 avril 12:26

                  @eddofr
                   
                   vous devez être bien jeune ; ou alors, avoir eu beaucoup de chance jusqu’ici.


                • foufouille foufouille 2 avril 12:36

                  @JL
                  je suis du même avis que lui.


                • JL JL 2 avril 12:49

                  @foufouille
                   
                   
                  Hé bien je vous souhaite à tous les deux une bonne continuation.
                   
                   smiley


                • foufouille foufouille 2 avril 13:57

                  @JL
                  si tu as très mal c’est mauvais signe mais tu as toujours une chance de survie. de nos jours, surtout.


                • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 2 avril 19:17

                  Le problème n’est pas tant que les gens vivent plus vieux de nos jours (et donc consomment plus de soins de santé). Ce qui en soit sur le plan sociétal serait plutôt un mieux.

                  Le problème est que de plus en plus de vieux vivent plus longtemps comme retraités que comme cotisants : par exemple un nonagénaire parti en retraite à 60 ans après 37,5 ans de travail (c’était le régime fonctionnaire il n’y a pas si longtemps...).

                  Alors que le système basé sur la solidarité collective table sur le fait qu’un vieux « optimalement » devrait mourir à 72,3 ans !

                  D’où la tendance à augmenter l’âge du départ à la retraite !

                  L’autre tendance, beaucoup plus eugéniste celle-là (je sens que je vais me faire des amis), est que notre société est de moins en moins en bonne santé. Et le système de santé était basé sur une société en bien meilleure santé qu’actuellement. (souvenir perso : dans les petites classes j’étais le seul à porter des lunettes, maintenant celui qui a 10/10 c’est plutôt l’exception). Quelle classe n’a pas son élève autiste, celui allergique à tout, celui qui a de l’hypertension, son obèse chronique, son diabétique ?...Allez en cours de gym voir toutes les exemptions vous serez surpris.

                  Je pense qu’on n’a plus du tout les moyens financiers de se permettre cette solidarité d’un autre temps. Cela se ressent bien via les tarifs des mutuelles sur les lunettes, prothèses...

                  Droit de vieillir certes mais quid de son devoir associé, le devoir de mourir, ce devoir de laisser la place aux autres, une place qu’on aurait du contribuer à rendre plus belle, plus riante, plus vivable à nos successeurs humains ?


                  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 4 avril 16:50

                    Vous souvenez-vous de la terrible scène de la mise à mort obligatoire du vieux dans « Soleil vert » ? C’est l’avenir vu par Macron et son gang, avec la complicité des thuriféraires de l’assassinat légal organisé travesti sous le nom plus « soft » d’euthanasie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès