• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vous avez dit « féminisme » ?

Vous avez dit « féminisme » ?

Virginie Despentes : « Par contre, la voix des opprimés qui prennent en charge le récit de leur calvaire, on a compris que ça vous soûlait. »

Ma réponse.

Je suis un homme blessé à mort par des magistrats, leurs « experts », qui ont menti, m’ont insulté, sali, rendu coupable de tout. Les faits qui me sont reprochés : m’occuper des enfants, avoir une mère dépressive, en fait postulée dépressive par un psychiatre qui ne l’a pas rencontrée, « confondre les rôles parentaux », (il existerait des rôles parentaux donc dans la loi et dans la psychiatrie ?) de « voler le rôle de mère à la mère ». J’étais un salaud d’homme, de naissance, un puissant, selon votre perception. Personne n’est venu me secourir et secourir mes enfants, et personne ne vient encore le faire. Je porte une parole de victime, je lutte pour mon rétablissement, le rétablissement de ma vie et je ne reçois que silence, quolibets, dénis de toutes sortes : le pire des dénis c’est « résilie ». Je suis seul à porter le poids de l’oppression. Tout le monde s’accorde à dire que la violence des violents est moins grave que l’indifférence des témoins. Celles et ceux qui voient les choses ainsi ne me l’applique pas. Tout au contraire, elles et ils s’énervent de mon insistance à me faire entendre, à me faire respecter et à chercher des alliés pour ma réhabilitation. Ça les soule, pour reprendre vos mots.

On est victime quand un malheur vous est advenu, qu’on n’a rien fait pour le faire arriver, qu’on ne pouvait rien faire pour l’empêcher ou que si on pouvait faire quelques choses, on les a faites et ça n’a pas suffi. Etre victime est en fait assez rare.

Contrairement à ce que tout le monde croit, les victimes ne sont pas crues, sont moquées… On leur pose la question : « pourquoi on t’a fait ça, à toi ? On en croise autant que toi des bourreaux, et ils ne nous ont pas fait ça. » Paradoxalement, le premier réflexe intellectuel devant une victime n’est pas la compassion, c’est tout au contraire la recherche des éléments qui feraient qu’elle ne serait pas une victime.

Nous vivons un temps paradoxal du pouvoir des victimes triomphantes. C’est un effet de nos médias de masse. Il ne peut y avoir de victimes triomphantes, qui nomment leurs bourreaux, édictent les sentences qu’elles souhaitent voir appliquer, (l’exclusion, l’exclusion totale de la vie publique, jusqu’à l’effacement du nom) et obtiennent que tout le monde ou presque, applique cette sentence : le procédé est simple, toutes celles et ceux qui ne sont pas d’accord sont considérés comme complice. Toutes les marques d’un système totalitaire : on n’y échappe que totalement, par la mise à l’écart absolue.

Adèle Haenel aurait signé avec la plus grosse agence d’artistes d’Hollywood. Qui a le pouvoir ? C’est évident, ça saute aux yeux. Elle joue sur les deux tableaux, elle va à la cérémonie des Césars avec les attributs somptueux de la féminité genrée, ça ne la dérange pas. Et Vanity fair m’apprend son nouveau et beau contrat.

Oubliées l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah détenue en Iran, la Pakistanaise Asia Bibi qui souhaite obtenir l’asile en France, Nûdem Durak, la chanteuse kurde, emprisonnée dans les geôles d’Erdogan, les femmes kurdes qui, les armes à la main, défendent les droits des femmes contre Daesch et la Turquie, la dépénalisation des violences conjugales en Russie… Oubliées les souffrances qui pourraient être réparées au terme de luttes.

 

Alors, voilà brièvement le récit de mon calvaire, mais ça va souler Virginie Despentes (je doute qu’elle le lise, elle ne doit pas trop s’approcher de ce qui ne parle pas comme elle) : La femme que j’aimais et que j’avais « choisi » (les guillemets sont là pour dire que c’était bien réciproque) pour partager la vie, chaque jour, et aussi les projets, les idées, les réalisations… s’est peu occupée des enfants, et ceci dès le premier. Ça m’a un peu déçu. Mais, j’ai fait tout ce qu’elle ne faisait pas, je ne lui ai pas opposé que les enfants étaient aux mères. Je suis féministe. Au troisième enfant, elle ne faisait presque plus rien, la dispute du divorce n’a rien à voir avec ça. L’impossibilité de vivre avec elle venait de sa plainte permanente, ses longs discours quasiment criés qui répétaient « qu’elle était bien malheureuse d’être avec un macho comme moi ». Alors que je faisais tout, j’en étais arrivé à tout faire, elle refusait de participer à la vie familiale, elle m’engueulait sans arrêt parce que je ne faisais rien !

Dans un premier temps, la justice a reconnu que je m’occupais des enfants et m’en a « confié » la résidence (je faisais déjà tout). En fait, ma vie s’est allégée parce qu’elle n’était plus là pour faire éclater sa colère permanente et que je ne payais plus pour elle (elle cachait son argent).

Ensuite, un psychiatre expert a « postulé », c’est son mot, que ma mère était dépressive. Je veux « réparer fantasmatiquement ma mère (postulée) dépressive » parce que j’en ai souffert enfant et « veux faire le père et la mère », « vole le rôle de mère à la mère » de mes enfants. C’est exactement l’inverse de ce qu’il se passait. Je ne pouvais rien dire. Les envoyés des juges n’entendaient pas ce que je leur disais, ils ont rapporté aux juges que je disais des choses que je n’ai jamais dites.

On est traumatisés quand on n’a pas été pris pour un être humain. C’est ce qu’ils m’ont fait.

 

La parole se libère ? Alors voilà ma parole. Elle ne passera nulle part, peut-être sur agoravox, parce que ce qui s’appelle le féminisme est l’élimination du masculin. Mon épouse me criait : « Comment veux-tu que je m’arrange avec un salaud comme toi ? » Aucun des trois experts à qui j’ai dit cela ne l’a entendu et transmis aux juges, avec les interprétations liées à son expertise, sa fonction. Elimination de ma parole pour me rendre coupable de m’occuper des enfants, de faire les courses, la cuisine, la vaisselle, accompagner les enfants dans leurs loisirs, dans leur scolarité, m’occuper de leur santé. S’il y avait eu des féministes luttant pour l’égalité, ils n’auraient jamais pu faire ça.

Ce qui m’est arrivé il y a 20 ans, « comment s’arranger avec un salaud », ce que l’on m’a fait il y a 20 ans est devenu la règle générale.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • séraphim 7 mars 10:31

    Avant d’être personnellement pris dans ce genre de situation, on prend les gens qui raconte ce genre de chose pour des débiles, parce que tout le monde sait, et les média nous le répètent à longueur de journée, que c’est la femme la douce et fragile victime de l’homme machiste et violent.

    Puis, on se rend compte, qu’en fait, votre discours, que personne ne veut entendre, il est très répandu. Quand on se penche sérieusement sur la question, on s’aperçoit que ce qu’on prenait pour des cas isolés et des racontards de fêlés, sont en fait un drame silencieux qui touche énormément de monde, certains avancent le chiffre de 70% des suicides (hommes) le sont en raison « d’affaires familiales ».

    Pour l’avoir vécu de près, la protection de l’enfance (en France) est une véritable escroquerie. On confie des cas très graves à des services d’action éducative, qui n’ont ni les compétences, ni les ressources, ni l’envie de mener à bien leur mission. Et pourtant ce sont eux qui font la pluie et le beau temps, ils conseillent les Juges, qui ensuite leur définissent leur mission, n’est-ce pas complètement aberrant ?

    Quand on devient assistante sociale, éducateur, on le fait en priorité pour réparer ses propres failles, réparer de familles dysfonctionnelles, voler au secours de la veuve et l’orphelin ... alors l’histoire du gros macho contre la petite victime toute fragile, c’est du pain bénit, peu importe si c’est une mascarade montée de toute pièce, les faits, les témoignages, les paroles des enfants, ça passe à la trappe. Et donc on favorise systématiquement la maman, il suffit pour cela de fournir toutes les interprétations sauvages de rigueur au Juge, qui ne manquera pas d’oublier toutes les pièces qui ne vont pas dans le même sens.

    Et puis un jour, la réalité revient violemment sur le devant de la scène, il se passe des choses très graves, et tout le monde dit en choeur « ah, mais on ne pouvait pas savoir ». Bien sûr, personne n’est responsable de ses prises de positions, comment admettre que ça fait des années qu’on ne fait pas son travail ?

    On s’imagine que la justice est neutre et impartiale, qu’on ne peut pas mentir dans un tribunal sans avoir des problèmes, puis au fil du temps, on comprend que ça ne s’applique qu’aux hommes, les femmes peuvent raconter n’importe quoi même de manière flagrante, aucun problème. Les Juges sont des femmes, les avocats sont des femmes, les assistantes sociales sont des femmes, les psychologues sont des femmes ... bref, absolument rien n’incite les mamans de se comporter correctement avec leurs enfants ou leurs conjoints, alors pourquoi s’embêter ?

    Je ne compte plus les cas dans mon entourage de séparation difficiles avec les enfants pris en otage, les mêmes schémas se répètent de manière très surprenante smiley


    • Galopin Galopin 7 mars 11:20

      @séraphim
      Vous avez raison sur toute la ligne, c’est une conséquence directe de l’importance qu’a pris le féminisme dans notre société. C’est une catastrophe pour la cellule familiale, c’est très dommageable pour les enfants et ce n’est pas prêt de s’arranger...


    • Tous ces couples qui font des enfants pour réparer leur propre enfance. Quelle erreur,...


      • vesjem vesjem 9 mars 12:10

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        « tous les couples.... »
        de quoi se mêle-t-on ?
        le sel de la vie ce sont aussi et surtout les aléas de la vie ; le monde meilleur n’existe pas


      • JC_Lavau JC_Lavau 9 mars 12:14

        @vesjem. A joindre au sottisier des « La grammaire, c’est pour les nuls ! ».
        La contestée avait écrit « tous ces ».


      • vesjem vesjem 9 mars 12:48

        @Mélusine ou la Robe de Saphir
        « tous ces couples ... »

        tu fais dans l’eugénisme ? alors que tu délires sans arrêt sur nasi, adolf ...etc
        mais qu’est-ce que tu as dans la ca boche ?


      • @vesjem
         C’est tout le contraire. C’est faire des enfants dans ce monde ci qui est criminel.


      • Merci de ne pas me tutoyer,...


      • Ruut Ruut 9 mars 17:28

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        Le monde est beau, il faut juste éteindre la TV pour l’apprécier smiley


      • vesjem vesjem 9 mars 21:26

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
        TU souhaites que n’importe qui ne fasse pas d’enfant ; çà s’appelle de l ’ EUGÉNISME, comprends-tu ?
        et TU ne fais que citer itler et nasi ; j’en conclu que tu as raté ta vocation


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 12:04

        Le féminisme n’est que l’arrangement de la partition machiste en mode jupon. Le mouvement LGBT et l’idéologie « gender » sont les hits du top 50 à la mode, aussi pénibles que le hard-rock et aussi périssables. En attendant, ils nous cassent les ... oreilles.


        • @Séraphin Lampion Là je vous donne raison. Le dénominateur commun entre les LGBT, les féministes et la machos : une mauvaise relation avec leur mère (une femme,...). LA REVANCHE.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 13:15

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Dans « le meilleur des mondes », d’Aldous Huxley, la reproduction sexuée a totalement disparu ; les êtres humains sont créés en laboratoire, les fœtus y évoluent dans des flacons, et sont conditionnés durant leur enfance.

          Les traitements que subissent les embryons au cours de leur développement déterminent leurs futurs goûts, aptitudes, comportements, en accord avec leur future position dans la hiérarchie sociale. Ainsi, les embryons des castes inférieures reçoivent une dose d’alcool qui entrave leur développement, les réduisant à la taille d’avortons, et sont traumatisés par tout ce qui concerne la nature ou les fleurs.

          Cette technique permet de résoudre les problèmes liés aux marchés du travail en produisant un nombre précis de personnes pour chaque fonction de la société, nombres déterminés par le service de prédestination.

          Et, cerise sur le gâteau, plus de « mauvaise mère », plus de sexisme (machiste ou féministe). Tout le monde baigne dans le bonheur puisque leurs besoins programmés génétiquement sont satisfaits.


        • @Séraphin Lampion
           de toutes façons on en a plus pour longtemps et le problème sera réglé... Heureusement, j’ai réussi ma vie,....https://www.lalibre.be/belgique/societe/coronavirus-face-a-sa-propagation-exponentielle-des-mesures-extremes-s-imposent-5e6381a0d8ad5835a1c8dfc3


        • Aldous Huxley a les mêmes initiales qu’Adolph Hitler. Je crois aux signes. Hitler finira par gagner la partie. Lire Christian Nots....ne pas mourir idiot.


        • vesjem vesjem 9 mars 12:40

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          tu ferais pas une fixation pathologique sur itler, nasi etc...


        • @vesjem Peut-être, mais il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir qu’ils sont de retour. 
          https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/le-vlaams-belang-avance-tranquillement-ses-pions-l-il-rive-sur-2024-5e64f8d5f20d5a31a4325b10 . J’ai vécu avec un juif polonais qui est né le jour de la mort d’Hitler, cela marque. Et en plus, il avait un dessin de Franquin qui montrait des escargots avec la croix gammée et comme sous-tire : ILS SONT DE RETOUR. Ben oui, suffit d’ouvrir les yeux. Pourquoi croyez-vous que je joue les Cassandres sur Agora... ?


        • vesjem vesjem 9 mars 21:36

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
          tu me parais un peu fragile ;
          tu te serais mise en concubinage avec un homme noir de centre Afrique né le jour de la mort de bokassa, t’en aurais conclu qu’un sort maléfique vaudou t’aurait envoûtée, et tu viendrais emmerder les braves citoyens d’ A.V avec des élucubrations fantaisistes à dormir debout....
          redescend de ton nuage ; va travailler au grand air, dans la campagne, çà t’évitera de gamberger


        • sleeping-zombie 9 mars 22:26

          @Séraphin Lampion
          En attendant, ils nous cassent les ... oreilles.


          Seulement celles de ceux qui les écoutent. La solution est donc très simple.


        • Le pseudo doit cacher Lavau ;


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 12:19

            @Mélusine ou la Robe de Saphir. Ta maladie peut se soigner, mais évidemment pas en psyKa.


          • sleeping-zombie 9 mars 22:28

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Le pseudo doit cacher Lavau ;

            c’est ce que je me disais initialement, mais Lavau passe son temps à dire que sa femme (ou compagne) a tenté de le tuer. Donc non.


          • San Jose 7 mars 14:05

            A une toute petite échelle j’ai le souvenir suivant :

            Dans un stage d’adultes (fonctionnaires en formation) une dame éminemment féministe (nul n’en ignorait) se met à réclamer publiquement qu’on prenne des mesures « volontaristes » pour féminiser cette profession trop masculine. 

            Personne ne lui demande quelles mesures volontaristes, sauf le casse-pied de service que je n’ai pas besoin de nommer. Pas de réponse. Je déclare alors : « Je vais le dire pour toi ; ce seraient dans les concours des points spéciaux aux femmes au seul motif qu’elles sont des femmes ». 

            Pas de réponse, mais un regard méprisant.

            A la pause suivante j’entends de loin (c’était une autre époque) dans la cour cette dame changer diamétralement de registre, et de femme forte se faire victime pour annoncer qu’elle va peut-être demander à changer de groupe, après ce qu’elle a subi. 


            • San Jose 7 mars 14:53

              Je voudrais proposer à l’opinion ainsi qu’au gouvernement un projet nouveau en faveur des femmes. 

              .

              Leur longévité dépasse de sept ans celle des hommes. Cela peut sembler un juste dédommagement pour les souffrances qu’elles endurent depuis l’école primaire, lorsque les garçon ne veulent pas jouer avec elle, entre autres à cause des cafardages. 

              .

              Tout beau ! La réalité n’est pas si rose : la longévité féminine en bonne santé n’est supérieure que de deux années à celle des hommes. 

              En d’autres termes, un homme malade évacue rapidement la scène (ils ne sont guère durs au mal) tandis qu’une femme subit cinq années (sept moins deux) d’existence infirme et souffreteuse de plus qu’un homme.

              Et tandis qu’elle achève sa triste vie dans un galetas, monsieur depuis sept ans se prélasse au paradis ! 

              .

              Femmes toujours bernées, quoi qu’elles fassent.

              .

              Il faut donc réunir des états généraux destinés à proposer au président de la République des mesures destinées à permettre aux femmes de bénéficier réellement et non plus formellement de leur avantage de longévité.


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 15:09

                @San Jose

                Et Emmanuel Macron a les mêmes initiales qu’Eddy Murphy.
                C’est bon signe ou pas ?


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 mars 15:09

                @Séraphin Lampion

                escuse, c’était pour répondre à la fée


              • nono le simplet nono le simplet 7 mars 15:38

                @Séraphin Lampion
                Et Emmanuel Macron a les mêmes initiales qu’Eddy Murphy.

                Edouard Molinaro aussi ... mais pas sûr qu’il ait le même talent pour écrire des scenarii ...


              • @Séraphin Lampion

                 A.H. frappe l’inconscient.


              • San Jose 7 mars 16:31

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                .
                et le frappe A la H. 


              • La politique a fait du chômage un enjeu ça a été une catastrophe énorme ..

                La politique agite le féminisme, finance le féminisme et manipule le féminisme résultat c’est plus qu’une catastrophe, on atteint le stade du crime organisé .

                Parfois les gendarmes passent un temps infini à démêler le faux du vrai et lorsque c’est une mère, une femme qui est prise la main dans le sac. 

                Les organisations féministes et leurs adhérentes attendent le bon moment pour pourrir la situation ou conseiller l ’inculpée même au détriment de l’intérêt des enfants .. ....

                Et tout cela est connu de tout le milieu politique, juridique, policier et social sans exception..... 

                Dans tous les cas, les premiers à trinquer c’est les gamins,  

                La France a un droit social et familiale le plus démoniaque et le plus politique qu’il soit ....

                D’ailleurs il serait bon de faire un audit du budget que gère Dame Chiappa et son ministère ....


                • @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

                  Lorsqu’une jeune mère se conduit en victime permanente, affichant sans état d’âme sa fainéantise .....
                  Quand sa famille propre lui fait la leçon.
                  Quand son mari s’épuise à élever les enfants à sa place en plus des travaux divers et des gros travaux de structure.
                  Cette jeune femme n’a de cesse que d’instrumentaliser ses gamins et d’inquisition envers (instituteur méchant, maître nageur incompétent, voisin méchant.....)
                  Brandissant un féministe hargneux.
                  Comment peut elle obtenir de la part les services sociaux l’agrément d’assistante maternelle .... ? 
                  J’ai toujours soupçonné la Mam de milieu féministe à tendance mafie... très con... !


                • sylvain sylvain 7 mars 18:41

                  on a détruit l’autorité du père autour de laquelle s’organisait la famille tradi . Ensuite on a rien fait, on a pensé que la famille continuerait de s’organiser autour d’autre chose, ou alors on a même pas pensé .

                  La famille ne se réorganisera pas sous sa forme traditionnelle sans le père, si elle retrouve une forme stable ce sera soit un retour en arrière soit quelque chose de différent .

                  Ce serait comme d’enlever le moteur d’une voiture en espérant qu’elle continuera à marcher . Ca peut faire illusion si vous ne vous en servez pas, si vous ne regardez pas un peu sous le capot, mais ça ne marche pas, ça peut juste dévaler une pente et s’éclater en bas


                  • Paul Leleu 8 mars 01:17

                    mon pauvre monsieur... je vous conseille de laisser tomber les femmes... on a inculqué aux hommes à penser leur virilité à travers les femmes... c’est une aliénation faramineuse ! ... et le résultat vous a éclaté à la figure.

                    L’aliénation était mutuelle autrefois... les femmes étaient faites pour les hommes, et les hommes pour les femmes... Mais si les femmes prennent leur indépendance, alors les hommes sont bien cons de rester dans l’aliénation. Qu’ils prennent aussi leur envol. Et qu’ils se pensent par eux-mêmes.

                    Le jour où une femme s’intéresse réellement à vous, comme un humain... je dis pas... mais chercher absolument « une femme », c’est la porte ouverte à tout... avec cela vous êtes quasi certain de récolter une folle ou une malveillante (forcément, vous abaissez votre niveau d’exigeance)...

                    Et si jamais aucune femme ne s’intéresse à vous comme humain... eh bien ça vous donnera matière à philosopher...


                    • San Jose 8 mars 13:10

                      @Paul Leleu
                      .
                      Hélas, la force du besoin sexuel fait croire aux hommes que tout le monde est fait pour vivre en couple. Après une paire d’unions foireuses, parfois parce que l’homme ne cherchait pas du tout un statut de petit garçon avec une seconde maman, comme s’imaginait l’épouse, laisser les femmes tranquilles devient en effet une option très valable.


                    • pemile pemile 8 mars 13:30

                      @Paul Leleu « je vous conseille de laisser tomber les femmes »

                      Pas de trop haut ?


                    • pemile pemile 8 mars 13:31

                      @San Jose « laisser les femmes tranquilles devient en effet une option très valable. »

                      Mais ça n’empêche pas de vivre avec smiley


                    • San Jose 8 mars 13:44

                      @pemile
                      .
                      Assurément, c’est le couple non cohabitant, un choix souvent raisonnable. 
                      Il est assumé entre autres par les « célibattantes ». Ce joli néologisme désigne une femme qui n’a pas une vocation de vestale mais ne veut surtout pas d’un mec dans les pattes toute la journée.
                      La « célibattante » est la version XX du « misogyne », bien entendu, mais ça, il n’est pas convenable de le souligner. 



                    • San Jose 8 mars 13:36

                      J’ai entendu ce jour vers 12 h 45 sur une radio un journaliste recevant une femme magistrat à l’occasion de cette bizarre journée des droits des femmes. J’ignorais en effet qu’elles en eussent soit moins, soit plus, soit des différents.

                      Ayant abordé la question du traitement judiciaire des violences en ménage, il en vint à demander à ce juge si le bénéfice du doute, en cas de mari niant les faits allégués, ne devrait pas bénéficier à la plaignante.

                      Comment ne pas se poser sincèrement cette question ? J’ai toujours pensé que les principes démocratiques constituaient un sérieux obstacle au progrès sociétal. Inversons-les !


                      • Pierre 8 mars 13:48

                        Les femmes sont des victimes permanentes et absolues, la preuve : le trio de tête pour l’élection parisienne est composé de...trois femmes !


                        • JC_Lavau JC_Lavau 8 mars 13:57

                          @Pierre. Ah mais pardon ! Ce sont les sionistes qui jouissent du monopole d’être les victimes éternelles, avec tout les privilèges associés à ce statut intouchable.


                        • Pierre 8 mars 14:35

                          @JC_Lavau
                          Ouais, disons match nul...



                          • georges jean 9 mars 14:11

                            Je serais pour l ’égalité hommes-femmes quand il y aura autant de noms de femmes que de noms d ’hommes sur les monuments aux ports.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rpplbis

rpplbis
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès