• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Trump et Macron peuvent-ils rempiler ?

Trump et Macron peuvent-ils rempiler ?

En apparence, tout les oppose : l’âge, la corpulence, les femmes, le changement climatique, l’Iran, l’Israël...

Le grand est gavé de sucre et affiche deux ou trois mots à son vocabulaire pour parler d’un cyclone, d’une coupe de cheveux, d’un génocide ou de la tenue d’un de ses meetings : « amazing », « incredible ».

Le petit est chargé d’excitants. Avant de prendre la parole, il recherche dans ses livres de jeunesse des mots anciens, un peu désuets ou savants : « craques », « bibi », « irénisme », « poudre de perlimpinpin », « impuissanter »

Mais en réalité, ils sont moins opposés qu’ils font semblant de l’être (sur l’Iran et l’Israël, par exemple). Et quand ils se sont rencontrés, en dehors d’un bras de fer viril pour épater la galerie, on les a vus batifoler et faire assaut de compliments. On a la diplomatie qu’on peut.

Et surtout ils deux choses en commun :

La première, c’est la haute idée qu’ils ont d’eux-mêmes, l’assurance qu’ils ont de leur génie et de leur infaillibilité, et la difficulté de reconnaître une erreur sans en jeter la responsabilité sur un tiers, un conseiller ou simplement un con : ils passent alors d’un je majestueux à un nous. Mais ce n’est pas un « nous de majesté », c’est un nous collectif : « nous nous sommes trompés ».

La deuxième, c’est le profil de leurs partisans. Même s’ils ne sont pas issus des mêmes milieux socioprofessionnels et n’ont pas le même niveau socioculturel, ils sont l’objet d’une semblable hallucination collective et auront en commun des arguments pour défendre leur président :

D’abord, diront-ils, il n’est pas mégalo, il est juste génial et charismatique.

Ensuite, ils parleront de liberté, même si le mot n’a pas tout à fait le même sens pour les uns et les autres.

Enfin, et là, les noms d’oiseaux seront différents pour dénoncer celles et ceux qui osent s’opposer à une si parfaite démocratie du peuple.

 

Les inconditionnels de Trump se présentent comme « le peuple », comme « les vrais Américains ». En conséquence, ils traitent sans façon les « démocrates », de « communistes », d’antéchrists, de « sans-dieu », de tafiolles.

Ceux de Macron sont plus sobres, mais ils se croient plus intelligents parce que plus diplômés. Parce qu’on le leur a répété, ils sont persuadés d’être « les forces vives de la start-up nation ». Pendant deux ans, leurs éléments de langage étaient de déplorer les obstructions des oppositions. L’échéance présidentielle s’approchant, il s’agit désormais de préparer le second tour, donc :

- de regarder à droite et à gauche des alliances potentielles ;

- de désigner l’adversaire principale qui devra se qualifier (les sondages sont là pour ça) ;

- de disqualifier une « gauche radicale » qui se serait installée en dehors du « pacte républicain » ou du « cercle de la raison ».

 

Les inconditionnels de Trump comme ceux de Macron protesteront bien sûr comme un seul homme[1] contre ce que je viens d’écrire. Pas un instant ils n’imagineront appartenir au même monde. C’est cela aussi la fausse conscience.

 

Mais les inconditionnels ne font pas l’élection sans un secours de circonstances.

En 2016, la victoire de Trump ne fut pas le résultat d’une tricherie : c’est le système électoral étatsunien qui permet de l’emporter sans avoir emporté le vote populaire. (En revanche, c’était bien une tricherie qui avait permis l’élimination de Sanders dans la primaire démocrate). Elle ne fut pas non plus la victoire d’un peuple ignare et réactionnaire sur des élites progressistes et cultivées. Les élites financières n’ont pas toutes soutenu Clinton. Trump est d’ailleurs issu de cette élite et son « populisme », c’est d’abord la baisse de leurs impôts.

En 2017, le système électoral français, lui, avait permis l’élection au second tour d’un candidat qui n’avait fait que 24% au premier tour. Ce n’est pas la première fois. En 2002, Chirac avait fait pire au premier tour et mieux au second. En effet, on ne peut pas tous les cinq ans mettre en scène le barrage contre le fascisme.

Le point commun entre les deux élections est l’abstention massive qui revient à un rétablissement de fait d’un suffrage censitaire.

 

Quoi de neuf, docteur ?

Cette année, les « démocrates » étatsuniens n’ont pas eu besoin de tricher si visiblement pour éliminer Sanders. Trump avait de grandes chances d’être élu avant que la crise sanitaire ne rebatte les cartes. Il a même réussi à choper le virus et à sortir de l’hôpital, on verra avec quelles séquelles.

En France, on publie des sondages cousus main « pour dans deux ans ». Le total des voix Macron-La Pen atteindrait jusqu’à 49% (en 2107, il ne dépassait pas les 46%).

Les deux présidents ont manifestement échoué à pacifier leurs pays (il reste quelques mois à Macron pour y parvenir), mais les messages qu’ils envoient à leurs populations sont les mêmes : « Moi ou le chaos ».

 

Il y a pourtant une différence entre eux que je n’ai pas mentionnée en ouverture : l’implication des médias « mainstream ». Trump les a presque tous contre lui, sauf Fox News ; Macron les a pour lui, sauf C News[2].

Le quotidien Les Echos fait partie de ces médias qui soutiennent Macron. Dans son édition du 21 août, il se fait l’écho des ces trois informations financières :

1) « Seule une fraction des super-riches qui ont soutenu Donald Trump en 2016 via des Super PACs ont financé sa réélection »

2) « D’autres financent plutôt les courses pour le Sénat, que les républicains tiennent à conserver même en cas de victoire de Joe Biden »

3 « Il existe un milliardaire qui n'a rien donné : c’est Donald Trump lui-même. »

https://www.lecho.be/dossier/electionsusa/qui-finance-la-campagne-de-donald-trump/10246656.html

 

Trump et Macron sont tous les deux des défenseurs résolus de l’économie de marché à tout prix[3].

Le spectacle les oppose comme « good guy » et « bad guy », mais ces rôles sont interchangeables.

Ils ne sont que des produits très révélateurs de la société du spectacle[4]. Mais c’est leur extravagance qui peut leur coûter leurs postes.

Les élites qui les ont soutenus peuvent pencher désormais pour des gestionnaires plus « raisonnables » : Joe Biden, d’un côté de l’Atlantique ; Edouard Philippe, de l’autre.

Surtout si elles ne sont pas encore résolues à déclencher déjà une guerre civile pour rétablir l’ordre.[5]

 

La question serait donc plutôt : Trump et Macron ont-ils envie de rempiler ?

 

[1] Non, je n’ajouterai pas « ou comme une seule femme » pour faire plaisir à la doctrine de l’écriture inclusive.

[2] Des médias comme L’Obs et Marianne seraient capables de protester devant une telle affirmation. L’un dira qu’il œuvre pour une troisième voie à gauche, l’autre, pour une alternative nationale « ni droite ni gauche », mais leur ennemi principal est quand même une gauche qu’ils qualifient de radicale, d’extrémiste ou d’islamiste. Mais peuvent-ils être considérés comme des médias « maintream » ?

[3] Ce sera la limite de toute transition écologique pour Macron.

[4] Trump est tellement américain. Il a appliqué des méthodes de publicité que rapportait déjà Daniel Boorstin dans L’Image ou ce qu'il advint du Rêve américain.

[5] C’est la menace à peine voilée qu’a proférée Trump en disant qu’il n’accepterait pas sa défaite.

Documents joints à cet article

Trump et Macron peuvent-ils rempiler ? Trump et Macron peuvent-ils rempiler ? Trump et Macron peuvent-ils rempiler ? Trump et Macron peuvent-ils rempiler ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 octobre 18:05

    Le troisième point commun c’est le fait d’avoir été mis en place par des lobbies et d’avoir le culot de dénoncer l’« état profond » quand d’autres lobbies gènent leurs propres sponsors.

    Le quatrième point commun, c’est que l’alternative (plus claire aux Etats-Unis qu’en France) n’a rien d’enthousiasmant !


    • Clocel Clocel 13 octobre 19:21

      Accessoirement, l’un est patriote, l’autre est un traître prêt à vendre le pays et son peuple au plus offrant...

      Mais nous sommes là dans des détails qui méritent à peine d’être relevés.


      • edouard 13 octobre 19:48

        Tous deux sont les marionnettes du système , la différence c’est que celui-ci

        veut continuer avec le Donald et cherche depuis quelque temps à se débarrasser du Micron.

        Pourquoi ?

        La réélection inévitable de Trump permettra de lancer des mouvements style

        révolution de couleur pour casser l’Etat fédéral et donner de facto le pouvoir

        au deep state.

        En France chaque minute passée avec le poudré développe la prise de

        conscience du peuple et fait donc la lumière sur l’imposture de ce régime.

        Donc Manu va nous quitter très prochainement tandis que Trump devra attendre

        encore quelques mois.

        Dans quel état sera le Monde à ce moment-là , c’est vraiment difficile à prévoir......


        • Rémi Mondine 14 octobre 14:53

          @edouard
          Vous êtes enthousiasmant, mais ce n’est pas le chemin que cela prends. je crains que notre président n’ait acheté (cher) les voies qui lui manquait dans l’élite.)
          Je m’attends à le revoir en 2022, mais je peux me tromper.


        • altaos 13 octobre 22:25

          « Manu va nous quitter trés prochainement »

          je suis tout à fait opposé à ce qu’Il nous quitte

          il faudra le retenir lui et toute sa clique et les trainer devant un tribunal populaire pour fait de haute trahjson

          trop facile de se barrer avec une pension à vie plus que confortable financé par le citoyen

          je préfère participer au financement d’un camp de travail qui accueillerait toutes ces crapules pour un bon bout de temps de façon à couper l’envie à leurs successeurs de revenir sur la pointe des pieds


          • Extra Omnes Extra Omnes 14 octobre 08:48

            L’auteur a visiblement peu de connaissance de la vie politique étazuniennne qu’il ne voit que par la lorgnette des MMS, en français qui plus est. L’article est donc un ramassis de clichés puisés dans des journaux sponsorisés par Macrounet le poudré. J’ai donc perdu mon temps.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 octobre 10:52

              Non, non, non, vous avez mal compris :

              leur seul point commun, c’est la débilité de leurs ADVERSAIRES.

              Regarder les critiques de Trump et Macron, c’est voir des idiots les prendre pour des imbéciles.

              C’est ce qui va peut-être leur permettre de rempiler !


              • Sur le plan astrologique, ils sont comme le miroir inversé de l’autre. Sagittaire et gémeaux étant liés. Macron a même son soleil conjoint à mercure (planète des gémeaux). Le noeud nord est dans les gémeaux. MERCURE est aux commandes. Et avec les TRICKSTERs (double face, hermès, mercure) tout est possible. Leur caractéristique commune : ils sont insaisissables,... Les mercuriens sont des messagers,...Ils introduisent le chaos pour retrouver de nouvelles directions...Je viens de faire sur astrothème le taux de compatibilité : Faites le pour vérifier : 100%


                • bebert bebert 14 octobre 14:45

                  Hélàs oui faute de concurrents à la hauteur


                  • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 15:25

                    Ce qui se passe de l’autre coté de l’Atlantique je m’en tamponne par contre ici j’aimerai que Macron prenne sa branlée mais vu la réaction des mougeons atteints du syndrome de Stockholm dans l’isoloir ce n’est pas gagné ....


                    • Iris Iris 14 octobre 23:27

                      @zygzornifle
                      Ya pas de bulletins de vote dans l’urinoir !


                    • Buzzcocks 14 octobre 16:00

                      En France, on a eu Giscard Mitterrand puis cohabitation puis Mitterrand puis cohabitation avec Balladur, gueguerre avec Chirac qui remporte la mise, cohabitation avec Jospin, qui est éliminé par Taubira, Chirac élu à 80%, arrivé de super sarko qui prétend changer la vieille droite, il est battu par Flamby, qui ne peut même pas se représenter pour finir par Micron...

                      Bref, aucun président ne garde son siège très longtemps, le français zappe.

                      Aux USA, ils font souvent deux mandats.


                      • pierrot pierrot 15 octobre 15:59

                        Mitterrand c’est 14 ans, Chirac c’est 12 ans, donc ils « gardent leurs sièges »longtemps selon vos propos élégants et contradictoires.


                        • Buzzcocks 16 octobre 14:02

                          @pierrot
                          Ils ont du céder le pouvoir durant des cohabitations, du coup, ils ne gouvernaient plus... et donc les votants ont de nouveau zapper pour remettre Mitterand puis Chirac à la place de leur premier ministre d’opposition.


                        • vraidrapo 18 octobre 18:11

                          Comment peut-on encore poser cette question en 2020 !!!! Franchement !

                          Rempiler ou pas, quelle importance du moment que c’est le Clan Roteuch qui distribue les cartes depuis l’après Général.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité