• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un million d’esclaves blancs passés sous silence, et l’Algérie (...)

Un million d’esclaves blancs passés sous silence, et l’Algérie réclame réparation après la colonisation

 Ecoutant avec compassion les récits poignants de la décolonisation de l’Algérie, je mesurais que cent quatre-vingt-dix ans nous séparaient de la cause et plus d’un demi-siècle de son issue avec la guerre d’Algérie. Je découvrais ainsi combien la période écoulée entre ces événements agit sur l’oubli et influe sur nos appréciations.

 Un aperçu quant aux origines de cette histoire s’impose, et se pose aussi la question de la date de péremption des horreurs, faits de guerre et de leurs conséquences. Du vivant des témoins, l’oubli est un outrage à leur faire, mais après quelle règle guide l’oubli ? Si personne ne se sent responsable des guerres napoléoniennes, la France d’aujourd’hui se mortifie de plus en plus pour celle d’Algérie. Moins les générations qui décident aujourd’hui ont eu à connaître de l’événement plus elles culpabilisent et jugent des événements, à courte vue pour certains. Les causes, pourtant pires encore que les conséquences, sont occultées parce que trop anciennes ou peu glorieuses. Il est précisé que l’objet ici n’est pas d’excuser l’une par l’autre, mais de se demander jusqu’où notre mémoire admet qu’on l’interroge pour porter un jugement en conscience.

Minés par l’héritage de l’Algérie, nos représentants nationaux traînent comme un boulet le souvenir d’une guerre coloniale que de l’autre côté de la méditerranée on évoque toujours, oubliant les événements un peu plus anciens qui prévalaient au début de cette histoire ; la piraterie et l’esclavagisme pratiqués par les Barbaresques d’Afrique du nord. 

Les discussions franco-algériennes se focalisent donc sur la période la plus récente des événements. Ainsi en 2012 à Alger, François Hollande reconnaissait à juste titre les "souffrances que la colonisation française a infligées à ce pays … au peuple algérien ". Mais il avait prévenu qu’il n’y aurait ni « repentance » ni « excuses » de la France, sans en donner la raison. Provocant le courroux de nombreux partis politiques algériens dont ceux religieux (islamistes), qui attendaient des « indemnisations matérielles et morales ». Avait-il en arrière-pensée que la repentance et les excuses devraient-être réciproques selon la période à considérer ? Un peu plus tard il s’exprimera dans les mêmes termes au Mémorial ACTe (*) dédié à l’esclavagisme aux Antilles concomitant avec celui des Barbaresques.

Changement de ton avec Emmanuel Macron sûr de lui, qui en février 2017 à Alger, déclare que "La colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes". Utilisant opportunément le terme de barbarie, dans la cité des « Barbaresques d’Alger », il laissait sous silence les crimes contre l’humanité dont étaient responsables ses hôtes plus tôt. Etait-ce un effet collatéral de la loi Taubira (**) qui a contourné la traite arabo-musulmane dont celle des européens ?

La voie s’ouvrait pour la suite. Le Conseil constitutionnel s’exécutait le 8 février 2018 avec la décision (plus de cinquante ans après) d’ouvrir les droits à pensions à toutes les victimes de la guerre d’Algérie qui résidaient dans le pays alors et à leurs ayants droit, au motif qu’il n’est pas possible de discriminer les victimes. Dans la foulée, Tarik ABHARI avocat au barreau de Paris laissera entendre que les victimes algériennes, des forces algériennes de libération pourraient également avoir droit à ces pensions payées par la France (***).

E. Macron prend à son compte cette repentance, nécessité morale des sociétés occidentales. Est-elle pour autant partagée ? Certainement pas. Y-a-t-il une date de péremption ? A l’évidence pour l’histoire qui nous occupe, à moins que d’autres calculs masquent cette histoire (**). 

Le cas de l’Algérie est exemplaire en ce qu’il démontre que les actes de barbarie précédents la présence française en Algérie, sont sortis du champ des discussions franco-algériennes, parce que trop anciens et en ce qu’ils seraient de nature à modifier possiblement le discours actuel. En effet, si les actes perpétrés par la France ont nourri de nombreux récits au fil de ces cinquante dernières années et sont désormais en filigrane dans nos consciences, les tragédies qui les ont précédés pendant plus de deux siècles envers l’Occident chrétien sont totalement occultés malgré leur intrication dans l’histoire franco-algérienne des débuts ;

Plus d’un million de blancs chrétiens seront réduits en esclavage par les Barbaresques, de Tunis, de Tripoli et d’Alger principalement. Et encore davantage tués.

On remontera le temps pour appréhender les germes des événements entre le XVIe s. et 1830, date de la campagne militaire française contre la régence d’Alger. Cet épisode s’inscrit dans celui plus large de l'esclavage arabo-musulman entre le VIIe et le XXe siècle qui aura conduit plus de quinze millions d’esclaves à passer entre leurs chaînes.

Après la Reconquista, les Maures chassés d’Espagne s’installent au Maghreb. Voulant alors développer des activités commerciales maritimes, ils en sont empêchés par les Espagnols qui au début du XVI e s. envahissent le Maghreb pour être finalement chassés par les ottomans appelés par les algériens. En 1541, la flotte de Charles Quint est battue devant Alger. Les ottomans musulmans, dans le lit de l’arabisation islamique réalisée du Maghreb, organisent les territoires avec des régences dont celle d’Alger en 1587, dirigée par un dey qui rend compte au sultan Ottoman.

Les cités Barbaresques se développent alors, pillant les flottes commerciales et les territoires côtiers de la méditerranée et des côtes atlantiques jusqu’aux côtes sud de l’Angleterre, en Irlande et en Islande. La piraterie participe du djihad et se justifie à l’encontre de ceux qui n’adoptaient pas leur religion, les musulmans morts au combat sont assurés de rejoindre le paradis, de nombreux renégats y participaient également.

La puissante flotte Barbaresque avec celle des ottomans domine la méditerranée ; celle de la « Sainte ligue » qui réunissait plusieurs états chrétiens, est défaite en 1538. Plus tard en 1571, les ottomans sont battus à leur tour à la bataille de Lépante, mais leur flotte n’est pas anéantie. Naviguer en méditerranée reste dangereux. Les captifs en bonne santé sont échangés contre rançon ou réduits à l’esclavage et finissent dans les mines ou les galères pour une mort certaine, les autres sont systématiquement tués. Devenu manchot à Lépante quatre ans plus tôt, Cervantès alors capitaine représentant donc une valeur marchande, sera otage pendant cinq ans.

Vers 1650, trente mille chrétiens sont captifs d’Alger, beaucoup se suicident. En 1795, George Washington paye un tribut annuel aux Barbaresques pour naviguer en méditerranée. Le commerce affecté par les guerres napoléoniennes affaiblira de facto la piraterie. Las de payer ce qui représente 20% de leur budget annuel, les Etats-Unis envoient leur flotte en 1801 et 1815 et finissent par se défaire de l’emprise des corsaires du pacha de Tripoli. Les britanniques et les hollandais suivent.

Le sort des Barbaresques est scellé par les français qui mettent un point final à la piraterie de la régence d’Alger en 1830 après trois années de blocus, au motif de "coups de chasse-mouche" reçus par le consul de France, qui ponctuent un passif commercial entre la France et le dey d’Alger. Ils prennent possession de la cité et délivrent les derniers esclaves. Il n’est pas encore question de colonialisme, l'Algérie n'existe pas encore.

Ainsi l’épisode franco-algérien montre bien que le temps efface les responsabilités des coupables anciens. Un million d’européens chrétiens réduits en esclavage et davantage tués par les Barbaresques resteront des victimes oubliées, elles n’auront jamais leur place dans les tractations politico-économiques de la France avec son ancienne colonie oublieuse d’une histoire qui la desservirait.

C’est une constante de notre justice. A la Haye aussi, les faits sont jugés sans considération des causes historiques. Mladic lors de la tragédie de Srébrénica parlera six siècles après, d’une « revanche contre les Turcs ». La mémoire des événements impacte différemment les individus. La justice de l’Occident s’est substituée à l’équité primitive de celle des sumériens (œil pour œil…) qui n’a plus cours dans nos cours. Ne sont jugées que les exactions commises récemment, les responsabilités même actées par l’Histoire sont omises. L’épopée coloniale de la France en Algérie aurait-elle eu lieu sans ces actes de barbarie qu’il lui était demandé de cesser (****) ? C’est un autre sujet.

Pour l’Algérie comme ailleurs (Balkans..) on juge avec les vivants, les victimes du passé n’ont pas voix à la barre, c’est une constante ; les cris des disparus demeurent étouffés. Sauf dans l’Espagne à la mémoire multiséculaire, où en 1492 les juifs chassés, se voient reprocher plus de sept siècles après d’avoir favorisé l’arrivée des musulmans dans la péninsule, et où en 2013, un gouvernement à repentance sélective conclu à la dette de son pays pour ses agissements en 1492 ; l'expulsion des juifs sépharades après la Reconquista.

Si les siècles n’étaient plus un obstacle, alors à quand la repentance d’Alger ? Cette hypothèse sera difficile pour des sociétés qui ont abandonné l’esclavage contraintes par la modernité occidentale imposée avec les colonisations et qui auront fini par faire perdre à l'homme sa valeur marchande.

(*) Le 10 mai 2015, jour de la commémoration nationale de l'abolition de l'esclavage, F. Hollande a inauguré à Pointe-à-Pitre, le Mémorial ACTe ou Centre caribéen d'expressions et de mémoire de la Traite et de l'Esclavage transatlantique. Œuvre d’une France pénitente, il est comme un théâtre où chaque pas rapproche le visiteur de la douloureuse réalité du passé des Antilles. Ce n’est cependant pas un monument humanitaire, c’est un acte de contrition que la métropole adresse à ses victimes. La France par la vocation de ce lieu, a différencié les victimes de son esclavagisme, de celles européennes victimes de l’esclavagisme arabo-musulman de méditerranée, qui sévissait au même moment. La responsabilité des négriers arabo-musulmans et africains (quatorze millions d’esclaves) que l’UNESCO peine à révéler, n’est pas abordée.

(**) « La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité. » Interrogé sur l’oubli de la traite des blancs arabo-musulmane, Christiane Taubira déclarera qu'il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes » « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l'héritage des méfaits des Arabes ».

 (***) https://www.france24.com/fr/20180208-algerie-victimes-non-francaises-guerre-algerie-seront-indemnisees-conseil-constitutionnel

(****) Ultimatum français précédent la campagne militaire :

  • (Point 4) Les bâtiments portant pavillon français ne pourront plus être visités par les corsaires d’Alger ;
  • (Point 6) Les sujets et les navires de la Toscane, de Lucques, de Piombino et du Saint-Siège, seront regardés et traités comme les propres sujets du roi de France. »

Pour ceux que le sujet intéresse, excellent documentaire d'ARTE sur les esclavagismes des noirs, des blancs et des arabes et de la chaîne histoire sur la période Barbaresque : 1000 ans de traite chrétienne - les esclaves blancs d'Afrique du nord ( Histoire )


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

164 réactions à cet article    


  • Arthur S François Pignon 23 janvier 16:21

    L’un n’excuse pas l’autre.

    L’emploi du mot « esclave » par Robert C Davis est abusif celui de « captif »employé par Michel Fontenay dans « La Méditerranée entre la Croix et le Croissant » est plus approprié.

    Les deux réalités sont différentes et elles ont existé toutes les deux dans la piraterie en Méditerranée qui était totalement différent de la traite Atlantique. Alors qu’un esclave est détenu pour sa valeur d’usage, un captif l’est pour sa valeur d’échange.


    • Julien S 23 janvier 17:20

      @François Pignon
      .
      On pourra vous appeler à l’avenir François Pignouf. 


    • Arthur S François Pignon 23 janvier 17:28

      @Julien S

      n’en voilà un nargument qu’il est intelligent...


    • L'apostilleur L’apostilleur 23 janvier 18:21

      @François Pignon
      Très peu de captifs avaient une valeur d’échange. Pour les autres pourquoi y aurait-il eu un statut privilégié pour les chrétiens piratés ? L’esclavagisme des Barbaresques s’inséraient dans celui encore plus vaste des arabo-musulmans. 


    • Alren Alren 23 janvier 19:13

      @François Pignon
      Les captifs ayant une famille acceptant de se ruiner par l’emprunt pour racheter un fils ou une fille, étaient en effet ainsi vendus à leurs proches.
      Mais ceux qui n’avaient pas de soutien extérieur étaient contraints au travail forcé. Ce qui le plus souvent entraînait une mort rapide.
      Les femmes jeunes et jolies devenaient des esclaves sexuelles. Celles qui avaient le plus de valeur étaient vierges et subissaient de ce fit un viol terrible.

      Les Algériens ne manquent pas d’air de réclamer une indemnisation eux qui ont récupéré intacts tous les bâtiments, les infrastructures, les machines, notamment agricoles, au départ des pieds-noirs « La valise ou le cercueil ».
      À comparer avec l’état dans lequel les Allemands ont laissé les pays occupés en 14-18 !( je ne parle pas des destructions et des pillages de 40-44)
      Ce sont les descendants des pieds-noirs qui pourraient demander une indemnisation pour la spoliation de leurs biens laissés intacts en Algérie !


    • L'apostilleur L’apostilleur 23 janvier 23:46

      @François Pignon
      Louis-Ferdinand propose un lien (23 janvier 22h29 plus bas) qui éclaire sur la condition d’esclave des « captifs » des Barbaresques. 



    • Esprit Critique 24 janvier 16:36

      @François Pignon
      Avez vous remarquez que les « employés captifs » comme vous dites si savamment n’ont laissés aucun descendant ! Donc tous castré et / ou exécutés et ce pendant des siècles pour des millions d’individus ….
      Vous êtes abru... ou vous faites semblant ?


    • oncle archibald 24 janvier 16:59

      @Alren : "Les Algériens ne manquent pas d’air de réclamer une indemnisation eux qui ont récupéré intacts tous les bâtiments, les infrastructures, les machines, notamment agricoles, au départ des pieds-noirs « La valise ou le cercueil ».« 

      Et bien qu’ils aient »hérité" d’outils de travail en parfait état ils n’ont même pas été foutus de s’en servir, tellement nuls ou paresseux qu’ils doivent importer les oranges qu’ils mangent de Tunisie ou du Maroc !


    • louis-ferdinand 24 janvier 17:14

      @oncle archibald

      C’est le monde à l’envers !


    • louis-ferdinand 24 janvier 20:19

      @OMAR
      Vous dîtes réellement n’importe quoi.
      Les accords d’Evian prévoyaient la sécurité des biens et des personnes vivant en Algérie.Au lendemain de ces accords les partisans du fln se précipitèrent dans les quartiers européens en massacrant, suppliciant, vidant de leur sang, torturant, violant, les accrochant à des à des clous de bouchers tous les chrétiens qu’ils trouvaient, il en fût de même pour les harkis qui selon les accords d’Evian auraient pu vivre en paix et en sécurité alors que ces FdeP du fln les massacrèrent les torturèrent, les supplicièrent .Les français d’Algérie n’ont jamais, je dis bien jamais pratiqué une politique de la terre brulée , ils n’ont jamais exterminé les intellectuels algériens , ni détruit les infrastructures créées par la France !


    • OMAR 24 janvier 21:05

      Omar9

      @louis-ferdinand
      .
      Manque de pot pour vous, moi, lea guerre d’Algérie, je l’ai vécu.
      Je ne m’attarderai pas sur la barbarie de l’armée coloniale qui utilisait même du napalm sur les villages d’algériens affamés et démunis de tout.
      Voici un témoignage de pilotes français :
      https://www.youtube.com/watch?v=HFZ2UKKvejE
      .
      Quant aux suites des Accords d’Evian (dont le maire C. Blanc fut assassiné par un de vos ultras), référez vous aux actes immondes, ignobles, barbares commis par cette nébuleuse nazie que fut l’OAS qui n’épargnait ni de malheureux dockers, ni de malheureux malades alités dans les hôpitaux, comme ceux de la clinique Vidal des « Beaux Fraisers ».

      https://fresques.ina.fr/independances/fiche-media/Indepe00019/alger-au-rythme-des-attentats.html
      .
      Quant aux harkis, vous êtes simplement grotesque sinon ridicule : quand on pense au sort que vous avez réservé à ceux qui vous ont été fidèles jusqu’à la dernière seconde, et à leurs enfants :
      https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2007-1-page-179.htm
      .
      Vous n’avez que votre logorrhée, que du vent....
      Encore une fois, avec vos mensonges, c’est raté....


    • louis-ferdinand 24 janvier 22:35

      @OMAR
      https://www.youtube.com/watch?v=qlplcU8PNQc
      -Si l’armée française avait été barbare en Algérie autant que l’a été le FLN, il ne serait plus resté d’Algériens en Algérie et nous y serions toujours, or c’est exactement l’inverse qui s’est produit.Faire aux algériens ce qu’ont fait les turcs aux chrétiens aurait été facile , mais c’est l’inverse que nous avons fait puisque la population algérienne s’est accrue dans des proportions jamais vue en seulement 2 générations .
      -Ne faite pas semblant de vous indigner sur le sort des victimes civiles puisque les victimes civiles étaient les cibles principales des tueurs du fln qu’ils fussent européens, ou algériens.En France le FLN assassinat 4000 membres du MNA mouvement rival du fln et 6000 en algérie.Vrais comportement de tarés criminels, On ne comptera pas les innombrables victimes Harkis comprise entre 2 et 300 000, ni les 752 médecins, infirmières , enseignants, administrateurs des SAS qui apportaient leurs aides et leurs compétences pour soigner, éduquer, former les populations algériennes vivant dans des villages reculés, on passera sur les milliers d’européens restés en algérie confiant dans la parole des tarés du fln qui avait garanti la sécurité des personnes européennes restées en Algérie après l’indépendance.Le fln a ainsi montré sa vrai nature de parti raciste , haineux et génocidaire !


    • oncle archibald 24 janvier 23:34

      @louis-ferdinand

      En résumé les membres du FLN se sont comportés comme de bons communistes : Tu es d’accord avec moi oú tu meurs.


    • L'apostilleur L’apostilleur 25 janvier 19:02

      @Jonas
      Votre 3e lien souligne un point peu connu, le caractère génocidaire de la traite arabo-musulmane.
      Dans son livre « Le génocide voilé » l’anthropologue Tidiane N’Diaye compare la traite Atlantique à celle des arabo-musulmans et justifie le génocide des arabo-musulmans par le fait que la traite Atlantique, équivalente en nombre d’individus, a généré une communauté de descendants de 70 millions d’individus en Amérique et un nombre insignifiant dans le monde musulman au motifs des castrations massives. 
      J’avais appris par ailleurs que ces castrations provoquaient la mort de 80% des jeunes hommes qui la subissaient. L’objectif étant de vendre plus chers les survivants.


    • Jonas 26 janvier 09:07

      @Jonas
      Quand des intellectuels se penchent sur les traites négrières de l’islam.

                  Déclaration de Tozeur mai 2009

      Nous réunis sur le continent africain au colloque de Tozeur ( 1er-3mai 2009) autour d’un thème longuement mis à l’hombre dans l’histoire du monde arabe, l’esclavage des Noirs, dans un pays, la Tunisie qui s’est préoccupée dès le milieu du XIX siècle de la question pour aboutir à son abolition en 1846, et en résonance avec notre revendication persistante avant et depuis la déclaration de 1998 sur les non-dits de nos histoires et ratifiée par l’ONU , nous réclamons à notre tour :

      -de condamner cet épisode dramatique de notre histoire dont les plaies et blessures ne sont pas encore définitivement guéries, comme une ignominie de l’histoire. 

      - que cette trace reconnue et acceptée, soit présente dans notre mémoire ,dans nos livres d’histoire ,portée dans la conscience de notre jeunesse pour une meilleure pensée du monde.

      -que la construction de notre identité s’affirme en revenant aux sources de notre diversité inscrite aussi dans les souffrances de l’homme noir d’où sont sortis arts, métissages et liberté. 
                     Edouard Glissant ,Philosophe, poète et écrivain Martiniquais
                     Salah Trabelsi ,historien , France 
                     Abdelhamid Larguèche ,historien, Tunisie.

       La traite orientale ( pays Arabes) 17 millions d’esclaves noirs , la plus importante.
       La traite Atlantique (Europe ) dont on parle le plus dans le monde, 15 millions .
       Les traites internes à l’Afrique , 14 millions de personnes. 


    • Xenozoid Xenozoid 26 janvier 09:34

      @Jonas

      c’est un jeux,de mesure de bites....pathétique


    • L'apostilleur L’apostilleur 26 janvier 09:41

      @OMAR
      Vos commentaires répétant ce que la France a déjà reconnu n’apportent rien au sujet.
      Il propose de réfléchir à la justification des réparations demandées par une Algérie sans repentance de l’esclavage pratiqué par la régence Barbaresque d’Alger.
      Cette reconnaissance pourrait être un préalable aux indemnisations réclamées.


    • Jonas 26 janvier 11:17

      @OMAR

      Pourquoi les arabo-musulmans , ont dans leur grande majorité des problèmes avec l’histoire ? D’un côté ils cherchent à modifier le passé et les événements pour se faire passer pour des victimes.  

       De l’autre ,ils se montrent fiers et ne cessent de louer la période d’Al-Andalus qui n’était rien d’autre que de la colonisation , comme de l’expansion des armées arabes , par l’épée et le sang. 

       Il est pratiquement impossible , d’avoir une discussion sérieuse , sur la situation chaotique actuelle des pays arabo-musulmans , sans , qu’ils fassent appel , à la colonisation occidentale. En revanche , la colonisation Ottomane pendant plus de quatre siècles , elle, n’a jamais existé, c’est une invention des occidentaux pour justifier , l’exploitation et le pillage des pays arabo-musulman. 

      Oui, les Arabo-musulmans ,ont été des colonisateurs et des esclavagistes, bien avant l’occident. c’est un fait historique. 

      Lors d’un sommet Arabe et Arabo-Africain en Syrie, en 2010 : Muammar Kadhafi déclare : << J’exprime au nom des Arabes, notamment les plus riches d’entre eux ( comme si l’esclavage occidental était l’oeuvre des riches et des pauvres NDLR) , mes vives excuses , pour leurs comportements honteux envers les Africains , en ce sens qu’ils ont acheté les enfants et en ont fait des esclaves, ils ont également pratiqué la traite négrière , d’une manière éhontée, ces pratiques font honte . Nous devons les reconnaître et les condamner.>> 
      Alors Omar ? 


    • Cadoudal Cadoudal 26 janvier 11:40

      @Jonas
      Khadafi était Africain, Omar est Algérien...

      « Alors que la traite transatlantique a duré quatre siècles, c’est pendant treize siècles sans interruption que les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne », écrit l’anthropologue et économiste sénégalais Tidiane N’Diaye, dans son livre « Le génocide voilé ». « La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont disparu du fait des traitements inhumains et de la castration généralisée ».

      Comme le seul point commun entre tous les peuples négriers ravitaillés par les Arabes était la religion, voilà pourquoi dans cet essai, j’emploie souvent le vocable d’arabo-musulmane, pour qualifier cette première traite négrière en grand, qui fut non seulement la plus longue de l’histoire de l’humanité, puisqu’elle a duré treize siècles sans interruption, mais aura également opéré une ponction humaine largement supérieure à celle de la traite transatlantique vers les Amériques. Et le plus triste dans cette tragédie, est que la plupart des déportés n’ont jamais assuré de descendance, du fait de la castration massive que pratiquaient les Arabes.”

      http://ecolereferences.blogspot.com/2017/09/le-genocide-voile-la-traite-negriere.html


    • OMAR 26 janvier 13:05

      Omar9
      .
      Suffit d’énoncer quelques vérités pour que la horde sort de sa tanière et se déchaine , @Cadoudal, @jonas, @tonton artichaut, @louis-ferdinand....
      .
      Et quelle formidable logique argumentaire, ils présentent :
      .
      Ce n’est pas (plus) l’Algérie qui est au ban des accusés, mais les Ottomans, puis les arabes, puis après les musulmans, puis les arabo-musulmans...
      .
       Je ne puis troubler sa boisson.
      Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
      Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
      Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
       Reprit l’Agneau ; je tette encor ma mère
       Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
       Je n’en ai point. C’est donc quelqu’un des tiens :
       Car vous ne m’épargnez guère,
       Vous, vos Bergers et vos Chiens.
      On me l’a dit : il faut que je me venge."
       Là-dessus, au fond des forêts
       Le loup l’emporte et puis le mange,
       Sans autre forme de procès.

      Omar La Fontaine


    • Cadoudal Cadoudal 26 janvier 13:20

      @OMAR

      Samia GHALI ‏Compte certifié @SamiaGhali 16 janv.

      En tant qu’amatrice des fables de la Fontaine, je suis ravie d’apprendre qu’une des tortues de Monsieur @Stephane_Ravier s’appelle Samia. Il ne pouvait pas me faire plus beau compliment !

      https://twitter.com/SamiaGhali/status/1085574536911876096

      C’est quand même étrange cette tentative d’appropriation culturelle concertée des militants du FLN...

      Mais quand c’est trop grossier, ça se remarque...

      Un peu de finesse ne nuirait pas a ta cause mon colon ....


    • Jonas 26 janvier 14:34

      @Cadoudal, 

      Cadoudal ! Cadoudal !

      Les quatre pays du Maghreb , Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie , font bien partie de l’Union africaine. 

      De plus ils sont également affiliés , a la Ligue Arabe et à l’Organisation de la Coopération Islamique ( OCI) 

      Donc, Omar , est un arabo-musulman , algérien et africain , je vous laisse choisir un autre ordre. 

      L’ancien dictateur Muammar Kadhafi , était un mégalomane : 

      «  Je suis un leader sur le plan international, le doyen des dirigeants arabes, le roi des rois d’Afrique et l’imam des musulmans » , rien que ça ! 


    • Cadoudal Cadoudal 26 janvier 14:58

      @Jonas
      J’appartiens à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l’Algérie, à l’islam

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Houria_Bouteldja

      Omar, comme Bouteldja ou Ghali, est un colon Algérien, jusqu’a preuve du contraire aucune autre allégeance de sa part...

      Vous semblez mésestimer le « nationalisme » Algérien et la légitime détestation des noirs africains envers les arabes.

      Pour l’instant les africains et les algériens ont un ennemi commun : Nous.

      Mais viendra bientôt le temps du partage des colonies européennes, vous pourrez alors juger de la profondeur des liens unissant les Algériens aux noirs africains...

      La communauté noire sachez-le, que La France nous appartient c’est notre butin de guerre. Nous sommes chez nous ici comme en Afrique.

      https://twitter.com/LDNAOFFICIEL/status/1073198476769591296


    • Jonas 26 janvier 15:12

      @OMAR

      Non , Omar , ce ne sont , ni les arabo-musulmans , ni les Algériens, ni les ottomans , qui sont au ban des accusés, mais celles et ceux , comme vous , par manque de courage ( celui d’affronter sa communauté ) refusent de reconnaître la vérité historique. En Occident ce sont les historiens dans leur diversité qui écrivent l’histoire. Dans les pays arabo-musulmans comme musulmans non arabes , ce sont les dirigeants au pouvoir qui dictent l’histoire que rapportent les apparatchiks. 

      Les Arabo-musulmans , ne sont pas nés , juste , pendant la colonisation , mais ont un passé , glorieux a une certaine époque, mais aussi ignominieux, plein de guerres, de massacres, de destructions , d’esclavagisme , de colonialisme. et d’impérialisme religieux. 

      Reconnaissez Omar , que le prophète de l’islam Mohammed, a été aussi un chef de guerre , ce que ni Moïse , ni Jésus Christ n’ont été. 

       D’un côté le Coran , raconte , les exploits et les victoires du prophète sur ses ennemis et de l’autre , certains adeptes nous racontent que le   prophète de l’islam a été un homme pacifique et pacifiste, plein d’amour et de compassion pour ceux qu’ils combattait dans le chemin d’ Allah. Ce que le Coran ne dit nulle part , sauf les Hadiths ,mais les Habits sont un ramassis de mensonges établis entre 150 à 200 ans après la mort du fondateur de l’islam. 


    • Jonas 26 janvier 15:58

      @Cadoudal
      Houria Bouteldja , reste une indigène. L’indigénat , lui colle à la peau , comme la chari’a et le lait du sein de amère. 
       
      C’est pour que des algériens comme elle, ne restent pas des indigènes dans leur propre pays , que des femmes et des hommes ont combattus la France et sont morts, pour que leur pays recouvre son indépendance et l’indigène algérien devient  le citoyen algérien.  

      Cette pauvre femme ,Houria Bouteldja , est née a Constantine, mais refuse de retourner dans un pays où elle citoyenne, pour , venir vivre chez l’ancien colonisateur , tout en brandissant comme un trophée son « titre d’indigène ». Cette mégère , comme tous les immigrés avec ou sans passeport français, osent critiquer la France , tout en profitant de l’Etat providence, pour moi ils n’ont aucune dignité, aucun honneur aucune fierté. Si ces gens là , avaient un peu d’amour propre , ils auraient répondu , a l"appel du premier ministre Algérien , Ahmed Ouyahia , qui les invitent solennellement , à rejoindre l’Algérie , pour l’aider à construire le pays. J’ai beaucoup de respect , pour celles et ceux qui restent dans leur pays, se battent et partagent les difficultés avec leurs compatriotes , que pour des gens comme Houria , Bouteldja, et les autres. 


    • Cadoudal Cadoudal 26 janvier 19:56

      @Jonas
      La Nouvelle France leur appartient de droit, pourquoi voudriez vous qu’ils retournent en métropole ?

      C’est plutôt à nous autres qu’il est demandé de leur laisser la place...

      Si vous pensez que la guerre d’Algérie est finie, vous êtes bien naïf...

      Ô France ! le temps des palabres est révolu
      Nous l’avons clos comme on ferme un livre
      Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
      Prépare toi ! voici notre réponse

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Kassaman


    • L'apostilleur L’apostilleur 27 janvier 11:26

      @Cadoudal
      Vous avez raison de souligner que l’hymne algérien n’est pas propice à la repentance d’Alger en ce qu’il est diffuseur d’une animosité revancharde transgénérationnelle pointée vers la France. C’est regrettable.


    • Cadoudal Cadoudal 27 janvier 12:05

      @L’apostilleur
      C’est le seul hymne national qui désigne nommément son ennemi...

      Ça n’empêche pas la belliqueuse Algérie d’être en conflit avec tous ses voisins, mais le lebensraum algérien vise particulièrement la France.

      Les regrets de VGE ne changeront rien à la dictature des énarques collaborationnistes du Conseil d’État, il faut juste assumer et se préparer à l’inéluctable...

      "le président souhaitait bel et bien dénoncer les Accords d’Evian de 1962 « pour pouvoir rapatrier quelque 500 000 Algériens en cinq ans ». Mais VGE aurait été confronté à l’opposition du Conseil d’Etat et de ses ministres Raymond Barre et Simone Veil.

      "
      https://francais.rt.com/france/54570-regroupement-familial-plus-grands-regrets-valery-giscard-estaing


    • louis-ferdinand 27 janvier 14:55

      @Jonas
      -Non, la Traite européenne en Afrique a concerné 8 à 10 millions d’africains.Rappelons que ces esclaves africains étaient vendus aux européens , qui les achetaient, par d’autre africains.Jamais l’Europe n’a razzié les côtes africaines pour capturer des esclaves, ceux ci étaient livrés par les africains contre des cauris (coquillages), du tissus, de l’alcool, des armes . entre
      -L’historien sénégalais N’diaye explique que pour chaque esclave africains capturé par les arabo-musulmans entre 3 et 4 africains mourraient, suite aux opérations systématiques de castration, par épuisement lors de traversées des zones arides , par manque d’eau, par mauvais traitement........
      -Il ne faut pas oublié que la traite esclavagiste menée par les arabo-musulmans ne s’est pas limitée à l’Afrique puisque l’Europe du sud (sud de Italie,sud de la France, Espagne, Portugal ) vécurent sous occupation arabo-musulmane pendant plusieurs siècles (8 siècles pour l’Espagne et le Portugal, 3 à 4 siècles pour la France et l’Italie) et plusieurs millions d’européens furent réduits en esclavage par les colonisateurs arabo-musulmans.
      -Même après que les arabo-musulmans aient été chassées d’Europe (11/12 éme siècle pour la France et l’Italie, 15 éme siècle pour l’Espagne et le Portugal), la Traite esclavagiste menée par les arabo-musulmans d’Alger, de Tunis, de Tripoli ,avec le soutien des ottomans, continua à fonctionner et à exercer ses ravages contre les européens lors de razzias sur les côtes européennes et d’actes de piraterie incessants contre les navires européens ( v     -Il a fallut attendre l’intervention française contre Alger en 1830 pour que la méditerranée occidentale et les populations européennes, retrouvent la paix et la sécurité !


    • louis-ferdinand 27 janvier 15:03

      @Jonas
      La Tunisie a en 1846 aboli l’esclavage mais ce n’était qu’une abolition factice, de façade destinée à donner les change aux européens en faisant croire que la Tunisie faisait siennes les valeurs de l’Europe dans sa lutte contre l’esclavage.Dans les faits cette abolition de 1846 n’était renforcée par aucune sanction ou pénalité en cas de violation et l’esclavage a continué à être pratiquée couramment en Tunisie .C’est lorsque la France occupa la Tunisie en 1881 que l’esclavage devint effectivement aboli dans ce pays !


    • magma magma 27 janvier 20:47

      @François Pignon

      jouer sur les mots est l’apanage des négationnistes bien pensants


    • L'apostilleur L’apostilleur 28 janvier 22:43

      @François Pignon

      L’interview de Jean-Pierre Elkabbach Tidiane N’Diaye. L’esclavage arabo-musulman https://youtu.be/zgUGNdXOjC8


    • magma magma 3 février 22:00

      @L’apostilleur

      excellent bouquin trop peu méconnu


    • magma magma 3 février 22:01

      @magma
      trop méconnu pardon


    • oncle archibald 23 janvier 16:34

      Souvenir de cette époque, la tour Barberousse à Gruissan, dont les vestiges dominent encore le vieux village. Elle fut édifiée au XV eme siècle sur ordre de l’archevêque de Narbonne Guillaume de Broa pour guetter l’arrivée des pirates et tout particulièrement celle de Khizir Khayr ad-Dîn dit Barbe Rousse, maître de la flotte Ottomane, qui à cette époque semait la terreur sur toutes les rives Nord de la Méditerranée. L’alerte donnée à temps permettait de cacher les biens précieux et notamment les jeunes femmes et les jeunes filles que le pirate emmenait en esclavage.


      • velosolex velosolex 23 janvier 18:01

        @oncle archibald
        En fait c’est tout le littoral, mais surtout celui de la méditerranée, et de la mer du nord qui vivaient sous la terreur des envahisseurs venus du large. Si les « sarrasins » étaient la hantise des habitants de Béziers à Menton, en manche et mer du nord, c’était les coups de main des anglais qui tétanisaient les gens du littoral. Vivre sur une ile n’était pas vu vraiment comme une chance ; Belle-Ile fut plusieurs fois occupée par les anglais. On leur rendait il est vrai la pareille. Dieppe était une port infesté de navires pirates...Mais il suffit de se balader aussi dans le cotentin pour que toute la mémoire des invasions remonte. Eglises incendiées, monastères pillés, villages où les habitants étaient passés au fil de l’épée.... Les anglais ont écumé le pays, bien après la guerre de cent ans. Ne parlons pas des invasions vikings, dont il est de bon gout de dire maintenant que ces guerriers du nord étaient avant tout des commerçants paisibles. Sans doute, mais seulement quand ils s’apercevaient qu’ils n’auraient pas l’avantage dans la bataille, et le racket. Les chemins de garde, et ceux dits de douaniers sont là pour nous rappeler que la terreur venait souvent de la mer, aussi imprévisible que la météo. Tout ce postulat victimaire vient d’une méconnaissance totale de l’histoire, ou volontiers manipulée. 


      • L'apostilleur L’apostilleur 23 janvier 18:33

        @velosolex
        Vous soulignez justement que les actes de pillages et de piraterie étaient fréquents, et dans le sillage des guerres. Sans les minimiser, ils restent sans comparaison avec les drames humanitaires des traites européennes, intra-africaines et arabo-musulmanes toile de fond de ce propos sur les Barbaresques d’Alger.


      • velosolex velosolex 23 janvier 19:08

        @L’apostilleur
        Vous avez raison.
        Ces actes de piraterie se suffisaient à eux même et étaient exempts d’enlèvements, même s’ils étaient terribles. Je voulais juste souligner ces faits, car bien peu de gens se promenant sur les côtes maintenant idéalisées, ignorent maintenant combien ces pays étaient précaires, et dangereux. Les contrebandiers liquidaient parfois aussi les témoins gênants. Dans « l’homme qui sourit », Victor Hugo parle de ces pendus, qui restaient des années durant sur les cotes anglaises, pendus à des gibets, recouverts de goudron, comme un avertissement aux voyageurs, arrivant pas la mer. 
        Nous vivons dans la plus grande fenêtre historique de paix. La guerre était pratiquement un état de lutte permanent d’affirmation, avec les autres puissances européennes, et la piraterie subséquente. Quand Charles le simple donne la moitié de la Normandie à Rollon, chef viking, il n’a guère le choix pour stopper invasion et racket. Pas une petite histoire quand même, puisque tout cela déboucha ensuite sur l’invasion de l’Angleterre. 
        Les enfants des pendus se lèveront ils un jour pour demander dommages et intérêts. L’histoire et les compagnies d’assurances deviendront ils bientôt une même spécialité ?


      • velosolex velosolex 23 janvier 19:09

        @velosolex
        Erreur : Lire non « l’homme qui sourit » d’Hugo, mais évidemment « l’homme qui rit »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès