• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un grexit : vraiment ?

Un grexit : vraiment ?

Les journaux, radios et télévisions font leurs choux gras du grexit, cette contraction anglophone - à l’air si « branché » - de greek et exit. Cependant, aucun de ces journaux ou télévisions ne vous dit que ce scénario n’est pas écrit. Et pour cause...

En effet autant les traités européens ont bien cadré l’entrée des pays candidats en zone euros, autant ceux-ci, dans leur certitude de détenir la vérité économique et incapables de penser un éventuel retour en arrière ou la simple conversion de la monnaie unique en une monnaie commune (1), ont oublié de cadrer formellement la sortie de certains de leurs membres de la zone euros. Pour l’UE, il est clair que l’appartenance à la zone Euro est irrévocable.

Cette sortie est pourtant envisagée et certains médias (2, 3), mais ces derniers s’empressent de vous préciser qu’elle est impossible, non pas au plan technique, mais simplement parce qu’elle placerait le pays sortant dans une situation catastrophique. Outre que ce point ce discute (4), la vérité est ailleurs : aujourd’hui, la seule façon cadrée de sortir de l’euro, c’est de sortir de l’UE.

Dans ce contexte, le traité de Lisbonne de 2007 dit que « Tout État membre peut décider conformément à ses règles constitutionnelles de se retirer de l’Union ». Ainsi, l’article 50 précise que « L’État membre qui souhaite se retirer notifie son intention au Conseil européen, qui présente des orientations pour la conclusion d’un accord fixant les modalités du retrait ». Cet accord est conclu au nom de l'Union par le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. Les traités cessent de s’appliquer à l’État qui en fait la demande, dès l’entrée en vigueur de l’accord, ou au plus tard deux ans après la notification du retrait. Le Conseil peut décider de prolonger cette période ». On voit bien que cette sortie de l’UE, prélude à la sortie de l’euro, reste un processus long et complexe.

En matière de sortie de l’euro partielle , il existe cependant au moins une autre possibilité qui est celle décrite par l’article en référence (1), qui permettrait à la Grèce et à d’autres pays, de relancer leur économie. Conserver l’euro comme monnaie officielle et créer une euro-drachme à parité qui servirait aux payements intérieurs, salaires compris. Cette option est d’ailleurs aussi proposée pour la France par « Nouvelle Donne » le mouvement politique crée par l’économiste Pierre Larrouturou. L’intérêt d’une telle mesure est double : elle permettrait tout d’abord aux Grecs (ou à d’autres) de reprendre le contrôle de la monnaie, et elle constituerait un formidable pied de nez à l’UE, au FMI, et aux banques qui sont très grande partie responsables de la dette grecque (5, 6) et, au travers de mesures d’austérité absurdes et récurrentes, de l’incroyable dégradation des conditions de vie dans ce pays.

 

Références

1. Sortir de l’euro. Frédéric Lordon. Le Monde Diplomatique - Août 2013.

2. L’impossible sortie de la zone euro. Pierre-Yves Cossé. La tribune - Mars 2011.

3. Pourquoi une sortie de l'euro exposerait encore plus à la mondialisation les salariés des grandes entreprises françaises. Jean-Yves Archer. Atlantico.fr - Octobre 2013.

4. Une sortie de l’euro n’est en rien une catastrophe. Christian Losson et Vittorio De Filippis. Libération - Janvier 2015.

5. La part illégitime de la dette grecque : environ 70%. Jean Gadaray. Alternatives économiques - Février 2015.

6. La BCE contre le peuple grec. Esther Jeffers et Jean-Marie Harribey. Les économistes atterrés. Février 2015.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • BA 22 juin 2015 12:56

    2015 : une série de 25 raz-de-marée va venir s’abattre sur la Grèce.

    Ces raz-de-marée, ce sont les échéances de remboursement.

    L’un après l’autre, ces 25 raz-de-marée vont percuter la Grèce.

    Dette publique de la Grèce : 317,094 milliards d’euros, soit 177,1 % du PIB.

    Echéancier de remboursement : pour cette année, dans le menu déroulant, cliquez sur « 2015 » :

    http://graphics.wsj.com/greece-debt-timeline/

    30 juin : la Grèce doit rembourser 1,539 milliard d’euros au FMI.

    10 juillet : la Grèce doit rembourser 2 milliards d’euros de bons du Trésor.

    13 juillet : 450,475 millions d’euros au FMI.

    17 juillet : 1 milliard d’euros de bons du Trésor.

    20 juillet : 2,095 milliards d’euros à la BCE.

    20 juillet : 1,360 milliards d’euros aux banques centrales nationales.

    20 juillet : 25 millions d’euros à la Banque Européenne d’Investissement.

    7 août : 1 milliard d’euros de bons du Trésor.

    14 août : 1,4 milliard d’euros de bons du Trésor.

    20 août : 3,020 milliards d’euros à la BCE.

    20 août : 168 millions d’euros aux banques centrales nationales.

    4 septembre : 300,317 millions d’euros au FMI.

    4 septembre : 1,4 milliard d’euros de bons du Trésor.

    11 septembre : 1,6 milliard d’euros de bons du Trésor.

    14 septembre : 337,856 millions d’euros au FMI.

    16 septembre : 563,094 millions d’euros au FMI.

    18 septembre : 1,6 milliard d’euros de bons du Trésor.

    21 septembre : 337,856 millions d’euros au FMI.

    9 octobre : 1,4 milliard d’euros de bons du Trésor.

    13 octobre : 450,475 millions d’euros au FMI.

    6 novembre : 1,4 milliard d’euros de bons du Trésor.

    7 décembre : 300,317 millions d’euros au FMI.

    11 décembre : 2 milliards d’euros de bons du Trésor.

    16 décembre : 563,094 millions d’euros au FMI.

    21 décembre : 337,856 millions d’euros au FMI.

    Question :

    Avec quel argent la Grèce va-t-elle rembourser ces 25 échéances ?


    • karibo karibo 22 juin 2015 14:56

      C ’est tout simplement du grand n’ importe quoi, et la BCE, prise à son propre piège, est obligée de creuser le déficit et alimenter les banques Grecques, pour que les grecs retirent leur pognon !

      Elle est pas belle la vie ?
      Quand on pense que ce sont des zordures pareilles qui nous manipulent avec la complicité de nos « dirigeants » ...
      Il est temps de mettre dehors tous ces nuisibles , qui exploitent la konnerie humaine !

      • lloreen 22 juin 2015 18:39

        Rien n’ est irrévocable.

        Surtout pas des accords, des traités et des accords nuls et non avenus dès le départ pour vice de forme (tromperie, escroquerie, abus de biens sociaux, fraude,...) .
        Ceux qui ont signé ces traités n’ avaient aucune légitimité pour le faire.

        Une bonne nouvelle vient de me parvenir : David de Rothschild est recherché pour escroquerie (s).
        Espérons que ce n’ est que le début de la fin de ces escrocs à la tête de la City de Londres et des multinationales gouvernementales qui sont d’ailleurs toutes forcloses depuis le 25 décembre 2012.

        Des informations en lien.

        http://www.theeventchronicle.com/news/europe/wanted-baron-rothschild-indicted-in-france-over-fraud-case/

        "

        French police have been ordered to track down one of Europe’s wealthiest aristocrats over a fraud involving hundreds of British pensioners

        (Olive Press) Baron David de Rothschild has been indicted over the allegations after the victims, mostly expats living in Spain, bought into his loan scheme.

        The banking magnate will now be questioned in his native France, five years after a Marbella-based law firm began legal action against him.


        • Fergus Fergus 22 juin 2015 19:07

          @ L’auteur.

          Lloreen a raison : rien n’est jamais irrévocable. Et la sortie de la Grèce de la zone Euro ne poserait sur le plan technique aucun problème insurmontable.

          Dans cette affaire, les médias jouent à faire monter artificiellement la pression car un « défaut de la Grèce » suivi d’un « grexit » est une perspective anxiogène qui permet de remplir les colonnes et de faire vendre. Rien de plus. Car ne nous leurrons pas : un tel scénario serait une catastrophe tant pour la Grèce que pour l’Union Européenne. C’est pourquoi un accord interviendra qui satisfera les deux parties, sur la base de gages donnés par le gouvernement de Tsipras sur le système fiscal grec et les prestations sociales en échange d’un étalement significatif de la dette grecque quasiment synonyme d’effacement de fait d’une partie de cette dette.

          Personnellement, c’est la théorie à laquelle j’ai adhéré depuis l’arrivée de Syriza au pouvoir.


        • bakerstreet bakerstreet 22 juin 2015 20:15

          @Fergus


          Le problème c’est que le programme de Tsipras est un programme électoral, et que la fin de l’austérité ne se décrète pas, mais se travaille ! Cet excellent article du monde fait à peu près le tour du problème, au niveau des attentes (prodigieuses) et des promesses (vagues)http://bit.ly/1IZuCr6
          Beaucoup de petit pays pauvres ou en proie à de grandes difficultés ( pays baltes, Portugal...) sont irrités des tergiversations infinies de Tsipras, qui on le comprend doit composer avec des promesses intenables, et une réalité indépassable. 
          On va leur demander de se serrer la ceinture pour les grecs. On comprend qu’ils soient un peu irrités.
           L’Europe, ce n’est pas que cette « troïka détestable », caricaturée par Melenchon, aux accents manichéens, qui a tôt vite fait d’analyser les choses d’une façon binaire et démagogique.
          L’Europe va sans doute colmater les brèches les plus apparentes, après avoir déboursé 200 milliards en 2 ans, mais je doute que cela suffira. 
          En tout cas, si la dette grecque n’est pas assumée par elle, et elle en n’a aucune intention, puisqu’elle la trouve « illégitime » l’addition sera pour les autres, et pas forcément pour les plus riches, c’est certain.
           Des lignes de fracture vont donc s’ouvrir, et de sérieux antagonistes se mettre à jour.
           C’est le jour d’après qui sera le plus dangereux.
           Le jour, et les mois d’après. Pour les années, on verra....

           l’UE malgré tout le sait, il en va de sa légitimité, et tente de faire pression sur les grecs dans une partie de poker menteur pour que les réformes soient actées, et ne soient pas que de vagues promesses, comme elles le sont encore actuellement....
          Donc les jours de crise que nous vivons actuellement, ce délirant psycho drame à rebondissements et à pathos, que nous vivons depuis deux ans, ne sont pas finis.....Après avoir profité des plus grosses subventions européennes jamais versées à aucun autre de ces membres, la Grèce vit depuis son entrée dans l’euro sous perfusion de la dette essentiellement en provenance de l’UE, et maintenant la BCE qui l’a racheté sympa aux banques ( dette faite à partir d’un bidonnage qui vous entraînerait au tribunal si c’était un particulier)..... 
          Si elle ne veut ou ne peut pas renoncer à son train de vie, sauf à revoir son partage intérieur, elle n’a pas d’autre choix que de devoir toujours emprunter.... 
          On n’a pas fini de faire tourner le chapeau. 
          Mais je souhaite me tromper, que tout va s’éclairer dan la grotte de Platon.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 juin 2015 21:13

          @Fergus
          « Un tel scénario serait une catastrophe tant pour la Grèce que pour l’ UE ». CQFD.
          Vous affirmez, mais ne démontrez rien. Pour le dollar sans doute, mais les Grecs se fichent de l’avenir du dollar en perdition... , et ils ont bien raison !


          Jacques Sapir & Philippe Murer, ont planché sur les divers scenarii de sortie de l’euro.
          Ils démontrent que revenir aux monnaies nationales créerait des millions d’emplois, remettrait à niveaux les comptes sociaux etc. Philippe Murer résume la question en 15 minutes.

          De nombreux pays ces derniers siècles sont sortis de monnaies plurinationales, sans faire d’histoire, ni de cataclysme. Une monnaie ne peut fonctionner que si elle s’applique à un pays, une économie et un peuple.
          Les monnaies plurinationales sont des monnaies d’ Empire pour soumettre les peuples.
          L’exemple de la Grèce en est l’illustration caricaturale.

          Tous les Empires ont fini par éclater. L’ Histoire nous enseigne que ce qui s’est souvent produit, a de grandes chances de se reproduire :
          « La tragédie de l’ euro » par Asselineau. Dans la première partie, on trouve toute une liste de pays qui ont changé de monnaie, sans cataclysme aucun.

        • eau-du-robinet eau-du-robinet 22 juin 2015 20:39

          Bonjour,
          .

          La sortie de l’Euro est possible et explique dans le détail par Vincent Brousseau (UPR)
          .
          Comment est gérée l’Euro par les banques centrales des 19 pays de l’UE (ceux qui ont accepté l’Euro) et de la BCE ... ?
          Vincent Brousseau vous l’explique de manière pédagogique ce que c’est l’Euro en réalité et comment fonctionne la gestion ....
          .
          J’ai prépositionnée la vidéo ... il vous ne reste que à regarder une bonne vingtaine de minutes ...
          https://www.youtube.com/watch?v=rSYuTiaia1s&t=73m20s
          .
          Sortons de l’UE de l’Euro et de l’OTAN qui est devenu une organisation criminelle.


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 juin 2015 07:06

            Une vidéo à regarder absolument !!!
            .

            L’économiste Charles Gave sur BFM Business face à deux intervenants qui croient encore dans l’Euro ou qui veuillent nous faire croire dans l’Euro ! Combien de temps durera la fuite en avant ?
            .
            Débat sur la crise Grecque .
            Nicolas Doze : Les Experts (2/2) - 22/06
            http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/nicolas-doze-les-experts-22-2206-565011.html
            .
            Voici quelques phrases relevé dans ce débat entre les 4 personnes
            .
            Les seules qui ont des excédents sont les allemands ..
            .
            L’Allemagne doit envoyer 5% de son PIB, année après année, dans la zone target pour pouvoir maintenir l’Euro !
            C’est deux fois les repartions allemandes après la première guerre mondiale !
            .
            La zone euro ne peut pas devenir une zone optimale .... c’est évident .... Une zone optimale à 19 pays n’est pas possible !
            .
            Au sujet du Grexit organisé :
            Vous repoussez les risque sans arrêt, et quand le risque se matérialisé, à force de ne pas vouloir prendre des petites claques à court terme on vas y prendre une énorme claque à long terme, mais quelque chose qui sera absolument gigantesque !
            .
            Par exemple vous me dites que la reprise démarre en Europe ...
            Tous les chiffres que j’ai regarde aux États-Unis montrent que les États-Unis sont à la veille d’une récession !
            Si les États-Unis entrent en récession aujourd’hui vous n’imaginez pas l’impact que cela vas avoir sur le reste du monde !
            .
            Le système des banques centrales des taux à zéro n’a jamais marché, n’a jamais produit ce qu’on attendait !
            .
            Aujourd’hui nous sommes dans un système ou les banques centrales sont entrent d’échouer partout, sauf dans les pays qui ont évolue de manière gigantesque ... La catastrophe plus vous l’attendez plus elle sera grave. Il faut un jour ou l’autre faire face à la réalité !
            .
            Il faut simplement retourner à des prix du marché ... on à plus de prix du marché ni pour taux d’échange ni pour le taux d’intérêts !
            Nous avons plus de prix de marché ... Comment voulez vous que les entrepreneurs se retrouvent ?
            .
            La réalité c’est que vous avez deux sortes d’économistes :
            a) les créationnistes c’est à dire le Keynésiennes qui pensent qu’il y à un dieu titulaire qui est gentil qui crée de la richesse à partir de rien
            .
            b) et les darwiniens qui disent la création vient de l’entrepreneur
            .
            Nous sommes dans un monde totalement dominé par les créationnistes de nature religieuse. Ils n’ont plus aucune conscience. Les banquiers centraux aujourd’hui sont devenue des gens réligieux ils croient à quelque chose qui s’appel le Keynésianisme et qui devrait marcher et qui na jamais marché.
            .
            L’idée du « XL »
            Si vous maintenez les taux d’intérêts trop bas, c’est ce qui se passe, les gens emprunts, il faut racheter des actifs existants.
            Donc si vous maintenez les taux d’intérêts trop bas vous avez une hausse formidable de la valeur des actifs existante et une rentabilité, et c’est ce qui se passe, donc pour avoir croissance il faut maintenir les taux d’intérêts à un niveau ou ça empêche les emprunts pour acheter les actifs existants et ça force les gens à créer des actifs nouveau ce qui à une rentabilité plus forte que le coût d’emprunt. Or aujourd’hui tous qu’on fait depuis 20 ans c’est à maintenir les taux d’intérêts trop bas ce qui fait monter le prix des actifs existants ce qui déclenche des bulles, des cracks, et dans les cracks comme disait NIXON du capital est détruit ce qui fait la croissance structurelle baisse parce-que vous détruises un capital monstrueux. .... Les taux d’intérêts bas n’ont jamais crée de la croissance !!! Toutes les périodes d’intérêts bas ont amené une baisse de la croissance structurelle et de la baisse de productivité !
            .
            — fin des citation de ma vidéo —
            .
            regardez la vidéo cela vaut vraiment le coup ! smiley
            .
            .


          • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 23 juin 2015 20:27

            @eau-du-robinet
            Salut eau du robinet. Comme vous citez parfois l’UPR, je ne peux pas laisser passer votre dernier commentaire sans souligner une chose très importante ! En aucun cas les positions de l’UPR ne peuvent être assimilées à celles de cette vieille baderne ultralibérale de Charles Gave. Charles Gave veut encore plus de marché, encore moins d’Etat, il veut la disparition de toute espèce de service public, ce qui est totalement à l’opposé des propositions de l’UPR qui visent au retour d’un Etat souverain pour sauvegarder les acquis sociaux et les intérêts du peuple français au sens large ! Charles gave, comme il l’avoue, est un darwiniste, autant dire un cannibale. Rien à voir avec l’UPR qui ne cesse de se référer aux 30 Glorieuses et à l’Etat providence. Quant à taxer l’UE de chimère « communiste » comme le fait Gave dans ce débat, ce n’est bien évidemment pas la position de l’UPR qui ne cesse de dénoncer la dérive fascisante et la logique racialiste de l’UE ! Pour finir je soulignerai que Ch. Gave ne parle pas dans le débat de la théorie du « XL », mais de la théorie de « Wycksell » ( Knut de son prénom ), économiste suédois du XIXe siècle ayant beaucoup glosé sur l’effet des taux d’intérêt sur la croissance. Cordialement.


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 juin 2015 22:17

            Bonjour riff_r@ff.93,
            .
            Merci pour votre commentaire.
            Oui, je suis moi même un défenseur convaincu des valeurs républicains et du programme de l’UPR qui est inspiré sur celui du CNR.
            .
            J’ai fait référence à cette vidéo BFM car elle reflète des nombreuses vérités dites par Charles Gave sachent que vos références font allusion à des références qui portent hors de cette vidéo !
            .
            Quand il, Charles Gave, évoque que « la création vient de l’entrepreneur » ceci n’est pas incompatible avec les trente glorieuses ... les trente glorieuses n’ont rien avoir avec l’économie planifié à la stalinienne ou l’économie planifié en Chine laquelle à durée jusqu’à en 1978. Je définit la période des trente glorieuses comme une période « d’économie capitaliste », avec un capitalisme ou l’état français jouait son rôle de régulateur en garantissent un bon fonctionnement des services publics et une forme de répartition des richesses dit « acceptable ». Durant la période des trente glorieuses on avait un capitalisme lequel n’était pas exempte d’injustices, non plus !
            .


          • lloreen 22 juin 2015 21:53

            Il s’ agit déjà de comprendre l’ escroquerie fondamentale qui sous-tend la construction mafieuse de l’ UE.
            L’ Europe et avant tout un territoire et ces apparatchiks co-optés n’ ont aucune légitimité pour décider quoi que ce soit.
            Le problème est que les 99% ne comprennent rien à la problématique car ils sont trompés et spoliés comme les générations avant eux et qu’ ils se laissent illusionner par des formules creuses dites et répétées à l’ envie jour après jour, année après année.

            Je vous invite à prendre connaissance de ce lien pour vous rendre compte à quel point ces escrocs qui ont escroqué les populations depuis des siècles ont organisé leurs manigances et il est plus que temps que les populations soient informées car elles sont des victimes et qu’ à ce titre elles ont le droit d’ être dédommagées.

            Il est quand même anormal de voir que malgré tous les mouvements sociaux qui dénoncent la précarité, les crises et les conflits institutionnalisés, les « autorités » restent impassibles et de marbre. C ’est néanmoins compréhensible lorsque l’ on est informé et c ’est la raison pour laquelle il est primordial de faire passer l’ information au tour de soi.

             http://www.fileane.com/versreseauxpartie5/chers_ennemis/global_chersennemis _guerres.htm

            Tous ces « états » sont en fait des multinationales gouvernementales qui usurpent des prérogatives qui ne leur reviennent pas et tous ces agents sont des usurpateurs sans aucune légitimité.
            Leurs pseudo lois sont donc des dictats et de ce fait elles sont nulles et non avenues parce qu’ elles sont de fait en conflit avec les constitutions et la déclaration des droits de l’ homme et du citoyen qui a valeur supra légale.

            La cour fédérale du Canada a d’ ores et déjà annulé la « loi » Rothschild (1973) depuis le 26 janvier 2015 suite à l’ action intentée par le COMER (Commitee On Monetary & Economic Reform).

            https://www.youtube.com/watch?v=wTjMGK_Gkoo
            https://www.youtube.com/watch?v=cgdyWPxLf1s

            Il ne faut pas oublier non plus que Goldman Sachs (une banque contrôlée par les Rockefeller) a falsifié les bilans de la Grèce pour permettre son adhésion à l’ UE (contrôlée par la City de Londres et les Rothschild).
            Par conséquent cette dette est aussi illégitime et non opposable au peuple grec qu’ elle l’ est à tous les autres peuples qui ont été spoliés depuis la création frauduleuse de la FED.
            Ceci est déjà de l’ histoire ancienne mais ses effets sont absolument dévastateurs.

            http://www.slate.fr/story/17389/goldman-sachs-aide-cacher-les-dettes-de-la-grece

            Il est temps que les populations soient informées et que ces escrocs soient démasqués pour dol, fraude, abus de biens sociaux, racket, association de malfaiteurs, tromperie,assassinats et crimes contre l’ humanité ( guerres)

            Ed Griffin a très bien résumé l’ histoire des banques dans ce lien qu’ il est aussi très utile de lire.
            http://www.google.de/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CDEQFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.dossiers-sos-justice.com%2Fmedia%2F00%2F01%2F517365590.pdf&ei=FGeIVeG0KYaAUZLAgbAG&usg=AFQjCNEhUFjlJ5DcDaqV4ylaN4XfL0TefQ&bvm=bv.96339352,d.d24


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juin 2015 08:22

              @lloreen
              Les escrocs sont sous la pression d’ Obama, qui ne veut pas que la zone euro éclate, et encore moins l’ UE !


            • lloreen 23 juin 2015 22:06

              @Fifi Brind_acier

              « Les escrocs sont sous la pression d’ Obama, qui ne veut pas que la zone euro éclate, et encore moins l’ UE ! »


              Ce sont les escrocs qui mettent la pression à leur agent Obama qui répète comme un perroquet ce que lui disent ses maîtres.

              C ’est pour ce la qu’ ils ont de nouveau « sauvé les banques » et injecté de nouveaux milliards.
              La FED était en faillite dès le début et leur idée géniale a été l’ invention de la « dette » autrement dit du racket généralisé.
              Les plans pour la création de l’ UE et de l’ euro existaient dès 1950.
               


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 juin 2015 14:54

              Bonjour,
              .
              En conclusion, la troïka ne se soucie guère du sort du peuple grec, il s’agit ici d’éviter une nouvelle crise européenne car si les créances ne pouvaient être remboursées, les Allemands et les Français, en paieraient le prix fort : un Grexit, c’est 68 milliards d’euros a ajouter sur la facture pour la France ! Sans compter le signal très négatif que cela enverrait aux investisseurs : la zone euro ne serait plus sans risque et s’exposerait à une dislocation. Et les traités de libre-échange, concoctés dans le dos des européens (TISA, TAFTA), arrivent à grand pas…
              .
              Ils jouent la montre du côté de la Troïka alors que du côté Grec, on joue sa peau.
              source et suite :: http://www.agenceinfolibre.fr/peu-importe-sil-y-a-accord-troika-grece-la-partie-est-deja-terminee/
              .
              Mon commentaire sur cette information Agence Info Libre :
              La TROÏKA fait tout pour gagner du temps en vue de faire signer le TTIP par l’UE.
              Il ne faut pas qu’il y un grain de sable, ici la crise Grecque, qui doit railler la machine, car le projet du TTIP leur est si cher à l’oligarchie financière ! IL permet notamment au monde de la finance voire aux ploutocrates de contourner nos législations par des tribunaux supranationaux et cela signifié la mort du peu de démocratie et liberté qui nous reste ....
              .
              .


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 juin 2015 21:17

                Analyse de la situation grecque par Raphaël Correa, Président de l’ Équateur.

                «  Les conditions imposées à la Grèce n’ont jamais visé à surmonter la crise, mais à liquider la dette ».
                Il explique aussi que si l’ Équateur a 4% de croissance, c’est qu’ils ne suivent pas les conseils du FMI, qu’ils protègent la production et l’emploi national, qu’ils n’ont pas cédé au libre marché et à la loi de la jungle, et ne s’endettent que sur des projets hautement rentables."

                Bref, un grande leçon d’économie.


                • ralph 29 juin 2015 00:45

                  @Fifi Brind_acier
                  Raphael Correa est un grand Monsieur qui utilise son cerveau au lieu de faire des courbettes...prenons exemple...


                • smilodon smilodon 23 juin 2015 22:12

                  @ l’auteur : Si la Grèce pose autant de problème aux banquiers (pardon, à l’europe), je pense que 2 ou 3 bombes atomiques puissance 100 fois hiroshima, pourrait nous débarrasser de cette plaie !... Ce serait plus vite fait que de faire crever ces pauvres gens à petits feux !..... On en veut plus ??... L’atome !..... Pouvoir se payer 3 ou 4 patates par mois grâce aux bienfaits de l’europe, ou être vaporisés par une bombe !....???!!.... Amis « grecs », vous avez le choix !... Celui qu’on vous laisse !....Quand le « choix » s’adresse à la tête, il est démocratique. Quand il ne s’adresse qu’à l’estomac, il ne l’est plus !........Les gens qui « décident » gagnent tous au moins 20 000 euros mensuels !... Et ils décident de dire à celui qui gagnait 600 euros, qu’il ne gagnera plus que 500 !...... Et cette « situation » pourrait encore durer ???.....!!...????........ Regardez-mieux en arrière, aurais-je envie de dire à nos « hitler » de 2015 !.... Vous refaites la même histoire !.... Regardez-mieux votre « chef » !!.... Vous êtes en train de le copier au mot près !... En le honnissant, of course !.... Vous répétez la même histoire !..... Sans même le voir !.... Arrêtez de vilipender votre « chef » !...... Bientôt il vous faudra construire un mur autour de la GRECE !..... Un « ghetto », voilà ce que vous construisez !... En toute bonne foi !... Comme « l’autre » !.....Bravo !....Moi, je refuse d’applaudir !..... Je « résiste » !...Adishatz.


                  • chantecler chantecler 24 juin 2015 07:37

                    Bah, je me dis que si le grexit n’est pas (encore) à l’ordre du jour en Grèce c’est que les problèmes posés ne sont pas si évidents à résoudre .
                    Nous avons tendance à prendre nos désirs pour des réalités , à savoir quitter l’UE .
                    Mais à moins de penser que Tsipras est un imbécile , ou un pourri de plus , s’il n’a pas pris la décision c’est qu’un certain nombre de points dont nous n’avons pas idée ,et qui ne sont jamais abordés sur la place publique persistent .
                    Nous n’avons pas accès à toutes les infos .
                    Et les conseilleurs ne sont pas les payeurs .
                    A suivre .


                    • smilodon smilodon 24 juin 2015 22:17

                      Avec « l’europe », nos chefs d’état sont devenus de simples chefs de leurs « porte-monnaie » !... Si DE GAULLE revenait, on le ferait passer pour un pote à DIEUDONNE !....Qui « résiste » de nos jours ??... Qui ??.... François, Manu ??... Qui nous défend avant de défendre leurs sous ??... Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès