• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vers un progressisme de droite

Vers un progressisme de droite

JPEG

Les réaco-conservateurs assimilent trop souvent l'avenir à un déploiement inéluctable des forces progressistes. Ils en viennent à prendre l'objet (l'avenir) façonné par le sujet (la gauche) pour le sujet lui-même. Le futur étant devenu synonyme d’avancées « progressistes », l’unique remède ne pourrait être que son contraire – le passé – plutôt qu'un avenir alternatif. Or il y a là une forme de défaitisme, comme si la droite assimilait sa propre déconfiture, ratifiant le monopole de la gauche sur l'avenir. Puisque l’Histoire n'est qu'une longue série de victoires progressistes, c’est l'avenir lui-même qu’il faudrait brider, plutôt que les acteurs qui le façonnent. Ralentir le temps et sanctuariser certaines institutions apparaît alors comme la solution par défaut.

Cette analyse, plus ou moins consciente, est une variante de la croyance en un progrès linéaire : l'avenir n'est plus une irrésistible ascension, mais une lente décadence. Ainsi, tout en ridiculisant l’idée d’un « sens de l’Histoire », les réaco-conservateurs considèrent implicitement que le temps fait le jeu de la gauche. S'il leur arrive – du bout des lèvres – de se satisfaire d'une nouveauté, ils n'iront jamais jusqu’à batailler pour la faire advenir, non plus qu'ils ne mobiliseront leur énergie intellectuelle pour concevoir un nouveau « de droite ». Leurs forces sont toutes entières consacrées à faire l’éloge du passé.

Le progressisme au sens strict repose sur des postulats infirmés par l'Histoire. Le pacifiste et le jouisseur finissent toujours par se soumettre au guerrier. Mais le conservatisme lui-même n’en repose pas moins sur des présupposés erronés, car les projets d'Homme nouveau, loin de se réduire à des utopies illusoires, sont un des moteurs de l'Histoire.

La posture d’un Schopenhauer, qui écrit « le progrès, c'est là votre chimère, il est du rêve du XIXème siècle comme la résurrection des morts était celui du Xème, chaque âge a le sien », n’est plus tenable. La véritable erreur, c'est de croire que les chimères sont sans prise sur le réel – surtout quand ces chimères peuplent les cerveaux des élites. Chaque époque a sa conception particulière du progrès, et ceux qui se refusent à proposer la leur doivent renoncer à écrire l'Histoire. De même, Nietzsche peut bien déclarer que le Progrès est « une idée fausse1 », il n'empêche que sa philosophie du surhomme est progressiste – progressiste de droite.

Notre ennemi ne doit pas être le progressisme au sens large, mais uniquement le progressisme de gauche. Non pas l’idée de progrès, mais la direction que veulent lui faire prendre nos adversaires. Car « l’idée de progrès constitue moins une idéologie que la présupposition de toutes les idéologies, systèmes de représentations et de croyances proprement modernes2 ». C'est pourquoi la droite doit développer son propre progressisme, qui doit viser la réunification de l'Occident (plutôt que la défense des Etats-nations) et encourager l’évolution anthropologique (plutôt que sanctifier la tradition). Par définition, le futur a toujours raison du passé. Aussi, le duel du Passé et de l’Avenir doit s’effacer au profit d’un choc entre un avenir de gauche et un avenir de droite.

Par Romain d'Aspremont, auteur de auteur de « Penser l'Homme nouveau : Pourquoi la droite perd la bataille des idées »

1 F. Nietzsche, L'Antéchrist, § 4, Oeuvres philosophiques complètes, Paris, Gallimard, 1974, t. VIII, p. 162.

2 Taguieff, Ibid., p. 243.


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Gogole Bretzel Liquide 20 décembre 2019 11:38

    Nietzsche - Le Gai Savoir, 1901.

    173

    « Être profond et sembler profond. — Celui qui se sait profond s’efforce d’être clair ; celui qui voudrait sembler profond à la foule s’efforce d’être obscur. Car la foule tient pour profond tout ce dont elle ne peut pas voir le fond : elle est si craintive et a tant de répugnance à aller à l’eau ! »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 12:15

      @Bretzel Liquide
      C’est parce que vous ne lisez pas assez de documents européens... !!
      Ils sont écrits en novlangue aussi. Exemple l’article 106 du TFUE.

      "Les États membres, en ce qui concerne les entreprises publiques et les entreprises auxquelles ils accordent des droits spéciaux ou exclusifs, n’édictent ni ne maintiennent aucune mesure contraire aux règles des traités, notamment à celles prévues aux articles 18 et 101 à 109 inclus (concurrence).

      C 115/90 FR Journal officiel de l’Union européenne 9.5.2008

      2. Les entreprises chargées de la gestion de services d’intérêt économique général ou présentant le caractère d’un monopole fiscal sont soumises aux règles des traités, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où l’application de ces règles ne fait pas échec à l’accomplissement en droit ou en fait de la mission particulière qui leur a été impartie. Le développement des échanges ne doit pas être affecté dans une mesure contraire à l’intérêt de l’Union.

      3. La Commission veille à l’application des dispositions du présent article et adresse, en tant que de besoin, les directives ou décisions appropriées aux États membres."


      Vous avez compris ?


    • Clocel Clocel 20 décembre 2019 11:40

      La quadrature du cercle revisitée !? smiley


      • Gogole Bretzel Liquide 20 décembre 2019 11:51

        @Clocel

        Copié/collé de Wikipédia  :

        « Outre la suppression des nuances, la novlangue est une incarnation de la double-pensée.

        La double signification des mots possède le mérite (pour ses créateurs) de dispenser de toute pensée spéculative, et donc de tout germe de contestation future. Puisque les mots changent de sens selon qu’on désigne un ami du parti ou un ennemi de celui-ci, il devient évidemment impossible de critiquer un ami du parti, mais aussi de louer un de ses ennemis.

        Prenons pour exemple le mot « noirblanc ». Quand il qualifie un ennemi, il exprime son esprit de contradiction avec les faits, de dire que le noir est blanc. Mais lorsqu’il qualifie un membre du Parti, il exprime la soumission loyale au Parti, l’aptitude à croire que le noir est blanc, et plus encore, d’être « conscient » que le noir est blanc, et d’oublier que cela n’a jamais été le cas (grâce au principe de « doublepensée »).

        Une autre idée de la novlangue est d’associer deux termes différents en un seul mot afin que la pensée de l’un soit irrémédiablement associée à la pensée de l’autre : « crimesex »… »


      • V_Parlier V_Parlier 20 décembre 2019 18:39

        @Clocel
        Ou du déjà vu : Le néolibéralisme (*) dans toute sa splendeur, cette compilation répugnante libertaire-hédoniste-financiariste qui phagocyte une bonne moitié (voire plus) des pays du monde...

        (*) On dit aussi souvent « néoconservateur », ce qui finalement n’est pas si différent. « Néo » signifie bien que ça prétend être conservateur juste pour le fric alors que ça n’est réellement « libéral » (une autre utopie) que pour les grands trusts.


      • Nicolas_M Nicolas_M 20 décembre 2019 11:55

        Fais tourner, ça a l’air d’être de la bonne !

        Agoravox est un média citoyen, je crois que c’est ce qui est marqué en haut de la page. Un média citoyen, c’est un endroit pour partager de l’information, que ce soit de l’expérience de vie, de l’actualité, ou tout ce qui nous passe par la tête.

        Le truc c’est que pour partager, il faut être lisible et compréhensible. Parce que sinon c’est un monologue et ça n’a rien à faire ici.

        Et franchement ton charabia me fait penser à un discours d’un type qui a fait des études de littératures, qui du coup n’a pas de taff, qui est totalement défoncé non stop, et qui est capable de citer des philosophes au milieu d’un mélange infâme de termes politiques condescendants. Le défoncé qui te glue en soirée pour te parler de sa théorie de la relativité générale appliquée à la culture des bonsaïs en Patagonie, et dont tu as du mal à te défaire.

        Le pire c’est que si ça se trouve ton article a un fond qui fait sens, mais vu sa forme constituée d’expressions alambiquées et de digressions philosophiques, il ne touchera personne.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 12:11

          @Nicolas_M
          C’est qu’il a fait Sciences Po, le mec, il faut décoder la novlangue « progressiste » !
          Macron aurait Sciences Po, au lieu de l’ ENA, ça n’aurait pas changé grand chose.
          .
          Il faut écouter Macron reçu à France Culture ! Calez-vous bien dans votre fauteuil, pour écouter nos z’élites, formés par nos grandes z’écoles, ça dépote !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 12:02

          C’est pourquoi la droite doit développer son propre progressisme, qui doit viser la réunification de l’Occident (plutôt que la défense des Etats-nations) et encourager l’évolution anthropologique (plutôt que sanctifier la tradition).


          .

          Ce sont les européistes mondialistes de Gauche et de Droite, qui vont être contents ! Faire disparaître les Etats Nations, le capitalisme mondialisé en rêve chaque matin. La Droite est au pouvoir depuis le Traité de Rome, signé par la Gauche de Droite SFIO de Guy Mollet.

          .

          La Droite néolibérale ( Reagan-Tchatcher-Mitterrand-Chirac-Sarkozy-Hollande-Macron) est progressivement arrivée au pouvoir à partir des années 80, et surtout 1992, avec le Traité de Maastricht.

          .

          La Gauche et la Droite, à partir du moment où elles sont mondialistes et confites en dévotions devant l’Union européenne, il n’y a plus de différences entre elles, sauf sur les questions sociétales. La Droite est plutôt catholique et la Gauche est pro américaine, avec tous les zinzins qui vont avec...

          .

          Pour tout le reste, elles sont main dans la main pour protéger l’UE, détruire l’Etat Nation France, et tous mondialistes. Les uns par intérêt financier, les autres parce qu’ils croient que l’Internationalisme, c’est la fin des frontières et des Nations.

          .

          La Droite rêvée de l’auteur tombe mal. Les Français, eux, sont très attachés à la France, aux frontières, à l’ Etat stratège, aux services publics, à la solidarité nationale, ils sont opposés à la mondialisation, et de plus en plus hostiles à l’ Europe. Bref, l’auteur rame à contrecourant des Français, bon courage !


           


          • JL JL 20 décembre 2019 13:36

            A lecture de ce texte, je me suis souvenu cet article de moi-même publié ici en 2011 :

             

            Pourquoi la victoire de la droite serait, en définitive, une victoire à la Pyrrhus, et comment faire pour qu’elle n’advienne pas

             extrait : « Voilà pourquoi constate Bauman la droite a gagné sur toute la ligne : si la social-démocratie ne s’adresse plus aux pauvres et aux rêveurs pour leur dire qu’un autre monde est possible, c’est donc que la droite a gagné, c’est elle qui décide de ce qui est possible ou pas, tout ça grâce à la démission de la gauche. »

             

             Mais la droite n’en a jamais assez ! Cet article le confirme.


            • nemo3637 nemo3637 20 décembre 2019 18:48

              Texte d’un niveau lamentable. Comme si la Droite et la Gauche existaient encore comme au siècle dernier. Le délire mais le délire mesquin, sans r^ve, sans perspective, dans un sens ou dans un autre .

              Affichant une telle nullité on pourrait avoir honte. Mais l’auteur, bien sûr, ne s’en rend pas compte !

              Certains trouvent le moyen d’insérer dans les commentaires leurs propos politiques asselinesques. Après tout pourquoi pas. Tant qu’à être dans l’absurdité...

              J’avais une citation du parti animalier, mais je l’ai oubliée. Pas grave.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 décembre 2019 20:02

                @nemo3637
                leurs propos politiques asselinesques. Après tout pourquoi pas. Tant qu’à être dans l’absurdité...

                Je vous en prie, argumentez, dites ce qui est faux dans ce que j’ai écrit !
                Insulter, c’est donné à tous les couillons, démontrer et argumenter, c’est plus difficile.


              • Attila Attila 20 décembre 2019 21:19

                @Fifi Brind_acier
                «  démontrer et argumenter, c’est plus difficile.  »
                Surtout quand on oublie les citations du parti animalier. C’est ballot !

                .


              • nemo3637 nemo3637 21 décembre 2019 10:25

                @nemo3637
                Ah oui, la voilà : « grrr ouaf ouaf... »
                Est-ce du même niveau ?
                Non : mon clébard est beaucoup plus subtil...


              • Vaietsev 28 décembre 2019 16:32

                @Fifi Brind_acier

                C’est à ça que sert le nouveau monde ,pour les petits qui l’étaient avant de s’essayer à participer à cet nouvelle aventure ,qui est fait pour les moins que rien à proposer des idées ,qui ne se priveront pas de ne pas en donner .
                Pour les autres comme vous dites , les riches et autres privilégiés ,qu’ils soient des familles ou cadres et même vieux retraités ainsi que de ce féminisme qui suinte la haine , on fera vivre à ses petits l’enfer ,quand le monde est bien en marche ,un moyen comme vous dites pour que les petits qui ne se savent pas deja grand pour ce qu’ils sont, donnent au couillon , car le système ou les gens les plus pervers comme plusieurs hommes passe leur soirée à con.hier ,traquée et maudire ,ses petits pour qu’ils donne à ses moins que riens de ces hommes qui lorsqu’on les cotoie n’ont que de peu de chose à donner ou à vendre ,si c’est de reprendre les arguments des petits pour les prendre à leur compte .
                C’est alors ceux là les pires hommes pervers que la France est jamais portée ,et ça leur ravi ,car c’est ce qu’ils sont, et ceux là arrive à leurs fins ,en premier lieu avec celle qui les accompagneront toute une vie .

                C’est moche la vie ,quand à le culot de croire à la citation qui dis que l’homme est bon .
                De quoi parle t’on quand on dis l’homme est bon ,on parle plus de celui qui s’est accompli, ou de celui qui est rester un adulescent toute une vie ?

                Parce que en fait ,l’homme accompli le vrai, celui là est petit et bon, cet homme là alors est bon ,et de ce qui est de l’autre l’adulescent, y’a pas pire comme salauds,c’est un de qui se sent grand quand il passe une vie à récupérer ce qui ne lui va pas ,car il n’a pas la jugeote ou la connaissance pour en parler ,car il à véçu une vie à faire silence et à détourner ce qu’il haissait toute sa vie ,difficile alors de tenir des propos cohérents quand on suinte la haine et que l’on ne s’est jamais interessé à peu de chose si c’est de cultiver sa haine des autres parce que la vie disait à ceux là : « hais ton prochain tu arriveras à tes fins » .
                En effet ,l’adulescent le salaud arrive toujours à ses fins c’est m^me lui le grand vainqueur .

                Vassily 


              • Goldored 20 décembre 2019 21:16

                « Vers un progressisme de droite »

                Ah ah ah ah ah !


                • Goldored 20 décembre 2019 21:17

                  "Le pacifiste et le jouisseur finissent toujours par se soumettre au guerrier.

                  "

                  Ah ah ah ah ah !


                  • Goldored 20 décembre 2019 21:20

                    « surhomme »

                    Nietzsche n’a jamais parlé de surhomme (Übermann) mais de surhumain (Übermensh).


                    • Paul Leleu 21 décembre 2019 02:00

                      Il est faux de mettre sur le même plan l’espoir du progrès et l’espoir résurrection. (erreur typique des philosophes « réac modernes » qui ne connaissent que le christianisme tardif et déjà dégénéré).

                      Les « réac modernes » sont en fait plus proches des progressistes que du christianisme authentique. Les « réac modernes » sont en fait souvent néo-antiques. Du moins ils placent une sorte d’attente dans l’ici-bas. Même si c’est une attente critique.

                      Le christianisme médiéval s’est inscrit en rupture fondamentale avec l’antiquité. Il n’a aucune attente pour l’ici-bas. L’ici-bas ne peut être ni transcendé ni amélioré. Le christianisme se projette dans l’au-delà. C’est aussi pour cela que les ordres monastiques anciens étaient contemplatifs, et non apostoliques ou caritatifs.

                      La très grande faiblesse des penseurs « réac modernes » c’est leur méconnaissance totale du christianisme médiéval. Leur critique est entièrement tournée contre un christianisme tardif, abatardi dans les bondieuseries charitables


                      • julius 1ER 21 décembre 2019 09:32

                        Bravo pour l’oxymore !!!!


                        • Old Dan Old Dan 23 décembre 2019 09:47

                          « Rien n’est semblable à l’identique

                          que c’qui est pareil à la même chose... »

                          (P. Dac)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès