• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Trump, ce redoutable simpliste

Trump, ce redoutable simpliste

Souvent critiqué voire sous-estimé par d’influents milieux, l’homme fort des Etats-Unis incarne un style décontracté ancré dans sa méthode présidentielle et qu’il ne cesse de mettre en avant dès que l’occasion se présente. L’un des derniers exemples en date, l’attentat à la bombe du métro de Londres, à l’issue duquel Donald Trump a qualifié les assaillants de « terroristes ratés » qui étaient connus des services de police… britanniques. Dans une salve de tweets, le président américain a appelé à se montrer « proactifs et méchants » face à ce phénomène.

Donald Trump, président des Etats-Unis

On l’associe aux termes de « honte », « ridicule » et on le qualifie de « sale type », mais il n’en a que faire. Porté au pouvoir par une majorité d’électeurs américains en 2016, le locataire de la Maison-Blanche a clairement pris ses aises en installant à la tête de l’Etat sa façon de faire. Ce style, Trump l’avait depuis le début de sa campagne pour la primaire des républicains et sans doute depuis bien plus longtemps encore…

Une chose est sûre, si cette méthode n’a rien de semblable avec celle qu’ont connu les Etats-Unis lors des présidences précédentes où les chefs d’Etat tentaient au maximum de lisser leurs propos, de ménager les sphères influentes du système social, ou encore de sourire tant bien que mal lorsqu’ils rencontraient un dirigeant avec lequel les relations diplomatiques n’étaient pas au beau fixe. Ceux qui souhaitent reprocher au maître actuel des Etats-Unis d’Amérique d’être un acteur de cinéma qui se comporte différemment selon qu’il soit en public ou dans sa vie privée ont de quoi hésiter, car peut être seraient-ils alors contraints de dégager ce même défaut de l’esprit des ex-présidents. Surtout que l’on pourrait douter d’une telle affirmation. En effet, ce Trump qui n’accorde que peu d’attention à la polémique, qui se donne à cœur joie de récidiver après avoir fâché un allié de longue date de l’Amérique, pourquoi cacherait-il sa pensée ? L’épisode des suprématistes blancs dont le président a à un moment refusé de condamner les actions, provoquant un tollé dans son propre parti et au-delà des frontières américaines, n’est-il pas un exemple parmi des dizaines que l’ex-magnat de l’immobilier laisse percevoir la véritable idéologie à laquelle il aspire ?

Tout compte fait, cette expression de rage qui apparaît sur son visage chaque fois qu’il annonce un danger ou lance une accusation est ce qui lui permet de faire refléter l’image d’un homme réfléchi et incorruptible qui place sa nation au-dessus de tout. C’est peut être même cette expression qui offre une certaine crédibilité aux projets qu’il porte. Car si sa cote de popularité se situe aux alentours de 38,5%, ce niveau est loin d’être la catastrophe annoncée, ce niveau était proche de celui de nombreux hommes politiques français qui ne sont pas présidents… D’ailleurs, son discours lui-même montre à quel point le chef de l’Etat américain ne cherche pas à soigner ses propos. Après la bombe artisanale qui a explosé dans une rame de métro de Londres, il a déclaré qu’il fallait être « méchants » avec les terroristes. Méchants ! Si ce mot est avant tout celui qu’utiliserait un enfant, il a le mérite d’illustrer la volonté ultra-répressive du président à l’égard de ceux qui oseraient flirter avec le terrorisme. Après tout, pourquoi utiliser des termes techniques si celui-ci suffit à éclairer le citoyen sur la politique à mener…

Outre ce simplisme littéraire, le président apparaît comme un protecteur du peuple. Ce pays qui a connu la guerre, les armes, le courage, le succès, pourrait-il avoir à sa tête un capitaine qui donnerait l’impression de vouloir quitter le navire ou de déshonorer son équipage par une prétendue lâcheté ? Face à la Corée du Nord, Donald Trump a donné le ton en défendant une philosophie qui consiste à dire : ‘’vous avez découvert le missile nucléaire, mais, nous, on en a des milliers. Alors que craindre de vous ?’’ Quelle autre réponse un protecteur des Etats-Unis et de son peuple pouvait-il apporter pour illustrer sa vaillance ? Barack Obama prônait une politique d’apaisement avec ceux qui n’étaient pas en bons termes avec les Etats-Unis. Certains, proches du milieu influent des conservateurs, et même parfois des démocrates, ont ainsi compris la faute que pouvait revêtir une telle tactique car elle pouvait apparaître comme affaiblissant la main de fer américaine. Une ligne rouge pour un Américain !

Si le comportement du président Trump est loin de faire l’unanimité, il continue néanmoins de susciter la curiosité de ceux qui, habitués à des présidences qui se ressemblent toutes, recherchaient une manière différente de gouverner. Ce n’est pas pour rien que cet homme, d’abord inconnu de la sphère politique, a réussi en un peu plus d’un an à écraser ses adversaires à la primaire des républicains, puis à conquérir la Maison-Blanche où il a pris ses fonctions en janvier 2017, après avoir prêté serment…


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 septembre 2017 13:03

    Bonjour,
    vous dites "ce Trump [...] qui se donne à cœur joie de récidiver après avoir fâché un allié de longue date de l’Amérique", vous faites allusion à quoi en particulier ?


    • jalin 19 septembre 2017 15:11

      Sur le plan fiscal, Trump ne fait que contribuer à enrichir les plus riches américains.


      • Christ Roi Christ Roi 20 septembre 2017 00:04

        article simpliste


      • Le421 Le421 19 septembre 2017 18:31

        En attendant, si ça continue, une bonne dose de radioactivité va faire le tour de la planète...
        Là, ça va en calmer pas mal !!
        Parce que riches ou pauvres...


        • Ruut Ruut 20 septembre 2017 12:32

          @Le421
          Le nuage s’arrêtera a nos super frontières Françaises :) celons nos honnêtes médiats et autorités.
          Et les problèmes de thyroïde exploseront comme après Tchernobyl.
          Mais rassurons nous aucune mesure ne sera mise en place pour protéger la population ni aucune information utile pour qu’elle se protège elle même.


        • Debrief 19 septembre 2017 18:49

          Trump semble réagir dans l’instant, sans réfléchir ni au contexte ni aux conséquences. Ses tweets permanents et en sont l’illustration. Avec un manichéisme typiquement américain et profondément ancré dans les cerveaux là-bas : nous sommes le bien quoiqu’on fasse, les autres sont le mal ou peuvent le devenir, UK mis à part qui semble exercer une sorte de tutelle morale et intellectuelle inconsciemment acceptée (au moins par ceux qui savent que UK existe).
           
          Il est dangereux car il peut se piéger lui-même par ses affirmations spontanées qui l’enferment dans une logique potentiellement hasardeuse. Exemple avec la Corée où en qualifiant son président de « rocket man » il induit une option guerrière unique. L’autre pourrait tout autant le qualifier de « demolition man » tant l’action américaine a concentré de destructions dans le monde ces dernières décénnies et est toujours proposée comme réponse unique aux questions géopolitiques.


          • Orageux / Maxim Orageux / Maxim 19 septembre 2017 19:30

            Bon, il a été élu ? alors c’est lui le Boss, voilà....de toute façon les Américains ne pensent pas comme nous, ne vivent pas comme nous, nous emmerdent bien également, leur pays est 50 fois plus grand que le nôtre !


            Chaque état de l’Union est différent autant de climat que de mentalité ou façon de vivre, pour l’Amerloque moyen, la France c’est un quartier de l’Italie , beaucoup sont infoutus de savoir où nous somme situés exactement.....

            Donc on peut brailler tant qu’on peut......

            Pour mémoire, Ronald Reagan ancien acteur de série B a été élu, puis réélu.....le Dollar n’avait jamais été aussi élevé.....les Soviets ont commencé à désarmer, vu que Reagan n’était pas une tarlouze, il a envoyé son aviation bombarder Khadafi , personne n’a bronché !!! 

            C’était un type avec des couilles, c’est tout.....

            On verra par la suite avec Trump, fera-t-il comme Reagan ? 

            Obama n’était pas le président que l’Amérique profonde souhaitait.....

            • leypanou 19 septembre 2017 20:10

              Apparemment, l’auteur n’a pas bien compris ce qui se passe aux États-Unis, en commençant par écrire cette contre-vérité : Porté au pouvoir par une majorité d’électeurs américains en 2016, le locataire de la Maison-Blanche. Gagner les présidentielles aux États-Unis n’implique pas avoir une majorité d’électeurs, la victoire dans les swing states l’a fait gagner mais en nombre de voix, il a été battu par H Clinton.

              Plus grave, l’auteur pense que D Trump a les pouvoirs : rien n’est plus faux, il ne décide plus que que ce qu’on -le deep state- lui décide de faire, même en politique étrangère, et ses multiples échecs dans différents domaines l’attestent. Cet article en apprendra pour ceux qui veulent en savoir un peu plus. Ceux qui dirigent vraiment sont les 3 généraux HR McMaster à la NSA, J Mattis à la Défense ainsi que J Kelly à la Maison Blanche ainsi que d’autres militaires de haut rang ailleurs.


              • leypanou 19 septembre 2017 20:14

                @leypanou
                Cette analyse pour compléter le commentaire.


              • baldis30 19 septembre 2017 21:18

                Bonsoir,

                Aujourd’hui il a dit une très bonne chose !

                En substance « il faut supprimer les états voyous » !

                Formidable  ! qu’il même vite ce programme au plus près de la Maison Blanche, géographiquement c’est à sa porte ... c’est interne et ne nécessite pas un vote de l’ONU


                • Hurricane Hurricane 20 septembre 2017 07:44

                  Félicitations interminables à TRUMP pour avoir mis toute la boboterie de gauche mondiale le nez dans leur cacas ; l inquisition anti TRUMP a fait un Flop monumental un fiasco gigantissime un camouflet cinglant à tous ces pétochards merdialopes mielleux fielleux démagos faux derches ; les US avaient besoind un John Wayne après ce lamentable Obama , ils l ont enfin , vive TRUMP et qu il continue à envoyer ses détracteurs dans les cordes , que du bonheur !


                  • Djam Djam 20 septembre 2017 10:27

                    @ l’auteur

                    Mon passage préféré dans votre article est :
                    "Ce pays qui a connu la guerre, les armes, le courage, le succès, pourrait-il avoir à sa tête un capitaine qui donnerait l’impression de vouloir quitter le navire ou de déshonorer son équipage par une prétendue lâcheté ? Face à la Corée du Nord, Donald Trump a donné le ton en défendant une philosophie qui consiste à dire : ‘’vous avez découvert le missile nucléaire, mais, nous, on en a des milliers. Alors que craindre de vous ?’’

                    Je le relis parce qu’on ne s’en lasse pas ! Car, cette opinion, pure déduction personnelle qui traduit vraisemblablement votre admiration pour ce « grand » pays. Or, il s’avère que ce « grand » pays n’est rien d’autre qu’un patchwork qu’on s’entête à appeler fédération et qui regroupe en réalité plusieurs territoires qui subissent, comme cette Europe artificielle et malade, les directives d’un camp retranché qu’on appelle la Maison Blanche... blancheur qui, elle aussi, n’a de plus que l’artifice peint de ses murs.

                    Aimer et admirer les EU, pourquoi pas... c’est votre droit le plus strict. Défendre Trump, là aussi c’est plutôt pas mal compte tenu des ignominies proférées à jet continu de la part de tous ceux qui refusent le réel quand il ne se manifeste pas selon leur propre délire... en France en particulier du côté de nos mafieux élus. Mais, écrire cette phrase n’est plus de l’analyse vaguement partiale c’est du mensonge. Car ce sont bien les EU qui ne cesse d’agresser tous les pays qui ne leur rien fait mais qui ne s’alignent pas sur leur style de vie parfaitement débile. La France, pour ne citer qu’elle, est une imitation grotesque des EU et c’est sans aucun doute la raison (justifiée, in fine) du mépris à peine déguisé que les tordus de la White Maison expriment envers les tordus de l’Elysée.

                    La Corée du Nord s’est déjà pris une guerre d’agression comaque dont elle a su se remettre et à choisi, à juste titre, de se protéger du délire criminel d’un Occident arrogant et violent mené par les non moins criminels néocons - les bien nommés - américains. Et le fait de posséder des milliers de bombes nucléaires en stock par rapport à une Corée qui n’en aurait qu’une poignée n’est en aucun cas un argument qui justifierait que la Corée doive s’agenouiller. Les asiatiques ont une capacité de résilience que n’ont pas les occidentaux (songez au Vietnam, entre autres). Si les EU poussent leur menace envers la Corée, il y a de forts risques pour cette dernière réplique et pas sous forme d’un éternuement.

                    Les premiers à payer les conséquences de ce délire impérial américain sont tous les occidentaux. Quand bien même les multinationales s’engraissent dans le chaos organisé par leurs psychopathes nationaux, une guerre nucléaire ne se cantonnera certainement plus à une petite zone et les premiers à glisser dans l’abime ouverte seront bien entendu tous les pays d’Europe central et de l’Est.

                    L’Amérique est un artifice total regroupant exclusivement des gens provenant de tous les coins du globe mais qui partage en réalité une même pathologie qu’on appelle la pléonexie ou l’amour du « toujours plus d’argent ». Cela se termine toujours très mal et l’implosion est déjà en cours. Elle met du temps parce qu’elle se produit par poussée. On dit que la « crise » est contrôlée par l’application du « chaos constructif ». Ce que cette méthode ne dit pas c’est qu’elle finit toujours par exploser aux pieds de ceux qui l’on initiée et alimentée.

                    L’Amérique est un colosse aux pieds d’argile... elle est le prurit arrogant et prétentieux d’une Europe déjà malade et infiltrée par une idéologie eschatologique d’un autre temps mais dont les adeptes s’entêtent à entretenir les canaux d’énergie. Mais rien en ce bas monde ne peut s’élever au niveau immesurable et inégalable de ce qu’on appelle commodément « Dieu » et qui correspond vraisemblablement au mystérieux équilibre de la Vie. Les EU périront encore plus dramatiquement que la Rome impériale à laquelle ils s’identifient ridiculement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JosephActu


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès