• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un rire républicain ?

Un rire républicain ?

Nicolas Demorand, sur le site du Point, explique que Stéphane Guillon n’était pas "haineux" à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn et que son rire était "républicain". Alors que celui de Dieudonné ne l’était pas quand il remettait un prix à un comédien déguisé en déporté. Parce que, selon ce brillant journaliste de France Inter, Guillon n’offensait qu’une personne en se fondant sur une actualité connue (les déboires de DSK) tandis que Dieudonné s’en prenait à une communauté qui avait souffert. Pourquoi pas ? On peut en effet qualifier un rire de "républicain" même si l’adjectif semble ennoblir la réalité de la substance.

Cet entretien avec Nicolas Demorand montre à quel point, dans le domaine du rire, de l’humour, du sarcasme, de la polémique, il existe beaucoup de nuances et des genres qui, pour appartenir grossiérement à un seul registre, ont chacun leur identité et leurs limites. Cette perception ne peut qu’être confirmée par la récente livraison de Marianne qui a consacré vingt trois pages aux "professionnels de la provoc’ ", avec un excellent texte de présentation d’Eric Conan. Je ne suis pas convaincu par le choix de certains "provocateurs" qui me paraissent relever d’une autre forme d’esprit et de dérision.

Comment définir la provocation ? D’emblée, laisser penser que cette humeur acide, ce surgissement d’une liberté imprévisible peuvent représenter le fond de commerce d’un métier, une attitude médiatique comme une autre, la banalité d’un comportement constitue, à mon sens, une dénaturation de la provocation dans sa pureté caustique. Elle est invention, appréhension perfide ou souriante d’un inconnu, volonté de surprendre, refus des sentiers battus. On ne va pas chaque jour à la provocation comme on va à son bureau. L’unique et le vif qui la caractérisent "jurent" avec le répétitif. Les travaux forcés sont contradictoires avec elle.

La provocation véritable n’attend pas. Elle prend les devants, comme nous le rappelle son étymologie. Elle éclabousse sans prévenir. Elle ne réagit pas, elle agit. Elle ne répond pas, elle attaque. Avec elle, aucun avertissement préalable. Elle survient comme un coup de foudre, se mène comme une guerre éclair et, bien conduite, ne laisse personne sur le carreau. La provocation est une manière gracieuse ou stimulante d’instiller le sel dans le fade des échanges et des propos convenus. Elle est faite pour éveiller ou réveiller. On ne l’autorise pas, elle se donne tous les droits.

Force est d’admettre que la provocation, dans son essence, est de plus en plus rare. Parce que préventive, il convient tout de même qu’elle s’attache à quoi que ce soit qui lui donnera élan et singularité. Une idée, une sensation, une information, un ridicule. Malheureusement pour les provocateurs qui rêvent de continuer à bousculer notre confort intellectuel et notre tranquillité d’âme, l’époque a changé. Les tabous se font rares et les transgressions sont devenues tristement habituelles. Le sacré- qui a été longtemps la cible privilégiée, voire exclusive de nos drôles professionnels- n’est plus un sujet puisqu’il a été tellement pillé et exploité que même le plus grand talent ne parvient plus à le vivifier. Plus aucun sujet, par ailleurs, n’est sacré. Une chape de monotones moqueries et d’apparentes dénonciations, pire qu’une chape de plomb, a rendu inutilisables tous les thèmes d’antan. Comme ils devaient être doux les siècles passés où l’indignation était garantie à tout coup, où un simple doute était traité comme un sacrilège et où tout vous assurait un succès facile quand on quittait une seconde les chemins majoritaires ! La provocation, alors, frisait l’élitisme. Aujourd’hui elle est démocratisée, et le moins qu’on puisse dire, avec la dérision qui est la provocation du pauvre, c’est qu’elle n’a pas gagné au change.

La provocation n’implique pas que le provocateur mais aussi celui ou celle qui l’écoute, qui en est la victime. Si DSK n’avait pas pris la mouche - il n’y avait pas de quoi-, le propos de Stéphane Guillon serait demeuré, même entendu par une infinité d’auditeurs, solitaire dans son acidité (le Monde, le Figaro, le Parisien). On n’en aurait pas parlé au-delà de son écoute immédiate et Nicolas Demorand n’aurait pas eu à délimiter le "rire républicain" et à blâmer celui qui ne l’était pas. La provocation naît souvent parce que l’esprit et l’oreille d’autrui la constituent comme telle. Combien d’attaques espérant la blessure meurent d’emblée parce qu’une bienveillance ou une indifférence sait les éteindre !

A tort ou à raison, je relie, enfin, le propos provocateur à un jeu, au divertissement, presque à une obsession de la gratuité. Il y a, en effet, dans la provocation qui vient vite occuper un espace vide et un champ médiatique tiède, une envie de moquer le sérieux, de mettre en évidence l’inutile et de poser ses sarcasmes sur de l’insignifiant. La provocation se mêle souvent de nos airs importants à tous, dégonfle - pas assez à mon gré- l’enflure des narcissiques et des vaniteux, nous remet en mémoire notre condition mortelle et nous pique là où ça nous fait mal : à notre être qui se croit, qui s’en croit. Aussi, les pertinents et redoutables duettistes Naulleau et Zemmour, pour moi, ne sont pas des provocateurs parce qu’ils pensent, qu’ils disent ce qu’ils pensent et qu’à leur façon ils sont acharnés à glisser un peu de vérité au coeur d’un simulacre qui amuse ou désole selon son tempérament. Les Guignols, pour le même motif, me sont toujours apparus comme irremplaçables dans la rubrique du rire idéologique. Bruno Gaccio m’a, dans un livre, soutenu l’inverse mais j’ai cru comprendre récemment qu’il l’admettait maintenant. Contrairement au producteur des Guignols qui affirme que la politique et le partisan ne les guident pas. En tout cas, les marionnettes ne provoquent pas, elles visent à éclairer, à faire éclater de rire, aussi à dénoncer. Elles prennent le vice central d’une personnalité et l’exploitent avec mille variations. Et c’est efficace et drôle. Ils ne provoquent pas, ils suivent et c’est normal le site du JDD).

Je ne peux pas m’empêcher d’éprouver une tendresse sincère pour les provocateurs authentiques. Parce qu’ils sont rares et qu’ils viennent s’ébattre en tentant de bousculer les barrières s’ils en restent. Alors, rire républicain ou pas ? Nicolas Demorand s’est-il rendu compte qu’avec son partage il excluait du champ de l’humour largement entendu l’ombre amère, l’aigreur sans bienséance, la dénonciation sans dentelle et l’expression non validée ? La République, c’est ce qu’on conserve précieusement ou c’est le meilleur et le pire mêlés à notre esprit défendant ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.03/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Avérroès Avérroès 17 mars 2009 19:06

    La grandeur d’un peuple se mesure à sa capacité au rire et à la dérision. Malheur aux peuples qui ne savent rire que de la misère d’autrui, car "sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur", dixit Beaumarchais.


    • Polemikvictor Polemikvictor 17 mars 2009 19:50

      Se moquer d’un type pour un adultere qui lui a posé probleme et appeller cela rire républicain !!
      Républicain rime avec Christine Boutin.
      Vive le retour de l’ordre moral républicain( dans le cas de cet humoriste par bétise et par manque d’imagination) on va se marrer !!


      • pierrot123 23 mars 2009 07:27

        Oui...En même temps, DSK, il a vraiment "mis les pieds dans le plat’ ...(enfin..."les pieds"... smiley)


      • Yohan Yohan 17 mars 2009 19:54

        Bon, il n’y a pas si longtemps, on ne faisait pas tant de reproches aux lanceurs de flèches acérées. Les Bedos, Le Luron y allaient gaiement, tout était permis ou presque. Les français deviendraient-ils chochottes au point de pousser des cris d’orfraie dès qu’on bouscule un poil les îcones de la politique et du show biz (qui vont si bien ensemble) ?


        • appoline appoline 18 mars 2009 13:01

          Les français deviennent chochottes, comme vous dites, il y a du vrai. Depuis 86, les choses ne sont plus les mêmes ; je me demande ce qu’aurait dit Coluche sur les frasques de DSK et surtout sur ses magouilles. Je pense qu’il aurait mis les pieds dans le plat, pour ça et pour le reste d’ailleurs. Nos pseudos comiques n’en sont plus. Mais il est quand même triste d’être obligé de compter sur les amuseurs pour oser dire tout haut, ce que beaucoup pensent tout bas.
          Le sionisme, DSK, Kouchner, tout ça encensé par sa petitesse, où va la France avec des guignols pareils.


        • pierrot123 23 mars 2009 07:31

          Aurélien (citation) :
          "Désoler de revenir à des bases lexical"

          Oui...il serait en effet bien temps...


        • furio furio 17 mars 2009 20:01

          Vous nous faites remarquez que Dieudonné "s’en prend à une communauté qui a beaucoup souffert". Vous semblez ignorer que la souffrance actuelle de cette commuanauté se limite à commettre le génocide du peuple palestinien, à l’emmurement du peuple palestinien et à constituer une menace pour une guerre nucléaire !! Dieudonné lui n’a pas "snipé" un gamin israélien qui lui lançait des pierres !! Etonnant non ?
          Et pourtant Dieudonné pris pour cible par les sionistes immondes qui empoisonnent le monde ( ils sont bien obligés de "justifier" ce que l’état juif commet. état juif : je reprends les paroles de lieberman). d’ailleurs à propos de lieberman, il ne semble pas vous inquiéter ce loustic qui n’a pas beaucoup à envier à himmler !! dieudonné oui disais je, baillonné c’est tout le peuple français que vous baillonnez ! silence on tue, on génocide ! silence ! Je pense que vous feriez mieux de baillonner un lieberman que de vous soucier des humoristes français ( Siné aussi vous dérangeait ?)
          Salutations


          • abdelkader17 17 mars 2009 20:30

            @Furio
            Attention ca c’est interdit, c’est antisémite de faire un tel parrallèle, faite gaffe vous risquez de finir au tribunal poursuivi par Bhl, Adler, goldnadel et consort les agents de surveillance de l’entité sioniste en France.
            J’oubliais le crif et la licra.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 18 mars 2009 15:14

            @ furio

            Les souffrances de la caste juive sont intemporelles, et sacralisées par la loi Gayssot (article 24 bis de la loi sur la liberté de la presse).


          • Mouche-zélée 18 mars 2009 17:05

            Rien n’est encore prévu pour la scientologie ?
            C’est une honte, ha ha ha


          • abdelkader17 17 mars 2009 20:22

            Marre d’entendre les inepties des petits commentateurs autorisés genre Demorand, des années que cette clique de pseudo journalistes tout comme ces pseudo intellectuels nous emmerde.
            Ces cires pompes du pouvoir, sans intelligence ni culture nous deversent à longueur de média leurs analyses toujours plus érronées les unes que les autres.
            Quand à la liberté de ton, d’expression, le droit à la satire et au blasphème c’est une vaste supercherie
            oui aux caricatures du prophète Mohamed non à siné qui irronise sur l’opportunisme du fils Sarko et c’est ce dernier qui prétendait qu’il préferait l’excès de caricature, quelle bonne blague.
            Les gardiens de l’ordre médiatico sociale veillent au grain, construisent des représentations binaires,
            le bien le mal et se transforment en véritables inquisiteurs pour qui aurait l’idée d’echapper et de remettre en cause à leur petit diktat intellectuel.


            • ASINUS 17 mars 2009 20:25

              puisque nous en sommes aux sujets humoristiques , j ai la vrai blague de tout ce tintouin



              D S K est socialiste

              yep marwarfffffffff !!!!!!!!!!!!!


              • abdelkader17 17 mars 2009 20:33

                Socialiste directeur de l’institution criminalo libérale du fmi , fabriquant de misère de grande ampleur, surtout agent de tel aviv au fmi.


              • furio furio 17 mars 2009 20:44

                Exact Abdelkader 17, c’est pourquoi je reprends mon texte en l’amendant de qqs corrections ....surtout d’orthographe.
                à l’auteur,
                "Vous nous faites remarquer que Dieudonné "s’en prend à une communauté qui a beaucoup souffert". Vous semblez ignorer que la souffrance actuelle de cette communauté se limite à commettre le génocide du peuple palestinien, à l’emmurement du peuple palestinien et à constituer une menace pour une guerre nucléaire !! Dieudonné lui n’a pas "snipé" un gamin israélien qui lui lançait des pierres !! Etonnant non ?

                Et pourtant Dieudonné pris pour cible par les sionistes immondes qui empoisonnent le monde ( ils sont bien obligés de "justifier" ce que l’état juif commet. état juif : je reprends les paroles de lieberman). D’ailleurs à propos de lieberman, il ne semble pas vous inquiéter ce loustic qui n’a pas beaucoup à envier à himmler !! dieudonné oui disais je, baillonné c’est tout le peuple français que vous baillonnez ! silence on tue, on génocide ! silence ! Je pense que vous feriez mieux de baillonner un lieberman que de vous soucier des humoristes français ( Siné aussi vous dérangeait ?)"

                Je comprends que le pauvre Dieudonné vous dérange plus que l’épandage sur le territoire de GAZA de PHOSPHORE et autres matières IMMONDES qui n’auraient pas déplu aux SS pendant la deuxième mondiale. Moi pas !
                 




                • Philippe Bilger Philippe Bilger 18 mars 2009 12:35

                  Jason comme vous me reprochez des propos qui ne sont pas les miens. Ce n’est pas moi qui ai évoqué "le rire républicain". Je me contente de réfléchir sur cette notion et sur ce qu’est la provocation. Quant à vous, vous discutez une affirmation de ND. J’aurais préféré qu’on discute l’analyse de la provocation.


                • abdelkader17 17 mars 2009 20:55

                  l’imposture du microcosme médiatico littéraire.


                  Mais que fait Romain Goupil, celui qui n’a pas les mains rouges, le droit-de-l’hommiste compulsif qui voit des Darfour partout. Tu es où, Romain ?
                  En général, les journalistes bien élevés présentent Romain comme « cinéaste ». Ainsi, on ne dit pas « Romain Goupil », comme on dit « Jean Renoir »… On dit « le cinéaste Romain Goupil », des fois que d’aucuns ignoreraient l’occupation de ce fils d’Eisenstein et de Murnau. Peut-être qu’avec les beaux jours, Romain est parti à la chasse aux papillons. A Tanger, chez BHL, où ils sont tous les deux coupés du monde, lui et le néo philosophe. Et donc coupés du Monde.

                  Car enfin, au moment ou le bulletin de leur paroisse publie en page « Débats Horizons », le point de vue d’un homme accusé de « crime de guerre », les sonars et radars de Bakchich, tendus pour capter tout bruissement à propos et des droits et de l’homme, n’ont capté aucune trace de protestation du Goupil, du BHL, du Bruckner ou du Val. Si le porte-colombes de ces guérilléros de la liberté n’est pas amarré à Tanger, peut-être est-il à Dharamsala, ancré dans la baignoire du dalaï lama ? Peu importe, nos garçons sont hors zone, et pas en état de protester contre l’acte barbare du Monde. Mais qu’a donc fait le grand quotidien de référence ? Il a donné deux tiers de page à Henry Kissinger. Vous savez, l’increvable crapule qui, depuis 40 ans, souffle sur toutes les braises de la planète, Kissinger le chien de guerre !

                  La face cachée de Kissinger occultée par Le Monde

                  Accueillante et bien élevée, la sous-maîtresse du Monde, celle qui reçoit le cher Henry, nous annonce : « M. Kissinger a été secrétaire d’Etat des présidents américains Richard Nixon et Gérald Ford entre 1969 et 1977 ». Première indication, tirée de cette présentation mondaine : nous avons en face de nous un type qui a travaillé avec un bandit, puis enchaîné avec un autre, incapable de marcher et de mâcher du chewing-gum en même temps. Et notre quotidien poursuit : « Avocat et théoricien de la realpolitik, il aura été le grand artisan de la détente avec l’URSS et la Chine au début des années 70. Il s’est vu décerner le prix Nobel de la paix en 1973, après la conclusion des accords de mettant fin à la guerre au Vietnam. A 85 ans, il reste un expert chevronné et écouté des relations internationales ». Avez-vous lu quelque part, même de façon subliminale, que cet Henry a été convoqué par le juge français Le Loire, à propos de la disparition de cinq français dans un Chili rendu délicieux par l’action du bon Pinochet. Et que, plutôt que de répondre à la convocation, Henry (metteur au point l’opération « Condor », c’est-à-dire l’extermination des opposants à Augusto), a préféré prendre le premier avion pour s’enfuir. Pareil quand, en Espagne, c’est le juge Garzon qui a souhaité entendre la rocailleuse voix du diplomate favori du Monde.

                  Le britannique Christopher Hitchens, qui par parenthèses, vient de publier Dieu n’est pas Grand, un livre au poil sur tous les petits Jésus de l’Histoire, a écrit un autre bouquin, sympa aussi, intitulé Les Crimes de Monsieur Kissinger. Il faut croire que les éditions Saint-Simon ont oublié de livrer la bibliothèque du Monde, puisque le quotidien qui nous réfère ne connaît qu’un versant du cher Henry, celui de l’homme blanc et bon. Pourtant, Hitchens dit que la responsabilité directe de monsieur Kissinger ne fait plus aucun doute dans la prolongation injustifiée de la guerre au Vietnam, et son extension au Cambodge et au Laos. Pas plus que son implication dans les campagnes d’assassinats et de subversion de la démocratie au Chili, à Chypre, en Grèce, au Bengladesh et au Timor-Oriental… Faut-il vous l’envelopper ou c’est pour manger tout de suite ?

                  Face à Hitchens, l’Henry qui a réponse à tout n’a réponse à rien. Et quand on l’interviewe (contre un gros paquet de sous), le diplomate exige par contrat qu’on ne l’interroge pas sur les questions que pose le livre qui le fâche.

                  Mais la publication, par Le Monde, des idées de guerre de Kissinger est un indicateur intéressant. Faute de protestation des détenteurs du saint chrême, elle montre que la brigade à BHL met de l’eau dans son quotidien (de référence), en n’appelant pas à prendre d’assaut le building « porzemparquien » du boulevard Blanqui. Ca annonce une suite de papiers intéressants dont je peux déjà vous donner les titres : « Quelle stratégie pour la Bosnie ? » par Karadzic, « Quelle stratégie pour le Darfour ? » par le président Bachir, « Quelle stratégie pour le Cambodge ? » par Kieu Sampan, « Quelle stratégie pour le Tchad ? » par Hissen Habré.

                  Mais il faut continuer d’acheter Le Monde, même à un euro quarante. Je le fais chaque jour pour, à la lecture de la page nécro, savoir si je suis vivant ou si je suis mort.



                    • gaiaol 17 mars 2009 22:00

                      les rires reglés spontanés ont ete enregistrés avant ou apres ?


                    • Mouche-zélée 18 mars 2009 12:41

                      Sentinelle

                      Un Français aurait pondu une telle vidéo à l’opposé, pour rire de la religion Juive, tous les flics de France seraient à sa recherche . (la vidéo "les amis de Sarko" a mobilisé combien de personnes ? )

                      Un peu comme des prélèvements ADN pour un vol de scooter, dites moi si votre fils y aurait eu le droit pour retrouver sa bécane .... Hum hum hum.... (égalité devant les lois, ha ha ha la bonne blague)

                      Les voies de la justice Française à boite de vitesse 6 rapports, sont impénétrables :

                      Dans le même jus, un tir de RPG7 sur une gendarmerie Corse est qualifié à chaud par MAM de délinquance (elle a rectifié après), un caténaire de SNCF là c’est directement du terrorisme .

                      Une manifestation en Guadeloupe là c’est 4 000 CRS, des années de terrorisme Corse et rien du tout pas un geste ....
                      La Corse coute 50 fois plus d’aide publique que TOUS les DOM TOM réunis, il suffit de lire les rapports ....
                      40% de fonctionnaires, 25% de chômeurs et 4 fois plus de RMI’stes que sur le continent, plus les attentats divers faites les comptes ....n’oublez pas les budgets divers....

                      Julien Coupat prisonnier politique depuis trop longtemps pour que la justice Française garde la moindre crédibilité ...


                    • maharadh maharadh 17 mars 2009 21:14

                      Au lieu de multiplier les interdits , les lieux d’enfermement et le nombre d’enfermés, une société qui se voudrait véritablement "civilisée" se devrait donc d’"enfermer les facteurs désordonnants", c’est-à-dire les causes objectives de "désordre". Mais cela, c’est une autre histoire et, dans le cadre de la société actuelle, une… utopie, une "pieuse intention", une déclaration incantatoire puisque cette société est ni libre, ni égale, ni fraternelle .

                      A quand une véritable justice digne de ce nom ?


                      • moebius 17 mars 2009 21:52

                         On écoutant par hasard a la radio la déclaration de Sarkosy défendant le bouclier fiscal j’ai cru que c était un imitateur qui faisait une parodie de notre président...j’ai ris. En tout cas le comique présidentiel est beaucoup plus drôle que le comique républicain. Quand au comique de notre ami Dieudonné.... 


                        • moebius 17 mars 2009 21:54

                           Besancenot est ’il "ce facteur désordonnant" qu’il faudrait enfermé ?


                          • maharadh maharadh 17 mars 2009 22:34

                            Le facteur désordonnant à enfermer c’est l’état d’esprit de nos politiques qu’ils soient de gauche,droite ou du centre.

                            En fait tous ceux qui sont responsables de l’état de délabrement dans laquelle se retrouve notre sociéte mais là il faudrait en construire des prisons.

                            Jusqu’à quand les moutons se laisseront-ils tondres ?


                            • moebius 17 mars 2009 22:41

                              vous étes fasciste ? ou de mauvaise humeur ?


                              • Grégory 18 mars 2009 03:32

                                Comme d’habitude, toute tentative de disséquer le rire et de l’instrumentaliser est un contresens chiantissime et laborieux, uniquement capable de vous gacher un bon gag. Il n’est jamais commis par les gens authentiquement drôles, qui savent eux que le rire est bien au delà du verbiage des analystes.


                                • fhefhe fhefhe 18 mars 2009 04:59

                                  Demorand... a t-il parlé "Hier" de la Nomination du Nouveau Ministre des Affaires Etrangères et de l’Intérieur d’Israél.... ????

                                  J’attends avec Impatience la Réaction de l’humoriste ami du" Doux" Le PEN à côté de ce Ministre Israélien...

                                  Les "Merdias" n’en parlent pas ....ce qui n’était pas le cas avec l’Extréme Droite en Autriche (Terre de naissance d’Hitler....) et en Italie ( Ou le Leader de l’Extréme Droite Giancarlo Fini a Préfacé les 2 livres de STARkosy...)....

                                  Ils n’en parlent pas nos "Demeurants"...pour ne pas froisser la Diaspora...qui s’est fait "Madofiser"...

                                  C’est quoi la 

                                  R étention (d’)
                                  I nformation
                                  R épublicaine ? (une)
                                  E ntourloupe ?


                                  • fhefhe fhefhe 18 mars 2009 05:18

                                    Complément d’informations...
                                    Le parti qui est rentré au Gouvernement Isralien (Affaires Etrangéres....Du boulot pour Kourchner...et Sécurité Intérieure.... !!!) s’appelle " YSRAEL BEYLENU" et son leader...Mr LIEBERMAN....
                                    A vos Papiers "Chers Provocateurs" du PAF....et évitez les "Pif-Paf"
                                    Je me permets de dire....
                                    "Le Pape Hier a dit que les Préservatifs étaient inutiles pour lutter cont le SIDA...
                                    Et nos Merdias....n’ont pas voulu " s’ Introduire...dans l’’extrémité d’un parti étranger..." 
                                    car ce sujet ....

                                    S ent ....mauvais. (est)
                                    ncorrect ...politiquement.
                                    D angereux...(et)
                                    A ccablant ...pour leur Diaspora.. !!!

                                     Je vous laisse le soin de méditer sur le retour au Premier Plan de NicolaÏ TSARkosy 1er.... !!!



                                    • fhefhe fhefhe 18 mars 2009 05:21

                                      Retour au Premier plan de l’ OTAN....

                                      ô temps suspends ....le vol de tes Avions Militaires , de tes Bombes aux Phospores... !!!!!


                                      • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2009 06:19

                                        Critiquer Dieudonné, favoriser un humoriste qui n’attaque pas la communauté qui a souffert... laisser parler sans buzz, c’est le meilleur moyen d’oublier ce qui est mauvais... Mais certains se moquent des autres et ne supportent pas que l’on parle d’eux.

                                        J’ai l’impession d’entendre le meme discours poli partout !! l’humour de Poppeck ou Kakou était autre !!

                                        Derrière tout cela l’ humour politisé orienté spécial à la France, qui fait rire jaune, on vous fait tranquillement entrer la France dans une Europe dont nous ne voulons pas, et maintenant la solution finale l’Otan !!

                                        Les elections américaines ont permis de faire avaler cela et oublier la guerre a l’autre bout du monde...

                                        La différence entre l’époque Coluche et Le Luron, c’était la grosse farce... maintenant c’est de l’humour biaisé calculé pour le scoop, escalade fait par des gens cyniques qui ramènent tout à la politique, Gerra et Caneloup n’ont pas arrangé cela...

                                        Imaginez que dans les textes on impose aux humoristes actuels de ne plus parler de politique, de l’actualité, il ne resterait pas grand chose de certains "humoristes"... ceci est valable pour Dieudonné et Guillon...

                                        Nous pouvons regretter l’époque ou Dieudonné et Elie montaient sur scène ensemble pour nous faire rire de tout !!

                                        La place de référence systématique dans les médias actuels des "comiques" est inquiètante... après tout si les médias ne relayaient pas tous les propos scabreux ou dérapants, peut etre n’auraient ils pas poussés certains dans l’escalade pour faire de l’audience... Ce qui me frappe dans les médias actuels c’est le raccourci à quelques phrases sorties de leur contexte...

                                        Timsit fut obligé de s’excuser pour cela... Guillon et Dieudonné n’échappent tous les deux dans des registres différents... ce qui est certain c’est qu’a force de cloisonner la pensée le rire, nous devenons sinistres et nous sommes gagnés par le coté puritain et procédurier des américains...


                                        • Polemikvictor Polemikvictor 18 mars 2009 08:13

                                          un rire républicain : Mimi Mathie comparée à une compression de César et Riberi à un Picasso !
                                          Arreté c’est trop je me marre.
                                          Il aurait été dommage de louper cela .
                                          Merci la république, puisque c’est là qu’on la situe.


                                          • patroc 18 mars 2009 08:31

                                             Moi j’ai bien aimé le sketch de Guillol sur DSK, très rigolo et pas très méchant en fait, je vois pas pourquoi on lui fait des misères.. De même, les spectacles de Dieudonné sont méchamment très forts politiquement.. Tout le monde en prend pour son grade, du juif au rebeu en passant par la couleur des peaux avec une critique acerbe (mais non dénuée de vérité) de la politique actuelle et de la propagande ambiante !.. Du Coluche contemporain... Déjà Coluche faisait peur au politique, alors imaginez Dieudonné et sa grande gueule qui donne des noms en plein spectacle et se fout de leurs poires à juste titre souvent.. Heureusement qu’ils sont là !.. Vous riez avec gad Elmalé (ou un truc comme çà) ? Debouze ? Les autres ?.. Bof pas moi.. L’humour politique est forcemment méchant car ciblé sur un pouvoir ou des personnes au pouvoir.. Guillon fait mal au politique, Dieudonné à la politique..


                                            • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2009 09:51

                                               on lui fait des misères ou un buzz réflechissez bien c’est du meme ordre que les provocs de Dieudonné....


                                            • pierrot123 23 mars 2009 07:55

                                              @Patroc (citation) :
                                              "Vous riez avec gad Elmalé (ou un truc comme çà) ? Debouze ?"
                                              ...Et Elie Seimoun, ça remonte à quand, le dernier rire ? C’était pas au temps où il étatit en Duo...avec un certain Dieudonné ?


                                            • souklaye 18 mars 2009 08:49

                                              Les lois permettent-elles de légiférer sur la fonction cathartique de l’humour ?
                                              La morale, les mœurs et l’argent sont-ils devenus le triumvirat de base du rire moderne ?
                                              Certains encéphales dépourvus de zygomatiques affirment que oui, car pour eux ce qui est drôle est la matérialisation de la bêtise crasse, d’autres prouvent cette affirmation dans votre salle de spectacle la plus proche.



                                              Nous pourrions pleurer tous ensemble avec plus ou moins d’opportunisme la disparition – le temps d’un éventuel biopic pour César – de la mémoire de l’humour à la Desproges, à l’heure où il faut avoir sa carte dans un parti ou en créer un. Mais il faudrait encore plus larmoyer sur les restes de Coluche qui a malencontreusement engendré des professionnels de l’engagement, plus proches du politicien que du marionnettiste du quotidien.



                                              Aux jeux des tests de paternité et des portraits robots, on justifie toute notre époque uniquement par le passé proche et moins par l’histoire générale.

                                              À croire que la peoplelisation est une visée subjectivement déculpabilisante, qui pourrait avoir sa chaire d’Histoire dans le futur.

                                              la suite ici

                                              http://souklaye.wordpress.com/2009/02/17/on-ne-peut-plus-rire-de-tout-avec-tout-le-monde-merci-de-la-fermer/ 


                                              • 18 mars 2009 09:05

                                                quand on veut se séparer de son "chien", ne dit-on pas qu’il a la rage !?


                                                • Reinette Reinette 18 mars 2009 10:10


                                                  Un sketch de Nicolas Demorand (avec vidéo)

                                                  Publié le 21 octobre 2008 par Mathias Reymond, Philippe Arnaud

                                                  Lorsqu’il s’invite en direct au Conseil Constitutionnel pour interviewer Jean-Louis Debré (8 octobre 2008), l’animateur du « 7-10 » de France Inter, que beaucoup comparent à Marc-Olivier Fogiel, laisse traîner ses coudes sur la table. Irrévérence ou bouffonnerie ?

                                                  Après quelques questions sur le rôle et le fonctionnement du Conseil Constitutionnel, Nicolas Demorand se lance : « Un citoyen peut s’adresser directement à vous ? » Jean-Louis Debré esquisse un début de réponse : « Alors, un citoyen ne peut pas s’adresser à vous directement... » A partir de là, débute le gag burlesque. Demorand le coupe : « C’est dommage, non ? »

                                                  Lire la suite
                                                  ACRIMED


                                                  • Reinette Reinette 18 mars 2009 10:24



                                                    Pour certains journalistes, l’humour est une langue étrangère. Ils ont besoin de sous-titres. Guy Bedos


                                                    • jacques jacques 18 mars 2009 10:41

                                                      Rire républicain mais pas rire démocrate,aujourd’hui la mise à l’index de Dieudonné qui est obligé de biaiser pour continuer ses spectacles, une censure digne des dictatures ou gauche et droite se retrouvent.
                                                      Deumeuré ce journaliste de France Inter parle de souffrance d’un peuple et oublie celle des autres.
                                                      Aujourd’hui ,parler de la SHOAH comme l’ultime massacre qui marque le sommet de l’ignoble,alors que depuis nos gentilles démocraties ont participé ,encouragé et laissé faire bien d’autres massacres et génocides, la France dès 45 dans ses "colonies",l’occident en soutenant L’Indonésie de Suharto et ses génocides,le régime Salvadorien et ses massacres,l’occident toujours en soutenant la légitimité du régime Khmers rouge après sa chute et la découverte de l’étendue des tueries,et lui permettant de trouver refuge vers la thailande allié de l’occident, par contre qui a financé les khmers pendant les 20ans qui ont suivi la Chine ou l’occident ou les deux ?Pour les autres tueries,massacres,génocides que j’ai oublié de citer,veuillez patienter votre tour viendra,un peu de patience.
                                                      Les plus "beaux" génocides sont a venir ,rappeler la SHOAH ne sert à rien demain on tuera plus encore, il faut juste faire une bonne "com" pour que l’on soit tous complices sur le moment et amnésiques après.Un exemple qui serait contre l’exécution de tous les"terroristes" avant leurs lâches attentats(preuves à l’appui).
                                                      Pour finir ce post provoc tendance épicerie de Tarnac, la reconstruction des cibles à Gaza étant financées par l’occident quand elles seront effectivement construites ,les palestiniens pourront faire la différence entre la "gauche "et la "droite" Israélienne et nous dire laquelle vise le plus juste.


                                                      • Colure Colure 18 mars 2009 11:44

                                                        Merci pour cet article.

                                                        Bientôt une loi contre l’humour irrespecteux ? Ah, ca existe déjà, pardon ... Coluche, si il vivait encore, serait embastillé depuis longtemps ... le retour classique du réactionnaire en temps de crise, tout est pris au sérieux, même le rire si légitime à l’humain, une de ses rares soupapes pour ne pas pleureur, est décortiqué pour faire une sorte de charte de bonne conduite du bon boufon qui ne doit gêner personne.

                                                        Désolant et révoltant mais pour ma part, je préfère en rire tellement c’est maladif chez le "moralisant".

                                                        Heusement, certains y on penser avant :

                                                        "Peut-on rire de tout ? Peut-on rire avec tout le monde ? A la première question, je répondrai oui sans hésiter... A la deuxième question... je répondrai : c’est dur.”
                                                        P.Desproges

                                                        "Le rire châtie certains défauts à peu près comme la maladie châtie certains excès."
                                                        "La seule cure contre la vanité, c’est le rire, et la seule faute qui soit risible, c’est la vanité."
                                                        H.Bergson

                                                        Après, c’est clair que l’humour concensuel, lisse (sirupeux ? sic) et n’attaquant personne en particulier, plait mais n’apporte pas grand chose , à part une petite gymnastique des zygomatiques. Il reste alors le pipi-caca habituel, le bouré du coin, l’accentué du nord, du sud ou venant de contrés lointaines ... pas grand chose en fait, du petit comique futile qui fait des sous avec des blagues à deux balles et qui fait le tour des plateaux télé pour faire la promotion de son nouveau spectacle. Navrant ...
                                                        ++


                                                        • Mouche-zélée 18 mars 2009 12:52

                                                          Le seul ayant le droit à de l’humour irrespectueux est le Tsar de la France Sarkozy :

                                                          Augmenter le SMIC ne serai pas juste puisque cela ne concerne QUE 17% des Français, créer un bouclier fiscal pour 14 000 Français, ça c’est juste .... ha ha ha
                                                          (458 millions d’euro perdus pour létat, pour une année seulement)


                                                          Sarkozy officier d’honneur de l’humour noir et irrespectueux .


                                                        • Jason Jason 18 mars 2009 12:06

                                                          Depuis quand existerait-il un rire "républicain" ? Y a-t-il un rire monarchique, parlementaire, impérial, dictatorial, staliniste, anarchiste, laxiste, bureaucratique, et que sais-je encore ? La liste serait longue. Parlez-nous donc du rire juridique pendant que vous y êtes. Car la farce, elle, elle existe bel et bien !

                                                          Tout ceci est d’une ânerie colossale et digne d’un coupeur de cheveux en quatre, doublée de complaisance pour le rire bête.

                                                          M. Bilger, vous êtes très, très, décevant.


                                                          • Mouche-zélée 18 mars 2009 12:54

                                                            On pourrai faire la même carricature avec Tsahal ...

                                                            Monsieur Bilger que pensez-vous de ça, est-ce légal ? .


                                                          • pierrot123 23 mars 2009 08:24

                                                            Citation :
                                                            " Comme le disait A. Finkielkraut, il n’y a plus de bouffons du roi, mais ce sont les bouffons qui sont assis sur le trône."

                                                            En disant ça... il pense quand même pas à Sarkozy, not’ Finkielkraut ?


                                                          • yvesduc 18 mars 2009 20:32

                                                            Sauf que la provocation de Dieudonné ne s’adresse pas à une « communauté qui [a] souffert » mais aux médias et à leurs simplismes.


                                                            • Christoff_M Christoff_M 18 mars 2009 21:51

                                                              il faut rappeler Desproges et Villers pour le tribunal des flagrants délires...


                                                            • @politique @politique 19 mars 2009 18:17

                                                              franchement, toutes ces polémiques "mirages" ne serons dans l’histoire de notre espèce, qu’un tas de rebut sans aucun interet. De mon point de vue, le seule necessité essentielle à tout cela, est le respect impératif de la liberté d’expression de chacun ; qui doit, au minimum, être octroyée par le biais de l’ecrit.
                                                              merci.


                                                              • La Luciole 23 mars 2009 09:53

                                                                On avait bien remarqué que la gauche socialiste nous mettait le mot "républicain" à toutes les sauces, comme si c’était un mot miracle qui transforme en or pur tout ce qu’il touche. Ils s’en servent comme les prêtres usent de l’eau bénite.

                                                                Par exemple s’ils vous traite de "facho" (c’est leur insulte favorite), c’est une injure "républicaine", c’est à dire que ça ne vous salit pas car, venant de leur part, c’est noble et pour la bonne cause. 
                                                                D’ailleurs ce n’était pas une insulte mais juste une petite "provocation" pour tester votre ouverture d’esprit, votre capacité à l’humour "républicain". Et prendre la mouche prouverait que vous manquez, contrairement à eux, d’ouverture d’esprit. 

                                                                Allons donc, démontrez votre esprit républicain, comprenez que leur insulte c’était juste pour tester votre ultra-liberté mentale... et même s’ils vous traite de cocu, faites nous donc un beau sourire républicain !...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès