• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Victoire de Macron, changement profond ou piège à c… ? Ah ça ira ça (...)

Victoire de Macron, changement profond ou piège à c… ? Ah ça ira ça ira ça ira !

Elu à la présidence de la République dimanche 7 mai, avec 65,5% des suffrages au second tour de l‘élection présidentielle, Emmanuel Macron dit-on, a réussi son pari. Il aurait ringardiser la classe politique, fait table rase du passé, annoncé une grande recomposition politique, tel un nouveau prophète. Une idée fausse peut devenir un fait vrai si on n’y regarde pas de plus près, au risque d’une indigestion de balivernes. La victoire du nouveau président, ne doit-elle pas plus son succès à un alignement improbable de circonstances, qu’à cette prétention au bouleversement du tout ? Les électeurs se portant sur lui pour assurer sa victoire, ne l’ont-ils pas fait après un premier tour où ils furent déjà rabattus d’un côté sur l’autre, pour finalement voter par défaut à son endroit pour faire barrage au pire ? Revenons sur les faits.

 

Acte I : L’adoubement.

François Hollande mis d’abord sur orbite le candidat d’en Marche, qui n'avait jamais été élu, par son onction présidentiele, faisant de l’enfant prodigue le secrétaire général-adjoint de son cabinet et en réalité, son premier conseiller puis, son ministre de l’économie. Il n’en fallait pas plus pour qu’il puisse rêver d’un conte présidentiel. 

 

Acte II : Les primaires, le piège.

A l’aune d’un pouvoir médiatique tendant à définir les règles du jeu et d’un mimétisme d’influence outre-Atlantique, on a voulu faire des primaires, dont le parti socialiste en 2012 avait donné l’exemple. Mais il ne fallait pas confondre concours de circonstances et opportunité. Ce qui vaut un moment ne vaut pas tout le temps. Prendre pour modèle un système américain de présélection des candidats à la présidentielle par des primaires, qui participe du mécanisme d’une démocratique bloquée entre une droite démocrate et une droite républicaine clientélistes, au président élu de façon indirecte avec une participation faible, autour de cinquante pour cent du corps électoral, était plus qu’un risque. Rien qui ne ressemble à notre République au système des partis bien plus ouvert, quoi qu’on en pense, un président de la République élu au suffrage universel direct et une forte participation autour des quatre vingts pour cent.

La logique des primaires s’est imposée à droite et à gauche comme un piège. Des primaires ouvertes à tout le corps électoral, en forme de pré-présidentielle, brouillant totalement les cartes, où le vote des adhérents des partis n’avait plus aucune prépondérance, effaçant jusqu’à leur référence. Au lieu de projets défendus par des candidats choisis par chaque parti, on se retrouvait dans une arène fratricide de compétiteurs portant chacun son projet, proposé à l’ensemble des Français, au risque de la surenchère et d'en dévoyer le sens et l’issue. C’est bien ce qui en est advenu. Pour les primaires de la droite, les quatre millions d’électeurs, selon un sondage Opinionway, se répartissaient du coup ainsi : 51% de sympathisants LR, 15% de centristes, pour un total de 66%, de 12% d'électeurs de gauche, 6% de soutiens FN, 11% sans préférence partisane. Il s’est passé le même phénomène de mélange des genres aux primaires de la gauche. Autrement dit, on a ouvert ces primaires à ceux de l’autre camp qui sont venus choisir le plus mauvais candidat à affronter par le leur. Ce qui n’a constitué rien de moins qu’un holdup sur la démocratie, qui s’est traduit par le fait de « se tirer une balle dans le pied », à la fois pour la gauche et la droite gouvernementales.

Il en est ressorti un Fillon, candidat « à droite toute » façon Monsieur Plus, avec pour proposition la suppression de 500.000 fonctionnaires, d’en finir avec la République sociale, et un projet d’ouverture de son futur gouvernement à « Sens commun » pour couronner le tout. Ceci, lorsque pour gagner l’élection présidentielle, il faut rassembler bien au-delà de sa famille politique et d’un vote partisan, en proposant un projet susceptible de transcender les sensibilités des uns et des autres. Comme si cela ne suffisait pas, celui qui avait été choisi pour sa qualité d’incorruptible se trouvait soudain pris dans un déferlement de mises en cause, donnant à la campagne une tournure qui devait nuire à tout débat des projets sur le fond. Il en allait aussi d’un climat délétère, de lynchage médiatique piteux, les journalistes n’hésitant pas à tirer sur l‘ambulance au nom d’une leçon de morale, alimentant à fonds perdus leur bonne conscience, pour rajouter une couche de dégoût à cette débâcle.

 

Acte III : Hollande, le renoncement et le choix de Macron.

Autre épisode mémorable, lorsque le président de la République, à trop se livrer au jeu des devinettes avec des journalistes, s’est pris incidemment les pieds dans le tapis, ceux-ci rapportant des propos qui n’auraient pas été meilleurs pour lui glisser sous le pied, la planche à savonner, comme un fait exprès. Il ne devait finalement pas se présenter et soutenir un certain Emmanuel Macron.

Au PS, cela devait donner la victoire à un Benoît Hamon inattendu autant que surpris, expression marginale de son parti, les frondeurs, propulsé à front renversé représentant de la majorité présidentielle sortante, à laquelle il avait participé avant de s’y opposer pour la rendre impuissante. N’insistons pas sur la proposition inaudible d’un revenu universel, équivalent à « on rase gratis demain », dont on entend encore l’écho des ricanements, du côté de ses propre bancs.

 

Acte IV : Macron révélé au service du système. Rien que du vieux et du carton pâte.

De ce concours de circonstances Macron a su tirer profit, comme le moins disant, se présentant face à cet imbroglio sans précédent, comme un recours par son statut de hors système, ou plutôt en réalité, plus simplement, hors parti. Suffisant pour donner le change de meilleur rassembleur contre un FN annoncé d’emblée comme présent au second tour, dans le contexte de partis de gouvernements à la dérive.

Hors système ? Il bénéficiait pourtant très tôt du soutien de nombreux institutionnels, et combien ! D’un Alain Minc ou un Alain Madelin ultralibéraux, sans oublier Laurence Parisot ex-présidente du Medef ou Bernard Arnaud première fortune de France, BHL, à un Cohn Bendit, révolutionnaire à la retraite ou encore, un Gérard Collomb transfuge du PS, un Patrick Braouezec, ancien maire communiste de Saint-Denis et communautariste notoire, jusqu’à un Bayrou, centre droit, pour faire la soudure. En lieu et place d’un renouveau politique, le candidat d’En marche Président, dit déjà ouvrir ses listes pour les législatives à de nombreux élus de droite et de gauche. Il montre bien par là, que son credo n’était finalement pas le « ni droite ni gauche », mais le « droite plus gauche » libérales. Ce n’était rien que le recyclage annoncé d’un système en crise et à bout de souffle, qui a trouvé le candidat capable de remettre au goût du jour une formule déjà largement consacrée : « le changement dans la continuité ».

Il voudrait être l’homme de la troisième voie, à la façon d’un Tony Blair, mais peut-être plus encore d’un Gerhard Schröder, qui a réalisé comme social-démocrate en Allemagne des réformes structurelles d’une rare violence, que la droite ni la gauche n’avaient jusque-là pu ou su faire, avec la libéralisation du marché du travail, la baisse des prestations sociales et la réforme des retraites à pas d’âge. En Allemagne après cela, le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté est bien plus élevé qu’en France, portant avec « Zéro chômage »… Il est aussi l’homme de la mondialisation et de la fin des frontières. Européen convaincu, le multiculturalisme ne lui fait pas peur, il est d’une France qui n’a d’identité que les velléités du marché et du diviser pour régner. La laïcité et cette faculté à nous mélanger qui en découle, à savoir vivre ensemble sans nous séparer, à tout à craindre de cet adepte de la discrimination positive.

Il avait dit vouloir la simplicité, être dans l’humilité, on aura vu un président élu arrivé au rassemblement de ses partisans, dans une mise en scène éloquente, traversant la cour du Louvres seul, longuement, mimant un Mitterrand entrant seul dans le Panthéon en 1981, avec il faut le dire, une toute autre stature. Il fait donner l’hymne Européen pour son entrée sur la scène où il s’adresse à ses partisans, la Marseillaise pour sa sortie, en reflet d’un ordre des pouvoirs où l’Europe commande aujourd’hui à une France de plus en plus soumise, malgré elle, à son diktat. Sa femme le rejoint sur scène à la fin du discours à ses soutiens, après que le couple ait occupé la Une des journaux people pendant toute la campagne, avec la complicité des groupes de presse. On se croirait le jeu de l’une de ces séries américaines de mauvais goût, où tout sent le carton pâte.

 

Acte V : Retour à la réalité et questionnements du résultat. Les jeux ne sont pas faits !

Selon un sondage Ipsos/Sopra Steria, on apprend dans la soirée que 61% des électeurs considèrent qu’Emmanuel Macron ne doit pas avoir de majorité présidentielle à l’Assemblée. Dans le détail, 30% des électeurs interrogés ne souhaitent "pas du tout" voir une majorité En marche ! à l'Assemblée, et 31% ne le souhaitent "plutôt pas". Seuls 15% sont "tout à fait" favorables à ce que le mouvement du futur président puisse gouverner sans l'aide de députés d'autres formations politiques. Chez ses électeurs du 1er tour, 12% ne veulent pas qu'il ait une majorité… 

Tout cela donne des arguments à ceux qui voient-là une Ve République finissante, sans rien proposer de sérieux à la place, au risque des mésaventures du temps, alors qu’elle est simplement en mal de projet, d’une incarnation qui parle au peuple et à la Nation, parce qu’elle les représente. D’un autre côté, ceux qui cherchent à la dévoyer, et qu’on a empêché de la prendre en otage, restent en embuscade en attendant le faux-pas de l’apprenti sorcier, à qui on a confié les clés. On voudrait prendre les choses le cœur léger, mais cela risque de nous préparer des lendemains noirs, par-delà les paillettes et les studios télé où on fabrique, on démonte et on remonte, à sa guise les idées. Il règne déjà dans l’air, de cette victoire d’un soir en forme de canular, une odeur de bataille, au risque dommageable de la poudre et du sang.

 

Conclusion et perspectives : le devoir d'être révolutionnaire.

Macron élu des patrons et des médias, cela s’étonnera personne. Un programme indéchiffrable qui reste ouvert à tout et à tous, le règne de l’opportunisme, de l’improvisation, pas plus. A l’image d’un alignement de planètes imprévisible, sur un mode sidéral sinon sidérant, pour une mise en orbite unique, qui à la façon de l’éclipse crée l’illusion d’un changement magique lorsque seulement la lumière se voile. Un événement qu’on résumera par une formule célèbre : « élections piège à c… ? », ou comme le chantait Boby Lapointe à la fin de l’une de ses chansons, pour réveiller son héros d’un mauvais rêve[1] : « c’est une belle çonnerie… » poum poum !

Il ne faut pas sous-estimer la colère de ceux qui ont voté Macron contraints et forcés, à l’envers de leurs convictions, en se tordant le bras, pour sauver simplement le pays de la banqueroute d’une présidence d’extrême droite. La France a voté au premier tour à 40% contre le système, et ce qui gronde n’est pas retombé avec cette victoire obtenue par un concours malheureux de circonstances. Des indignés aux insoumis, il faut maintenant franchir le pas, et devenir révolutionnaires !

Coup de balai, et vive les législatives ! En attendant le réveil des forces vives d’une France qui n’a pas dit son dernier mot, surtout si on lui donne l’occasion de se rassembler autour d’une grande cause, telle cette belle République laïque et sociale à pousser jusqu’au bout, on sait qu’elle peut faire bouger des montagnes. D’autant, semble-t-il, qu’elle connait déjà la chanson. Ah ça ira ça ira ça ira…

 

Guylain Chevrier

 

 

Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Gorg Gorg 8 mai 12:31

    Facile : piège à cons...


    • sirocco sirocco 8 mai 12:58

      Facile, oui, mais toujours d’actualité.


      • Alren Alren 8 mai 13:33

        France Info publie un sondage au sujet des électeurs de Macron au deuxième tour, en soulignant que les bulletins blancs ou nuls représentent 34 % (! !!). Des gens donc qui ont pris la peine de se déplacer jusqu’au bureau de vote pour refuser les deux candidats.

        100 - 34 = 66. Donc les 66% de suffrages exprimés en faveur de Macron ne représentent que 43,56 % des bulletins déposés dans les urnes.

        Parmi ces 43,56 % de bulletins Macron, les électeurs ont expliqué leur vote :

        43% d’entre eux ont voté contre Le Pen (votes, donc, de non-adhésion à Macron)

        33% ont voté pour un renouvellement politique, un vote de rejet de « l’UMPS » donc et non d’adhésion à Macron.

        16% ont voté pour son programme ( dont ils ignorent qu’il sera essentiellement antisocial, mais chut !)

        8% seulement ont voté pour sa personnalité malgré le battage médiatique people en sa faveur.

        Donc c’est 24% de ses 43,56 % de bulletins dans les urnes en faveur de Macron qui ont fait un vote d’adhésion à sa candidature soit 10,45 % (et 7 % pour un vote sensé être réfléchi sur son « programme » !)

        Macron et ses soutiens masqués (le monde du fric) sont absolument minoritaires en France.

        Je n’ai pas parlé de l’abstention car elle a toujours deux composantes : les ballots qui ne comprennent pas que la qualité de leur vie au quotidien dépend des décisions politiques prises loin d’eux, lesquelles pèsent d’autant plus qu’ils sont pauvres et les abstentionnistes qui choisissent de rester chez eux pour montrer leur rejet des deux candidats. La proportion des uns et des autres n’a pas fait l’objet d’une enquête.
        Le taux record d’abstentions montre cependant que le deuxième groupe était bien représenté.


        • Satournenkare Satournenkare 8 mai 14:32

          @Alren
          Vous vous êtes un peu mélangé dans les chiffres ! blanc + nul = 11,47 % et abstention : 25,44%
          C’est blanc, nul PLUS abstention qui représente 36,91% des électeurs
          http://elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2017/FE.html


        • non667 8 mai 14:55

          à guylain

          qui participe du mécanisme d’une démocratique bloquée entre une droite démocrate et une droite républicaine

          guylain complice d’une mystification enfumeuse ?
           aux usa les démocrates ne sont -ils pas républicains ? les républicains ne sont-ils pas démocrates ?
          itou en france : le fn n’est-il pas républicain et démocrate ? alors pourquoi rabâcher vote républicain quand on parle de vote contre le f.n .
          le premier travail d’éducation démocratique et républicaine est de respecter le sens des mots et non de le corrompre pour corrompre les idées et les esprits comme actuellement !


          • Jeekes Jeekes 8 mai 15:07

            « Ah ça ira, ça ira... »
             
            Ben Ouais ça ira, et alors ?

            J’adore vous voir vous tripoter.
            Micron EST président, point barre.

            Et votre sursaut populaire, la france dans la rue, Ha ! Ha ! Ha !
            Ca va y’en frôler une sans faire bouger l’autre !

            Trop tard les gars, vous êtes tous tombés dans le panneau.
            Bien joué, macaron et ses sponsors, il vous l’ont mise bien profond !

            Et maintenant je vous donne rendez-vous dans quelques mois.
            Qu’on rigole.
            Allez, continuez à vous masturber.
            Vous l’avez dans le cul, et vous avez fourni la vaseline...


            • guylain chevrier guylain chevrier 8 mai 15:49

              non667, il faut bien me lire. Tout d’abord, aux Etats-Unis, ce que j’explique, c’est qu’il n’existe que la droite et pas de gauche institutionnelle, les deux partis qui se disputent le pouvoir étant, la droite dite démocrate et l’autre appelée, et ce n’est pas moins qui l’ait inventé, Républicaine, ce qui ne signifie nullement la même chose qu’en France. J’insiste sur le fait que, copier ainsi avec les primaires le fonctionnement des institutions nord-américaines, s’apparente à une gageure, un contresens, au regard de notre système des partis bien plus ouvert, avec une vraie gauche, y compris à relents révolutionnaires, proscrite aux USA. Sans oublier une élection présidentielle qui se fait ici au suffrage universel direct, non de façon indirecte comme aux USA, par des grands électeurs représentant plus ou moins bien leur base, avec une démocratie ainsi largement confisquée et vouée au clientélisme des minorités. 


              Jeekes, en premier lieu, essayer de faire preuve de moins de trivialité, sinon de grossièreté, qui ne satisfait que votre vulgarité, et n’a rien à faire ici. Sur le fond, et oui, la France n’est pas prête à se soumettre à un élu par l’effet des circonstances, qui voudrait agir par ordonnances, pour mener effectivement une guerre à nos acquis sociaux. Les salles de marché ont gagné en France 7 points en quinze jours, depuis les résultats du premier tour, Macron étant le candidats d’un système qui consacre l’argent-roi. Et ce « Ah ! ça ira, ça ira, ça ira » voyez-vous, est extrait d’une chanson bien connue et révolutionnaire, qui a de beaux jours devant elle, et qui reprend du sens à la lumière de cette actualité : « La carmagnole » ! Car avec Macron, c’est toute la lie du libéralisme qui s’allie pour nous imposer un nouvel ordre de régression, qui entend faire faire marche arrière toute à l’histoire des conquêtes sociales et politiques, de notre pays, de son peuple. Avec l’Europe comme machine à imposer le nouvel ordre financier, qui entend emporter avec la dimension sociale de notre république, la liberté elle-même, à la façon dont on a volé la victoire du Non au traité constitutionnel européen au peuple en 2005, par l’instauration du traité de Lisbonne. Mais que l’on ne compte pas trop que la France se laisse faire, il n’en va pas que de quelques groupuscules obscurs, mais des profondeurs de la nation.



              • Jeekes Jeekes 8 mai 16:36

                « Jeekes, en premier lieu, essayer de faire preuve de moins de trivialité, sinon de grossièreté, qui ne satisfait que votre vulgarité »
                 

                Qu’est-ce tu veux mon pauvre, tu parles à un sans-dents, un pov’ gâs du peuple.
                L’a point trop fait d’étud, y cauz comme qu’on parl’ dans la rue...

                Ho, et puis, comme c’est gentil d’éclairer ma « lanterne » j’savions point d’où v’nait cette antienne « ça ira » me v’là ben moins bêt à présent.

                Merci mon bon sire...

                Heu sinon, moi qui suis pas lettré, j’aurais p’têt conjugué le verbe essayer, y’m semble que « essayez » eut été plus approprié.
                L’en pense quoi l’illustre ?


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 8 mai 21:09

                  Dans ce combat contre la mondialisation, la défense de notre langue a toute sa place. Votre prose, Jeekes, est difficile à lire parce qu’il est évident que vous faites votre possible pour la détourner. Cela n’a rien à voir avec le contenu de votre portefeuille, car curieusement vous n’avez pas fait de fautes d’accord et les erreurs d’orthographe sont rares et visiblement volontaires. Il y a des endroits et des lieux où il est amusant de lire des textes en argot et, personnellement, j’aime bien car cela me rappelle des oncles qui étaient des maîtres dans l’art de manier ce vocabulaire sans être jamais vulgaires. Par contre, ici, Jeekes, nous défendons notre art de vivre dont l’expression, la lecture, les arts, les acquis sociaux et la souveraineté du peuple devraient encore faire partie.


                  • alinea alinea 8 mai 22:10

                    Belle analyse.
                    Je persiste à penser qu’il n’était pas la peine de lui donner autant de voix ; je suis encore dans la rancœur à l’égard des insoumis dont il n’avait pas besoin.
                    Cela ternit à mes yeux terriblement le futur révolutionnaire car pour être révolutionnaire il faut être courageux, audacieux. Tout sauf ce qu’a prouvé une fois de plus l’électorat français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès