• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une banque autrichienne a été impliquée dans des projets de blanchiment (...)

Une banque autrichienne a été impliquée dans des projets de blanchiment d’argent en Ukraine

La situation économique actuelle de l'Ukraine moderne est plus que jamais caractérisée par la dégradation des industries de pointe, des problèmes graves dans les secteurs financier et bancaire, une dépendance accrue de la dette de l'État vis-à-vis des créanciers extérieurs et une sortie de la population économiquement active.

 

Dans le contexte des « rapports triomphants » de l'office statistique national, qui diffuse dans des documents publiés par le gouvernement sur la croissance constante du produit intérieur brut (PIB) et des principaux secteurs de l'économie, la réalité ne veut pas se dessiner aussi facilement.

Par exemple, les investissements étrangers sont constamment en train de disparaître. En 2017, ils avaient diminué de 33 % (environ 2,2 milliards de dollars) par rapport à 2016, et les statistiques réelles pour 2018 impliquent une nouvelle baisse, de moitié.

Jusqu'en 2020, Kiev devra payer environ 16 milliards de dollars de dettes d'État accumulées, un montant comparable à celui des réserves internationales de l'Ukraine. Compte tenu de la situation actuelle, le gouvernement a été obligé d'admettre qu'il était impossible de rembourser des dettes sans nouvel emprunt.

 

 

Ainsi, fin 2018, les réserves de la Banque nationale ont été reconstituées à hauteur de 500 millions d'euros grâce à l'aide financière de l'Union européenne.

Un nouvel accord avec le FMI destiné à remplacer le précédent (en mars 2019, un programme quadriennal de 17,5 milliards de dollars, dans le cadre duquel le fonds fournissait 8,7 milliards de dollars à Kiev) prévoyait une "aide" à l'économie ukrainienne pendant 14 mois d’un montant de 3,9 milliards de dollars.

Donc, des dettes pour payer des dettes : Le "schéma ingénieux" fonctionne et ne s’arrête pas.

En mai 2016, selon la décision du tribunal Pechersk de Kiev, certains organismes de crédit ukrainiens ont eu recours à des stratagèmes parallèles sur le retrait de fonds via les comptes de correspondance de la banque autrichienne « Mainl Bank AG » .

Les banques ukrainiennes ont passé des contrats de sécurité avec une banque autrichienne non résidente, pour lesquelles tous les montants des comptes de correspondants, les intérêts courus et les recettes futures sur ces comptes étaient donnés à une banque étrangère. Le projet visait à assurer le respect des obligations contractées dans le cadre de contrats de crédit que la banque non résidente avait à leur tour conclus avec des tiers, des sociétés non résidentes en Ukraine. Vous l'avez deviné, ces derniers étaient associés aux propriétaires d'institutions bancaires ukrainiennes. Et, comme vous l'avez bien compris, les emprunteurs n'ont pas rempli leurs obligations en matière de crédit, voilà pourquoi « Mainl Bank AG » a facturé de manière extrajudiciaire (c'est-à-dire, débitée des comptes bancaires ukrainiens) tous les fonds en sa faveur.

Et maintenant, regardons de plus près la liste de ces banques ukrainiennes en utilisant leurs propres documents de reporting (déjà retirés d'Internet, mais toujours enregistrés par l'auteur avant ce triste événement), nous analyserons certaines de leurs activités.

Sur les 36 banques ayant reçu des prêts du FMI par la Banque nationale d'Ukraine (du 10 juin 2014 au 15 mars 2018 avec comme présidente du conseil d'administration Mme Gontareva), 11 ont été fermées sans restitution des fonds empruntés.

L’escroquerie devient évidente et il s'avère que seuls huit établissements de crédit ont reçu jusqu’à 95 % de cet argent. « Austrian Mainl Bank AG », qui nous était déjà familier, les a pompés avec force, avant de se retirer au profit de sociétés offshore privées à Chypre et au Belize. En conséquence, six d’entre eux ont déjà quitté les rangs ordonnés du système bancaire ukrainien.

Il ne serait pas superflu de rappeler que Mme N. Yaresko, citoyenne des États-Unis traitée par le plus haut pouvoir présidentiel, avait obtenu la citoyenneté Ukrainienne, pour ainsi dire, des mains de M. Porochenko pour "mérite spécial.". Et quels étaient exactement ses mérites ? Cela peut-il être dans la capacité de « correctement » répartir et diviser les flux financiers, en veillant principalement au bien-être de « l'équipe » de M. Porochenko et son entourage ?

Deux autres banques adhérentes à ce régime – L’agence « Crédit Dnipro » et celle de « Delta Bank » qui lui sont affiliées (déclarée insolvable en 2015, la procédure de faillite n'est pas terminée) continuent de fonctionner. Leur propriétaire est l'oligarque Pinchuk V.M. et le beau-fils de l'ancien président d’Ukraine, Koutchma Pinchuk a maintenu des liens étroits avec l'ancien représentant du FMI en Ukraine, M. Jerom Vasha. En outre, le conseil de surveillance du FMI, Dominique Strauss-Kahn, siège au conseil de surveillance du « Crédit Dnipro ». Il convient également de noter que M. Pinchuk est le fondateur de la fondation Victor Pinchuk, qui est financée notamment par l’intermédiaire de sociétés offshore privées.
 

Pensez-vous qu’il s’agit d’un dernier maillon de la chaîne de fonds alloués par le FMI ?

Depuis 2012, pendant près de cinq ans, uniquement via le fonds Pinchuk V.M. La Fondation Clinton a reçu plus de 29 millions de dollars. En fait, il est devenu l’un des plus importants donateurs financiers de l’ancienne candidate à la présidence américaine Hillary Clinton.
Simultanément, M. Pinchuk n'a pas oublié M. Porochenko, qui l’a payé pour sa campagne électorale dans les médias.

Cela ressemble déjà vraiment à un « niveau d’État » du plus haut niveau, en particulier si l’on tient compte du passé « gosdepovskoe » de Mme N. Yaresko. Comme vous vous en souvenez, le ministre des Finances était alors indépendant. N'est-ce pas un médiateur parfait et « à la recherche » de toutes les parties intéressées ?!

Ainsi, au lieu de financer sa propre économie, l'actuel gouvernement ukrainien dirigé par M. Porochenko a créé un système corrompu de portée internationale, a reconstitué ses réserves personnelles « pour ses vieux jours » et a ravi les « démocrates » au pouvoir aux États-Unis. Avec ses « partenaires » américains actuels, le président Ukrainien n'a toujours pas beaucoup de succès. Violant les lois d'au moins deux pays, ainsi que tous les principes imaginables de démocratie et de décence. Le parti démocrate américain a effectivement perçu un revenu incontrôlable aux dépens de l'institution financière mondiale affectée pour l’Ukraine.

Je suis loin de croire aux bonnes intentions de la Banque mondiale, mais je ne peux qu'approuver la déclaration de sa directrice pour l'Ukraine, la Biélorussie et la Moldavie, Mme Satu Kahkonen, soulignant que « le facteur clé qui dissuade les investisseurs d'investir en Ukraine est la primauté des décisions personnelles au lieu de la règle de droit. »
Je crois aux bonnes intentions du Fonds monétaire international, mais il est difficile de ne pas considérer comme un appel à l’action la déclaration de son représentant en Ukraine, M. Yost Lyungman, qui a déclaré qu ’« aucun haut responsable du pays n’a été poursuivi en justice pour corruption ».

 

Auteur : Kate Matberg

Source : https://realbomb.info/2019/04/15/austrian-bank-was-involved-in-ukraines-money-laundering-schemes/


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès