• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Voulez-vous des chansons ?

Voulez-vous des chansons ?

Ce ne sont pas des paroles en l'air, ce sont des paroles en airs...Ma collaboration en tant qu'auteur avec l'artiste Syl-Mer (Sylvain Mérezette) a donné naissance à plusieurs albums de chansons. Le dernier album à déjà deux ans. Il est en écoute gratuite (voir ci-après le lien) et il a la faveur du public si l'on en juge au nombre d'écoutes. Pourquoi est-ce que je n'en parle qu'aujourd'hui ? Je ne sais pas. J'aurais pu en faire la promo plus tôt, mais il n'est jamais trop tard. Et puis c'est encore l'été, profitons-en ! Si vous cherchez du son électrique rock, je vous recommande l'album, solo "Jimi" qui plaît aux jeunes comme aux vieux : lien vers la vidéo, En plus, ce lien pointe vers une playliste de plusieurs autres chansons écrites en collaboration avec Syl-Mer.

Si vous préférez plus nostalgique et plus poétique : L'album "La Rosée" commence par une histoire romantique : "Rosée du soir". Le texte est donné ci-dessous. C'est ici pour ECOUTER L'ALBUM.

ECOUTE ET TELECHARGEMENT GRATUITS

Des thèmes plus gais sont présents, j'ai une petite préférence en ce moment pour la demoiselle à l'ombrelle au clair sourire du ciel d'avril qui par quelques tours d'ombrelle me fit un poisson d'avril. C'est le titre 3, "le nombril".

Rosée du soir

I

C'est l'heure de la rosée du soir,
Phénomène qu'on croit accessoire
Mais dont les gouttes cristallines
Se déposent en couche câline

Sur la planche des balançoires
Empêchant les grands d’s'y asseoir,
Et réservant l'escarpolette
Aux enfants qui font des pirouettes.

II

C'est l'instant de la rosée fraîche,
Phénomène qu’on croit dérisoire
Mais qui lisse la peau des pêches,
Et qui allège l’arrosoir.

Elle pare les roses de larmes
Si tendres qu’elles rouillent les armes.
Et tout en suspensions légères,
Elle rend caduques toutes les guerres.

III

C'est l'heure de la rosée du soir,
Phénomène qu'on croit négligeable
Mais qui vient comme un encensoir
Rendre tout rêve envisageable.

Et c’est l’heure où je viens m’asseoir
Sur notre banc dans notre square.
Sur mon visage quelques gouttes
S’écoulent : de la rosée sans doute…

Sur l'album, il y aussi un titre, "Rivière mon amour" où je raconte une idylle avec une rivière :

Rivière, sois ma bien-aimée !
Tu sais combien j'aurais aimé
Couler en ton sein aisément
Vivre liquide ! Vivre fluide ! Entre tes rives...

Autres collaborations artistiques :

Stéphane Bersier (son site) : Pour Stéphane, j'ai écrit des textes comme "Ce que disent les amoureux" mais aussi cette bonne farce "Racailles", "le portrait de Dorian Gray" (" ! Jeunesse, jeunessse, je n'espèrais pas tant..."), le Talus d'Apollinaire (ou comment le poète s'est pris un éclat d'obus), le gardien de phare. J'ai un petit faible pour cette vidéo qui contient la chanson "La lavandière". C'est une chanson toute simple, légère et nostalgique à la fois, dont les paroles me sont venues en longeant le chemin de halage de l'Odet à Quimper.

Pierre CTRB : J'ai aussi collaboré avec Pierre. Le style est plutôt sud-américain, genre bossa nova. Il a mis mon texte "avec moi tu auras"

AVEC MOI TU AURAS ( P.COSQUER "Taverne" /PIERRE )

Avec moi tu auras
des aurores en or
un chevre-feuille en feuille
des primevères en hiver
un pamplemousse en mousse
une baleine en laine
des éléphants enfants
des soupirants en rang
des princes qui en pincent
des vertiges en fleur
et des fleurs en tige ...

Avec lui tu auras
des empires en pire
des pissenlits salis
un chapeau en peau
l'équinoxe en inox
des demeures où l'on meurent
des ventriloques en loque
des molosses en os
des frontières en pierre
des écrivains très vains
et des matins éteints ...
avec moi tu auras
des Honfleur en fleur
des farandoles à Dôle
des fous-rire à Vire
un magicien ancien
Des casinos Enghien
Des sardanes à Vannes
Des vannes à Cannes
Du festival à Val
Du soleil au Teil
et un savoir faire en fer

avec lui tu auras
des je te quitte en kit
des coups d'estoc en stock
du bois de teck en toc
un marquis en kaki
un baron Empain
Des regards hagards
Des fêtards en retard
Une pluie de parapluies
des lendemains sans fin
des cerfs volant sans vent
Et des tourments quand il ment ...

Avec moi tu auras
Mes yeux au fond des yeux
mes mains contre tes mains
Des dessins sur tes seins
des je te tiens, tu me tiens
du sex appeal sans pile
des baisers embrasés
des corps à corps encore
des caresses sans cesse
des cunnilingus en sus
et j'arrete là mais j'en passe

avec moi tu ... SERAS !

Ce dernier texte étant lu, il respecte la musique des mots. Mais la poésie n'est pas la chanson. A titre de comparaison, je vous livre deux de mes poèmes publiés sur la toile en 2012. Vous pourrez constater que le musique et le rythme des sons ne sont pas les mêmes, les styles étant aussi très différents. La chanson, ce n'est pas de la poésie !

Savoir reverdir

Nous avons répandu des hirondelles sur vos plaines.
Des bateaux sur les prolongements de vos mers.
Nous nous aimons en boucle à l’ombre des baisers,
à l’ombre des bateaux.
Nous nous aimons assez pour grandir au fil des jours.

Sans doute sommes-nous transportés d’étincelants désastres.
Mais nous n’appartenons pas à ces hommes modernes aux argileuses ramures.
Ils ne savent pas jouxter les étoiles ; ils ne savent pas reverdir.

Hommes de rien

Homme de rien, homme d’éphémère, tu as perdu toute romance.
Tu t’en vas loin dans le silence, si loin de la confiance.
Je me souviens des jours bercés par la mélancolie de tes rêves taris.

Nous ne sommes plus la flamme que nous avons été.
A tes côtés j’avais aimé jaillir.
Et, par un exceptionnel Jour de Vie, j’ai respiré l’étincelle de ta présence.

Donne-moi seulement un peu de ton être à son commencement.
Lumineux, je reviendrai dans mon existence comme à ma première naissance.

Vis tout de suite,
Vis maintenant !
Vois avec tes oreilles !
Ecoute avec tes yeux !

Il n’y a pas de temps pour le soleil.
Il n’y a pas longtemps pour être heureux.

5 avril 2012

 

Bonne écoute et profitez bien de l'été, les cigales !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 31 août 2017 18:37

    Quoi ?
    On est le 5 avril 2012 ?
    Ils m’ont encore fourgué un chronoscaphe de merde, chez Amazon : j’avis mis le curseur sur 1912.
    Ils ont intérêt à me le changer, ces enfoirés.
    Bon, mais où on appuie pour retourner en 2017 ???????

    • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 31 août 2017 18:43

      @Jeussey de Sourcesûre

      c’est qui, la fille sur la photo ?
      elle est vachement jolie !

    • Yvance77 Yvance77 31 août 2017 18:53

      Salut


      Bon j’ai tout écouté. Faut pas être dépressif, car le premier pont que tu croises, il est pour toi et la tasse tu la bois à coup sûr. 

      J’aime bien les rythmiques ceci étant, la voix est trop monocorde sur tous les titres. Après les goûts et les couleurs, on sera d’accord. Sur la 7 la guitare fallait y aller plus encore, façon Gary Moore

      • Taverne Taverne 31 août 2017 20:30

        Pour tenir des objections d’Yvance77, voici une petite liste de chansons triées. J’ai un petit faible pour l’abri et le baiser. Deux petites chansons simple mais tendres, évocatrices avec juste ce qu’il faut d’humour. Je pense qu’il n’y aura pas de contestation sur ces deux-là. Ensuite selon les goûts...

        L’abri
        https://www.jamendo.com/track/1168565/l-abri

        Le baiser
        https://www.jamendo.com/track/1168567/le-baiser

        Le petit Quinquin
        https://www.jamendo.com/track/1161872/le-petit-quinquin

        Fleur
        https://www.jamendo.com/track/1168563/fleur

        Un jour un homme inventa le travail
        https://www.jamendo.com/track/884207/un-jour-un-homme

        Accro aux acronymes
        https://www.jamendo.com/track/897136/accro-aux-acronymes

        La chanson du tueur à gages
        https://www.jamendo.com/track/1168564/la-la-chanson-du-tueur-a-gages

        Le tombeur
        https://www.jamendo.com/track/1140502/le-tombeur

        Quand l’amour te prend
        https://www.jamendo.com/track/1140501/quand-l-amour-te-prend

        Orson
        https://www.jamendo.com/track/1268736/orson

        Les amours tueuses
        https://www.jamendo.com/track/1186923/les-amours-tueuses

        Confessions d’un rocker
        https://www.jamendo.com/track/1182240/confession-d-un-rocker


        • L'enfoiré L’enfoiré 1er septembre 2017 18:14

          @Taverne

          Je vais écouter cela un peu plus tard.
          Je ne joue pas de musique et ne peux lire le solfège smiley , pourtant j’adore la musique.
          Alors je transforme les paroles de chanson connues.
          Mon dernier était tout à fait dans l’air du temps avec un tube de l’été

          Sur la plage coco Fipronil
          Ton corps scie le vague
          Sous ce cœur que j’imagine
          Un braiser nuit noire
          Dans tes œufs Fipronil
          Viens la maladie hélas
          Je te veux sous l’eau maline
          ô désir des astres

          Je te veux coco Fipronil
          Je te veux, prends moi
          Je te veux coco Fipronil
          Je te veux, prends moi
           
          Sur la plage coco Fipronil
          Sur la plage coco
          Sur la plage coco Fipronil
          Sur la plage coco
          Sur la plage coco câline
          Sur la plage coco

          De ta bouche coco naïve
          L’océan me parle
          Lagon bleu à l’eau saline
          Sur tes lèvres parme
          Sur ta peau la piqure sublime
          Pour requins du large
          Ont le cœur tropique au spleen
          Aux lointains ravages

        • Osis Osis 1er septembre 2017 09:29

           

           
          Dictionnaire de rimes et arithmétique.
          C’est dramatique.

          Au secours monsieur Prévert....
           


          • Taverne Taverne 1er septembre 2017 13:06

            @Osis

            Le bonheur n’est pas dans le pré vert,
            Le bonheur est de rimer des vers,
            Sans rime ni raison, mais fort !
            Et d’arrimer notre raison
            Un moment dans un autre port.

            C’est de rythmer sans rime éthique
            De rythmer sans arithmétique,
            Sans que la rime soit un tic,
            D’être authentique sans tactique.


          • Osis Osis 2 septembre 2017 05:29


            Heureusement, c’est gratuit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès