• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vernissage d’une exposition

Vernissage d’une exposition

Journal d’un béotien

L’art contemporain a ceci de merveilleux que pour un béotien qui par définition n'y connaît rien, il est aisé de se perdre en interrogations multiples, en perplexité extrême et incompréhension totale. Ici, des collages, des peintures faussement naïves, des photographies énigmatiques, des sculptures répétitives, des installations troublantes. Rien ne se donne à la première approche et après quelques efforts, de ci de là, il est possible de trouver quelques circonstances atténuantes.

Les autres visiteurs semblent être tout aussi dubitatifs. La politesse fait que chacun singe le plaisir ou bien feint d’admirer tout en trouvant bien plus agréable de discuter avec une vieille connaissance retrouvée là. Les uns et les autres déambulent, attendant tous les discours pour parvenir enfin à déchirer le voile de leur ignorance.

Un orateur se présente au micro. Manifestement guère adepte de la pratique, l’homme bafouille, ne parle pas dans l’axe du capteur sonore. Ses mots se perdent dans le brouhaha d’un public nombreux pour la petite salle. Entre lapsus et hésitations, bafouillage et propos inaudibles, l’homme n’a pas éclairé nos lanternes. Ce n’est pas grave car le spécialiste s’approche, fiches en main, pour nous apporter ses lumières.

Cette fois c’est le choc. Il est question de courbe, d’inspiration, de chemin exploré, d’aventure scripturale, de jeux des matières et des significations, d’approche ethnographique de l’art, de parcours unique, de vision personnelle ouvrant sur un nouvel esthétisme… Je ne puis tout saisir, le discours me plonge dans un tel abîme de perplexité que cette fois j’ai la conviction de n’être décidément qu’un âne bâté, hermétique pour toujours à l’art en mouvement.

Fort heureusement, je parviens à m’accrocher aux mots et au sens quand le maire prend la parole. Lui évite de commenter ce qui a dû le mettre pareillement à l’écart de son code de lecture, il tient les habituelles remarques générales qui passent partout, abrège autant que faire se peut son intervention afin de libérer l’assistance et donner le feu vert pour se rendre au buffet.

C’est ainsi que soulagés de n’avoir pas à commenter ce qui est exposé sous les yeux, le commun des mortels et votre serviteur se précipitent vers la grande table où trônent de quoi boire et manger. Un duo guitare-accordéon sert de fond sonore à la chose, donnant un cachet festif à ce qui jusqu’alors était plutôt indigeste.

Les deux musiciens sont excellents. L’accordéoniste nous propose des arrangements personnels d’airs connus. C’est très agréable même si les gens ne les écoutent guère. J’invite tout un chacun à applaudir. Un mouvement de sympathie prolonge cette demande. Les deux artistes sont ravis de n’être plus qu’un élément du décor.

Sur la table généreusement dressée, je découvre un merveilleux petit blanc des côtes roannaises. Typé, rond, long en bouche, aux doux parfums végétaux, il y a du bel ouvrage viticole. Je m'enquiers du viticulteur, on me dit qu’il est installé à deux pas de là. J’abandonne l’art contemporain pour me plonger dans les délices de la dégustation.

Edgard me reçoit merveilleusement bien. Jeune viticulteur, il se bat avec son frère pour exister, récupérer des droits pour planter des vignes dans son domaine au beau nom évocateur : « Retour aux Sources ». Au sortir du bac, ne sachant à vrai dire trop que faire, il accepta un stage en bourgogne chez un vigneron qui est devenu son maître spirituel. Ce fut, on ne peut dire mieux le coup de foudre. Il est revenu au pays, a acheté des terres et des vieilles vignes à l’abandon afin de pouvoir planter à son tour du Chardonnay, du Pinot gris et du Gamay.

Il raconte son métier merveilleusement bien. Cette fois, je comprends tout. Le verre à la main, mon esprit se libère des interrogations qui m’envahissaient à l’exposition. Je crois avoir trouvé mon domaine. Dommage que je ne puisse emporter de cartons, je suis venu en train. J’achète néanmoins quelques bouteilles pour les offrir à mes hôtes. Voilà belle manière de célébrer un art vieux de deux mille ans en bord de Loire.

