• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Trump, une gêne

Trump, une gêne

J'ai écrit cet article en mars 2017. Je le propose, à nouveau, à la lecture. 

L’élection de Trump, novembre 2016

Trump mena une campagne âpre et guerrière, qui surprit ses proches (1), lesquels ne s’attendaient pas à un tel positionnement (1). Le 20 janvier 2017, il occupe la Maison Blanche. Il étonne le monde occidental qui ne s’attendait pas à ce qu’il suive la ligne politique de l’idéologie qu’il avait véhiculée lors de la campagne. Or cette politique ne va pas sans difficultés. Elle menace la mondialisation par la priorité accordée à l’organisation bilatérale des échanges. Elle conteste le système de sécurité collectif en s’en prenant à l’OTAN. Bref, sa politique étrangère, non-interventionniste, protectionniste et non-occidentaliste, déplait profondément. Tous les fondamentaux de sa politique déstabilisent l’OTAN, l’OMC, l’ALENA, le traité transatlantique, tout un ensemble de pratiques politiques qui datent de l’après 2nde Guerre.

La lutte entre TRUMP et la CIA

Trump se méfie énormément de cette agence (6). Il lui reproche ses manipulations extérieures qui auront conduit à la guerre d’Irak. Il insinue que la CIA a entrainé la destruction de l’avion de la Malaysia Airlines (7). Et d’ailleurs, Wikileaks en attesterait (8). De même doute-t-il de l’identité des meurtriers d’Alexander Livitvinenko et conteste-t-il l’analyse faite par la CIA des attentats du 11 septembre. Politiquement, cela se traduit par des actions concrètes. La CIA n’occupe plus la direction du Conseil de Sécurité Nationale. Elle a été remplacé par Michael Flynn avant qu’il ne soit débarqué pour des liens supposés avec la Russie. Il a mis à la direction des services extérieurs le controversé Steve Bannon, et consolide ainsi une politique nationaliste et hostile au multilatéralisme. Bannon « règnerait en maitre », affirmait un agent de la CIA dont le propos était retranscris dans la revue de Presse Internationale de Thomas Cluzel (France Culture).

La déstabilisation de Trump

Pour contrer cela, une campagne massive de déstabilisation a commencé. Elle entretient un doute sur les rapports du Président à la Russie. Il ne s’agit pas seulement de le rendre seulement raisonnable. Il s’agit de le destituer. Début 2017, un rapport a été beaucoup commenté (9). Ce rapport a été initié par une société privée américaine, proche des Républicains, qui a demandé à un ancien agent du MI6 d’étudier le cas (10).

Il affirme que Trump a demandé à des prostituées de s’uriner dessus dans un Hôtel de Moscou, en 2013. Les Russes en auraient les preuves, et lui imposeraient une politique précise. Cela expliquerait bien des choses (11). Ce rapport a, néanmoins, été très contesté par la presse, tant sur la forme que sur le fond. Il est jugé peu fiable, fantaisiste, fabriqué (12).

Ce qu’il y a d’étonnant, c’est que la CIA poursuive dans cette voie, en essayant de passer par la Russie pour destituer ce président. L’agence essaie de diffuser cette thématique, y compris dans le monde culturel, et journalistique (13). Pour autant, cette campagne semble manquer son but. Certaines de ses attaques ont réussi, mais Trump reste intouchable. Cela n’empêche pas certains succès. Michael Flynn, son conseiller à la Sécurité Nationale a reconnu « des informations incomplètes sur (ses) discussions téléphoniques avec l’ambassadeur de Russie » et a démissionné. Paul Manafort, un de ses directeurs de campagne, a fait de même. Il aurait fait le porteur de valises pour le compte de Yanoukovitch, ancien président Ukrainien et apporté des fonds à Trump dans le but de financer sa campagne. En mars, cette stratégie se poursuit (14). Si cela affaiblit le Président, il n’en demeure pas moins qu’il reste intouchable.

Ce pourquoi la CIA ne procède pas autrement.

Cet homme égocentrique et mégalomane, a en effet un passé trouble susceptible de l’affaiblir définitivement et de manière plus efficace. Par exemple, il a été accusé par une fille de 13 ans de l’avoir violée maintes fois (15). Il est d’autre part l’ami du milliardaire Jeffrey Epstein : « je connais le milliardaire Jeffrey Epstein depuis longtemps … il aime les belles femmes … spécialement si elles sont jeunes » (16). Condamné pour sollicitation de mineure, Epstein a purgé une peine de prison. Mais les accusations allaient au-delà. D’après les médias, cet homme disposait d’une « l’ile aux esclaves sexuelles » (17).

Il faut cependant rappeler que TRUMP n’a pas été condamné, et qu’il le doit sans doute à Jeffrey Epstein, qui, lors de son procès, a refusé de répondre aux questions que le juge soulevaient à propos du milliardaire.

Compte tenu de tout ceci, si l’on voulait le destituer, pourquoi ne pas passer par là, plutôt que par une obscure piste russe ?

Trump n’est pas le seul. Le nom d’Epstein est associé à des personnalités célèbres : Peter Soros, Ehud barak, le Prince Andrew (18, 19). On compte également Bill Clinton parmi les dirigeants ayant fréquentés Epstein (20). Par conséquent, il est peut-être impossible de renverser ce président par de tels biais. C’est pourquoi on l’attaque par la Russie.

A noter que depuis décembre 2012, la Russie a interdit aux américains d’adopter des enfants russes. Elle se réserve le droit, le cas échéant, de publier une liste réduite des individus américains ayant nuit à la santé de citoyens russes (21). IL me semble que l'on peut, logiquement, et sans exagération, supposer qu'il s'agisse d'une affaire de pédophilie. C’est peut-être ceci le « Kompromatt » de Clinton qui est évoqué dans le rapport hostile à Trump (9) et qui rendrait celle-ci vulnérable. Le piratage des emails du parti démocrate, dont le contenu est disponible sur le site de Wikileaks, a peut-être un soubassement pédophile, dans certains cas. Certaines allusions ne semblent pas claires.

Les Clinton.

« Si les Clinton vont après moi » affirmait Trump pendant la campagne, « j’irais après eux ». On est loin de l’époque heureuse dans laquelle il invitait les Clinton à son mariage. D’autre part, le couple a, au long de sa carrière, laissé une liste étrange de cadavres trainent derrière lui (22).

Lors de la campagne électorale, Trump a eut des mots étranges : « la machine Clinton est au centre du pouvoir mondial. Hillary a des réunions avec des banquiers, et planifie de prendre le pouvoir aux américains » (audible sur You Tube). TRUMP multiplie depuis les déclarations étonnantes, et insolites, au regard de ceux qui conçoivent les relations internationales comme étant structurées par les relations d’Etat à Etat. A l’occasion de la conférence annuelle pour la famille républicaine, il déclare, en effet : « il n’y a pas d’hymne mondial, il n’y a pas de monnaie mondiale, ni même de drapeau mondial, je suis le Président des Etats-Unis » (février 2017).

A ce jour, la déstabilisation du Président américain reste médiatique. Cette stratégie a pour objet d’entretenir une agitation permanente. Mais elle a ses limites. Car les deux Amériques qui se sont opposées lors de la campagne présidentielle américaine ne sont pas réconciliées. Afin d’éviter la guerre civile, la destitution est le moyen le plus paisible. Car les partisans de Trump pourraient toujours y voir comme une raison d’Etat. Mais compte tenu des lenteurs propres à la destitution, Trump sera assassiné à la manière du Juge Falcone.

 

  1. Voir le documentaire qu’Arte a fait sur Trump

  2. https://obamawhitehouse.archives.gov/sites/default/files/rss_viewer/birth-certificate-long-form.pdf

  3. http://www.dreuz.info/2014/01/09/certificat-de-naissance-dobama-4-questions-qui-derangent-vraiment-beaucoup/

  4. http://www.20minutes.fr/insolite/715981-20110501-insolite-barack-obama-provoque-hilarite-moquant-donald-trum

  5. https://wikileaks.org/hackingteam/emails/emailid/1108459

  6. http://www.lejdd.fr/International/USA/Trump-declare-la-guerre-a-la-CIA-837541

  7. http://edition.cnn.com/2015/10/14/politics/donald-trump-mh17-plane-russians/index.html

  8. https://wikileaks.org/berats-box/emailid/17742

  9. https://www.buzzfeed.com/kenbensinger/these-reports-allege-trump-has-deep-ties-to-russia?utm_term=.tdwQ9PPqEX#.vt5LYQQrD6

  10. http://m.motherjones.com/politics/2016/10/veteran-spy-gave-fbi-info-alleging-russian-operation-cultivate-donald-trump

  11. http://monde.blogs.la-croix.com/trump-poutine-les-mysteres-de-la-love-story/2016/12/31/

  12. http://www.lejdd.fr/International/USA/Le-nouveau-rapport-anti-Trump-est-il-credible-839068

  13. http://www.non-stop-people.com/actu/politique/donald-trump-moby-fait-des-revelations-compromettantes-video-133848

  14. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/03/02/donald-trump-de-nouveau-rattrape-par-ses-liens-avec-la-russie_5088441_3222.html?xtor=RSS-3208

  15. http://www.atlantico.fr/pepites/donald-trump-accuse-avoir-viole-fille-13-ans-2752338.html

  16. http://www.dailywire.com/news/5556/7-things-you-need-know-about-trump-and-sex-slave-amanda-prestigiacomo#exit-modal

  17. http://www.dailywire.com/news/5556/7-things-you-need-know-about-trump-and-sex-slave-amanda-prestigiacomo#exit-modal

  18. https://pedopolis.com/2015/01/23/voici-lintegralite-du-petit-carnet-noir-de-jeffrey-epstein-le-pedocriminel-milliardaire/

  19. https://www.theguardian.com/world/2015/jan/10/jeffrey-epstein-decade-scandal-prince-andrew

  20. http://www.motherjones.com/politics/2015/01/bill-clinton-jeffrey-epstein-conservative-medi

  21. https://wikileaks.org/gifiles/docs/73/736595_russia-russian-black-list-of-us-citizens-to-be-bigger-than.html

  22. https://wikileaks.org/gifiles/docs/36/362317_fw-question-conspiracy-theory-dead-people-next-to-clintons.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 31 juillet 13:58

    J’aime bien Trump et son franc-parler.

    Les merdias français s’en donne à cœur joie. De plus, ils ont aujourd’hui Boris Johnson. Ca leur évite de parler des vrais problèmes de la France.


    • mmbbb 31 juillet 21:55

      @troletbuse  Trump avait dit la France n est plus la France , donc forcément cela à choque et Hollande est monte au creneau 
      Trump n a pas tort 

      L auteur souligne le danger de guere civile aux USA

      Qu ont dit Hollande , Collomb , la meme chose mais en procedant par litote .


    • troletbuse troletbuse 31 juillet 23:03

      @mmbbb
      Tout à fait.


    • Oulan Bator 5 août 11:22

      @troletbuse

      Moi aussi. Je préfère dîner avec Trump qu’avec Macron. Moins sophistiqué mais plus drôle...


    • Bah, un de plus à mettre dans la liste de fous (ou et pervers) qui nous gouvernent. Vol au dessus d’un nid de très haute toxicité. Problème, eux ne sont pas enfermés dans hôpital psy.


      • Evitons le biais d’apprécier Trump parce qu’il nous a évité Clinton. THIS WAS NOT A CHOICE.


        • Oulan Bator 5 août 11:21

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          « Evitons le biais d’apprécier Trump parce qu’il nous a évité Clinton. THIS WAS NOT A CHOICE »

          Phrase définitive, bien d’accord.
          Cela nous évitera la Trumpophilie, ou la Trumpophobie. Tout comme la nostalgie planante d’une hypothétique H Clinton qui me paraissait dangereuse sur tant de plans...


        • ticotico ticotico 31 juillet 15:27

          « sa politique étrangère, non-interventionniste »

          Oseriez-vous dire cela au Venezuela, à Cuba ou en Iran... ?

          Il n’a pas directement envoyé la soldatesque au combat, mais ces pays font bien l’objet d’un siège en règle.


          • Oulan Bator 5 août 11:00

            @ticotico
            Non, c’est vrai. Mais j’avais écrit cet article en mars 2017. Je ne pensais pas, à l’époque, qu’il allait se montrer si vindicatif à l’égard de l’Iran, surtout (cela ne m’aurait en revanche pas surpris pour Cuba ou le Vénézuela...)


          • OMAR 31 juillet 18:00

            Omar9

            .

            Ce guignol de Trump ?

            .

            Malheureusement, plus nous le confondons, plus les américains le revendiquent.

            http://www.leparisien.fr/international/donald-trump-pourquoi-ca-marche-17-05-2019-8074089.php


            • mmbbb 31 juillet 22:06

              @OMAR Trump il est aise de le critiquer , mais il a le mérite de mettre en évidence la faiblesse politique de l Europe . L europe existe t elle ? Non nous sommes les affidés des USA . Les amerloques ont m^me réussi a fourguer l avion de combat F 35 aux europeens . Chapeaux bas , l europe de la defense de facto prendra du retard cela obère le budget recherche et développement des pays ayant fait l acquisition de cet avion . Pendant ce temps, aboyons comme des roquets , c est a peu pres la seule chose que nous soyons capable de faire a l unisson .
              Que penseriez vous d un president affirmant « les francais d abord » .
              Pensons donc au monde entier et meprisons notre fierte nationale notre patriotisme economique . 
              Nous avons brade notre industrie  alstom revient sur le tapis et que font nos journalistes et penseurs , l hallali contre Trump . La France un pays de buzzes 


            • OMAR 1er août 00:31

              Omar9
              .
              @mmbbb
              .
              Jusqu’à preuve du contraire, Trump n’a pas créé les USA, ni est à l’origine de la superpuissance de ce pays.
              .
              L’U.E etait un excellent projet que les USA redoutaient et que les anglais avaient détruit depuis le premier jour de leur « adhésion », et quelle adhésion !!!
              .
              Quand Trump est arrivé au pouvoir, le dollar et les banques américaines régulaient financièrement le monde.
              Toutes les innovations technologiques et par conséquent, toutes les industries européennes étaient et restent tributrices d’un minimum de composants électroniques fabriqués aux USA ou conçus par eux.
              Et je ne parle pas des TIC qui ont rendu les nations du monde entier dépendantes de la politique technologique et stratégique des USA.
              Les USA, avec ou sans Trump ont été et restent la superpuissance économique et militaire conçue de gré ou de force avec en partie, les ressources et moyens du reste de l’humanité.
              .
              Trump a le beau rôle et ne s’en prive pas jusqu’à ostentatoirement mépriser n’importe quel pays ou chef d’état (Macron : crétin).
              Et cela, dans l’irrespect le plus abject des valeurs humaines, de la nature et des lois.
              C’est cela la loi du plus fort....


            • Oulan Bator 5 août 11:10

              @OMAR

              Bien d’accord. Je crois que Trump, en dépit de ses nombreux « défauts », s’entend parfaitement en rapport de force. 


            • Oulan Bator 5 août 11:14

              @mmbbb

              Salut, 
              Je ne sais pas s’il est important, et significatif, de parler de notre pays. Je suis bien d’accord, nous devons défendre nos intérêts, et ne le faisons pas. Mais cela fait 50 ans que cela dure, et je ne compte plus...


            • Julot_Fr 1er août 09:17

              Trump est sur le point d’exposer l’empire financier brits dans la corruption general du monde occidental au profit des multinationales et des banques. c’est une longue histoire mais ci dessous une piece du puzzle qui expose les service britaniques dans la tentative de coup contre trump https://www.zerohedge.com/news/2019-07-31/secret-mccabe-texts-mi-5-counterpart-begin-trickle-out-spotlighting-uks-early-role


              • Oulan Bator 5 août 11:08

                @Julot_Fr

                J’ai lu avec intérêt le lien que tu m’as envoyé. Cela m’a évoqué ce fait qui me revient maintenant, à savoir que Poutine a suggéré à Comey l’asile en Russie. Que Trump a viré Comey. Et que le « rapport »  que j’ai lu  fait par Christopher Steele, contenait bien des allégations impliquant H Clinton.  

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Oulan Bator


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès