• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un Beau Couple

Un Beau Couple

Que se passe-t-il dans nos villes ? Les hommes s'enfuient comme des lapins, coupables, coupables, coupables !!!! Mais aux abris. Parfois même ils s'égaillent dans la gayitude, ce qui est le comble de l'indélicatesse envers la gent féminine.

Restez donc, les gars, ne bougez pas tant. Les femmes vous aiment. Il y a toute une ingéniérie sociale derrière ces guerres imbéciles entre XX et XY. Faut pas y aller, faut pas marcher. Et vous les filles, souriez, vous n'en serez que plus belles. Mais pas à vous-mêmes en selfie, hein.

Rubrique "ça m'interpelle" : le battage récent autour d'un fait-divers allégué, advenu au Brésil où il a été diffusé aux heures de grande écoute, ainsi que dans toute la médiasphère occidentale. Il s'agit, du meurtre supposé d'une belle épouse par le beau mari, après violences.

Rien pourtant, quand on voit les images, qui mérite une telle publicité. Au Brésil et ailleurs, tous les jours, des hommes frappent des femmes au sang, les démolissent. On en parle localement et graphiquement, pas à l'international.

Or donc.

Est-ce une affaire montée de toutes pièces ? Un imbroglio juridique ? Tout est possible. Comment savoir, puisque nous ne disposons pas des éléments du dossier ?

Tâtonnons.

Dans cette affaire brésilienne, à qui profite le crime allégué, voilà le point de départ d'une analyse éclair.

  1. Aux médias qui s'en sont emparés : ça rapporte.

  2. A ces "femmes" qu'hallucinent leurs auto-proclamées représentantes : d'éternelles victimes, faibles oiseaux tombés du nid, à long bec extracteur.

  3. A des personnes rémunérées pour pousser la gent féminine à la "résistance" et aux conflits avec les hommes, à base d'exhibition suspecte, de cris d'orfraie, voire de lois aussi impromptues qu'iniques.

  4. A des boursicoteurs-concierges qui se mêlent et se targuent depuis longtemps de "changer" les civilisations, les hommes, les femmes, les genres... qui vous tourneboulent les équilibres et les familles en deux lois, trois matraques. Tous étourdis sauf eux, c'est le but commercial.

  5. A un public démocrassifié, ravi de se défouler sur l'individu qu'on lui désigne.

Donc on se méfie : ça n'serait pas de la daube, leur fait-divers ? Un vrai faux film, de la télé-irréalité. Voyez ces enviables protagonistes, en pleine forme, aisés, instruits, proprets et blancs, envoyant de petits signes diabolo des deux mains au pauvre monde. Alors chez ces gens-là aussi on se chamaille, on se déteste, on se pousse du balcon ? Nooooon...

Que voyons-nous dans la vidéo (aucun son), par petites scènes filmées, collées les unes aux autres ?

1. Des mouvements insignifiants dans une voiture. Puis un homme qui en sort et plaque contre cette voiture une femme. Va-t-il l'embrasser ? On nous dit que non, il la cogne. Ah bon ?

2. L'homme s'écarte de la femme, contourne la voiture, la ferme apparemment. Madame reste là plantée, tranquillou, avec son petit sac à main. Elle l'attend.

3. Madame se cache derrière un poteau, la coquine. Monsieur revient sur ses pas, la débusque. Elle s'enfuit, il lui court après. Nan mais quelle brute, alors.

4. Madame ne veut pas avancer, mais monsieur a plus de muscle et la ceinture. Il la pousse dans l'ascenseur. Elle cherche (sans énergie) à appuyer sur un bouton. Il appuie sur un autre. Ce faisant, il doit la plaquer contre la paroi. Madame ne s'accroche à rien (elle pourrait), elle serre ses petits poings et fronce les sourcils en ouvrant la bouche, tout comme le ferait une (mauvaise) actrice.

5. A l'étage, monsieur pousse madame, toujours aussi peu coopérative, vers la sortie. On nous dit qu'ils sont arrivés à leur appartement.

6. On apprend sans rien voir que la femme est morte en tombant du balcon, et un témoin dit que l'homme l'a ramassée en criant : mi amor, réveille toi ! Du Wagner !

7, Monsieur traîne quelque chose d'inerte non identifiable, apparemment une femme, dans l'ascenseur. Puis il y nettoie des traces "de sang" : il vient, paraît-il, de remonter sa victime au domicile depuis la rue, et est ressorti pour nettoyer.

Le "témoignage" d'un voisin fait état d'une femme ayant les jambes à l'extérieur du balcon, avant la chute que personne n'a vue (mais on nous dit qu'il y a un film trop poignant pour être vu par le public ; décidément, quelle résidence bien surveillée !). Le voisin dit qu'il rentre alors chez lui, il s'en fout, car les scènes de ménage sont fréquentes dans ce couple par ailleurs normal. La femme est très jalouse (selon un autre témoin).

Madame, tant qu'elle est encore en vie, a tout au long de cette vidéo "qui va vous horrifier" un visage parfaitement lisse et blanc, aucune marque ni même de gifle, et des cheveux bien peignés. J'en appelle à vous mesdames : sortez-vous aussi bien lustrés, vos compagnons et vous, de vos mémorables scènes de ménage ? J'ai bien dit "vos compagnons et vous". Les femmes sont des tigresses !

Cet article n'est évidemment pas pour nier l'existence des vrais cogneurs de femmes, qui surabondent.

Mais en France, ce n'est pas le problème des Français. Les hommes de ce pays auraient plutôt tendance à se faire la belle, style tchao pantines. On leur tape bien trop dessus, médiatiquement parlant, sans compter le portefeuille.

Le problème des Français, c'est gagner assez pour pouvoir fonder une famille et la maintenir dans de bonnes conditions. Pour cela, il ne faut surtout pas se faire des guerres de couple, plutôt s'entr'aider.

Mais elle s'en fout, Marlène : elle est casée, grassement payée, bien décolletée. Rhooo mais elle reçoit peut-être des claques, après tout, la pauvre. Pour en vouloir comme ça à la moitié du genre humain.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Areole 11 août 22:33

    Juste pour vous dire que j’ai retrouvé votre CV, je m’étais assis dessus par mégarde, Désolé. 

    j’étais votre voisin de siège dans le vol Sao Paulo - Roissy. Ceci dit, je ne sais pas vraiment à quoi vous ressemblez puisque je ne regarde jamais les femmes qui s’assoient à côté de moi en avion, A la limite je jette un oeil sur le bas de leur dos lorsqu’elle se lève pour leur visite rituelle en queue d’appareil. et encore c’est juste un coup d’oeil à la dérobée.
    Je n’ai pas pu vous rendre votre CV, vous et vos talons hauts êtes sortis bien trop vite de l’aéroport Une chose m’interpelle cependant ; pourquoi avez-vous un prénom masculin ?

    • lisca lisca 12 août 12:48

      @Areole

      Quel prénom masculin ?
      Enchantée de vous avoir croisé sur le vol Sao Paulo-Roissy.
      Ce doit être celui qu’on n’a jamais revu, tombé à l’eau.
      Si vous avez récupéré mon CV, gardez-le. Il n’a pas pas grand intérêt.

    • cassini 12 août 09:49

      L’auteur a écrit « la gent féminine » et non pas « la gente féminine ». Cela seul justifie une bonne note. 


      • Areole 12 août 17:06

        @cassini
        ou « l’agent féminin »... Simple retour du refoulé sans doute.


      • Reiki 12 août 10:11

        Un beau couple ? Les hommes ne doivent pas partir et les femmes doivent arreter les selfi ...... pour s arreter sur un fait divers ignoble ..... Pardon mais ou voulez vous en venir ?


        • lisca lisca 12 août 12:43
          Un beau couple... de comédiens.
          « Un fait-divers ignoble... »
          On ne sait rien. La presse accuse un bonhomme (virtuel) avant qu’il soit passé en justice.
          Ce non événement est relayé sur toute la planète...
          Le bonhomme est un mâle blanc, musclé.
          Or qui défend, en cas de guerre, les femmes blanches en pays blanc ou brésilien ?
          Le mâle blanc, musclé.
          On voudrait l’affaiblir qu’on ne ferait pas autrement.
          La jeune femme du scénario ne présente aucun traumatisme...
          Les clichés abondent, comme dans les fakes habituels...
          Des lois plus ou moins liberticides sont en préparation, justement...
          d’autres vidéos à charge, très douteuses, ont précédé celle-ci.
          Enfin, réfléchissez..
          Mais vous êtes libre de croire n’importe quoi.

          • Reiki 12 août 15:27

            @lisca Je ne trouve pas assez d éléments dans l article pour pensé quoi se soit. Quelle serait ses lois permissive ? Dans quel but ? Un fait divers changerai vraiment le monde ? Ok mais en quoi ? En lisant le début de l article je m attendais pas a cela. Je trouvais même rassurant , mais dès que vous parlez de cette histoire on se perd et on fini même par avoir l impression de lire un polar sombre. Surtout que vous finissez par un humour décaler voir lugubre.


          • lisca lisca 12 août 18:07
            C’est du 2e degré, vous savez...
            Pour les lois Schiappa, il y a un article sur Agoravox aujourd’hui.
            Bon, allons-y.
            Pour faire passer des lois qui contreviennent aux intérêts de la population, l’oligarchie (restons polis) envoie préalablement des vidéos souvent bâclées, visant à sidérer les gens, à les rallier au pouvoir.
            C’est de l’invention pas créative, avec des acteurs et un scénario. L’oligarchie fait appel à vos émotions primaires, car elle vous prend pour un imbécile ou un genre d’animal (non régi par la raison). Elle suppose que vous hurlerez contre les méchants qu’elle vous désigne et pleurerez sur les victimes qu’elle fabrique, sans aucun examen de la situation.
            Donc ici, j’examine.
            Cet article sans prétention décrit sur pièces la dernière télé-irréalité à but létal (paralyser les blancs, en particulier les hommes par la culpabilité) pour montrer à quel point c’est du n’importe quoi.
            Voilà tout.
            Non, ça ne parle pas spécialement des hommes qui fuient. Trop de « féminisme » tue la femme, pour eux, c’est tout. Ils apprennent à vivre sans elle.
            Quand la femme n’a plus personne pour la protéger, la maffia lui envoie un « protecteur ».
            C’est que les femmes rapportent, depuis que le monde est monde. Les maris, les amis, les pères, il faut donc les écarter.


            • Le421 Le421 12 août 19:25

              @lisca

              Je ne veux pas vous casser le moral, mais beaucoup ont du mal à appréhender la moitié du premier degré.
              Alors, le second...
              J’ai suivi votre raisonnement et j’approuve.
              Tous les excès sont nuisibles, dans un sens ou dans l’autre.
              Et comme l’avait écrit Charles Maurice, prince de Talleyrand-Périgord, tout ce qui est excessif devient insignifiant...

            • lisca lisca 12 août 21:11
              @Le421
              Vous êtes bien compliqué, vous.
              Cet article est très simple.
              Il dissèque une arnaque, ne vous prenez pas la tête.
              Vous aimez les histoires à la con ?

               

            • Le421 Le421 13 août 08:24

              @lisca

              Vous êtes bien compliqué, vous.

              Oui.
              Et j’en suis désolé !!  smiley


            • lisca lisca 13 août 13:33

              @Le421
              « 

              Je ne veux pas vous casser le moral, mais beaucoup ont du mal à appréhender la moitié du premier degré.
              Alors, le second... »
              J’ai comme l’impression que vous avez bien raison, finalement !

            • Reiki 12 août 19:01

              Ok je comprend mieux merci pour votre reponse


              • Ciriaco Ciriaco 12 août 20:04
                Méfiez-vous à servir la soupe sexiste, au prétexte du bien-être des beaufs de la consommation, surtout quand on parle de la mort d’une personne et quand on imagine pouvoir s’amuser d’un pseudo second degré qui ne voile rien. Car s’agirait-il d’un homme et ce commentaire serait le même.

                Quand les autorités décideront que la... « liberté » d’internet sert trop l’ego, la bêtise et le fiel, d’autres baffes seront, elles, bien méritées.

                • lisca lisca 12 août 21:20

                  @Ciriaco

                  Vous êtes bien fielleux, vous.
                  Quelque chose vous dérange sur le fond ?
                  Pour le coup des baffes, je crois comprendre que vous menacez les gens qui ne marchent pas droit de censure punitive. Des baffes (?....) Pour.... ? Sexisme ? (! !!!...)
                  Vous êtes dans le coup ?
                  Elle est de vous la vidéo ?
                  Vous travaillez chez Benalla ?
                  Pensez printemps pour le prochain film, parce que ça manque de rigueur, vos scénarios.
                  Ce monsieur qui se mire dans la glace de l’ascenseur !
                  Oui oui, il a de beaux muscles !
                  Trop drôle.


                • lisca lisca 13 août 07:12
                  Complétant cet article, des statistiques :
                  Nos hommes, nous les femmes nous y tenons.
                  A bas toutes celles et tous ceux qui les poussent au suicide.
                  Ils méritent un monument.

                  • zygzornifle zygzornifle 13 août 10:02

                    Restez donc, les gars, ne bougez pas tant. Les femmes vous aiment.


                    Tant que vous avez du pognon a dépenser ....

                    • zygzornifle zygzornifle 13 août 10:06

                      Au Brésil et ailleurs, tous les jours, des hommes frappent des femmes au sang, les démolissent...



                      On comprend mieux pourquoi nos amis « chances pour la France » prônent la Burqa voire le « viole intégral » , ils peuvent cogner sur leur esclave sans que cela se remarque ....

                      • eric 13 août 10:57

                        Oui, et c’est de plus en plus inquiétant. Un bon exemple, https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/pr-sophie-gromb-monnoyeur-non-a-l-206745#reagir

                        Un article abordant l’idée que, SI, des pompiers avaient, éventuellement, violé, on pourrait alors s’inquiéter de l’omerta dans leur milieux. Culpabilité supposée, entraînant une complicité à priori de gens collectivement potentiellement coupables par nature.

                        Du coup, l’interviewé dans cet article a crée une structure complètement technocratique. A la croisée du judiciaire et du médical, pour permettre aux victimes supposées de se plaindre sans passer par les structures légales habituelles présumées pas objectives !

                        Allez voir un médecin juriste, car on ne peut pas faire confiance aux flics !

                        On se souvient de l’affaire d’Outreau ou des flopées de technocrates parlant des langages similairement politiquement corrects, étaient arrivé à la conclusion que des milieux issus de la diversité, étaient obligatoirement pédophiles ( pour ces fonctionnaires de moyen à haut, les pauvres, c’est une autre espèce dont ils ne parlent pas la langue).

                        Au cas précis, l’interviewée, a été suspendue, et son service fermé, après une double inspection des affaires sociales et de l’inspection de l’EN pour des faits de harcèlement.

                        Les juridictions locales ont été conduites à demander que l’affaire soit dépaysée, compte tenu des liens étroits entre l’impétrante et les juges locaux.

                        Mon commentaire à l’article, indiquant que comme pour les pompiers, il serait peut être urgent d’attendre avant de hululer au harcèlement et à la complicité, a été supprimé et je suis interdit de commentaire pour « manquement à la charte ».....

                        On sort de nos lois, de notre culture, de nos habitudes, de notre civilisation. L’arbitraire de quelques uns au nom de leurs convictions intimes ou de leurs problèmes personnels remplace la loi républicaine, et les recours en sont de moins en moins.

                        Quand un de ces service public idéologisé s’en prend à un citoyen ou une catégorie de citoyen, il bénéficie des moyens de administration, des avocats et juges gratuits. Le citoyen en face est, lui contraint de se ruiner ou de faire appel à l’aide juridictionnelle pas toujours très brillante.

                        Il est rare que l’on remonte les responsabilité jusqu’aux responsables de ces harcèlement.

                        Et dans le cas d’Outreau, ils avaient sacrifié un petit juge pourtant pas si mal que cela d’après ses collègues, pour ne pas dénoncer ce qui est en réalité un système.


                        • lisca lisca 13 août 11:25

                          @eric
                          Je cours lire l’article, merci.


                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 août 13:13

                          @eric

                          Tout à votre hargne idéologique, vous oubliez que dans l’affaire d’Outreau, ce sont surtout les médias qui ont fait les coupables à priori, sur la base de dénonciations scabreuses, et les Parisiens qui considèrent qu’au delà du périph’ s’étend un monde incompréhensible

                          Je ne pense pas que La Voix du Nord soit un repaire de fonctionnaires, qu’ils soient hauts ou petits.

                          Vous avez d’ailleurs oublié de nous rappeler que c’est Sarko en personne qui a fait son fiel de cette affaire, et en a tiré prétexte pour taper sur « le petit juge d’instruction pas si mal que ça ».

                          Ou alors vous confondez avec l’affaire Grégory, autre allégorie de cette incompréhension entre la vie parisienne tellement civilisée et la Province si ensauvagée.


                        • eric 13 août 16:49

                          @Olivier Perriet
                          https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_d%27Outreau#D%C3%A9but_de_l%E2%80%99affaire
                          Informez vous.
                          La dérive médiatique ne vient qu’en tout bout de ligne du rapport parlementaire. Ce sont bien des assistantes sociales et autres services qui dès le début, prennent pour argent comptant les affabulations des uns et des autres sas trop se poser de question.
                          Pour le juge, c’est une des mes copines qui était sa collègue qui m’a rapporté que c’était un type bien honnête et consciencieux.
                          Pour la voix du nord, il parait qu’ils reçurent 9 millions d’euro de subvention des collectivités socialistes, le parti qui se partage avec les Fifie’s, l’électorat des fonctionnaires.


                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 août 16:56

                          @eric

                          Certes, mais ce ne sont pas des assistantes sociales de Boulogne-sur-Mer qui ont donné à ces faits divers sordides un retentissement national, ni qui ont imposé toutes seules leur propre vision des choses à la France entière.


                        • eric 13 août 21:53

                          @Olivier Perriet
                          Tout a fait, c’est la France entière qui s’est indignée que les assistantes sociales, avec l’aide de l’ensemble des innombrables services concernés, dénonce de la pédophilie à tous va dès lors que l’on parle de pauvre ou de Curé.
                          Je vous ai mis le lien, lisez le dérouler des faits.


                        • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 août 10:17

                          @eric

                          Qui s’est indignée lorsque le procès a eu lieu et que tous les soupçons sont tombés.

                          Un petit problème de chronologie je crois.


                        • Macondo Macondo 13 août 12:20

                          Bonjour. En terme d’effondrements par boîtes de douze, effectivement nous manquait cruellement ce chapitre : le Sexe - au sens du genre, donc sobrement et de fait, sans le moindre préliminaire. De ma fenêtre, haut-lieu de la pensée contemporaine sur l’indispensable dualité des chromosomes antiques, il me semble, que lorsque les Mères, les Femmes, les Filles, partirent elles aussi servir le capital - pour deux millions de bonnes ou de très mauvaises raisons, mais ayant participé à la toute puissance actuelle de ses multinationales to létales to fail, sans qu’on puisse le leur reprocher sinon en incriminant plus encore, le fameux Patriarcat de cette divine époque ayant eu la vue sacrément courte ou les mains bigrement liées sur ce grand merdier qui s’annonçait - alors, le Monde a définitivement changé ! Après, sur la vue rognée des mâles et sur leurs mains prisonnières, rappelons que la mode était à la mini (comme par hasard) et que l’art de son port touchant au divin transformé même en gloire nationale, mettait un régiment entier au pas avec la bénédiction papale d’un Jean-Pierre Marielle. C’était déjà donc, l’avènement du Capitalocène, offert en apéritif pour toute commande d’un Anthropocène saignant. Madame, sera servie dans le salon ...


                          • lloreen 13 août 12:55
                            Il y a un parti qu’on n’a pas encore inventé - à ce que je sache...- c’est celui du ridiculisme...Le mot étant souligné en rouge, en voilà donc la confirmation !

                            Le ridiculisme pourrait décrire un symptôme dont sont atteints tous les affairistes des grandes nouvelles et autres « fake news » dont le mode opératoire -si drôle et confondant- les fait ressembler à des guignols trop occupés par eux-mêmes et leur nombril qu’ils sortent de leur boîte hermétique comme les diablotins de la leur quand les enfants ouvrent le couvercle. Cela fait rire tout le monde.

                            • lisca lisca 13 août 13:27
                              Pas vraiment clair, votre message.
                              Vous en voulez à qui ?
                              Aux fabriquants de défèque niouzes ?
                              Aux désosseurs de défèque niouzes ?
                              C’est trop contourné, tout ça.
                              Parlez simplement.
                              Le ridiculisme, c’est amusant. Je dirais que c’est la tendance des pédants à faire la leçon avec de grands mots culpabilisateurs, et celle des scénaristes péteux de mélodrames idiots de l’autre bout du monde à trop prendre le public pour du pipi de chat.
                              Sus au ridicules, nous en sommes gavés.
                              Les gens ridicules étant au pouvoir, cela ne fait plus rire grand monde, toutefois.



                              • lloreen 13 août 13:35

                                @lisca
                                Je n’en veux à personne, c’est un simple constat. Vous avez décortiqué une facette de cette propension de certains à fabriquer de « l’information » est qui n’est rien d’autre que de la manipulation. Heureusement ce ridiculisme saute de plus en plus aux yeux.


                              • lisca lisca 13 août 15:18

                                @lloreen
                                Ah d’accord, je comprends mieux. Merci de votre intervention et du néologisme « ridiculisme ». Il faudrait en faire un article. Lancez-vous !


                              • lloreen 13 août 13:35

                                pardon:et qui n’est


                                • ZenZoe ZenZoe 13 août 14:25

                                  Vous dites quoi au juste ? Qu’aucune femme n’est morte en tombant du balcon, que tout ça c’était du chiqué ou un coup monté pour faire passer des lois liberticides (lesquelles d’ailleurs ?) ? Bizarre.

                                  Etre suspicieux d’un faits divers, pourquoi pas, c’est même très sain, mais extrapoler en niant ou en ironisant sur un phénomène bien réel et terrible ne se fait qu’en sachant manier l’humour avec talent et une précaution extrême.
                                  Je précise aussi que contrairement à ce que vous semblez affirmer, en France le problème existe aussi et fait même des ravages.

                                  PS : laissez Marlène tranquille. Insinuer qu’elle en voudrait soi-disant aux hommes parce que son Jules lui casserait la figure est juste minable. Désolée, je n’aime pas les gens qui insinuent n’importe quoi, juste cracher pour cracher. Gardez vos mollards pour vous.



                                  • lisca lisca 13 août 15:16

                                    Je ne sais rien de cette affaire, ni vous non plus. Les vidéos ne sont pas des preuves, les médias unanimes n’ont pas à s’ériger en tribunal.

                                    Les fournisseurs de vidéos bidons en ont tellement fait par le passé, qu’il est plus que légitime de s’interroger dés qu’une nouvelle vidéo chargeant l’homme blanc ou telle autre tête de Turc habituelle sort PARTOUT, sans raison particulière (en quoi ce fait-divers présente-t-il le moindre intérêt ?), au moment où des lois sur les piropos (compliments de rue aux dames, accompagnés de sifflets) et pire encore (touchant le discernement sexuel des enfants de 5 ans) sortent à jets serrés d’un système très perverti.

                                    On se dit : qu’est-ce qu’on nous concocte encore ?

                                    Et c’est vrai, il y a un plaisir certain à s’amuser de ces niouzes hyper-diffusées (donc forcément suspectes). Mon style ne vous plaît pas ? Tant pis. Pourquoi ferais-je preuve d’une « précaution extrême » ? Un peu d’audace n’est pas de trop chez les moutons, quand on s’attaque à leurs béliers.

                                    Il reste évidemment la possibilité que ce fait-divers soit réellement arrivé. Et alors ? On s’en fout, vous encore plus que moi. Nous ne les connaissons pas, ces gens. D’ailleurs, existent-ils ?

                                    Quant à Marlène, vous oubliez que c’est elle qui ne nous laisse pas tranquille, et tance, et met à l’amende. Que c’est elle qui est au service du pays (en théorie), pas moi. Qu’elle est payée, pas moi. Et sachez reconnaître le deuxième degré, plizzzz. Bien sûr que son bonhomme ne lui casse pas la figure, et quelle importance ! Lisez d’urgence « la Plaisanterie » de Kundera.

                                    Le système qui l’a mise en place rameute des hommes seuls en masse dans le pays, contre la volonté générale. A quoi s’attend-il ? Pourquoi s’en prendre à TOUS les hommes, légitimes habitants ou non du pays, et en particulier aux légitimes, ceux qui nous restent pour nous protéger des grossièretés et agressions ?

                                    « En France le problème existe ». Et comment ! Il n’existait qu’à titre anecdotique quand la France était un pays homogène et digne.

                                    « Je dis » tout cela en commentaire, mais si vous lisez l’article, je répète qu’il n’est qu’une description d’une vidéo dont vous penserez ce que vous voulez. C’est un petit article de rien du tout que j’ai écrit en une heure de temps, bien contente. S’il fait réagir, tant mieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès