• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Violence D’Etat, violence révolutionnaire

Violence D’Etat, violence révolutionnaire

Monuments saccagés, magasins pillés, policiers attaqués... Mais violences du quotidien : aux attaques de rue s’ajoutent les violences faites aux femmes... Voyageriez-vous en stop aujourd’hui comme voici quarante ans ? Du coup, émaillée de souvenirs douteux, la nostalgie du passé s’en mêle. On était tellement bien sous le Maréchal euh sous le Général,... Ah Clémenceau !...

D’où vient cette violence ? Est-elle inédite ? Qui la provoque ? Où et qui sont les auteurs du complot ?

La répression policière serait la réponse à toutes ces exactions. Des groupes politiques, des penseurs, répondent par des solutions simples, simplistes.

Ce serait le manque d’éducation, un laxisme généralisée, l’irruption d’envahisseurs étrangers, toujours trop nombreux, qui seraient les causes de cette violence. A gauche, les raisons de cette dégradation seraient à chercher avant tout dans une société où l’injustice devient insupportable. Et ne finit-on pas ainsi par excuser toute responsabilité personnelle ?...

Il est indéniable que la crise aigue qui touche le capitalisme a des répercussions au niveau des institutions qui ainsi se désagrègent (1). Elle se révèle, cette crise, au niveau du quotidien. Et, à l’image de la fin de l’Empire Romain, les règles de la vie civile ne sont plus respectés. L’individualisme aveugle et le pouvoir de la force ne prennent-ils pas le dessus ? Où est la solution politique et sociale ? Ne va t-on pas vers des affrontements inévitables ?

Voici quelques pistes...

 

I . VIOLENCE D’ETAT

L’irrespect des institutions vient aussi d’en-haut. La Démocratie est toute relative et nous savons qu’à sa convenance, le Pouvoir peut changer les règles, renverser la table. On invoque la Raison d’Etat. Tant il est vrai que le Droit n’est que la simple résultante d’un rapport de forces. Quand l’Etat dérape ainsi vers le fascisme où sont les garde-fous ?

La crise entraine le déclin des institutions.

Le capitalisme, qu’il soit ou non en crise, est à l’origine de violence. Comment qualifier autrement le licenciement de l’ouvrier qui condamne une famille à la misère ? Que dire de cette insuffisance chronique des revenus, voulue, (2) qui faisait, qui fait encore, vivre beaucoup dans la faim ou la disette ?

Aujourd’hui comment doit-on prendre le contrat rompu par le plus fort, par l’Etat, refusant de respecter ses engagements quant au salaire promis, quant aux avantages d’une pension que l’on avait cru pouvoir percevoir au bout de décennies de labeur ?

A cette misère, à cette violence ressentie, promise, répond logiquement la révolte, ne respectant plus l’ordre établi. Cette sédition des masses, bien connue, provoque une répression, réponse violente et logique de l’Etat. Celle-ci peut paraître injuste, exagérée, mais de son point de vue, elle est biern sûr légitime !

Par une insidieuse terreur, elle est indispensable à la défense de l’Ordre. Le pauvre ne doit-il pas vivre dans la soumission, dans cet Ordre commandé par Dieu, pour simplement espérer un mieux-être dans l’au-delà ?

Face aux difficultés systémiques inédites et insurmontables engendrées par la crise du capitalisme, les institutions ne sont plus respectées par l’Etat. Le système parlementaire lui-même, pilier du libéralisme, est bafoué. Des hommes de mains suppléent la police. Des groupes de pression, des lobbies font la Loi... Ministres ou élus se font néanmoins épinglés de temps à autre, au gré de conflits d’intérêt et des règlements de compte, par ce qui reste d’une presse indépendante.

La caractéristique de la crise réside dans la perte du sens. On n’éprouve plus le besoin de comprendre, de démontrer avec l’esprit scientifique nécessaire. Il suffit de croire. Les croyances, comme hier, remplace les savoirs. Le rationalisme qui constituait l’argument décisif de la bourgeoisie et du liberalisme,s’affaiblit. Ainsi traders et « économistes » ne virent pas venir la crise financière car ils n’avaient plus les simples outils de raisonnement nécessaires (3). Au nom de la Foi et des Croyances traditionnelles, on est prêt, génial que l’on est, à zigouiller le contradicteur !

En 1918-19, en Allemagne, le socialiste Ebert s’allia à la caste militaire, pour écraser la révolution allemande. Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht furent assassinés en toute impunité. Un peu plus tard, en 1923, cette même République de Weimar se montra on ne peut plus indulgente avec Lunderdorf et Hitler qui avaient pourtant fomenté un coup d’état, et tué des policiers. Cet exemple nous montre les circonvolutions de cette Raison d’Etat. Et surtout le non respect de la légalité bourgeoise par le gouvernement lui-même quand c’est le système capitaliste lui-même qui semble menacé.

Aujourd’hui le feu est dans la maison. Partout la révolte gronde. Aux peuples qui se soulèvent, les gouvernements, se drapant dans une prétendue légitimité (« les élections »), répondent par la force, la violence, le non respect des droits, les flash-balls, les balles de fusil, les arrestations arbitraires, l’impunité des forces de l’ordre.

La légitimité de Macron est en carton-pâte et il devra rendre des compte devant la Justice plus vite qu’on ne le pense.

 

II. DISSIDENCES

Quelle légitimité pour le Pouvoir ?

Sans que l’ordre social ne soit remis en question, la légitimité du Pouvoir est parfois contesté. Et ce par la force, la violence.

On pourrait remonter assez loin dans l’Histoire de France, à la Révolution Française. Contentons nous d’évoquer un personnage-clé, contestant un ordre établi, et pourtant à l’origine même de notre Constitution : le Général De Gaulle.

Rapidement, après avoir appelé à la résistance contre l’occupant, il conteste la légitimité du régime du Maréchal Pétain. Or celui-ci a pourtant été instauré dans les règles par le Parlement républicain français. Avec l’unité de la Résistance et les victoires des Alliés, la légitimité du Pouvoir revient aux résistants, aux opposants à Pétain, à De Gaulle.

De la même façon, la cause de l’Algérie indépendante, en devenant légitime sur le plan international, a signifié la défaite des colonialistes, quelque furent les victoires sur le terrain militaire et le nombre de partisans de chaque camp.

De Gaulle, dissident et partisan d’un pouvoir fort

En 1958, De Gaulle est toujours dans le mépris des institutions de la IVe République. S’il s’y plie très provisoirement, c’est en gardant bien à l’esprit l’instauration d’une nouvelle Constitution, celle de la Ve République. Les opposants crieront au coup d’Etat... Peu de temps après le « Putsch d’Alger » fait craindre le saut des parachutistes sur Paris, « la fin de la République » . Et on s’arme au siège du Parti Communiste...

Au nom de la raison d’Etat, le Droit n’est plus respecté.

Finalement, opération réussie, sans trop de casse. De Gaulle redevient le sauveur suprême.

Sans jugements, les opposants à la Guerre d’Algérie subissent une dure répression : Algériens jetés dans la Seine, manifestants « communistes » tués au métro Charonne. L’OAS est écrasée.

Les juges qui oeuvrèrent sous Vichy, par contre, étaient restés inamovibles, tout comme les GMR – police de Pétain – recyclés en CRS, nouvellement constituées en 1945.

Au nom de la légalité les lois anti-juives de Vichy devaient-elles être respectées ? Jusqu’où doit-on se soumettre à l’Etat, à sa législation ? Comment s’y soustraire ? Là réside l’honneur de ceux qui avaient toujours une conscience et qui, malgré le rapport de forces en leur défaveur, ont su résister...

On sait, depuis la répression des révoltes et révolutions du XIXe siècle, le massacre de la Commune de Paris, les fusillades des grèvistes par Clémenceau, la répression des grèves d’après-guerre, que la violence d’Etat, celle du capitalisme, ne date pas d’aujourd’hui, et qu’elle a pour principale cible les « classes dangereuses ».

Aujourd’hui contre qui est dirigée la violence des flash-balls ?

Un élu est malmenée par la police ? Comme par hasard, c’est un député de l’opposition de gauche (4).

Le Préfet de Police de Paris Didier Lallement ne cache pas alors son parti-pris. Dans cette atmosphère de guerre civile, on n’en est déjà plus là. Et l’on connait sa réplique à une manifestante : « "Oui, je suis ’gilet jaune’", lui dit-elle. Le Préfet, fidèle serviteur de son maître, lui répond : "Eh bien, nous ne sommes pas dans le même camp madame". »

La Liberté, le Droit ? Celui de manifester ? Ces droits, le gouvernement Macron les foule au pied !

 

III. VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE

Violence républicaine et droit à l’insurrection

Le pouvoir monarchique était d’autant plus légitime car venant de Dieu. Par sa dureté et l’injustice ressentie, il est donc destitué par la Révolution Française. C’est dans le rapport de forces, la violence, la Terreur, que s’établit le régime républicain. Il tient désormais – au moins en principe – sa légitimité du Peuple. La Constitution de 1793, éphémère, instaure le droit à l’insurrection du Peuple en armes contre tout pouvoir devenant tyrannique (5)...

Même si, usant de la violence, les monarchistes resteront longtemps influents en France, fragilisant le régime républicain, avec le temps, les ralliements et les épreuves, c’est ce dernier qui l’emporte. Vichy, la « divine surprise » de Maurras, restera donc une éphèmère parenthèse réactionnaire rendue possible par la guerre...

La Révolution Prolétarienne

L’Etat n’est pas neutre, contrairement à ce qu’il prétend, à ce qu’essaie de nous faire croire les journalisres, les politiciens de gauche, de droite, et les capitalistes. Il a été démontré depuis longtemps que les intérêts qu’il défend sont ceux de la classe dominante, la bourgeoisie et les capitalistes dans les états à idéologie libérale, des nomenclatures dans les pays commandés encore par le capitalisme d’état, comme la Chine, la Corée du nord, Cuba...

Dans la réalité, on sait bien que persécuter sans répit le plus fidèle de vos clébards, vous vaudra sans doute finalement de vous faire mordre ... Le destin du prolétariat qui doit à tout prix cracher sa plus-value est se révolter.

Même si des révoltes ouvrières se produisent en France dans la première moitié du XIXe siècle, comme celle des Canuts de Lyon, ou en 1848, elles n’ont rien de décisives. Elles montrent surtout l’inanité d’une alliance des prolétaires en lutte avec les bourgeois républicains radicaux. Ce sont ces derniers qui, beaux parleurs, même blanquistes, tentent de se hisser comme leaders et qui trahissent finalement la classe ouvrière. Ce schéma est illustré notamment par l’écrasement de la Révolution ouvrière de 1848.

La violence de l’Etat bolchévique.

Le Manifeste Communiste de Karl Marx, qui ne fait que traduire une évolution de la conscience prolétarienne, énonce notamment trois principes importants :

1) « l’émancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux-mêmes » c’est-à-dire sans représentants bourgeois, sans alliance de classes. Il théorise le caractère messiannique du Prolétariat.

2) La nécessaire « dictature du prolétariat » pour prévenir l’action destructrice des anciennes classes possédantes.

3) La constitution d’un « grand Parti des Travailleurs » leader, dont la forme reste alors vague.

Le terme « dictature », avec ce que l’on connait de l’Histoire aujourd’hui, suppose la violence, l’oppression sans limite. Cependant à l’époque de Marx on employait plutôt, pour un tel régime, le mot « tyrannie » (désignant un pouvoir illégitime). C’est sciemment qu’il emploit le terme « dictature » pour désigner le caractère éphémère d’un pouvoir fort nécessaire mais provisoire, telle la dictature romaine.

Bien des marxistes sont passés par là depuis, dont un certain Lénine instaurant non pas la « dictature du prolétariat » mais la « dictature DU PARTI du Prolétariat ». L’Etat bolchévique a donc représenté les intérêts d’un parti politique, prétendumment d’avant-garde, et non ceux du prolétariat.

Cette critique fut énoncé très tôt, d’abord par les anarchistes, puis dans les années suivant 1917, par la gauche germano-hollandaise, Rosa Luxembourg, Herman Gorter, Anton Pannekoek...

Le choix des armes ?

Si la révolte des opprimés se veut victorieuse, elle doit établir un rapport de force. Que ce soit au XVIIIe siècle ou au XIXe siècle et même par la suite, la première réaction est de trouver des armes, des fusils, de quoi faire flancher le camp adverse. La Révolution Française, plus révolution bourgeoise que prolétarienne, bénéficie en partie du pouvoir de l’argent. Ce qui n’est pas le cas des ouvriers révoltés de la période suivante.

Les Communards, dans la confusion de la guerre de 1870, vont certes s’emparer de canons, bénéficier du ralliement d’une partie de l’armée. Mais faute d’un commandement organisé et cohérent ils se feront massacrés par les « Versaillais », l’armée de Monsieur Thiers, devenu pouvoir légitime. D’un côté plusieurs dizaines de milliers de fusillés, de l’autre quelques centaines – et encore ! - de « victimes des rouges ».

Cet échec sanglant de la Commune, va conforter les conceptions centralisatrices au sein de l’AIT, le « grand Parti des Travailleurs » de l’époque. D’un côté les « Marxiens-autoritaires », de l’autre les « Anti-autoritaires-anarchistes ». Jusqu’à la disparition de fait, par scission, de ladite AIT en 1872.

Stratégies et pacifisme du mouvement ouvrier.

Le mouvement ouvrier international met plusieurs décennies à se remettre de la défaite de la Commune de Paris et de la répression contre l’AIT. Les partis de gauche sociaux-démocrates, marxistes, ne se reconstituent sérieusement, qu’avec la IIe Internationale,dans les années 1880.

Les anarchistes, nombreux en France, en Italie et en Espagne, s’enferrent dans une « propagande par le fait » qui inclut la violence, un terrorisme revendiqué et donc l’assassinat de dirigeants politiques. Si les gouvernants sont souvent impopulaires, ces assassinats, nombreux, n’entrainent pas l’adhésion des masses.

Ce n’est qu’à la fin du siècle que les anarchistes mettent fin à cette stratégie mortifère. Une nouvelle génération se tourne vers le syndicalisme dont l’arme privilégiée sera celle, pacifiste, de la Grève Générale. Cette stratégie tourne le dos à la violence même si l’on sait que l’adversaire capitaliste, l’utilisera.

Georges Sorel, la violence, et le mythe de la Grève Générale

Si Georges Sorel, théoricien de la violence (6), soutient cette idée de Grève Générale, il dénonce le « pacifisme » des dirigeants de gauche et le réformisme syndical. Chez lui le terme « mythe » n’a rien de péjoratif et doit, tout au contraire, renforcer la foi des prolétaires.

Sorel va marquer durablement les mentalités de son époque, la pensée de certains dirigeants comme Mussolini. Après avoir soutenu les syndicalistes révolutionnaires, puis les monarchistes, il admire les Bolchéviques et Lénine lui-même. Celui-ci traitera Sorel, non sans raison, d’esprit brouillon. Il faut cependant lui reconnaître, adjointe à une connaissance du marxisme, une bonne faculté d’analyse.

La Grève Générale de 1906, déclenchée par la CGT, se voulant décisive, se révèle cependant un cinglant échec. Les manifestants sont d’emblée « cueillis » par la Police bien organisée, sans pouvoir se regrouper efficacement. « Quand trois anarchistes se réunissent, déclare alors un Préfet, il y a deux hommes à moi ».

L’opposition à la guerre, que prône le mouvement ouvrier, se révèle un nouvel échec en 1914. C’est l’esprit de l’Union Sacrée, allant des monarchistes aux anarchistes qui domine dans la société française.

La Révolution russe de 1917, apparente victoire, va néanmoinsrelancer l’idée d’une stratégie de la violence. Mais l’échec de la Révolution allemande montre cependant que la force militaire de l’Etat, l’armée qui lui reste majoritairement fidèle, l’union contre-révolutionnaire des états bourgeois, limitent les possibilités d’un renversement du Pouvoir par une force militaire prolétarienne.

Cependant le prolétariat en armes n’est pas resté un simple mythe. Aux Etats-Unis, les syndicalistes qui affrontent les forces de l’ordre, sont armés et, pour établir un rapport de forces, vont jusqu’ à s’allier avec la mafia pour tirer sur la police. En Espagne, dans les années 1930, chaque ouvrier a son arme cachée sous une bordure de trottoir....

La gauche rentre dans le rang

Avec la montée des fascismes dans les années 1930, la Seconde Guerre mondiale, la relance de l’économie, la gauche socialiste et communiste s’unit, puis se divise encore, mais reste fidèle à l’électoralisme auparavant rejeté par une grande partie du mouvement ouvrier. L’expansion économique – la société de consommation – adoucit les conflits.

Et les « manifestations », deviennent en fait des parades, des défilés débonnaires, où l’on réclame des augmentations de salaires avec des slogans du genre « ohé Pompidou-Pompidou navigue sur nos sous ». Et puis on rentre, on enlève son chapeau « Ricard » en papier, et son nez rouge de clown... Pour attendre le moment où l’on brandira fièrement son « terrible » bulletin de vote.

Guerrillas et guerres « révolutionnaires »

La guerrilla est la forme de lutte utilisée par le camp de ceux qui se voient en infériorité sur le terrain militaire. Si elle est adoptée par l’ensemble des Espagnols résistant à Napoléon, cinquante ans plus tôt la stratégie de la « petite guerre » avait été refusée par Montcalm, au nom de l’honneur, contre les Anglais en Amérique du nord.

Indochine et Algérie montrent certes l’efficacité de la guerrilla. Mais elle n’existe qu’à la condition d’un « arrière », un pays géographiquement proche, pouvant servir de base de repli, voire d’appui plus ou moins déclaré. L’ETA, au Pays Basque espagnol, a longtemps bénéficié de la passivité de l’état français. Avec l’indépendance de l’Eire, l’IRA put reprendre plus aisément son combat en Irlande du nord.

Mai 1968 et la violence

Encore aujourdhui on a encore du mal à qualifier « les évènements de mai-juin 1968 ». Plus personne ne croyait alors en une possible remise en cause radicale du capitalisme sous sa forme de « société de consommation ». Images d’un romantisme révolutionnaire dépassé, on imaginait encore moins des barricades dans les rues de Paris...

La victoire de la rue fut cependant rendue possible par une action de masse – plus de 10 millions de grévistes – et l’on put constater l’efficacité des manifestations.

La violence des forces de l’ordre, cherchant à dissuader par la terreur, finissait par engendrer naturellement une stratégie de l’escalade, une stratégie de nouveaux d’affrontement au caractère inédit. Les années 1970 constituèrent ainsi une période de durs combats de rue où commencèrent à s’illustrer les « groupes autonomes ».

Stratégies d’affrontement

De moins en moins nombreux, hormis quelques papis nostalgiques ou de jeunes innocents, sont ceux qui croient encore à l’efficacité des défilés bon enfant de jadis, que l’on pouvait même faire en charentaises ou avec un ballon rouge à la main.

On sait que cette société est celle du talon de fer, de la violence, que l’on n’aura rien sans effort, que seule une action énergique permettra d’aboutir. La récente révolte des Gilets Jaunes n’a fait que confirmer chez beaucoup l’efficacité de cette détermination. Aux milices ouvrières de jadis ont succédé les « black blocks » qui, par la bande, interroge sur la forme du prolétariat combattant et du travail. Ceux-ci ne sont que la traduction d’un mouvement populaire diffus, déterminée, revendiquant l’affrontement. Le fait qu’ils puissent être instrumentalisés ne change rien ici.

Cela ne doit pas signifier cependant une résignation, le refus d’imaginer des nouvelles formes de lutte sans doute pacifistes. En effet, il faut en temps voulu savoir faire la critique des armes. Et ce au nom de l’efficacité elle-même. Certains combats féministes nous montrent la voie, comme celle des Femen. Là réside la vraie guerre révolutionnaire. En Algérie et à Hong Kong, les insurgés, forts de l’expérience, ont ainsi mis en avant une volonté de non violence.

Si l’Etat au Chili et ailleurs, s’est enferré dans les exactions, notamment contre les Femmes, il n’a « récolté » que la détermination encore plus grande des révoltés, qui obtiennent à présent un soutien international. Le gouvernement chilien apparaît ainsi pour ce qu’il est : une bande de pitres incapables et désemparés.

En cette époque de rpture, le Président français provoque stupidement le Peuple. Ce faisant il rend indéniablement service à l’insurrection à venir.

L’équipe Macron, elle aussi, sera mise à nu.

 

Notes

(1) Nous avons évoqué dans plusieurs articles les conséquences de la crise économique : Macron et le trou noir sans répit ; Macron, la crise et les gilets jaunes ; ou encore La fin du Mordor. Et surtout « Krachs, spasmes et crise finale » sur le site incontournable de la « Chayotte noire » : https://lachayotenoire.jimdo.com/nemo/

(2) En Grande-Bretagne, berceau du capitalisme, il a longtemps existé une entente des puissants de l’Industrie pour payer les ouvriers à la limite de la survie, afin de les tenir à merci...

(3)Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion L’auteur évoque la carence de raisonnement des traders qui s’en remettent surtout aux ordinateurs pour penser...

(4) « Alexis Corbière « gazé » et bousculé en marge du défilé des Gilets Jaunes » Le Point – 16/11/2019. On en parla très peu dans les « médias ». Un député de « La France en Marche » bousculé aurait certainement fait plus scandale ! Mais là, c’était un copain à Mélanchon, alors...

(5) « L’oppression était ainsi définie par l’article 34 : « Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé ». Les manières d’y résister étaient évoquées dans les articles 27 : « Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres », et 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».Wikipédia 

(6) Georges SOREL (1847-1922), philosophe et sociologue français, rédige vers 1906, « Réflexions sur la violence » surtout connu en Italie. « Il participe aux débats sur la crise du marxisme et contribue à l’émergence théorique du syndicalisme révolutionnaire. Déçu par la CGT (Confédération Générale du Travail), il se rapproche en 1909-1910 de Charles MAURRAS, pour son fédéralisme, malgré son nationalisme qu’il réprouve. Opposé à la guerre de 1914-1918, favorable à LENINE (ce qui n’est pas réciproque...), il défend les bolcheviks... » Wikipédia


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 5 décembre 2019 10:41

    Qqui a écrit ce qui suit ? :

    « Les jeunes d’aujourd’hui aiment le luxe, méprisent l’autorité et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu’un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société, se hâtent à table d’engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans.

    4Le professeur, dans un tel cas, craint ses élèves et les flatte, les élèves n’ont cure de leurs professeurs, pas plus que de tous ceux qui s’occupent d’eux ; et, pour tout dire, les jeunes imitent les anciens et s’opposent violemment à eux en paroles et en actes, tandis que les anciens, s’abaissant au niveau des jeunes, se gavent de bouffonneries et de plaisanteries, imitant les jeunes pour ne pas paraître désagréables et despotiques ».

    Ce n’est pas ni Rosemar ni Fergus, mais Platon qui attribue ce discours à Socrate, tiré dans « La République »,  à propos de la dégénérescence des régimes politiques et des hommes de l’aristocratie (au sens étymologique de « gouvernement des meilleurs ») jusqu’à la tyrannie en passant par la timocratie (le gouvernement de ceux qui recherchent les honneurs), l’oligarchie (le gouvernement de la minorité puissante, en général les « riches ») et la démocratie (le gouvernement du peuple).

    Moderne, le Socrate, non ?


    • jef88 jef88 5 décembre 2019 10:53

      NOTES EXPLICATIVES.

      Entre 1958 et 1963, dans ma vallée vosgienne de tissages et filatures, j’ai discuté avec des communistes ....

      Un peu plus tard, après réflexion, j’ai constaté que leurs propos ne cadraient pas avec les idées du PC : Ils étaient beaucoup plus anarchistes que communistes ! ! !

      le 2 mai 1968, j’ai été embauché, à un poste administratif, dans une boite d’équipements automobiles.

      Le matin du 13 mai à 8 heure : Réunion de TOUT le personnel dans la cour.

      Le directeur et les délégués CGT et CFDT nous dominaient debout sur le perron des bureaux.

      Le directeur : « Ce qui se passe actuellement c’est le cirque ! Mais je vous promet que nous ne ferons pas de lock out ..... »

      Le délégué CGT : « C’est une affaire de petits cons de bourges parigots. Notre intérêt c’est de bosser et de gagner notre croute ! »

      Le délégué CFDT : « Je suis tout à fait d’accord avec mon copain ! Allez tous au boulot ! ! »

      Le travail à repris......................................

      A 13h30, après le repas de midi, SURPRISE ! ! ! ! ! !

      Le portail était fermé !

      Sur la grille une pancarte : « Nous avons constaté que du personnel de la SNCF circule dans les rues, munis de barres à mines. Dans l’impossibilité d’assurer votre sécurité, nous avons décidé de fermer l’usine... »

      POURTANT ... J’avais constaté QU’AUCUNE livraison de matière première n’avait eu lieu depuis environ une semaine : SNCF en grève et dépôts pétroliers bloqués, et que certains ateliers ne pouvaient plus fonctionner ! ! ! ! !

      Après de nombreuses rencontres et discussions j’ai conclus que la grande majorité des usines « en gréve » étaient en rupture de matières premières...

      Mais TOUT LE MONDE se disait « en grève » .......


      • nemo3637 nemo3637 5 décembre 2019 11:41

        @jef88
        La façon dont s’étend une grève ou un mouvement social est souvent surprenante. Pour ma part j’ai souvent été surpris par le changement d’attitude de certains indifférents qui, dans l’action, prenant de l’assurance, devenaient de redoutables orateurs, des leaders tout à fait inattendus....


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 11:50

        @nemo3637
        La façon dont s’étend une grève ou un mouvement social est souvent surprenante.


        Et alors ? Qui va négocier, s’il y a négociations ?
        Les syndicats, pas les Gilets jaunes, ni les grévistes.

        Vous avez confiance dans les syndicats d’aujourd’hui ??


      • nemo3637 nemo3637 5 décembre 2019 11:00

        Citation fort à propos, qui prend de nos jours une résonance inquiétante. Trop vrai !

        Je vais la recopier et l’afficher dans mon salon !

        La morale anarchiste ou la morale prolétarienne sous entendent une attitude encore plus contraignante que celle demandée par la société bourgeoise. On a alors régulièrement des comptes à rendre à la collectivité. George Orwell évoque cette contrainte intrinsèque à la Révolution Espagnole....


        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 11:45

          @nemo3637
          Parlons-en de la révolution espagnole, elle a fini dans un bain de sang ! 
          Je vois qu’en dehors de puiser dans les grimoires, vous n’avez rien appris depuis.


        • troletbuse troletbuse 5 décembre 2019 11:13

          Micron et sa langue de bois se fait ridiculiser par Trump

          https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/video-quand-donald-trump-propose-a-emmanuel-macron-de-recuperer-les-beaux-combattants-de-l-etat-islamique_3730111.html

          A son habitude, elle veut tripoter Trump mais comme les sièges sont éloignés, ellel ne caresse que le bras du fauteuil


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 11:42

            Aux milices ouvrières de jadis ont succédé les « black blocks » qui, par la bande, interroge sur la forme du prolétariat combattant et du travail. Ceux-ci ne sont que la traduction d’un mouvement populaire diffus, déterminée, revendiquant l’affrontement. Le fait qu’ils puissent être instrumentalisés ne change rien ici.

            Black blocks instrumentalisés ? Il y a plusieurs catégories d’hommes en noir... Et donc, ça change beaucoup de choses, suivant le groupe auquel appartient l’auteur.

            .

            Ensuite croire que les manifs de Hong Kong sont des révoltes populaires, montre que l’auteur plane complètement. Hong Kong, c’est comme Mai 68, une « révolution colorée » de la CIA, pour faire partir de Gaulle qui s’opposait à l’ Europe et aux Américains, et à Hong Kong, pour enquiquiner la Chine, dans la guerre commerciale de Trump.

            .

            L’auteur n’a aucune analyse de la situation géopolitique actuelle.Il ne sait même pas que les réformes de Macron viennent de Bruxelles, en application des Traités européens. On n’est plus au 19e siècle !!

            .

            Dès que des grèves et des manifs agitent les Français, toute l’extrême-gauche se met à frétiller en attendant le Grand Soir.

            Comme si les conditions d’une réussite étaient rassemblées..., alors qu’il n’y a ni programme, ni organisation, ni Parti, ni le soutien de l’armée.

            Tout ce qu’on peut attendre, dans le meilleur des cas, c’est que Macron retire sa réforme. Sinon, pour la révolution, faudra attendre sans doute, que les conditions soient réunies, bosser à l’unité à Gauche, et cesser de rêvasser.

            « Le peuple désarmé sera toujours vaincu » Bruno Gigue.


            • nemo3637 nemo3637 5 décembre 2019 12:04

              Comme à votre habitude vous déformez les propos des interlocuteurs pour mieux interférer vos élucubrations asselinesques anti-européennes.

              Ainsi évoquer l’extrème-gauche et le Grand Soir, dont je ne parle guère, vous permet de présenter vos vieux clichés.

              Vous ne savez pas ce que je pense de la révolte de Hong Kong.

              Vous ne savez pas ce qu’est une Révolution Et vous radotez avec la gauche, le parti, le soutien de l’armée, une grille vieille de plus de cinquante ans.

              Je ne suis pas sûr du tout qu’il y ait la Révolution. Mais ce dont je suis certain c’est de la vacuité et de l’échec promis de vieux politiciens comme Asselineau ou Dugenou.


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 22:05

                @nemo3637
                C’est ça, bottez en touche pour ne pas répondre !
                Je suis de Gauche et vous me consternez.
                .
                Vous êtes des Mickey, vous passez votre temps à tout, sauf à préparer les conditions d’une révolution réussie.
                .
                Vous émergez dès qu’il y a des tensions sociales, alors que le reste du temps vous vous chamaillez avec les autres Partis de Gauche :
                « c’est moi que je suis plus à gôooche que toi, na nanère ! ».
                .
                Tout ce que sait faire la Gauche, c’est de se diviser comme les amibes !
                On en prend 4 au hasard, ils sont capables de faire 3 Partis !
                .
                Vous savez qu’il y a en France, plus de 30 Partis qui se disent de Gauche et d’Extrême-gauche ? Vous attendez quoi pour vous unir ? Vous ne comprenez pas que la division sert le capitalisme ? Lui, par contre, il sait s’organiser et s’unir pour défendre ses intérêts, vous devriez lui demander des conseils !?


              • nemo3637 nemo3637 6 décembre 2019 07:46

                @Fifi Brind_acier
                Vos carences en Histoire, particulièrement en Histoire Sociale, limitent ici les possibilités d’échange.
                Entre autres « détails », je ne me réclame pas de la gauche. Et ce que peut faire la gauche et l’extrème-gauche, comme tout le monde, je m’en tape...
                Le titre de l’article « Violence d’Etat, violence révolutionnaire » se veut un aperçu historique en relation avec le vécu d’aujourd’hui.
                Tout cela vous dépasse.


              • leypanou 5 décembre 2019 14:59

                En Algérie et à Hong Kong, les insurgés, forts de l’expérience, ont ainsi mis en avant une volonté de non violence 

                 : en Algérie, je n’en sais rien mais à Hong-Kong, certainement pas.

                Si vous avez vu cet anti-manifestation sur qui un manifestant « non-violent » a versé de l’essence qu’il a ensuite allumée, vous n’auriez pas écrit çà.

                10 jours après cette action, il n’a pas reconnu sa fille et toujours dans un état critique.


                • nemo3637 nemo3637 5 décembre 2019 16:02

                  @leypanou
                  Au départ, comme en Algérie, les manifestations à Hong Kong étaient non violentes. Mais cela a dégénéré par la suite... La faute à qui ?


                • leypanou 5 décembre 2019 17:57

                  @nemo3637
                  les manifestations soutenues par l’empire dans les pays non dociles commencent toujours par être non violentes et çà dégénère après.
                  C’est bizarre non ?

                  Apprenez-en un peu sur les manifestations soutenues par le National Endowment for Democracy —le Joshua Wong de Hong-Kong entre autres est l’un des récipiendiaires de l’« aide » comme Raed Saleh des White Helmets- si vous n’avez pas eu l’occasion de le faire : comme le disait un dirigeant états-unien, tout est sur la table.


                • leypanou 5 décembre 2019 18:05

                  @nemo3637
                  autre information que vous n’avez certainement pas c’est que la justice hong-kongaise a déclaré illégale l’interdiction du port de masque à gaz décidé par l’exécutif hong-kongais.
                  C’est bizarre : sous la dictature chinoise, les manifestants à Hong-Kong peuvent faire des choses que dans la démocratie française ils ne peuvent pas faire.


                • nemo3637 nemo3637 5 décembre 2019 21:12

                  @leypanou
                  Excellent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès