• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un besoin d’intériorité...

Un besoin d’intériorité...

 

Dans un monde où les écrans se multiplient, où l'on nous incite à consommer toujours plus, où le temps nous échappe, où le rêve s'évanouit, il est difficile de se recentrer sur soi-même...

La réflexion se délite, s'amenuise... nous oublions de nous interroger sur nous-mêmes.

JPEG

Il y a quelques jours, je suis entrée dans une église : là, devant une statue de la vierge à l'enfant, un homme était en train de prier, bercé par une douce musique, dans une lumière presque irréelle.

Quelle concentration dans la prière ! Quel silence et quelle paix !

La vie intérieure a ainsi besoin de moments de calme, de silence, de solitude...

 

Dans un monde bruyant, trépidant, toujours en mouvement, comment retrouver une intériorité ?

Les gens en arrivent à ne plus marcher : pour le moindre déplacement, ils prennent leur voiture.

Or, marcher, c'est faire cheminer sa pensée, c'est se retrouver soi-même.

La lecture est aussi un moment de retrait du monde indispensable et quel bonheur nous offrent les livres ! Un temps de paix, de réflexion, de solitude salutaire...

Je me souviens du propos d'un collègue professeur, alors qu'il sortait de cours : "Enfin seul !"

 

Le monde moderne nous offre peu d'occasions de solitude : or, la solitude est utile, indispensable même à chacun d'entre nous.

C'est André-Comte Sponville qui fait ainsi l'éloge de la solitude :

"Du beau mot de solitude, j'ai toujours fait un usage plutôt positif. C'est que j'y vois une dimension - constitutive, nécessaire, inévitable - de la condition humaine, qu'on ne saurait dénier sans mentir. Lucidité du Bouddha : "l'homme naît seul, vit seul, meurt seul...

On vit seul, même entouré d'amis : parce que personne ne peut vivre à notre place...

On voit que la solitude, au sens où je prends le mot, touche à notre identité, à notre singularité ("solus", en latin, signifie à la fois "seul" et "unique"), à notre humanité.

La solitude est donc normale : ce qui serait anormal, voire pathologique, ce serait l'incapacité à vivre cette solitude, à l'accepter, à l'habiter."

 

La solitude est normale, utile, et même indispensable : nous avons tous besoin de nous ressourcer, de nous recentrer, de retrouver une intériorité.

Et la lecture nous offre plus particulièrement ces moments d'intériorité...

Aujourd'hui, s'ouvre à Paris le Salon du livre... L'occasion d'évoquer ce magnifique éloge de la lecture :

 

Pour l'amour des livres de Michel Le Bris :

 

«  Nous naissons, nous grandissons, le plus souvent sans même en prendre la mesure, dans le bruissement des milliers de récits, de romans, de poèmes, qui nous ont précédés. Sans eux, sans leur musique en nous pour nous guider, nous resterions tels des enfants perdus dans les forêts obscures. N’étaient-ils pas déjà là qui nous attendaient, jalons laissés par d’autres en chemin, dessinant peu à peu un visage à l’inconnu du monde, jusqu’à le rendre habitable ? Ils nous sont, si l’on y réfléchit, notre première et notre véritable demeure. Notre miroir, aussi. Car dans le foisonnement de ces histoires, il en est une, à nous seuls destinée, de cela, nous serions prêt à en jurer dans l’instant où nous nous y sommes reconnus – et c’était comme si, par privilège, s’ouvrait alors la porte des merveilles."
 

" L’économie est toujours seconde, des réformes de la « chaîne du livre » sont sans doute nécessaires, en un temps où le monde change à toute vitesse, où s’effondrent des pans de ce qui nous était repères, déferlent les ravages de la « communication », mais justement : c’est la force de la littérature d’avoir toujours su dire, et jamais mieux qu’au milieu des tumultes, l’inconnu de ce qui venait, d’en avoir su trouver à chaque fois les mots, les rythmes jusque-là inouïs, pour faire advenir un visage, rendre le monde un peu mieux habitable… Il ne s’agit pas de hiérarchiser les arts, mais de souligner ce que littérature, poésie, roman, ont d’unique, d’irremplaçable : de nous reconduire à nos mondes intérieurs, dans le temps long de la lecture et le silence gagné sur le brouhaha ordinaire, jusqu’à nous faire approcher le mystère même du langage, qui nous relie aux autres, au monde et à nous-mêmes. Pour affirmer du même coup une dimension en l’homme échappant à ce qui prétend nous déterminer ou nous contraindre, une verticalité, que depuis L’Homme aux semelles de vent j’appelle « le poème en nous », qui nous fait libre, et nous fait homme."

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/02/un-besoin-d-interiorite.html

 

Sources :

 

https://liseuse-hachette.fr/file/101732?fullscreen=1#epubcfi(/6/6[pre2] !/4/2/2[pre-001]/6/12/1:395)

 

https://www.grasset.fr/pour-lamour-des-livres-9782246818458

 

https://www.lepoint.fr/livres/ces-fous-qui-devorent-les-livres-02-03-2019-2297489_37.php

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Un besoin,...non, une urgence. 


    • Gollum Gollum 16 mars 15:26

      Un bel éloge de la solitude que j’avais aimé, celui de John Cowper Powys, un écrivain de tempérament celte, païen, dans son Apologie des sens.

      Bien envie de le relire d’ailleurs.



      • Jeekes Jeekes 16 mars 18:36

        ’’Quel silence et quelle paix !’’

         

        Tiens, exactement le truc que je me dirais quand marie-rose arrêtera de nous gonfler avec ses n’artiks nuls à chier qui parlent de tout.

         

        Et surtout de rien !

         


        • rosemar rosemar 16 mars 19:39

          @Jeekes

          La littérature, la vie intérieure, c’est rien ? 


        • rosemar rosemar 16 mars 19:40

          @Jeekes

          Quel nihilisme !


        • spearit 16 mars 20:47

          @rosemar
          Ne généralisez pas comme ça, on ne parle que de votre vie...


        • la Solitude ? 

           C’est ce qui à fait dire à D’Johnny ... ah que    smiley


          • rosemar rosemar 16 mars 21:49

            @Armand Griffard de la Sourdière

            Bon, je crains que ce ne soit pas un éloge de la lecture...


          • rosemar rosemar 16 mars 21:50

            @rosemar
             
            ni de la solitude...


          • Raymond75 17 mars 15:09

            @rosemar

            Ne soyez pas négative Rosemar ; la pensée du maitre « ce qui rend heureux c’est d’être heureux » est d’une profondeur insoupçonnée ...

            Merci à @Armand Griffard de la Sourdière


          • @Raymond75
             tout le plaisir était pour moi raymond !
             j’ajouterai de surcroît ( comme se plaisait à le dire Jésus du haut de là où il se situait dans l’au- delà claire fontaine )
            j’ajouterai donc que c’est notre attitude bien plus que notre aptitude qui détermine notre altitude !
             Passez un bon dimanche mon cher Raymond !
             Ah que vous aussi Rosemare (aux grenouilles ) hi hi hi  !


          • rosemar rosemar 18 mars 21:13

            @Raymond75

            Merci à lui, oui.


          • Old Dan Old Dan 17 mars 06:49

            « ... la vie, c’est ce qui nous arrive pendant qu’on est occupé sur Facebook. »

            (Hihi !)

            [ Evoquer le secret bonheur de la solitude sur Agora, n’est pas proposer l’initiation au soufisme à JM Le Pen ? Bof...]


            • Sozenz 17 mars 12:56

              merci pour votre excellent article .
              Vous me faites vraiment plaisir .


              • rosemar rosemar 18 mars 21:14

                @Sozenz

                Merci pour ce message !


              • Raymond75 17 mars 14:24

                Merci pour cet article que je partage.

                Je suis plus inquiet pour les jeunes générations, toujours sollicitées par leur smartphone collé dans leur main, et le plus souvent pour des messages sans importance ou carrément stupides. Il y en a de plus en plus qui marchent dans la rue comme des zombies en regardant leur écran (au point qu’un nouveau panneau routier a été créé en Allemagne). Aucune phase de tranquillité dans leur cerveau. Jamais de repos, jamais de moment de quiétude.

                Et puis aussi je vois tous ces jeunes se mobiliser pour l’écologie, d’une façon très concrète et responsable, partout dans le monde car c’est la planète toute entière qui est concernée, et ce sont eux qui entrainent les générations plus anciennes qui ont baissé les bras !

                Finalement à chaque génération son comportement, mais il faut éviter d’en tirer des conclusions trop hâtives.


                • rosemar rosemar 18 mars 21:22

                  @Raymond75

                  Le danger des écrans est réel : une addiction pour certains jeunes qui en perdent la réflexion, c’est une forme d’aliénation consentie.


                • popov 17 mars 15:52

                  @rosemar

                  Le Vietnamien sème le riz, le Cambodgien le regarde pousser, le Laotien l’écoute pousser.


                  • popov 21 mars 07:37

                    Savoir faire le silence en soi au point d’entendre pousser le riz.

                    (pour ceux qui auraient compris de travers)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès