• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vingt-cinq ans après sa mort, Brassens reste écouté ; un paradoxe (...)

Vingt-cinq ans après sa mort, Brassens reste écouté ; un paradoxe ?

Le 29 octobre 1981, il y a vingt-cinq ans, Georges Brassens mourait près de Montpellier. Sur la plage de la corniche de Sète, « l’ombre de sa croix » ne peut se coucher sur « les ondines » venues « avec moins que rien de costume » « gentiment sommeiller » près de sa tombe. Son cimetière n’est pas « plus marin » que celui de Valéry, puisqu’il repose dans celui qui, à Sète, tourne le dos à la mer. Mais Brassens continue d’être écouté.

Comment expliquer ce succès incroyable rencontré de son vivant - même s’il a mis du temps à venir - et qui lui survit ? La qualité de ses chansons suffit-elle ?

De jolies mélodies

On ne peut, en effet, lui contester un art accompli. Si sommaires que peuvent paraître à première vue ses musiques, elles n’en contiennent pas moins de jolies mélodies (Le parapluie - Les sabots d’Hélène - Je me suis fait tout petit - Les copains d’abord, etc.). Leur qualité première est surtout de faire corps avec ses poèmes pour leur faire rendre un surplus de signification, qu’il crie « gare au gorille » aux partisans de la peine de mort ou qu’il feigne de s’affliger d’avoir si mauvaise réputation : « Tout le monde médit de moi / Sauf les muets ça va de soi ». Il a su d’ailleurs habiller de ces jolies mélodies des poèmes qu’il aimait : Le petit cheval ou La marine de Paul Fort, par exemple, La légende de la nonne de Victor Hugo, Il n’y a pas d’amour heureux d’Aragon, Pensées des morts de Lamartine, Les oiseaux de passage de Richepin, Les passantes de Pol...

Une grande maîtrise de la langue française

- Mais, même si par habitude, il n’est pas possible, en lecture mentale, de les dissocier de ses musiques qui demeurent malgré tout en sourdine, ses propres poèmes se suffisent à eux-mêmes et témoignent d’une maîtrise de la langue française dont il exploite tous les registres, du plus recherché au familier et à l’argot. Le mot est juste, l’image lumineuse, comme cette « jolie fleur dans une peau d’vache [...] qui vous mène par le bout du cœur », bien qu’elle n’ait pas « l’esprit beaucoup plus grand qu’un dé à coudre ». Les personnages sont croqués en quelques traits, une attente dans le récit est le plus souvent ménagée pour capter l’attention, comme avec ce « bon petit diable à la fleur de l’âge, / La jambe légère et l’œil polisson / Et la bouche pleine de joyeux ramages », qui s’en va "à la chasse aux papillons".
- Sans doute affectionne-t-il une technique, qui à force d’être employée, tient de la recette ; mais on ne saurait la lui reprocher, les plats confectionnés chaque fois sont si goûteux : c’est le détournement systématique des expressions proverbiales ou des citations de classiques. Le proscrit d La mauvaise réputation, par exemple, « ne fait pourtant de tort à personne / En suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome » ; il sait bien que « les guerriers de Sparte / trempaient pas leur épée dans l’eau / Que les grognards de Bonaparte / Tiraient pas leur poudre aux moineaux ». N’importe ! Il leur préfère « la guerre de 14-18 ». Il regrette « l’époque des m’as-tu-vu dans mon joli cercueil », « où les gens avaient à cœur de mourir plus haut que leur cul ». Quant à « mourir pour des idées », « quand il les voit venir avec leurs gros drapeaux / le sage en hésitant tourne autour du tombeau ». Brassens avait déjà prévenu dans son Testament que « s’il (fallait) aller au cimetière [...] (il) ferait la tombe buissonnière / (Il) quitterait la vie à reculons. ».
- Il en a assez de voir « la mort, la mort toujours recommencée ». On voit que ce pastiche d’un vers du Cimetière marin de Paul Valéry méditant sur la mort face à la mer de Sète, n’est pas une citation gratuite de potache, mais une prise de relais avec une injection de sens (ou de sang) nouveau : la mort infligée aux autres est-elle donc comme la mer qui ne cesse depuis toujours d’aller et venir, impossible à contenir ? Ainsi, par pastiche ou détournement, citations et formules stéréotypées retrouvent une nouvelle vie avec en plus la vigueur électrisante de l’humour, à condition que l’auditeur sache établir les relations suggérées.

Seulement, on sait trop que la qualité d’un auteur ne suffit pas pour qu’il soit apprécié de son vivant, ni même immédiatement après sa mort, au-delà du « happy few » cher à Stendhal. On est donc amené à s’interroger sur l’univers de Brassens dans lequel de si nombreux auditeurs semblent aimer se reconnaître. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il est facile de se laisser prendre aux leurres qui miroitent.

1- Le leurre d’un âge d’or

- Est-ce que ses auditeurs partagent sa détestation d’une époque de progrès technologique - dont ils profitent tout de même, ne serait-ce qu’en écoutant ses disques - où « les corbillards » emportent les morts « à 140 à l’heure » au risque de s’aplatir « sur un arbre en bois dur » et de « (faire) des petits » ? Brassens ne cesse de dire sa curieuse nostalgie d’un âge d’or médiéval, au point de se prétendre « foutrement moyenâgeux », et de ne pas se consoler de « (ses) amours d’antan » pour « les dames du temps jadis », disparues avec « les neiges d’antan » d’un voyou-poète, sa référence, François Villon, et jugées « plus expertes dans le déduit que certains dames d’aujourd’hui » !
- Sans doute cette détestation peut-elle être répandue à une époque où l’exode rural vide les campagnes. Quand on a peur de l’avenir, le passé est regretté, paré de toutes les vertus. Curieusement, Brassens n’en est pas dupe :« Il est toujours joli, dit-il, le temps passé [...] Les morts sont tous des braves types ! ». Pourtant ses histoires d’amour ou d’amitié, comme ses scènes burlesques qu’il croque avec gourmandise, (La chasse aux papillons - Brave Margot - Il suffit de passer le pont - La religieuse) ont le plus souvent pour décor les villages d’une France rurale où les sentiments sont supposés s’être alors exprimés sans fard, comme si autrefois on ne trichait pas. La preuve ? On ne l’envoyait pas dire, on jurait « à langue raccourcie » tous les jurons de la terre. La notion de « mot grossier » n’existait pas. Brassens se régale justement à employer tous ces mots proscrits ; il se revendique « pornographe du phonographe ». Il en déverse une bordée sur les publicitaires ou les magazines à sensation qui l’enterrent avant l’heure.
- Selon lui, corseté aujourd’hui dans une « langue châtiée », on jouerait les prudes, mais « (on serait) tombé bien bas, bien bas », puisqu’il n’est même plus possible de fleurir le corsage d’une inconnue, de boire un coup avec des gens de passage, ni même de serrer la main de qui ne vous connaît pas, sans que tout ce beau monde ne crie au secours aussitôt et n’en appelle à un agent de police... Autrefois au village, on se connaissait tous. Certes, mais la contradiction aurait-elle échappé à Brassens ? N’était-ce pas la promiscuité et l’impossibilité d’échapper au regard des autres qui faisaient qu’« au village sans prétention (on avait) mauvaise réputation » ? Et là, pas moyen d’en réchapper. Et n’est-ce pas précisément dans un de "ces petits villages [...] avec leur château fort, leurs églises et leurs plages..." que sévissent "ces imbéciles qui sont nés quelque part", dont il ne supporte pas le chauvinisme ?

2- Le leurre d’une inversion systématique des valeurs

- Est-ce, au contraire, son inversion systématique des valeurs qui a séduit son public ? Ce serait paradoxal. Pas tant que ça, à en croire Platon selon qui les bons rêvent de ce que font les méchants ! Par une distribution manichéenne des rôles inversée, en effet, et sous l’empire du leurre d’appel humanitaire dont les vertus lacrymogènes sont presque toujours tempérées par le rire viril de peur d’en pleurer, les réprouvés, « les gens sans feu ni lieu » de chez La Jeanne sont quasiment tous des gens honnêtes, tandis que lesdits « braves gens » sont, sauf exception, tous malhonnêtes. Ils vivent dans l’hypocrisie, comme quand, « d’un regard oblique » et réprobateur, ils regardent « les amoureux sur les bancs publics » se bécoter, avec la furieuse envie d’en faire autant. « Les braves gens n’aiment pas que / l’on suivent une autre route qu’eux. ».
- En revanche, les paysannes disgraciées et méprisées sont les nouvelles reines, comme Hélène ou Bécassine. « Le voyou », lui, est le nouvel honnête homme : à lui le véritable amour désintéressé de la fille qui fait le trottoir, quand les bourgeois « à cheval sur leurs sous » sont condamnés au sexe vénal ! Il peut arriver, toutefois, qu’un souteneur, - nul n’est parfait - « comme il n’était qu’un salaud, (se fasse) honnête ». Dans ce nouvel ordre inversé, les prostituées sont les nouvelles saintes et martyres et les bourgeois bourreaux sont traités de tous les noms d’oiseaux, de « vaches », de « croquants », etc. Il faut avoir un cœur de pierre pour résister à la complainte des filles de joie. Et fort logiquement, le mot dit "grossier" est réhabilité et revendiqué comme aussi propre qu’un autre : le seul reproche qu’il saurait encourir, est d’être impropre.
- Cette attitude s’inscrit dans une longue tradition d’origine chrétienne où « les premiers seront les derniers », et où une prostituée précédera les pharisiens dans le royaume de Dieu. Depuis le XIXe siècle, on magnifie ainsi sans y regarder de trop près « les prolétaires », « les opprimés », « les damnés de la terre », qui deviendront plus tard « les pauvres » puis « les exclus » : ils ont été promus, sans plus de précaution, comme « l’avenir de l’humanité » par des imprésarios le plus souvent intéressés ! D’ailleurs, pour excuser d’avance les voyous dans leurs trangressions, il est établi gratuitement une relation de cause à effet entre la misère et le crime, sans égard pour tous ceux qui, malgré le dénuement, trouvent, dans le respect obstiné d’une morale personnelle, l’affirmation de leur dignité, beaucoup plus que ne le font des nantis à qui l’argent autorise tout par cynisme.

3- La chimère d’une société anarchiste

- Est-ce encore la revendication par Brassens d’une société chimérique sans loi ni police qui éveille chez les plus conformistes des pulsions inavouées ? Toute autorité institutionnelle est délégitimée chez Brassens. Et par une même inversion de distribution manichéenne des rôles, un argument d’autorité à l’envers - on ne peut y échapper - stimule le réflexe d’insoumission auquel le plus soumis des employés ou des fonctionnaires peut n’être pas insensible : quel larbin ne se ménage pas, par compensation, de petits moments de rodomontades en jouant devant les autres les matamores, mais rentre dans le rang au premier froncement de sourcils du chef ?
- Les gendarmes, représentants de la loi et de l’ordre, connaissent tous les sévices dans les aventures où Brassens les promènent : il n’ y a guère que devant Margot "(donnant) la gougoutte à son chat " qu’il se montre indulgent : car bien que « par nature si ballots / (ils) se laissaient toucher par les charmes du joli tableau ». Ailleurs, il leur en fait voir de toutes les couleurs : depuis l’infidélité de « la femme d’un flic » qui lui montre son « nombril », jusqu’ « au marché de Brive-la-gaillarde » où c’est « l’hécatombe » : « les pandores » passent un mauvais quart d’heure parmi les gaillardes femelles en folie. Témoin de la scène, Brassens « biche » car, dit-il, « (il) les adore sous la forme de macchabées ». Dieu merci ! Ils échappent aux derniers outrages, mais, par chance, c’est grâce à une infirmité congénitale : au moment où « elles leur auraient même coupé les choses », elles découvrent que « par bonheur, ils n’en avaient pas » ! On navigue ainsi entre les blagues de salle de garde, les plaisanteries d’après-boire ou les fantaisies délirantes de Rabelais.

4- Le leurre d’une liberté sexuelle sans entrave

- Serait-ce enfin l’affirmation répétée d’une liberté sexuelle sans entrave qui éblouit les amants frustrés ? Le leurre d’appel sexuel est un puissant moyen pour provoquer la fascination. De la femme d’Hector à Fernande ou Félicie, les réactions épidermiques que connaît Brassens ne sont jamais qu’hommages à la féminité, sans qu’on sache si la partenaire en est réjouie, car, selon lui, « quatre-vingt-quinze fois sur cent, la femme s’emmerde en baisant ». Mais la délicatesse n’est pas absente de ses amours, loin de là ! Il se souvient que devant « (sa) première fille » nue, « (il) n’en menait pas large ». De même, le « brave sac d’os » acheté cent sous, bien qu’il répugne à étreindre des « squelettes », lui « est entré dans le cœur et n’en sortirait plus / pour toute une fortune ». Quand à son aventure « un soir d’orage », qualifiée de « plus grand amour qui (lui) fut donné sur terre », avec la femme d’un malheureux représentant de paratonnerres, « contraint de coucher dehors quand il fait mauvais temps », le pauvre, pour faire son boulot - Rien de tel qu’un orage ! - « dans le mil de (son) cœur, (elle lui a laissé) le dessin d’une petite fleur qui lui ressemble ». Brassens est formel : le mariage tue l’amour et La non-demande en mariage est son manifeste de l’union libre.
- Cette liberté sexuelle, sans autre limite que l’échange consenti de deux pulsions ou de deux sentiments, se propage au cours des années 1960 et 1970. Les mariages sont alors en baisse. « Mai 68 » , on se souvient, commença en 1966 à la Cité universitaire d’Antony (Hauts-de-Seine) par la revendication des étudiants désireux d’entrer comme bon leur semblait au pavillon « D » des étudiantes : « Embrasse-les tous ! avait déjà chanté Brassens à une fille, Dieu reconnaîtra le sien » ! Le pastiche de la formule du massacreur des cathares n’est pas ici du meilleur goût. Mais quand l’amour remplace la mort, va-t-on lui assigner les limites du bon goût ? L’auteur avoue d’ailleurs sa préférence pour « la femme adultère », « plus qu’une autre exquise » : c’est la raison pour laquelle il supplie de ne surtout pas lui « jeter la pierre », (il est) derrière ! On ne sait jamais : les lapideurs ne sont pas très adroits ! À défaut de partager son goût, la condamnation de cette barbarie toujours en vigueur en trop de points du globe devrait au moins rallier tous les suffrages.

En somme, chacun peut trouver en Brassens de quoi le satisfaire. On y entre comme dans l’auberge espagnole d’autrefois.
- Ou plus généralement, cet attrait pour Brassens ne serait-il pas dû à ce « pouvoir des fables » qu’évoquait Jean de la Fontaine, avouant que « Si Peau d’Âne (lui) était conté/ (Il) y prendrait un plaisir extrême » ? Car , ajoute-t-il, bien que « le monde (soit) vieux, dit-on / Il le faut amuser encore comme un enfant ». Nul doute que Brassens ait entendu le conseil, il ne s’est pas privé d’amuser le peuple ; mais les leurres de son univers, qu’avec tant d’art il propage hardiment dans ses fables, sont-ils inoffensifs parce qu’ils sont amusants ?
- On ne laisse pas toutefois d’être étonné de voir que les gens les plus confortablement installés dans la société comptent aussi parmi les fans les plus enthousiastes de l’auteur. Brassens deviendrait-il donc à son corps défendant l’exutoire de rancœurs rances qu’on n’ose pas avouer, de haines recuites qu’on nourrit secrètement, de pulsions inassouvies qu’on se contente de vivre par procuration, tout en affichant le visage lisse et serein du bonheur ? Brassens offrirait-il une séance de thérapie à tous ceux qui, par intérêt ou facilité, auraient choisi, selon le mot de Richepin, d’être « volaille » ? Ils se seraient ainsi condamnés, cloués au sol, à ne regarder que défiler, le nez en l’air, avec envie, « les oiseaux de passage » du genre Brassens, sans même sentir « la fiente » qu’ils leur lâchent dessus avec mépris. Pour autant, ils ne pourraient s’empêcher devant leur vol de rêver eux aussi, au point d’être transportés hors d’eux-mêmes, oubliant, le temps d’une chanson, une condition dont ils souffriraient sans pouvoir s’en ouvrir à quiconque ? Dans ce cas, les disques de Brassens devraient être remboursés par la Sécurité sociale. Paul VILLACH


Moyenne des avis sur cet article :  3.53/5   (76 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • deltarho (---.---.197.6) 30 octobre 2006 13:16

    Votre article voudrait être une louange à Brassens ? Pour ma part je le vois superficiel et un peu flou, je crois que les qualités (ou défauts) de cet artiste vous sont apparus tardivement et si je suis dans l’erreur ce ne peut être que par excès dans l’étude des textes de ce génial poète !

    Bien sûr l’aspect anarchiste de Brassens ( et s’il vous plait, ne confondez pas, comme beaucoup trop de « gens bien intentionnés », anarchie et anomie ) a diminué largement le nombre des personnes l’estimant. Il a fallu bien du temps pour qu’il retrouve une compréhension objective de ses textes.

    Pour l’instant , je reste dans l’expectative pour mon vote ! Salutations.


    • lss (---.---.141.237) 30 octobre 2006 14:26

      Et si les textes de Brassens n’étaient appréciés, tout simplement, que parce qu’il a un humour, tantôt tendre, tantôt grivois, avec un réel talent poétique ?

      Il me semble être, comme Audiard, un amoureux des mots.


      • jean-de-la -lune (---.---.181.150) 30 octobre 2006 14:29

        Monsieur,il me faut vous dire que votre article me désole. Il est si loin de son sujet...


        • Peter Pan (---.---.248.179) 3 novembre 2006 11:12

          @ jean de la lune

          C’est beau la lune ? Tu devrais y rester... loin de ce sujet !


        • ropib (---.---.27.229) 30 octobre 2006 16:11

          Le sujet des « braves gens » et des voyous « honnêtes » tiendrait plus à l’enfant, au lion et au surhomme de Nietzsche je dirais... la critique de la « petite » bourgeoisie et de la nécessaire anarchie personnelle qui nous permettrait de devenir adulte en recréant depuis le néant nos propres tables des valeurs.


          • olive (---.---.14.219) 31 octobre 2006 01:12

            la messe en latin l emmerdait pathetiquement........ certains textes poétiques peuvent être sacrément rasoir,mais mis en musique par Brassens ,cela les fait repartir pour une nouvelle jeunesse...Villon,Paul Fort,Francis Jammes,Hugo...merci Brassens Aujourd’hui qui connaîtrait Antoine Pol si ce sacré Georges n avait mis les passantes en musique ??????


            • caramico (---.---.227.100) 31 octobre 2006 12:42

              Au delà de la tentative d’explication de l’auteur, il y a un réel engouement des jeunes pour la chançon française, et de nombreux groupes actuels en plus de leurs propres oeuvres reprennent les chansons les plus célèbres de Brassens, Brel, Pierre Perret... Ma fille de 18 ans a découvert tous ces auteurs sans mon aide.


              • loga (---.---.136.40) 31 octobre 2006 19:04

                M Georges BRASSENS s’écoute comme un livre .

                Les mots sont,la musique suit, la contrebasse rythme c est à mon humble avis ,ce qui fait la beauté des chansons de Brassens ,c est peut être pour cela ,qu elles traversent le temps.


                • (---.---.68.161) 1er novembre 2006 00:52

                  Il n’y a aucune "inversion des valeurs dans Brassens !! Au contraire son mérite est de remettre les valeurs (les vraies) à leur place.


                  • (---.---.68.161) 1er novembre 2006 01:02

                    Drôle d’époque ! s’étonner que 25 ans après sa mort Brassens soit « encore » apprécié. Quelle conception évanescente et « mercatique » (....) de la valeur !...

                    S’étonne-t-on que 350 ans après les tragédies de Corneille soient encore appréciées ?!

                    Et d’ailleurs je soupçonne les chansons de Brassens, sous leur fantaisie poètique frondeuse et gauloise, typiquement et traditionnellement française (et oui, encore ça ! peut-être la raison principale, à laquelle vous n’avez mêmep pas pensé, c’est le fait qu’il est traditionnel !), d’être plus humanistes que la morale cornellienne smiley


                  • (---.---.68.161) 1er novembre 2006 01:08

                    Commentaire « constipé » des esprits conservateurs, comme toujours ulcérés par les esprits comme Rabelais, Béranger ou Brassens !

                    forcèment, Brassens l’a dit, il y a toujours les « regards obliques » des passants « honnêtes », contre le chanteur lui-même aussi forcèment ! smiley

                    ce commentaire ne l’aurait pas étonné, lui qui savait de quoi rient « les croquantes et les croquants ».

                    Bref, le grand malheur est qu’il soit mort.


                  • Bali-Balo (---.---.175.65) 1er novembre 2006 02:35

                    Mon copain le chêne, mon alter ego, On était du même bois, un peu rustique, un peu brut, dont on fait n’importe quoi, sauf, naturellement, les flûtes.

                    J’ai maintenant des frênes, des arbres de Judée, tous « de bonne graine », de « haute futaie », Mais toi tu manques à l’appel, Ma vieille branche de campagne, Mon seul arbre de noël, Mon mât de cocagne

                    Comprendra qui voudra. Moi ça me smiley


                    • ohlala (---.---.124.230) 3 novembre 2006 12:23

                      Comme Brassens était un ovni à son arrivée dans le tout petit monde de la « chanson française », chez Patachou (ça ne s’invente pas), l’article me fait le même effet. Bizarre.

                      Brassens doit être un des rares à avoir utilisé l’imparfait du subjonctif dans une chanson. Et ce côté laborieux « j’écris bien » en 1970 n’avait plus sa place, avec les Beatles en face. De même, au cours d’un entretien radio France Inter, quand il disait que « toute ma musique, elle vient du jazz », non, arrête Georges, mort de rire.

                      Je ne sais quoi penser de cet article.

                      Mais pour aller dans le sens du titre : Sur une compil récente, intitulée « Putain de toi », une chanson peu connue de lui, interprétée par Pauline Croze, « Stances à un cambrioleur » je crois, montre qu’adapté avec finesse et avec une oreille nouvelle par une chanteuse qui ne l’a pas connu de son vivant, certaines chansons de Brassens tiennent le coup. En l’occurence, celle-ci me rappelle certaines chansons de... Bob Dylan (!), si, si, « Maggie’s farm », par ex. Mais c’est vraiment une exception, faut pas déconner.


                      • maxim maxim 25 novembre 2006 18:30

                        merci BRASSENS d’avoir balancé un coup de pied dans la fourmillière,d’avoir utilisé la langue populaire ou parnassienne,pour nous faire un petit tableau vivant avec sa musique sobre qui l’accompagnait ;c’était une poésie qui retenait tout de suite notre attention,et l’on arrétait parfois une conversation ou une activité pour boire les paroles,et on se disait « ah ouais,c’est vrai ça »ou alors ,« ah la vache qu’est qui leur met »tous les portraits étaient peints en quelques trait...pour la formule rituelle dommage il est parti trop tot...tous ensembles...demandons le PANTHEON pour BRASSENS !


                        • octave (---.---.191.203) 13 février 2007 20:26

                          Oser dire ce que l’on pense (je parle de l’auteur) me parait essentiel dans cette société qui se recouvre souvent d’un vernis masquant les vérités. Dans ce sens, je ne peux que dire que l’on a besoin de ce type de témoignages pour faire avancer les idées : le sujet passionne, Georges Brassens aussi ! Ceci dit le texte présente à mon sens de cruelles faiblesses. Bien sûr que l’on est en droit de ne pas être d’accord avec la totalité des textes, ne pas aimer son auteur, mais accuser avec autant de références, si incomplètes qu’elles soient pour la compréhension de son oeuvre, de leurres un poète prouve tout l’effort à faire pour le comprendre... et à ce moment là vous pourrez dire, que vous ne vous retrouvez pas dans ses idées. Ah ! cette clé qui ouvre la serrure du deuxième degré ! Qu’il est grave de ne pas la posséder ! Je voudrais pour terminer souligner,en tant que musicien, le rapprochement du Jazz-manouche avec les musiques de Monsieur Brassens. Il est resté, à son image, simple sur sa musique pour que son texte puisse bien être entendu et pour certains ... compris ! Juger cruellement une musique mérite de la comprendre avant de mourir ... de rire ! Je suis tout à fait d’accord avec Christophe. Je tenais à préciser ces quelques points. Bonsoir.


                        • christophe (---.---.122.242) 12 février 2007 10:33

                          Quel triste article que cette revue des textes de Brassens pris au premier degré, pour ne pas dire au degré zéro !

                          Brassens est ainsi réduit à quelques phrases empruntées à ses chansons, sans même expliquer qui il était, sans même évoquer ou laisser entrevoir l’humanisme de son oeuvre et de sa personne, comme si sa vie pouvait se réduire à quelques phrases piochées ça et là, parmi lesquelles l’auteur de cet article ne prend aucun soin de discerner la réalité de la fiction, le côté effectivement autobiographique du bon mot ou de l’image drôle.

                          S’il y a leurre et vision manichéenne, ce n’est que dans l’esprit de M. Villach, car il parle d’ « Hécatombe » sans évoquer « L’épave » (Moi, dont le cri de guerre fut toujours : Mort aux vaches ! Plus une seule fois je n’ai pu le brailler. J’essaye bien encor, mais ma langue honteuse Retombe lourdement dans ma bouche pâteuse).

                          Il parle encore d’inversion des valeurs sans évoquer « La messe au pendu » (Mais ces hommes d’Église, hélas ! Ne sont pas tous des dégueulasses, Témoin le curé de chez nous)

                          Ce n’est pas honnête de vouloir imposer un point de vue et de fonder une analyse sur des bases incomplètes.

                          Si on aime Brassens, 25 ans après sa disparition, toutes générations confondues, c’est justement parce que son oeuvre est humaine, qu’il sait voir les valeurs des gens, avec parfois les contradictions que cela implique ; c’est parce que ses textes sont merveilleusement bien écrits, avec une précision d’orfèvre, comme on peut lire souvent ; que ses mélodies sont simplement belles et toujours bien ajustées ; que l’accompagnement est sobre et qu’il laisse la place au texte, contrairement à ce qu’on entend partout ailleurs (ou presque), dans un monde où, aujourd’hui, seule compte la forme, et peu importe le fond. On l’aime parce que c’est un esprit unique, un extra-terrestre, un Einstein de la chanson... et cela est intemporel.

                          Pour finir, je voudrais répondre à « ohlala » : oui Môssieur, la musique de Brassens est très proche du jazz. La plupart de ses accompagnements sont swinguées, et sa façon de chanter en décalage sur certaines chansons est empruntée aux chanteurs de blues du début du XXème siècle. C’est un art extrêmement difficile, croyez moi, en particulier si on s’accompagne soi-même. Si vous n’avez pas d’ « oreilles de lavabo », prenez le temps d’écouter « La chasse aux papillons », par exemple, pour vous en convaincre.


                          • Jean (---.---.166.51) 16 mars 2007 10:48

                            J’ai trouvé ce commentaire particulièrement pertinent. Brassens est un vrai poète, il parle de la vie (et des hommes) dans sa complexité. Chacun peut se retrouver dans les textes de Brassens, car il nous permet de regarder la vie et les hommes avec tendresse, et je dirais même presque avec un amour chrétien (conforme à la formule de Bernanos, un autre Georges : « Qui comprend aime »).


                          • vincent (---.---.184.158) 13 février 2007 21:30

                            ne manque à votre article qu’une étude sociologique , et vous serez un cuistre ! persistez !!!


                            • bellaciaocensure (---.---.44.241) 10 mars 2007 19:00

                              Quel pensum !!! J’hésite entre le fou-rire et le rasoir : difficile de pondre un machin aussi chiant avec le sujet Brassens mais notre prof y parvient trés bien (quand on pense aux pauvres élèves qu’il a intoxiqués pendant 35 ans ! au secours !!). Grosse performance...

                              Ca me rappelle ces mêmes pitres qui m’ont dégouté de Molière : dés qu’ils ne furent plus là pour faire obstacle j’ai lu M. avec plaisir et je me demande encore comment diable ils ont pu s’arranger pour transformer un M. et tous les autres en autant de repoussoirs... En lisant cette prose indigeste et illisible mais vaniteuse autant que verbeuse pas étonnant : j’imagine sans peine les dégâts sur des enfants et des adolescents et comprends mieux que devenus adultes ils n’ouvrent plus jamais un livre ! Les profs de cet acabit sont les pourvoyeurs de la tv.

                              Bravo aux commentaires de christophe ci-dessus, et à celui juste aprés de vincent d’une concision définitive : pas mieux !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès