• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Victimes d’illusions transatlantiques : l’Europe est-elle prête (...)

Victimes d’illusions transatlantiques : l’Europe est-elle prête pour la guerre ?

Machiavel a écrit que vous ne pouvez pas faire des affaires avec ceux qui sont plus forts que vous. C’est une vérité que les politiciens modernes ne réalisent pas. Dans ce contexte, le concept de partenariat transatlantique semble très discutable. On notera également que cela n'apporte aucun avantage significatif aux États européens.

JPEG

Il convient de mentionner ici que nous ne parlons pas de l'OTAN. Malheureusement, cette organisation a depuis longtemps perdu sa fonction d'instrument politique typique. Nous parlerons davantage de l'efficacité militaire de l'alliance. Maintenant, nous devons prêter attention à l'efficacité économique. Au final, c'est cette organisation qui détermine l'existence de l'OTAN.

À ce jour, aucun pays au monde ne vend autant d'armes que les États-Unis. Selon l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, Washington a augmenté ses ventes de 23% au cours des cinq dernières années. Bien sûr, la plupart des armements sont envoyés au Moyen-Orient. Cependant, les pays européens ne manquent pas non plus l'occasion de soutenir l'industrie militaire américaine. Cela est particulièrement vrai pour les États baltes et l'Europe de l'Est. Le fait que la Russie soit proche n'est qu'un faux prétexte.

Comment ça marche ?

Les politiciens et les médias commencent à enflammer la situation en parlant de la menace russe. Ceci est suivi d'allégations selon lesquelles seuls les États-Unis peuvent aider à dissuader l'agresseur. Et dans le contexte de ce bruit médiatique, un autre accord est signé sur la fourniture d'armes ou la construction d'une base militaire. À titre d'exemple, la récente déclaration du président lituanien Gitas Nauseda mérite d'être mentionnée.

« Sans le soutien des États-Unis et d'autres alliés de l'OTAN, nous n'aurions pas pu contenir efficacement la menace russe. Notre situation géographique et notre position géopolitique nous obligent à utiliser nos ressources le plus efficacement possible. Il est important que les forces de l'OTAN en Lituanie soient aussi préparées que possible, soient constamment entraînées, participent à des exercices avec les forces armées lituaniennes et soient rapidement renforcées si nécessaire », a déclaré le président.

Seule une question logique se pose : comment évaluer l'efficacité de la dissuasion en l'absence de menace ? Si nous revenons à 1944, on peut dire que le débarquement des Alliés en Normandie a considérablement accéléré la fin de la Seconde Guerre mondiale. La situation est très différente aujourd’hui. Ici, les mérites des États-Unis sont grandement exagérés. La menace russe n'est rien d'autre qu'un coup de publicité du complexe militaro-industriel américain. C’est le même cas où un problème est créé artificiellement, puis une solution est proposée. Un mouvement marketing standard dans une ère de consommation de masse. Mais cette méthode que Washington utilise ne concerne pas seulement les Européens.

En 2020, le budget américain de la défense représente près de 40% du monde. Et les politiciens américains expliquent ce fait avec la même menace russe et chinoise. Seulement cette fois, nous parlons de l'argent des Américains ordinaires, qui sont à la disposition des sociétés militaires.

Revenons maintenant à l'efficacité de cette coopération en matière de défense. En 2019, l'administration américaine a alloué 6,5 milliards de dollars pour protéger le flanc oriental de l'OTAN. Ainsi, les contribuables américains ont financé le déploiement d'équipements militaires et de soldats en Europe, ainsi que la construction de 37 complexes de défense antimissile « Aegis Ashore ». L'installation de ces systèmes en Roumanie et en Pologne provoque un mécontentement grave de la Russie en raison de leur potentiel saisissant. Il est vrai que les entreprises derrière la production de tels systèmes et missiles sont indifférentes à l’escalade des tensions. L’entreprise américaine Raytheon lance la production en série de missiles SM-3 Block IIA. Ils seront placés uniquement en Europe de l'Est, ce qui a de nouveau provoqué une réaction négative logique de Moscou.

« Les tests à venir de la dernière modification de l'anti-missile SM-3 Block IIA sur cible, l'équivalent d'un missile balistique intercontinental, pourraient mal se finir. Les États-Unis commencent à tester leur système pour nous contrer directement, afin de dévaluer en vain la puissante force de frappe nucléaire russe », a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Ryabkov.

On peut deviner que la Russie ne restera pas inactive. Mais la question se pose alors : les États-Unis sont-ils vraiment prêts à protéger leurs alliés, ou le Congrès et la Maison Blanche ne servent-ils que les intérêts de l'industrie américaine de l’armement ? La réponse est malheureusement évidente pour les européens. Lorsque Donald Trump exige que les États membres de l'OTAN fournissent de l'argent pour la défense, tout ce qu'il demande, c'est de l'argent. Ils iront acheter des armes américaines, mais pas pour se défendre. Au moment crucial, tout cela n'aura plus de sens, car l'OTAN n'a pas d'unité, et les nations « vassales » seront très vite sacrifier au nom d’intérêt nationale.

La Turquie est devenue un triste exemple de la façon dont l'OTAN a peur d’affronter la Russie. Pour Washington, la situation en Syrie était une excellente chance de rapprochement avec Ankara. Mais l’appel à l’aide de la Turquie a été complètement ignoré. Les États-Unis ont même refusé de fournir à leur allié des systèmes de défense aérienne Patriot, car un missile raté aurait pu se transformer en affrontement direct avec la Russie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.35/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • San Jose 11 mars 17:18

    Merci à vous et à monsieur Bravo de nous faire voir où est notre véritable intérêt.

    De toute façon les gesticulations militaires étasuniennes ne risquent pas d’inquiéter le pays qui dispose de missiles de croisière nucléaires hypersoniques et de fusées balistiques qui feintent l’ennemi en passant par derrière Mars quand on les attend bêtement par dessus l’Arctique. Nous resterons confiants. 


    • Esprit Critique 11 mars 17:45

      Que de niaiseries ! Le massacre des arméniens l’occupation de Chypre les agressions contre la gréce, les massacres de Kurdes, l’alliance avec Daech, l’agression maintenant de la Syrie ....

      Que fait la Turquie dans L’OTAN ? L’ennemi de l’Europe c’est Erdogan qui n’imagine rien moins que l’islamiser pour la conquérir. Le seul allié possible c’est la Russie qui seul a les moyens d’écrabouiller Erdogan, Travail nécessaire pour servir de dissuasion a destination du reste.. exigeons la sortie de la Turquie de l’OTAN, ou sortons en immédiatement !


      • sylvain sylvain 12 mars 12:02

        @Esprit Critique
        tous les islamistes veulent islamiser l’europe, le reste du monde aussi d’ailleurs, mais en ce moment ils sont chauds sur l’europe .
        Quand à Erdogan, ce n’est surement pas un allié, mais je pense que l’europe n’a tout simplement pas beaucoup d’alliés .


      • Raymond75 11 mars 17:59

        C’est avec enthousiasme que nous sommes prêts à envoyer la jeunesse se faire tuer pour l’Union Européenne ! Quelle magnifique destinée !

        Et hommes et femmes bien entendu.


        • Jean Keim Jean Keim 12 mars 09:10

          Victimes d’illusions transatlantiques : l’Europe est-elle prête pour la... paix ?

          La paix n’étant pas le contraire de la guerre mais l’absence de germes de guerre dans les consciences.


          • soi même 13 mars 17:03

            Il est évident que la Russie a une longueur d’avance en même temps il y a une épine dans le pied avec la Bélarussie qui pourrait mettre à mal la défende avancer des russes et notamment la détection avancé de leurs radars et leurs communications mondiale de leurs sous marins


            • Ecureuil66 15 mars 14:55

              L’ OTAN avait été créée pour faire contre poids aux forces du Pacte de Varsovie....ce dernier n’existant plus l’OTAN aurait dù être dissous. J’ai relevé une excellente phrase dans cet article : « comment évaluer la force de dissuasion en l’absence de menaces ? » je pense que tout est dit ....on ne peut pas et d’ailleurs qui nous menace militairement à part Daech et là ce sont des espions et forces spéciales qu’il nous faut et non des chars , porte avions et autres...Pour le reste au cas où, nous pouvons nous défendre tout seul (5 ème puissance militaire du monde)

              Enfin il faudrait être fou pour aller soutenir dans leur combat contre l’ours soviétique ces petits pays ou un peu plus gros comme la Turquie qui sont dirigés par des inconscients et veulent nous entraîner avec eux dans des aventures qui ne nous concernent en rien.... Sortons de l’OTAN et vite...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès