• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un placard d’UCAR dans Le Monde : la publicité à l’ère de la (...)

Un placard d’UCAR dans Le Monde : la publicité à l’ère de la richesse qui s’exhibe ?

Si la publicité est un des miroirs d’une société, voici une page publicitaire qui donne la mesure du changement que vit la société française. Le journal Le Monde l’a publiée dans son numéro de jeudi 15 mai 2008. « Les pauvres sont dégueulasses. Ils polluent ».


Qu’on se rassure ! Ce n’est qu’une agence de location de voitures qui en appelle aux pouvoirs publics pour débarrasser le parc automobile français, par une prime à la casse, des millions de vieilles voitures dépourvues d’équipement antipollution. Un second slogan prétend corriger le tir aussitôt : « Le droit à la voiture propre pour tous ».

Un leurre inédit

Le leurre choisi pour capter l’attention, une injure, est manifestement inédit : il vise à stimuler le réflexe du classisme sans complexe. Le mépris des « pauvres » est crié sur les toits : l’article défini « les » englobe le groupe visé dans sa totalité ; le choix du mot d’argot « dégueulasses » donne une frappe maximale à l’injure ; enfin, l’ellipse entre l’expression de la cause et celle de son effet – par l’omission de « car » - fait claquer le slogan qui impute au groupe incriminé la responsabilité du rejet qu’il suscite pour sa conduite « contre-nature » !

On n’est pas habitué à entendre aveu aussi cynique. Même si la vie sociale offre une image contraire où le faible est impitoyablement écrasé et éliminé en cas de compétition, par compensation sans doute, il devient le centre de toutes les attentions quand sa faiblesse n’en fait le rival de personne ; au contraire, il peut même, à son corps défendant, être le prétexte à une émulation, sinon à une compétition, parmi des bienfaiteurs qui cherchent à se parer du manteau humanitaire pour atteindre d’autres buts.

Il suffit de songer aux incessantes campagnes qui brandissent le leurre d’appel humanitaire pour susciter le réflexe de culpabilité susceptible de déclencher la pulsion de don en échange de la bonne conscience recouvrée. Qu’on se souvienne de la campagne du paquet « Du riz pour la Somalie » d’octobre 1992 dont l’un des animateurs majeurs était l’actuel ministre des Affaires étrangères portant un sac sur le dos devant les caméras du monde entier ameutées, pantalon retroussé et pieds nus dans l’écume des vaguelettes d’une plage pour montrer que les dons parvenaient bien à leurs destinataires affamés !

Une tradition de retenue relative

Cette publicité invente si on ose dire le leurre d’appel anti-humanitaire ou le leurre d’appel cynique pour obtenir des pouvoirs publics qu’ils subventionnent l’achat par les « pauvres » de véhicules neufs à seule fin de porter assistance à l’industrie automobile. Ainsi la stimulation du réflexe socioculturel conditionné de protection de la nature l’emporte-t-il désormais sur les réflexes de compassion et d’assistance à personne en danger déclenché par les leurres d’appel humanitaire traditionnels.

Sans doute le classisme n’a-t-il pas attendu cette publicité pour s’exprimer et gouverne-t-il les relations sociales depuis longtemps, sinon toujours : il suffit de relire Victor Hugo et Les Misérables. Le pauvre dans sa crasse a toujours soulevé le cœur des classes sociales aisées et, il faut l’avouer, avec raison, car l’hygiène exige quelques moyens. Le problème, cependant, est qu’elles déduisaient un peu vite de la crasse matérielle des intéressés une dépravation obligatoire dont elles n’étaient pas davantage épargnées. « Sales pauvres ! » est un cri du cœur qu’on a souvent entendu, mais à voix basse.

Mais la tradition chrétienne et le mouvement socialiste du XIXe siècle empêchaient jusqu’ici de le clamer sur les toits : « le pauvre » pour l’une et « le prolétaire » pour l’autre étaient paradoxalement érigés en modèles. Les riches avaient à cœur de se racheter et affectaient de multiplier les bonnes œuvres pour témoigner de leurs bons sentiments : la charité est moins coûteuse que la justice. Il semble donc qu’à l’ère de l’argent qui se pavane, cette publicité témoigne d’une rupture des freins moraux qui contenaient jusqu’ici plus ou moins les pulsions les plus sordides.

Un humour impuissant à couvrir le cri de haine

Sans doute, le second slogan vise-t-il à tempérer ce cri de haine et de proscription par une revendication d’autant plus volontiers égalitaire qu’on la sait inaccessible : « Le droit à la voiture propre pour tous ». La première vocifération n’en est pas pour autant couverte par ce souhait généreux. On entend bien aussi qu’il se glisse dans l’outrance même du cri un trait d’humour qui invite à prendre à la légère ce qu’on a cru devoir prendre au sérieux. Il s’agit en réalité d’un appel à la solidarité nationale pour venir en aide à ceux qui ont de vieilles voitures et pour lutter contre la pollution qui menace la planète.

On le veut bien. Mais on a beau faire, le cri de haine a été proféré si fort qu’on ne parvient pas à le couvrir ni à le faire taire. L’humour noir invoqué est difficile à manier. Il ne se pratique en général qu’en petit comité, selon le mot de Pierre Desproges : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui » ! Or, ici, publicité oblige, on est sommé de sourire avec tout le monde et on peut ne pas en avoir envie. C’est sans doute pourquoi subsiste un malaise.

Paul Villach


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • IMAM ATHEE 19 mai 2008 11:15

    Prem’s !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 mai 2008 17:00

      L’Equipe Agoravox : J’aurais quelque chose à dire.... mais je ne sais pas trop si je devrais.. Vous me connaissez, je suis timide.... Quand je n’ai pas ma casquette, je ne sais pas quoi faire de mes dix doigts. Bon enfin, si vous permettez... Vous savez cet autre article. samedi, qui parlait un peu du même sujet ? "Les pauvres XXXX... " Eh bien, j’avais dit quelque chose, mais... oooops ! Parti ! Ce n’est plus la. Pourtant. rien d’injurieux, pas le Goncourt, mais français passable....

      Je n’ai pas halluciné, car un autre commentateur sur le fil a dit :

      " Pierre JC Allard a bien raison de s’émouvoir d’une telle société qui ne porte plus aucun jugement moral sur la question de la dignité humaine qu’on arrache à certains, avant de leur ôter autre chose ...."

      Censuré ? Pourquoi ? Perdu dans les interstices de la modération ? Enfin, si on le retrouve, ce commentaire serait tout à fait petrinent à cet article Enfin je crois... Faudrait en parler... Veux pas vous déranger, hein...

      Cordiales salutations à l’auteur

       

      Pierre JC Allard

       


    • cti41 cti41 19 mai 2008 11:21

      Cette publicité est infecte ! Si demain on arrive à faire disparaître toutes les voitures polluantes ce sera encore au bénéfice des grands groupes qui pourront vendre leur production en remplacement des véhicules pollueurs. Je ne pense pas que les gens modestes (pour ne pas dire pauvres) sont moins écologistes que les grosses industries qui sont à l’origine de la majorité de ce qui pollue. Tout le monde aimerait avoir des "véhicules propres" faut-il encore avoir les moyens d’en faire l’acquisition et les primes à la casse ne suffisent pas encore à les rendre accessibles à tous les budgets. Pour ce qui est du caractère "humoristique" que la societé à l’origine de cette pub voudrait donner à cet article, j’ai beau chercher je n’arrive même pas à en sourire.


      • Lucien Lacombe 19 mai 2008 11:25

        DEUZE !

         Bah...

        C’est bon, maintenant, on peut y aller... on peut dépasser cette fausse pudeur : oui, le pauvre est con, il sent mauvais, il est moche... il est "il"... ce n’est donc pas "moi"... 

        Ca ne gène que le VRAI pauvre, lui, de toutes façons on s’en fout, il n’a pas les moyens de consommer, il n’est là que pour faire peur au futur pauvre :

        "Tu vois ce qui va t’arriver si tu n’acceptes pas la loi du marché et ses délocalisations ?"

        Le pauvre est la cause de tous les malheurs de "nous", "les autres"... c’est bien le pauvre qui plombe la croissance, le trou de la sécu etc. Haro sur le pauvre !

        Suffit de voir M6 : le pauvre est sale, on le lui dit, on lui met le nez dans sa m.... et on lui apprend à ranger ses affaires et à passer l’aspirateur.

        Le pauvre est con : il ne sait pas élever ses enfants (Kevin et Jennifer), alors on le met au piori de la télé en lui déléguant une Super Nannie analphabète afin que "nous", ’les autres", nous confortons dans notre idée que nous sommes différents du pauvre...

        Mais le pauvre a son utilité, le pauvre est le nouveau mètre étalon de notre société, vive le pauvre ! Tout ceci me rappelle l’ancien régime, le monde ou les derniers seront les premiers : pauvre tu es, pauvre tu resteras, et ce n’est que justice.

        Lucien

        "Travail, Mérite, Sécurité"


        • Yohan Yohan 19 mai 2008 12:06

          Les publicitaires ne savent plus quoi inventer pour se démarquer. Le pire, est que leurs commanditaires les suivent aveuglément. Si l’affaire va faire grand bruit, il n’est pas sûr que UCAR en sorte gagnant. Bien fait pour sa g.... !

          Un slogan d’autant infect qu’il stigmatise une catégorie de population qui n’a pas les moyens de s’offrir une voiture hybride.

          Que dire des riches qui eux pourraient se l’offrir mais qui préfèrent s’acheter des 4/4 polluants.

          Les publicitaires sont des nuls, ils auraient dû faire celui là : "les riches sont dégueulasses ils polluent "

          pour les inviter à troquer leurs Porsche contre un véhicule moins polluant.

          Le Slogan d’UCAR est d’autant inutile que les pauvres en question ne sont pas le coeur de cible, dans la mesure où ils ne font (quand ils le peuvent) que récupérer les vieux cassons que les riches abandonnent.

           


          • Gasty Gasty 19 mai 2008 12:51

            Interrogeons-nous donc sur la place du riche dans NOTRE société.

             De l’arrogance du riche.

            De la morale du riche.

            De sa suffisance.

            De sa participation citoyenne.

            De sa charité.

            De sa bonté naturel.

             


          • Gasty Gasty 19 mai 2008 12:53

            De son humour.


          • geo63 19 mai 2008 12:18

            En effet cette publicité est infecte ! Elle procède du cynisme le plus absolu dont nos gouvernants actuels sont les plus parfaits représentants (Sarko, Darcos, Dati...).

            Ce glissement vers le plus bas niveau des relations entre les êtres humains est perceptible depuis des années, même chez les humoristes qui se croient drôles. On ne peut qu’éprouver un écoeurement total devant ce mépris aussi librement affiché des pauvres. Je suis maintenant âgé et un peu retiré, mais mon enfance de fils de pauvre et la rage qui l’a accompagnée vis-à-vis des "gros cons friqués" sont toujours là.


            • Paul Villach Paul Villach 19 mai 2008 14:10

              @ Florentin

              "C’est je pense, écrivez-vous, un tel point de vue, éthique, qui vous pousse à écrire cet article, plus encore que le souci de cultiver "le droit" des citoyens lambda à se défendre contre la propagande publicitaire."

              Oui, cher Florentin, les deux motivations s’épaulent l’une l’autre, et même n’en font qu’une. Paul Villach

               


            • finael finael 19 mai 2008 13:30

              Salauds de pauvres !

              Bien entendu ce sont les pauvres qui roulent en 4x4 en ville ... et les riches qui prennent les transports en commun.

              Ce sont les pauvres qui consomment le plus de tout ces produits polluants qui empoisonnent la planête.

              Cette pub n’est pas seulement un réflexe écoeurant ... elle est bête !

              Comme ceux à qui elle est destinée sans doute


              • Plum’ 19 mai 2008 14:02

                Je trouve étonnant que pratiquement personne ne relève le mensonge sur lequel repose cette publicité. Il est faux de dire que remplacer une voiture ancienne par une voiture neuve est écologique. C’est certes vrai si on se restreint à la consommation kilométrique, mais c’est faux d’un point de vue global, en considérant notamment le coût écologique de fabrication d’une voiture neuve.

                Or ce mensonge nous est distillé depuis le Grenelle de l’environnement. C’est pratiquement devenu un mensonge d’état, puissamment relayé par les constructeurs automobiles.

                Gardons donc le plus longtemps possible nos véhicules usagés. Le conducteur qui a gardé sa 2CV de 1978 est plus écologique que celui qui a changé 5 fois de voiture depuis cette date... Déjà parce qu’il a moins parcouru de kms ; oui les riches conducteurs de voitures neuves roulent davantage, sous cet autre angle ils polluent plus...


                • Yohan Yohan 19 mai 2008 15:19

                  @ Plum

                  bonne remarque


                • Newby Newby 19 mai 2008 21:58

                  Depuis le temps que je rouspète et casse les pieds de mon entourage, en voyant toutes ces pubs pour des véhicules "propres", je suis heureux de constater qu’il y au moins un autre lecteur de AVox qui se pose des questions sur le coût écologique de la fabrication de ces véhicules "propres", et de la comparaison avec ces fameux "vieux " véhicules responsables parait-il de 80% de la pollution.

                  Ces campagnes de pubs sont bien pires que cette pub cynique de Ucar.


                • geko 19 mai 2008 14:17

                  @Paul Villach

                  Merci de votre réaction saine face à cette publicité qui traduit le regard du riche sur le pauvre passé au prisme de la publicité.

                  En ces temps de vache maigre, sous le coup de l’émotion la tentation est grande de monter au siège social pour entamer une partie de bourre pif avec Mr Jean-Claude Puerto-Salavert le PDG de UCAR, brillant entrepreneur ayant redressé ADA et qui fait la "promotion de l’usage de l’automobile". Et c’est bien la que le bas blesse !

                  Car derrière ce buzz publicitaire se cache une manoeuvre politique à la veille de la loi du Grenelle.

                  J’ai eu la curiosité d’aller sur le site de UCAR voir leur offre de location : J’observe à ma grande surprise que les petites cylindrées y sont bien représentées ce qui aiguise ma curiosité. Un encart du même slogan publicitaire suivi de la phrase "Oui, mais comment pourraient-ils faire autrement ?" invite intelligemment l’internaute à participer à un débat.

                  Un texte de présentation justifie la publicité :

                  En introduction Mr Puerto Salavert se justifie d’avoir choqué par son slogan pour attirer l’attention, adresse des regrets aux personnes blessées et déclare ses intentions politiques : "je confirme mon intention de mettre en place un système d’aide à la mobilité réservée au plus démunis. Je sais pour y travailler depuis plusieurs mois que l’absence de moyen de transport est un obstacle majeur pour les personnes en difficulté pour retrouver un travail. J’ai officiellement fait cette offre à Martin Hirch, Haut commissaire aux solidarités.

                  Ses arguments :

                  • Renoncer à la propriété

                  Des solutions nouvelles existent qui permettent à tout le monde, même aux ménages les plus modestes, de rouler dans une voiture propre et de faire des économies, à condition toutefois de renoncer à la propriété. Lorsqu’on est propriétaire de sa voiture, on la choisit en fonction du besoin le plus important de l’année : les vacances ou les week-ends lointains en famille… et 90% du temps, on s’en sert pour aller travailler seul ou pour conduire les enfants à l’école à quelques kilomètres. Pour se payer cette grosse voiture, comme elle est chère, on l’achète souvent d’occasion.

                  C’est ce mode de consommation que je conteste. La location, elle, permet de…

                  s’adapter à l’usage du moment : on peut rouler 90% de son temps dans une petite voiture et choisir une grosse seulement lorsqu’on en a vraiment besoin. Ainsi, on roule toujours dans une voiture “propre”, c’est-à-dire neuve et qui consomme moins, donc aussi plus économique.

                  Mr Puerto Salavert à la lecture du titre ça partait bien ! Effectivement le renoncement à la propriété d’un véhicule pour une utilisation mutualisée via location ou par la multipropriété me semble écologiquement très intelligent. On y gagne l’énergie et les matériaux qui aurait du être dépensée pour fabriquer X véhicules de X utilisateurs qui partagerait l’usage d’un seul véhicule. Mais voilà votre argument n’est pas une invitation à renoncer à la propriété d’un véhicule mais à utiliser une voiture de location en plus de sa voiture personnelle !!

                  Soit ! En utilisant une voiture de plus petite cylindrée la consommation est moindre. Mais puisqu’on a pas les moyens de se payer une grosse cylindrée neuve "non polluante" je pense qu’il est préférable de se payer une petite citadine neuve et de louer une de vos catégories E ou F (écologiquement propres) pour les 10% du temps restant. Par ailleurs, le maillage de vos points physiques de location semble plus adapté à cette seconde solution plutôt qu’à la votre ? A l’arrivée ce premier point de vue me semble bien boiteux !

                   

                  Actuellement, qui peut se payer une voiture neuve ? Pas grand monde.

                  "36 millions de voitures roulent en France. Chaque année, sur les 7,5 millions de Français qui achètent un véhicule, c’est un modèle d’occasion pour 5,5 millions d’entre eux. Il faut en moyenne attendre la cinquantaine pour s’offrir sa première voiture neuve. Un choix contraint par le prix bien sûr… et une catastrophe pour l’environnement ! Le gouvernement s’apprête à dépenser cette année quelques 250 millions d’euros dans le dispositif du bonus écologique de Jean-Louis Borloo. N’y avait-il pas une meilleure solution ? Ces 200 euros, 700 euros ou 1000 euros (*) aideront principalement ceux qui ont déjà les moyens d’acheter un véhicule neuf. Pendant ce temps, les autres, les moins fortunés, ceux qui en auraient
                  donc le plus besoin, regardent passer le train et roulent dans des véhicules d’occasion, moins surs et moins propres, parce qu’ils n’ont pas le choix. Plus de la moitié des 35 millions de voitures détenues par les français ont plus de 8 ans.
                  "

                  Le véritable enjeu est bien de renouveler le parc automobile français pour baisser les émissions de gaz polluants et de CO2 responsables du réchauffement climatique. Coté pollution : les émissions des gaz dangereux pour la santé comme l’oxyde d’azote, le monoxyde de carbone ou les particules baisseraient d’au moins 69% (**) si tous les véhicules en circulation respectaient la norme Euro 4 entrée en vigueur le 1er janvier 2005. Coté CO2 : les émissions de ce gaz dangereux pour la planète seraient considérablement diminuées sur les véhicules neufs équipées de moteurs plus efficaces et de dispositifs qui économisent ou récupèrent l’énergie. 

                  La seule solution pour rajeunir le parc est d’aider les propriétaires de vieilles voitures à les remplacer. Ce n’est pas la misérable prime de 300 euros actuellement accordée en tant que super bonus pour la destruction d’une voiture de plus de 15 ans qui fera bouger les choses. Et c’est normal. L’Etat doit compenser la valeur d’usage du véhicule d’occasion qui vaut bien plus pour celui qui l’utilise que ces 300 euros. C’est à mon avis au minimum 1 500 euros que l’Etat devrait proposer aux propriétaires de voitures anciennes pour que l’incitation soit efficace. Et ces 1 500 euros seraient largement compensés par la hausse des recettes de TVA générées par des ventes supplémentaires de voitures neuves."

                   Une catastrophe pour l’environnement : ha finalement le pauvre est bien dégueulasse . Merci de l’aider à sortir de sa crasse Monsieur Propre !!

                  L’argument du renouvellement du parc automobile pour en supprimer les unités les plus obsolètes (donc polluantes) tient la route. Pour le reste il s’agit d’un argument économique favorable à l’usage de l’automobile et leurs fabricants.

                  Mon raisonnement repose également sur l’usage de la voiture je pense qu’en faire la promotion est une incitation à aggraver la "catastrophe pour l’environnement". Je m’explique :

                  Je fais parti des pauvres putrides que vous souhaitez aider à sortir de leur caca ! Je n’épargne pas dans l’espoir de me payer une belle caisse !

                  • Je ne cultive pas le bagnolisme primaire des années passées ! Pour moi la voiture est un objet fonctionnel pour aller d’un point A à un point B et pas une signe extèrieur de réussite ! Je ne dois pas être le seul !
                  • Effectivement je n’ai pas les moyens de changer mon véhicule par contre je me dis que les coûts financier(pour moi) et énergétiques(pour la nature) pour produire "ma" nouvelle voiture sont bien supérieurs aux mêmes coûts nécessaires à l’entretien de mon véhicule existant et son usage.
                  • Je suis pour une diminution de l’usage de la voiture : Je m’efforce de réduire mes usages de la voiture en favorisant l’utilisation des transports en commun pour les longs trajets et en supprimant les déplacements superflus.
                  • A la veille de voter la loi du Grenelle je serais plutôt favorable à la dépense de ces 250 millions d’euros pour favoriser l’usage des transports en commun. Par exemple aider à favoriser les usages multimodaux des transports en commun pour les trajets quotidiens intra et inter urbains. Ou financer une partie de la rénovation du réseau ferrovière régional pour relancer et favoriser l’usage des TER au quotidien. Ou le ferroutage pour les véhicules ne faisant que traverser notre pays. Savez vous que l’amélioration et l’augmentation de la capacité du réseau routier favorise l’augmentation du trafic donc l’usage de la voiture ? Dans tous les cas cette dépense favoriserait beaucoup plus l’emploi des français en plus de leur santé, plutôt que de participer à la relance du marché automobile dont les véhicules sont produites à l’étranger et par des entreprises qui pratiquent le dumping social !

                  Alors Mr Puerto-Salavert je comprends votre démarche d’entreprise mais elle ne me semble "écologiquement" pas crédible dans le fond. J’ai fait un lien depuis le blog du débat pour inviter Mr Puerto-Salavert à s’en expliquer sur AV. Je vous invite à lire son texte en entier pour prendre en compte toute la teneur du message.

                  J’aurai souhaité développer mon argumentaire et en dire plus sur les bitumiers et fabricants de voiture, mais mon travail m’appelle. Je suis sur que Mr Villach ou quelques Helios et Forest aux commentaires pertinents se feront une joie de compléter le tableau !

                  Cordialement

                  PS : Sorry pour les fautes d’ortho pas le temps !

                   

                   

                   


                  • geko 19 mai 2008 14:28

                    Ha oui j’ai oublié de préciser que je fais moins de 8000km par an en voiture ! CQFD


                  • geko 19 mai 2008 19:41

                    J’attendais au moins un commentaire de votre part Mr Villach concernant la démarche de Mr Puerto-Salavert, un commentaire dans la suite de votre article , qui soit critique sur une démarche politique détournée à des objectifs d’entreprise d’intérêts privés.

                    Peut-être l’ouverture au débat est-elle dépassée ?

                    Cordialement


                  • Job Morro Job Morro 19 mai 2008 14:20

                    Bonjour,

                    il faudrait citer un des "saints" pères fondateurs de la religion catholique qui disait quelque chose comme :"le bien des riches appartient aux pauvres !"

                    Religion ou pas, comme disait ma grand-mère : ils (les riches) ne l’emporteront pas avec eux dans leur tombe !", elle parlait de leur richesse.

                    Ou encore un étudiant du Capranica, lors du concile du Vatican, qui avait tagué, sur une grosse cylindrée blanche de marque allemande appartenant à un prélat : "Habebitis jam mercedes tuam !"

                     

                    Et toutes sortes de choses...

                    A+


                    • IMAM ATHEE 19 mai 2008 14:21

                      Les pauvres en plus d’etre pauvres, sont incapable du moindre humour !


                      • geko 19 mai 2008 14:32

                        Il n’est de pauvreté d’humour que pour les pauvres de spiritualité


                      • ASINUS 19 mai 2008 15:01

                        les pauvres incapables d humour ?

                         

                        tsss mais si mais si de temps a autre une bonne jacquerie une bonne emeute

                        une bonne commune voir une petite revolution

                        ou on saigne ou on branche ou decapite quelques gros cons de nantis !

                         

                        paradoxalement dans ces moments festifs et populaires c est vous et les votres qui manquaient

                        singulierement d humour

                         

                         

                         

                         

                         


                      • Yifu66 19 mai 2008 14:32

                        Moi cette pub, je la trouve très drôle : on dirait de l’humour à la Reiser.

                        (ce qu’elle veut vendre est un autre débat)


                        • aquad69 19 mai 2008 15:00

                          Bonjour Paul,

                          merci de votre bon et nécessaire article.

                          Mais, concernant le paragraphe où vous mentionnez la tradition chrétienne, il y a une remarque à faire :

                          Si à l’époque (il y a plus de sept siècles !) où le christianisme était encore vivant et fondement de nos sociétés le pauvre était érigé en modèle, ce n’était pas "paradoxalement", ni pour des raisons de charité utilitaire.

                          En vérité, c’est tout simplement parce que l’on considérait que le dénuement et la frugalité matérielle sont l’état le plus sain pour l’esprit humain et la condition où il est le plus proche de sa nature réelle ; l’exemple de la pauvreté du Christ en est l’illustration même.

                          A l’époque où, quand on mettait la table, on n’oubliait jamais de rajouter une assiette pour un convive de plus, "l’assiette du pauvre", celà n’était pas l’effet d’une charité plus ou moins sentimentale, moraliste, paternaliste ou bien-pensante, et celà n’avait rien de "social" ou d’utilitaire, bien au contraire :

                          Quand le mendiant frappait à la porte, il représentait la nature humaine d’origine, et l’accueillir à sa table revenait à accueillir le Christ lui-même !

                          Celà n’est d’ailleurs pas une particularité du christianisme, et l’on retrouve les mêmes principes chez les autres peuples : par exemple, chez les Indiens peaux-rouges, Navajos entre autres, la richesse a toujours été considérée comme très suspecte, presque synonyme de maladie ; quand on était riche, c’était nécessairement que l’on avait pris plus que sa part, et que, quelque part, on avait spolié les autres...

                          Selon la parole d’un ancien de là-bas : -dire " Indien riche", c’est comme dire "de l’eau sèche".

                          Ce genre de mentalité a toujours été la règle dans l’histoire humaine, hormis pendant les époques de décadences, précisément.

                          Pour ce qui nous concerne, le basculement "moderne" en ce domaine a commencé avec l’apparition de ce que l’on pourrait appeler "l’esprit" calviniste et bourgeois : la richesse qui à l’époque féodale, comme dans toute société traditionnelle et naturelle, était vue comme une chose inquiétante et non enviable, comme une épreuve pouvant entraîner la déchéance et la perte de soi, a été alors présentée comme le signe de ce que l’on était "aimé" de Dieu, que l’on avait de la chance et de la compétence, en un mot que l’on avait tous les attributs du "winner", le gagnant anglo-saxon.

                          La pauvreté au contraire, qui était considérée auparavant comme une "bénédiction divine" et l’indice d’un rang particulièrement honorable puisque proche du Christ, est devenue à l’aune des nouvelles mentalités stygmate de paresse, de malchance, de maladresse et d’incompétence : celles du "looser" lui-même ! 

                          Et ce n’est évidemment pas un hasard si cette "évolution" correspond à la création et au développement de cette mentalité américaine et moderne qui nous envahit et qui par essence craint, maudit et même excommunie en quelque sorte les pauvres et les démunis.

                          En vérité, la véritable chasse que l’on mène dans nos pays contre eux et aussi contre les gens sans papiers s’apparente bel et bien à celle qui est menée en permanence et par tous les moyens de manipulation, médiatiques, réglementaires et culturels contre tous principe même de nature humaine et de dignité, c’est à dire contre nous-mêmes.

                          Il n’est que de voir les lois actuellement développées, qui vont toutes clairement dans le sens d’une soumission des "citoyens" de plus en plus complète au pouvoir, à ses représentants et à leurs abus, ainsi qu’à l’apparition des nouveaux "devoirs de délation"...

                          C’est la nature humaine elle-même qui est devenue chez nous étrangère, suspecte et "en situation irrégulière" ; et c’est nous qui devons baisser la tête, en permanence et à chaque fois plus bas, sous les fourches claudines toujours renouvelées de "l’adaptation progressive à l’efficacité moderne et libérale" et nous renier le plus abjectement possible pour nous intégrer et nous soumettre aux nouvelles définitions de la condition de salarié en entreprise.

                          Que l’on ressente alors un "malaise" devant certaines lois iniques ou certaines publicités particulièrement perverses est alors la chose la plus naturelle qui soit :

                          bien que n’ayant jamais de notre vie connu de société humaine réellement saine et naturelle, ni reçu d’éducation traditionnelle nous permettant d’atteindre et de goûter ce que nous avons en nous de véritablement sacré, dans cette ignorance de nous-même qui la nôtre, il nous reste malgrès tout l’instinctive capacité de ressentir les souillures quand on nous les inflige.

                          Tout comme ces jeunes enfants qui, abusés par des adultes, n’ayant pas en eux l’age et les moyens d’identifier et de comprendre le crime dont ils sont les victimes, n’en éprouvent pas moins les traumatismes et la profonde souillure ...

                          Cordialement Thierry


                          • Paul Villach Paul Villach 19 mai 2008 16:06

                            @ Aquad69

                            Je souscris à votre historique de l’attitude face à l’argent dans notre société occidentale qui gouverne nos réflexes socioculturels conditionnés. Paul Villach


                          • finael finael 19 mai 2008 23:54

                            Bonjour,

                             Bien que fondalement athée, je pense que vous faites une grave erreur temporelle quant à la prégnance de la morale chrétienne dans nos sociétés. Même la société américaine des WASP a longtemps considéré que l’enrichissement excessif était immoral, et le protestantisme est justement une révolte contre les fastes d’une église ayant égaré ses principes.

                             Jusqu’à la seconde guerre mondiale ces principes imbibaient nos sociétés (relire "Qui étaient nos ancêtres" et "Comment vivaient nos ancêtres" de Jean Beaucarnot), tout amateur de généalogie connait la valeur des registres paroissiaux.

                            Ce n’est que très récemment, je dirais vers les années 80 que le mythe du "Golden boy" s’est imposé, et que les richesses se sont étalées aux yeux de tous sans complexes, même si aujourd’hui encore les riches ont rarement le beau rôle dans les productions hollywoodiennes, d’où l’intérêt d’attirer notre attention sur ce qui n’est encore que marginal mais risque de se généraliser rapidement.


                          • Paul Villach Paul Villach 20 mai 2008 10:05

                            @ Finael

                            Il semble tout de même que catholicisme et protestantisme n’aient pas la même attitude devant l’argent. L’évangile chrétien leur livre d’ailleurs la possibilité de deux lectures.

                            - Le catholicisme a mis l’accent sur le mépris officiel de la richesse ("on ne peut pas servir deux maîtres, Dieu et l’argent", etc.) même si les conduites adoptées par l’appareil ecclésiastique contredisent le plus souvent ce mépris.

                            - Le protestantisme paraît s’être appuyé sur une lecture littérale de "la parabole des talents" pour en déduire une conduite opposée : il faut être en mesure de rendre au maître plus que le talent reçu en dépôt ; c’est le principe de la banque ! Paul Villach


                          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 19 mai 2008 16:38

                            Sa majesté Nicolas Sarkosy Ier à dit à tout les nouveaux riches, blaireaux arrivistes comme lui, <<soyez sans complexe>>, cette pub (plus nauséabonde que la pauvreté) applique à la lettre ce mot d’ordre...

                             


                            • antovador 20 mai 2008 00:06

                              Je crois que Sarko n’est pas étranger á cette pub


                            • Aurélien Bernier abernier 19 mai 2008 16:40

                              Bonjour,

                              Cette publicité n’arrive pas aujourd’hui par hasard. Elle est permise par une conception anti-sociale de l’écologie trop souvent véhiculée par les pouvoirs publics.

                              Plutôt que de contraindre les entreprises en remontant à la racine - les règles du commerce international - les gouvernements culpabilisent le citoyen et lui demandent d’acheter des voitures "propres" ou des éco-produits. Il est bien évident qu’à ce petit jeu, le pauvre, qui a très peu de marge de manoeuvre dans ses actes d’achat, est directement dans le collimateur.

                              Sur cette conception anti-sociale de l’écologie, vous pouvez lire l’article ci-dessous :

                              http://abernier.vefblog.net/1.html#Quand_lecologie_devient_antisociale

                              Bien cordialement,

                               

                              Aurélien BERNIER

                               


                              • IMAM ATHEE 19 mai 2008 17:30

                                T’es qui toi ? Tu crois que tu vas nous berner, Abernier, avec ton discours crypto-marxiste-léniniste ?


                                • Djanel 19 mai 2008 18:51

                                  Usurpation d’identité, vous n’êtes pas Tall qui est plus subtile que vous. D’ailleurs Tall est rédacteur d’article donc ses commentaires devraient être en bleu. Il faudrait que l’intéressé signale votre usurpation à la modération.


                                • Gasty Gasty 19 mai 2008 20:17

                                  C’est son chapeau, je le reconnaîtrais entre mille, mais ce n’est pas Tall.


                                • Gasty Gasty 19 mai 2008 20:19

                                  Il y a un usurpateur sous le chapeau de Tall.


                                • WOUF 20 mai 2008 09:07

                                  Salut Gasty

                                  J’ai signalé l’usurpation, mais ils n’en ont rien à fiche et j’ai demandé la suppression de mes comptes. Ma fiche bleue n’existe donc plus. Vous pouvez néanmoins reconnaître les usurpateurs lorsque leur ip ne commence pas par "xxx.x19." ( parfois xxx.x1. ) chiffres fixes liés à mon provider. En tout cas, jamais "76" comme le faux Tall ci-dessus.

                                  Tall


                                • Djanel 19 mai 2008 18:44

                                   

                                  Connaissez-vous le prix d’une location. Je vais vous le dire : 600 euros par moi assurance comprise et 1200 euros de caution pour un berlingo utilitaire. C’est pas cher pour les riches mais si on retraduit tout en franc, c’est 4000 francs / moi. Par an c’est 7200 euros. Prix d’un berlingo utilitaire 6500 euros. Il y a des pauvres qui se feront plumer encore.

                                   

                                  Or une voiture parce qu’elle sert pour aller au travail doit être disponible durant toute l’année. Donc l’idée du PDG d’UCAR n’est pas réalisable. Il n’y a pas de générosité non plus car il ne fait que défendre son intérêt en demandant à la communauté ou à l’état de payer une prime pour inciter les pauvres à changer leurs véhicules tout en faisant parler de lui. Cette publicité ne coûte pas cher. En effet, il n’a payé au Monde et aux autres médias leurs prestations pour diffuser son slogan publicitaire et la campagne continue gratuitement sur les médias parce qu’on discute toujours de la provocation contenue dans son message. Je ne connaissais pas UCAR maintenant je connais le nom. Et si un jour, j’ai besoin d’un véhicule … je me souviendrais de la provocation.


                                  • Radix Radix 19 mai 2008 19:23

                                    Bonjour

                                    Si cette pub arrive maintenant ce n’est pas par hasard, elle est dans l’air du temps, elle est en filigrane dans les discours de Sarko : si les pauvres sont pauvres, c’est de leur faute !

                                    Plutôt que d’investir en bourse ils préfèrent acheter des bagnoles pourries qui polluent pour aller bosser à 30 km de chez eux au lieu d’habiter le centre ville comme tout le monde et de réserver le 4x4 "propre" pour le week-end ! Bande de salauds !

                                    Vous aller voir bientôt ils auront la peste en plus !

                                    Radix


                                    • geko 19 mai 2008 19:44

                                      Merci de lire mon commentaire plus haut vous saurez tout sur le fond politique de ce buzz publicitaire !!!!

                                      Cordialement.


                                    • Mr.K (generation-volée) generation-volée 19 mai 2008 21:04

                                      Et les medias vont encore nous noyer de discours outrés de vierges effarrouchées !!!La plupart sont complices et beaucoup trop partisans de la casse sociale qui se joue.

                                      La droite et ses argentier chient sur le front populaire et l’on se chiffonne pour une afffichette.............


                                      • OmegaDG OmegaDG 19 mai 2008 23:25

                                        Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.

                                        Pour erradiquer la pauvreté, il faut éliminer le pauvre.

                                        Cette façon sournoise de balaniser les propos d’un vulgaire, en argumentant l’attention du mirador public, a ses effets pervers.

                                        Aujourd’hui on ne voyage plus l’humain, on le transporte, comme de la marchandise, et les passagers sont peu à peu devenus des usagers. Usagers des transports en commun ; ’’encore de sales pauvres, ils n’utilisent pas, ils usent’’ certains même diront qu’ils abusent.

                                        Quand le pauvre n’aura plus rien à perdre, ayant perdu la dignité que son statut de citoyen lui accordait, il lui restera la colère.

                                        Ce n’est pas la misère qui cause la révolution, c’est la colère. (St-Just)


                                        • docdory docdory 20 mai 2008 00:16

                                           Cher Paul Villach

                                           

                                          Entièrement d’accord avec votre analyse !

                                          L’idéologie qui inspire cette publicité est celle de l’ultralibéralisme dont le principe de base est , comme vous le faites fort justement remarquer , le mépris viscéral et absolu des pauvres . Pour ceux qui en douteraient , il suffit de lire le texte " à bas la démocratie " de Hans Herman Hoppe sur le site "libéralia " , site de propagande ultra-libérale :

                                          http://www.liberalia.com/comprendre.htm

                                          A noter que Google définit libéralia comme un " lieu de ressourcement pour la pensée humaniste ( ...) " . On en reste sans voix !

                                           Je pense que les pauvres dégueulasses et pollueurs auxquels cette pub fait allusion sont non seulement les automobilistes français qui roulent dans des voitures vieilles de dix ans , mais aussi l’ensemble des habitants des pays moyennement -ou sous-développés , qui sont régulièrement stigmatisés comme des pollueurs par les médias . 

                                          Quand on pense aux pauvres pollueurs , on pense aux invraisemblables encombrements de vieilles bagnoles dépourvus de tout pots catalytiques ou autres filtres à particules dans les pays du tiers monde , au smog de Mexico , aux crève -la-faim qui pour chercher quelques pépites d’or inondent les rivières d’Amérique du sud de mercure , aux propriétaires de Trabant dans l’ex Allemagne de l’Est , à Tchernobyl , aux égouts des favellas , aux ordures de Naples , aux usines à charbon chinoises et leurs épaisses fumées ...

                                          Que dit cette pub , en fait ? " Ce ne sont pas nous , les vertueux riches , qui polluons la planète , ce sont vous , les sales pauvres . Mais nous , vertueux riches , dans notre infinie bonté , sommes prêts à vous accorder à vous , les minables pauvres , un droit , celui de moins nous polluer , nous , les riches ...

                                           


                                          • Paul Villach Paul Villach 20 mai 2008 10:09

                                            Cher Docdory,

                                            Une fois de plus, je ne peux que souscrire à ce que vous écrivez. Votre dernier paragraphe éclaire avec encore plus de relief la signification de cette publicité. Paul Villach

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès