• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > VACCINS, OUI ou NON ?

VACCINS, OUI ou NON ?

Les vaccins sont-ils fiables ? Leur efficacité est-elle garantie ? Provoquent-ils des maladies comme l'autisme, la sclérose en plaque, Alzheimer, Parkinson, les allergies... dont le nombre explose ? Est-il réellement un rempart contre le cancer du col de l'Utérus ou est-il si efficace contre la grippe ?

1/ Qu'y a-t-il dans les vaccins ?

Toutes ces questions, et bien d'autres sont abordées par les chercheurs Stefano Montarini, Antonietta Gatti et le docteur Serge Rader, dans un ouvrage de plus de deux cents pages, intitulé : « VACCINS OUI ou NON ? « paru en septembre 2017, aux Editions TALMA Studios.

S. Montarini et A. Gatti deux scientifiques internationalement reconnus, ont ouvert une branche nouvelle de la recherche médicale : la nanopathologie, une discipline qui traite les maladies induites par les micro et les nanoparticules solides, inorganiques et toxiques. Leur analyse se fonde sur le contenu de dizaines de vaccins.

Serge RADER est Pharmacien diplômé d’État, ancien titulaire d'officines pendant plus de 20 ans et ex-président fondateur de la Coopérative de Pharmaciens IdF. Serge RADER est aussi lanceur d'alerte « face aux dérives de l'industrie pharmaceutique  ».

Ce groupe de professionnels de très haut niveau verse au débat les résultats de leur recherche au sein de leur laboratoire de nanodiagnostics. Ils utilisent une technologie révolutionnaire, spécifique de microscopie électronique mis au point par A. Gatti, validée par deux projets européens -Nanotechnology et DIPNA.

C'est aussi par ces recherches qu'ils prouvent la présence de micro et nanoparticules solides et inorganiques, en analysant la composition, élément par élément.

Question : Quelle justification à la présence de ces nanoparticules dans les vaccins ? Quelles conséquences pour le corps humain ?

Les autorités politiques et sanitaires, face à la suspicion générale en augmentation, face à la recrudescence des affaires judiciaires liées aux « dégâts collatéraux », déclare restaurer la confiance du public. Mais dans le même temps, annoncent dès janvier 2018, 8 vaccins obligatoires à injecter, en sus des trois précédents obligatoires, aux enfants en très bas-âge, dès les premières années de la vie.

Le travail de ces trois spécialistes est de mettre en lumière les éléments « cachés » de la composition des vaccins. Éléments qui ne figurent pas dans les compositions des vaccins sur les boîtes.

2/ Les Nanopathologies. C'est une discipline récente du domaine médical avec l'étude de nombreux phénomènes qui, jusqu'à ces dernières années semblaient difficiles à expliquer ou de manière erronée. Il s'agit de mettre en lumière la nature éminemment « polluée » de certains vaccins mis sur le marché.

« Si les particules emprisonnées dans les tissus ne sont pas bio-dégradables comme il arrive souvent, elles ne seront pas éliminées, avec toutes les conséquences en terme de chronicité du stimulus qu'induit un corps étranger « éternel  ».

3/ Les analyses des vaccins.

Il y a une douzaine d'années, les auteurs de cet ouvrage, contactés par l'Université allemande de Mayence afin de précéder au contrôle d'une tuméfaction formée chez certains sujets vaccinés au point d'injection – le bras – ils furent très surpris de trouver dans ces tissus des particules solides et inorganiques. Quelle ne fut pas leur surprise de découvrir également les mêmes particules, à base d'aluminium dans l'échantillon de vaccin. Il s'agissait d'un vaccin anti-allergique, produit par une société allemande. Ce vaccin était pollué d'une manière grossière et cela étonna les chercheurs. De plus, les caractéristiques des particules indiquaient l'attaque de « macrophages » et la formation d'une « granulomie » de corps étranger. Une réaction biologique amplement décrite dans n'importe quel texte de pathologie. Ce fut suffisamment incitatif pour les scientifiques pour se pencher sur la composition des vaccins. C'est ainsi que divers échantillons de vaccins furent analysés, où ils trouvèrent des particules polluantes de plus ou moins grande tailles. La première question qui les interpella fut : d'où viennent ces substances ?

« Quels effets sur l'organisme pouvaient avoir ces particules ? Elles pouvaient attaquer l'organisme de nombreuses façons différentes... »

D'un autre côté, ils commençaient à « recevoir des messages, appels téléphoniques et visites de parents qui rapportaient tous, avec des différences vraiment minimes quand elles existaient, le même vécu : il (le vaccin) était administré à leur enfant, généralement un nouveau-né ou au maximum âgé de 2 ou 3 ans et, de vif et réactif qu'il était, en l'espace de quelques heures, il se transformait en un être incapable de répondre à un grand nombre de stimuli. Et par la suite, diverses personnes leur rapportèrent un diagnostic d'autisme pour leurs enfants ».

 

4/ 30 vaccins analysés – 29 à usage humain, 1 à usage vétérinaire. Analyse par image et spectres EDS – Energy Dispersion Analysis - Cela consiste à tirer un très fin rayon d'électrons contre le point visible de l'image de microscope électronique dont on veut connaître la composition. Ces électrons déplacent de sa position un électron de l'atome touché et la place de cet électron va être prise par un autre électron appartenant au même atome. Ce processus produit de l'énergie enregistrée par l'appareil sous forme de pics. Chaque élément chimique émet de l'énergie dans un mode qui lui est propre, produisant des pics caractéristiques). L'énergie caractéristique d'un élément produit en général plusieurs pics, ce qui le rend inimitable. Ce travail s'effectue sous hotte à flux laminaire et sur 35 microlitres de vaccin, en les prélevant directement de l'ampoule et en les déposant sur un filtre de cellulose. Le filtre ensuite est déposé sur un disque bi-adhésif de carbone posé sur un support d'aluminium ( stub en terme technique).

« Dans tous les vaccins, nous avons observé de façon plus ou moins importante des corps étrangers qui n'appartiennent pas et ne devraient pas appartenir à la composition vaccinale » Le seul vaccin qui ne contenait aucun de ces corps étrangers, était un vaccin pour les chats.

5/ A quoi ressemblent ces corps étrangers ?

Ces « particulaires » sont de simples particules ou un agrégat aux dimensions variant d'une centaine de nanomètres jusqu'à près de dix microns. Ils présentent de vastes zones de cristaux d’aluminium : hydroxyde d'aluminium ajouté en tant qu'adjuvant.

 

6/ Les vaccins analysés et leur composants : NDLR - (le nom des marques de ces vaccins et leurs sociétés productrices sont mentionnés dans l'ouvrage).

-Vaccins1 contre la souche C de la méningite à méningocoque, vaccins anti-grippe analysé trois fois en sept ans. Lots différents, vaccin anti typhique (typhus), vaccin contre la Neisseria meningitidis de sérogroupe C - Vaccin diphtérie – Tétanos – Coqueluche – Vaccin de prévention contre l’hépatite B – Polyiomélythe – et l'Haemophilus influenzae de type b -Vaccin contre le HTV – Papillomavirus - Vaccin trivalent – Rougeole – Oreillons – Rubéole - Hépatite B – Varicelle.

La quasi-totalité de ces vaccins analysés contiennent à des degrés divers des particules, certains contenant un « haut pourcentage de titane et d'aluminium associés à des petites quantités de chlore, sodium, silicium et soufre ».

 

Liste des éléments chimiques rencontrés.

Aluminium (Al) - Baryum (Ba) - (Bi) Bismuth - (C) Carbone - (Ca) Calcium - (Cl) Chlore - (Cr) Chrome- (Fe) Fer - (K) Potassium - (Mg) Magnésium – (Na) Sodium – (Ni) Nickel – (O) Oxygène (P) Phosphore - ( Pb) Plomb - ( S) Soufre – (Si) Silicium – (Sn) Étain – (Ti) Titane – (W) Tungstène – (Zn) Zinc - (Zr) Zirconium.

NB : 1/ A rajouter à ce tableau, arsenic, cadmium,mercure et plomb à la toxicité maximale. Toutes ces particules sont toxiques. .2/ La triplette de fer, chrome et nickel est caractéristique des aciers. 3/ Dihydrate de phosphate de sodium, dihydrate de phosphate disodique, chlorure de sodium, phénol, zinc,2silicium, chlore,calcium et titane, tungstène soufre, titane - (La dimension nanométrique des particules de l’agglomérat les rend particulièrement pénétrantes).4/ Le zinc est particulièrement nocif pour le cerveau, les yeux et les organes sexuels.

Des antibiotiques sont retrouvés dans les vaccins. Comme la gentamycine et la polymyxine B, la streptomycine, médicament à utiliser chez les enfants uniquement que si l'on ne peut pas faire autrement.

Des traces de Glisophates dans des vaccins aux États-Unis !

Le glysophate est un ingrédient actif de l'herbicide phare Round Up de Monsanto, mais également des centaines d'autres herbicides ont été retrouvés dans les vaccins. C'est ce que révèle Wikistrike le 22 octobre 2016, dans un article du site nord-américain Eco-Watch.

7/ D'autres aspects de la vaccination obligatoire sont abordés : pourquoi à deux mois plutôt qu'à deux ans ? Pourquoi autant en même temps plutôt qu'un seul à la fois ? Est abordé également le volet des institutions sanitaires et des conflits d'intérêts majeurs, de la multiplication des scandales sanitaires. En face des institutions apparemment incapables .d'assurer le contrôle nécessaire pour la santé publique, les familles des victimes des dégâts collatéraux causés par les vaccins, se mobilisent et communiquent dans les médias. C'est ainsi que des expertises sont en cours, mais il est demandé aux familles de modérer leur discours alors que des expertises sont engagées ; Le verdict tombe en 2016, certains vaccins notamment contre la méningite renferment bien des métaux lourds. Et de conclure : les doses infinitésimales ne représentent aucun risque pour les enfants. Aucune allusion des nanoparticules dans les vaccins, nanoparticules retrouvées dans les analyses du laboratoire de Modène qui n'ont rien à faire dans les vaccins ! En effet, que font ces nanoparticules dans les vaccins ? Selon certains institutionnels, il est dit que les moyens technologiques actuels ne permettent pas de détecter et de quantifier ces nanoparticules. C'est faux !

Ce n'est pourtant pas ce que prouvent les travaux d'envergure et de précision, des chercheurs italiens et le laboratoire de Nanodiagnostics qui se penchent sur le problème depuis 15 ans maintenant. Mais l'ampleur du phénomène ne semble pas troubler les institutionnels. L'on annonce la vaccination obligatoire de 8 vaccins supplémentaires pour nos bébé en très bas-âge, au tout début de leur existence, à l'âge où ils n'ont pas encore développé leur défenses immunitaires. Or, comme le souligne les auteurs, le vaccin de par sa composition agit directement sur les défenses immunitaires du corps humain, nécessaires pour en faire un instrument de prévention et non un outil de maladie, voire de mort. Je conclurai par ceci : comment peut-on soutenir qu'un vaccin supposé empêcher une maladie de se manifester dans l'organise alors qu'il contient des substances lourdes et toxiques est inoffensif ? Comment peut-on les rendre obligatoires sachant ce qu'ils contiennent ? Comment vouloir prévenir la maladie en injectant des substances hautement toxiques ? Comment et pourquoi un tel déni de la part des institutionnels en charge de la santé ?

 

1Le nom des vaccins analysés se trouve dans l'ouvrage.

2Zinc – particulièrement nocif pour le cerveau, yeux et organes sexuels.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

231 réactions à cet article    


  • straine straine 4 octobre 16:08

    « VACCINS, OUI ou NON ? »
     smiley NON smiley


    • Alcyon 6 octobre 15:42

      @straine et bien va vivre en forêt et crève seul(e). Mais éviter de contaminer les autres.


    • straine straine 6 octobre 16:44

      @Alcyon
      Un doute sur l’efficacité de la vaccination pour à ce point craindre une contamination ?
        smiley smiley  smiley


    • Alcyon 7 octobre 13:12

      @straine : un doute sur les personnes qui, pour des raisons médicales, ne peuvent se faire vacciner. Mais bon, réfléchir 3 minutes n’est pas le fort des gars qui ne comprennent même pas à quoi servent les adjuvants des vaccins.


    • Bruno Jean PALARD Bruno Jean PALARD 7 octobre 14:13

      @Alcyon

      « Un doute sur les personnes... »

      Quel « doute sur les personnes » ?


    • CRICRI59 CRICRI59 8 octobre 12:28

      @straine
      Bonjour ma fille ainée en 1967 n’a pas été vaccinée contre la poliomyélite est malheureusement ça lui est tombée dessus par chance ça ne s’est localisé que sur sa jambe droit et a subit plusieurs opérations au sanat de Berck alors la vaccination OUI OUI OUI c’est le seul moyen pour éradiquer toute ces maladies


    • straine straine 9 octobre 12:18

      @CRICRI59
      Dans les années 1940 ma grand-mère a perdue une fille âgée de 18 ans suite à une vaccination ...


    • straine straine 9 octobre 12:22

      @Alcyon
      À part répondre à coté smiley


    • njama njama 4 octobre 16:12

      Et donc les vaccins sont une bouillabaisse de produits divers, organiques et non organiques, de densités variées, en solution ou en suspension ...

      dès lors, comment prétendre que les doses injectées sont identiques ... quand bien même l’industrie essaie (on supposera par hypothèse) de produire une homogénéité dans la fabrication de ses popotes vaccinales.

      ce qui, dans cette loterie, pourrait peut-être expliquer et les absences de réactions immunitaires chez certains sujets, ainsi que les accidents vaccinaux chez d’autres personnes (?)


      • doctorix doctorix 5 octobre 17:38

        @njama

        Après avoir lu des dizaines d’ouvrages pendant huit ans, consacré des centaines d’heures à la lecture d’articles sur les vaccins, je suis arrivé à la conclusion que cette propension à vacciner et à se faire vacciner tous azimuts est le résultat d’une intoxication mentale collective, fondée sur l’exploitation de la peur.
        Cette peur qui est maintenant bien ancrée aussi bien chez les candidats à la vaccination que chez ceux qui vaccinent, comme un poison qui obscurcit leurs facultés mentales.
        S’il fallait donner une preuve que les vaccins ne sont pour rien dans la baisse de mortalité par rapport aux maladies concernées, il suffirait de constater que la mortalité liée à toutes ces maladies avait baissé de 99% lorsque les vaccins correspondants sont arrivés sur le marché, et on peut le prouver, que ce soit pour la rougeole, la coqueluche, la polio...
        Que dire aussi du sacro-saint vaccin anti-tétanique, rendu obligatoire dès 1940, mais qui a vu la mortalité par tétanos parfaitement stable pendant 25 ans avant qu’enfin elle ne régresse pour d’autres causes ?
        Vieille maladie de l’homme, de se prendre pour Dieu, de penser qu’on fera mieux que lui, alors que nous sommes dotés d’un système immunitaire qui nous a fait traverser les millénaires, pour peu qu’on ait un peu d’hygiène et qu’on soit bien nourri !
        Les promoteurs des vaccins ont fait croire que leur production était responsable d’un phénomène pourtant parfaitement naturel : la disparition spontanée du caractère mortifère des épidémies, que ce soit par l’effet du temps ou des progrès de l’hygiène et de la nutrition.
        Madame Buzyn a eu toutes les peines du monde à nous trouver moins de dix décès par la rougeole en dix ans, dont on ignore même le statut vaccinal des victimes, et si elles étaient porteuses ou non de déficit immunitaire (ce qui est probable, la rougeole étant essentiellement une maladie bénigne).
        Mais que dire des 15% de non-vaccinés en France (120.000 nouveaux enfants par an, tout de même), et qui n’en sont ni morts ni blessés ? 
        Et faut-il polluer le corps de 800.000 nouveaux enfants chaque année pour éviter 1 mort par an ?
        Conclusion (provisoire) : mettez votre peur de côté, elle vous paralyse le cerveau. Et reprenez le contrôle de votre esprit, qu’on manipule honteusement.
        Lisez, lisez encore, lisez toujours : mais pas seulement les notices.

      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 5 octobre 22:20

        @doctorix

        Bonsoir,

        et merci pour votre commentaire tout à fait circonstancié. Les promoteurs de ces vaccins se prennent pour des petits démiurges, c’est possible, c’est un milieu où l’on attrape facilement la grosse tête, mais je pense qu’ils aiment surtout le bruit du tiroir-caisse.


      • doctorix doctorix 5 octobre 23:41

        @Nicole Cheverney
        Et oui. 

        Business is business.
        J’ai passé ma nuit au Samu et j’ai vu votre article un peu tard.
        Mais je me rattrape.

      • symbiosis symbiosis 4 octobre 16:22

        Buzin a tout dit lorsqu’elle a déclaré, c’est ballot, que les enfants non vaccinés mettaient en danger les autres vaccinés.
        Elle nous dit, en clair, que sa « popote » est inopérante. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle pense que les vaccins doivent être obligatoires.

        Mais, pour être sérieux, peut-elle expliquer aux 70 millions de population de ce pays la présence de matériaux toxiques dans les vaccins ? Que font ces matériaux dans les vaccins ? Comment peut-on protéger d’épidémies et de maladies avec des vaccins contenants des matériaux toxiques ?


        • tobor tobor 6 octobre 00:55

          @symbiosis
          Il semble que les souches vaccinales non-vivantes sont trop faibles pour alerter le système immunitaire. Ils doivent donc adjoindre un inflammatoire, comme l’aluminium, pour que le corps situe le problème et tombe sur le ou les vaccins en question.
          Comme le métabolisme d’un bébé vise unilatéralement à chasser toute inflammation, il a dut sembler de bonne-guerre à ces tarés d’utiliser ce miroir aux alouettes sans réaliser qu’ils induisent de la sorte un énorme déséquilibre.


        • symbiosis symbiosis 4 octobre 16:27

          Armés par l’État Profond, les macrophages attaquent.


          • Doume65 6 octobre 16:14

            @symbiosis
            Les macronphages, plus précisément smiley


          • pemile pemile 4 octobre 16:50

            @Nicole "Des traces de Glisophates dans des vaccins aux États-Unis !

            Le glysophate est un ingrédient actif de l’herbicide phare Round Up de Monsanto"

            Le Glyphosate smiley


            • njama njama 4 octobre 17:10

              VACCINS, OUI ou NON ?

              La liberté est un droit, vacciner est un choix !

              COMMUNIQUÉ DE PRESSE EPVL Ensemble Pour une Vaccination Libre

              « Tout ceux qui entendent défendre leur droit à la liberté, le respect de l’intégrité de leur corps, la transparence politique, le respect d’une autorité parentale inaliénable au bien collectif, ne manqueront pas d’être présents. Ils seront accueillis avec enthousiasme et chaleur, par ceux qui sont déjà engagés dans l’action. Les citoyens défendrons ainsi leur droit, mais aussi ceux des générations futures, contre la démence sécuritaire et la corruption de haut niveau.

              Éveillés, debout et unis, nous dirons à nouveau, haut et fort, que nous refusons cette politique ! »

              GRANDE MANIFESTATION NATIONALE le 15 OCTOBRE dans toutes les grandes villes de France PARIS, LYON, MARSEILLE, BORDEAUX, LILLE, NANTES, STRASBOURG, TOULOUSE, CLERMONT-FERRAND, NICE
              (les adresses des lieux de manifestation sont dans l’article de EPVL)

              http://www.epvl.eu/communique-de-presse-21-septembre-2017/


              • sarcastelle sarcastelle 4 octobre 17:49

                L’obscurantisme fait partie des droits inaliénables de l’homme. 


                • symbiosis symbiosis 4 octobre 17:54

                  @sarcastelle
                  L’obsurantisme de quoi ?


                • symbiosis symbiosis 4 octobre 18:00

                  @sarcastelle

                  Vous voulez peut-être parler de l’obscurantisme des laboratoires qui n’indiquent pas sur les boites les compositions et dosages des substances actives quand ces médicaments contiennent certaines substances qu’il est préférable de cacher aux patients ?


                • pipiou 5 octobre 02:46

                  @sarcastelle

                  Et de la femme


                • foufouille foufouille 4 octobre 18:05

                  on dirait un article sur le sérum de quinton ou le respirianisme.


                  • njama njama 4 octobre 18:41

                    @foufouille

                    Le PLASMA DE QUINTON est identique physiquement, chimiquement, physiologiquement à notre milieu intérieur

                    On ne peut pas en dire autant des vaccins !!!!!!!!!

                    « L’EAU DE MER MILIEU ORGANIQUE, constance du milieu marin originel, comme milieu vital des cellules, à travers le série animale ».
                    Par René Quinton, Assistant du Laboratoire de Physiologie pathologique des Hautes Études, au Collège de France.

                    Paris MASSON ET Cie ÉDITEURS Librairie de l’Académie de Médecine,(1904)

                    EN PDF sur ce lien : http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CE4QFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.vliz.be%2Fimisdocs%2Fpublications%2F214765.pdf&ei=1vGCU8fEL8SI0AWpmoDoCA&usg=AFQjCNEHRXTw94oXoyuxi0IBXFVQ_bK21A&bvm=bv.67720277,d.d2k


                  • foufouille foufouille 5 octobre 10:22

                    @njama
                    tu as vu des globules rouges dans ton sérum physiologique ?


                  • Alren Alren 5 octobre 12:59

                    @foufouille

                    « tu as vu des globules rouges dans ton sérum physiologique »

                    Si les globules rouges ne baignent pas dans un sérum isotonique, ces cellules sans noyau sont détruites (hydrolyse).

                    La vie est apparue dans la mer il a plus de trois milliards et demi d’années, mer dont l’eau contenait la même teneur en sels qu’aujourd’hui.
                    Les pluricellulaires ont gardé par obligation cette composition dans leurs organismes, cellules et sang, pour pouvoir conserver les réactions biochimiques des premiers unicellulaires, réactions auxquelles ils ont progressivement ajouté d’autres.

                    D’où cette unité du vivant et le fait que l’on trouve dans les plantes des substances semblables à celle des animaux, animaux dont nous sommes, et qui nous soignent.


                  • tobor tobor 6 octobre 01:06

                    @foufouille
                    Le sérum Quinton était une vraie découverte révolutionnaire, ils ont soignés la variole et transfusés des blessés de guerre (14/18) avant que l’usage interne en soit interdit pour laisser place au gros marché pharmaceutique.


                  • foufouille foufouille 6 octobre 08:52

                    @tobor
                    c’est un hoax fabriqué de toutes pièces.
                    surtout que A+ ou A- est dépassé.


                  • tobor tobor 14 octobre 23:20

                    @foufouille
                    « c’est un hoax fabriqué de toutes pièces. »

                    N’importe quoi, c’est consigné dans l’histoire,
                    cité par divers témoignages et ouvrages,
                    l’histoire débile avec son chien comme les
                    centres de transfusion puis l’interdiction
                    de l’usage interne pour ne laisser que
                    le sérum physiologique encore appelé Quinton.
                    .
                    « surtout que A+ ou A- est dépassé. »

                    Receveur universel ou donneur universel
                    ça ne se démode pas pourtant...


                  • Le Panda Le Panda 4 octobre 18:12

                    @l’auteure

                    Il ne s’agit en aucun cas de porter une opinion ou diverses sur la qualité de l’article que j’ai validé en modération. Merci d’apporter votre témoignage et celui d’éminents spécialistes. Mais si vous avez lu le commentaire que j’ai laissé il me semble utile d’écarter un débat de pleine actualité. Je pense savoir de quoi je parle. Vous allez pouvoir constater que les variations sont aussi diverses que le vécu de chacun. 


                    • Le Panda Le Panda 4 octobre 18:17

                      Suite

                      Si la polio, la rougeole et la diphtérie ont été pratiquement éradiquées des pays développés, c’est grâce à l’introduction de leurs vaccins respectifs. On s’en doutait, mais l’université de Pittsburg, dans une étude publiée le 28 novembre 2013 via le New England Journal of Medicine, a apporté un indice de taille : la visualisation de tous les cas recensés aux Etats-Unis depuis plus d’un siècle.

                      La base de données sur laquelle est basée cette étude, baptisée « Project Tycho », a été placée en libre accès la même journée, « pour aider à combattre les maladies contagieuses mortelles », selon le communiqué de presse annonçant la nouvelle. Ces travaux ont été résumés le 2 décembre sur le site d’un des National Institutes for Health (NIH), organismes publics de recherche étasuniens qui ont contribué au financement de l’étude.

                      Vous pourrez prendre connaissance des derniers chiffres communiqués le 11 juillet 2017 ICI


                      • njama njama 4 octobre 18:55

                        @Le Panda

                        il me semble utile d’écarter un débat de pleine actualité.
                        Ah bon ! on a du mal à vous suivre parfois ...
                        comme c’est en pleine actualité, le débat est pertinent non ?

                        encore faut-il cerner de quoi il faudrait débattre. A cette heure le sujet des vaccins n’est pas scientifique, il est surtout politique. Mme Buzyn souhaiterait étendre les obligations vaccinales ...
                        évidemment c’est TRÈS coercitif, en plus d’être en contradiction avec d’autres lois, avec des conventions internationales, et en contradiction avec la déontologie médicale.

                        Par ailleurs la loi (Code de la santé publique) ne donne pas à Mme Buzyn autorité à décider de ces « obligations », ce n’est pas dans ses prérogatives de ministre de la santé ... nous sommes donc bien face à un abus de pouvoir caractérisé du gouvernement Macron. La question de la vaccination n’étant ni de droite, ni du centre ni de gauche, ni des extrêmes de droite ou de gauche, il apparaît assez évident qu’elle ne saurait être accaparée par quelques ministres.


                      • Le Panda Le Panda 4 octobre 19:03

                        @njama
                        Bonsoir,

                        il me semble utile d’écarter un débat de pleine actualité.
                        Ah bon ! on a du mal à vous suivre parfois ...
                        comme c’est en pleine actualité, le débat est pertinent non ?

                        Par ce qui suit dans votre commentaire. Nous ne pouvons laisser circuler de fausses informations.

                        Par ailleurs la loi (Code de la santé publique) ne donne pas à Mme Buzyn autorité à décider de ces « obligations », ce n’est pas dans ses prérogatives de ministre de la santé ... nous sommes donc bien face à un abus de pouvoir caractérisé du gouvernement Macron. La question de la vaccination n’étant ni de droite, ni du centre ni de gauche, ni des extrêmes de droite ou de gauche, il apparaît assez évident qu’elle ne saurait être accaparée par quelques ministres.

                        Cela vous avez raison de poser la question, mais ce n’est pas le sujet de l’article il me semble. Je ne vois pas à quel moment je suis difficile à suivre dans commentaire. Qui de plus je l’ai félicité pour ouvrir le débat sur les « vaccins » Non sur l’usurpation de l’Etat que je partage pleinement avec vous. Mais c’est un autre débat. J’ai déjà écris dans divers articles ici ce que je pensais de Mme Buzin, merci


                      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 19:07

                        @Le Panda

                        Bonsoir,

                         je vous remercie d’avoir validé mon article, mais je vous ferai la même réponse que je fais à Trelawney sur la composition des vaccins et des matières toxiques qu’ils contiennent. Depuis Pasteur en effet, les adjuvants ont été changés, plusieurs fois en cours de route, très sophistiqués, il y a une trentaine d’années, mais les grands laboratoires et les nouvelles technologies dites de pointes : le nanoparticules ont complètement changé la donne. Les grands fournisseur de ces produits dont plusieurs scandales ont éclaté n’ont aucun état d’âme, seuls comptent les bénéfices à en retirer.
                        Et c’est la raison pour laquelle après avoir lu ce livre : essentiel ! j’ai absolument tenu à le faire connaître autour de moi, parce qu’il dévoile ce que les grands médias ne vous diront jamais, sauf si la population demande un moratoire sur les vaccins et que trop de scandales de dommages collatéraux éclatent à la fois. Il y a nombre d’associations qui le demandent et nombre de signataires de pétitions.

                        Je pense qu’il est très difficile aujourd’hui d’être parents d’un enfant en bas âge, confrontés à cette autoritaire et dictatoriale décision de faire 11 injections chez un bébé qui n’a pas encore formé ses défenses immunitaires.

                        C’est à cela que nous devons - tous - réfléchir.


                      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 19:12

                        @njama

                        La question de la vaccination n’étant ni de droite, ni du centre ni de gauche, ni des extrêmes de droite ou de gauche, il apparaît assez évident qu’elle ne saurait être accaparée par quelques ministres.

                        Bonsoir, Tout à fait, c’est une histoire de santé publique qui nous concerne tous.


                      • Le Panda Le Panda 4 octobre 19:20

                        @Nicole Cheverney
                        Bonsoir,

                         je vous remercie d’avoir validé mon article, mais je vous ferai la même réponse que je fais à Trelawney sur la composition des vaccins et des matières toxiques qu’ils contiennent. Depuis Pasteur en effet, les adjuvants ont été changés, plusieurs fois en cours de route, très sophistiqués

                        Vous n’avez pas à me remercier j’ai trouvé votre article ouvert et ne mêlant pas tout. J’ai tenu ni plus ni moins que mon rôle de « modérateur » Merci de lire mon commentaire le second et d’ouvrir les liens si vous le voulez bien. Les chiffres sont sur un siècle et les résultats de juillet 2017. Bien à vous. J’ai validé votre article oui, mais ouvrons le débat sur le fond quand je parle de la « forme » c’est celle d’injecter ces vaccins, le voulez-vous ?


                      • Bruno Jean PALARD Bruno Jean PALARD 4 octobre 19:31

                        @Le Panda

                        Hé oui c’est bien connu : les pays « développés » n’ont rien fait d’autre que développer des vaccins et vacciner durant ces 125 dernières années...


                      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 4 octobre 20:16

                        @Le Panda

                        Le fond s’inscrit dans mon article, injecter des vaccins c’est une chose, à condition de ne pas injecter des vaccins en quantité dans des corps de nourrisons qui n’ont été nourris qu’au lait maternel ou lait animal. Or, il n’y a pas que des métaux lourds dans les vaccins, il y a également des traces d’antibiotiques, des traces d’oeufs, oui, oui, et d’autres qui peuvent sur un petit métabolisme n’ayant pas formé encore ses défenses immunitaires provoquer des allergies et de graves troubles pouvant mener à la mort. Car l’on ignore leur réactivité à certains produits comme l’oeuf, par exemple qu’ils n’ont jamais ingérés.

                        D’autre part, le débat ce n’est pas de dire oui, les vaccins ont éradiqué les pandémies, on le sait, et encore.... certains résultats des vaccins n’ont pas été à la hauteur des espérances. On éradique jamais totalement une maladie contagieuse, il reste toujours des souches prêtes à resurgir ici ou là dans le monde. Cela a été une constante pour la peste qui depuis la plus haute antiquité a toujours ravagé les populations. Le vaccin existe mais n’a jamais été appliqué sur les populations, découvert par le professeur Yersin, sauf pour les militaires en mission dans certains coins du monde.

                        La plupart des maladies contagieuses pandémiques sont dues en grandes partie à la pauvreté, la promiscuité, le manque d’hygiène, la qualité des aliments, etc...

                        Le vaccin en lui même fut une invention dite géniale à une époque où l’on découvrait les qualités de la profilaxie médicale ; Mais je ne suis en rien une connaisseuse, je laisserait plus volontiers les spécialistes le dire à ma place, dans leur jargon. Et leur compétence.

                        Allo, Doctorix ?


                      • Le Panda Le Panda 4 octobre 20:17

                        @Bruno Jean PALARD
                        Bonsoir,

                        Hé oui c’est bien connu : les pays « développés » n’ont rien fait d’autre que développer des vaccins et vacciner durant ces 125 dernières années...

                        Hé non, ils n’ont malheureusement pas faits que cela, vous le savez parfaitement. Ensuite ayant lu votre article je puis comprendre, mais je souhaitais un débat avec tous les intervenants et l’auteure de l’article merci de le comprendre


                      • Ruut Ruut 4 octobre 21:01

                        @Le Panda
                        Sauf que la composition des Vaccin a depuis changée et pas en mieux.
                        C’est le cœur de la controverse.

                        Même problème face a la contraception moderne.

                        Si l’utilité d’un vaccin propre est incontestable, celle des vaccins modernes ultra polluée de produits que l’on connaît dangereux est elle mise en question.

                        Ce n’est pas parce que dans le temps les produits étaient de qualité que les même produits modernes le sont autant.
                        La qualité de tout est remise en question par les citoyens puisque les autorités ne font plus leur travail de veille sanitaire et de contrôle qualité

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires