• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vibrions colériques

Vibrions colériques

JPEG

Il n’y a aucune relation entre la créativité, la capacité à innover et la frénésie. Pourtant et les États-Unis et la Chine transforment radicalement leur peuple en vibrions colériques. Pourquoi ? Pour un nouveau Monde probablement mais lequel ?

Avant d’essayer de discerner le comportement induit par le ‘progrès’ proposé aux vibrions qui forment les foules, il est souhaitable de cerner les contours du bocal 2.0 qui va les contenir.

Les États, les Nations, les Républiques aboutirent aux Démocraties sur lesquelles le peuple pouvait, imparfaitement mais réellement, exercer un pouvoir à travers des élections. Les augures les plus éminents prédirent le pire : le peuple ne songe qu’à son bien-être, ce qui ruine l’économie, le peuple est belliqueux et chauvin, ce qui conduit aux guerres. Pour atteindre le bonheur universel il fallait trouver un palliatif : l’Homme universel. Une valeur est commune à l’ensemble de l’humanité, (presque) tous et chacun se reconnaissent dans la richesse matérielle. Il suffisait donc que le progrès évacue les autres valeurs piliers de l’humanité. Il y a maintenant dans le monde plus de 100 000 multinationales. Parmi les cinq plus importantes, trois sont chinoises et deux sont américaines. Une des plus importantes est ‘State Grid Corporation of China’ qui distribue l’électricité à plus d’un milliard de personnes et qui compte plus de 1,5 millions de salariés. L’américain Walmart a presque le double d’employés. La puissance de ces entreprises concurrence voire remplace le pouvoir décisionnel des Nations qui ainsi sont appelées à disparaître à terme au profit non pas d’une gouvernance politique mondiale, impossible à établir, mais d’un consensus économique universel entre possédants.

Inhiber la possibilité de rébellion est le souci de tout dirigeant quelle que soit sa coloration politique. La coercition peut être encore marginalement employée mais l’autodiscipline est recherchée.

Le nombre d’internautes en Chine a dépassé 900 millions en mars 2020 (65% de la population). Les principaux réseaux sociaux américains y sont interdits. L’utilisation des réseaux sociaux permet d’imposer une logique binaire qui permet de ‘juger’ toute action à l’aune d’un tissu idéologique ambiant distillé par tous les moyens possibles de communication. En France, plus de 90% des habitants sont des internautes, presque tous possèdent un smartphone. Ils passent plus de 5 heures par jour sur Internet. Ils regardent la télévision durant 3h30. Les plus jeunes utilisent bien plus Internet que les plus âgés et c’est devenu un signe de modernité.

Le moyen de conditionnement des masses est donc circonscrit : ce sera Internet. Deux points de vue antagonistes seulement seront possibles : les « anywhere » et les « somewhere », les mondialistes et les souverainistes. Les premiers sont des disciples du ‘tout-marché’, les seconds sont attachés aux cultures locales, aux idéologies diverses, aux différences en général, donc à une sorte de proto-fascisme Les réseaux, puissamment aidés par les médias, sont en charge de stigmatiser les uns et de promouvoir les autres pour qu’un esprit sans nuances puisse s’installer.

Internet détruit essentiellement les liens sociaux réels pour les remplacer par d’autres virtuels pouvant s’effacer en un rien de temps. L’installation dans un monde virtuel est un processus fondamental qui s’apparente à l’imaginaire chrétien qui permettait de supporter un présent difficile ou insupportable, de pouvoir espérer alors que rien ne s’y prêtait. Chacun se fabrique sa bulle dans laquelle il évolue, où il exprime des avis, où il tempête contre autrui avec d’autant plus de véhémence qu’il reste blotti derrière son écran... ce qui lui permet de construire un espace virtuel de domination duquel il ne souhaite plus sortir. La notion même de vérité, incompatible avec son vécu, devient douloureuse et donc s’évanouit. L’individu virtualisé n’est animé que par son instinct, et ses humeurs constamment exprimées qui ne lui permettent plus d’être ne serait-ce que rationnel, et encore moins amoureux du vrai. Le simple fait de s’asseoir à son ordinateur ou de saisir son téléphone portable rend irrémédiablement captif de sa propre médiocrité.

Une novlangue permettant de concomitamment brouiller un peu plus toute pensée construite fut imposée. Jamais le tsunami des contre-vérités n’a atteint un tel sommet après que l’on ait inventé le ‘fact checking’. Jamais le conditionnement des masses populaires n’a été aussi grand qu’après que l’on ait créé le terme complotiste. Jamais les adolescents n’ont été aussi méprisants que lorsqu’ils créèrent les ‘baby boomers’... Le nouveau langage permit ainsi d’éradiquer non seulement les pensées mais même la pensée. Le citoyen s’est lui-même transformé en vibrion colérique et c’est lui qui va lui même exercer la pression sociale nécessaire pour enrégimenter les quelques individus encore dissidents. Mais la censure institutionnelle n’est pas négligée !

En 2016, Mark Zuckerberg affirme qu’il souhaite « créer le monde que nous voulons pour nos enfants ». La volonté de façonner la planète selon ses propres désirs ne fait donc pas mystère. Peu après le fondateur de Facebook lance un blog appelé ‘Questions difficiles’ et embauche plus de 150 experts pour analyser les images montrées afin d’empêcher des terroristes (ou autres malfaisants) d’utiliser le réseau social à leurs fins. Une justice animée de l’intérieur de l’entreprise et indépendante des instances nationales se met donc en place. Peu à peu 30 000 personnes travailleront sur la modération des contenus. Quels furent les résultats les plus probants ?

Le site prévoit l’interdiction de la nudité et plus encore de la pornographie. Les algorithmes et les modérateurs ont jugé bon de bannir (provisoirement) une photographie de la « Vénus de Willendorf », figurine vieille de 30.000 ans, chef d’œuvre de l’art paléolithique. Mais Facebook s’aventura sur d’autres sentiers. L’hydroxychloroquine est un traitement supposé du Covid. Ceci fit l’objet d’un commentaire d’un internaute qui « critiquait l’absence de stratégie de santé en France et affirmait qu’il existait un remède pour le Covid-19 ». Cette publication a été retirée par Facebook pour « Violence et provocation ». Mark Zuckerberg a rencontré Emmanuel Macron en mai 2019, pour discuter de la modération des contenus sur les réseaux sociaux. Les indicateurs contenus interdits sont en particulier évoqués : la nudité et les activité sexuelles, le harcèlement, les faux comptes, les discours de haine, la propagande terroriste. À ce titre, au premier trimestre de 2019, plus de 4 millions de messages ont été supprimés. Le point d’orgue de cette néo-censure restera cependant la suspension du compte Facebook de Donald Trump en 2021. Mais s’étonner d’une justice privée c’est donner raison à celui qui en a pâti dans la logique en cours !

Une idéologie prétendument universelle, une méthode de propagande, une justice parallèle... il restait à s’emparer de l’espace mental des individus : ils seront transformés plus encore en vibrions colériques.

Les nantis auront besoin à terme de 300 esclaves pour maintenir leur niveau de jouissance, auparavant en provenance des énergies fossiles ils deviendront faits de chair et de sang. Un esclave doit être conscient de son infériorité pour lui ôter toute velléités de rébellion. Pour qu’ils acceptent leur condition, il est possible d’installer une mendicité d’État qui les transforme en quémandeurs. La rémunération d’un travail, associée plus ou moins nettement à une utilité sociale, s’efface au profit de primes, de subsides, d’allocations exceptionnelles, voire d’un revenu universel sans contrepartie. Les champions de l’économie virtuelle, les actionnaires, les marchés, peuvent asservir à merci les sous-hommes qui animent le monde réel pour leur fournir ce dont ils ont besoin.

Dresser la liste des changements induits par le passage à une civilisation 2.0 est impossible puisque tout sera changé. USA et Chine ne se battent pas pour imposer leur modèle de société puisque c’est le même, ils se battent pour en être le maître.


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Kaa 17 février 15:41

    « Les nantis auront besoin à terme de 300 esclaves »

    300 esclaves chacun ou en tout ?

    Eux, ils seront combien ?

    Ils ne vont pas finir par se faire chier ?


    • Clocel Clocel 17 février 15:53

      @Kaa

      « Ils ne vont pas finir par se faire chier ? »

      Penses-tu ! Ils commanderont des « pizzas ».


    • troletbuse troletbuse 17 février 15:54

      @Kaa
      Et un harem afin de satisfaire leurs sales pulsions textuelles.
      Des jeunes enfants aussi car ils sont presque tous pédophiles
      Ainsi qu’un stock de viagra pour les vieilles pourritures.


    • troletbuse troletbuse 17 février 15:56

      @Clocel
      Qui ? Gates ?
      Ah non Pizzagate


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 février 16:01

      @Kaa

      Chaque nanti aura besoin de 300 esclaves (le calcul a été fait par M. Jancovici). Le nombre total d"esclaves est lié à ce qu’on peut leur fournir pour vivre.


    • Clocel Clocel 17 février 16:03

      @troletbuse

      Que veux-tu qu’ils fassent d’un harem ?

      S’ils se tapent des mômes, c’est qu’ils sont incapables de faire jouir une femme.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 février 16:28

      @Clocel

      M. Jancovici n’a pas considéré ce cas.


    • Clocel Clocel 17 février 16:38

      @Jacques-Robert SIMON

      Ce qui prouve que le cuistre exalté a de la retenue lorsque c’est nécessaire.

      Les grands Yakafocons m’ont toujours fait chier...


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 février 17:32

      @Clocel

      À titre personnel, et avec une certaine expérience des sujets traités, je pense que M. Jancovici a proposé une approche révolutionnaire pour ce qui concerne l’économie, l’écologie, les technologies dites vertes. Il devrait être considéré pour un prix Nobel.


    • sirocco sirocco 17 février 17:47

      @Jacques-Robert SIMON

      Si le but du NOM est de ramener la population mondiale à 500 millions d’individus comme certains complotistes en ont émis l’hypothèse, cette histoire de 300 esclaves pour un nanti n’est pas totalement farfelue.

      Ça pourrait expliquer, par exemple, pourquoi Big Pharma ne se montre pas très impatient de vaxxiner l’Afrique...


    • Clocel Clocel 17 février 17:54

      @Jacques-Robert SIMON

      Why not... Dès l’instant où on l’a refilé à Obama, y’a pas de raison.

      Le problème, c’est qu’à force de tout démonétiser, on se retrouve avec de la monnaie de singe.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 17 février 18:11

      @sirocco

      Je ne pense pas que les dirigeants, quels qu’ils soient, puissent prendre des décisions dans ce sens. Ils seraient à coup sûr lynchés. Les choses se dérouleront autrement et je le décris en partie dans le texte.


    • Jean Keim Jean Keim 18 février 07:36

      Entre nous et le réel il y a notre mode de pensée, tant que nous ne percevrons pas cette évidence rien ne pourra véritablement changer.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 18 février 07:59

        @Jean Keim

        Le mode de pensée, s’il s’agit d’une théorie ou d’une idéologie, cache plutôt le réel.


      • Octave Lebel Octave Lebel 18 février 09:35

        Merci.Très intéressant et très stimulant.J’aurais pu dire dérangeant vu la quantité impressionnante de comportements et d’informations qui nous structurent et encombrent les degrés de liberté que nous essayons d’habiter et d’aménager en nous pompant une bonne part de notre énergie.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 18 février 11:17

          @Octave Lebel

          Merci pour votre commentaire… qui me stimule moi aussi.


        • I.A. 18 février 19:18

          Ce texte rejoint celui de Clojea, du 16 février.

          Vous avez raison, sauf sur le temps employé d’après moi : il ne s’agit pas d’un futur, en ce sens que nous sommes déjà en plein dans cette réalité.

          Le tout est caché

          • par les grains de sables inoffensifs que nous sommes, par exemple sur Agoravox ou ailleurs
          • par les techniciens supérieurs dont ils ont tout de même besoin (centrales nucléaires, santé, transports...),
          • par les artistes dont ils ont besoin pour s’amuser (films, théâtres, musiques, danses...)
          • par une myriade de professionnels dont ils ne peuvent se passer, et qui constituent à vrai dire aussi une sorte de réserve naturelle.

          Caché volontairement, parce qu’il faut bien remplacer les esclaves qui meurent ou qui tombent malades, mais surtout, il faut cacher cette réalité-là, bien réelle au présent (rappelez-vous les « chasseurs » de Pokémons", et dites-moi s’ils n’avaient pas déjà l’esprit vidé de toute volonté, de toute critique).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité