• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un samedi d’enfer

Un samedi d’enfer

 

On vit dans une société marrante finalement : archaïque, quasi moyenâgeuse, mais enveloppée de technologies, d’immédiateté dans la communication, de rapidité dans la locomotion, qui nous la font croire moderne.

Je ne crois pas qu’on puisse dire de deux que c’est une série ; cet article est le premier de deux, deux événements qui me sont arrivés à quatre jours d’intervalle, qui sont à la fois très personnels, que j’ai vécus comme tels, mais qui au fond peuvent se décliner sur le mode psychologique, sociologique et se voir tirer vers ce qu’on pourrait nommer : fondamentaux.

Je n’en fais pas l’analyse, je les décline ; je ne cherche pas à me flageller en public – bien que je sois bien convaincue que certains ne manqueront pas d’enfoncer le clou-, je ne cherche même pas à me justifier, les épreuves que l’on subit dans la vie, causent, ou ne causent pas !

La morale que l’on peut en tirer se dira, ou pas, après.

 

1)

 

Il a commencé à peu près comme tous les jours précédents sauf que j’avais mis un pantalon propre et des belles chaussures parce que je voulais aller au marché ; je n’avais réellement plus rien à manger depuis une semaine et j’avais envie de verdure. Comme la chienne ronflait très fort, j’ai pris le temps d’un café avant la promenade matinale. Celle-ci n’est plus la mise en train, à peine levée déjà dehors avec mes deux chiennes libres qui mènent leur vie et moi la mienne, qui marche à mon pas avec le bonheur de les voir courir devant moi, ou de les entendre me rattraper, non, aujourd’hui, je promène ma vieille centenaire en laisse, d’un pas lent interrompu tous les deux mètres pour qu’elle renifle des odeurs qu’elle a l’air de connaître et apprécier ; en un mot, une épreuve la plupart du temps. À l’entrée du village, au dernier virage, j’ai croisé un copain qui partait en voiture, on s’est fait un signe. La route me semblait bien déserte mais je n’ai pas réalisé tout de suite, une petite barrière que l’on pose souvent entre le constat et sa compréhension : manquait mon 4X4. Un dixième de seconde pour me demander ce que j’avais bien pu en faire avant de m’y résoudre : on me l’avait volé.

Il faut dire avant de poursuivre, que c’est la troisième voiture que l’on me vole et que cela fait un peu plus de six mois que je pense qu’il en était fini de mes emmerdements, incessants depuis plus de vingt ans.

J’ai patienté à la lenteur de ma chienne jusqu’à sa hauteur mémorisée, puis, n’en pouvant plus, je l’ai prise dans mes bras pour avancer plus vite. Je me suis littéralement affalée en rentrant. Non seulement je devais aller chercher ma tonne à eau, la remplir pour les chevaux mais je faisais du bois dans le lit de la rivière encore sec et j’avais prévu de livrer une remorque de crottin à un copain.

Cela faisait un moment que je savais que mon 4X4 m’était indispensable pour le genre de vie que je mène ; j’avais acheté une petite voiture pour l’économiser dans les sorties où il n’était pas utile et je m’étais déjà posé la question de savoir ce que je ferais à sa mort, il a quand même plus de trente et un an, et j’avais pensé m’acheter un tracteur. Mais le bougre n’était pas mort, bien au contraire, en excellent état malgré une apparence déplorable.

J’étais en larmes, hoquetante, même pas en colère mais abattue. J’ai appelé Paul, oh pas pour qu’il me console, mais parce que contrairement à moi, il n’est pas obligé de passer par de longs états d’âme avant de faire face aux problèmes ; et ça me rassérène. Le fait est que ce n’était pas un problème pour moi, c’était la fin de tout. Et c’était quoi ce tout ? Du boulot et de l’amour, des racines et une vague utilité que je me donnais pour faire un sens à ma vie. Pas grand chose, rien d’indispensable, juste une survie.

Bizarrement, j’étais physiquement complètement ratiboisée mais je ne ressentais pas ce désespoir profond, sans issue, que j’avais vécu ces dernières années.

Avec sa grande mansuétude, Paul m’avait dit qu’il me fallait appeler les flics ; je l’avais envoyé bouler en répliquant que j’en étais incapable. Pas cinq minutes après j’avais un flic au bout du fil, je lui racontai mon truc et il me dit qu’ils fermaient à midi et qu’il me fallait être au poste avant sinon il ne pouvait pas déclarer le vol ; je lui ai demandé s’il se foutait de ma gueule et il a répondu « pas du tout ». C’est comme ça que je suis arrivée derrière la grille, complètement zombie, il est venu m’ouvrir et m’a accueillie très gentiment. Seulement, je ne retrouvais pas la carte grise, « elle doit être dans la boîte à gants » lui dis-je, je n’avais pas l’assurance non plus, j’avais oublié son nom mais pas sa marque, et je me suis trompée sur le numéro d’immatriculation.

J’ai dû lui faire pitié. Je me suis crue obligée de lui expliquer un peu pourquoi j’étais dans un tel état.

J’étais à peine rentrée que Paul est passé ; il dansait d’un pied sur l’autre, ne sachant pas quoi dire, finit par décider qu’il irait chez Robert « pour qu’il pianote sur internet, je vais te trouver quelque chose » alors que j’étais mortifiée qu’il enterre si vite mon compagnon de bonheurs et de galères depuis si longtemps ; il me massa maladroitement les épaules, et je lui dis qu’il pouvait partir, je n’allais pas me suicider, alors qu’à son arrivée j’avais déclaré que je ne supportais plus ce pays de merde et que j’allais foutre le camp en Creuse, ou me flinguer. Il était hésitant ; il faut dire qu’il m’avait vue au début de mes démêlées avec ma voisine, les flics et la Justice, et qu’il s’était mis de mèche avec mon fils pour me payer le voyage pour la Corse afin que j’y aille me ressourcer auprès de mes amis. Mais il sortit ; je trépignais un peu, depuis quelques secondes, j’avais perçu que mon état n’avait rien à voir avec les états de sidération et de choc que j’avais vécus à répétition pendant cette période, et je brûlais de faire un tarot. À peine il avait fermé la porte que j’ai tiré mes cartes ; avant qu’il ne repasse devant la maison en voiture, j’étais sortie et je l’ai arrêté : c’est bon, lui dis-je, on va le retrouver ! J’étais encore flageolante, mais j’enfilai mes godasses, mon pull et ma veste, et je partis voir mes chevaux. J’y travaillai une heure ou deux, lentement, en prenant le temps de les regarder, et quand je suis rentrée, j’ai croisé la voiture des flics dans la chicane de l’église. J’étais sûre qu’ils me cherchaient mais comme je ne reconnaissais pas les mecs, je suis passée sans m’arrêter. J’étais en train de me garer quand ils sont arrivés à ma hauteur ; ils sont sortis de leur voiture en même temps que je sortais de la mienne, et ils m’ont dit que mon 4X4 était au bord de la route, à hauteur de « la Baraque ». Les cartes ont ceci de bien qu’elles m’avaient, à coup sûr, donné deux heures d’apaisement, mais elles m’avaient empêchée de sauter de surprise et de joie ; quoique, avec ou sans elles, mon inconscient sait toujours tout et j’ai rarement sauté de surprise, même une visite impromptue et parfaitement inattendue me trouve disponible mais rarement extravertie !

J’aime ce dialogue avec moi-même, que je pratique depuis très longtemps, mais quand je le fais pour les autres, ce qui m’oblige à sortir de moi et me mettre dans la peau de l’autre, cela leur crée toujours des surprises. Les cartes parfois vous posent là où vous auriez voulu ignorer le réel, mais de soi à soi, on l’accepte dans l’immédiat.

Comme le flic m’avait dit : puisque vous n’êtes pas assurée, vous aurez quelqu’un pour vous tracter ? Nous avons appelé une dépanneuse qui doit venir un peu avant 14 heures… ils ont complètement explosé le neiman ; je lui ai assuré que je trouverais quelqu’un, et devant moi il a décommandé le dépanneur. Comme je m’étonnais qu’il m’ait reconnue, il me dit m’avoir aperçue le matin devant le bureau ; il y avait quelque chose de plaisant dans ce déroulement évident des événements, la ligne de moindre résistance, jamais voulue, et toujours magique. Et quand la vie ne tient qu’à un fil, d’où qu’elle vienne cette magie est toujours un viatique.

En fait c’est un collègue qui passait là vers sept heures et voyant le véhicule s’était fait la réflexion que les chasseurs étaient bien matinaux ! Se mettant au courant des faits du jour, il avait fait le rapprochement.

Téléphoner, ou répondre au téléphone, est toujours une épreuve pour moi, comme un reliquat de paranoïa acquise au cours de mes démêlées avec la Justice ( je tiens à la majuscule, car, contrairement à d’autres mots, celle-ci évoque ici l’arbitraire et englobe l’incompétence, le deux-poids-deux-mesures, l’irrespect et le déni de toute valeur acquise), mais nécessité faisant loi, m’appuyant sur quelques relations redevables, je trouvai très vite un copain qui pouvait se libérer une heure, entre deux livraisons de bois.

Je suis donc allée voir la bête abandonnée ; je l’ai vue de loin, on avait mis un ruban rouge et blanc tout autour, cela m’a intimidée. Il était sur le bas côté de la route, contre un champ long de peut-être quatre cents mètres, de luzernes belles comme peuvent être des luzernes après sept mois de sécheresse et une semaine d’âpres gelées. La vitre de la portière droite était grand-ouverte mais j’ai vu tout de suite qu’il ne manquait rien, les licols, la masse, les bidons d’huile et d’essence pour la tronçonneuse- j’ai pensé qu’il m’arrivait souvent d’y oublier ma pompe ou ma tronçonneuse-, et ils ne m’avaient pas volé le panneau de bois : « ne pas ouvrir, chevaux », que j’accroche à la porte de certains parcs quand nous arrivons.

Je n’ai pas osé regarder le massacre fait en dessous du volant, mais j’ai vu qu’ils avaient enclenché la manette 4X4, en grande vitesse, et comme ils n’avaient pas déverrouillé les roues, le bruit de quincaillerie que l’on entend alors avait dû les alarmer ! de plus le 4X4, fait pour tracter, réduit considérablement la vitesse ! Dieu merci, j’avais eu affaire à des ignorants. De plus, et c’était tant mieux, ils n’étaient pas de la même veine que les deux précédents, ils ne s’étaient pas cru obligés de la brûler.

Quelques jours plus tard, après nous être mis en quête d’un neiman neuf, le concessionnaire nous dit qu’ils s’agissait de vrais pros puisqu’ils n’avaient coupé aucun fil électrique ; j’ai oublié la description de la manipe et de l’outil qu’ils possédaient pour ce faire.

Je ne m’en étais pas trop mal tirée ; à peine cent euros de pièce, une réparation de copinage, gratis, quelques journées perdues, stress et tracas, transports de bidons d’eau lourds, et un véhicule pas traumatisé en état de poursuivre sa destinée.

Et puis, au bout du compte, les bras baissés devant l’évidente nocivité de notre monde, de quels côtés que l’on se tourne ; il faut s’adapter, et pourtant, je reste encore sidérée devant la facilité avec laquelle mes contemporains le font sans grincher : mettre un gilet fluo pour que les chasseurs ne vous prennent pas pour un sanglier ; mettre des barreaux à ses fenêtres (sous peine de n’être pas assurés !), installer des alarmes, posséder des serrures trois pointes et le trousseau de clés qui convient… aux gardiens de prisons, tout boucler, tout fermer, se méfier de tout et de tout le monde, vérifier la note chez le commerçant… sinon, c’est bien fait pour vous.

Et puis, savoir ne pas être trop touchés quand on nous cambriole, avoir le réflexe d’ajouter à la note destinée à l’assurance, la facture de l’appareil photo du fils, du dernier ordi de la fille pour compenser la franchise et ne pas se faire tout un tracas de toutes ces paperasseries parce que cela fait partie de l’ordre des choses. Insister sur le traumatisme de savoir que quelqu’un s’est introduit chez vous, et trouver réconfort.

J’avais remarqué ces réactions ordinaires à des faits ordinaires, au tribunal, et particulièrement la dernière fois, devant le juge d’exécution, où j’étais arrivée complètement défaite après avoir vécu tant de mensonges pourtant hissés au rang de vérités par les autorités, autant d’arnaques et de défauts à la loi, et où les affaires que je voyais traiter devant moi semblaient faire partie d’une procédure très commune.

...


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

239 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 15 décembre 2017 09:50

     Il suffit de prétendre appartenir à l’État Islamique pour que l’oncle Sam t’offre Pick-up ou 4X4 flamboyant ! smiley

     


    • alinea alinea 15 décembre 2017 11:23

      @Clocel
      Je n’y avais jamais pensé ! je n’aurais pas envie d’un 4X4 flamboyant, je n’oserais pas l’utiliser, et pis j’suis pas vénale smiley


    • Clocel Clocel 15 décembre 2017 11:52

      @alinea

      En tous cas, tu peux dormir tranquille avec tes clebs ! smiley


    • OMAR 15 décembre 2017 18:34

      Omar9

      @Clocel
      .
      Plus simple encore.
      Il suffit juste de porter une kippa.
      Et tu recevras ta part des 38 milliards de dollars offerts par les USA :
      http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/09/14/97002-20160914FILWWW00378-les-usa-octroient-38-milliards-d-aide-militaire-a-israel.php


    • Ouam Ouam 15 décembre 2017 19:03

      @OMAR
      « Plus simple encore.
      Il suffit juste de porter une kippa.
      Et tu recevras ta part des 38 milliards de dollars offerts par les USA : »

       
      Ben alors t’est encore plus c... que je pensais !
      Achete toi une kippa, dévoile ta zouz et t’aura un max de bourzoufs smiley


    • Clocel Clocel 15 décembre 2017 19:47

      @OMAR

      La part des sionistes chrétiens, preuve qu’il n’est pas nécessaire d’être juif pour appartenir au club des grands délirants.

      Je te rassure, la douce France abrite des kabbaleux grand-orientés (pas que !) qui participe à l’orgie, juste que, la presse étant ce qu’elle est, on ne le sais pas...


    • OMAR 15 décembre 2017 20:31

      Omar9
      .
      Salut @Clocel :« ... la presse étant ce qu’elle est, on ne le sais pas... ».
      .
      Je dirai plutôt : « la presse étant ce qu’elle est, on ne doit pas savoir.... ».
      .



    • leypanou 15 décembre 2017 10:08

      Je ne comprends rien à votre histoire : je croyais que vous avez une très vieille Mercedes (plus de 20 ans), ou alors vous avez plusieurs voitures  ? Ou alors celle de la photo est une Mercedes ?


      • alinea alinea 15 décembre 2017 10:18

        @leypanou
         smiley ! Quelle mémoire !
        Elle est partie à la casse, à cause d’une corrosion mal placée ! mais j’avais le 4X4, c’est mon outil de travail depuis plus de quinze ans ; il ne sort guère du canton !!


      • Shawford Shawford 15 décembre 2017 10:26

        @alinea


        Prête Dœlorean, occasion, 4,2 ans d’âge mental, en parfait été de fonctionnairement, pour Déesse des slippings exclusivement ! ^^

        A prendre ou à intercéder.

      • Ouam Ouam 15 décembre 2017 19:09

        @Shawford
        on peut faire un lot groupé ? ca m’interesse ... smiley

        Prête Dœlorean, occasion AUSSI à Omar, tu coince(*) le compteur sur 800
        (*) bloque le bien + araldite + nylstop (etc)) qu’il reste la bas surtout smiley


      • Shawford Shawford 15 décembre 2017 19:14

        @Ouam


        (chut, laisse les dépenser du cheval vape-heure, on va se retrouver quoi qu’il arrive sur la même ligne de départ vers le Steinway to Heaven, gros culs [qui restent con le veuille ou non les rois de la route, n’est-ce pas ?] comme hells angels à deux roux qui font un jewel] ! smiley [?] smiley smiley )


        • UnLorrain 15 décembre 2017 10:38

          @ l’auteure

          Ne ja-mais montrer l’immatriculation de sa voiture sur internet,voyez sur leboncoin les voitures en vente ont toujours leurs immatriculations cachées. Des chieurs de mines pourraient vous créer des emmerdements en voyant la photo de votre automobile.


          • alinea alinea 15 décembre 2017 10:56

            @UnLorrain
            Ce n’est pas ma voiture en photo !! jamais eu l’idée d’en faire une d’ailleurs ; c’est la pareille, mais qui a été refaite il y a longtemps, et différemment !
            Merci en tout cas du tuyau ; ceci dit, j’ai trouvé cette photo sur internet,bien sûr !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 décembre 2017 21:38

            @alinea
            Je compatis, c’est très désagréable de se faire voler sa voiture, cela m’est arrivé plusieurs fois aussi, même une 2Cv Citroën et un vieux Renault Express...
            J’ai mis ensuite une canne qui bloque le volant et une pédale. Il semble qu’il y ait des anti vols assez efficaces, pour 50 euros, je n’ai pas testé ce modèle.


            Les serrures 3 points ? Dans mon quartier 7 maisons viennent d’être cambriolées, les voleurs ont perforé le barillet..., alors 3 points, ou 1 point = 0.

          • alinea alinea 15 décembre 2017 22:39

            @Fifi Brind_acier
            Oui, c’est bien ce que je pense ! les voleurs ne sont pas plus cons que les propriétaires,ni que les inventeurs de pièges à voleurs ! je crois d’ailleurs que tous ces machins, vendus fort cher, doivent donner du piquant à leur métier !!


          • Shawford Shawford 15 décembre 2017 22:42

            @alinea

            Écuyer n’est pas = à Bouffon, chat ch’est sûr ! smiley smiley 

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 décembre 2017 09:05

            @alinea
            Quand ils veulent vraiment entrer quelque part, ils utilisent une voiture bélier.
            Sinon, ce qu’ils préfèrent, c’est de ne pas être retardés dans leur job, il faut que ça aille le plus vite possible.


            Donc tout ce qui leur prend du temps et les retarde est utile : barres en acier qui bloquent le volant, ou un sabot, qui bloque une roue.. Et pour les portes des maisons, des barres horizontales en acier qui s’ancrent dans les murs par exemple, comme avaient nos anciens.

            Les 7 maisons de mon quartier qui ont été visitées ont des points communs, ce qui prouve un soigneux repérage... Elles sont toutes situées des lotissements dont le POS est à 1200 m2, ce qui impose une distance importante entre les maisons. Ou bien des maisons isolées avec un grand terrain autour.

            Ils sont peinards, les propriétaires ont justement tout fait pour être à l’abri des regards des voisins : distance, pare vues, arbres, haies denses ... Ils ont volé uniquement l’argent et les bijoux, sauf un 4X4 qu’ils allaient voler, quand le propriétaire est sorti...

            Ils ne sont pas idiots du tout. Ils ne sont pas allés dans les lotissements récents avec 500 m2 de terrain, où les maisons sont jumelées, ou très proches les unes des autres, ni dans les centres des hameaux, très denses en population...
            Depuis, je n’entends parler que d’installations d’alarmes, de fusils de chasse et de chevrotines... 

          • alinea alinea 16 décembre 2017 10:47

            @Fifi Brind_acier
            C’est une véritable plaie ! le fait est que ce sont aussi,en partie, les cambriolés qui achètent le produit des vols !
            Quant aux fusils, tous ceux que je connais qui habitent des mas isolés, ont tiré au moindre bruit, à la moindre voiture qui ralentit , à une heure indue, plusieurs fois ; depuis des années ils ont la paix !
            Cela tendrait à prouver qu’il n’y a pas autant de bandes qu’il n’y paraît ! ou qu’ils se refilent le mot ! Mais eux, ce sont des paysans, ils ont agi avant !! et n’ont aucune alarme ni serrure compliquée !
            En bateau, les plaisanciers avertis sont armés aussi ; au moindre bateau un peu proche, et louche, ils tirent !
            Nous voici revenus au temps des pirates, des bandits de grands chemins.. finie la tranquillité confiante...
            J’aimerais bien connaître le nombre de points de PIB que cela représente ! et les assurances se gavent...


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 décembre 2017 18:56

            @alinea
            Je crois bien qu’il y a toujours eu des voleurs...
            Quand dans les livres d’histoire, on parle « des routes peu sûres », c’est bien de cela dont on parle. Les pilleurs de diligences du Far West n’ont rien inventé.


          • alinea alinea 16 décembre 2017 19:05

            @Fifi Brind_acier
            Avant, il y avait peu de voleurs de pauvres ; ceci dit, nous avons vécu une période dorée, comparée à celle d’aujourd’hui et celle de jadis ! ceci explique peut-être cela, dans ma perception d’une tranquillité confiante désormais impossible ; ce qui me chagrine c’est que j’ai l’impression que tout le monde s’en fout, même trouve plaisir à se sentir malin , pour voler, ou s’en protéger !
            Comme tout ça m’emmerde au possible, comme le matériel n’est pas une valeur marchande mais une valeur inestimable affective ou précieuse utile, j’ai du mal à me mettre dans la tête que certains le convoite !!


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 décembre 2017 06:37

            @alinea
            Les voleurs ne savent jamais à l’avance ce qu’ils vont trouver.
            Dans une des maisons visitées dans mon quartier, ils n’ont trouvé que 5 euros à voler, la locataire est femme de ménage, mais ça, les voleurs ne le savaient pas.


            J’ai connu aussi le temps où à la campagne personne ne fermait les portes, mais ce temps est révolu, aujourd’hui tout se revend, sur le Bon Coin ou aux puces, comment savoir quand on achète, s’il s’agit d’objets volés... ??

            Ce sont les acheteurs, de bonne ou de mauvaises foi, qui alimente le commerce, comme pour la drogue : pas de clients, pas de drogue. Il ne suffit pas aux voleurs de trouver des objets, encore faut-il les écouler sans se faire prendre....

            Internet et les vide greniers doivent servir sans doute à cela. Plus il est facile de vendre sans se faire prendre, plus ça encourage les voleurs, certains vols de voitures sont des commandes précises.


          • nono le simplet nono le simplet 15 décembre 2017 10:42

            salut alinea,

             j’ai vécu presque la même chose il y a quelques mois avec mon fourgon sauf que la batterie était débranchée et comme elle se trouve sous le siège chauffeur ...
            et pour les serrures, moi qui ne fermait jamais la maison à clé je m’y suis résolu ... pas à cause d’éventuels voleurs ... mais par peur de retrouver dans mon lit une voisine qui me poursuivait de ses assiduités ... et franchement j’avais la trouille ... 
            je ne suis pas un garçon facile smiley

            • alinea alinea 15 décembre 2017 11:14

              @nono le simplet
               smiley ! elle n’est pas à ton goût ?
              Ça me rappelle qu’un soir il y a longtemps, un fervent prétendant, après qu’il eut frappé et que je l’eus fait entrer, m’avait avoué qu’il me regardait de derrière le carreau depuis au moins cinq minutes ; ça m’avait dégoûtée et j’avais vite installé des rideaux de fortune ; je ne les ai plus aujourd’hui ; mais les lumières de la rue ont été « modernisées » et il ne fait pas nuit dehors. C’est pas mieux pas de nuit !


            • nono le simplet nono le simplet 15 décembre 2017 11:20

              @nono le simplet
               smiley il était pas à ton goût non plus ...


            • velosolex velosolex 15 décembre 2017 10:54

              Bonjour

              Bon, ça finit bien..on relativise les petits problèmes de la vie en rapport avec les lames de fond qui vous arrivent. Tout à coup, alors que la vague nous emporte au large, la perte de ce portefeuille auquel nous avions tant pensé pendant des jours est déjà oublié....
              Je ne voudrait pas paraître cruel, mais je me souviens vous avoir vu ici ironiser ( alors que je vous en faisait la remarque) sur le sort de pauvres gueux qui s’étaient fait brûler leur bagnole par des gens du voyage, ceux ci « luttant » alors,si l’on peut dire ici, afin d’exiger qu’un membre de leur famille, en prison, puisse bénéficier d’une permission.
              Je ne veux pas faire polémique plus que nécessaire, et vous imposer une morale de la fontaine, mais cela m’est revenu en tête, alors que je lisais votre article, qui est empathique. 
              Qui ne se reconnaîtra pas dans cette aventure ? La confusion d’esprit s’y rapportant. Il y a trois jours, alors que je vais changer ma bouteille de gaz. Impossible de me rappeler le numéro de ma carte...Pas grave me dit la nana sympa, me passant son portable. ( je n’ai jamais le mien sur moi) 
              Et là panne sèche.Impossible de me rappeler de quoi que ce soit. Ni le portable, ni le fixe, ni aucun des deux autres que j’ai normalement en mémoire. La tétanisation complète....Page vierge. Seul le pseudo de velosolex m’est venu en tête. Mais je doute que cela aurait pu arranger mon image.... Enfin, ce sont les excuses qu’on se trouve après, quand on rassemble les bouts du puzzle éclaté. 

              • alinea alinea 15 décembre 2017 11:06

                @velosolex
                La situation n’était pas la même avec les gitans, et je suis persuadée que le propriétaire de la bagnole était assuré !
                Mais par ailleurs, je pense que l’on a des caractères, et des moments, de guigne, et le gus qui a vu sa voiture brûlée a bien dû penser ça ! On ne sait rien de lui remarquez, si ça se trouve ce fut un drame énorme pour lui, vous savez, les événements en chaîne !!
                Je n’ai pas de carte bleue, et je serais incapable de vous dicter mon code de carte de retrait, ce sont mes doigts qui en ont la mémoire !
                Je n’ai aucune clé, tout est toujours ouvert, mes voitures, ma maison ; je me dis qu’en cas de vol, ce sera toujours ça de moins comme frais ! Les deux premières n’ont pas eu besoin d’être fracturées, mais comme elles ont été brûlées, ça m’a fait une belle jambe !
                Les trous de mémoire : forte émotion, stress... cure de magnésium ! smiley


              • velosolex velosolex 15 décembre 2017 12:16

                @alinea
                Je vous envie votre capacité de parvenir à parler de vos problèmes. J’ai traversé depuis deux ans pas mal de difficultés, liées à de gros ennuis liées à des dégâts des eaux et de champignons sur ma maison que j’ai vendu par la suite....Et je serais bien incapable de me lancer dans un récit, même si j’ai des jalons : La benne à ordures m’a fait relativisé la valeur de mes collections que je n’aurai pas cru pouvoir me séparer.....Le livre « Vous plaisantez monsieur Taner », de Dubois, que j’avais lu avant, et qui m’avait fait beaucoup rire, devant les aventures de ce type confronté, dans la reconstruction de sa maison à un défilé de charlots folkloriques, et des insuffisances de son assurance, aurait du me mettre en garde....

                On ne juge pas les choses de la même façon selon qu’on soit au centre du cercle ou hors de sa surface.
                Donc, un peu la tête à l’envers. Ce genre d’aventures vous montre vos limites, vos faiblesses comme un beau révélateur. Ainsi que vos vrais amis, sans compter les vrais valeurs. La vie qui continue..Je me garderai donc de me plaindre, étant donné que bien des gens jouent leur vie à la roulette russe tous les jours, ou qu’on la joue pour eux. Bon, j’ai déménagé, je suis confronté au changement, à de nouveaux paysages, plus sauvages, même si je ne suis pas au bout du monde. Peut être faut il faire l’éloge de l’inondation....La perte de mes codes tous neufs d’ailleurs, lors de cette épisode de la bouteille de gaz ni était sans doute pas étranger à ces problèmes passés. 
                Je reprend du poids depuis un mois. Peut être un peu trop. 

              • alinea alinea 15 décembre 2017 13:32

                @velosolex
                Écrire est une seconde nature chez moi, cependant je conseille d’écrire les choses à quiconque vient me parler de ses chagrins, de ses déboires ; c’est une manière de les poser à plat,non pas s’en défaire mais avoir, aussi, un regard extérieur sur eux.
                Quant à vous, vous écrivez, mais jamais de vous, donc, ce talent que vous avez est un handicap ; il vous faut, je le suppose, attendre que les choses soient vraiment digérées, éloignées, hors de vous, pour que vous puissiez les prendre comme un conte auquel vous apporterez tout votre humour.
                Pour ma part, je n’énonce que des tracas, des douleurs voire des traumatismes, qui concernent plein de gens. Dans mon deuxième article, je dirai un mot, justement, sur le fait que les gens parlent peu de leurs expériences négatives, surtout celles où ils ont le mauvais rôle du con de service, et je dirai pourquoi, moi, je le fais !
                Pour moi c’est pareil, quand j’ai des emmerdes, des accidents, cela réduit mon énergie, donc mon activité, et je prends du poids ! Ce n’est pas le côté grave, quand ça va mieux, on ressort !
                Pour vous c’est pédaler... et vous savez bien que ça remet les choses en place !


              • velosolex velosolex 15 décembre 2017 16:11

                @alinea
                Je suis effectivement remonté après des mois d’absence sur mon vélo d’est dire...Les monts d’arrée ou je vis maintenant ont des lumières et des montées vertigineuses, que les données chiffrées, bien pâles, reflètent bien peu.... 

                Moi qui avait passé des années en psy tentant de consoler des gens blessés, j’ai taché de me rappeler des recettes que je leur professais. Et la dedans l’écriture avait sa place. Mais l’animal blessé avait tendance à se cacher. 
                Bien à vous. En suivant vos aventures avec intérêt. Car elles apportent ce supplément d’âme personnelle qui manque parfois à ce site, ou les savantes analyses du monde ne suffisent pas à reconnaître en notre protagoniste, un frère, une sœur. Avec nos emportements, nos colères, et nos partis pris. Mais avec la qualité d’âme

              • alinea alinea 15 décembre 2017 16:38

                @velosolex
                J’ai des très bons amis qui habitent à Kerminguy, entre ST.Éloy et Sizun, donc aux pieds des Monts D’Arrée, et quand j’étais allée les voir, nous avions baladé par là ! c’est super en effet ; la copine qui chevauche volontiers, c’est aussi là qu’elle va !
                Je me dis philosophe du quotidien, parce que je le pense, je le crée, j’en parle, mais c’est surtout parce que c’est la Vie qui m’attache ! je ne m’intéresse à la politique que parce que les pouvoirs en place de par le monde nous l’abîment, et nous menacent.
                Bien à vous velosolex


              • Fergus Fergus 15 décembre 2017 11:21

                Bonjour, Alinea

                Je compatis sincèrement aux difficultés que tu as rencontrées car les vols sont une insupportable agression dans la mesure où ils portent atteinte à des biens souvent acquis au prix d’efforts qui, pour certains, confinent au sacrifice, eu égard à leur précarité.

                Les cambriolages sont, en l’occurrence, encore pires car au vol s’ajoute le viol d’un espace intime de vie, et parfois la disparition ou la destruction d’objets possédant une grande valeur affective. Par chance, je n’ai connu cela qu’une seule fois à Paris, et la Bretagne n’est pas la région la plus exposée à ces types de délinquance.

                La Creuse non plus ! Mais ce n’est pas le département le plus animé de France, loin s’en faut. smiley

                Bon courage ! Par chance, le contact de tes chiens et chevaux, ajouté au spectacle de la nature, devrait te permettre de tourner la page. C’est du moins ce que je te souhaite. 


                • alinea alinea 15 décembre 2017 11:28

                  @Fergus
                  Oui ; quand ça finit bien, j’oublie vite ; c’est curieux, après qu’on m’avait volé ma première voiture, des voisins m’avaient proposé un bout de leur pré pour que je m’y gare. Ce que j’ai fait pendant des années ; mais ils sont morts et la maison a été vendue !!
                  Ce coup-ci, c’est un copain qui me le propose, c’est pas à côté, mais je le ferai en essayant de ne pas oublier trop vite et me croire à nouveau dans un monde civilisé.
                  Comme il y a repérage, déjà ne pas être toujours à la même place !!
                  Merci Fergus


                • pasglop 15 décembre 2017 11:38

                  @alinea

                  Merci d’exister !  smiley

                • velosolex velosolex 15 décembre 2017 12:01

                  @Fergus
                  Le vol finalement m’aurait moins perturbé, que le jour où il y a de cela des années, j’ai retrouvé ma vieille bagnole avec tout cassé à l’intérieur. Il fallait savoir la démarrer et les voleurs, furieux avaient de ne pouvoir la faire partir, avait donc tout cassé de dépit. 

                  J’avais fait les casses pour la rafistoler.....
                  Ce sont souvent les vieilles voitures qui sont volées, car n’ayant pas les systèmes de sécurité adéquat. Le vol d’une Ferrari peut être anecdotique pour un emir, ou un Johnny, moins qu’une vieille épave pour un prolo. 
                  Le film « le voleur de bicyclette » de De Sicca, n’est pas un chef d’oeuvre pour rien. Peut être qu’il apparaîtra, d’ailleurs à tort vieillot pour les gamins, ( on ne programme plus) mais voilà un scénario qui pourrait faire un remake...Les frères Dardenne ?....Ce genre d’histoire a des prolongements en chaine, comme une courroie de distribution.....

                • Fergus Fergus 15 décembre 2017 13:51

                  Bonjour, velosolex

                  D’accord avec ce commentaire.

                  « Ce sont souvent les vieilles voitures qui sont volées »

                  Je croise les doigts pour ma vieille 206 rayée et cabossée ! smiley


                • alinea alinea 15 décembre 2017 14:45

                  @Fergus
                  Ce ne sont pas les mêmes voleurs ; les vieilles bagnoles se bidouillent et, surtout n’ont pas d’alarme ! les voleurs modernes et expérimentés arrivent à ouvrir une bagnole hyper sécurisée sans la fracturer !! ah,les génies de l’informatique !! ce sera le sujet de mon deuxième déboire !!


                • marmor 15 décembre 2017 17:20
                  @Fergus
                  Ah oui, la vieille 206 qui ne vous sert qu’à aller faire les courses au bled, il vous faudra donc sortir la Mercedes du garage !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



-->