Si le contemporain reste pour moi une énigme, le vin m’ouvre l’esprit et libère la parole. Ce fut un beau vernissage. Je n’en ai pas eu plein les yeux mais mon gosier a trouvé son bonheur sans que je fasse le pique-assiette, là où les habitués de la chose, sont restés jusqu’à plus soif.

Moqueusement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • cyborg 10 septembre 11:40

     « la mort de l’art » à la Hegel mais ça plus simple pour des gogochons :
     
    MUSÉE SCOTTISH NATIONAL GALLERY,
    VIDÉO RACIALISTE ANTI-BLANC D’UNE « CHANCE » RAPPEUR COLON
     
    Je suis ici, aussi, maintenant.
    Et tu est mort.
    Un type blanc aléatoire, mort.
    Qu’est-ce qui est si spécial chez toi ?
    Je suis ici contre le mur encadré d’or, souriant de mon privilège, le privilège d’être vivant.
    Alors que tu es maintenant entouré de poussière.
    Les signes de richesse, les emblèmes de statut, sont une tombe contre laquelle pisse un chien, bougeant, fissurée en terre.
    Ils sont une longue ligne de progéniture consanguine, qui va bientôt s’éteindre.

     
    De l’art « glands remplacement » encore mieux que l’art de la spéculation des Seigneurs Mondailistes ...
     
    Sinon ds l’art très moderne ya le « lèche mes boules » rappeurs colons transsexuel chez Bichon... (Palais de l’ex-France)
     
    https://www.youtube.com/watch?v=lt1umirFdY4 ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 15:18
      @cyborg

      Les grochochons ont forcément tort

    • juluch juluch 10 septembre 12:08

      Les goûts et les couleurs dans l’art abstrait...faut y être investit.


      Au moins la vigne c’est clair pour tous le monde ! 

      merci Nabum !

      • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 15:19
        @juluch

        D’autant plus clair que c’était du blanc

      • juluch juluch 10 septembre 19:14

        @C’est Nabum


         smiley  smiley

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 19:52

        @C’est Nabum


        Pourtant, le sens du tableau était clair. Vous êtes un escroc, mais vous avez été blanchi.

      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 13:19

        Définir un béotien selon qu’il aime ou non l’art dit contemporain est un peu court. J’ai eu l’occasion d’avoir un KETH HARING en main. Un jeune dans une brocante me dit : c’est quoi ce dessin d’enfant. Je lui ai dit : ben, si vous saviez, il vaut plus ou moins dix mille euros. Ah bon, et pourquoi ??? Ne voulant pas induire en erreur celui qui entrait dans le monde des adultes, je n’ai pas osé un : t’es trop jeune pour comprendre (manière assez lâche de botter en touche). Dans le domaine artistique, il n’y a qu’une seule valeur : la peinture te touche au coeur ou pas. Le reste , c’est du commerce. Mais ne te ferme pas non plus à ce que tu ne comprends pas aujourd’hui, c’est l’avantage d’une vie, celle de nous offrir de nombreuses voies de découvertes. Mais surtout évite ce qui doit la « norme » en matière de goût artistique. Et si tu veux placer ton argent : attention, le domaine est versatile,....http://www.allposters.fr/-sp/Pop-Shop-Dolphin-Rider-Affiches_i9080225_.htm&nbsp ;


        • Ben Schott 10 septembre 15:06

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

           
          Vous êtes effectivement capable d’expliquer à un enfant qu’il est trop jeune pour comprendre le dessin qu’il a fait !
           


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 15:19

          @Ben Schott

          En fait, Keith Haring, un homosexuel a vEcu assez longtemps en Belgique et dessinait un peu partout sur n’importe quoi. Raison pour laquelle, j’en ai quelques uns en ma possession (pas du tout mon style,...). Signés. Problème, il faut une authentification du propriétaire, qui pour les raisons que vous devinerez veut rester anonyme... https://www.google.be/search?q=Keith+haring&num=20&newwindow=1&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjlvYzOwrDdAhVDPFAKHc9gCNAQ_AUICigB&biw=1280&bih=669. Mon style c’est et restera le surréalisme ainsi que l’impressionnisme et le symbolisme.

        • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 15:20
          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Je suis un escroc doublé d’un imposteur

          Je devrais faire soit de la politique soit de l’art contemporain

        • cyborg 10 septembre 15:46

          ça Veau 10000$ = la pensée gogochonne par tautologie ...
           
          Peintre virtuose comme Vinci = merde
          Ouvrier, artisan qualifiés = merde
          Travail, technique, morale, idéal sublimé, religion civilisation et culture = merde
           
          Tableau monochormatique bleu, banc, rouge où noir... Merdes en boites de conserves de Manzoni... vilebrequin planté ds un bloc de béton, roue de vélo ... etc = génie
           
          La déconstruction des normes doit dire seul le fric que reçoivent le snob bobo pseudo-artiste et le critique prébendier pontifiant zélateur de la branlette du Seigneur Capitaliste spéculateur qui investit dans le « non-dit » du jeux de Casino « art moderne » de l’entre-soi financier.
           
          Populo aux goûts communs, on vous encule comme un Dieu Domestikator  ! Nous la classe snob des nomades du haut, nous qui nous masturbons à la débilité méprisante art moderne dispendieux et inutile sur votre travail... en vous enfonçant un plug anal géant vert à vos frais de con tribuables, c’est rigolo !


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 16:15

          @C’est Nabum


          Bah, Freud savait d’où provenait l’argent qui lui a permit de s’installer pomme psychanalyste (métier qui et peu de personne le savent coûte très cher à l’installation) :: l’argent de Bernays (le frère de sa femme). FAUX MONNAYEUR. PAris vaut bien une messe. Et puis, c’était pur la bonne cause. Faute à moitié pardonnée,....

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 16:48

          @C’est Nabum


          Quand on est un escroc doublé d’un imposteur, il faut doubler la mise,....

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 16:57

          @C’est Nabum


          Attention, le contemporain baisse,.... Si vous avez de l’argent à investir : Gabriel Manukian. https://www.google.be/search?q=Gabriel+Manukien&num=20&newwindow=1&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwiSrLzh2LDdAhUSLVAKHbCbCdoQ_AUICigB&biw=1280&bih=669. Les traditions à travers un regard nouveau et original. 

        • marmor 10 septembre 17:55
          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Mythomane !!!! Un Keith Haring dans une brocante ? Vous ne savez plus quoi dire pour briller ! Puis sur un autre post, vous avez QUELQUES Keith Haring à la maison, et signés !!! Keith Haring a vécu longtemps en Belgique MDR MDR MDR !!! Vous êtes grotesque ! Vous n’auriez pas un petit Basquiat original aussi ? Bidon, va !!!!

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 18:01

          @marmor

          J’adore,... https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dragon_de_Knokke. Je me fous complètement d’être traitée de mytho. Il me suffit de savoir qu’au moins une personne sur Agora, connaît : MA VERITE. 

        • Armelle Armelle 11 septembre 10:15

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Ho mon dieu que c’est vilain !!!
          C’est tout sauf de l’art, ce fameux art « abstrait » ; le « fourre tout » contemporain capable de diriger le projecteur sur n’importe quel gribouillis coloré et donc sur n’importe quel gugusse autoproclamé artiste !!! Quelle misère...
          Mais il y a quand même aujourd’hui une petite lueur rassurante, l’art ne vaut que ce que les gens veulent bien payer, si personne n’en veut ça ne vaut rien...Les styles que vous citez (et que vous aimez, comme moi) ont traversé les siècles, je ne suis pas certaines que les gribouillis immatures que l’on voit dans votre lien en fasse de même...
          C’est un peu soulant cette mode bobo, consistant à se prosterner devant des merdes colorées tout simulant une immense émotion et en palabrant avec de grands mots en faisant croire que l’on a compris l’artiste !!! Ou comme des monochromes vendus pour plusieurs dizaines de millions d’euros, nous dépassons le stade de l’absurde pour passer dans la bêtise profonde !!!


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 septembre 01:04

          @Armelle


          J’adore Manukian qui est très proche de Viktor Brauner. Mais Ketih Haring (art typiquement homo comme le PLUG ANAL) est l’exact opposé de ce qui m’attire. Etant fortement liée au domaine artistique, il m’arrive d’avoir en dépôt des « machins » qui ne me plaisent pas du tout. https://www.guggenheim.org/artwork/681. Autrement, j’ai une passion pour l’art Naïf.

        • Armelle Armelle 12 septembre 08:48

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          Victor Brauner...comment dire... Un genre de Gustave Climt sans la magie des couleurs...Donc mon émotion est qqe peu fade ! D’ailleurs en parlant de Climt, j’ai vu il y a qqes temps une expo à Rennes en version « projection »...2h de bonheur...


        • Radix Radix 10 septembre 14:58
          Bonjour Nabum

          Si une « œuvre » a besoin d’être expliquée et que l’explication est encore plus nébuleuse que sa vision, tournez les talons : c’est une escroquerie !

          Radix

          • C'est Nabum C’est Nabum 10 septembre 15:20
            @Radix

            C’est ce que j’ai pensé

          • velosolex velosolex 11 septembre 11:41

            @Radix
            Malheureusement vous n’avez rien compris. 

            C’est l’artiste aux dernières nouvelles qui explicite son oeuvre. Rien à voir avec vos capacités, avec ou sans lunettes, qui’l est donc inutile d’amener. Allez y plutot avec un masque de plongée et un tuba, on s’intéressera à vous, on vous demandera votre nom, ce que vous faites...
            Ainsi c’est l’artiste génial, comme un démiurge ou un taureau lancé dans la foule, qui montre du bout de ses cornes quel est l’objet du désir, et qui fait tourner la planche à billets. 
            Tout cela aboutit parfois à des incidents. Plusieurs fois des femmes de service le soir ont balancé des œuvres hors de prix, croyant que c’était des déchets.....On doit leur faire faire maintenant des recommandations sans nom. 
            Italie : des femmes de ménage jettent une œuvre d’art sans le savoir ...
            Elles hésitent maintenant à balayer. Les vieilles écritures ne nous avaient pas prévenu que la poussière tout est poussière deviendrait hors de prix...On voit que Jerome Bosch avait entrevu notre époque, mas moderato. 
            Dorgeles, l’auteur des croix de bois, qui s’y connaissait en horreur ( avait fait 14) et en peinture, avait eu l’idée d’un petit gag innocent qui rendit la critique furieuse, à l’époque où déjà les performances commençaient...Il exposa un peintre révolutionnaire devant lequel on s’enflamma. Puis il révéla la supercherie. C’était une âne, qui en était l’auteur. Un pinceau au bout d’une queue peut faire de grandes choses. Chacun est libre d’essayer. 
            L’âne qui peint avec sa queue [Boronali au Salon des Indépendants ...

          • Radix Radix 13 septembre 13:35
            Bonjour velosolex

            L’art moderne malheureusement résiste à tout, même au ridicule.

            Radix

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 16:25

            Freud n’était pas trop à cheval sur l’éthique et se permettait quelques petites entorses (peut-être justement pour que ceux qui le suivirent ne se sentent pas dans l’obligation d’être Dieu donc incorruptibles). IL trichait au cartes et en plus, à un examen, alors qu’il n’était pas sûr de lui, il se permit de cocher de son ongle la seule question à laquelle il pouvait répondre. Le prof, sachant que par ailleurs l’homme avait d’autres qualités, joua le jeu,....


            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 16:46

              il n’y a pas d’éthique dans le domaine financier, mais dans les intentions qui les porte. 


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 18:28

                La BEOTIE ET L’ATALANTE. Dans la mythologie grecqueAtalante (grec ancien : Άταλάντη / Átalántê) est une héroïne. Deux traditions existent à son sujet dans la mythologie grecque, toutes les deux mettant l’accent sur son refus initial du mariage et des performances physiques hors du commun pour une femme. Dans la tradition de Béotie, Atalante prend part à des quêtes collectives importantes : la chasse au sanglier de Calydon et parfois le voyage des Argonautes. Atalante a régulièrement inspiré les artistes depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque actuelle.


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 septembre 19:55

                  L’expression exacte devrait être : dégraissage d’une exposition. Comment n’avoir pas dès l’entrée l’impression d’être grugé. 


                  • Bernie 2 Bernie 2 10 septembre 21:52

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                    Bah alors la camée mythomane, ça veut pas ferrer ? Multiplication des posts à soi même, en espérant que quelqu’un relève, mais rien. Tout le monde s’en fout grave de vos divagations.

                    Il serait peut être temps de mettre vos actes en phase avec vos paroles, et partir pour de bon, au lieu de peindre ce tableau pathétique de votre névrose.

                  • Clouz0 Clouz0 10 septembre 22:19

                    Le fait que vous n’ayez rien compris ne nous renseigne en rien sur « L’art Contemporain » exposé.

                    Mais ce n’est pas le sujet.

                    Heureusement sur la fin on relève 2 fois l’expression « merveilleusement bien » !
                    C’est lorsque vous pouvez enfin déguster et parler pinard.
                     
                    On croit comprendre aussi, que, pour une fois, vous n’êtes pas parvenu à y aller d’un de vos contes.
                    Alors on se réjouit pour les présents autant que l’on se désole de tous ces frais engagés par vous, pour rien.

                    Encore une merveilleuse tranche de vie Nabumienne ! 
                    On ne s’en lasse pas.


                    • paulau 11 septembre 06:29

                      L ’art contemporain , c ’est souvent de la laideur ostentatoire.


                      • velosolex velosolex 11 septembre 11:24

                        Bel article, dont l’ironie est mordante. 

                        J’ai noté moi aussi plusieurs fois la dichotomie entre les règles d’esthétisme bafouées de l’art contemporain ( L’OPA sur la modernité est d’ailleurs la première manipulation) et la beauté des hôtesses ( stagiaires à la beauté canon) qui vous accueillent, ressemblant plus souvent à des Botticelli qu’à des performances douteuses, s’inspirant de la femme qui pleure...
                        Les écrins aux délires des artistes autoproclamés, souvent des « fils de », labellisés « artistes » par le fait du roi, ne sont pas des cabanes de planches misérables ressemblant à leurs œuvres, mais bien des châteaux tout ce qu’il y a de classé. 
                        On voit là une grande contradiction. 
                        Je veux bien admettre que le vin qu’on serve soit canon lui aussi. Le contraire m’aurait étonné, bien que je pense que la démarche artistique assumée aurait été de servir un tord boyaux, dans le but assumé de surprendre le visiteur, avant de lui conseiller de dégobiller le résultat de sa digestion dans le chiotte de Duchamp accroché à l’envers. 
                        Ainsi cette nouvelle oeuvre expérimentale pourrait se vendre fort cher. 
                        Et c’est ainsi que le roi est nu, et n’est même pas condamné pour exhibitionnisme. 

                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 septembre 01:20

                          Ce qui me dérange, c’est ce snobisme à toujours parler d’Art dit contemporain alors qu’il existe aujourd’hui des artistes extraordinaires dont personne ne parle. C’est dire à quel niveau notre connaissance de la culture est descendu au niveau zéro. Catherine Alexandre en est un exemple : http://www.catherinealexandre.com/. C’est bien à l’image du monde actuel : les bons sont cachés. C’est d’ailleurs bien mieux pour eux. Ils ne se consacrent qu’à leur art,.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

Art


Palmarès