• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un paradis perdu

Un paradis perdu

Un manteau vaporeux d’hydrocarbure teintait de gris plomb le bleu cobalt d’un ciel de mars. Le soleil, telle une ampoule basse consommation, peinait à percer un Fogg Londonien vomit des pots d’échappement des véhicules se ruant au turbin. Une pellicule grasse, mélange de gasoil et de grésil matinal, faisait luire les rubans de la quatre voies où, une interminable file d’automobiles, cul à cul, bouchonnait sur la rocade bordelaise et saturait le pont d’Aquitaine. Les pluies acides, de plus en plus fréquentes, rongeaient les barrières de sécurité et brulaient les rares prairies alentour. La rouille accélérait sa conquête sur le temps, emmagasinait les secondes pour avaler les heures et lacérer les ouvrages et la nature d’une empreinte bronze. Les jardins ouvriers aux sillons marécageux exhumaient de leurs carrés de boue des spectres de vapeurs autour des planches pourrissantes de leurs abris à outils. Dans les autos ou sur les trottoirs se précipitaient les âmes grises de l’aube. La course à l’ordre établi, comme un réseau veineux, formait ses tentacules d’êtres humains vers les ateliers, les bureaux et autres lieux de servitudes. Sous l’œil acéré des caméras de surveillance, des représentants de l’ordre confisqué, des mouchards de carte SIM et puces préprogrammées pour ranger, trier, catégoriser, hommes et femmes allaient alimenter et entretenir les rouages bien huilés de la machine Big Brother. Des millions de fourmis trop occupées à se battre pour leur survie économique pouvaient commencer, tel un tic tac incessant, l’hymne au capitaliste triomphant : «  Produire, consommer, produire, consommer, produire, consommer...  »

  Autour de la gare Saint Jean, un SDF garait un caddy poubelle, relique d’un super marché, pour aller négocier un petit crème et un croissant au café Rizatta. Les grognements des machines expressos couvraient le brouhaha verbal des consommateurs agglutinés sur le zinc. John et Magalie commençaient à peine à émerger d’une nuit blanche au mélange Coke Vodka. L’armée rouge défilait dans leurs crânes au pas cadencé et préparait la der de der à la sauce ogive nucléaire. Pôle emploi n’allait pas tarder d’ouvrir ses portes à une interminable file de chômeurs que l’administration allait ranger soigneusement dans les cases d’un tableur Excel. Les radios matinales déversaient un flot d’informations contrôlées, validées et estampillées par le pouvoir en place. Gauche, droite, gauche, droite, quoi qu’il en soit, depuis une quarantaine d’années, c’était toujours en ligne droite vers les institutions financières qu’allaient s’alimenter en ordres et récompenses nos représentants des politiques successives et étrangement ressemblantes.

  La veille au soir, un attentat avait fait une cinquantaine de victimes. Indignation de circonstance, marche blanche et drapeaux en berne au menu, mais, c’est debout que face à la lâcheté de ces actes innommables nous garderons nos usines, magasins et tiroirs-caisses ouverts. Il faut bien reconnaitre que le terrorisme et la peur qu’il génère est un allié irremplaçable du capitalisme. Il sert de justification pour continuer et développer son business tout en sclérosant les libertés individuelles sous prétextes sécuritaires par des lois scélérates permettant de contrôler et d’orienter les choix consuméristes du citoyen. Le terrorisme concède de faire des guerres et ainsi de vendre des armes. Je me suis posé la question maintes fois, comment ce fait il que des terroristes qui haïssent le mode de vie occidentale ne frappe pas à la base de ce mode de vie autrement dit : les temples de la consommation pilleurs de matière première et exploiteurs de vies humaines  ? En clair, plutôt que de prendre des risques à faire sauter des avions, il semblerait plus simple et plus productif en termes d’impact qu’ils aillent se faire exploser un samedi après midi dans un hyper marché style Carrefour, Auchan ou une galerie marchande. Ils n’auraient qu’à faire cela trois ou quatre fois et je vous laisse imaginer les dégâts humains et la psychose que cela génèrerait. Chiffre d’affaires de ces supermarchés en berne, car immédiatement fuis par les consommateurs, réflexe peur... Bizarrement, nos amis djihadistes n’ont pas pensé à cibler de tels lieux pourtant, cela mettrait l’économie à genoux et je me demande si dans ces cas-là, il y aurait autant de fiché «  S  » en liberté  ? Rappelons nous un récent passé, quelques déséquilibrés qui avaient appris en quelques leçons à piloter un Boeing l’avaient détourné avec un cutter, des tours s’étaient effondrées comme des châteaux de cartes tout en laissant intact un passeport sous des milliers de tonnes de gravât et de ferraille en fusion, un peu de farine dans une fiole et des armes de destruction massive qui n’avaient jamais existées ont suffit à faire des millions de victimes alors.... Mais bon, à se poser de telles questions, cela frise le conspirationnisme.

  Dans les médias, le peuple avait droit à son bain journalier de culpabilité. Après nous avoir pris la tête comme quoi nous étions d’irréductibles Gaulois réfractaires au changement, changement bien entendu enrichissant pour la minorité qui nous contrôle, voilà que maintenant nous sommes de vilains colonialistes, racistes et surtout d’horribles antisémites. Alors comprenons bien la définition primaire et réductrice qu’ils donnent au terme antisémite. Pour eux c’est très simple, dès que vous critiquez la politique sioniste, expansionniste et violente d’Israël vis-à-vis des Palestiniens, vous êtes un antisémite  ! Ce qui, vous en conviendrez, est complètement con parce qu’un Palestinien dont vous prenez la défense est un Sémite. Vous n’avez rien contre le peuple juif, mais vous trouvez odieux le gouvernement sioniste et ses agissements alors, vous êtes antisémite parce qu'il parait que l'antisionisme est de l'antisémitisme larvé. D’ailleurs en permanence les journaux, télés et radios, sous les ordres de nos chers dirigeants vendus à cette cause, vous le rappellent jour après jour comme quoi, dans notre pays de fachos, les actes antisémites progressent de manière vertigineuse. Il faut quand même être tordu dans sa tête pour assimiler un geste version bras d’honneur inversé à un salut nazi. Ca c’est l’insulte suprême qu'ils utilisent pour justifier et couvrir leurs méfaits vis à vis de la population, dés que vous protestez ou manifestez (Gilets jaunes) vous êtes antisémites en conclusion, salauds de Français vous êtes des antisémites...

  Pendant ce temps, des imams se tirant la bourre pour le pouvoir, aux Rabbins racistes et menteurs en passant par des évêques protégeant des prêtres pédophiles, les croyants ne savent plus à quel saint se vouer alors, les sectes explosent en adhérant à la recherche d’un semblant de spiritualité. Ce qu’il y a de terrible avec les chefs religieux c’est qu’ils ne pratiquent pas la religion. Ils anéantissent l’histoire en la remplaçant par leurs manuscrits falsifiés. Experts en palimpsestes, avec le vieux ils ont fait du neuf qui devient vieux officialisant ainsi les mensonges qui les arrangent à des fins dominatrices.

  D’année en année, les restos du cœur battent des records tout comme les comptes en banque des 0,01 % des plus riches qui vampirisent 80 % des richesses produites. Une caste à part où les membres passent leur temps à évaluer leurs bénéfices sous psychotrope et amphétamine 15 à 20 heures par jour et avec comme seul point commun, celui d’être mégalo compatible... Vous connaissez cette opération : «  Spéculation = crise + déficit  ». Dix millions de bénéfice spéculatif génèrent environ dix mille chômeurs ou travailleurs pauvres, mais le dire, c’est du racisme anti-riche, de la démagogie, voire de la jalousie. À un tel niveau, on hésite entre la fatigue, l’ignorance ou la bêtise.

  Aujourd’hui, la loi est applicable pour la plèbe mais, négociable suivant la somme de votre compte en banque ou le pouvoir que vous détenez. La justice est saturée pour certains et rapide pour d’autres. Impunité de complaisance à tous les étages, lenteur des procédures et condescendance du juge avec le prévenu. Les exemples ne manquent pas et dans tous les partis politiques, financiers ou aristocratiques quel qu’ils soient. Par contre, pour les gilets jaunes qui manifestent pour arriver à payer leurs factures et nourrir leurs familles là, c’est flash-ball, lacrymogène, matraque et justice expéditive. Nous sommes le pays des droits de l’homme qui a pour président un banquier qui ordonne de tirer sur la foule. Cette démocratie chancelante n’est plus qu’un leurre, protégée par une police qui ne sert plus que les intérêts de la caste au pouvoir.

  Ainsi agonisent les sociétés, le monde se vide de sa substance humanitaire, les ronces ont envahi le jardin d’Eden. Peut-être eut il mieux valu garder la nostalgie d'un paradis en le quittant que de le transformer en enfer en y restant. C’était, en quelques lignes, la brève histoire d’un Olympe perdu...


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Chantecler Pink Marilyn 19 mars 14:13

    Vous inquiétez pas : y a plus qu’à attendre l’archange Saint-Michel.

    Bon, OK, Lucifer a profité du fait qu’Ève se soit éloignée d’Adam pour prendre la forme d’un serpent et la tenter avec le fruit de l’arbre défendu qu’il a réussi à lui fourguer.

    Mais ce con n’était pas obligé d’y goûter lui aussi !

    C’est pour ça que Dieu les a chassés du paradis et qu’il a transformé Satan et ses compagnons en serpents.

    Heureusement, le fils les a pris en pitié et leur a envoyé un ange (Michel, justement) pour leur montrer l’avenir de leur descendance jusqu’au déluge. Rassuré, Adam s’est laissé conduire avec Ève hors du Paradis.

    L’épée flamboyante est tombée derrière eux, et les chérubins y ont pris place pour garder le lieu qu’ils maintiennent en ordre de marche pour que tout soit bien propre quand nous en aurons besoin après le déluge qui semble imminent d’après ce que vous dites.

    Mais rassurez-vous, le Paradis nous attend. Il suffit de mourir un tout petit peu.


    • scorpion scorpion 19 mars 15:16

      Les articles à Gaby, on aime ou pas, c’est des coups de poing dans l’estomac, la vérité qui dérange et emmerde à la fois mais il faut bien lui reconnaître une putain de lucidité dans l’écriture et élégance de la plume qui surpasse en qualité la plupart des baveux qui s’épanche sur ce site. Dommage peut être que l’encre soit si noire mais d’ailleurs, est ce le texte qui est noir ou la réalité ainsi et si justement décrite ? M’étonnerait pas qui s’éponge à l’absinthe le Gaby.... 


      • oncle archibald 20 mars 08:32

        « est ce le texte qui est noir ou la réalité ainsi et si justement décrite ? »

        C’est Gaby qui est noir, il faut que son toubib change ses antidepresseurs ceux qu’ils prend ne font aucun effet !


        • Gabriel Gabriel 20 mars 09:33

          @oncle archibald
          Vous avez raison, ce qui me déprime le plus hors l’état de ce monde, c’est ceux qui comme vous feignent de l’ignorer ou s’en satisfont ... 


        • oncle archibald 20 mars 17:44

          @Gabriel : en ce monde et notamment en France ou les aides sociales fournissent à tous au moins de quoi survivre tout va beaucoup mieux quoi qu’on en dise qu’il y a ne serait-ce qu’un siècle.

          Le train de vie d’un smicard d’aujourd’hui et les protections santé retraite éducation de ses enfants n’ont absolument rien de commun avec les difficultés monstrueuses de ceux qui étaient des « brassiers » louant leurs bras à la journée pour des taches agricoles éreintantes.

          Alors on peut toujours se plaindre de tout mais ça n’a rien d’objectif. Le monde est en marche vers des jours meilleurs et ça ne sont pas les ouvriers chinois qui vous diront le contraire. Eux comme moi savent regarder en arrière et voir que contrairement au dicton populaire, non ça n’était pas mieux avant !


        • oncle archibald 20 mars 17:58

          @Gabriel ;

          Je ne sais pas quel age vous avez mais mes parents me racontaient les histoires de la période 1920 1930 ou les « petites gens » se vantaient « d’avoir de l’honneur » et de ne « devoir un sou à personne » sauf au pharmacien s’ils avaient un malade à la maison.

          Le docteur lui ne faisait jamais payer sa consultation aux miséreux, « question d’honneur » la aussi. Parfois un exploitant agricole gardait sur la propriété les vieux salariés et mettait à leur disposition un coin de terre pour qu’ils se fassent un potager, c’était une espèce de prestation sociale avant l’heure, encore une question d’honneur.

          Et ces pauvres mecs qui étaient simplement humains, qui avaient pour ambition de pouvoir se regarder dans une glace sans avoir honte d’eux même, se sont fait traiter de « paternalistes » par les cocos qui sans doute trouvaient injuste de en pas pouvoir les traiter de salauds !

          Et vous ne trouvez pas mieux qu’on vit mieux aujourd’hui où les soins des malades soient pris en charge par la sécu ? Où les chômeurs bénéficient d’une indemnisation ? Et les personnes qui ne peuvent plus travailler d’une retraite ?

          Le mur des lamentations c’est à Jerusalem !


        • Gabriel Gabriel 20 mars 18:47

          @oncle archibald
          Le monde progressait et sortait de sa misère jusqu’à dans les années 1970, depuis, il entame une inexorable descente aux enfers due à l’avarice et la convoitise du pouvoir et de l’argent par une minorité qui n’en a jamais assez. Vous, vous pensez qu’il continue de s’améliorer et que les politiques pratiquées sont la solution, c’est ce qui nous diffère car contrairement à vous, je pense qu’elles sont le problème. Ne pensez pas que je me lamente, je vais même vous confier un secret, je m’en contre-fout parce que ce n’est pas de ma compétence et que chacun est libre de choisir la corde pour se pendre. Je ne suis qu’un observateur qui est juste dans l’analyse et l’écriture...


        • oncle archibald 20 mars 19:01

          @Gabriel : vous avez le nez dans le guidon, globalement le monde n’a jamais cessé de progresser depuis l’homme des cavernes et je pense qu’il continuera inexorablement à progresser. Il peut y avoir un hoquet de ci de la mais globalement tout va mieux qu’hier . C’est une vision objective, pas juste la mienne qui ne vaut pas plus que la votre. Je parie sur la vie, vous pariez sur la mort. Même en supposant que je me trompe, j’aurai vécu plus heureux que vous.


        • Gabriel Gabriel 20 mars 19:27

          @oncle archibald
          Si seulement tous ces nouveaux chômeurs, SDF, gilets jaunes et autres crèves la faim pouvaient vivre aussi heureux que vous, cela me comblerait.... 


        • oncle archibald 20 mars 20:31

          @Gabriel : mais que savez vous de mes moyens d’existence ? Du montant de ma retraite ? Vous êtes allé vous laver aux douches municipales parce que votre appart avait un seul point d’eau, froide bien entendu, le robinet de l’évier de la cuisine ? Moi oui ! Et j’étais ado, ! Croyez que j’ai apprécié à sa juste valeur le fait de déménager dans un appartement « normal » avec des WC intérieurs au logement et une salle d’eau avec une douche et de l’eau chaude. Maintenant les gilets jaunes hurlent de douleur si leur boss à une maison de 180 m2 avec un jardin et pas eux ! Ras le bol des mensonges mirabilistes auxquels vous apportez votre soutien !


        • foufouille foufouille 21 mars 08:02

          @oncle archibald
          on est plus dans ton passé mais au présent.
          en 1900, personne n’avait de ballon d’eau chaude électrique ni des wc intérieur pour la plupart. les enfants ne font plus 2km dans la neige pour aller à l’école. etc.
          tout le monde n’a pas tes gros revenus, va donc vivre avec moins que le smic quelques années ou au RSA.


        • Gabriel Gabriel 21 mars 08:19

          @oncle archibald
          Votre vision des gilets jaunes est très sélective à ce que je constate. Vous avez un point commun avec notre Jupiter, pour lui se sont des fainéants antisémites, racistes et des casseurs pour vous des jaloux. C’est pas un peu réducteur ? Enfin je comprend mieux votre attachement à ce gouvernement....


        • oncle archibald 21 mars 10:06

          @Gabriel :

          Vous prétendez que les gilets jaunes sont tous des mecs au taquet qui n’ont pas de quoi vivre ? Que les casseurs qui servent leurs intérêts sont aussi des désespérés de la société ?

          Ça c’est la chanson misérabiliste que vous et Foufouille adorez, mais ça n’est en rien la réalité. Quelques uns oui, brandis à bout de bras et manipulés par la horde des autres. Ça ressemble à la chanson de Brel : les dames patronnesses tricotent en vert caca d’oie pour le Dimanche à la messe reconnaitre ses pauvres à soi !

          Redescendez sur terre !


        • oncle archibald 21 mars 10:14

          @foufouille : « va donc vivre avec moins que le smic quelques années ou au RSA »

          Mais je l’ai faite cette expérience quand ma mère s’est retrouvée veuve à 49 ans et sans revenus autres qu’une pension de veuve mince comme du papier cul, que nous sommes passés d’une maison très confortable à un taudis, que je l’ai vu compter son porte monnaie avant de partir au marché ...

          Ma mère a travaillé pour la première fois de sa vie à 50 ans parce que c’etait comme ça, de son temps les femmes étaient à la maison et s’occupaient du ménage et des enfants. C’est pour ça que je peux relativiser et que je sais aujourd’hui être heureux et vivre avec peu !

          Ma retraite est tellement petite que j’ai travaillé jusqu’à 69 ans et 8 mois avant de pouvoir la toucher ! Et j’ai plutôt tendance à m’emmerder depuis que je ne bosse plus. Toute ma vie est à l’inverse de tes clichés à la con.


        • oncle archibald 21 mars 10:18

          @foufouille :

          Tu as oublié un détail dans ta description du monde de 1900. L’hiver ma mère allait à l’école avec une buche dans son cartable, parce que chaque élève devait apporter quelque chose pour alimenter le poêle de la classe.


        • foufouille foufouille 21 mars 10:26

          @oncle archibald
          je te parle de nos jours et pas dans le passé avec le boulot facile a trouver. en 90, je vivais avec 3000€ sans luxe mais sans crever de faim et avec des loisirs.
          donc de nos jours, le gilet jaune classe moyenne se retrouve à tenir ses comptes et ne pas trop dépenser car proche de la pauvreté où il faut choisir entre sortir et bouffer.
          pour bosser jusqu’à 69 ans, c’est une profession libérale .......


        • oncle archibald 21 mars 10:36

          @foufouille : 3000 € par mois ou par an ? Parce que par mois, soit 36 000 € par an, moi que tu traites de nanti, je ne les ai jamais eu !


        • foufouille foufouille 21 mars 11:20

          @oncle archibald
          c’était en franc évidement et un CES. je n’ai jamais 3000€, ça ferait 20 000FF de l’époque au moins, certainement plus car logement, chauffage, etc ont pas mal augmenté pour le même genre de logement.


        • foufouille foufouille 20 mars 18:25

          le monde n’est pas aussi noir que ta nouvelle de SF. pour info, le terroriste cherche juste à imposer sa religion de merde sinon il irait faire péter sa tronche dans une préfecture.


          • Gabriel Gabriel 20 mars 18:37

            @foufouille
            Ce que vous appeler de le SF sont des faits actuels et vérifiables cher ami, ouvrez les yeux. Quand aux terroristes, je n’ai jamais dis le contraire, ils cherchent à imposer leur idées à la con, la dessus nous sommes bien d’accord.


          • foufouille foufouille 20 mars 19:03

            @Gabriel
            non ce n’est pas aussi noir et très loin de ta description. il existe encore beaucoup de coins de natures et des villes peu pollués.
            tu es dépressif ?


          • Gabriel Gabriel 20 mars 19:25

            @foufouille
            Bof après tout vous avez raison, il existe encore beaucoup de ville ou les pics de pollution ne sont pas atteint, le sixième continent de plastique n’a pas encore la taille de l’Europe, il ne fait que trois fois la France, la déforestation et la pollution des eaux sont des faits très marginaux, il y a de moins en moins de pauvres et de chômeurs, les gilets jaunes ne sont que de vilains grincheux etc etc... Finalement tout vas de mieux en mieux n’est ce pas ?


          • foufouille foufouille 21 mars 08:21

            @Gabriel
            évidement que non vu le nombre de sans emplois, sdf, etc mais ce n’est pas aussi horrible que ça.
            les continents de plastiques viennent principalement du tiers monde.
            j’imagine l’état des villes quand tout le monde se chauffait au charbon .......
            mais c’est vrai que chez nous ça pourrait être beaucoup mieux.
            j’ai dormi 15 jours dehors dans un fauteuil roulant cet hiver. et c’est pas le pire que j’ai vécu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès